L’art dans l’Afrique australe/10

Berger-Levrault (p. 83-90).

Noms, prénoms, surnoms…



Frédéric Christol - L'art dans l'Afrique australe, 1911 (page 123 crop-1).jpg



« Qu’ai-je besoin de savoir votre nom !
D’ailleurs, avant que vous le disiez, vous en aviez un que je savais : « Vous « vous appelez mon frère. »
(V. Hugo, Les Misérables .)


Hermon, pays des Bassouto.



Nous venons d’avoir aujourd’hui la réunion des catéchumènes de tout le district, et, comme le temps était beau et pas trop chaud, nous avons eu une nombreuse assemblée, la plus belle que nous ayons encore vue ici dans ce genre.

Tous les convoqués n’étaient pas là ; dans un sens cela est heureux, car je ne sais où ils auraient pu se caser. Notre vieille chapelle était aussi pleine que possible avec quatre cent quarante néophytes ; aussi présentait-elle un coup d’œil des plus émouvants.

Il y avait là tous les âges et toutes les conditions ; des vieillards, qui avaient longtemps résisté aux appels de Dieu, et qui pouvaient répéter ces paroles d’une poésie faite par un de nos amis :

J’ai laissé, brebis égarée,
De ma laine à tous les buissons…

Des hommes dans la force de l’âge, qui pouvaient s’approprier ce que disait ce matin Selele, qui porte le nom peu solennel de « Nid de souris » : « J’ai rôdé dans des plaines desséchées, c’est-à-dire : j’ai gâché ma vie. »

Enfin, beaucoup d’enfants, bergers, élèves des écoles, aspirant sincèrement, j’aime à le croire, à suivre le Maître humble et débonnaire.

L’appel des noms que je dus faire prit pas mal de temps, d’abord à cause des nombreuses absences, puis à cause des noms eux-mêmes qui n’étaient pas toujours aisés à prononcer ou qui me surprenaient par leur étrangeté ou leur inattendu, comme : Krotu-Krotu, Qapu-Qapu, Mpochopocho, Nchaochao, Jaja, etc., ou par leur côté inquiétant, comme le nom de cette jeune fille qui, ce matin, a répondu à l’appel de son nom : Tsitsili, — un insecte plat, brun, mal odorant, qu’on n’ose plus désigner en français — et dont le père s’appelle — fâcheuse coïncidence — Ramotoho, le père de la bouillie !

Il y avait là aussi plusieurs femmes ou fillettes portant le nom propre et commun, tout à la fois, de Moselantja (queue de chien), ou celui de Kokonyana (insecte), Tsienyane (petite sauterelle), Makudubété (têtard), Maru a pula (nuages de pluie), à côté de noms d’hommes plus relevés : Motsuahole (celui qui vient de loin), Thébè-ea-pelo (bouclier du cœur), Mothokeng (qu’est-ce que l’homme ?) ; puis Ntsepas (montre ton permis), et Molefakrotla (celui qui est à l’amende).

Mon homonyme, baptisé ainsi par un collègue, sur le désir de son père, Féra (celui qui pose sa charpente sur sa maison) était absent ; ainsi que Kromo-ea-baroa (bœuf de Bushman) ; mais Moitlisi (celui qui s’amène) était des nôtres, naturellement ! ainsi que le fils de mon ancien ami, Ratsabadira (le père de celui qui a peur des ennemis). En français, ces noms paraissent un peu longs, mais en sessouto on n’est pas du tout aussi pressé.

Ces noms et surnoms sont curieux et bizarres et aident à connaître les indigènes, qui semblent y mettre tout leur esprit et même tout leur sens caustique. Du reste on prend l’habitude de ces noms et surnoms, et personne ne pense
pelaelo
beaucoup à leur signification. On oublie que le vieux Matlakala s’appelle « brin de paille » ; tel autre Dipudimabeleng (les chèvres sont dans le champ) ; ou encore Khomobolela (le bœuf parle), et Moyakhomo (celui qui accapare les bœufs). Tout cela n’est pas beaucoup plus étrange que de s’appeler comme cet Anglais : Ireleaven (levain d’irritation) ; ou comme un autre Woodhead (Tête de bois), ou bien encore Smartenrijke (riche en douleurs), comme un Boer de nos environs.


motchotchonono
Il y a là aussi, outre des noms venant de circonstances, comme Pula (la pluie), Motchotchonono (comète), etc., d’autres provenant de croyances superstitieuses, car un nom laid doit éloigner de l’enfant la maladie ou les accidents, par exemple ceux de : Nguanatsuene (enfant de singe), Lefulebe (mauvaise mort), Mohlokakobo (qui n’a pas de vêtement) ; sans oublier Pelaelo, gentille fillette de parents païens dont le nom veut dire : « arrière-pensée ». N’oublions pas non plus le nom au moins bizarre de Mamenyemenye (la mère de la viande de conserve), et celui de mon vieil ami Ramakhoaba (le père des corbeaux).

Les surnoms se confondent
ramakhoaba
avec les noms et se ressemblent pour nous, mais pas pour les indigènes. Ainsi, un jour que je disais à Adelina : « Le nom de ton mari, c’est bien Rakatiba » (le père du chapeau) ? il me fut répliqué d’un ton un peu choqué : « Mais non, son vrai nom, c’est Krolabolokoe (scarabée). »

Il est, par conséquent, peu aisé de retenir tous les noms et prénoms des membres
la vieille sana
de l’Église et des catéchumènes, d’autant plus que souvent les indigènes sont nommés d’après le nom de leur premier enfant, précédé du mot Ra ou Ma, père ou mère d’un tel.

Cela embrouille pas mal les choses pour nous, car chaque individu peut avoir presque autant de noms qu’un grand d’Espagne.

Cela est dommage, d’autant plus que les indigènes aiment bien qu’on les connaisse par leurs noms, et pour les savoir il faut parfois user de circonlocutions, quitte à obtenir peut-être ce qu’une femme me donna pour réponse : « Regarde dans le registre de l’église et tu verras ! »


Frédéric Christol - L'art dans l'Afrique australe, 1911 (page 128 crop).jpg
issachar

Ce n’est pas nous qui poussons les indigènes à prendre des noms bibliques ou des noms retentissants, comme ceux de Napoléon Sepagela, Pénélope Letsié ou Elisha Raphaël ; mais cela est quelquefois nécessaire, par exemple quand un néophyte répond au nom de Ntja (chien), ou de Hlohiloe (qui est détestée), ou Ntloheleng (laissez-moi tranquille), ou même aussi Ntsehiseng (faites-moi rire), ou à d’autres tout aussi aimables.


Frédéric Christol - L'art dans l'Afrique australe, 1911 (page 129 crop).jpg
I. peinture sur un rocher, près mabolela et ladybrand (état libre d’orange).
II. peinture dans le village de krotso, près thaba-bossiou (pays de bassouto).

Mais, en général, il n’est pas du tout nécessaire, pour être membres de l’Église, de s’appeler Petrose, Absalome ou Madelena ; ni même Candace, Olympe, Abiathar ou Abed-Nego… Les noms indigènes font l’affaire aussi bien que ceux venant de nos langues mortes.

Parfois, dans leur désir d’avoir des noms bibliques, certains de nos membres d’Église, pour en avoir de nouveaux, vont un peu loin, comme celui qui voulait que je baptise sa fille du nom peu recherché de Jésabel ; sans parler de
jakobo krachane lédimo
Cornélia, une brave femme de notre voisinage, dont le mari répond, et pas toujours très aimablement, au triste nom de Tibère.

À ce propos, je me souviens d’un chef de famille chrétien qui avait nommé son fils aîné Matthieu, d’après l’évangéliste, le second fut Marc, puis arrivèrent Luc et Jean ; enfin, lorsque le cinquième aborda, on lui octroya bravement le nom de Diketso !… (Actes des Apôtres).

Les Bassouto commencent à prendre des noms de famille, ce sont ceux de leurs grands-pères qu’ils ajoutent à leurs noms, ce que, naturellement, nous encourageons de notre mieux ; aussi avons-nous : M. Zakea Bathobakae (où sont les hommes), Mme Sofia Radinku (le père des moutons), M. Bethuch Sekokotoane (la petite chose brillante), M. Filipi Khomoeaka (mon bœuf), puis mon vieux et brave ami Jakobo Lédimo (cannibale), etc.

Ne nous hâtons pas trop de blâmer la coutume généralement adoptée par nos néophytes de changer de nom lors de la réception dans l’Église par le baptême. Cette coutume est un peu l’image d’une vie nouvelle, et une sorte d’appropriation de ce « nouveau nom » dont il est parlé dans le livre de l’Apocalypse (II, 17). On nous parlait un jour d’un vieux renégat qui, entendant inopinément son nom d’Esdras, avait été par ce seul fait comme rappelé à lui-même et réveillé dans sa conscience.

Parfois il peut nous être bon, ainsi qu’Alexandre le Grand le dit à un de ses soldats portant le même nom que lui, de nous souvenir du nom que nous portons !


Frédéric Christol - L'art dans l'Afrique australe, 1911 (page 132 crop).jpg
éléphant zambézien en terre glaise

  1. La fleur placée en tête de ces lignes est une églantine du Cap à laquelle on a octroyé le surnom peu poétique de Rose de chien.