Ouvrir le menu principal

Le Caquet des poissonnières sur le departement du roy et de la cour

Le caquet des poissonnières sur le departement du roy et de la cour.

1623



Le Caquet des Poissonnières1 sur le
departement du roy et de la cour.

Un des jours de cette semaine, comme sur le soir je me pourmenois joyeux pour donner quelque trefve à mes labeurs, et m’esgayer un peu à l’escart, secouant le joug d’une griefve agitation d’esprit et mortelle inquiétude qui me travailloit, j’aperçois une certaine de ma cognoissance, que je ne veux nommer pour l’affection que je luy porte, qui entroit comme transportée de fureur chez un eschevin de ceste ville. Je prends resolution de la suivre, tant pour me divertir que pour sçavoir la cause pour laquelle elle alloit en ce logis. Elle estoit assistée d’une autre jeune femme que je ne cognois pas. Je la suis donc et me glisse derrière la porte subtilement, où je me cache afin d’entendre les discours qu’elles tiendroient, et venir à la cognoissance du motif qui les faisoit acheminer en ce lieu. Je suis esmerveillé que j’entends une grande assemblée de personnes qui n’avoient pas volonté de rire, mais qui estoient merveilleusement affligées ; j’ouvrois les oreilles et estois attentif, comme un homme qui a quelque soupçon de sa femme, lequel escoute tousjours attentivement lorsqu’il l’entend parler avec quelqu’un (elle n’estoit certes pas ma femme, ne vous persuadez pas cela). Je demeure quelque temps que je ne pouvois facilement concevoir ce que la compagnie disoit.

Mais enfin j’entens que ceste femme icy (comme je l’entens à sa parole, la frequentant ordinairement) parle en ces termes à une de ses commères, nommée Jeanne Bernet, poissonnière de la place Maubert : Vrayement, ma commère, il semble à vous voir que vous n’estes nullement faschée de l’absence et du departement du roy2 ; au moins vous n’en donnez aucun tesmoignage ny aucune marque evidente. Mais je croy que peut-estre vous portez et couvez dans l’ame la tristesse qui vous gesne, et la douleur qui vous espoinct et bourrelle l’esprit.

Jeanne Bernet. Que profite-il de declarer son mal manifestement, et donner à cognoistre à tous le tourment qui vous accable, veu qu’il n’y a aucun moyen d’y donner remède ? Le roy est parti, ma commère : c’en est faict, le coup est donné, voilà Paris encore une fois bien affligé. De retourner en bref, il n’y a pas d’apparence : les affaires que l’on dict qu’il a maintenant sont trop urgentes et de trop grande importance. Nous voicy au comble de nostre malheur.

— Mais, dites-moy, je vous prie, ma commère, quelles affaires a-il pour le présent ? Tous les princes s’en vont, chacun fuit hors de Paris ; le vieil papelard de Chancelier3 mesme sortoit mardy par la porte de S.-Anthoine pour trainer sa queüe après le roy4. Que diable ne laisse-il vistement sa jaquette ? Il ne voit plus pour manier les seaux ; il semble qu’il est temps qu’il rende compte5 : sa conscience est bien chargée. Voilà un estrange cas, que le roy sejourne si peu dans Paris6.

Jean. B. J’en suis si affligée que je ne sçaurois ouvrir la bouche pour vous dire la raison. N’en sçavez-vous encore rien, pauvre femme ? Il s’en va à Fontainebleau7. Mais il a une certaine chose qui lui ronge bien la cervelle ! Hélas ! le pauvre prince est grandement tourmenté, la cour est bien troublée ; le père Siguerand ne sçait de quels traicts de rhetorique user pour apporter quelque consolation ; le père Binet8, avec ses brocards et ses railleries, y perdroit ses parolles. Le père Siguerant9 alloit l’autre jour à S.-Louis pour demander conseil à ceux de sa compagnie ; mais un certain frère Frappart, un de ceux qui a soin de faire tourner la broche et qui maintenant dispose des sausses et faict detremper le poisson, a promis de rescrire (à ce que m’a dit un père à calotte de la mesme société) en Espagne, car il est du pays. Le père, qui a l’oreille du roy, pourra appaiser la tourmente.

— Mort de ma vie ! falloit-il que cela arrivât ? Le roy d’Espagne10 a-il envoyé quelque ambassadeur ? Que n’est-il mort par les chemins, affin que ceste triste nouvelle ne fut parvenuë à l’oreille du roy ? On dit que le conseil de France n’est pas beaucoup bon ; mais celuy d’Espagne est cent fois pire, puisqu’il a suggeré un acte si estrange au roy. Bon Dieu ! que l’Espagnol est mefiant ! Il pense aux choses futures ; je ne pense pas qu’il se laisse attraper si facilement : il est plus ruzé et plus cauteleux qu’on estime. Le François n’est pas pour estre parangonné11 à luy. Maudite nation, qui nous a tousjours une inimitié et haine si estrange !

J. B. Voilà une chose estrange, que le roi ne sçauroit estre en repos. Il est tousjours traversé de quelque chose. Est-il possible que messieurs les Rochelois le contraignent encore d’aller vers eux ? N’ont-ils pas assez experimenté son bras victorieux12 ?

Une damoiselle des halles, qui etoit plus loing avec l’assemblée de messieurs les gros marchands, s’escarte et s’en vient vers ces femmes icy, et leur tient ces propos : Que dites-vous maintenant, mesdames ? Il semble que vous avez l’esprit rompu et agité de quelque chose aussi bien que moy ! Voilà donc bien tout perdu ! le malheur nous accable bien. Je commençois à gaigner ma pauvre vie, et tout d’un coup j’ai esté mise au blanc13. Je croyois avoir amassé une bonne pièce d’argent pour passer l’année à mon aise, moy et mes enfans ; mais un meschant prouvoyeur m’a emporté deux cens escus : c’est le prouvoyeur de monsieur de Nemours14. Il m’a presenté deux ou trois fois de la monnoye de Flandre pour excuse, disant qu’il n’en avoit pas d’autres ; mais au refus il s’en est allé, et je ne l’ay plus reveu. Sans doute c’est de l’argent de monsieur d’Aumale. Je ne croy pas pourtant que monsieur de Nemours soit party, car il imiteroit volontiers l’empereur Domitian : il s’amuseroit à prendre des mouches en sa chambre, tant il est lache et coüard. Il faut pourtant que je sois payée. Je ne crois pas que ce prouvoyeur oze faire cela, pour le respect de son maistre, car, si cela venoit à ses oreilles, il en seroit repris.

— Vrayment, ma commère (dit une autre petite friande), les maistres ne s’en font que mocquer. L’autre jour je m’allois plaindre à un certain Camus des Marests du Temple, que chacun cognoist assez pour sa vaillance et grandeur de courage, que son prouvoyeur me devoit quatre cens francs (je craignois qu’il s’en allast avec le roi). Il m’a fort bien faict responce, en sousriant, que ce n’estoit pas à luy qu’il se failloit adresser, et qu’il ne pouvoit que faire à cela. Mais j’ai entendu depuis peu de jours que Dieu l’a puny, car il a perdu environ vingt mille escus au jeu, ce qui afflige fort madame sa femme, car elle ayme l’esclat de l’or, et voudroit volontiers, pour assouvir sa cupidité, se veautrer sur l’or et l’argent, tant elle a son cœur attaché aux biens de ce monde, ne suivant pas en cela l’exemple de son père, qui a foullé au pied les trésors et meprisé les richesses. — Mais une vieille edentée, aagée environ de quatre vingts ans, qui affectionnoit cette maison, commence, toute bouffie de colère, à repliquer : Comment ! vous avez tort de parler ainsi. Je fournis le poisson chez son frère, mais j’en suis fort bien payée ; l’argent est tousjours comptant, pas de crédit. Dieu mercy, on ne me doit rien de ce coté-là ; je voudrois, à la mienne volonté, que tous ceux ausquels je livre ma marchandise me payassent aussi bien comme on me faict chez luy.

L’argent est toujours comptant,
Mais les cornes y sont, pourtant.

— Vrayement (dit monsieur Martin, qui prestoit les oreilles à leur jargon), voilà de beaux discours que vous faictes là ! Ne sçavez-vous pas que cet homme a trouvé la caille au nid ? Les pistoles ne luy manquent pas ; il a moyen de faire bonne chère et de bien payer. Les tresors luy sont venus en dormant : il a une belle femme et de beaux escus.

— Mais c’est dommage, respondit de la Vollée, qu’il a trouvé le cabinet ouvert, et qu’il n’a pas premier fouillé dans le buffet. Toutefois, si elle a faict ouvrir la serrure, il n’y a remède. L’argent faict tout ; pourveu qu’il ne porte pas les cornes, tout va bien.

Ma femme s’est donné carrière,
Et elle a pris tous ses esbas ;
Elle est une bonne guerrière
Qui ne craint beaucoup les combats.
Encor qu’elle ayt souillé sa gloire,
Je n’en pleureray pas, pourtant ;
Je mets cela hors ma memoire :
C’est assez si j’ay de l’argent.

Une jeune camarde vient faire ses plaintes à monsieur Montrouge de ce qu’elle estoit reduicte à l’extremité. Je voulois (disoit-elle) fournir le poisson au logis de monsieur le president Chevry15 et chez monsieur Feydeau16. J’estois riche si d’aventure le roy n’eust pas recherché ses financiers17 ; mais du depuis l’ordinaire n’a plus bien esté ; tout est allé a décadence. Au lieu de prendre pour six à huict escus de poissons, ils n’en prennent plus que pour trois ou quatre. Le pauvre president Chevry estoit tellement espouvanté qu’il n’avoit pas le courage de prendre ses repas. Je croy qu’il avoit crainte de danser sous la corde après avoir tant dansé au Louvre, comme il a faict autrefois. Ses escus ont faict miracle : ils l’ont faict ressusciter, car il estoit mort d’apprehension qu’il avoit. Voilà ce que c’est de tant plumer la poule18. Il porte sa croix sur le manteau, tel qu’il est. Je ne sçay si ce n’estoit pas un presage et un augure qu’il devoit avoir pour tombeau la croix. Feydeau estoit en pareilles affaires ; il luy est bien venu qu’il avoit un tel gendre pour le deffendre. Voilà quel profit on reçoit de marier sa fille à des courtisans et gens d’espée19. Mais j’eusse esté bien marry qu’on luy eusse faict tort, car j’ay eu beaucoup de son argent. Dieu luy donne bonne vie et longue ! Si ce malheur ne luy fut arrivé, j’aurois à ceste heure pour payer un certain papelard, nommé le notaire Rossignol, qui demeure en la rue S.-Anthoine, à qui nous devons quelque somme d’argent. Il seroit content d’avaler toute la marée ; il nous envoye presque tous les jours demander le meilleur poisson que nous avons, et ce, en tesmoignage du delay que nous faisons à le payer. C’est un estrange personnage. Je ne sçay ce qu’il veut faire de ses escus. Il se laisseroit volontiers mourir auprès, tant il est avare, chiche et vilain.

Veritablement, le bien de l’eglise est fort mal employé : jamais une fille ne se doit rendre religieuse pour laisser ses moyens à telles gens. Son gendre est plus honneste homme ; il a une meilleure ame et meilleure conscience ; personne des officiers de l’artillerie ne se plainct de luy.

— Quoy ! respondit une jeune poissonnière du cimetière S. Jean, le mary de laquelle est un des officiers. Vrayement, vous dites bien ! Vous ne cognoissez pas le disciple : luy et son commis Aubert20 sont les deux plus hardis voleurs qui soient dans la ville de Paris. On dit que monsieur Donon, je veux dire Larron, a gaigné (s’il faut appeller gaigner un larcin evident) à l’armée cent mille escus pour payer ses debtes, ce qui enorgueillit sa femme. Il y a plus de deux mois que mon mary va tous les jours chez luy pour en estre payé de ses gages. Il est impossible de pouvoir parler à luy ; il se faict celer ; il s’enferme dans son cabinet. Quand le pape de Rome viendroit et l’iroit demander pour luy donner l’absolution de son larcin, il ne sortiroit pas, tant il est empesché à dresser ses comptes. Sa femme ne l’est pas tant : elle se resjouit et passe le temps joyeusement, allant visiter ses courtisans d’un costé et d’autre, et, lorsque son mary n’est pas au logis, elle loge ses amis. C’est se gouverner en femme de bien d’exercer ainsi les actes de charité, logeant les pauvres et consolant les affligez.

Quand mon mary s’en va en ville,
Je demeure dans la maison,
Là où d’une façon gentille
J’entonne une douce chanson.
Je fais venir mon Bragelonne
Pour m’entretenir de discours,
Et, quand nous n’entendons personne,
Nous jouissons de nos amours.
Gentil mary, prend bon courage ;
Si tu es au rang des cocus,
Ferme les yeux et fais le sage :
Mon père a encor des escus.

— Vrayement, c’est bien faict (dict une drolesse qui estoit de la place Maubert). Pour moy, puisque mon mary s’en est allé avec le roy, et que j’ay perdu quinze ou vingt escus que le valet d’un vieil reveur de pedant m’a emporté, je tascheray d’avoir de l’argent d’ailleurs. Je n’ay pas envie de faire encore banqueroute à ceux qui m’ont fait credit. Si je ne les paye d’une façon, je les payeray d’une autre, pourveu qu’ils me veullent croire. Voicy les bons jours, il faut gaigner de l’argent auparavant que chacun s’adonne à la devotion. Il me faut faire les œuvres de charité, logeant les aveugles, comme faict la femme d’un procureur du Chastelet qui fait la devote ; et lors que son badaut de mary va vendre son caquet et gratter le papier, elle va à confesse dans la chambre d’un qui luy donne l’absolution par le devant.

Jeanne le Noir, du marché Neuf, se tient offensée de tels discours. Elle la fait taire, et luy parle en ces termes : Il n’est pas temps de compter icy des sornettes ; il ne faut pas chanter devant un affligé, ny rire devant un qui pleure.

— Il est vray, dit le sieur Bonard ; certes, vous avez raison. Je ne sçaurois maintenant ouyr parler que de l’infortune qui nous est arrivé. Mon cœur fond en larmes quand j’y pense. Je voudrois bien prendre patience, et toutesfois je ne puis. Contentez-vous donc, ma bonne amie, si nous sommes assez affligez ; n’augmentez pas l’affliction par vos sales et importuns discours. Je perds ce caresme presque deux mille escus ; je n’ay pas occasion de rire. Je suis pour le moins autant affligé que monsieur de Crequy21, qui perdit ces jours passez vingt mille escus, avec un beau diamant d’un fort grand prix. Toutesfois il me semble qu’il ne doit avoir aucune occasion de s’atrister, car, outre que ses coffres sont assez fournis, le connestable22 en amasse pour luy. L’espérance qu’il a luy doit apporter une consolation et bannir de son esprit toute tristesse. Les frères de Luyne23 ont bien plus grande occasion de detester leur sort et s’affliger, car ils sont comme chahuans qui n’osent paroistre au jour. Ils ont voulu, comme papillons, s’approcher trop près de la chandelle ; ils se sont bruslez les ailes, et ne doivent plus à rien aspirer qu’à vivre doucement avec leurs femmes, qui mordent souvent leurs lèvres de fascherie qu’elles ont d’avoir esté deceues. Bon Dieu ! j’esperois faire un grand gain ce Caresme, mais le subit departement du roy m’en a bien osté le moyen.

L’evesque, lequel escoutoit ces discours, comme c’est un fort bon cors d’homme, tasche à les consoler tous, et par des paroles douces et amiables prend peine de leur oster l’ennuy et la tristesse qui les surmontoit. Mes amis, et chère compagne (dit-il), il faut prendre patience parmi les misères du temps : nous sommes en un miserable siècle ; nous ne sommes pas seuls qui sommes affligez. J’ay aussi bien perdu comme vous ; mais neantmoins je ne me laisse pas emporter ainsi à l’ennuy ; je combats la douleur qui me vient environner. Que si j’ay perdu ce caresme, l’année prochaine ma perte sera remplie, avec la grace de Dieu. Je suis d’un naturel que j’espère tousjours ; semblable à celui qui esperoit avoir les seaux, et espère encore, mais en vain, possible. Que profite-il à un homme de se desesperer pour chose qui arrive ? Celuy qui a vendu son office soubs l’esperance de faire une meilleure fortune par la faveur de feu monsieur de Caumartin24 a subject de s’attrister, car, pauvre homme, il se voit pipé et frustré de son esperance, et recognoist qu’il ne faut pas tant mettre sa confiance ès choses de ce monde : la mort a empesché son dessein, et il est contrainct de gemir et souspirer amerement.

— Certes vous dittes bien (respondit monsieur de la Volée) ; nous avons des compagnons, et ne sommes pas seuls qui sommes tombez en la disgrace de la fortune ; je vois que les plus grands princes et les plus grandes princesses de la cour trempent dans un mesme malheur. Je cognois une pauvre dame qui estoit retournée d’Italie pour le mauvais traittement de son mary, esperant de se venir ranger sous les ailes de son frère ; mais le sort a voulu, au grand regret de tout le royaume, qu’il a ressenti devant Montauban25 les traicts funestes et rigoureux de la cruelle Parque ; tellement qu’elle souspire et sanglotte jour et nuict, et est contraincte de faire comme les jeunes filles que leurs parens ne veulent assez tost marier : elle prend sa queue entre ses mains et prend patience. Pour moy, je ne seray pas saisi d’un desespoir comme celuy qui nous a devancé, que chacun cognoit assez pour le traict digne d’admiration qu’il a faict, lequel, ne pouvant obtenir de Sa Majesté ce qu’il desiroit et accomplir ses desseins, s’est fait enterrer au point où vous sçavez. Ô sepulcre merveilleux ! ô tombeau honorable ! Sa sottise estoit grande et son aveuglement estrange. J’ay peur toutefois que quelqu’un de la compagnie fasse le mesme ; Dieu ne veuille ! J’ay resolu, pour moy, d’estre tousjours comme un ferme rocher contre les tribulations qui me surviendroient. Si je ne fais pas bien mes affaires en ce monde, et si la fortune m’est contraire, il n’y a remède ; c’est signe que Dieu m’ayme, et que j’auray mes souhaits en l’autre monde. Belle resolution ! Courage donc, vous autres qui estes tombés en affliction. Monsieur de Schomberg, resjouissez-vous : c’est une marque que le Ciel vous favorise ; si le brigand et voleur de Mercure est mis au nombre des dieux, pourquoy n’y seriez-vous pas mis aussi bien comme luy26 ?

Martin, un de ceux qui reçoit les deniers, entendant qu’il parloit ainsi, et admirant sa constance, commence à secouer le joug de la douleur et s’esgayer, luy parlant en ces termes : Vrayement, nous sommes insensez de nous tant affliger pour les biens de ce monde ! N’avez-vous pas parlé aujourd’huy à monsieur Chanteau ? On m’a dict qu’il veut vendre son lict en broderie… Est-il possible ? Je ne le crois pas. Certes, s’il le fait, c’est une marque evidente qu’il a bien perdu, aussi bien comme nous.

Madame Roberde, qui estoit en un coing, triste et toute esplorée, comme saisie de fureur et de rage, et faisant destiller de ses yeux un torrent de pleurs, accusant la severité du ciel et blasmant son sort, s’escrie en ces termes (ses cheveux espars ventilloient de toutes parts ; sa face estoit toute battue ; bref, elle estoit en un triste et deplorable esquipage) :

Voilà la chance retournée !
Au diable soit le poisson !
Je voudrois que de ceste année
N’en eusse veu en ma maison.

Mais une autre poissonnière, la voyant en ce piteux estat, commence à luy repartir : À la verité, je ne sçay pourquoy vous vous affligez tant. Sus, quittez vos pleurs et vos sanglots. Je devrois bien donc avoir juste occasion de me laisser saisir à la douleur, moy qui ay tant presté que je suis pauvre maintenant ! Vous sçavez que chacun m’a abuzé ; il n’y a provoyeur ny cuisinier qui ne m’ait trompé : les uns m’ont emporté cent francs, les autres deux cens, et les autres cent escus. J’ay encore un cheval d’argent chez nous, comme vous sçavez, lequel est pour gage… Il me faut mourir de faim auprès, car de le vendre ou de l’engager je n’ozerois, veu que celuy auquel il appartient a trop de credit et de puissance : il me ruineroit. Il n’y a rien qui me puisse consoler, sinon que l’on me doit encore un peu d’argent chez monsieur le chancelier ; mais ce vieux radoteur-là est si chiche, qu’il est impossible de tirer de l’argent de luy. Ses officiers sont aucunefois au desespoir… Quand on luy parle d’aller fouiller dans ses coffres, il a la goutte ; mais quand on luy parle d’aller recevoir de l’argent, il va gaillardement ; vous diriez, à le voir, qu’il n’a jamais eu les gouttes. Regardez comment il suit le roi ! Il a envie d’emplir ses seaux, pour le certain. Je n’ay pas tant de peine d’estre payée de monsieur de Beaumarché : c’est un honneste homme27 ; tous ses serviteurs se louent bien de luy. C’est dommage que cet homme-là n’a de l’esprit ; mais j’ay entendu que c’est une vraye pecore. Aux asnes tousjours l’avoine vient, mais elle manque aux chevaux qui sont capables de quelque chose de bon.

Un bon compagnon de serviteur qui estoit derrière, entendant tous ces discours, se lève et leur dict : Mais on se plaint bien icy de tous les bourgeois et messieurs de la ville qu’on perd à la vente du poisson ; mais personne ne parle de ce que vous avez perdu après messieurs de la religion. Le pauvre ignorant ne sçavoit pas, ou bien il le dissimuloit, que telles gens n’usent point de ceste viande. J’ai veu, dict-il, un certain qui venoit de Charenton, lequel se gabboit de vous autres, disant qu’il vous faudrait saller votre poisson pour l’année prochaine ; mais il esperoit, à l’entendre, que le pape avoit resolu de deffendre le caresme. Je ne sçay si c’est la verité. Les Celestins alors auroient beau manger poisson, vrayment nous les verrions encore une fois aussi gras qu’ils sont. Il feroit bon de prendre la robbe en ceste religion, afin de faire bonne chère, encore bien que leur trongne ordinaire demonstre assez evidemment qu’ils ne jeusnent nullement, ou, s’ils jeusnent, qu’ils font de bons repas. Je cognois un bon père là-dedans qui m’a confessé qu’il mange tous les jours de quarante sortes de mets pour un seul repas avec une quarte de bon vin à vingt-cinq ou trente escus le muys et demy-douzaine de bonnes miches. Ne voilà pas un bon traictement ?

— Certes, je ne sçay comment ils ne deviennent pas amoureux : car tant plus qu’un homme est bien traicté, d’autant plus sa concupiscence s’allume et s’enflamme. Toutefois, quand ils le seroient, leur prelat28 l’est bien. Celuy qui doit estre la lumière, le flambeau et le phare de l’Eglise, se laisse trahyr et piper par ses passions. C’est peut-estre qu’il ne sçauroit à quoy passer le temps. L’oysiveté engendre beaucoup de maux. De feuilleter les livres, je ne sçay s’il a la teste chargée de science. Pour moy, j’estimerois que c’est un asne coiffé d’une mitre, sauve le respect que je luy dois. Quand cela seroit, il n’est pas seul : j’en cognois d’autres, tant prelats que pasteurs, comme le pasteur de Sainct-Germain le Vieil29, qui, avec sa grande barbe de bouc, ne meriteroit que conduire les oysons. Qu’il ne s’en fasche pas, car je sçay qu’il s’estime estre un grand prophète entre messieurs les curez de Paris.

Monsieur l’eschevin, cependant, qui s’amusoit à parler à ceux de son logis touchant le soupper, vient rejoindre la compagnie, et, voyant qu’il estoit environ huict heures du soir, il les congedie, les conjurant tous de ne se pas attrister, et promettant qu’il mettroit ordre à tout. Cependant de vous dire ce qui fut dict à la sortie je ne sçaurois : car, de peur d’estre descouvert, je commençay à esquiver et fuir vistement. Ils pourront faire une autre assemblée ; peut-estre vous en entendrez parler ; quant à moy, je n’y veux plus aller, car, vers Sainct-Innocent, je courus grand risque et grand peril de perdre mon manteau et avoir les epaulles graissées d’une graisle de coups de baston.



1. Cette pièce est du même genre que les Caquets de l’Accouchée, et parut, à quelques mois près, vers la même époque ; aussi les amateurs la rangent-ils au nombre de celles qui sont comme le complément de ce curieux recueil. — Elle ne porte pas de date, et, au premier abord, nous avons pensé, comme on l’a fait ailleurs, qu’on pouvoit lui donner celle du 29 avril 1621, qui correspond en effet à un départ du roi ; mais après un plus mûr examen, il nous a semblé qu’il falloit la ramener à 1623.

2. On peut voir, par un passage des Caquets de l’Accouchée, combien ces départs du roi et de la cour, qui dépeuploient Paris de tous les gens faisant grande dépense, soulevoient de plaintes dans le corps des marchands. Les femmes n’en gémissoient pas moins. Il parut à ce propos : L’affliction des dames de Paris sur le départ de leurs serviteurs et amis suivant la cour, avec la consolation qui leur est faite sur ce sujet, par Cléandre.

3. C’est Brulart de Sillery, qui, malgré son grand âge, avoit repris, le 23 janvier 1623, la charge de chancelier, qu’il avoit occupée antérieurement, de 1607 à 1616.

4. Sillery imitoit en cela Du Vair, l’un de ses derniers prédécesseurs, qui avoit suivi le roi dans sa campagne de 1621, pendant laquelle il étoit mort à Tonneins, le 3 août.

5. Sa mort, arrivée le 1er octobre 1624, donna bientôt raison aux caqueteuses. Il avoit rendu les sceaux le 2 janvier précédent.

6. C’étoit le troisième départ du roi. La première fois, il étoit allé dans le Béarn ; la seconde, dans le Poitou.

7. Ce voyage donna lieu à plusieurs livrets : le Voyage de Fontainebleau, fait par MM. Bautru et Desmaretz, par dialogue, 1623, in-8 ; le Messager de Fontainebleau, avec les nouvelles et paquets de la cour, 1623, in-8 ; le Pasquil du rencontre des cocus à Fontainebleau ; le Clairvoyant de Fontainebleau, 1623, in-8.

8. Le jésuite Étienne Binet, dont nous avons déjà parlé dans une note de notre tome 1er, p. 128, note 2.

9. Confesseur du roi. V. Fæneste, édit. Jannet, p. 65.

10. On avoit de vives craintes du côté de l’Espagne ; en 1621 il avoit paru un petit libelle : les Sentinelles au roi, ou avertissement des dangereuses approches des forces espagnolles pour bloquer le royaume de France et pays circonvoisins, avril 1621, in-8. Mais ce fut bien pis, en 1623 ; on publia : Progrès des conquêtes du roi d’Espagne, etc. ; Dessein perpétuel des Espagnols à la monarchie universelle, avec les preuves d’iceluy ; Déclaration historique de l’injuste usurpation et détention de la Navarre par les Espagnols, etc.

11. Comparé.

12. Il y avoit eu en 1621, surtout du 9 au 24 juillet, quelques beaux coups de main de l’armée royale contre la garnison de La Rochelle ; mais la ville n’en tenoit pas moins intrépidement.

13. C’est-à-dire au dernier sou. Le blanc valoit alors 10 deniers.

14. Henri de Savoie, duc de Nemours. V. sur lui notre édition des Caquets, pag. 162.

Le duc de Nemours avoit épousé, en 1618, la riche héritière de ce prince, Anne de Lorraine. C’est par ce mariage que le duché d’Aumale passa dans la maison de Savoie, où il resta jusqu’en 1675.

15. V. sur lui une longue note de notre édition des Caquets de l’Accouchee, p. 147.

16. L’un des gros financiers de ce temps-là. Son luxe ordinaire fut cause que, dans la Voix publique au roi, il est un de ceux qu’on désigne aux rigueurs royales (Recueil A–Z ; E, p. 241). Cette famille des Feydeau quitta bientôt la finance et passa dans la robe. (Journal de Marais, Rev. rétrosp. , 30 novembre 1836, p. 189.) Au XVIIe siècle, un Feydeau, qui étoit dans l’échevinage, donna son nom à une rue bien connue de Paris.

17. V. encore, sur cette recherche des financiers, les Caquets de l’Accouchée, passim.

18. On connoît cette expression satirique, et le petit livre contre les gens de finance dont elle inspira le titre : l’Art de plumer la poulle sans crier, Cologne, 1710, in-12. En 1774, elle avoit encore cours. On la retrouve dans cette jolie épigramme à propos de l’avènement de Louis XVI :

Enfin, la poule au pot sera donc bientôt mise,
––——On doit du moins le présumer :
Car, depuis deux cents ans qu’on nous l’avoit promise,
––——On n’a cessé de la plumer.

19. Feydeau avoit marié sa fille au comte de Lude. (La Voix publique au roi, ibid.)

20. Sans doute le même qui étoit encore dans les finances en 1649, et dont il est dit, à la page 3 du Catalogue des partisans, etc., in-4, qu’il avoit été non seulement commis, mais lacquais.

21. Le maréchal de Créqui. V. sur lui une note de notre édition des Caquets de l’Accouchée, p. 170–171.

22. Le connestable de Lesdiguières, dont M. de Créqui étoit le gendre.

23. Depuis la mort de Luynes au siége de Monheur, la situation de ses frères étoit devenue telle qu’on la représente ici.

24. Louis Lefevre de Caumartin avoit été fait chancelier en 1622, et étoit mort peu de mois après. Nous ne savons quel est l’ambitieux qui, sur sa promesse, à ce qu’il paroît, s’étoit flatté d’obtenir son héritage, et fut trompé par sa mort trop prompte.

25. Le siége de Montauban fut très meurtrier pour la noblesse qui combattoit dans l’armée royale. V., sur ceux qui y sucombèrent et sur les soupçons auxquels leur mort donna lieu, les Caquets de l’Accouchée, p. 159.

26. Le trait devient plus piquant lorsqu’on sait que M. de Schomberg étoit surintendant des finances.

27. Beaumarchais n’avoit en aucune façon la réputation d’honnêteté qu’on lui donne ici. Lors de la recherche des financiers, c’est contre lui et contre son gendre, La Vieuville, qu’on sévit le plus rigoureusement. On les accusoit d’avoir volé en quelques mois plus de 600,000 francs. (La Voix publique au Roy, Recueil A-Z, E, 237–241.)

28. Jean-François de Gondi occupoit le siége de Paris depuis un an à peu près. Sa vie, dans sa maison de Saint-Cloud, étoit bien telle qu’on la représente ici.

29. C’étoit une petite paroisse située rue du Marché-Neuf. On l’a démolie en 1802. Les maisons portant les nos 6 et 8 tiennent sa place.