Le Diable à Paris/Série 3/Clichy ht

ClichyJ. HetzelVolume 3 (p. 1-19).

Clichy

par Gavarni
T3 - d340 - Clichy - 1.png
Le soleil est levé depuis vingt minutes, monsieur le baron !


T3 - d341 - Clichy - 2.png

— Je viens déjeuner chez toi. — Ah ! bon ! — Et dîner chez toi. — Ah ! bah !  ! — Et coucher chez toi ! — Ah ! fichtre !  !  !

T3 - d342 - Clichy - 3.png
Le portrait du créancier.


T3 - d343 - Clichy - 4.png

Ne donnez pas d’à-compte ! voyez-vous, le créancier qu’on ne paye pas n’est qu’un créancier, le créancier qu’on paye est un tigre !

T3 - d344 - Clichy - 5.png

Voyons ! pour aller à Tivoli ce soir, il faudrait d’abord payer au greffe dix-huit mille cinq cents francs pour le capital, et onze cent vingt-neuf francs cinquante centimes de frais… et encore, non (je suis béte !). Tivoli coûte trois francs d’entrés, et je n’ai que quarante-deux sous.

T3 - d345 - Clichy - 6.png

Vous le voyez, le chagrin ne m’aigrit pas ! et je donnerai un conseil à mes créanciers, dans leur intérêt : s’ils veulent me tirer d’ici, qu’ils se hâtent, car on ne pourrait bientôt plus me passer par la porte.

T3 - d346 - Clichy - 7.png

Voila un tilbury, Paméla, qui nous a menés, en moins de trois mois, de la rue Saint-Jacques à Clichy… Hein ? le bon cheval !

T3 - d347 - Clichy - 8.png

Entends-tu, à Tivoli ?… Il y en a deux, ici, des cavaliers seuls, et qui ne demanderaient pas mieux que de faire la chaîne des dames.

T3 - d380 - Clichy - 9.png

« Au moins un dieu sourit encore à la jeunesse
Et lui rend, en ce lieu, de ces jours qu’on lui prend.
Qui n’aurait pas pitié des beaux ans qu’elle y laisse ? »

T3 - d381 - Clichy - 10.png

— Dites donc, voisin, on a un peu boissonné chez vous, hier ! ça allait rondement ! Ça va bien, ce matin ?

— Pas mal, et vous ?

T3 - d381 - Clichy - 11.png

— Mais comment as-tu pu te laisser prendre comme ça ?

— Demande aux canards sauvages comment ils se laissent prendre !… Il a tiré sur moi le 1er mars, on m’a ramassé le 5 avril : voilà comme ça se fait.

T3 - d383 - Clichy - 12.png

Petit homme, nous t’apportons ta casquette, ta pipe d’écume et ton Montaigne.

T3 - d384 - Clichy - 13.png

— Dites donc, l’ancien, c’est aujourd’hui dimanche. — Qu’est-ce que ça te fait ?

— Tiens ! (le dimanche, on se fiche du garde du commerce) ça me fait que je pourrais aller me promener, si je pouvais sortir.

T3 - d385 - Clichy - 14.png

— Moi, j’ai signé pour cinq cents francs, et je n’en ai eu que trois cents, et encore en vin de Champagne… et on m’a repris le vin pour les frais… — Ils auraient mieux fait de t’amener ici tout de suite, au moins nous aurions les fioles.

T3 - d386 - Clichy - 15.png
Aux gardes du commerce : que le bon Dieu les patafiole !


T3 - d387 - Clichy - 16.png

Enfin, à la fin, je l’ai tant mijoté, je l’ai tant mijoté, qu’il a dit. « Eh bien ! qu’il paye seulement les frais et j’accorderai du temps pour le reste. » Et encore il a dit « Voyez-vous, mademoiselle, c’est par considération pour vous. » Le vieux gueux !… J’espère bien que quand tu sortiras, tu lui ficheras une pile soignée à celui-là !

T3 - d388 - Clichy - 17.png
Ici on ne peut pas faire de farces à sa Ninie : v’là ce qui vous chiffonne !


T3 - d389 - Clichy - 18.png

— Sans le mur, cette boule là irait loin.

— Et ton camarade aussi.

T3 - d390 - Clichy - 19.png
Enfoncé !