Ouvrir le menu principal
InvectivesVanierŒuvres complètes, volume III (p. 317-318).

III

L’ART POÉTIQUE « AD HOC »


Je fais ces vers comme l’on marche devant soi
— Sans musser, sans flâner, sans se distraire aux choses
De la route, ombres ou soleils, chardons ou roses —
Vers un but bien précis, sachant au mieux pourquoi !

J’adore, autrement, certain vague, non à l’âme,
Bone Deus ! mais dans les mots, et je l’ai dit —
Et je ne suis pas ennemi d’un tout petit
Brin de fleurette autour du style ou de la femme.

Pourtant — et c’est ici le cas — j’ai mes instants
Pratiques, sérieux si préférez, où l’ire
Juste au fond, dans le fond injuste en tel cas pire,
Sort de moi pour un grand festin à belles dents.


Ce festin, je ferai des milliards de lieues
Pour me l’offrir et le manger avec les doigts,
Goulûment, salement, sans grand goût ni grand choix.
Et j’inaugure aujourd’hui ce ruban de queues,

À l’effet de me payer goujat et docteur,
Niais ou vaurien, pute ou prude, ample provende ;
Sang qui soûle, vraiment appétissante viande…
— Surtout n’excusez pas les fautes de l’auteur !