Fragments d’histoire/10

Imprimerie officielle (p. 40-41).

RUE LEDRU-ROLLIN


S’appelait d’abord rue des Capucins et devait son nom à cette particularité que c’était la voie suivie par les religieux qui étaient chargés de desservir la paroisse et qui se rendaient de la préfecture apostolique et du couvent des Capucins (la Gendarmerie actuelle), à l’Église.

C’est aussi pourquoi elle n’est pas perpendiculaire aux rues qui la traversent, toutes les autres à l’exception aussi des rues François Arago et Garnier Pages étant parallèles et coupées à angle droit par d’autres rues parallèles.

Cette voie est indiquée dans un plan du Père Labat de 1694 et dans un autre plan de 1726[1].

Le n° 15 a été habité par Antoine Siger, ancien maire de Fort-de-France. Le vœu peut être émis que son nom soit donné à la Place Volny qu’il traversa tant de fois et à la partie de la rue Ledru Rollin qui longe cette place, l’autre partie de la rue devant conserver son appellation actuelle.

L’hommage rendu à Volny serait conservé par la nouvelle appellation qui serait donnée à l’autre place qui deviendrait la place Volny-Fabien.

Au n° 21, la Banque ouvrière de la Martinique, fondée en 1933, par M. Émile des Étages.

  1. Arch. Minist. Col. n° 140.