Douze ans de séjour dans la Haute-Éthiopie/Tome I/Chapitre III

CHAPITRE III

APERÇU GÉOGRAPHIQUE, ETHNOLOGIQUE ET HISTORIQUE. L’ANCIEN EMPIRE.


Les pluies hivernales avaient atteint leur plus grande intensité ; il pleuvait quelquefois sans interruption pendant des journées entières, et le tonnerre grondait fréquemment. Un matin, le Lik Atskou vint m’annoncer que l’Atsé ou Empereur le faisait prier de m’engager à me rendre auprès de lui, pour donner mes soins à sa femme dangereusement malade, disait-il. Pour faire plaisir au Lik Atskou, je me rendis avec lui au palais.

Ce palais, bâti par des Portugais, il y a environ deux siècles, est situé au milieu de quartiers en ruine. Il consiste en une agglomération de bâtiments sans symétrie, terminés les uns en plates-formes bordées de créneaux, les autres en dômes ou en voûtes ; autour, règne une enceinte spacieuse et irrégulière formée par une muraille crénelée, à marchepied, à meurtrières et tourelée de distance en distance ; le bâtiment principal a pour façade une grosse et haute tour carrée, qui domine tout cet assemblage. De la salle de banquet et d’audience solennelle, il ne reste plus qu’un pan du mur de pignon, au milieu duquel la baie cintrée de la haute porte d’entrée se découpe sur le ciel. Les salles de bains, les étuves sont défoncées ; les chambres des femmes n’abritent plus que les oiseaux de nuit ; la trésorerie, le garde-meuble, les cuisines, les écuries, les appartements où les Empereurs se retiraient, dit-on, avec leurs familiers pour se reposer de la rigide étiquette de la cour, tout est inhabitable, et personne dans le pays n’était capable même de fabriquer la chaux pour réparer les dégâts causés par le temps. Une ancienne prison et la grande salle où se tenait le plaid impérial sont les seules parties bien conservées. Un vieillard de Gondar disait, en me racontant des anecdotes sur les Empereurs :

Dieu veut qu’au milieu de ces débris, la prison et la salle des plaids restent debout, pour témoigner contre les violences iniques de notre Famille impériale.

Les indigènes, quoique habitués aux aspects grandioses et austères de leur pays, s’arrêtent devant cette demeure avec un sentiment de mélancolie respectueuse ; quant à l’Européen, il est surpris agréablement comme par une image de la patrie, mais bientôt, il cède aussi à la tristesse, en considérant ce palais mutilé, hautain encore, au milieu des humbles maisons de Gondar, comme un vétéran déguenillé, prêt à raconter aux enfants les guerres d’autrefois.

Le Lik Atskou s’arrêta sur le palier d’un large escalier extérieur ; un enfant demi-nu nous ouvrit la grande porte d’une espèce de corps-de-garde, d’où il nous introduisit dans la salle des plaids, vaste pièce rectangulaire et dénudée, à l’extrémité de laquelle était accroupi sur un lit à baldaquin l’Atsé ou Empereur : Sahala Dinguil. Le Lik Atskou salua comme s’il se fût présenté devant le plus magnifique des Rois, et l’on nous fit asseoir par terre, sur un lambeau de natte.

Sahala Dinguil, vieillard d’environ soixante-dix ans, avait le teint coloré et presque aussi clair que celui d’un Européen, la chevelure crépue et blanche comme la neige, le front haut, uni, l’œil vif, la figure pleine et imberbe ; toute sa personne un peu vulgaire était empreinte d’une jovialité sensuelle. Il trônait en toute sérénité sur un bois de lit indien, portant encore les restes d’une riche marqueterie en ivoire et en nacre ; un tapis turc, râpé et trop étroit, laissait à découvert une partie des fonçailles. Quatre petits pages en haillons, un eunuque difforme et deux vieillards se tenaient immobiles et les yeux baissés de chaque côté du pauvre trône.

On me demanda quelque remède panchymagogue, quelque panacée infaillible, pour la femme de Sa Majesté, la mère de son héritier, son âme, sa vie, ajouta-t-on ; mais on me décrivit la maladie en termes tellement discrets et vagues, que je dis que je ne prescrirais qu’après avoir vu la malade. Là-dessus, on se consulta d’un air mystérieux, et je fus confié à l’eunuque, qui m’introduisit seul dans le harem impérial. Il est de ces mots pleins d’enchantements pour un jeune homme et pleins de désillusions aussi. Je trouvai, couchée à côté d’un brasier ébréché, en terre cuite, une femme d’un âge mur, d’une corpulence formidable et d’une figure commune ; son genre de maladie était à l’avenant : l’excès de nourriture l’avait réduite où elle en était. J’assurai à l’Empereur qu’elle guérirait sous peu, à condition d’observer un régime sévère.

En regagnant notre logis, le Lik Atskou s’égaya fort à la description de la maladie et de la personne de l’auguste patiente, qu’il n’avait jamais été admis à voir. Il me pria néanmoins de ne rien épargner pour la guérir ; les ancêtres de la Famille impériale avaient toujours été, disait-il, généreux et bons envers les étrangers. Je songeai qu’effectivement, ils s’étaient montrés tels envers l’écossais Jacques Bruce, et pendant plus d’une semaine, deux fois le jour, malgré les pluies, j’allai exactement au palais. Ma grosse cliente se rétablissait à vue d’œil. L’Atsé me fit sonder relativement à mes honoraires : je refusai d’en recevoir ; il feignit de croire sa dignité offensée et saisit la première occasion de rompre avec moi. La convalescente ne se soumettait qu’imparfaitement au régime prescrit. Un matin, je la trouvai plus souffrante, elle m’avoua avoir bu de l’eau-de-vie ; je lui déclarai que je ne la reverrais que sur une nouvelle invitation de l’Empereur ; et je ne fus pas rappelé.

Ce dénoûment était fort à ma convenance. Si la malade n’était pas radicalement guérie, ma médication expectante avait du moins écarté le danger et le public m’attribuait tous les honneurs de la guérison. J’avais d’ailleurs perdu le goût de faire le médicastre. Lorsque je devais entrer chez la malade ou la quitter, me présenter devant son Empereur ou me retirer, enfin, dès que je paraissais au palais, les quelques valets enhaillonnés, qui passaient leur temps à muser aux portes, prenaient des airs compassés, solennels, et j’avais à subir toutes les simagrées de l’étiquette de l’ancienne cour des Empereurs d’Éthiopie. Les premiers jours, cette mise en scène bouffonne m’avait fait pitié ; mais sa répétition quotidienne m’était devenue désagréable. Plus tard, m’étant initié à la langue, aux coutumes et aux traditions, je regrettai de ne m’être pas montré plus patient à l’égard de ces débris d’une famille de princes tombée, dit-on, d’une hauteur de 28 siècles. Mais avant de parler de cette famille impériale qui, chaque jour, comme une statue renversée de son piédestal, s’enlise davantage dans la poussière des temps, il convient de donner une idée de la base géographique sur laquelle, debout de générations en générations, elle a su, pendant que surgissaient et s’abîmaient tour à tour la plupart des dynasties souveraines du monde, diriger l’histoire de tant de peuples de l’Afrique orientale et de l’Arabie.

On s’est habitué, en Europe, à donner le nom d’Abyssinie à la portion indéfinie de l’Afrique orientale qui nous occupe, et sur laquelle, de toute antiquité, et même aujourd’hui, plane le nom primitif d’Éthiopie.

Les indigènes savent que les musulmans nomment leur pays el Habech, mais s’ils tolèrent ce nom dans la bouche des étrangers, c’est par courtoisie ou par pitié pour leur ignorance ; eux-mêmes, pour la plupart, ne connaissent pas l’étymologie du mot Habech, mais ils sentent qu’elle est injurieuse pour eux. En effet, Habech, en arabe, s’emploie pour qualifier un ramassis de familles d’origines diverses ou bien de généalogie inconnue ou altérée ; et parmi les races sémitiques, l’injure la plus mortifiante qu’on puisse faire à un homme ou à un peuple, est de dire qu’il ignore sa généalogie ou qu’elle est entachée de promiscuité, parce que, chez eux, les hommes de tous les rangs sont convaincus de l’existence d’une solidarité étroite non-seulement entre les vivants, mais surtout entre les vivants et leurs ancêtres. Du reste, quand on est initié à leur vie intime, on est journellement frappé des effets plus souvent bienfaisants que nuisibles de ce sentiment. L’Afrique orientale a servi de lieu d’établissement à plusieurs races, mais la grande majorité se rattache à la famille sémitique, d’après les caractères fournis par leurs idiômes, leurs langues, et, comme il a été dit, d’après leurs traditions. Cette origine suffirait seule à expliquer l’objection persistante des indigènes à la dénomination de Habechi.

L’adjectif Habechi, déformé par les Portugais, qui ont mis de côté la première lettre, et, selon leur usage, ont rendu le son ch par x, est devenu ainsi Abexim, en y joignant la finale portugaise ; d’où, en usant à leur tour de la licence de transcription dont les Portugais leur avaient donné l’exemple, les copistes du seizième siècle ont fait le nom Abessinie devenu sans effort Abyssinie. Quelques auteurs allemands emploient encore la dénomination Habesch ; les Anglais écrivent tantôt Abyssinia et tantôt Abessinia. Puis donc que les Arabes et les Européens, les peuples étrangers enfin, n’ont pu s’entendre sur la manière d’écrire une qualification injurieuse, convertie en désignation géographique, il paraît convenable de revenir au nom d’Éthiopie, par lequel tous les indigènes désignent leur patrie.

Quand on sait que ce peuple éthiopien rattache à la Judée ses origines historiques ; qu’il justifie son nom par les textes bibliques, et qu’il pratique le Christianisme depuis le quatrième siècle ; quand on songe que depuis cette époque, son pays a servi de lieu de refuge pour les mœurs et les idées chrétiennes ; que les peuples d’Europe, quoique nombreux et aguerris, n’ont sauvegardées qu’avec tant de peine contre la propagande armée des musulmans, on s’apitoie de le voir, malgré ses protestations, dépouillé même de son nom, et l’on est peu disposé à conniver avec les Musulmans, pour substituer à une antique dénomination une désignation injurieuse, qui falsifie l’acte de naissance d’un peuple, l’allié le plus constant que nous ayions en Afrique pour le maintien de ces idées chrétiennes, qui sont notre gloire, la base et l’essence progressive de nos sociétés.

On peut objecter que le nom d’Éthiopie est d’origine grecque, mais les contre-objections ne manquent pas ; d’ailleurs, ce qui paraît dominer toute considération, c’est que ce nom est le plus ancien et le seul usité dans le pays.

À défaut d’une définition plus précise de l’Éthiopie, on est tenté de suivre l’exemple des Romains, qui avaient divisé la Gaule en Gallia togata, Gallia braccata, Gallia comata, et de dire que l’Éthiopie comprend la partie de l’Afrique orientale dont les habitants portent la toge ; cette Africa togata aurait du moins l’avantage de comprendre presque toutes les contrées africaines jadis soumises à l’autorité de l’Atsé ou Empereur, et d’être conforme à une locution employée actuellement par les Éthiopiens, sinon pour définir, du moins pour caractériser leur pays.

L’érudit géographe Ritter a défini en deux mots le caractère le plus saillant, non peut-être de toute l’Afrique, comme il le dit, mais de la portion orientale qui nous occupe ; il partage le pays en terres hautes et terres plates. Il serait plus exact de dire contrées hautes et contrées basses, et, comme ces deux idées doivent entrer fréquemment dans les descriptions du pays, nous emprunterons à la langue amarigna, langue la plus généralement parlée en Éthiopie, les termes de relation deuga et koualla[1] ; celui-ci désignant des contrées dont les plus hautes ne dépassent guère 2,000 mètres au-dessus du niveau de la mer, et dont les plus basses sont affaissées au-dessous même de ce niveau ; celui-là, des contrées élevées à 2,400 mètres au moins au-dessus du niveau de l’Océan. Ces termes deuga et koualla correspondent aux termes arabes nedjd et tahama, qu’on pourrait à la rigueur exprimer en anglais par les mots high-land et low-land. Si la contrée est d’altitude mitoyenne, c’est-à-dire de 2,000 à 2,400 mètres environ, les Éthiopiens lui donnent le nom de woïna-deuga, ou deuga susceptible de produire la vigne ; ils donnent le nom de beurha aux kouallas les plus bas, et en Gojam, celui de tchoké aux deugas d’une altitude de plus de 3,000 mètres ; mais on peut dire que les deux désignations génériques servant à fixer l’esprit au sujet de l’altitude d’une contrée sont deuga et koualla.

Les Éthiopiens, dépourvus de mesures pour indiquer l’altitude d’un lieu, caractérisent habituellement les deugas et les kouallas par leurs productions les plus importantes du règne végétal ; le deuga, par l’orge et la fève ; le koualla, par le maïs, et surtout les nombreuses variétés de sorgho ou dourah des Arabes ; les kouallas les plus bas, par le coton. Ils désignent aussi comme deuga, mais d’une façon moins absolue, la contrée où les moutons et les chevaux se reproduisent de préférence ; et comme koualla, celle où les chèvres abondent. Par suite du spectacle habituel de contrées hautes et contrées basses, les indigènes sont, en général, assez au courant des productions zoologiques et botaniques dépendantes de la différence des altitudes ; mais celles que je viens de nommer sont celles qu’ils emploient le plus fréquemment.

Les deugas sont balayés par des vents qui, en Afrique, bornent leurs brises rafraîchissantes aux parties élevées de l’atmosphère ; l’air est frais, doux et sec ; les sources sont fréquentes, et la végétation laisse des traces abondantes et vertes pendant presque toute l’année ; les arbres sont d’un bois tendre, et la plupart des arbustes sont inermes, le feuillage est touffu, les feuilles sont légères, souples, de tons variés et doux à l’œil ; le sol est mou, élastique, et pierreux. On voit, dans de vastes pâturages, le poulain folâtrant près des troupeaux de moutons et de bœufs-bisons aux allures majestueuses et au pelage d’une variété inconnue en Europe ; la campagne abonde en grandes perdrix rouges ; le bouquetin prospère aux flancs des précipices, et le sanglier à masque atteint une taille prodigieuse ; les troupes de singes n’y apparaissent que de passage ; les scorpions et les reptiles sont rares ; leur venin est peu dangereux ; l’hyène et le chacal y vivent discrètement, et le grand lion à crinière noire n’y est signalé que de loin en loin.

Dans les kouallas, au contraire, le vent n’est qu’à l’état de brise intermittente et à directions incertaines ; le plus souvent, l’air s’y meut sous forme de révolin ; à cause du voisinage des deugas, il y forme fréquemment des tourbillons, et, dans les lits encaissés des rivières, le vent y souffle quelquefois avec une furie impérieuse pendant un petit nombre de minutes. L’air, presque toujours chaud, est sec, comme sur les deugas, car une sécheresse permanente et bien sensible à toutes les muqueuses est le caractère le plus saillant du climat éthiopien. Aux nuits fraîches et sereines succèdent des journées durant lesquelles le sol s’échauffe quelquefois jusqu’à 75 degrés. Les sources sont plus rares que dans les hauts pays ; la végétation, fougueuse et luxuriante au printemps, se dessèche rapidement aux rayons du soleil et n’offre, pendant plus de la moitié de l’année, que des tons fauves, relevés de distance en distance par quelque arbre gigantesque, aux feuilles épaisses, cassantes et d’un vert poussiéreux. Le bois des arbres est dense et noueux ; lianes, arbustes, arbrisseaux, une multitude de plantes sèment de leurs épines acérées le sol durci, pierreux, et souvent profondément crevassé. Des herbes hautes à dissimuler un homme à cheval, couvrent de grands espaces ; une étincelle suffit pour y allumer de vastes incendies, qui envahissent rapidement ; aux crépitations, aux craquements sinistres de ces embrasements subits, les carnassiers terrifiés fuient, et les reptiles sont dévorés par les flammes. La terre est ainsi purgée de quantité d’insectes venimeux et préparée à la recrudescence printanière, mais elle attriste le regard par ses tons roux, sombres, et ses arbres défeuillés aux troncs noircis.

On trouve dans les kouallas les plantes aromatiques, les bois odorants, des scorpions, d’autres insectes venimeux, ainsi que des variétés nombreuses de reptiles, depuis le boa jusqu’à un serpent gros comme le doigt, long d’une coudée à peine, dont la morsure cause la mort la plus rapide. Le bœuf est de petite taille, grêle, vif, d’un pelage fin, court et ordinairement clair. La vache donne très-peu de lait ; en revanche, les troupeaux de chèvres s’accroissent rapidement, malgré les larcins fréquents des panthères, qui pullulent dans les anfractuosités des rochers. L’âne est la seule bête de somme ; il est plus petit que sur les deugas, plus sobre, plus agile, son poil fin et court est mi-partie gris souris et ventre de biche.

Le cheval ne se reproduit que très-rarement dans les kouallas d’altitude mitoyenne et se reproduit quelquefois dans les kouallas les plus bas et les plus chauds dits beurha. Les hommes riches des bas pays l’importent souvent des deugas pour leur usage à la guerre ; ils le choisissent de petite taille, le plus ardent possible, souvent même emporté, car son séjour en koualla, fait tomber sa fougue et le guérit ordinairement de l’habitude de prendre le mors aux dents. Son poil devient plus fin, sa robe plus soyeuse, son embonpoint disparaît ; il vit moins longtemps, et, dans plusieurs kouallas d’altitude mitoyenne, il n’échappe que rarement à une maladie mortelle, ressemblant au farcin, mal dont il guérit si on l’envoie dans les pâturages d’un deuga élevé. Les indigènes assurent qu’on peut le soustraire à cette maladie, en l’empêchant de paître dans les kouallas où poussent une petite herbe garnie de longues épines et bien connue des cavaliers ; ce qui semblerait donner raison à leur observation, c’est que cette herbe n’existe pas dans les kouallas dits beurha, et que les chevaux n’y sont point frappés de la maladie en question.

Les animaux sauvages, tels que les grandes et les petites antilopes, la gazelle et tous ses congénères, abondent. Les sangliers de taille moindre que ceux des deugas se multiplient étonnamment, quoique de nombreux lions en fassent leur proie habituelle : les hyènes et les chacals sont d’une férocité plus grande. Dans les kouallas les plus bas, dits beurha, on rencontre le buffle, le rhinocéros, l’éléphant, la girafe, l’autruche, l’onagre, l’hippopotame, le crocodile et bien d’autres animaux malfaisants. Ces quartiers sont souvent égayés par des bandes de grands singes cynocéphales, mis en fuite par la fronde des gardiens des plantations ; ils s’arrêtent hors portée, s’entre-pillent les fruits de leurs larcins, cachés dans leurs joues, et regardant malicieusement le champ qu’ils ont dévasté, se réjouissent en cris et en gambades, pendant que les vieux de la bande, les stratéges, ont l’air de prendre gravement leurs mesures pour un nouveau plan de maraude.

Cette distribution de l’Éthiopie en deugas et kouallas, jointe à la périodicité de ses pluies, donne au régime de ses eaux un caractère spécial. Ailleurs, les cours d’eau arrosent et fertilisent ; en Éthiopie, ils semblent distribués comme d’après un vaste système d’égouttement des terres ou drainage, et n’arrosant que leur lit, ils vont porter la fécondité aux terres de la Nubie et de l’Égypte, qui, sans ces cours d’eau, ne seraient qu’un désert aride. L’hiver, les cours d’eau des kouallas, augmentés de tous côtés par le regorgement des eaux pluviales des deugas, deviennent torrentueux, mais pendant l’été et l’automne, il ne reste que des lits quelquefois complètement desséchés ; les sources sont rares, peu abondantes, de longs espaces en sont dépourvus. D’autre part, les kouallas qui ont des cours d’eau continus, un peu volumineux, sont frappés d’insalubrité. Les djins, disent les indigènes, veillent sur leurs bords pour frapper de fièvres pernicieuses ou typhoïdes, trop souvent mortelles, ceux que la fatigue, la fraîcheur et l’ombre convient à s’y livrer au repos. Les kouallas, même salubres, deviennent malsains lorsque les premières pluies de l’hiver humectent les terres altérées, et lorsque le soleil du printemps les dessèche de nouveau. Le séjour en deuga passe, au contraire, pour être toujours sain.

Du reste, même en Éthiopie, les termes deuga et koualla sont relatifs ; telle contrée basse est quelquefois nommée deuga par ses voisins qui habitent un koualla plus profond encore, comme tel district deuga, sis à une altitude de plus de 2,000 mètres, est traité de koualla par ses voisins qui vivent sur des terres d’une altitude plus grande.

Réduit à sa dernière expression, le deuga est un plateau borné par des précipices dont l’escarpement est souvent tel, qu’on peut s’asseoir sur le bord, les jambes pendantes dans le vide, comme si l’on occupait la margelle d’un puits. On trouve quelquefois, dressé abruptement au milieu d’un koualla, un deuga de la plus petite échelle, rendu inabordable par la main de l’homme ; ce deuga en miniature devient un mont-fort, forteresse naturelle, dont les hill-forts de l’Inde ou la forteresse de Kœnigstein, en Saxe, donnera l’idée exacte. Quelques-uns de ces mont-forts, hauts de plusieurs centaines de mètres, ont comme la forteresse de Kœnigstein, un sommet assez étendu, des sources et des terres arables suffisantes pour nourrir une bonne garnison ; aussi les rebelles et les ambitieux ne négligent-ils rien pour se procurer ces forteresses, dont la plupart sont inexpugnables pour les troupes éthiopiennes. Après avoir grimpé le long d’un sentier raide, étroit et tortueux, il faut quelquefois se faire hisser par une corde pour arriver à la plaine du sommet ; les débouchés de ces sentiers sont ordinairement garnis de blocs de pierre, retenus par des courroies qu’il suffit de couper pour écraser les assaillants. Quelques mont-forts, dépourvus de sources ou de terres arables, ne servent que comme lieu de retraite passagère. Les principaux mont-forts de l’Éthiopie sont dans l’Enderta, le Lasta, l’Idjou, le Samen, le Tagadé, le Wolkaïte, le Dambya, le Wadla, le Wara-Himano, le Gojam. Parmi les plus petits, on peut citer celui de Wohéni, près de Gondar, espèce de colonne carrée et gigantesque, haute de trois cents mètres ; son sommet étroit servait de prison pour les membres de la famille impériale que la jalousie ombrageuse du souverain y maintenait somptueusement pendant toute leur vie. Dans des proportions plus restreintes encore, ces curieux accidents de terrain ne forment plus que des obélisques naturels, comme le mont Chamo, en Begamdir, et l’on peut supposer que le souvenir de ces aiguilles naturelles ait inspiré aux Égyptiens l’idée de leurs obélisques, s’il est vrai, comme le rapportent les anciens et comme le dit encore la tradition, que l’Égypte ait été peuplée par des émigrants de la Haute-Éthiopie.

Après cet aperçu de la configuration du pays, j’essaierai, en suivant les données géographiques recueillies par mon frère, d’en indiquer les frontières. Cette tâche est d’autant plus difficile, que les cartes et les renseignements à cet égard manquent, et que les traditions sont vagues et malaisées à contrôler ; aussi, en cherchant à délimiter le vieil empire d’Éthiopie, j’ai plutôt l’ambition de provoquer des études à faire, que de bien donner les noms et les directions des lignes de frontières, avec la précision que demande la science en Europe. Ce qui excusera d’ailleurs le vague de la délinéation qui va suivre, c’est l’usage des peuples africains de terminer un pays par une frontière indéfinie, mobile, élastique. Un des caractères les plus communs à ces peuples est de chercher l’isolement ; ils semblent redouter de confiner de près avec une nation quelconque, et s’en séparent au moyen de larges frontières formées par des hernes ou terres abandonnées, dont le seul roi est la force, suivant l’expression des indigènes ; si leur puissance s’accroît, ils étendent la culture sur la lisière de ces hernes, ravagent et dépeuplent la lisière opposée, poussant ainsi, pour s’agrandir, le désert devant eux. Les nations voisines usent de représailles, et selon les fluctuations de ces guerres, qui ne finissent quelquefois que longtemps après l’extinction des générations qui les ont commencées, la ligne frontière proprement dite se déplace continuellement ; enfin, la guerre, mal sporadique en Europe, étant endémique sur le continent africain, il en résulte naturellement que les frontières des États sont toujours en état d’expansion ou de rétrécissement. En Éthiopie, les limites indiquées par la nature sont insuffisantes à comprimer ce double mouvement. Il n’y a pas encore quinze années que les hernes produites par les guerres s’étendaient sur l’un et l’autre versant de la chaîne à l’ouest de Moussawa, occupée par les Akala-Gonzaï. La rivière Béchelo, et même l’Abbaïe ou fleuve Bleu, n’empêchent point les adversaires de l’un et l’autre bord de chercher à s’étendre en faisant le désert au delà de l’un ou de l’autre bord de ces rivières. Il importe aussi de ne point perdre de vue qu’en Éthiopie, la population étant moins dense qu’en Europe, ses déplacements, par suite de famine, de guerre ou pour d’autres motifs, sont bien plus fréquents. Le sentiment patriotique de l’Européen tient plus du sol, celui de l’Éthiopien, de la race ; et si, en Europe, on a pu dire qu’on emportait la patrie à la semelle de ses chaussures, cette image est bien plus vraie, appliquée aux Africains et même aux Asiatiques. En Éthiopie, un des désespoirs du voyageur, qui croit connaître le pays, est d’apprendre, quelquefois à l’improviste, que telle petite communauté, comprenant une famille, une portion de village, un village entier ou même un district, est d’une origine distincte de la population qui les entoure. Cette communauté, débris quelquefois d’une race lointaine ou disparue, du jour où elle a pris racine aux lieux où on la trouve, s’est conformée aux lois et manières d’être de ses nouveaux voisins, en tout ce qui est nécessaire pour la relier politiquement et civilement avec eux ; mais comme pour ne point se dégrader en reniant complètement ses pères, elle a depuis des générations conservé précieusement quelques traits de leurs mœurs ou de leurs coutumes, qui témoignent de sa descendance. Les Éthiopiens ont une aversion instinctive pour l’uniformité civile ou administrative ; ils la regardent comme un moyen et aussi un effet de la tyrannie. La configuration et la disposition de leur territoire, qui offre partout des points de résistance, et le manque de grandes routes semblent avoir servi à confirmer et à assurer leurs libertés locales, comme à empêcher la concentration permanente de la puissance impériale. C’est ainsi que ce peuple a pu durer jusqu’à ce jour, car la centralisation du pouvoir d’une nation prépare et facilite son asservissement ou sa conquête. Les montagnes, les accidents de terrain, les arbres et jusqu’aux buissons, tempèrent, disent les Éthiopiens, l’effort des vents. Ils disent encore qu’il est aussi injuste et aussi insensé de vouloir assimiler toutes les parties d’un empire, que d’exiger des serviteurs d’une même maison qu’ils se dépouillent de leur physionomie et de leur caractère personnel, pour prendre une physionomie et une manière d’être uniformes ; ils prétendent que le maître est alors moins bien servi, et ils traitent de renégat la communauté ou le serviteur qui se prête à ces assimilations despotiques.

Faisant la part des restrictions résultant de cet état de choses, suivons le pourtour de l’ancien Empire d’Éthiopie, en partant de la mer Rouge et marchant du nord vers les contrées du sud, de Badour ou Hakike, petit port au S. de Saouakin, jusqu’à Zoulla, près l’antique Adoulis ; la côte est peuplée par les Tigrès, qui, sous le nom de Natabs, Hababs, Kacys, etc., forment diverses tribus de Sémites, dont la très-grande majorité a adopté l’Islamisme. Ces peuplades, devenues indépendantes au fur et à mesure de la décadence de l’Empire, forment entre elles une espèce de ligue et ne payent tribut qu’éventuellement aux gouverneurs éthiopiens du deuga dont les demandes deviennent par trop pressantes. À l’ouest du Tigré, et entre le deuga et la mer, sont les diverses tribus Sahos, vivant le plus souvent à l’état nomade à l’est de la crête de montagne ou plutôt de deuga qui court parallèlement à la côte ; quelques-unes d’entre elles paissent annuellement leurs troupeaux sur le rebord ouest du deuga, chez les Akala-Gouzaï ; ils payent alors tribut à la fois aux autorités du Tigré et à celles du Tegraïe. Au sud de ces tribus, se trouve le peuple Afar, dont on nomme plus de cent cinquante tribus, appelées jadis Maras, ou tribus par excellence ; elles sont aujourd’hui nommées Taltals par les Tegraïens, et Danakils par les Arabes, qui, comme beaucoup d’Européens, donnent à la confédération entière le nom d’une tribu aujourd’hui insignifiante. Les Afars habitent un vaste koualla borné d’un côté par la mer, depuis Makannélé jusqu’aux environs de Toudjourrah, et de l’autre par le contour du deuga qui, dans les environs de Atsbi-Dara en Tegraïe, s’élève, dit-on, dans le mont Doa, jusqu’au delà de la limite des neiges perpétuelles, ce qui, de ce côté, formerait le point culminant de l’Afrique orientale. Les Afars qui habitent la côte sont musulmans zélés ; vers l’intérieur, ils sont plus tièdes, et quelques-unes de leurs tribus sont même restées païennes ou mi-chrétiennes ; aucun Afar n’a adopté, comme les Sahos d’Aliténa, le Christianisme. Il ne sera pas ici question des Somals ni des habitants d’Adar ou Harar, qui sont probablement de race gouragué, quoique les uns et les autres portent la toge. Il suffit de marcher vers l’Est, dans les profondeurs du pays Afar, qui occupe ces kouallas, pour rencontrer l’Anazo et d’autres rivières qui disparaissent, dit-on, dans les sables, ainsi que le puissant cours de l’Aouache, qui s’épanouit en lac et perd ainsi son caractère de rivière, avant d’atteindre le rivage de l’Océan. C’est sur les bords de l’Aouache que les Ilmormas, dits Gallas par les étrangers, ont pris naissance ; leur langue, comme celle des Sahos, se rattache évidemment à l’idiome afar. Cédant à l’impulsion mystérieuse, mais incontestée, qu’un peuple reçoit du mélange d’un sang étranger, les Ilmormas se répandirent de tous les côtés, en envahissant les peuplades voisines, plus vieilles et par conséquent moins énergiques ; ils se sont ainsi infiltrés entre les nations voisines qu’ils ont détruites ou refoulées. Les Somals seuls paraissent avoir échappé à leur invasion, et dans l’absence du tout voyage à l’Est du pays Gouragué, il est difficile d’affirmer la position de l’ancienne frontière de ce côté-là. Ce dernier peuple, qui parle un idiome quelque peu voisin de l’amarigna, occupe un des deugas les plus étendus de l’Éthiopie. Le Gouragué est le plus beau, le plus courageux et peut-être le plus indépendant des Africains orientaux ; les constitutions politiques si remarquables qu’on attribue à ces huit ou neuf confédérations, allient bien leur sauvage liberté à leur dignité de chrétien. Il est probable que les Gouragués ont été jadis sujets des Empereurs, et le caractère de visage des membres de la famille impériale rappelle, du reste, le type gouragué. Au delà de ces peuplades, on en trouve d’autres qui sont indépendantes, sous le nom de Tambaros, réunies en monarchies dans le pays de Cambat, et que la tradition, d’accord cette fois avec l’histoire locale, faisait obéir autrefois au souverain d’Aksoum. Les Walaytsas, Gobos et Koullos actuels faisaient partie de l’ancienne province de Dawaro, plus compacte probablement et surtout plus étendue que les principautés actuelles, où l’on parle un idiome à part, et où les petites principautés paraissent s’être divisées par les incursions incessantes des Ilmormas. On ignore si les Touftés et les Yemmas et autres tribus dites Djandjéros obéissaient, dans leurs localités actuelles, à l’ancien Empire qui nous occupe. D’après la tradition, le deuga du Kafa, si remarquable par sa végétation tropicale et par l’indolence de ses habitants, n’a jamais appartenu à l’Empire ; mais il faut y comprendre comme frontière la grande forêt qui s’étend du Kafa jusqu’au deuga du Guéra, la plus haute terre du Gouma, le pays Chinacha-Dafilo, et toutes ces pentes terminées d’ailleurs abruptement du côté du koualla qui relie la haute terre du Damote à la plaine basse, où coule le grand bras oriental du fleuve Blanc. Peut-être est-il plus probable que ces pentes ont toujours été, comme aujourd’hui, à l’état de hernes frontières ; peut-être faut-il, en remontant vers le nord, prendre comme limite la rivière Did-essa, dont le vrai cours embarrasse les géographes. Toutefois, ce qui milite contre cette opinion, c’est le fait bien constaté que le Sennaar appartenait aussi aux Empereurs, car pendant la saison pluvieuse ils envoyaient leurs mules de selle hiverner dans cette province. Puisque nous avons nommé ces rivières, disons aussi que l’invasion ilmorma paraît avoir refoulé dans leurs kouallas les Simitchos, qui parlent une langue très-voisine de celle d’Afillo, les Konfals, dont on ne connaît guère que le nom, les Kotelets, dont l’origine et les affinités sont inconnues, et peut-être les Tokquerouris, qui sont une vraie pierre d’achoppement pour l’ethnographie éthiopienne. Toutes les nations ci-dessus mentionnées sont de race rouge ; mais sur la rive droite de l’Abbaïe, et bornés à l’Est par les hernes des Aouawas ou Agaws, vivent les Gouinzas, qui sont de véritables nègres. Sur la rive gauche de la même rivière, sont les Negayas, qui, bien que nègres aussi, sont peut-être complètement distincts de ceux qui viennent d’être nommés. Les Guinjars ou habitants de la Nubie, d’origine arabe et parlant encore un arabe corrompu, étaient autrefois, comme partiellement encore aujourd’hui, tributaires des chefs des deugas éthiopiens. En suivant vers l’Orient les hernes de l’Armatcho, en traversant la rivière Gouangué ou Atbara, les cours d’eau du Walhaÿt, qui finissent au Takkazé, on arrive chez ces tribus curieuses, qui, nègres pour les uns et rouges pour les autres, se divisent en Naras, Barias, Marias, noms qui représentent autant de peuplades indépendantes que de langues. Du reste, chacune des peuplades mentionnées dans cette énumération a une langue tout-à-fait distincte ; il en est de même des Bidjas et Beni-Amer, qui ont obéi au roi d’Aksoum jusqu’au jour où le fanatisme musulman fit massacrer à Saouakin la grande caravane de chrétiens éthiopiens qui se rendait à Jérusalem. Les Bidjas sont les voisins des Tigrés, et on arrive ainsi au point d’où nous sommes partis. Dans l’intérieur de la vaste enceinte qui vient d’être tracée, vivent des restes de nations antiques, qui conservent encore des langues et même des religions distinctes, car, comme il a été dit plus haut, le travail de fusion qui plaît tant en Europe semble n’avoir jamais été du goût des Éthiopiens. Ainsi l’on trouve les Asguidés qui parlent encore le guez ou langue sacrée, qu’on ne parle plus sur le haut deuga ; les Bilènes, identiques peut-être avec les Blemmyes des Romains ; les Kamtas, qui perpétuent près du Lasta une des plus belles races de l’Afrique ; les Gafates du Wadla, qui n’ont conservé de la langue antique d’autres vestiges que des chansons officielles ; les Gafates du petit Damote, le Falacha et Quimante du Dambya, et les Sinitchos de la rive gauche de l’Abbaïe. Si l’on joint à tous ces noms de tribus ou de langues, les Tegraïens, les Amaras et les Ilmormas, l’on aura une idée sommaire de la diversité des sujets de l’ancien Empire éthiopien.

Avant de terminer cette description d’un pays encore peu connu, malgré tous nos efforts, il est bon d’insister sur un trait physique qui domine sur toute la partie occidentale et septentrionale de cette longue ligne de frontières. Là, les hernes n’ont pas été créées tout-à-fait par le génie de conquérants stupides : si ces hernes sont désertes, c’est qu’elles sont, aujourd’hui du moins, inhabitables ; c’est qu’au milieu d’une végétation luxuriante, foulée seulement par la bête féroce ou par les rares caravanes de hardis trafiquants, des influences mystérieuses donnent, pendant dix mois de l’année, la mort aux voyageurs. En attendant que les hommes de l’art puissent aller savoir, sans y périr eux-mêmes, quel genre de maladie attend l’être humain qui traverse ces hernes, même en courant, on se bornera à émettre l’hypothèse que cette insalubrité a dû aider les Éthiopiens à résister aux Musulmans des kouallas et à garder les trésors sacrés de leurs libertés et de leur foi chrétienne.

Comme on doit le pressentir, la configuration de l’Éthiopie, formée de contrées d’altitudes si différentes : la température fraîche et uniforme de ses deugas ombreux, fertiles et si longtemps verdoyants ; la froidure des contrées dites tchokés ; la température brûlante des kouallas, dont la végétation luxuriante alterne avec la stérilité et la sécheresse la plus extrême ; l’atmosphère tiède et voluptueuse qui caresse les woïna-deugas, où les villes surgissent de préférence, comme pour convier les compatriotes d’altitudes si opposées à s’entrevoir commodément ; les variétés d’habitudes alimentaires et autres ; enfin, l’action de climats si opposés, doivent, à la longue, influer de telle sorte sur le physique et le moral des habitants, que, malgré une communauté de race, de religion, de lois et de mœurs, il s’établit entre eux des différences marquées.

L’homme des kouallas est de petite taille, souple, musculeux et bien pris ; ses extrémités sont fines et sèches ; il devient rarement obèse, souvent même il est comme frappé d’émaciation ; il est en général plus barbu et velu que l’homme des deugas ; sa tête est petite, son visage court, son teint, selon les indigènes, tend à se foncer, et ses cheveux à devenir épais et rudes ; sa denture est très-belle, ses yeux grands ; il a les traits accentués, le front souvent fuyant, le nez ordinairement droit, petit, aux ailes grandes et mobiles, et très-rarement aquilin.

L’homme des deugas est d’une taille plus élevée, d’une ossature relativement forte, ses extrémités sont grandes et charnues, ses muscles peu apparents et ses chairs abondantes ; son teint est souvent aussi foncé, mais sur ces hauts plateaux l’on trouve plus fréquemment les femmes au teint clair, mat, légèrement doré, se rapprochant, comme il a été dit, du teint européen. Les mauvaises dentures, très-rares en Éthiopie, se trouvent plutôt chez le natif du deuga, dont les dents sont, en général, moins remarquablement belles ; son visage est plus souvent oblong que rond ; son front large et haut ; l’angle facial ouvert ; les yeux moins grands, le nez plus développé et quelquefois aquilin.

La physionomie de l’homme des kouallas est expressive ; son regard mobile, ardent ; ses gestes et sa démarche trahissent la vivacité de ses impressions ; aussi, manque-t-il ordinairement de cette dignité de maintien résultant de la possession de soi-même. Il est abrupte dans ses façons, original dans ses habitudes, persifleur, goguenard et tapageur ; il parle haut, son élocution est rapide et figurée ; son organe vibrant, souple, musical, sa prononciation claire et sa voix blanche ; ses lèvres sont plutôt minces. Lorsqu’il a le don de la parole, il surprend, touche et remue plutôt peut-être que son compatriote des hauts pays ; mais il est enclin à corrompre la langue par des innovations pittoresques. Il passe pour être imprévoyant, susceptible, colère, franc, charitable, ostentateur, fantasque, actif et indolent par accès, peu soucieux de la vie et impétueux au combat. Il aime les longs festins, la parure, la danse, la musique, la poésie, et lorsqu’au milieu du silence embrasé du midi ou sur le soir, on entend dans la campagne une voix qui chante, c’est celle de quelque chevrier ou de quelque laboureur du koualla qui monte jusqu’à vous.

Sur le bord de son plateau, l’homme du deuga s’arrête, écoute et sourit de plaisir, mais aussi de dédain. Il est plus sobre de paroles et de gestes ; il manifeste moins bruyamment les mouvements de son âme ; sa physionomie et son maintien sont graves ; le regard est plutôt contemplatif, l’organe lourd, voilé, il parle souvent en fausset ; sa diction est lente, il affecte la rudesse, aime les formes concises, sentencieuses, corrompt la langue à sa manière, mais parle plus purement que l’homme du koualla. On dit que lorsqu’il a le don de l’éloquence, ce qui lui arrive plus rarement, il remue moins, mais domine et entraîne bien plus que son compatriote des kouallas. Il a la réputation d’être patient, mais de ne point oublier l’injure, d’être calculateur, économe, défiant, âpre au gain. Il est moins querelleur, moins hospitalier, moins vain, plus orgueilleux, plus processif, plus fourbe ; ses sentiments religieux sont moins démonstratifs et il est moins encombré peut-être de superstitions. Il aime aussi la poésie et la musique et préfère les airs lents, tristes, et les pensées mélancoliques. Il est moins bon fantassin, moins bon pour fournir à un effort subit et attaquer une position, mais, quoique supportant moins bien les fatigues et les privations, il est plus apte à faire de longues campagnes, à combattre en ligne, et surtout à couvrir une retraite. Il mange, boit et dort plus que l’homme des contrées basses, et il vieillit bien moins vite, assure-t-on. Les indigènes disent qu’il n’est pas rare que le plus jeune d’une famille, native du deuga, après avoir vécu quelques années dans un koualla, reparaisse au milieu des siens, avec la chevelure et la barbe blanchies, tandis que ses frères commencent à peine à grisonner.

Les femmes des kouallas passent pour être les plus jolies, les plus attrayantes et savoir se draper avec le plus de coquetterie dans la toge ; leur éclat est précoce, mais peu durable ; leur accortise, la beauté de leur regard, la gracieuse souplesse de leur démarche, la perfection de leurs formes et la mobilité de leur caractère justifient, du reste, la jalousie proverbiale de leurs maris.

Les femmes des deugas, plus grandes, plus fortes, sont moins avenantes, moins gracieuses, moins fécondes, dit-on, mais plus laborieuses, plus économes, moins fantasques et plus soumises ; belles plutôt que jolies, elles passent pour exercer des séductions moins entraînantes que les femmes des kouallas, mais elles conquièrent dans la famille une prépondérance plus durable.

Comme les libertés communales ont survécu à tous les bouleversements politiques, la famille est encore assez forte ; la constitution du mariage civil dissoluble semble peu faite, il est vrai, pour la conserver dans cet état ; aussi les us et coutumes ont-ils renforcé la puissance du père jusqu’au point de lui permettre, comme à Rome, de disposer de la vie de ses enfants. Au dire des indigènes, les familles des contrées kouallas, quoique fréquemment les plus nombreuses, se perpétuent moins, et les liens de famille sont moins forts que sur les hauts plateaux. Le père permet à l’enfant de développer sa personnalité de bonne heure, et, sinon en droit, en fait du moins, l’émancipation a lieu bien plus tôt ; la mère exerce moins d’empire dans la maison ; les allures et les mœurs domestiques ont un caractère indépendant et moins respectueux.

En contrée deuga, au contraire, le père et la mère jouissent d’une autorité durable ; on y remarque plus fréquemment le type de la matrone, siégeant depuis longtemps à l’arrière-plan de la vie, ou de l’aïeul conseillant et dirigeant la conduite des petits-fils.

On attribue cette différence à la pétulance et au peu de gravité des natifs du koualla, dispositions peu favorables à l’obéissance filiale comme au prestige de l’autorité paternelle ; on l’attribue également, et avec plus de raison peut-être, à l’instabilité du foyer domestique. En effet, les contrées kouallas sont d’une fécondité prodigieuse ; souvent elles rapportent plus de 400 pour 1 ; mais leur production est sujette à des retours désastreux causés par les sécheresses, les sauterelles, les épizooties, les animaux sauvages, enfin, par la mortalité qui suit la recrudescence des fièvres du printemps et de l’automne, et qui arrête quelquefois, en quelques semaines, la prospérité d’une maison ou de tout un district ; aussi, les habitants des kouallas sont-ils souvent réduits à l’émigration. Comme je l’ai dit ailleurs, leur attachement à leurs terres est tel, que ce n’est qu’à la dernière extrémité qu’ils les abandonnent. Souvent ils vivent dispersés durant plusieurs années ; quelquefois même leur génération s’éteint à l’étranger, mais leurs enfants guettent le moment où ils pourront se rétablir dans le district paternel, et, trait digne de remarque, lorsqu’ils en reprennent possession, la tradition locale est assez vivante et assez précise, pour qu’à la première assemblée, la hiérarchie communale soit réinstituée d’après les règles qui auraient été suivies si la population n’avait jamais quitté le district. La délimitation des propriétés est rétablie avec une exactitude qui prévient habituellement les procès ; les alliances et les démêlés avec les communes voisines sont renouvelés, et, si les premières récoltes, l’état de la politique et les conditions sanitaires sont favorables, la commune redevient riche, mais la famille ne répare qu’imparfaitement les atteintes que de telles péripéties ont portées à son esprit. Dans les contrées deugas, au contraire, toutes salubres, la fertilité est bien moindre, il est vrai, mais elle est continue ; les sauterelles et les épizooties ne les envahissent qu’à de longs intervalles ; la richesse s’accroît lentement, mais sa durée sauvegarde le calme de la famille et la transmission inaltérée de son esprit.

La portion la plus considérable, peut-être, de la nation éthiopienne habite ces contrées d’altitude intermédiaire nommées Waïna-Deugas. Est-ce parce que, ordinairement, les termes moyens l’emportent, et que les moyennes sont à la fois les causes et le résultat des civilisations ? Le fait est que presque toutes les villes sont établies sur les Waïna-Deugas, et que les populations passent pour y être les plus civilisées. Leur climat, leurs productions agricoles, leur flore et leur faune tiennent en partie du koualla et en partie du deuga. Les habitants de ces dernières contrées ne s’adonnent qu’à l’agriculture, à la guerre, à la chasse ou à l’élève des troupeaux. Les natifs des Waïna-Deugas s’adonnent de préférence aux métiers, aux industries et au commerce ; ils sont peu enclins à la vie militaire, et professent du dédain pour la condition du laboureur. Les musiciens, les trafiquants, les avocats, les histrions, les bouffons, les délateurs de profession, les usuriers, les professeurs de grammaire et de controverse religieuse, sont en général natifs des Waïna-Deugas ; c’est là que la langue est parlée avec le plus de pureté ; mais les professeurs d’histoire, de droit et de théologie, viennent des kouallas et surtout des deugas. Les habitants des Waïna-Deugas sont avenants mais peu hospitaliers, sceptiques, inconstants, paresseux, moins irascibles, moins dévoués à leurs croyances, à leurs opinions ou à un parti politique, moins respectueux envers l’autorité paternelle que les habitants du deuga ou du koualla ; ils sont efféminés, enclins aux factions, très-rarement rebelles et observant plutôt les pratiques extérieures de la religion que ses préceptes fondamentaux. Les chefs et les grandes familles ne négligent rien pour flatter ces populations intermédiaires, mais comptent peu sur leur dévouement ; ils regardent le Waïna-Deuga comme la proie la plus belle, le koualla ou le deuga, comme la base la plus sûre de leur puissance. Dans les contrées Waïna-Deugas, la richesse consiste principalement en argent et en biens-meubles ; l’affluence des produits des kouallas et des deugas y maintient une abondance presque toujours égale, malgré les exactions des hommes de guerre attirés par les ressources et les plaisirs qu’offrent les villes. Les Éthiopiens sont remarquables par leur curiosité, leur esprit critique et leur connaissance des lois. Les habitants des Waïna-Deugas, plus curieux et plus frondeurs que les autres, sont aussi plus au courant des ressources de la loi et plus enclins à y faire appel. Leur moralité est aussi de beaucoup la plus relâchée. Tous sont très-sensibles à la prosodie, au beau langage et à la poésie ; ils admirent, avant tout, l’homme brave, intrépide et l’homme vraiment religieux ; mais le plus sûr moyen de les intéresser et de gagner leur cœur, est de parler avec esprit et élégance. Malgré cette disposition, ils ont compris sous un seul nom appellatif les trouvères, les musiciens, les chanteurs, les bouffons, les grotesques, les mimes, les danseurs de chica ou de vaudoux, les hilarodes, les bardes, tous ceux enfin adonnés au gai savoir, et ce nom est regardé comme injurieux et diffamatoire ; ils ne l’appliquent pas au poète auteur ou chanteur de poésies religieuses, composées presque toujours en guez ou langue sacrée, à celui qui exécute des danses religieuses, au soldat coryphée, qui chante exclusivement des chants de guerre, et à ceux qui, aux funérailles, chantent ou composent des thrénodies. On remarque que les trouvères natifs du Waïna-Deuga font de préférence des couplets et distiques gnomiques ou épigrammatiques, des priapées, des facéties, des farces et des compliments ; ceux des kouallas et des deugas chantent ordinairement le mieux la guerre, la vie agreste, les faits héroïques et les funérailles ; les premiers passent pour savoir le mieux chanter l’amour, les seconds ont la réputation de savoir aimer le mieux et d’être moins ingénieux à le dire.

Les familles des deugas et des kouallas s’allient très-souvent entre elles ; il leur paraît sage d’appuyer à la fois la prospérité d’une maison sur les chances de fortune qu’offrent les hautes et les basses contrées. Malgré ces relations intimes, par l’effet sans doute de cette tendance qu’ont les hommes à critiquer tout ce qui les différencie, l’habitant des deugas a converti en épithète injurieuse le mot désignant l’habitant des kouallas, celui-ci lui riposte par une épithète analogue, et l’un et l’autre s’y montrent on ne peut plus sensibles. Sous ce rapport, l’homme du Waïna-Deuga se regarde comme le plus heureusement né, et il raille le natif du koualla aussi bien que celui du deuga, celui-ci, de ce qu’il est né trop haut, celui-là, de ce qu’il est né trop bas. Cependant, quoique sa bouche déprécie ceux qui ne naissent pas de plain pied avec lui, il reconnaît au fond leur supériorité ; il cherche à contracter avec eux des alliances de famille, à se ménager chez eux un abri et des ressources contre les mauvais jours ; il tourne en ridicule leur naïveté, leur étroitesse d’esprit, traite leurs mœurs d’incivilisées, mais il craint et estime au fond les hommes du koualla et redoute ceux du deuga, comme formant la pépinière d’où sortent ses maîtres et ses conquérants.

À ces traits distinctifs des populations des contrées deugas, waïna-deugas et kouallas, on pourrait en ajouter bien d’autres, tant le moindre changement dans les conditions de son existence peut modifier l’être humain, variable à l’infini et échappant d’autant plus à la définition et au classement, que tout jugement est conjectural ou porte sur des formes changeantes, comme l’onde qui s’entr’ouvre et se referme de mille façons diverses sous la quille des vaisseaux qui la sillonnent. Aussi, ne me serais-je peut-être pas hasardé, d’après mes seules observations, à diviser une population entière en trois classes, basées non-seulement sur les différences sensibles aux yeux, mais encore sur les nuances morales, si je n’avais eu, pour me guider, l’expérience d’indigènes réputés sages et habiles dans les choses de leur pays. C’est donc surtout d’après leurs jugements, que j’ai tracé les trois portraits typiques, autour desquels gravitent les ressemblances individuelles. Du reste, ces populations s’harmonisent merveilleusement avec les contrastes qu’offre la nature physique du pays ; et s’il est vrai que l’uniformité ne retient que faiblement les affections ; qu’il leur faille des inégalités, des aspérités même où se prendre, on pourrait attribuer, en partie du moins, à tous ces contrastes dans les hommes et dans les choses, l’ardent amour de l’Éthiopien pour sa patrie.

En Éthiopie, le paysage est étrange, grandiose, saisissant ; l’œil habitué aux transitions ménagées de nos paysages est surpris tout d’abord par les mouvements du terrain, qui procède comme par acoups et par convulsions soudaines. En Europe, les paysages ont l’air d’être au repos ; là, dans leur immobilité même, on sent gronder l’action, la lutte antédiluvienne de la matière contre la matière ; l’homme se sent rapetissé, mais sa pensée grandit de tout l’élan que lui donne ce spectacle, qui la reporte invinciblement aux pieds du Créateur, aux ordres duquel cette matière s’est figée dans son dernier mouvement. Le terrain facile et onduleux se dérobe subitement jusqu’à une profondeur qui donne le vertige, ou, se dressant abruptement, semble vouloir porter dans le ciel quelque haut plateau aventureux. Là, un culbutis de rochers, de blocs erratiques, d’aiguilles, de contreforts, de crêtes désordonnées, de cônes tronqués, de pics, de masses cubiques, quelques hameaux accroupis sur des ressants, et, couchée tout au fond, une grande vallée blanchissante sous un ciel en feu et dessinée par les précipices. Ici, un haut plateau, de vastes plaines faciles et verdissantes, des bouquets d’arbres et des villages blottis paresseusement sous un ciel toujours pur et limpide ; à l’horizon, des montagnes aux flancs veloutés bleuissant comme la mer dans le lointain. Là, le baret des éléphants, les rauquements de la panthère, la voix tonnante du lion et les cris de l’orfraie ou un silence plus imposant encore, la fatigue, la soif, l’isolement. Ici, sur les deugas, la clochette des troupeaux, le bêlement des agneaux, des compagnies de gazelles, passant discrètes et gracieuses, ou les hennissements du cheval, rappelant l’homme de guerre ; partout l’aisance et la quiétude. Tantôt on voit dans la campagne une troupe de cavaliers aux boucliers, aux harnais étincelants, aux allures pittoresques, insouciantes ; ils ont l’air de gais et faciles compagnons et ne vivent que de rapines, lorsqu’ils ne vivent pas en courtisans inoffensifs ; ou bien, une bande de fantassins, au pied léger, qui vont pêle-mêle comme une traînée de fourmis : les scintillements de leurs hautes javelines planent au-dessus d’eux, leurs toges terreuses sont drapées en chlamides, leurs jambes sont fines et nues, leur chevelure longue, leurs boucliers noirs ; ils plaisantent, ils s’interpellent, ils rient ; leur regard avide, audacieux, recèle toutes les violences. Des femmes surviennent : ils se rangent avec bienveillance, leur disent : « Ma sœur, » et leur font des compliments au passage ; d’autres arrivent : ils les goguenardent et les dépouillent ; ils rencontrent un religieux : leur agrée-t-il ? Ils l’appellent : « Notre père, » et lui demandent de bénir leurs armes ; plus loin, ils en trouvent un autre, le toisent, le gouaillent et le dépouillent ; ils se conduisent un jour en redresseurs de torts ; le lendemain, sans provocation, ils feront le sac d’un village ; natures aventurières avant tout, un mot les excite, une bonne parole les concilie. Ailleurs, apparaît à mule, une femme tout enveloppée de sa toge : on ne voit d’elle que ses grands et beaux yeux ; des suivants à pied l’entourent et pressent la marche, tant ils craignent la rencontre de quelque cavalier trop curieux. Une heure après, l’on trouve des hommes à cheveux blancs, accroupis en cercle : ce sont les Anciens qui délibèrent ou ressassent quelque affaire de la commune ; ou bien, à l’ombre d’un arbre, une assemblée d’hommes assis, écoutant les plaidoyers des parties debout : ou bien des prêtres, vêtus de toges et de turbans blancs, à la physionomie calme et prospère ; ou des laboureurs demi-nus, courbés sur la charrue et excitant leurs bœufs avec de longs fouets ; ou une file de sarcleuses agenouillées sur le sillon ; ou une caravane de trafiquants, haletants à la suite de leurs bêtes de somme ; ou une troupe de paysans armés et de paysannes se rendant à un marché lointain ; ou des femmes revenant de la source et pliant sous leurs amphores rebondies ; ou une compagnie de mendiants lépreux qui parcourent les provinces, chantant en chœur des complaintes, des pièces de poésie satiriques ; ou une nombreuse troupe clameuse de paysans bien armés, conduisant une nouvelle mariée au village de son époux ; ou quelque trouvère voyageant, la guzla sur l’épaule, le sabre au côté, toujours prêt à bavarder ou à chanter ses bouts-rimés ; ou quelque chef cheminant avec autorité, environné de ses fantassins et de ses cavaliers causant avec lui.

Avec tout ce monde, on échange des saluts, où se trouve toujours mêlé le nom du Créateur.

À en croire leurs annales, les Éthiopiens auraient vécu, dès la plus haute antiquité, sous le régime féodal, avec un Atsé ou Empereur pour suzerain suprême. Leurs traditions confirment cette donnée, mais elles mentionnent des séditions, des bouleversements et des interrègnes amenés par les fautes de l’aristocratie, du clergé, quelquefois du peuple, et plus souvent par les excès des prétentions impériales. Selon les traditionnistes, quelques portions de l’Empire auraient essayé d’autres formes de gouvernement, mais toujours entées sur leurs formes féodales. Ils auraient, tour à tour, érigé des royautés, des oligarchies, et, désespérant de le trouver sur la terre, ils auraient été chercher dans le ciel le gardien suprême de leurs intérêts ici-bas, en nommant tel saint ou tel archange comme chef inspirateur de tous les pouvoirs. Mais quelles qu’aient été ces tentatives, de quelque côté que ce peuple se soit retourné sur son lit de douleur social, il n’aurait jamais abandonné l’ordonnance féodale proprement dite.

Du reste, le mot de féodalité est un de ceux dont la portée a changé suivant les temps et les lieux où il a été appliqué. On a cherché à préciser le pays où cette forme de gouvernement a surgi la première fois. Serait-ce en Europe, des suites d’une conquête ? Serait-ce en Perse ou dans l’Inde, d’où elle nous aurait été importée ? Ou bien, la devons-nous à nos premiers ancêtres, les Ariens ? En tous cas, en Orient, la féodalité a toujours existé en germe dans l’état patriarcal, où elle s’est développée diversement, selon le temps, le lieu ou les événements. Son éclosion est naturelle chez les peuples pasteurs, et surtout chez les peuples agricoles, qui n’ont pas été déformés par le despotisme, qu’ils aient à contenir un peuple conquis, ou que les intérêts de leur propre défense contre les dangers de l’intérieur ou de l’extérieur leur fassent sentir l’insuffisance de leur organisation par familles indépendantes.

Lorsque des pères ou chefs de famille, ces premiers et légitimes dépositaires de l’autorité, se groupent et se réunissent, sous la pression d’une nécessité devenue commune, il semble que quelques éléments de l’autorité qui est dans chacun d’eux s’en dégagent, s’agglomèrent et constituent comme une puissance qui n’attend plus désormais qu’une main pour la diriger au profit de tous. Alors il s’en trouve toujours un pour assumer insensiblement, et avant que ses concitoyens ne la lui confèrent, la prépondérance, puis l’autorité, et pour prendre enfin le pouvoir, soit en s’appuyant sur ses aptitudes supérieures ou sur des circonstances propices, soit en profitant simplement de cette propension qu’ont les hommes à se décharger sur autrui des soins qui incombent à la vie, surtout de ceux qui résultent de la vie commune. Ce pouvoir peut fonctionner longtemps sans être défini, et se constituer de plus en plus fortement par assises successives. Quelquefois il arrive aussi qu’une première opposition partielle le fasse mettre en question : il est discuté ; d’implicite qu’il était, il devient explicite et, dès qu’il a traversé une pareille épreuve, il est avoué, acclamé ou proclamé, et armé enfin ostensiblement de son droit.

Mais en déférant ainsi le pouvoir, ces premiers constituants, qu’ils soient ou non conscients du jour précis de l’investiture qu’ils donnent, n’entendent pas s’être dépouillés, au profit de leur élu, de toute l’autorité dont ils sont naturellement dépositaires, mais bien n’en avoir fait qu’une cession, qu’une délégation partielle, utile ou nécessaire, car le père de la plus petite famille sent qu’il est roi, lui aussi, et cela, d’institution divine ; et, à moins de corruption, il n’accepterait pas de se découronner de ses propres mains. On comprend, d’après ce qui précède, que les Éthiopiens disent qu’il est presque toujours aussi imprudent de vouloir préciser le premier moment de l’existence des grands pouvoirs, que de vouloir préciser le moment où l’âme entre dans le corps de l’homme.

Ce pouvoir une fois institué, par la force des choses, des familles voisines se réunissent aussi en communautés ; l’exemple gagne de proche en proche, et les patrons, chefs ou petits suzerains de ces communes, ont bientôt à s’entendre et à aliéner à leur tour une partie de leur autorité en faveur de l’un d’entre eux, qu’ils arment de puissance pour la sauvegarde de quelque nouvel intérêt collectif. Cette hiérarchie, résultat souvent de l’état de guerre qu’elle tend même à entretenir, s’agrandit et se complique au gré des événements, des besoins sociaux, et de ces humbles commencements sortiront quelquefois de grandes unités politiques ou nationales. À ce point encore, la forme féodale se confond presque avec la forme républicaine, puisque celle-ci se base sur le suffrage et celle-là sur l’assentiment des sujets. Mais lorsque le régime féodal, solidarité et dépendance hiérarchique de tous les citoyens entre eux, fondées sur des besoins et des pactes légitimes, se vicie et se pervertit ; lorsque les pouvoirs, se concentrant dans des foyers de plus en plus grands, s’isolent et font disparaître les relations proportionnelles, si importantes à conserver entre le citoyen et l’autorité, l’individu se sent effacé par les dimensions croissantes de l’édifice social, et il ne tarde pas à se décourager ; il se résigne, abandonne sa part d’action et de concours, et la source des pouvoirs achève de passer de la base au sommet. Les chefs, se détournant alors de leur origine, vont demander leur sanction à l’autorité supérieure ; la liberté et la dignité des citoyens étant frappées dans leurs racines, la vie sociale languit et s’étiole, et la société n’échappe à l’anarchie qu’en recourant à un gouvernement centralisé, refuge qui pourra lui procurer encore de longs jours de repos, à la condition que le pouvoir suprême y soit contenu par des institutions modératrices, contrepoids nécessaires sans lesquels aucun pouvoir, quel que soit son nom ou sa forme, ne saurait prolonger sa durée. Car les formes politiques les plus naturelles, les plus propres à satisfaire les besoins et à garantir la dignité de l’homme, aboutissent bientôt à l’asservissement, pour peu que les citoyens négligent de faire respecter les droits primordiaux de la famille et ceux de la commune, ou famille civile, qui entretiennent leur respect d’eux-mêmes, le sentiment de leur propre valeur, leur expérience des hommes, leur préoccupation de la chose publique, et les sauve de cette apathie civique qui développe l’égoïsme et affaiblit le corps de la nation par des paralysies locales.

Les Éthiopiens ignorent l’existence historique des Pères Conscrits de Rome comme aussi celle d’autres corps de patriciens dont les dénominations diverses relevaient plus ou moins du mot Père, et qui ont conduit les destinées de tant de nations en Europe. Ils n’ont donc pu se laisser séduire par les théories vraies ou fausses qui s’appuyent sur ces relations de noms. Néanmoins, ils considèrent le pouvoir ou son représentant, non comme un vainqueur, comme un ennemi ayant un intérêt distinct, mais comme le résumé des intérêts de la société et la consécration politique la plus haute de la paternité. Tout pouvoir qui n’a pas ces caractères est à leurs yeux entaché d’illégitimité et inconciliable, par conséquent, avec le bien-être national. Quoique dans leur société actuelle, depuis longtemps désordonnée, l’autorité n’ait que des titres suspects, que de fois ne leur ai-je pas entendu dire à leurs princes, avant ou après quelque réclamation : « Nous venons nous plaindre à toi, parce que tu es notre père ? »

Les annales éthiopiennes les plus accréditées ont été écrites par les annalistes des Empereurs [2]. Aussi, en bons courtisans, lorsqu’ils parlent des nombreuses guerres intestines, traitent-ils indistinctement d’égarés par le démon les adversaires, quels qu’ils soient, de leurs maîtres innocents à toujours.

D’après les traditions, au contraire, la plupart de ces guerres auraient été provoquées par les subtilités des légistes et les abus de pouvoir des Empereurs ou des grands vassaux, par leurs attentats aux libertés communales et provinciales. Il est à croire que la nation eût péri par la conquête, si elle n’eût été protégée par l’aridité de ses frontières, la configuration de son territoire particulièrement favorable à la résistance, par son climat et par sa situation géographique à l’écart des routes suivies par les peuples conquérants. Elle eût également péri par l’anarchie ou par l’énervement qui succède à une période de despotisme et de corruption, si elle ne fût constamment revenue à ses institutions primordiales, et si son énergie n’eût été ravivée par ses guerres civiles mêmes et par les guerres étrangères d’autant plus fréquentes qu’elles semblent avoir été provoquées par un sentiment national exclusif, d’une susceptibilité d’autant plus continue que sa tradition et sa foi religieuse lui faisaient regarder comme ennemis permanents ses voisins, tous païens ou musulmans. Il est des nations qui se perdent par la guerre ; il en est qui trouvent en elle un remède héroïque ou même une des conditions de leur durée ; mais elles ne la font pas longtemps pour des idées politiques, toujours un peu abstraites ; il leur faut des idées d’un ordre concret, accessibles à la fois aux intelligences les plus humbles comme les plus élevées. Les Éthiopiens ont eu la fortune de trouver dans leurs institutions à la fois domestiques et civiles un motif d’attachement invariable à une forme politique bien imparfaite, il est vrai, mais qui a eu du moins le mérite, de concert avec les idées religieuses, les seules d’un ordre abstrait qui puissent longtemps captiver l’affection d’un peuple, de tenir leur patriotisme en haleine depuis des siècles et de maintenir à peu près du moins leur cohésion nationale.

Dans leur ordonnance sociale, les Éthiopiens semblent avoir eu pour préoccupation de restreindre l’autorité dans son étendue et dans son intensité, et d’attacher la responsabilité à toutes les fonctions. Plus la répartition des pouvoirs est grande, plus leur équilibre est facile, et moins la tyrannie a de chance de durée. Comme tous les pays, même ceux où les pouvoirs sont les plus répartis, l’Éthiopie a vu s’élever des despotes, mais ils n’ont pu étouffer les éclats de la conscience publique et briser complètement les résistances locales ; quant aux petits tyrans, la commune les étreignait dans des limites trop étroites pour qu’ils devinssent longtemps dangereux. Les tyrannies les plus funestes sont celles qui s’exercent sur les grands espaces de territoire et sur un grand nombre d’hommes. Le tyran peut alors comploter à l’écart et surprendre d’autant plus, que ses coups partent de loin, et qu’ignorant l’effort qu’ils ont souvent coûté, les sujets s’exagèrent encore la puissance qui les frappe et achèvent ainsi de se dépouiller eux-mêmes du sentiment de leurs droits et de celui de leur propre importance. À en croire les traditions, les interrègnes, les guerres civiles et les périodes d’anarchie ont été promptement suivis de retours à l’ordre. Ces phénomènes seraient surprenants, n’était la considération que l’ordre et l’autorité sont surtout vivaces dans les pays régis par les us et coutumes, lesquels puisent leur sanction et leur force dans le culte des aïeux et dans la conscience publique formée en grande partie par les traditions. Le joug des lois décrétées et écrites est d’une nature immuable ou tout au moins peu mobile ; celui des traditions de la conscience publique reste en rapport avec les mouvements de la vie sociale, s’adapte aux différentes conjonctures de temps, de lieu, dirige à la fois les mœurs et les lois, tend à maintenir l’harmonie entre elles et intéresse à leur maintien les sujets, qui sentent qu’ils en sont les gardiens intéressés et responsables. Comme tout ce qui procède des hommes, l’opinion publique erre quelquefois, et déplorablement, mais aussi, lorsqu’elle part de principes vrais, elle revient et se reforme d’elle-même au gré des progrès qui s’accomplissent, les lois qu’elle dicte restant comme soumises à une délibération perpétuelle.

À leur avénement, les Atsés faisaient le serment de respecter les libertés de leur peuple et de se conformer aux usages des ancêtres. Cependant, comme nous l’avons dit, plusieurs d’entre eux, cédant aux entraînements du pouvoir, ont entrepris contre les droits de leurs sujets qu’ils ont cherché à soumettre à des règles d’obéissance uniformes, toujours commodes pour les autocrates. Ces entreprises ont donné lieu à des luttes sans nombre, à des guerres dont l’histoire est oubliée, et si, d’après ce que disent les Éthiopiens, leur famille impériale a réellement régné depuis l’époque de Salomon jusqu’au siècle dernier, il y a lieu de regretter profondément que l’histoire en soit perdue, ne fût-ce que pour les enseignements que nous aurait fournis cette lutte tant de fois séculaire entre l’autorité de la famille et de la commune et celle des Césars éthiopiens.

La tradition éthiopienne prétend que, lors de sa visite à la cour de Judée, la reine de Saba conçut du roi Salomon un fils auquel elle donna le jour à son retour en Éthiopie. Lorsque ce fils, nommé Menilek, fut en âge, elle l’envoya auprès de son père. Celui-ci voulant s’assurer de l’identité de sa progéniture, descendit de son trône, y fit asseoir un de ses officiers et se tint parmi ses propres serviteurs. Le jeune Éthiopien était chargé par sa mère de remettre à Salomon un anneau qu’elle tenait de lui, et qui devait contribuer à le faire reconnaître. Il se prosterna tout d’abord devant l’officier assis sur le trône, mais ne pouvant démêler dans ses traits l’image paternelle que sa mère avait gravée dans sa mémoire, il parcourut des yeux les courtisans, reconnut Salomon malgré son déguisement, et, s’avançant vers lui sans hésitation, il lui présenta l’anneau.

Les courtisans furent émerveillés. Salomon remonta sur son trône, bénit ce fils, le fit couvrir d’habits somptueux et se complut à le voir à sa cour, où il lui donna une fonction parmi ses serviteurs. Mais le jeune Éthiopien ressemblait tellement à Salomon, que le peuple de Judée s’y trompait. Le roi, redoutant les grandes qualités de son enfant et les effets de la popularité qu’il s’attirait chaque jour davantage, jugea bon de l’envoyer régner en Éthiopie et de lui donner pour compagnons les fils aînés d’un grand nombre de familles de marque de ses États, ainsi que des représentants de chacune des douze tribus d’Israël, afin de figurer et perpétuer en Éthiopie le royaume de Judée.

Menilek désirant emporter un signe qui lui rappelât le pays de son père, s’entendit avec ses compagnons pour enlever du tabernacle les Tables de la Loi. Un vent impétueux, disent les Éthiopiens, vint en aide à ces pieux voleurs, en jetant le désordre et l’effroi parmi les habitants de la Judée, et un nuage enveloppa même les ravisseurs jusqu’au moment de leur arrivée à un port de la mer Rouge, d’où un flot propice les porta rapidement jusqu’en Éthiopie. Les lévites, gardiens du tabernacle, réussirent, dit-on, à cacher à leur peuple la soustraction des Tables Saintes qu’ils remplacèrent comme ils purent. De même que chez les Israélites, les Tables auraient toujours suivi le camp des Empereurs éthiopiens jusqu’à l’époque, de date incertaine aujourd’hui, où, à l’exemple de Salomon, l’Empereur et les Grands de l’Éthiopie convinrent de bâtir à Aksoum un temple, pour y déposer le témoignage authentique des miracles du Sinaï.

Les empereurs auraient successivement transporté le siége de l’Empire sur plusieurs points de leur territoire. Selon les Éthiopiens, leur première capitale aurait été dans la contrée qu’occupent aujourd’hui les Ilmormas, dits Gallas-Azabos ; c’était le temps de la splendeur de la ville d’Adoulis, emporium du commerce entre l’Égypte et les pays que baignent les mers des Indes et de la Chine. La capitale de l’Empire fut ensuite transférée à Aksoum. Jusqu’alors, la nation avait professé la religion judaïque ; c’est à Aksoum, qu’au quatrième siècle de notre ère, l’Empereur régnant, ainsi qu’une partie de sa famille, auraient adopté le Christianisme que leur apportait Frumentius. Les princes restés fidèles au Judaïsme soulevèrent plusieurs provinces contre l’Empereur, apostat à leurs yeux. Après avoir longtemps désolé le pays, les guerres de religion se terminèrent par la réduction finale des partisans du culte primitif, qui se réfugièrent, dit-on, dans les montagnes du Samen, où ils purent pratiquer leur religion et la transmettre à leurs descendants pendant une longue suite de générations. Depuis cette époque reculée, il existe en Éthiopie une loi coutumière, qui interdit à tout juif de posséder terre ou maison, de séjourner même à l’orient du Takkazé. Aujourd’hui encore, les quelques représentants dégénérés de ces antiques vaincus, dispersés sous le nom de Fellachas, et qui n’ont plus pour religion qu’un judaïsme défiguré, subissent cette loi ; et malgré l’état désordonné de la propriété dans toutes les provinces entre le Takkazé et la mer Rouge, malgré la facilité relative d’y acquérir des terres, aucun fellacha ne songerait à s’y établir, comme aucune commune n’y consentirait au mépris de cette interdiction antique.

À Aksoum, les Empereurs se trouvaient encore sur la grande route commerciale qui, partant de l’Égypte, passait à l’île de Méroé, arrivait à Aksoum, et par Adoulis aboutissait jusqu’à la Chine. Mais les nécessités politiques les portèrent à s’établir successivement au sud de leurs États, dans les provinces de Lasta et de l’Idjou, puis dans les basses contrées voisines occupées aujourd’hui par les tribus Afars, dites Taltals ou Danakils ; puis dans le Chawa, puis dans l’Amara, province restreinte aujourd’hui par l’invasion des Ilmormas musulmans du Wallo, dits Gallas ; plus tard, au delà de l’Abbaïe, dans le grand Damote qu’occupent maintenant les Ilmormas païens ; de là, dans le Sennaar, puis dans le Metcha, d’où ils transportèrent encore une fois leur cour à Idjou, puis sur la frontière du Harnacenn, et successivement dans plusieurs autres provinces, jusqu’à l’époque de la grande invasion musulmane conduite par Ahmed-Gragne, dans le seizième siècle environ, époque à laquelle ils fixèrent leur vagabonde capitale à Gondar, où vint expirer leur pouvoir et s’accomplir le dépouillement de leur famille et la ruine de l’Empire.

À l’origine, le mot Atsé impliquait les idées de protection et de gestion suprême ; mais, de même que celui d’Imperator chez les Romains, il est devenu, par corruption, synonyme de despote.

Pour devenir Atsé, il fallait être agnat de la famille de Menilek, et la primogéniture établissait le droit à la succession au trône ; mais ce droit n’était pas si impérieux qu’il ne pût être suspendu, lorsque l’empereur désignait son successeur, soit de son vivant, soit par testament, ou lorsque la nation manifestait spontanément ses vœux.

L’Atsé était investi d’une sorte de délégation de pouvoirs militaires, administratifs, judiciaires et, par fiction seulement, de pouvoirs cléricaux ; mais dans la limite de curateur de ces pouvoirs. D’après les feudistes indigènes, la nation éthiopienne aurait été une nation d’hommes libres, ayant pour chef un homme qui ne l’était pas. En tout cas, il semblerait que l’on pût dire des princes éthiopiens ce que Tacite disait des princes germains : de minoribus rebus principes consultant, de majoribus omnes.

Tous les citoyens étaient astreints au service de guerre, et leur réunion composait les armées nationales : les habitants des frontières gardaient les frontières ; les autres suivaient l’Atsé à la guerre. L’Atsé était l’organe du commandement suprême dont il puisait la raison dans le conseil des grands Polémarques ou Dedjazmatchs dont le nom signifie : porte des gens en campagne. Ces Dedjazmatchs, dont les pouvoirs expiraient presque complètement à la fin de la campagne, étaient désignés par les citoyens à la nomination de l’Atsé, et chacun d’eux commandait aux hommes d’armes représentant une province ou quelque grande division territoriale. On rassemblait l’armée par bans impériaux émanant de l’Atsé assisté de son grand conseil. Certaines provinces, les unes privilégiées, les autres désignées par le sort ou par les circonstances, se relayaient pour veiller à la sûreté de la personne de l’Atsé et contribuer à la splendeur de sa cour. La garde de chaque jour se composait de mille hommes. L’Atsé avait aussi le droit de former, pour son service personnel, un corps de troupe qui ne devait pas excéder quelques centaines d’hommes.

En sa qualité de gardien de la Justice, l’Atsé cassait ou confirmait les arrêts soumis à sa cour, qui était composée de quatre grands juges nommés Likaontes (mesureurs, modérateurs) et de quatre assesseurs nommés Azzages (ordonnateurs, commandeurs), tous héréditaires, mais astreints néanmoins à la confirmation de l’Atsé. Le nombre de ces magistrats a été doublé quelquefois, mais il était presque toujours de huit. Ces huit magistrats formaient le noyau du grand Conseil de l’Empire auquel on adjoignait quelques grands officiers de la maison de l’Atsé, quelques grands feudataires, ainsi que quelques hauts dignitaires ecclésiastiques. La noblesse des Likaontes remontait aux Hébreux, celle des Azzages était d’origine éthiopienne. Le costume de ces magistrats était celui du clergé. De même que l’Atsé, ils ne portaient point d’armes sur leurs personnes, mais on en portait devant eux pour leur faire honneur ; ils devaient résider auprès de l’Atsé et le suivre même à la guerre. Les Likaontes, qui exerçaient vis-à-vis de l’Atsé un droit de remontrances et, en quelques circonstances, celui de veto suspensif, faisaient la répartition des impôts et redevances dus à l’Empereur par les grands vassaux ; les Azzages veillaient à leur perception et à la gestion du domaine impérial, composé de terres de peu d’étendue, éparses dans les provinces éloignées.

On comprend que ce tribunal suprême, composé à la rigueur de neuf juges, pût suffire, même dans un vaste empire, à ses importantes attributions. La richesse nationale était agricole, et l’agriculture s’appuyait sur la forte constitution de la famille, en dehors de laquelle la propriété ne se transmettait que très-rarement. Ce régime excluait l’intervention de l’autorité civile dans les questions si nombreuses relatives à la propriété.

Chaque citoyen était justiciable, en première instance au moins, de sa famille, qui relevait à son tour de la commune. Il pouvait passer en appel au tribunal supérieur du district ou de la province, et arriver en dernier ressort au tribunal de l’Atsé et de ses Likaontes. Mais les cas étaient rares, où il y eût intérêt à épuiser ces juridictions, car la famille jouissait d’un ascendant tel, qu’à moins d’injustice évidente, c’était affronter l’opinion publique que de faire appel d’un jugement rendu dans son sein.

La femme ne jouissait pas légalement des mêmes droits que l’homme. La terre ne passait en héritage aux femmes qu’à défaut d’héritiers mâles ; dans certaines provinces, l’héritière au premier degré pouvait être déboutée par un héritier mâle du sixième et même du septième degré. De plus, les femmes se mariaient sans dot, et il leur était constitué un douaire, soit préfix, soit coutumier, ou tout au moins un mi-douaire.

Mais le trait caractéristique des constitutions éthiopiennes, ce qui contribuait surtout à prévenir l’encombrement des causes devant les juridictions intermédiaires et la haute cour de l’Empereur, c’est que pour avoir confié la puissance judiciaire à des organes remontant hiérarchiquement jusqu’à l’Empereur, la nation ne s’en était pas dessaisie. L’accusé ou le défendeur avait le droit de choisir son juge, tout Éthiopien étant considéré comme apte à juger en première instance une cause civile, quelquefois même criminelle, à condition toutefois qu’il trouvât des assesseurs pour former son tribunal ; et nul ne pouvait se soustraire à l’obligation qu’imposait une désignation pareille. Aujourd’hui encore, la coutume rend doublement responsable le citoyen qui refuse d’exercer ainsi le pouvoir judiciaire : il est responsable envers l’ayant-droit d’abord des restitutions et dommages-intérêts auxquels eût été condamné le défendeur, et passible même des peines encourues par l’accusé ; il a à répondre, en outre, de son fait de déni de justice. Comme on le voit, c’est l’institution du jury, mais d’un jury responsable, portée à sa dernière limite et fondée sur cette idée, que la notion de la justice n’est point le privilége exclusif des élus de la science judiciaire, mais un attribut de chaque homme, inséparable de sa conscience, et que c’est porter atteinte à cette conscience que de frapper d’interdit sa principale manifestation.

Ce régime judiciaire établit entre les citoyens une solidarité continuelle, soumet la justice à leur contrôle permanent, les porte à connaître leurs droits et leurs devoirs, leur permet de passer toujours par le jugement de leurs pairs véritables, et la loi puise incessamment une sanction et une force nouvelles dans la raison et la conscience publique dont elle suit graduellement les progrès.

Quant à cette obligation de rendre la justice, les Éthiopiens disent qu’elle est pour tout citoyen aussi impérieuse que celle de défendre le pays en danger, l’injustice étant de tous les ennemis le plus redoutable.




  1. Pour ne pas élever une discussion analogue à la mémorable et malheureuse querelle de Ramus, à propos de la prononciation de la lettre u placée après q, et pour ne pas enfreindre l’usage grammatical qui veut qu’en français le q soit toujours suivi d’un u au commencement d’un mot, j’écris koualla, quoique le k français, comme le kh et le c dur, représente une articulation gutturale que nous ignorons, et qu’il me semble que si j’écrivais qoualla, la lettre q se rapprocherait davantage du k claqué que nous n’avons pas et qu’il faudrait pour mieux figurer la prononciation de ce mot.
  2. Grâce à de puissantes protections, j’ai pu le premier en faire prendre copie, et si je ne fais que mentionner leur existence, c’est qu’elles rentrent plus spécialement dans le cadre d’études que s’est imposé mon frère, à qui je les ai données.