Imitation de Jésus-Christ/Livre 3/Chapitre 21

Qu’il faut se reposer en Dieu par-dessus tous les biens et tous les dons de la nature et de la grâce.


Mon âme, c’est en Dieu par-dessus toutes choses
qu’il faut qu’en tout, partout, toujours tu te reposes :
il n’est point de repos ailleurs que criminel,
et lui seul est des saints le repos éternel.

Fais donc, aimable auteur de toute la nature,
qu’en toi j’en trouve plus qu’en toute créature,
plus qu’au plus long bonheur de la pleine santé,
plus qu’aux plus vifs attraits dont charme la beauté,
plus qu’au plus noble éclat de l’honneur le plus rare,
plus qu’en tout le brillant dont la gloire se pare,
plus qu’en toute puissance, et plus qu’au plus haut rang
où puissent élever les charges et le sang,
plus qu’en toute science, et plus qu’en toute adresse,
plus que dans tous les arts, plus qu’en toute richesse,

plus qu’en toute la joie et les ravissements
que puissent prodiguer de pleins contentements,
plus qu’en toute louange et toute renommée,
qu’en toute leur illustre et pompeuse fumée,
qu’en toutes les douceurs des consolations
qui soulagent un cœur dans ses afflictions.

Seigneur, puisqu’en toi seul ce vrai repos habite,
fais-le-moi prendre en toi par-dessus tout mérite,
par-dessus quoi que fasse espérer de plaisir
la plus douce promesse ou le plus cher desir,
par-dessus tous les dons que ta main libérale
pour enrichir une âme abondamment étale,
par-dessus tout l’excès des plus dignes transports
dont soit capable un cœur rempli de ces trésors,
par-dessus les secours que lui prêtent les anges,
par-dessus le soutien qu’il reçoit des archanges,
par-dessus tout ce gros de saintes légions
qui de ton grand palais peuplent les régions,
par-dessus tout enfin ce que tu rends visible,
par-dessus ce qui reste aux yeux imperceptible,
et pour dire en un mot tout ce que je conçoi,
par-dessus, ô mon Dieu, tout ce qui n’est point toi.

Car tu possèdes seul en un degré suprême
la bonté, la grandeur, et la puissance même :

toi seul suffis à tout, toi seul en toi contiens
l’immense plénitude où sont tous les vrais biens ;
toi seul as les douceurs après qui l’âme vole,
toi seul as dans ses maux tout ce qui la console,
toi seul as des beautés dignes de la charmer,
toi seul es tout aimable, et toi seul sais aimer,
toi seul portes en toi ce noble et vaste abîme
qui t’environne seul de gloire légitime ;
enfin c’est en toi seul que vont se réunir
le passé, le présent, avec tout l’avenir ;
en toi qu’à tous moments s’assemblent et s’épurent
tous les biens qui seront, et qui sont, et qui furent ;
en toi que tous ensemble ils ont toujours été,
qu’ils sont et qu’ils seront toute l’éternité.

Ainsi tous tes présents autres que de toi-même
n’ont point de quoi suffire à cette âme qui t’aime :
à moins que de te voir, à moins que d’en jouir,
rien n’offre à ses desirs de quoi s’épanouir.
Quoi qu’assure à ses vœux ta parole fidèle,
quoi que de tes grandeurs ta bonté lui révèle,
elle n’y trouve point à se rassasier :
quelque chose lui manque, où tu n’es pas entier ;

et mon cœur n’a jamais ni de repos sincère,
ni par où pleinement se pouvoir satisfaire,
s’il ne repose en toi, si de tout autre don
il ne fait pour t’aimer un solide abandon ;
si porté fortement à travers les nuages
jusqu’au-dessus des airs et de tous tes ouvrages,
par les sacrés élans d’un zèle plein de foi
sur les pieds de ton trône il ne s’attache à toi.

Adorable Jésus, cher époux de mon âme,
qui dans la pureté fais luire tant de flamme,
souverain éternel, et de tous les humains,
et de tout ce qu’ont fait et ta voix et tes mains,
qui pourra me donner ces ailes triomphantes
que d’un cœur vraiment libre ont les ardeurs ferventes,
afin que hors des fers de ce triste séjour,
je vole dans ton sein pour y languir d’amour ?

Quand pourrai-je, Seigneur, bannir toute autre idée,
et l’âme toute en toi, de toi seul possédée,
t’embrasser à mon aise, et goûter à loisir
combien ta vue est douce au pur et saint desir ?

Quand verrai-je cette âme en toi bien recueillie,
sans plus faire au dehors d’imprudente saillie,
s’oublier elle-même à force de t’aimer,

sensible pour toi seul, en toi se transformer,
ne se plus servir d’yeux, de langue, ni d’oreilles,
que pour voir, pour chanter, pour ouïr tes merveilles,
et par ces doux transports que tu rends tout-puissants,
passer toute mesure et tout effort des sens,
pour s’unir pleinement aux grandeurs de ton être,
d’une façon qu’à tous tu ne fais pas connoître ?

Je ne fais que gémir, et porte avec douleur,
attendant ce beau jour, l’excès de mon malheur ;
mille sortes de maux dans ce val de misères
troublent incessamment ces élans salutaires,
m’accablent de tristesse et m’offusquent l’esprit,
rompent tous les effets de ce qu’il se prescrit,
le détournent ailleurs, de lui-même le chassent,
sous de fausses beautés l’attirent, l’embarrassent,
et m’ôtant l’accès libre à tes attraits charmants,
m’empêchent de jouir de tes embrassements,
m’empêchent d’en goûter les douceurs infinies,
qu’aux esprits bienheureux jamais tu ne dénies.

Laisse-toi donc toucher, Seigneur, à mes soupirs :
laisse-toi donc toucher, Seigneur, aux déplaisirs
qui de tous les côtés tyrannisant la terre,
en cent et cent façons me déclarent la guerre,

et répandant partout leur noire impression,
n’y versent qu’amertume et désolation.

Ineffable splendeur de la gloire éternelle,
consolateur de l’âme en sa prison mortelle,
en ce pèlerinage où le céleste amour
lui montrant son pays la presse du retour,
si ma bouche est muette, écoute mon silence,
écoute dans mon cœur une voix qui s’élance.
Là, d’un ton que jamais nul que toi n’entendit,
cette voix sans parler te dit et te redit :

" Combien dois-je encore attendre ?
Jusques à quand tardes-tu,
ô Dieu tout bon, à descendre
dans mon courage abattu ?

" Mon besoin t’en sollicite,
toi qui, de tous biens auteur,
peux d’une seule visite
enrichir ton serviteur.

" Viens donc, Seigneur, et déploie
tous tes trésors à mes yeux ;
remplis-moi de cette joie
que tu fais régner aux cieux.

" De l’angoisse qui m’accable

daigne être le médecin,
et d’une main charitable
dissipes-en le chagrin.

" Viens, mon Dieu, viens sans demeure :
tant que je ne te vois pas,
il n’est point de jour ni d’heure
où je goûte aucun appas.

" Ma joie en toi seul réside ;
tu fais seul mes bons destins ;
et sans toi ma table est vide
dans la pompe des festins.

" Sous les misères humaines,
infecté de leur poison,
et tout chargé de leurs chaînes,
je languis comme en prison,

" Jusqu’à ce que ta lumière
y répande sa clarté,
et que ta faveur entière
me rende ma liberté,

" Jusqu’à ce qu’après l’orage,
la nuit faisant place au jour,

tu me montres un visage
qui soit pour moi tout d’amour. "

Que d’autres, enivrés de leurs folles pensées,
suivent au lieu de toi leurs ardeurs insensées ;
que le reste du monde attache ses plaisirs
aux frivoles objets de ses bouillants desirs :
rien ne me plaît, Seigneur, rien ne pourra me plaire
que toi, qui seul de l’âme es l’espoir salutaire.
Je ne m’en tairai point, et sans cesse je veux
jusqu’au ciel, jusqu’à toi, pousser mes humbles vœux,
tant que ma triste voix enfin mieux entendue,
tant que ta grâce enfin à mes soupirs rendue,
tu daignes, pour réponse à cette voix sans voix,
d’un même accent me dire et redire cent fois :

" Me voici, je viens à ton aide ;
je viens guérir les maux où tu m’as appelé,
et ma main secourable apporte le remède
dont tu dois être consolé.

" De mon trône j’ai vu tes larmes ;
j’ai vu de tes desirs l’amoureuse langueur ;
j’ai vu tes repentirs, tes douleurs, tes alarmes,
et l’humilité de ton cœur.

" J’ai voulu si peu me défendre

de tout ce que leur vue attiroit de pitié,
que jusque dans ton sein il m’a plu de descendre
par un pur excès d’amitié. "

À ces mots, tout saisi d’un transport extatique,
ma joie et mon amour te diront pour réplique :

" Il est vrai, mes gémissements
ont eu recours à ta clémence,
pour obtenir la jouissance
de tes sacrés embrassements.

" Il est vrai, tout mon cœur, épris
du bonheur que tu lui proposes,
veut bien pour toi de toutes choses
faire un illustre et saint mépris.

" Mais tu m’excites le premier
à rechercher ta main puissante,
et sans ta grâce prévenante
je me plairois dans mon bourbier.

" Sois donc béni de la faveur
que ta haute bonté m’accorde,
et presse ta miséricorde
d’augmenter toujours ma ferveur. "


Qu’ai-je à dire de plus ? Que puis-je davantage,
que te rendre à jamais un juste et plein hommage,
sous tes saintes grandeurs toujours m’humilier,
de mon propre néant jamais ne m’oublier,
et par un souvenir fidèle et magnanime
déplorer à tes pieds ma bassesse et mon crime ?

Quoi qui charme sur terre ou l’oreille ou les yeux,
quoi que l’esprit lui-même admire dans les cieux,
ces miracles n’ont rien qui te soit comparable :
tu demeures toi seul à toi-même semblable.
Sur tout ce que tu fais ta haute majesté
grave l’impression de sa propre bonté ;
dans tous tes jugements la vérité préside ;
ta seule providence au monde sert de guide,
et son ordre éternel, qui régit l’univers,
en fait, sans se changer, les changements divers.

À toi gloire et louange, ô divine sagesse !
Puisse ma voix se plaire à te bénir sans cesse !
Puisse jusqu’au tombeau mon cœur l’en avouer,
et tout être créé s’unir à te louer !