L’Encyclopédie/1re édition/DÉPART

◄  DÉPARIER

DÉPART, s. m. (Métall.) le départ est une opération, ou plûtôt un procédé, une suite d’opérations, par lesquelles on sépare l’or de l’argent.

L’opération principale, ou le premier moyen de séparation est fondé sur la proprieté qu’ont certains menstrues d’attaquer l’argent sans toucher à l’or, ou de s’unir à ce dernier métal en épargnant le premier.

Le départ par le moyen des menstrues qui attaquent l’argent, est celui que l’on employe le plus ordinairement.

Il y a deux sortes de départs de cette classe ; celui qu’on appelle par la voie humide, & le départ par la voie seche ou par la fonte. Nous allons traiter d’abord du premier : cet usage des acides minéraux a été découvert, & mis en usage à Venise peu de tems après la découverte de ces acides, vers l’an 1400.

L’argent est soluble par l’eau-forte ; il ne perd point cette propriété, lorsqu’il est mélé à l’or en une certaine proportion : cette proportion est celle que l’argent doit être presque le triple de l’or dans la masse à départir ; & cette proportion est la plus exacte qu’il est possible, c’est-à-dire la plus avantageuse pour le succès, pour la perfection & pour l’élégance de l’opération, si le mélange est composé de trois parties d’argent & d’une partie d’or. L’avantage singulier que cette proportion procure, c’est que si l’on ne brusque pas trop la dissolution de l’argent tenant or, la chaux d’or restée après cette dissolution retient la figure qu’avoit l’argent tenant or avant l’opération ; ce qui fait qu’on ne perd aucune portion de cette chaux : au lieu que si l’or est contenu en moindre proportion dans l’argent aurifere, il n’est pas possible de lui conserver de la continuité, & que dans cet état de poudre subtile on en perd nécessairement quelque partie.

C’est le départ d’une masse formée par l’or & l’argent mêlés dans la proportion que nous venons d’assigner, qui s’appelle proprement inquart, quartatio : ce nom se donne aussi assez communement à tout départ par l’eau-forte.

L’acide vitriolique très-concentré & bouillant, dissout l’argent, mais n’attaque point l’or. Quelques départeurs se servent de cet acide pour séparer l’or de l’argent : mais cette méthode est beaucoup moins usitée que celle où l’on employe l’eau forte. Nous allons rapporter cette derniere méthode.

On commence par granuler ou grenailler la masse d’argent tenant or, propre à être départie par l’eau-forte, c’est-à-dire contenant au moins trois parties d’argent sur une d’or. Voy. Grenailler. Si l’on veut départir par l’eau-forte un alliage où l’argent ne domine pas assez pour que l’eau-forte puisse l’attaquer, on n’a qu’à ajoûter à cette masse une quantité suffisante d’argent pour qu’il en résulte un nouveau mêlange, dans lequel les deux métaux se trouvent en proportion convenable. Pour approcher autant qu’il est possible de la proportion la plus exacte, on peut essayer par la pierre de touche & les aiguilles d’essai (Voyez Pierre de touche & Aiguille d’essai), la masse à laquelle on veut ajoûter de l’argent ; on fond ensuite cette masse avec suffisante quantité d’argent ; on brasse exactement le mêlange, & on le réduit en grenailles, comme il a été dit ci-dessus.

Ce qui suit a été extrait du traité de la fonte des mines, &c. de Schlutter, publié en françois par M. Hellot.

On prend ensuite des cucurbites coniques ou des matras, qu’on place sur des bains de sable ; il faut que ces vaisseaux ayent été bien recuits au fourneau de verrerie, & que le fourneau où on les a mis à recuire, se soit refroidi de lui-même avant qu’on les en ait retirés : si l’on n’a pas eu cette attention dans la verrerie, il est rare de trouver de ces vaisseaux qui ne se fêlent pas, même à froid, en les faisant égoutter après les avoir rincés. C’est selon la quantité d’argent tenant or qu’on veut départir, qu’on choisit les cucurbites. Je suppose que le départ soit fort : cependant je compte qu’il faut prendre tout au plus six marcs d’argent par cucurbite ; ainsi si l’on a beaucoup d’argent on le distribue dans plusieurs de ces vaisseaux, car on en peut mettre jusqu’à dix en œuvre s’il est nécessaire : ce qui fait une dissolution de soixante marcs à la fois. Si l’on veut aller doucement, on ne verse que quatre livres d’eau-forte dans chacun des vaisseaux contenant six marcs de grenaille d’argent ; mais quand il s’agit d’accélérer le départ, on peut tout d’abord en verser six livres : car on compte ordinairement une livre d’eau-forte pour un marc d’argent ; c’est de l’eau-forte précipitée & purifiée par l’argent qu’on doit employer. La cucurbite ne doit être remplie qu’aux deux tiers par ces six marcs d’argent, & six livres d’eau-forte. C’est ce qui détermine sur le choix des cucurbites ; car il doit toûjours y rester un vuide, parce que l’eau-forte se gonfle quand elle commence à agir.

On place ensuite toutes les cucurbites sur le bain de sable qui doit être froid ; on allume dessous un feu modéré, pour que le sable s’échauffe peu-à-peu, quoique l’eau-forte, quand elle est bonne & que les grenailles ont été rougies, commence aussi-tôt à agir sur l’argent : cependant la chaleur facilite la dissolution, & la liqueur devient blanche ; de sorte qu’il faut prendre garde quelle ne soit trop échauffée dans le commencement, parce qu’elle monteroit facilement, sur-tout quand les capsules des bains de sable sont de fer, ou que les cucurbites sont placées sur la plaque de fer du bain de sable commun : car le fer s’echauffe davantage, & garde plus long-tems sa chaleur, que des capsules de terre. S’il arrivoit cependant que la liqueur montât trop haut, le meilleur remede seroit d’ôter le feu aussi-tôt, & ensuite le sable qui est autour du vaisseau, pour le mêler avec du sable froid, & le remettre : car il ne faut jamais y mettre du sable froid seul, il feroit fêler la cucurbite ; même pendant l’opération, il ne faut pas toucher ce vaisseau avec les mains froides, ou en approcher quoi que ce soit de froid. Lorsque la premiere chaleur est passée, la dissolution commence à être plus calme ; & quand la liqueur n’est plus blanche ni écumeuse, on peut augmenter modérément le feu : néanmoins la chaleur du vaisseau doit être telle qu’on puisse le prendre & le lever avec un linge.

Quand on veut savoir s’il reste au fond de la cucurbite de la grenaille d’argent qui ne soit pas encore dissoute, on y sonde avec une baguette de bois blanc bien nette : dans la suite on se sert toûjours de la même baguette, parce qu’elle s’imbibe de la dissolution de l’argent. Lorsqu’elle a long-tems servi, on la brûle, & l’argent qu’elle donne se fond ensuite avec d’autre. Si l’on ne sent plus de grenaille, & que l’eau-forte ne paroisse plus travailler, la dissolution de cette partie d’argent est achevée ; mais pour en être plus certain, on ôte la cucurbite de dessus le sable. Si l’on remarque encore dans la liqueur des filets de globules partant du fond, & si cette liqueur n’est pas parfaitement limpide, c’est une marque que l’eau-forte travaille encore sur un reste d’argent ; par conséquent il faut remettre le vaisseau sur le sable chaud. Si cependant ces filets de petits globules d’air sont accompagnés de grosses bulles d’air, & que la dissolution soit claire, l’eau-forte a suffisamment dissous, & l’on ne doit pas s’embarrasser que cette liqueur, qui est saturée d’argent, soit de couleur verte. Mais si, malgré la proportion employée d’une livre d’eau-forte par marc d’argent, il restoit encore quelques grenailles non dissoutes, il faudroit décanter cette eau-forte & en remettre de la nouvelle ; car souvent la livre d’eau-forte ne suffit pas, quand l’argent contient fort peu d’or.

Lorsqu’on a dessein de précipiter l’argent de cette dissolution dans une bassine de cuivre, on peut verser cette eau-forte saoulée d’argent & toute chaude, dans cette bassine, où l’on aura mis auparavant de l’eau de riviere bien pure. On pose ensuite la cucurbite contenant la chaux d’or, sur un rond ou valet de paille un peu chauffé ; mais si l’on veut précipiter l’argent dans des vaisseaux de verre ou de grais, par le moyen de lames de cuivre ; ou si l’on veut faire la reprise de l’argent par la distillation de l’eau-forte, on peut la verser par inclination dans d’autres vaisseaux, & la garder jusqu’à ce qu’on la distille. Il faut observer que si c’est dans des vaisseaux de verre qu’on décante cette dissolution, on ne peut le faire que lorsqu’elle est froide ; car quand même on les chaufferoit auparavant, il y auroit toûjours risque de les rompre.

Quand tout est refroidi, & que l’eau forte saoulée d’argent est décantée, on remet de nouveau six marcs d’argent en grenaille, & recuit dans les mêmes cucurbites, avec six livres d’eau-forte ; on les replace sur les bains de sable ; on rallume le feu dans le fourneau, & l’on procede comme on a dit ci-dessus. Si l’on se sert de la bassine de cuivre dont on parlera dans un moment, on avance beaucoup les opérations, parce qu’on y verse les dissolutions d’argent à mesure qu’elles finissent. Les cucurbites sont bien plûtôt froides quand il n’y reste que la chaux, d’or, que lorsqu’on y laisse l’eau forte chargée d’argent ; & aussi-tôt qu’on a décanté ces dissolutions, on y remet de l’argent en grenaille & de nouvelle eau-forte : on ôte le sable chaud des capsules pour y en mettre de froid, & l’on replace les cucurbites sur ce sable, qui est bientôt échauffé par la capsule de fer & par le feu qui est dessous ; par ce moyen les opérations se suivent presque sans interruption.

Après que tout l’argent qu’on avoit mis en grenaille est dissous, & qu’il y a tant de chaux d’or accumulée dans les cucurbites, qu’il faut cesser, on sonde avec la baguette de bois blanc ; & si l’on y sent encore quelque grenaille, on remet de l’eau-forte par-dessus, ce qu’il faut répeter non-seulement jusqu’à ce qu’on ne sente plus de grenaille, mais même jusqu’à ce que regardant avec une bougie la surface de la liqueur, on n’y apperçoive plus le moindre petillement, ni la plus petite bulle d’air.

Lorsque la derniere eau-forte ne travaille plus, on la décante comme la précedente, & l’on édulcore la chaux d’or. Pour aller plus vîte, il faut avoir de l’eau de fontaine chaussée au même degré de chaleur que la cucurbite, & la verser sur cette chaux aussi-tôt qu’on a vuidé l’eau-forte, Si l’on a fait le départ dans plusieurs cucurbites à la fois, & que cependant il n’y ait pas beaucoup d’or dans chacune, on peut réunir toutes ces petites parties de chaux dans une seule cucurbite, afin que l’édulcoration ne soit pas si embarrassante. Il faut verser de l’eau chaude nouvelle jusqu’à trois fois au moins sur cette chaux, agitant le vaisseau à chaque fois, & laissant bien déposer l’or au fond, avant que de décanter l’eau à chaque fois qu’on la change. A la quatrieme ou cinquieme lotion, on pose la cucurbite avec l’eau dans le sable chaud, & on la fait bien chauffer, pour mieux enlever l’acidité de la chaux d’or. Cette derniere eau ayant été versée par inclinaison, on remplit la cucurbite d’eau tiede, pour faire sortir la chaux & rincer le vaisseau : on met cette chaux d’or dans un vaisseau de verre, ou dans une jatte de fayence ou de porcelaine.

Comme l’eau des lotions de la chaux d’or contient beaucoup d’argent, il n’en faut rien perdre ; & si l’on a dessein de retirer l’eau-forte de dessus l’argent par distillation, il ne conviendroit pas d’y mêler cette eau des lotions, parce que ce seroit en augmenter inutilement le volume : mais il faut la verser dans un chauderon ou bassine de cuivre rouge, ou dans un autre vaisseau où l’on aura mis des lames de cuivre.

Après avoir bien égoutté la chaux d’or rassemblée au fond de la jatte de fayence, on la verse dans un creuset de Hesse, ayant soin de n’en rien perdre : on le couvre d’un couvercle de terre : on construit sur le foyer un fourneau avec des briques, sans terre & sans grille ; on place le creuset au milieu sur un morceau de brique, & on l’entoure de charbon qu’on allume par-dessus, afin que le feu descende peu-à-peu, & fasse évaporer l’humidité de la chaux d’or à un feu très-doux ; car un feu violent & subit pourroit en faire sauter quelques parties en l’air. Aussitôt que l’or est séché, on le fait rougir autant qu’il est nécessaire pour lui faire reprendre sa couleur naturelle. La raison pourquoi on ne met pas le creuset au fourneau à vent, c’est que le feu y descend trop vîte & devient trop violent, ce qui pourroit faire fondre l’or ; & comme outre cela les creusets mouillés se fendent aisément lorsqu’on les expose à un feu trop subit, on courroit le risque de perdre l’or.

La chaux d’or ayant rougi, si l’on ne veut pas que ce métal soit à un plus haut titre que celui où il est sorti du départ, on le met dans un creuset de Hesse, & on le place devant la tuyere du soufflet, ou au fourneau à vent : on jette autour du charbon non allumé, & par-dessus des charbons ardens. Aussi-tôt que le feu a descendu, on souffle, si l’opération se fait devant le soufflet ; mais il est mieux de faire cette fonte au fourneau à vent, sur-tout quand il y a beaucoup d’or. Après que le feu a fait rougir l’or, on jette dessus un peu de borax, pour aider la fusion : dès qu’il est bien en fonte, & qu’il affine ou circule, il est suffisamment fondu. Alors on sort le creuset, & l’on verse l’or dans une lingotiere, ou bien on le laisse figer dans le creuset, quand il y a beaucoup d’or, & l’on casse ensuite ce creuset, pour l’avoir en culot. Soit qu’on veuille avoir un lingot ou un culot, on chauffe assez fort la lingotiere, ou le cone, si l’on en fait usage, pour qu’on puisse à peine les tenir avec la main ; car il ne faut jamais verser de l’or, de l’argent, ou d’autres métaux en fusion, dans des vaisseaux froids, autrement on risque de les faire pétiller & sauter.

Ce qui suit est un extrait très-abrégé des ch. xlij. & xliij. de l’ouvrage de Schlutter déjà cité.

Le départ se fait en Hongrie par la voie humide. Comme les départs sont considérables en ces pays-là, on y a établi un très-bon ordre. Entr’autres laboratoires de Hongrie & de Transilvanie destinés pour les départs des matieres d’or & d’argent, il y en a un très-beau à Schemnitz. Comme on n’y passe pas l’or à l’antimoine pour le porter au plus haut titre, on regle le départ de façon que ce métal en sorte au titre des ducats ; ainsi le marc contient souvent jusqu’à 23 karats 10 grains de fin.

Le bon ordre, l’œconomie, & la plus grande perfection de cette opération, consistent 1°. en ce qu’on exécute toutes les manœuvres particulieres avec toute l’exactitude possible : par exemple, qu’on réduit l’argent en grenailles très-menues & transversalement creuses (voyez Grenailles.) 2°. Qu’on prend toutes les précautions nécessaires contre les inconvéniens de la fracture des vaisseaux & de la perte de l’eau-forte, en luttant exactement les cucurbites dans lesquelles on fait les dissolutions, & en y adaptant un chapiteau avec son récipient, dans lequel on a mis suffisante quantité d’eau de fontaine, afin de ne pas perdre les vapeurs acides qui s’échappent de la dissolution. 3°. En appliquant successivement des eaux-fortes diversement concentrées ; de façon qu’après avoir décanté l’eau-forte saoulée d’argent, on verse une meilleure eau-forte sur la matiere non dissoute, jusqu’à ce qu’on en vienne au dissolvant le plus actif, appellé eau-forte double, qui, lorsqu’il a agi un quart-d’heure sur cette matiere, l’a dépouillée assez exactement de l’argent, pour que la chaux d’or soit restée au titre ci-dessus énoncé. On verra dans la suite de cet article, ce que c’est que cette eau-forte double.

Comme on ne passe point cet or à l’antimoine, ainsi qu’il a été observé, après l’avoir bien lavé ou édulcoré, séché, & rougi au feu dans un creuset, on le fond dans un nouveau creuset avec le flux noir.

Schlutter a donné une méthode de procéder au départ par la voie humide, qui differe de la méthode ordinaire, en ce que cet artiste se servoit de vaisseaux de verre à fond plat & large, dont les parois se rapprochoient en s’élevant ; ensorte que leur ouverture étoit comme celle d’une bouteille, & qu’il chauffoit ces vaisseaux au bain-marie, dans un chauderon de cuivre, sur une petite croix de bois. pour empêcher que le verre ne touchât le fond du chauderon. Ici finit l’extrait de Schlutter.

Nous avons exposé jusqu’à-présent la maniere d’appliquer l’eau-forte à l’argent aurifere ou tenant or ; d’en séparer la chaux d’or ; de laver cette chaux, & de la fondre. Il nous reste à retirer l’argent de départ, c’est-à-dire à séparer ce métal du menstrue auquel il est uni. On procede à cette séparation par deux moyens, savoir la précipitation & la distillation.

Pour retirer l’argent de départ par le premier moyen, on se sert du cuivre, qui a plus d’affinité avec l’eau-forte que l’argent, & qu’on sait par expérience être le précipitant qu’on peut employer dans ce cas avec le plus d’avantage. Voy. Précipitant.

Cette maniere de retirer l’argent de l’eau-forte, est la plus sûre & la plus courte, quoique peut-être la plus chere, parce qu’on perd communément toute l’eau-forte par cette méthode. La précipitation de l’argent se fait ou à chaud dans des bassines de cuivre, ou à froid dans des vaisseaux de verre ou de grais, avec des lames de cuivre.

Ce qui suit est tiré de l’ouvrage de Schlutter, déjà cité.

La précipitation à chaud est la plus expéditive, elle rend beaucoup d’argent en un jour ; car avec un chauderon ou bassine contenant la dissolution de vingt marcs, on peut faire trois précipitations par jour, & par conséquent précipiter soixante marcs en vingt-quatre heures. Les chauderons qui sont les plus forts en cuivre, & en même tems les moins profonds, sont les meilleurs ; ils doivent être de bon cuivre rouge, & battus d’une égale épaisseur, afin qu’il ne s’y fasse point de crevasses, autrement on ne s’en serviroit pas long-tems : je n’en ai jamais vu de plus grand que pour la précipitation de vingt marcs. Un chauderon de cette sorte a deux piés & demi de diametre en haut ; sa profondeur au milieu est d’un pié, & il pese cinquante-cinq à soixante livres : on peut y mettre environ quarante-cinq pintes de liqueur : on y verse l’eau-forte chargée d’argent, de deux cucurbites, ou de deux vaisseaux imaginés par Schlutter, dont nous avons parlé.

Enfin lorsqu’on s’en sert, il faut qu’il y ait à-peu-près six à sept fois autant d’eau douce que d’eau-forte saoulée d’argent. On place ce chauderon ou bassine avec son trépié, sur un foyer muré de briques ; on y fait du feu, pour faire bouillir l’eau & la dissolution. Aussi-tôt qu’elle a commencé à bouillir, l’argent se dépose sur le cuivre, puis s’en détache par floccons qui surnagent d’abord ; mais lorsque l’argent tombe au fond, & que l’eau, qui est de couleur verte, s’éclaircit & devient limpide, c’est une marque que la précipitation est presque finie. Pour être assûré qu’il ne reste plus d’argent à précipiter, on jette quelques grains de sel dans l’eau du chauderon ; si elle blanchit, & que ces grains de sel, en se dissolvant, fassent des filets blancs, c’est une marque que tout l’argent n’est pas précipité : ainsi il faut encore faire bouillir l’eau jusqu’à ce qu’elle ne donne plus la moindre teinte de blanc, avec le sel, dont les grains doivent tomber au fond sans changer la couleur de l’eau. Ensuite on y jette par surcroit une ou deux petites poignées de sel, & on ôte le chauderon de dessus le feu.

Il faut autant de tems pour la précipitation d’une quantité quelconque d’argent, qu’il en a fallu pour le dissoudre : ainsi aussi tôt que la précipitation de la premiere mise est finie, on peut verser dans la bassine de cuivre la dissolution d’une autre quantité d’argent qui vient d’être achevée. On y ajoûte en même tems l’eau chaude du bain-marie, où l’on avoit mis le vaisseau contenant cette dissolution ; observant seulement que la bassine servant à précipiter ne soit pas trop remplie, afin qu’il y ait de la place pour la dissolution, ou eau-forte chargée d’argent. Si l’on se sert souvent d’un vaisseau de cuivre pour précipiter l’argent, il faut le visiter, pour voir s’il ne s’affoiblit point trop dans quelques endroits, & s’il ne laisse pas transpirer de la liqueur ; ce qui ne peut pas manquer d’arriver tôt ou tard, puisqu’il y a érosion de cuivre à chaque précipitation : ainsi pour prévenir les accidens, il faut toûjours avoir une autre bassine toute prête, dans laquelle on puisse recevoir ce qui fuit par quelque trou de la premiere. On s’en apperçoit avant qu’elle soit percée tout-à-fait, par de petites gouttes d’eau qui se forment ordinairement au dehors de la bassine : alors il est tems d’empêcher qu’une partie de la précipitation ne se perde dans les cendres.

Quand le chauderon est retiré du feu, & que la chaux d’argent s’est totalement déposée, l’eau s’éclaircit, & l’on voit le fond de ce vaisseau ; alors il faut verser l’eau par inclinaison, & prendre garde qu’elle n’emporte de l’argent avec elle ; ce qui cependant arrive rarement, parce que cette chaux est assez pesante. Si l’on veut continuer de précipiter, il faut ôter cette chaux, & la mettre dans une autre bassine de cuivre, où l’on verse de l’eau claire par-dessus. On remet, comme auparavant, de l’eau douce dans le chauderon à précipiter ; on y ajoûte l’eau-forte chargée d’argent avec l’eau chaude du bain-marie, & l’on procede comme on vient de l’enseigner.

On peut mettre la chaux d’argent de quatre précipitations dans la même bassine, pour l’édulcorer toute à la fois.

A l’égard de la précipitation à froid, elle ne coûte pas tant ; mais elle demande plus de tems, & n’est guere commode dans les départs en grand, parce qu’il faut beaucoup de place & un grand nombre de vaisseaux : ainsi elle n’a son utilité que dans les petits départs. Il faut pour cette précipitation des vaisseaux de verre, ce sont les meilleurs ; ou des terrines de grais bien cuites & presque vitrifiées : celles d’un grais poreux ou tendre ne résistent pas long-tems, & sont bientôt percées. On remplit ces vaisseaux d’eau douce, de maniere cependant qu’il y ait de la place pour une septieme partie, qui est l’eau-forte chargée d’argent, qu’on doit y verser aussi. Dès que ces deux liqueurs y sont, on y suspend avec une ficelle des lames de cuivre rouge qui ne soient ni sales ni grasses : on les laisse en repos dans le même endroit, jusqu’à ce que tout l’argent soit précipité, ce qui n’arrive qu’au bout de sept à huit jours, sur-tout quand on ménage le cuivre, & qu’on ne veut pas y en mettre beaucoup à la fois. Il est bon aussi de profiter du petit avantage qui peut résulter de la chaleur de la dissolution d’argent, en la versant toute chaude dans l’eau des terrines, laquelle par ce moyen prendra un degré de chaleur incapable de les casser. Mais il faut avoir attention de verser cette eau-forte presque bouillante, au milieu de l’eau, & non vers les bords du vaisseau, parce que la grande chaleur le feroit casser. Cette chaleur douce accélerera un peu la précipitation de l’argent sur les lames du cuivre.

On essaie par les grains de sel, si tout l’argent est précipité, comme on l’a enseigné ci-devant ; & si la précipitation est achevée, on décante l’eau des terrines. Quant à la chaux d’argent qui reste attachée aux lames de cuivre, on la fait tomber dans l’eau douce avec une gratte-bosse, ou avec une brosse de poil de sanglier fort court ; puis on les lave avec l’eau verte de la précipitation. En cas qu’on ne pût pas en détacher tout l’argent, on les garde pour une autre opération.

On met toute la chaux d’argent qu’on a précipitée par l’une ou l’autre méthode, dans une bassine de cuivre de capacité proportionnée ; on y verse de l’eau commune, & on la fait bouillir pour en enlever toute l’acidité. Le chauderon ou bassine de cuivre dont on s’est servi pour la précipitation à chaud, peut être employé à l’édulcoration d’environ cent marcs d’argent. Quand la chaux à resté assez longtems dans l’eau bouillante, on ôte le vaisseau du feu, pour la laisser déposer, puis on verse l’eau par inclinaison : on répete trois ou quatre fois la même chose, en changeant d’eau à chaque fois, afin d’enlever toute l’acidité du dissolvant. Plus on a soin de laver cette chaux pour l’adoucir, plus elle devient légere ; ainsi vers la fin des lotions on ne doit pas se presser de décanter l’eau, que cette chaux ne soit bien déposée. Ces lotions étant finies, on met la bassine de côté, afin que le peu d’eau qui reste se rassemble, & que l’argent soit mieux égoutté. On fait des pelotes de cette chaux, & l’on met sur un filtre ce qui en reste de trop humide. Ce filtre se fait, comme on sait, avec des plumes à écrire, qu’on rassemble en forme de cone avec un fil d’archal, & on le garnit de papier à filtrer. Comme la matiere que l’on met dessus est pesante, on place le filtre dans un entonnoir de verre ; on met de petits brins de bouleau ou de paille entre deux, afin que l’eau filtre mieux. Cet entonnoir étant ainsi préparé, on le pose sur un vaisseau de verre ou de terre. Si l’on a beaucoup d’argent à dessécher de cette maniere, on peut ôter de celui qui est au milieu du filtre, pour faire place à d’autre ; mais il faut prendre garde d’endommager le papier. Lorsque l’eau du filtre est écoulée, on met aussi cette chaux d’argent en pelotes, & on les fait sécher au soleil ou dans un lieu chaud. Si l’on veut aller plus vîte, on les fait sécher dans un creuset à petit feu, puis on fait fondre l’argent au fourneau à vent ; mais il faut en conduire le feu doucement, pour donner le tems à l’argent de rougir avant que de fondre : lorsqu’il est bien fondu, on le coule dans un cone ou dans une lingotiere de fer, chauffés & graissés avec du suif ; aussi-tôt qu’ils sont coulés, on jette dessus du poussier de charbon tamisé. Le marc d’argent fondu, provenant de la chaux précipitée par le cuivre, contient ordinairement depuis sept onces & demie & six grains, jusqu’à sept onces & demie & douze grains de fin. Si l’on veut porter cet argent à un plus haut titre, on y réussit par le raffinage. Voyez Raffinage.

Le départ est proprement fini lorsque l’on a séparé l’or & l’argent, & qu’on a ramassé chacun de ces métaux en culot ou en lingot, comme nous venons de l’enseigner. Il est cependant une opération d’œconomie que le départeur doit savoir exécuter, savoir la reprise du cuivre, qui se fait ordinairement par la précipitation avec le fer. Cette méthode est fort simple ; on n’a qu’à jetter dans des baquets de bois à demi remplis de vieilles ferrailles les moins rouillées qu’il est possible, la dissolution de cuivre décantée de dessus la chaux d’argent, encore chaude si l’on le peut commodément, & à mesure que l’on en a. Cette dissolution de cuivre s’appelle eau seconde ou verte, dans le langage des ouvriers. On doit laisser cette eau verte dans les baquets, jusqu’à ce qu’un morceau de fer poli trempé dedans pendant quelques minutes ne se couvre d’aucune particule de cuivre. Alors on décante cette liqueur qui est une dissolution de fer, on la rejette comme très-inutile, & l’on sépare le cuivre du vieux fer par le moyeu de l’eau commune qu’on jette dans le baquet, dans laquelle on lave ce fer en le roulant fortement dans cette eau qu’on verse sur le champ à grands flots en agitant toûjours : on ramasse ensuite le cuivre qu’elle a entraîné & qui s’est déposé par le repos, & on le fond selon l’art.

Dans ces reprises de l’argent & du cuivre toute l’eau-forte est perdue. On trouve dans les Mém. de l’acad. royale des Scienc. ann. 1728, un moyen de la conserver, qui avoit été communiqué à M. Dufay par Antoine Amand, qui consiste à retirer par la distillation une partie de l’eau-forte de l’eau seconde ou de l’eau verte. Mais comme on peut aussi-bien distiller l’eau-forte chargée d’argent, il paroit que c’est multiplier les manœuvres sans nécessité, que de précipiter l’argent par le cuivre pour distiller ensuite la dissolution de ce dernier métal. Et il ne paroît pas que l’avantage d’être exposé à une moindre perte par la fracture des cucurbites qui contiennent une dissolution de cuivre, que si ces vaisseaux étoient chargés d’une dissolution d’argent ; il ne paroît pas, dis-je, que cet avantage soit assez considérable pour que le procédé d’Amand puisse être regardé comme utile, quand même on retireroit plus d’eau-forte de la dissolution du cuivre que de la dissolution d’argent ; ce qui n’est point dit dans la description du procédé. Il paroît donc qu’on doit se borner à profiter de quelque circonstance de manuel, & des commodités de l’appareil, s’il y en a en effet, pour en perfectionner la distillation de la dissolution d’argent. Voyez les mémoires de l’acad. des Sciences, loc. cit. ou le Schlutter de M. Hellot, tome I. pag. 368.

Quoi qu’il en soit, voici comme on s’y prend pour retirer immédiatement une partie de l’eau-forte de la dissolution d’argent, en même tems qu’on retire l’argent. Ce qui suit est tiré de l’ouvrage de Schlutter, qui nous a tant fourni pour cet article.

Cette opération demande beaucoup d’attention, pour éviter que les cucurbites ne se cassent ; parce que l’argent dissout s’étant répandu, il faut le chercher dans les débris des fourneaux. Cette distillation se fait en Allemagne dans des cucurbites de verre dont le ventre n’est enduit que d’argille préparée. Aussi-tôt que cette terre est seche & sans fissure, la cucurbite peut servir. On choisit ces vaisseaux plus ou moins grands, selon la quantité d’eau-forte chargée d’argent qu’on a à distiller, ou suivant celle qu’on veut y mettre à la fois. Si d’abord on y en met beaucoup, c’est un moyen d’accélérer le travail, & l’on peut prendre une cucurbite dont le ventre contienne trois à quatre pintes. On pourra y mettre l’eau-forte chargée de 10 à 12 marcs d’argent. Si l’on ne veut pas tant hasarder à la fois, on prend une cucurbite plus petite : on place cette cucurbite avec la liqueur dans un bain de sable ; on y adapte un chapiteau & un récipient de verre, & on lutte bien les jointures ; après quoi on couvre la cucurbite avec une chappe de terre pour la défendre de l’air extérieur : quand le tout est ajusté, on commence par un feu modéré de bois ou de charbon, pour mettre la distillation en train. On continue le même degré de feu, jusqu’à ce qu’on ait fait distiller la moitié ou environ de l’humidité : alors on laisse diminuer le feu, & l’on ôte promptement le chapiteau ; on met à la place sur la cucurbite un entonnoir de verre qu’on a chauffé, pour introduire par son moyen de nouvelle eau-forte chargée d’argent, mais de maniere qu’elle tombe au milieu & ne touche point les parois du vaisseau, qui pourroit facilement se fêler si quelque chose de froid y touchoit. Mais pour moins risquer, il est à propos de chauffer un peu l’eau-forte chargée d’argent avant que de la verser par l’entonnoir. On remet ensuite le chapiteau & le récipient, & on lutte les jointures pour recommencer la distillation. Lorsque cette seconde mise d’eau-forte saoulée d’argent a donné son flegme, on découvre de nouveau & on en remet d’autre ; ce qu’on continue de faire jusqu’à ce qu’il y ait vingt à ving-cinq marcs d’argent dans la cucurbite. Lorsqu’on ajoûte ainsi à différentes fois l’eau-forte chargée d’argent, il ne faut pas attendre pour découvrir le vaisseau jusqu’au moment que l’esprit acide monte, parce qu’alors il seroit trop tard pour la verser. Quand la derniere eau-forte chargée d’argent est dans la cucurbite, on peut y faire tomber une demi-once de suif pur ; les ouvriers croyent qu’il empêche les esprits acides d’emporter l’argent. On continue ensuite de distiller, de maniere qu’on puisse compter les nombres 1, 2 & 3 entre deux gouttes. Il faut modérer un peu le feu avant que l’esprit monte, afin qu’il ne vienne pas trop rapidement ; mais quand il a distillé quelque tems, on peut augmenter le feu jusqu’au plus fort, afin de faire passer tout cet esprit acide. On le distingue aisément par la couleur rouge dont le chapiteau se remplit. Comme on a dû mettre dans le récipient les flegmes acidules des opérations précédentes, il leur communique en se mêlant avec eux assez d’acidité nitreuse pour en faire de très-bonne eau-forte. S’il arrivoit cependant qu’elle ne fût pas assez active, ce seroit une marque qu’on auroit trop mis dans le récipient de flegme acidule. On peut corriger ce défaut à la premiere reprise de l’eau-forte, en laissant moins de ces flegmes dans le récipient. Si l’esprit nitreux monte trop abondamment, ce qui n’arrive que trop souvent, il est bon d’avoir un récipient qui ait un petit bec ou cou par le côté, auquel on puisse adapter un autre récipient où il y aura un peu d’eau commune, pour condenser une partie des vapeurs rouges acides qui sortent avec trop de rapidité. L’eau acidulée de ce second récipient s’employe dans la suite aux mêmes usages que les flegmes acides dont il a été parlé ci-devant.

Si l’on veut avoir de l’eau-forte double telle qu’on l’employe en Hongrie, on change le premier récipient dans le tems que l’argent est comme en gelée ou syrop dans la cucurbite, & on en remet un autre avec environ vingt livres d’eau-forte ordinaire, & l’on y fait passer le reste de cet esprit concentré après avoir bien lutté les vaisseaux, & adapté le second récipient au bec du côté du premier.

Pour connoître si tout l’esprit est monté, on prend un bâton que l’on brûle & qu’on réduit en charbon par un bout ; on l’éteint ensuite : si ce charbon ne se rallume pas aussi-tôt par la vapeur acide nitreuse qui monte & qui le touche, c’est une marque que tout l’esprit est passé ; mais si ce charbon prend feu, il ne l’est pas encore. Quand l’opération est finie, on laisse éteindre le feu & refroidir les vaisseaux, afin de pouvoir les démonter. On bouche les récipiens ; on casse la cucurbite ; on sépare le verre de l’argent autant qu’il est possible, après quoi on met l’argent dans un baquet ou on le coupe avec une hache : on le rassemble dans un creuset, & on le fond dans un fourneau à vent. Les petits morceaux de verre qui peuvent s’y trouver surnagent ; on les retire, puis on jette ce métal en culot ou en lingot.

Le départ par l’eau régale est encore un excellent moyen de séparer l’or de l’argent, & même d’avoir un or d’une très-grande pureté & bien mieux séparé de l’argent & même du cuivre, que par la méthode ordinaire qui employe l’eau-forte & l’antimoine, parce que ces opérations laissent toûjours l’une & l’autre un peu d’argent avec la chaux d’or. On employe cette méthode lorsque la masse à départir est un or de bas titre, ou que l’argent n’en constitue pas les trois quarts, & qu’on ne veut point ajoûter de nouvel argent à cette masse ; autre moyen de la départir en employant l’eau-forte dont nous avons parlé ci-dessus.

Pour faire le départ dont il s’agit à présent, prenez de la bonne eau régale préparée avec l’esprit de nitre ordinaire & le sel marin. Voyez Eau régale. (Ce qui suit est tiré de Schlutter). Grenaillez l’or de bas titre qui contient de l’argent & même du cuivre, puis les mettez dissoudre dans un matras, d’abord sans feu, ensuite sur le sable chaud jusqu’à ce que le dissolvant n’agisse plus : il faut dix parties de cette eau régale pour une partie de matiere aurifere. Décantez la liqueur claire qui contient l’or & le cuivre, s’il y avoit de ce dernier métal dans le mêlange ; & l’argent se trouvera en poudre ou chaux au fond du matras. Edulcorez cette chaux & la faites sécher, puis imbibez la d’huile de tartre ou de nitre fixé en deliquium. Mettez un peu de borax dans un bon creuset ou bien du sel de tartre ; & quand l’un ou l’autre sera en fusion liquide, jettez-y votre argent précipité en chaux ; tenez en fusion pendant quelques minutes, & vous aurez de l’argent pur, sans alliage, & de la plus grande finesse : quant à la dissolution de l’or, versez-y de l’huile de tartre par défaillance ; édulcorez la matiere qui se précipitera par plusieurs lotions, puis la jettez peu-à peu dans un creuset où vous aurez mis en fusion du borax fixe ou calciné, ou du sel de tartre, & vous aurez de l’or de la plus grande pureté.

Départ par la voie seche ou par la fusion, qui s’appelle aussi départ concentré ou séparation par la voie seche. Pour ne point rendre trop long cet article, qui l’est déjà assez, nous renvoyons le lecteur à l’article Séparation par la voie seche, où l’on décrira les travaux requis pour cette opération. En attendant on pourra consulter dans les mém. de l’acad. des Sciences de Berlin, 1747, pag. 3 & suiv. le mémoire tres-étendu que M. Eller a donné sur cette matiere.