Ouvrir le menu principal

CHAPITRE II.

Mgr Berneux entre en Corée avec MM. Pourthié et Petitnicolas. — Ses premiers travaux apostoliques.


« Nous partîmes de Chang-haï, » écrit Mgr Berneux, « le 17 janvier. De là en Corée, la distance est peu considérable ; quatre jours, dans la bonne saison, peuvent suffire pour ce trajet, mais à l’époque où nous l’entreprenions, avec la mousson contraire, nous devions compter sur deux mois de mer. Retenus par les vents du nord qui n’ont cessé de souffler avec violence, nous avons passé tout le temps que nous sommes restés sur la jonque, à l’exception de quelques jours, dans les ports du Kiang-nan ou du Chan-tong. Ces derniers surtout étaient tellement encombrés, que les navires des différentes provinces de la Chine, qui attendaient le vent du midi pour se rendre soit au Léao-tong, soit en Corée, trouvaient à peine où jeter leurs ancres. Ce voisinage de barques païennes nous gênait singulièrement. Il importait que notre présence demeurât ignorée aussi bien que le but de notre voyage. Si la nouvelle s’en fût répandue, nul doute qu’elle ne nous eût attiré quelque mauvaise affaire de la part des pirates qui, malgré la rude chasse que leur a donnée, l’année dernière, un brave capitaine anglais, sont encore nombreux dans ces parages. Ils n’auraient pas manqué cette occasion d’assouvir à la fois et leur cupidité et leur vengeance. La nouvelle eût pu aussi être portée jusqu’en Corée, et les employés du gouvernement n’eussent pas manqué de prendre des mesures qui auraient rendu notre débarquement impossible. De là, pour nous, la nécessité de rester enfermés jour et nuit, pendant deux mois, dans une cale étroite, où l’air et la lumière pouvaient à peine pénétrer, et infectée encore par l’épaisse fumée d’une lampe qu’on y tenait allumée.

« Le 14 mars, jour de la Compassion de la Sainte Vierge, nous pûmes enfin sortir de cette prison ; nous avions levé l’ancre pour ne plus la jeter qu’au rivage coréen. Malgré l’intensité du froid, nous passâmes la journée entière sur le pont ; nous avions tellement besoin de respirer un air pur, que ni la pluie ni la neige n’eussent pu nous faire rentrer dans notre cale. Ce voyage était le premier que notre navire faisait en Corée ; il fallut prendre au Chan-tong un pilote qui se fit payer fort cher et se donnait pour très-habile. Je veux bien croire que pendant onze années consécutives il avait, ainsi qu’il l’assurait, péché le hareng sur les côtes de Corée ; mais ce qui est bien certain aussi, c’est que de tant de voyages, il ne lui restait que le souvenir de les avoir faits. Nous avions à peine perdu de vue les montagnes de son pays, qu’il ne sut pas nous indiquer la route qu’il fallait tenir. Nous marchions donc à l’aventure, tantôt au nord, tantôt au midi.

« Le lendemain nous aperçûmes la terre. Quelle était cette terre ? À la manière dont nous avions gouverné, il était difficile de le savoir : Ce pouvait être le Léao-tong ou le Kiang-nan, tout aussi bien que la Corée. Mais le Seigneur avait lui-même dirigé le navire ; non-seulement c’était la péninsule désirée, c’étaient encore deux montagnes très-rapprochées l’une de l’autre, au milieu desquelles nous devions passer pour atteindre le rendez-vous qui nous était assigné, et où devait nous attendre un bateau préparé pour les missionnaires. Contrariés par le vent et des courants terribles, nous louvoyâmes pendant huit heures dans cette passe dangereuse ; notre capitaine, déployant cette fois une habileté que des marins européens eussent admirée, finit par triompher des obstacles, et, le 15, veille du dimanche des Rameaux, nous mouillions en face d’un gros village coréen.

« La première partie de notre course était accomplie ; restait la seconde, incomparablement plus difficile. Nous étions en Corée, mais non pas encore au milieu de nos néophytes ; nous avions encore cinquante lieues à faire pour arriver à la chrétienté la plus rapprochée, et, pour nous y rendre, il nous fallait rencontrer le bateau qu’on avait dû expédier à notre rencontre. M. Maistre qui, pendant dix ans, avec une constance vraiment héroïque, s’est présenté sur tous les points des frontières coréennes, M. Maistre était venu plusieurs fois à ce même point, et chaque fois, n’ayant pu rencontrer les hommes envoyés pour l’introduire dans la mission, il avait été forcé de retourner en Chine. Nous pouvions avoir le même sort. Pendant cinq jours, notre barque visita toutes les anses de ces îles, ayant à son mât un pavillon portant une grande croix, signal convenu auquel les chrétiens devaient nous reconnaître, et, pendant ces cinq jours, personne ne parut. Que faisait donc ce bateau ? Aurait-il péri dans les rafales des jours précédents ? Ou bien un redoublement de persécution aurait-il empêché de nous l’expédier ? Quand on souhaite ardemment une chose, on s’inquiète de tout, et on accueille avec la même facilité ce qui favorise et ce qui contrarie nos désirs.

« Déjà nous regardions comme probable que mes deux confrères seraient obligés de retourner à Hong-kong avec les effets de la mission. Pour moi, mon parti était pris de faire par terre le trajet de cinquante lieues qui restaient à parcourir jusqu’à la chrétienté la plus voisine. C’était un parti extrême, mais nos courriers ne reculant pas devant les dangers qu’il offrait, j’étais disposé à tenter cette entreprise. Nous étions à délibérer sur les moyens de l’exécuter, lorsque le vendredi saint, sur les neuf heures du matin, un petit bateau se dirige sur nous, et l’équipage répond à nos signaux en levant les mains au ciel, et faisant force signes de croix. C’étaient, en effet, nos chrétiens. La reconnaissance opérée, ils allèrent mouiller loin de nous pour n’exciter aucun soupçon ; et nous, après avoir rendu grâces au Seigneur, nous fîmes nos derniers préparatifs. La pluie qui survint pendant la nuit, ne permit pas de transborder ; ce ne fut que le dimanche de Pâques, à une heure du matin, que nous quittâmes la jonque chinoise pour monter sur le bateau coréen.

« Après quatre jours de navigation au milieu des îles et des barques de pêcheurs, nous étions encore à quinze lieues de la capitale. Le vent et l’eau nous manquant à la fois, nous descendîmes avec un de nos courriers et trois rameurs dans un tout petit canot. Nous avions revêtu le costume de deuil, large chapeau de paille tombant jusqu’aux épaules, habits de toile de chanvre ressemblant à nos grosses toiles d’emballage, souliers de paille, etc. À onze heures du soir, la marée, devenue contraire, ne permettant plus d’avancer, nous résolûmes de faire à pied les quatre ou cinq lieues qui restaient encore. Plus confiants dans les ténèbres de la nuit que dans les larges bords de notre chapeau pour couvrir notre entrée dans la ville, nous marchions aussi vite que le permettaient le mauvais état des chemins et le genre de chaussures que nous portions pour la première fois, afin d’arriver avant l’aube. Elle ne paraissait pas encore, en effet, lorsque nous atteignîmes les murs de la capitale. Mais, ce jour-là, le roi étant absent, et pour cette raison les portes ne devant s’ouvrir qu’au lever du soleil, nous allâmes prendre un peu de repos dans la maison d’un chrétien.

« Le jour venu et les portes ouvertes, nous fîmes notre entrée dans la première ville du royaume. Je marchais précédé d’un chrétien, et suivi à distance de M. Petitnicolas et de M. Pourthié. J’avais bien envie de regarder un grand mandarin qui sortait en ce moment-là, monté sur une espèce de brouette, et environné d’un nombreux cortège. Cependant je jugeai prudent de n’en rien faire, de peur d’être reconnu. J’étais d’ailleurs fort occupé à disputer au vent, qui voulait s’en emparer, le chapeau protecteur qui alors m’était si nécessaire. Plus modeste encore, un de mes confrères, M. Pourthié, s’interdit tellement l’usage de ses yeux, qu’il nous perdit de vue dans la foule qui remplissait la rue, et qu’il s’engagea dans de petites rues détournées, à la suite des païens qu’il prenait pour ses guides. On s’aperçut heureusement de sa disparition, et on parvint à le retrouver. Un instant après, nous nous réunissions à l’excellent M. Daveluy, et tous ensemble nous rendions grâces au Seigneur qui nous avait accordé un si heureux voyage. »

L’extrait suivant d’une lettre de M. Pourthié à son cousin, M. l’abbé Bouteille, professeur au petit séminaire de Lavaur, complète d’une manière intéressante le récit de Mgr Berneux.

« Arrivé à Chang-haï, le 12 janvier 1856, sur le paquebot à vapeur qui porte les dépêches, je recommençai, huit jours après, un nouveau voyage, et cette fois, je devais enfin aboutir à ma mission. Voici donc quatre missionnaires, sortant de Chang-haï, qui s’entassent dans une petite barque. Le premier est Mgr Berneux, mon nouvel évêque, vétéran des missions, puisqu’il y a seize ans que Sa Grandeur est sur le champ de bataille. D’abord envoyé au Tong-king, et bientôt après, au fort de la persécution, jeté dans les fers, ce prélat a fait connaissance avec la cangue et le rotin dans les prisons du roi de Cochinchine. La palme du martyre allait probablement couronner sa captivité, lorsqu’un commandant français arriva sur les côtes de ce pays, et délivra les missionnaires prisonniers. Mgr Berneux fut ensuite envoyé en Mandchourie, où il a travaillé plus de dix ans. C’est de là que la Sacrée Congrégation de la Propagande vient de le tirer pour le mettre à la tête de la mission coréenne. Le deuxième missionnaire est un bon Père jésuite de la mission du Kiang-nan ; son poste étant l’île de Tsong-ming, nous faisons voyage ensemble jusqu’à cette île. Le troisième est un jeune confrère qui, maintenant attaché à la Corée, a d’abord exercé le saint ministère dans les Indes. Le quatrième, quoique affublé d’une toque chinoise, d’une robe bleue de la même fabrique, et paré d’une barbe assez bien fournie, vous pourriez peut-être encore le reconnaître pour votre cousin.

« Chacun de nous s’installe de son mieux sur la maison flottante ; du reste, le choix du local est bientôt fait : un appartement unique, et qui n’a guère plus d’un mètre dans chaque dimension, forme notre commun corps de logis. Emmagasinés dans notre réduit à l’instar des sardines, nous ne pourrons pas nous tenir debout, nous ne serons protégés contre le froid piquant de la saison que par quelques planches ; il sera très-difficile de dormir ; mais patience, ce n’est que du provisoire : nous allons simplement rejoindre une grande jonque qui stationne à l’embouchure du fleuve Bleu, au mouillage de Tsong-ming. Deux jours de navigation nous suffisent pour arriver à cette barque, qui doit nous transporter sur les côtes de la Corée. Nous l’atteignons, en effet, sans accident, et montant sur le pont, je contemple pour la première fois cette monstrueuse fabrication de l’art chinois : une carcasse plate, informe, de la grandeur de nos petits cabotiers ; un pont raboteux, à ouvertures multipliées, presque complètement occupé par les machines grossières du bord ou par une barque secondaire ; cinq mâts d’une seule pièce, parés chacun d’une toile retenue par des bambous, voilà ce qu’il m’est permis d’envisager du premier coup d’œil. Mais les matelots, ayant le capitaine à leur tête, viennent saluer très-révérencieusement Sa Grandeur, et immédiatement on nous introduit dans un appartement qui s’élève sur le derrière de la jonque. À peine y avais-je pénétré qu’une odeur assez peu suave et des bouffées de fumée me préviennent que j’entre dans la cuisine ; puis, à la lueur du foyer, voyant jonché sur le plancher un assortiment complet de tout le matériel qu’on peut supposer sur une barque, il ne me fut pas difficile de deviner que la salle servait tout à la fois de tabagie, d’arsenal, de vestiaire, de dépense et de dortoir. Cependant on me montre, au milieu de la salle, une petite trappe ; je comprends qu’il faut se glisser par là, et aussitôt, engageant mon corps dans l’intérieur, mes pieds parviennent à rencontrer une échelle à peu près verticale, à l’aide de laquelle je m’insinue dans un petit réduit ménagé dans la cale. Quelques cachettes y étaient pratiquées sur les côtés pour dormir, et un petit autel pour dire la sainte messe était le seul meuble que pût comporter l’étroitesse du lieu : c’étaient là les appartements de Sa Grandeur, de deux missionnaires, de nos deux courriers et du patron de la barque.

« Comme les quelques rayons de lumière qui pénètrent dans l’appartement extérieur viennent expirer à l’entrée de la trappe, notre unique soupirail, le jour est remplacé par la lueur d’une lampe chinoise, qui si elle éclaire peu, projette en revanche autour d’elle une abondante et désagréable fumée. Au reste, le tout serait encore sans inconvénient grave, s’il nous était donné de pouvoir respirer librement l’air bienfaisant et pur de la mer ; mais une infinité d’embarcations circulent autour de nous, près de trois cents jonques stationnent à nos côtés, et il est plus que probable que plusieurs d’entre elles, corsaires masqués, cherchent parmi leurs voisines une proie à leur rapacité. La tragique fin d’un de nos confrères, jeté à la mer par des pirates l’année précédente et dans les mêmes lieux, sonne trop haut pour que la prudence nous permette de laisser ébruiter notre présence. Nous nous condamnons donc à la réclusion dans notre sépulcre : et c’est là le côté le plus douloureux de notre position ; car l’air n’arrivant que fort médiocrement au fond de notre cale, et après s’être chargé des vapeurs de la cuisine, ne peut être que lourd et morbide. Si vous ajoutez à cela que le mauvais temps arrivant, ou même souvent avec la simple marée, les barques roulent la plupart du temps de manière à imiter une danse de Saint-Guy, vous aurez une idée de notre félicité à bord.

« Néanmoins, dans le principe, les chrétiens des barques voisines viennent faire une agréable diversion à notre solitude ; Monseigneur a la consolation de pouvoir entendre leurs confessions, et la cérémonie du mercredi des Cendres réunit autour de nous plus de cent matelots, appartenant à sept jonques différentes.

« Cependant, comme le vent du nord souffle avec violence, il ne faut pas songer à partir : il est trop dangereux de s’engager en pleine mer sous de pareils auspices. Enfin, après de longs jours d’attente, la mousson favorable se fait sentir. Vous penserez avec moi qu’on va s’empresser d’en profiter ; mais comme tous ces pauvres marins se défient, et peut-être avec raison, de leur science personnelle, aucun d’eux n’ose trancher la question de l’arrivée du beau temps, et prendre l’initiative du départ. On attend donc jusqu’à ce qu’enfin quelqu’un ait la hardiesse de hisser une voile ; aussitôt tout le monde se met à l’œuvre avec une activité incroyable, il s’élève de tous côtés un tohu-bohu propre à terrifier quiconque n’est pas familiarisé avec les manœuvres des Chinois. On s’éloigne au plus vite du mouillage, on tend toutes les voiles, c’est à qui devancera ses voisins. Nous courons ainsi, et assez vite, pendant douze ou quinze heures ; les barques, dispersées au loin sur la mer, font les préparatifs d’un long voyage, quand soudain, l’une d’entre elles, croyant entrevoir l’arrivée prochaine d’un vent contraire, vire de bord et revient en toute hâte sur ses pas. Les voisins s’aperçoivent de la manœuvre et se hâtent d’en faire autant, la contagion de l’exemple gagne de proche en proche ; en quelques instants on les voit toutes forcer de voiles pour prévenir les autres au mouillage, qui se trouve bientôt aussi peuplé qu’auparavant. Les jours suivants, la même manœuvre se répète plusieurs fois, et toujours avec le même dénouement. Enfin, après un mois d’attente et d’essais, on se hasarde encore, et, cette fois, on pousse la bordée si loin qu’on n’a plus envie de rebrousser chemin. Pendant quelques jours, nous marchons très-lentement, mais enfin nous allons vers notre but.

« Comme on n’aperçoit que quelques barques éparses dans le lointain de l’horizon, nous nous hâtons de sortir de notre réduit, quand tout à coup le vent du nord vient nous donner le spectacle d’une de ces tempêtes, effrayantes partout, mais qui sont bien autrement terribles lorsqu’on est à les contempler du haut d’une faible barque que le choc des flots semble devoir anéantir à chaque instant. Une rade de la province de Chan-tong nous reçoit fort à propos ; car, quelques heures après, l’ouragan redouble de forces, et le froid devient si intense qu’au milieu de la rade nous sommes entourés par la glace.

« Cependant, en entrant dans la rade, il faut se remettre aux arrêts, tout en disant au bon Dieu, pour actions de grâces : Anima nostra sicut passer erepta est de laqueo venantium : « notre âme a échappé au danger comme le passereau aux filets du chasseur. » C’est qu’en effet nous avons passé, nous dit-on, auprès d’une trentaine de barques de pirates, qui stationnent dans les environs du port, et la divine Providence n’a pas même permis qu’ils nous vissent. Selon l’habitude des Chinois, qui ne peuvent aborder à un port sans y passer huit jours, nous voilà encore condamnés à une captivité d’autant plus étroite, qu’à tout moment notre bord est obstrué par une multitude de païens. Plût à Dieu que ce fût du moins la dernière station ! mais non : la barque doit visiter tous les ports de la côte. On s’éloignera donc de quelques lieues pour aller consumer de nouveau une huitaine à un autre ancrage. Oh ! qu’ils sont lourds, qu’ils sont accablants ces jours passés au fond d’une cale ! Il me parait qu’on pourrait supporter sans succomber quelques mois d’une captivité assez dure, et pourtant quelques semaines passées dans notre chambre nous abattent complètement. Monseigneur est si faible qu’il ne peut écrire quelques mots ; mon confrère paraît sans force, comme s’il avait été meurtri de coups ; pour moi, quoique moins maltraité, je sens à ma salive noircie par l’air mortifère, à ma poitrine haletante, oppressée et irritée, qu’un tel genre de vie serait bientôt mortel.

« Le bon Dieu nous arrache enfin aux rivages chinois : nous sortons du port de Litao, et nous nous dirigeons directement vers la Corée, dont nous ne sommes éloignés que de quatre-vingts lieues. Corée ! Corée ! ce nom qui résonne si bien à tout cœur ardent pour le salut des âmes, ce nom qui n’a retenti en Europe que pour annoncer des persécutions et des martyres, ce nom nous ranime et nous fortifie ; en un instant le passé est oublié, tous nos désirs, toutes nos pensées sont pour cette terre, qui renferme jusqu’ici les tombes de sept missionnaires seulement ; et, sur ces sept, cinq ont donné leur vie pour Jésus-Christ !

« Pour la première fois, la barque fend les flots au gré de nos désirs, et le 19 mars, dimanche des Rameaux, les chrétiens coréens auraient pu, s’ils avaient connu leur bonheur, accourir au-devant du pasteur qui leur était donné, et répéter la belle antienne du jour : Benedictus qui venit in nomine Domini : « béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. »

« L’ancre est jetée tout près de l’île assignée pour le lieu de rendez-vous à la barque coréenne qui doit nous introduire dans le pays. On arbore au haut du mât un pavillon blanc orné d’une grande croix bleue : c’est le signe de ralliement. Les barques coréennes qui passent et repassent devant nous en grand nombre, ne connaissent pas plus la signification de notre drapeau qu’on ne comprend dans ce pays pourquoi les drapeaux des différentes nations de l’Europe sont bariolés de couleurs diverses. Au reste, elles se tiennent à une distance assez grande ; car, sur le simple soupçon de relations avec des étrangers, même chinois, un Coréen est immédiatement mis à mort.

« La barque désirée n’arrivant pas, nous courons de mouillage en mouillage, nous visitons toutes les passes qui pourraient abriter une barque, mais sans succès. Six jours de vaines recherches fatiguaient déjà notre équipage, et nous-mêmes commencions à nous persuader de l’inutilité d’autres recherches, lorsque le vendredi saint, au moment où nous allions visiter un port que nous n’avions pas encore vu, on tire quelques coups de canon pour attirer l’attention de nos gens. À peine cette détonation mesquine, mais inaccoutumée, a-t-elle fait grouper les Coréens sur le rivage, que nous voyons arriver de la haute mer une barque avançant avec peine, malgré les efforts des rameurs. Elle paraît se diriger insensiblement vers nous. Bientôt nous pouvons distinguer l’équipage, qui est composé de huit hommes. Tous se donnent beaucoup de mouvement, leurs gestes sont nombreux, précipités, allègres. Malgré le calme plat, la barque a franchi un grand espace, et, passant aussi près de nous qu’il est possible de le faire sans se compromettre, l’un d’eux jette à la dérobée le nom d’un de nos courriers, qui se hâte d’y répondre. Dieu soit loué ! nous voilà au comble de nos vœux. À peine la voix de notre courrier eut-elle été entendue, que, par une manœuvre subite, les Coréens déploient les voiles entre eux et le rivage, et, protégés par elles, ils font ensemble un grand signe de croix ; puis, joignant leurs mains sur la poitrine, ils se prosternent devant la bénédiction de leur évoque ; après quoi ils se lèvent, font quelques démonstrations de joie, et se dirigent vers la terre en attendant qu’ils puissent nous emmener avec eux. Mais les ténèbres de la nuit peuvent seules être témoins du mystère de notre entreprise ; car vous savez que la Corée réalise, en 1856, ce que les anciens disaient de l’antre de Polyphème : les lois du royaume condamnent à mort tout étranger qui s’introduit dans la presqu’île, et à plus forte raison ceux qui les y introduisent.

« La nuit du samedi saint, vers minuit, la barque coréenne se détache du rivage, passe assez près de nous pour que nous puissions l’apercevoir, et prend la route de la haute mer ; la jonque ne tarde pas à la suivre, et malgré le calme plat, après beaucoup d’efforts des matelots des deux bords, nous nous joignons. En moins d’une heure tout est transbordé, nous avons fait nos adieux à la jonque chinoise, nous sommes installés dans un nouveau logement, et nos pauvres chrétiens forcent de rames pour être au point du jour un peu éloignés de l’endroit où la contravention a eu lieu. Mais comment accélérer la marche d’une barque si lourde et si grossièrement façonnée ? Certes, il y a une différence extraordinaire entre les jonques chinoises et les navires de l’Europe, et cependant on peut encore dire hardiment que les Chinois l’emportent autant sur les Coréens que les Européens priment les Chinois. Figurez-vous une barque de la force des bacs qui servent dans l’Albigeois à passer le Tarn ; un peu plus de hauteur, un misérable pont, deux voiles, voilà toute la différence. Mais quelles voiles ! De la paille tressée de manière à former un quadrilatère et soutenue par des cordes également en paille. Les autres cordages, voire même le câble de l’ancre, tout est façonné avec de la paille. Les Coréens ne connaissant pas le calfatage, l’eau entre en si grande abondance par les jointures des planches, assez mal rapprochées, qu’un des matelots, une calebasse à la main, est sans cesse occupé à vider la cale. Maintenant, voulez-vous avoir des nouvelles de notre appartement ? Pressés dans un petit réduit qui n’a ni assez de hauteur pour que nous puissions nous tenir assis, ni assez de longueur pour qu’il soit possible de nous coucher, nous devrons tenir les jambes en crochet jusqu’au moment où nous débarquerons. De plus, on a soin de nous recouvrir de temps en temps d’une natte, sur laquelle on étend une épaisse couche de paille, et cela afin qu’en passant tout près des autres barques, ou en recevant la visite d’un mandarin, — car ces messieurs font de fréquentes apparitions sur les barques, — on ne puisse pas soupçonner qu’un être vivant est enseveli sous un tel tas de paille foulée.

« C’est dans cet équipement que nous devons parcourir les quarante-huit lieues qui nous séparent encore de la capitale, où nous allons descendre. Ce trajet serait l’affaire d’un jour pour un bon navire, et notre barque, en venant nous trouver, y a employé vingt jours. Cette fois-ci, plus heureuse, elle nous conduit en quatre jours dans le fleuve de la capitale, et à dix lieues de cette ville.

« Le moment de sortir de notre retraite approche ; chacun de nous se revêt d’un habit coréen tel que le portent les nobles lorsqu’ils sont en deuil. Les pièces les plus remarquables de ce costume, en toile grossière et un peu rousse, sont : un énorme chapeau en bambou tressé, dont la forme imite parfaitement les abat-jour en papier de nos lampes à modérateur ; mais si grand, que le haut du cône s’élevant au-dessus de la tête, le limbe inférieur vient entourer les épaules et la poitrine, et cache ainsi admirablement bien nos traits européens. On a, au surplus, une toile fixée à deux petits bâtons, de manière à former un éventail, que l’on peut placer devant la figure. Un indiscret chercherait-il à voir vos traits, vous vous empressez de lui opposer votre toile, et vous enveloppez la figure dans l’éventail. Personne n’est offusqué de ce soin que l’on prend pour se rendre invisible, car plus on se soustrait à tout regard et mieux on garde le deuil, qui est un devoir strict et sacré dans ce pays.

« Notre barque a jeté l’ancre au milieu du fleuve, dans un lieu assez solitaire ; la marée commence à nous être favorable ; il est cinq heures du soir. Affublés de nos précieux abat-jour, nous descendons dans un petit esquif que deux rameurs guideront sur le fleuve ; nous partons, et, grâce à la marée, nous avançons rapidement, tout en nous éloignant toujours le plus possible du rivage. La nuit survient et augmente notre sécurité ; mais, quelques heures après, la marée nous refuse son secours, les rameurs font de vains efforts pour lutter contre le courant : nous reculons au lieu d’avancer. Nous étions parvenus dans un endroit où le fleuve, profondément encaissé, ne présente pour l’abordage qu’une berge escarpée et d’une grande hauteur ; l’heure avancée de la nuit, l’obscurité et le silence qui règnent sur la plage nous encouragent : nous nous élançons sur la rive et nous nous engageons dans les rizières. La marche est d’abord assez pénible : pas un chemin tracé, nous franchissons des fossés et des canaux remplis d’eau, nous côtoyons des précipices et des mares, force nous est de nous accrocher des pieds et des mains ; enfin nous grimpons, nous sautons, nous plongeons aussi parfois, jusqu’à ce que nous ayons atteint le chemin qui nous conduit à la capitale.

« Toute la nuit est employée à courir, mais nous nous en acquittons si bien qu’au point du jour nous faisons acte d’apparition aux portes de la ville. Nous touchions à la fin de notre expédition, et peut-être aurions-nous encore surpris sur la natte qui lui sert de lit — car ce dernier mot est superflu pour la Corée — M. Daveluy, qui avait été député par M. Maistre à la rencontre de Monseigneur ; malheureusement les portes se trouvèrent fermées. La raison de cet état de siège était l’absence du roi. Lorsque le prince coréen n’est pas dans sa capitale, on prend des précautions extraordinaires pour obvier à toute révolte ; la circulation devient difficile, les allants et les venants sont plus soigneusement examinés, les portes de la ville restent fermées jusqu’après le lever du soleil, on dispose sur quatre places des tréteaux semblables à ceux des baladins en France, et là-dessus siègent quatre généraux, avec une multitude imposante pour les Coréens, de soldats, de satellites, de mouchards, de toutes armes et de toute espèce. Le prince rentre-t-il dans son palais, on ne prend aucune de ces précautions : la présence de ce grand potentat est censée désespérer toute faction et rendre toute résistance impossible.

« Les portes étant solidement closes, nous fûmes un peu contrariés dans notre dessein ; mais il y avait danger à demeurer en faction en ce lieu : nous nous réfugiâmes dans la maison d’un chrétien des faubourgs. Quelque temps après nous nous remettions en route et nous entrions dans la place au moment même où les ministres, accompagnés d’un certain nombre de mandarins civils et militaires, et escortés d’un grand nombre de satellites ou de soldats, accouraient au-devant de leur monarque qui allait rentrer. Or, lorsque je vous parle de soldats ou de mandarins, n’allez pas vous figurer les défilés du Champ-de-Mars de Paris, ou même du polygone de Toulouse. Un cheval marche au milieu de la rue, et au trot quoique, suivant la louable habitude du cheval coréen, il ne soit pas très-fringant, un esclave le conduit par la bride. Au-dessus siège le mandarin, qui, d’une gravité et d’une immobilité imperturbables, se tient raide comme un mannequin : autour de lui se pressent des gens, armés ou non armés, qui courent pêle-mêle, sans garder ni ordre ni rang. Cette escorte remplit, en outre, le rôle de musiciens. Le chef précède, et de cinq en cinq minutes, se tournant vers ses hommes, entonne le son grave où ; la troupe philharmonique fait chorus et prolonge sur le même ton la mélodieuse syllabe, tout autant de temps que les poumons de chacun peuvent le permettre. C’est aux sons de ce brillant concert que nous nous glissons dans la ville, et, comme le peuple accourt en grandes masses, la foule est si compacte qu’il n’est pas facile de passer au travers. Imaginez-vous donc votre serviteur faisant tous ses efforts pour se frayer un passage et se rallier à ses compagnons, s’embarrassant dans la foule, coudoyant en passant un petit mandarin piéton, allant se jeter par ricochet sur l’épaule d’un satellite ou celle d’un soldat, et se contentant pour toutes ces mésaventures de leur dire tout bas, de peur qu’ils ne l’entendent : Si tu savais qui je suis, tu ferais plus que me coudoyer.

« Notre courrier et le chrétien chez lequel nous sommes descendus nous précèdent pour nous indiquer la route à suivre ; nous les serrons de près, mais rangés à la file, comme des canards. La gravité et l’immobilité nous avaient été recommandées comme symbole de la vraie noblesse et du grand deuil ; notre énorme chapeau nous soustrait à tout regard ; mais en même temps il borne tellement notre horizon, que nous pouvons tout au plus voir les pieds de nos conducteurs ; encore faut-il, pour cela, les talonner de bien près. Or, comme tous les pieds se ressemblent, ne voilà-t-il pas qu’au milieu de la bagarre je me mets à la suite de deux autres Coréens qui me précèdent, et croyant bien ne pas manquer mon coup, je m’attache très-scrupuleusement à leurs pas. Mes nouveaux conducteurs me font couper plusieurs rues, m’engagent dans les ruelles, jusqu’à ce qu’enfin j’arrive à un cul-de-sac. Là, ils se détournent de mon côté pour entrer dans une maison ; je soulève mon chapeau, je les regarde, et à leurs traits, qui me sont complètement inconnus, je m’aperçois que je suis bien loin de mes compagnons et de mes guides. Bien vite je baisse ma visière, et, tout en feignant de considérer les maisons voisines, je me hâte de battre en retraite ; mais où aller ? Seul au milieu d’une capitale que j’aborde pour la première fois, sous l’anathème d’une législation cruelle et inhospitalière, n’étant pas capable de fabriquer une phrase coréenne, essayerai-je de m’aboucher avec quelqu’un dans la rue ? Mais, au premier mot de mon jargon, ne se hâtera-t-on pas de me faire arrêter ? Et puis, que demanderai-je ? La maison d’un chrétien ? C’est comme si l’on s’enquérait, au hasard, près d’un passant, dans les rues de Paris, de la retraite d’un de ces hommes malfaisants que poursuit la justice humaine. Telles étaient les premières pensées qui se heurtèrent dans mon esprit. Mais comme j’avais déjà éprouvé qu’il y a une bonne Providence qui veille sur le missionnaire, je me jetai dans ses bras par une courte prière. Avec un sans-souci que le bon Dieu permit alors, et que maintenant je ne puis concevoir, je revins sur mes pas, j’eus le bonheur de retrouver la grande rue où je m’étais séparé de mes compagnons : là, je circulai du côté où je présumais que l’on s’était dirigé, et bientôt j’arrêtai au passage le courrier, qui, tout effaré, courait à ma recherche.

« Je vous laisse deviner les appréhensions de Sa Grandeur et des autres missionnaires, au moment où, entrant dans la maison et pouvant enfin regarder autour d’eux, ils ne m’avaient pas vu ! Heureusement, après un quart d’heure d’anxiété, j’arrivai pour y mettre fin ; et, de concert avec M. Daveluy qui nous attendait à la maison de la mission, nous célébrâmes tout bas, de peur d’être entendus de nos voisins, l’heureuse issue de notre expédition. »

Dire la joie, le bonheur des missionnaires et de tous les chrétiens, ne serait pas chose facile. L’évêque parmi eux, c’était la tête réunie au corps ; l’arrivée de nouveaux confrères, c’était l’espoir de l’avenir. Leur satisfaction fut plus vive encore, lorsqu’ils eurent vu à l’œuvre l’excellent pasteur que Dieu leur avait choisi, lorsqu’ils purent apprécier avec quel tact, quel zèle, quelle charité, quel oubli de lui-même, il se dévouait à sa nouvelle mission. Un instant, ils eurent des inquiétudes, car la santé du prélat n’était pas complètement remise, et sa maladie de l’année précédente sembla revenir. Mais la Providence qui le réservait à de plus longs travaux, le conserva, et après trois mois de souffrance, il commença la visite des chrétiens de la capitale.

Cette première année de l’apostolat de Mgr Berneux fut assez tranquille ; les missionnaires ne furent pas trop inquiétés. Le Père T’soi seul courut un danger sérieux, qu’il raconte comme il suit, dans une lettre à M. Legrégeois. « Je fus un jour appelé à un village nommé Tsimpa-tel, composé presque entièrement de néophytes depuis peu convertis à la foi. Ces braves gens étaient préparés à recevoir le sacrement de la régénération et attendaient ardemment la venue d’un missionnaire. Après avoir, dans la soirée, entendu quelques confessions, et terminé le baptême des enfants, j’avais, le lendemain matin, commencé à conférer la même grâce à quinze adultes, et je m’apprêtais à dire la messe avant l’aube du jour, quand tout à coup une troupe de païens cerne la cabane où je célébrais les divins mystères, et s’efforce de pénétrer jusqu’à moi, pour se saisir des ornements et des vases sacrés. Mais les chrétiens, qui étaient là rassemblés, bien qu’inférieurs en nombre, s’opposent à leur invasion, et une lutte s’engage entre eux, les brigands voulant forcer la porte et les chrétiens se serrant pour la défendre. Pour moi, aidé de quelques fidèles, je lis disparaître ma chapelle à la hâte, et m’échappant par une porte dérobée, je pus, à la faveur de la nuit et des forêts, m’enfuir dans les montagnes.

« Tandis que, suivi de quelques néophytes, j’errais ainsi, les pieds nus et à l’aventure, au milieu des roches et des épines, les païens finirent par être mis en fuite, après un combat qui laissa plusieurs blessés de part et d’autre.

« Ces misérables, furieux de n’avoir rien pu obtenir par la violence, vont dénoncer le village au mandarin, qui en fait saisir les cinq principaux habitants, et les fait jeter en prison. L’un d’entre eux, nommé Paul Ny, chrétien depuis huit ou neuf ans, et déjà plein de zèle et de vertus, était le catéchiste de Tsimpa-tel. L’autre, appelé Augustin Ha, était conseiller du mandarin, et le premier dignitaire après lui. Sa conversion date de trois ans, et il a gagné beaucoup de païens à l’Évangile ; aussi a-t-il été saisi comme propagateur de la religion chrétienne. Les trois autres sont des catéchumènes convertis depuis moins d’un an. Ils étaient au nombre de ceux que je baptisais, quand les païens sont venus pour me prendre.

« Le premier d’entre eux appartient à l’une des plus nobles familles de la Corée. Après avoir reconnu la vérité de notre foi, il s’était réfugié chez les chrétiens de ces montagnes, afin de pouvoir la pratiquer plus librement qu’au sein de sa famille. Quant aux deux autres, ce sont des parents d’un renégat. Ce malheureux, marchant sur les traces du premier apostat, Judas Iscariote, est celui qui avait conduit les satellites à l’assaut de ma retraite. Avant d’en venir là, il avait déjà fait subir aux deux néophytes toutes sortes d’avanies et de persécutions, pour les forcer à l’imiter dans son crime, et à renier aussi leur Dieu.

« Ayant tous comparu devant le mandarin, ils ont confessé l’Évangile avec foi et courage ; car, sommés par le juge de maudire le Seigneur du ciel, ils lui ont répondu : « Si c’est un crime de maudire les princes de la terre, que sera-ce donc de blasphémer le Monarque qui règne éternellement dans les cieux ? Il nous est impossible de nous souiller par une pareille infamie. » Après avoir subi une première fois la torture, ils ont été reconduits en prison, où ils sont forcés de se nourrir à leurs frais ; et comme leurs familles, pour la plupart, sont très-pauvres, elles ne peuvent que difficilement les sustenter. »

Cette affaire n’eut pas des suites aussi graves qu’on pouvait le craindre. Deux des prisonniers furent condamnés à l’exil, et les autres rendus à leurs familles. Le dénonciateur s’était présenté chez un des ministres avec une longue liste de chrétiens qu’il demandait l’autorisation d’arrêter. Mais ce ministre n’était pas hostile à la religion, et craignait en la persécutant de s’exposer à quelque conflit avec les puissances européennes ; il fit chasser cet individu comme atteint de folie. On assure même qu’il lui fit donner une forte bastonnade, pour le détourner plus efficacement de ses projets de délation.

Dans le district de M. Daveluy, on avait quelques inquiétudes sur le sort de cinq néophytes emprisonnés, quand, un beau jour, on apprit qu’ils venaient d’être mis en liberté, sans payer la moindre rançon, et sans avoir eu à prononcer de formule d’apostasie. Ils retournèrent dans leur village, et continuèrent de professer publiquement la religion chrétienne.

La principale cause de cette modération inaccoutumée était, sans aucun doute, la présence d’une frégate française, la Virginie, qui fit, sur les côtes de la Corée, un séjour de plusieurs semaines. Les missionnaires, prévenus trop tard dans leurs cachettes éloignées, ne purent se mettre en rapport avec leurs compatriotes, et quand M. Daveluy, mal renseigné, trompé par les bruits les plus contradictoires, arriva, après plusieurs jours de marches et de contre-marches, à l’endroit vis-à-vis duquel la frégate avait mouillé, il ne rencontra personne. Le gouvernement coréen fut dans la plus vive anxiété. Il avait sur la conscience le sang des trois missionnaires martyrisés en 1839, et la réponse peu convenable faite au commandant français en 1847 ; il ne croyait pas que la France pût laisser cette mort impunie, et se tenir satisfaite d’aussi pauvres explications. Le ban et l’arrière-ban de la milice, c’est-à-dire presque tous les hommes valides du royaume, reçurent l’ordre de se tenir prêts pour entrer en campagne au premier signal. Mais comme l’immense majorité de ces pauvres gens sait à peine de quelle main il faut tenir l’arc, la famille royale et les ministres qui ne se faisaient pas illusion sur leur vaillance, firent préparer dans les montagnes du nord-est divers lieux de refuge, pour y mettre en sûreté, le cas échéant, leurs personnes et leurs trésors. Les missionnaires, de leur côté, croyaient entrevoir le jour où la liberté de religion leur permettrait de convertir les païens par milliers. Malheureusement, l’espoir des uns et la crainte des autres étaient également chimériques.

« En attendant l’accomplissement de tant de belles espérances, » écrivait Mgr Berneux l’année suivante, « nous travaillons de toutes nos forces, mais avec d’extrêmes précautions. La hache est toujours suspendue sur nos têtes, et le moindre accident pourrait nous attirer une sanglante persécution. Vous comprenez que, dans la situation où nous sommes, nous ne pouvons avoir ni chapelle, ni lieu de réunion pour nos chrétiens. Le dimanche, ils s’assemblent au nombre de douze ou quinze, tantôt dans une maison, tantôt dans une autre, toujours secrètement, pour ne pas mettre les païens sur leurs traces. Ils récitent ensemble, à voix basse, les prières prescrites par l’évêque, et entendent l’explication de l’Évangile du jour ; le reste de la journée est employé à dire le rosaire, à étudier le catéchisme et à l’enseigner aux enfants. Voilà à quoi se réduit, pour les Coréens, la sanctification du dimanche ; leur permettre de venir assister à la messe serait tout perdre, et m’exposer au danger certain d’être pris avant un mois.

« C’est aussi dans la maison des néophytes que se fait la mission, qui commence ordinairement au mois de septembre. Cette époque est attendue impatiemment par les chrétiens ; c’est le seul jour de l’année où ils peuvent recevoir les sacrements, dont ils sont saintement avides, la seule fois aussi qu’ils peuvent voir le missionnaire, pour lequel ils ont une vénération toute filiale. Lorsque les catéchistes ont déterminé les maisons où les réunions doivent se tenir, et qu’ils en ont indiqué à chacun le jour et le lieu, je me rends dans la demeure où la mission doit s’ouvrir, et où m’attendent trente ou quarante néophytes. Une petite chambre à peine assez haute pour que je puisse m’y tenir debout se convertit en chapelle, dont un crucifix et une image de la sainte Vierge forment tout l’ornement. L’examen du catéchisme, auquel tous sont soumis, le vieillard octogénaire comme l’enfant de dix ans, une instruction sur les dispositions qu’il faut apporter à la réception des sacrements, puis trente ou quarante confessions, avec les extrêmes-onctions et les baptêmes, m’occupent toute la journée et une partie de la nuit. Le lendemain, le lever à une heure ; à deux heures, la messe où se fait la communion, enfin, une instruction sur la nécessité et les moyens de persévérance, après laquelle je passe, avant le jour, dans une autre maison, où d’autres chrétiens m’attendent, et où se répètent les exercices de la veille. Voilà les occupations du missionnaire à la capitale pendant quarante jours : c’est à en perdre la tête de fatigue. Plus d’une fois, il m’est arrivé de tomber de sommeil au milieu de ma chambre, et de me réveiller, le matin, un bas dans une main, et l’autre encore au pied.

« Si cette époque est le temps du travail, c’est aussi celui des consolations ; c’est alors que nous voyons toute la vivacité de la foi des néophytes. Souvent il arrive que des enfants et des femmes aient reçu le baptême et en pratiquent les devoirs, à l’insu de leurs parents ou maris païens. Quelque difficulté qu’ils rencontrent à se rendre auprès du missionnaire, il est rare qu’ils ne la surmontent pas. La femme noble elle-même, cette créature si timide en toute autre circonstance, et qui jamais n’a franchi le seuil de sa demeure, sait trouver du courage quand il s’agit de recevoir les sacrements. Déguisée en femme du peuple, elle choisit le moment où sa famille est endormie pour s’échapper et venir au milieu de la nuit, dans la maison où se réunissent les chrétiens. Elle se confesse avant la messe, assiste au saint sacrifice, et, après avoir reçu la divine eucharistie, elle rentre chez elle comme elle est sortie, pendant que tout dort encore, bénissant Dieu des grâces qu’elle vient de recevoir, le bénissant aussi du succès de sa périlleuse expédition. Malheur à elle, si son mari s’apercevait de cette absence nocturne ! N’en comprenant pas le motif pieux, il se vengerait par le poison d’une telle témérité.

« Outre la capitale, je me suis encore réservé l’administration de soixante villages. Dans les montagnes au milieu desquelles ils se trouvent, la mission offre moins de difficultés pour les chrétiens, et pour le missionnaire moins de fatigues. Comme ils sont entièrement séparés des païens, ces précautions si gênantes de la ville ne sont plus nécessaires ; on y est presque en liberté. Si chaque jour, outre les exercices religieux qui sont les mêmes qu’à la capitale, il faut faire à pied, pour passer d’un village à un autre, quatre ou cinq lieues à travers les montagnes ; s’il faut quelquefois voyager par la pluie ou la neige avec ses bas de toile et ses sandales de paille, qui prennent l’eau comme une éponge, on respire plus ou moins le grand air, et le sommeil est suffisant. Après avoir ainsi travaillé pendant huit mois, chacun de nous, bien harassé, mais bien comblé des bénédictions que le Seigneur a daigné répandre sur son ministère, rentre à son gîte pour y passer dans le repos, la retraite et l’étude, les quatre mois d’été, pendant lesquels il n’est pas possible de faire mission. »

Un des confrères de Mgr Berneux complétait la lettre du saint prélat par les lignes suivantes : « Quoique sa lettre soit assez longue, je réponds qu’il ne vous dit pas tout. Il ne vous dit point, par exemple, que, souffrant continuellement de la gravelle, et vivant de quelques feuilles de navets et d’un peu de riz, il se permet parfois vingt-deux heures de travail par jour, et qu’il regarde quatre heures de sommeil dans ses plus longues nuits, comme une grande immortification. En vain tous les confrères se récrient, il ferme la bouche à tout le monde avec ce seul mot : « Que feriez-vous à ma place ? »

Ce qui, par-dessus tout, encourageait Mgr Berneux à ces efforts surhumains, c’était la fréquence des conversions extraordinaires, et l’action visible de la grâce de Dieu sur les néophytes. Il en raconte lui-même de touchants exemples dans une de ses premières lettres.

« Un vieillard presque octogénaire entend parler de la religion chrétienne : un de nos livres lui tombe entre les mains, il le lit, et cette lecture le convainc de la vérité du christianisme. Il occupait une charge importante, mais cette dignité étant incompatible avec les devoirs imposés aux chrétiens, il s’en démet et rentre dans la vie privée. Au sein même de sa famille, les relations qu’il faudra entretenir avec ses amis l’exposeront à offenser Dieu qu’il a résolu de servir. Pour s’y soustraire, il feint d’être en démence, ne se lave plus, ne parle plus à personne, etc. Voilà plusieurs années qu’il joue ce rôle et remplit les devoirs d’un fervent catholique, sans avoir pu encore recevoir le baptême. Ses fils, qui soupçonnent ses intentions et redoutent la perte de leurs emplois et l’opprobre attaché au nom chrétien, ne permettent à aucun étranger d’approcher de lui, en sorte que nul missionnaire n’a pu le voir. Je viens d’envoyer un catéchiste qui parviendra, je l’espère, à le baptiser. » Ce bon vieillard reçut en effet le baptême quelques semaines plus tard.

« Une jeune fille païenne qui commençait à pratiquer l’Évangile, est donnée en mariage à un païen. Elle continue, dans sa nouvelle famille, à réciter chaque jour ses prières, lorsqu’elle est sans témoin ; mais quelque précaution qu’elle prenne pour n’être pas aperçue, sa belle-mère et la sœur de son mari Font vue plusieurs fois se mettre à genoux dans un coin de la chambre et même pendant la nuit, lorsqu’elle croyait que tout dormait auprès d’elle. Ce qui étonne surtout, c’est de la voir si douce, si patiente, et obéissant toujours avec tant de respect aux moindres ordres qui lui sont donnés. « Vous avez un secret que vous me cachez, » lui dit un jour sa belle-sœur. — « Moi, un secret ? lequel donc ? — Oh ! riez tant que vous voudrez, mais vous avez un secret, vous êtes toute différente des autres femmes. — Vous plaisantez ; qu’ai-je donc de si singulier ? » Enfin, vaincue parles instances de la jeune fille, à qui elle ne voit aucun danger de se confier : « Oui, en effet, » lui dit-elle, « j’ai un grand secret, écoutez-le. J’ai le bonheur de connaître le vrai Dieu et je l’adore. C’est lui que je priais lorsque vous m’avez surprise à genoux au milieu de la nuit ; je n’ose ni me mettre en colère, ni désobéir, ni médire, parce que Dieu le défend, et ce que je me propose en le servant c’est de mériter le bonheur du ciel. » La jeune fille écoute avec une attention religieuse, et dès ce jour elle apprend la prière des chrétiens avec sa belle-sœur, dont elle ne peut plus se séparer.

« La mère ne tarde pas à s’apercevoir de cette intimité, elle remarque surtout le changement qui s’est opéré dans le caractère de sa fille. Autrefois légère et irascible, elle est devenue grave et en tout semblable à sa belle-sœur. À son tour elle n’y tient plus ; il lui faut, à elle aussi, l’explication de ce mystère. Cette explication lui est donnée et produit sur elle le même effet que sur sa fille. Restait encore la grand’mère, fort âgée : même communication, même docilité à la grâce. Ces quatre femmes, heureuses du trésor qu’elles ont trouvé, pratiquent, à l’insu de leurs maris et de leur père, tout ce qu’elles connaissent des obligations du chrétien. Un obstacle cependant s’oppose à leur baptême : ce sont les superstitions auxquelles elles sont forcées de participer. Pour s’en affranchir, il faudrait déclarer aux chefs de la famille qu’elles sont chrétiennes, et cette déclaration ne leur attirerait que des mauvais traitements, et les rendrait l’objet d’une surveillance qui ne leur permettrait plus aucun exercice de religion. Il a été convenu entre elles que la mère et l’aïeule s’abstiendraient désormais de tout acte entâché de superstition, afin d’assurer leur salut par la réception du baptême ; les deux belles-sœurs seules préparent les viandes qni devront être offertes aux idoles, jusqu’à ce que Dieu, qui voit le fond des cœurs et connaît avec quel regret elles coopèrent à des actes qui l’offensent, les délivre de la triste nécessité où elles sont réduites.

« Des traits semblables je pourrais vous en citer par milliers. Oh ! alors, comme vous aimeriez ma Corée et comme vous prieriez pour nous ! Le bon Dieu doit avoir des desseins de grande miséricorde sur cette mission, si nous en jugeons par les grâces qu’il lui accorde. »

On comprend que dans de telles circonstances, le cœur du saint évêque, embrasé d’un zèle vraiment apostolique, trouvait légers les plus pénibles travaux. L’amour de Dieu lui donnait des forces surnaturelles, cet amour dont il est écrit qu’il ne sent point le fardeau, ne recule devant aucun labeur, embrasse plus qu’il ne peut, et ne trouve rien impossible. Amor onus non sentit, labores non reputat, plus affectat quam valet, de impossibilitate non causatur. (Imit., l. III, c. v.)