Ouvrir le menu principal

L’Écho des jeunes, novembre 1891/Le bon masque

Sous la direction de Alex. Gerbée (p. 16).

LE BON MASQUE



« Pour n’être point reconnue dans ce bal où l’on fera cent folies, » dit la petite mignonne aux hypocrites yeux, à la perfide bouche, « quel masque mettrai-je ? Voyons, monsieur, le temps presse, conseillez moi. Un loup de satin noir, sans barbe ? Un loup de satin rose à la barbe de dentelle blanche ?

« Si je mettais une de ces faces japonaises, féroces et fantasques, moustachues de filasse, ou bien — rien de plus amusant que d’être laide quand on est jolie, — quelque horrible faux nez pour n’être point reconnue dans ce bal où l’on fera cent folies ? » dit la petite mignonne aux hypocrites yeux, à la perfide bouche.

— Non, répondis-je, ni loup rose ou noir, ni masque japonais, ni faux nez burlesque ! Ayez seulement aux lèvres un sourire dont la promesse ne ment pas, un franc regard aux yeux, la rougeur, aux pommettes, d’une pudeur sincère ; et cela vous suffira pour n’être point reconnue dans ce bal où l’on fera cent folies !


Catulle Mendès.