L’Encyclopédie/1re édition/CONTEMPLATION

◄  CONTE

CONTEMPLATION, s. f. (Théologie.) selon les mystiques, se définit un regard simple & amoureux sur Dieu, comme présent à l’ame. On dit que cette contemplation consiste dans des actes si simples, si directs, si uniformes, si paisibles, qu’ils n’ont rien par ou l’ame puisse les saisir pour les distinguer.

Dans l’état contemplatif, l’ame doit être entierement passive par rapport à Dieu ; elle doit être dans un repos continuel sans aucune secousse ou mouvement, exempte de toutes les activités des ames inquietes qui s’agitent pour sentir leurs opérations : de-là quelques-uns appellent la contemplation une priere de silence & de repos. La contemplation n’est point, ajoûtent-ils, un ravissement ou une suspension extatique de toutes les facultés de l’ame ; c’est quelque chose de passif, c’est une paix ou une souplesse infinie, laissant l’ame parfaitement disposée à être mue par les impressions de la grace, & dans l’état le plus propre à suivre l’impulsion divine. L’habitude de la contemplation est le comble de la perfection chez les mystiques ; & la vie contemplative, l’opposée de la vie active. Voyez Mystique. (G)

* Mais, selon les Philosophes, la contemplation est l’action de fixer une même idée ou objet dans son entendement, & de l’envisager par toutes les faces différentes ; ce qui est une des voies les plus sûres d’acquérir une connoissance exacte & profonde des choses, & de s’avancer vers la vérité.