Ouvrir le menu principal

La franc-maçonnerie et la révolution française/D4

LE CODE, LE SYSTEME, LES MYSTÈRES
ET LES INSTRUCTIONS DE WEISHAUPT


«… Par le nom de Frère Insinuant, il faut entendre ici l’Illuminé travaillant à gagner des sujets à son Ordre… Pour apprendre à connaître les sujets qu’il peut enrôler, tout Illuminé doit commencer par se munir de tablettes en forme de journal, Diarium. Espion assidu de tout ce qui l’entoure, il observera continuellement les personnes avec lesquelles il se trouve ; amis, parents, ennemis, indifférents, tous, sans exception, seront l’objet de ses recherches ; il tâchera de découvrir leur côté fort, leur côté faible, leurs passions, leurs préjugés, leurs liaisons, leurs actions surtout, leurs intérêts, leur fortune, en un mot tout ce qui peut donner sur eux les connaissances les plus détaillées ; chaque jour il marquera sur ses tablettes ce qu’il a observé en ce genre.

« Cet espionnage, devoir constant et assidu de tout Illuminé, aura deux avantages : l’un général pour l’Ordre et ses supérieurs, et l’autre pour l’adepte. Chaque mois, il fera deux fois le relevé de ses observations ; il en transmettra l’ensemble à ses supérieurs ; et l’Ordre sera instruit par là quels sont, dans chaque ville ou chaque bourg, les hommes de qui ils doivent espérer la protection ou redouter l’opposition. Il saura tous les moyens à prendre pour gagner
les uns ou écarter les autres. Quant à l’adepte Insinuant, il en connaîtra mieux les sujets dont il peut proposer la réception, et ceux qu’il croit devoir exclure. Dans les notes qu’il envoie chaque mois, il ne manquera pas d’exposer les raisons de l’un ou de l’autre… » (Écrits originaux, réforme des Statuts, articles 9, 13 et suite ; Instruction pour les Insinuants, section xi, n° 1 ; pour les Insinués, n° 1, 3, 5, etc. Lettre 4, à Ajax.)

« Tandis qu’il est ainsi tout occupé à connaître les autres, le Frère Insinuant se gardera bien de se faire connaître lui-même comme Illuminé. La loi est expresse pour tous les Frères ; elle est spécialement requise pour le succès des Enrôleurs. C’est à eux aussi que le Législateur recommande tout cet extérieur de vertu, de perfection, et le soin d’éviter les scandales, dont la suite serait de les priver de leur autorité sur les esprits. (Écrits originaux, t. II, lettres 1 et 9.)

C’est pour les Frères Enrôleurs surtout que la loi porte : « Appliquez-vous à l’art de vous contrefaire, de vous cacher, de vous masquer, en observant les autres, pour pénétrer dans leur intérieur… » (Écrits originaux, t. I. p. 40, n° 5, 6 et 8.)