La région de l’Abitibi : terres à coloniser/11

Département de la colonisation, des mines et des pêcheries (p. 19-21).

Canton de Senneterre



C’est le premier canton que nous rencontrons en entrant dans l’Abitibi. Le Transcontinental le coupe dans une direction nord-ouest sur les rangs IV, V, VI, VII, VIII et IX.

À la hauteur du rang VII, il traverse la rivière Bell sur un beau pont en fer. Le terrain du canton Senneterre est plan sur presque toute son étendue. La hauteur de la montagne Bell, située à l’est de la ligne centrale sur le rang VI, et que le chemin de fer longe avant de traverser la rivière, est d’environ 120 pieds.

Une autre chaîne de montagne assez élevée longe la ligne centrale sur une partie des rangs III et IV, et sur les lots 46 et 47 des rangs V et VI on voit un coteau de cyprès très élevé.

« Le canton de Senneterre », dit M. Arthur Lepage, (rapport du ministre des Terres et Forêts, 1914), « possède plusieurs cours d’eau remarquables dont quelques-uns sont navigables. Ainsi, il y a la belle rivière Bell qui traverse le canton du sud-ouest au nord-est, et qui plus loin au nord prend le nom de Nottaway, et va porter ses eaux dans la baie James.

« Dans le premier rang, elle forme une partie du lac Obaska qui a près d’un mille de largeur dans ce canton. Dans les rangs II, III, IV, V, VI, et VII, elle a jusqu’à 10 à 12 chaînes de largeur ; et elle a même de 25 à 35 chaînes dans les rangs VIII, IX et X. Il y a quelques petits rapides dans les rangs II, III et IV et deux petites chutes d’environ cinq à six pieds l’une au commencement du rang trois et l’autre vers le milieu du rang cinq sur la rivière Bell. À cinq milles au nord du pont du chemin de fer Transcontinental, elle forme le beau grand lac Shabogama qui a près de trente milles de longueur, sur lequel on peut avantageusement se procurer le plaisir du yacht et du canotage. Ce lac s’étend au sud en forme de baie dans les rangs neuf et dix, baie qui a de 20 à 50 chaînes de largeur et est peu profonde.

« Je note aussi le ruisseau « Aux Trembles » qui traverse la partie nord-ouest du canton et qui se jette dans la rivière Bell à un mille au sud du pont du chemin de fer Transcontinental, lequel pont traverse la rivière Bell au milieu du village de Senneterre.

« La partie est du canton est aussi traversée dans toute sa hauteur, du sud au nord, par le gros ruisseau Adelphus qui se décharge dans le lac Shabogama. J’ai descendu ce ruisseau en canot dans les basses eaux, avec un peu de difficulté, c’est vrai, mais dans toute sa longueur ; il est également vrai qu’il m’a fallu le débarrasser en certains endroits et faire quelques portages pour éviter trois ou quatre petits rapides, tous dans le quatrième rang. Ce ruisseau et ses deux branches de l’est que j’indique sur mon plan seront d’un grand appoint pour faire le drainage de la partie sud-est du canton, où il y a des savanes et des marécages de grande étendue. Il y a aussi de grandes savanes et de grands marécages dans la partie sud-ouest, mais en nombre moindre et de plus petite étendue. »


page=1
COLONS DU CANTON DE LAMOTTE — 1918

Les colons fixés dans le canton de Senneterre sont surtout établis dans les rangs VI, VII, VIII, IX et x, à l’est de la rivière Bell. Il y a encore une assez grande quantité de terrain propre à l’agriculture le long du ruisseau Adelphus, et une excellente partie le long de la rivière Megiskan qui effleure la partie nord-est de ce canton.

Il y a aussi un peu partout à l’intérieur, en dehors des savanes et des marécages de notables étendues de terrain propre à la culture.

« Si on considère le fait », dit encore M. Arthur Lepage, « que les ingénieurs du chemin de fer Transcontinental ont baissé de dix pieds et presque vidé, au moyen de drains, un petit lac qui était sur leur passage, dans le rang cinq de ce canton, on est bien justifiable de croire que ces savanes et ces marécages pourront pratiquement être drainés et utilisés pour des fins de culture, car j’ai noté que le sol y est généralement de terre grise mêlée d’une bonne partie d’argile en-dessous d’une couche de terre noire. »

Il est peu probable que la colonisation à la rivière Bell se développe en remontant vers le sud, à cause de l’état marécageux du terrain. Du côté du nord, au contraire, elle s’étendra au loin.

SENNETERRE (Nottaway) (Saint-Paul de). — Le site de ce village est magnifique ; il s’étend au nord et au sud du chemin de fer, de chaque côté de la rivière Bell. La population actuelle est de 308 âmes.

On trouve au village de Senneterre, un moulin à scie, quatre magasins, deux hôtels, et une maison de pension. On y achève la construction d’une école et d’un presbytère-chapelle. Le premier curé, l’abbé L.-A.-O. Huart, est arrivé à Senneterre, le 9 octobre 1918. Un notaire vient de s’y établir.

Senneterre, comme Amos deviendra un centre commercial important. Si le chemin de fer, de la Baie James à Montréal, vient à se construire, c’est à cet endroit qu’il devra faire sa jonction avec le Transcontinental. Senneterre sera, de plus, le marché de toute la région agricole qui se développera le long de la rivière Bell.