L’Antoniade/Prélude au Premier Âge


PREMIER ÂGE.











« Retirez-vous du bruit du monde, sortez de son tumulte, éloignez-vous de ses agitations ; venez dans le silence d’une profonde solitude ; venez avec moi sur la montagne sainte ; montons, montons ensemble bien au-dessus des hommes, pour nous rapprocher de Dieu ; et quand nous serons là, presque sous l’aile du Seigneur, demandons à l’Esprit qui a parlé à Moïse de nous parler aussi.

L’Esprit qui élève l’âme et qui nous prête ses ailes pour nous porter vers le Créateur n’habite point les cités ; c’est le silence du désert qu’il aime ; c’est là qu’il donne ses inspirations. »

(Adam, ou la Création, préface par M. le Vicomte Walsh.)


« La solitude concentre et fortifie toutes les facultés de l’âme. — Les prophètes, les saints, les grands hommes et les poètes l’ont merveilleusement compris ; et leur nature leur fait chercher à tous le désert, ou l’isolement parmi les hommes… Par un instinct, que la connaissance des hommes confirma plus tard, je n’ai jamais placé le bonheur que dans la solitude. »
(Lectures pour tous, par A. de Lamartine.)


« On dit que les perles de la première grandeur ne se forment qu’au fond de la mer ; c’est aussi dans la retraite et au fond de la solitude que se forme la plus haute sainteté. »
(Le P. Paul Segneri.)