Ouvrir le menu principal

Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Hôtel-Dieu

Hôtel-de-Ville <
Index alphabétique - H
> Hôtellerie
Index par tome

HOTEL-DIEU, s. m. Maison-Dieu, maladrerie, hospice, hôpital, léproserie. Rien n’établit que les anciens eussent des maisons de refuge pour les malades où ceux-ci pouvaient recevoir les soins des médecins et attendre leur guérison. À Athènes, les soldats mutilés étaient entretenus aux frais de la république[1] ; mais il n’est pas dit que ce secours fût autre chose qu’une pension ; d’ailleurs ce fait ne paraît pas avoir existé dans les autres villes de la Grèce. À Sparte, après la bataille perdue par les Lacédémoniens contre Antigone, les maisons des citoyens furent ouvertes pour recevoir les blessés[2]. Les Romains, en campagne, avaient des espaces réservés aux hommes et aux chevaux malades ; mais aucun auteur ne signale, ni à Rome ni dans les villes de l’Empire, des hôpitaux destinés soit aux soldats blessés, soit aux pauvres malades. Saint Jérôme, le premier, parle d’une certaine Fabiola, dame romaine fort riche, qui fonda, vers l’an 380, un hôpital dans lequel on recevait les malades, jusqu’alors gisant abandonnés dans les rues et sur les places publiques. Dans les premiers temps du moyen âge, en effet, dans les villes de l’Italie, de la France, de l’Allemagne, il se fait de nombreuses fondations pour soigner et loger les malades, les voyageurs, les pauvres. Dans l’origine, ces fondations consistent en l’abandon d’une maison, d’un local, avec une rente perpétuelle. Naturellement, les établissements religieux réguliers, les chapitres, les paroisses même, étaient les conservateurs de la fondation. « La plus ancienne mention, peut-être, de l’Hôtel-Dieu de Paris remonte, dit M. Guérard dans sa préface aux cartulaires de l’église Notre-Dame de Paris[3], à l’année 829. » Du Breul[4] admet que cet établissement fut fondé par saint Landry, vingt-huitième évêque de Paris, vers l’an 660. Guillaume de Nangis dit, dans la Vie du roi saint Louis, que ce prince l’augmenta considérablement en 1258. Lebeuf[5] prétend que cet hôpital portait encore le nom de Saint-Christophe dans le Xe siècle ; il ne trouve point de preuves que saint Landry ait établi proche de la cathédrale une maladrerie ou un Hôtel-Dieu. « On doit distinguer, dit-il, entre un Hôpital, un Hôtel-Dieu ou une Maladrerie. J’ai beaucoup de peine à croire que les Maladreries ayent été originairement proche les cathédrales qui étoient bâties dans l’intérieur des cités. Pour ce qui est des indigens qui ne faisoient que passer, j’avoue qu’on a pu leur donner l’hospitalité dans ce quartier-là sous la seconde race de nos rois… Peut-être, ajoute-t-il, qu’avec de plus profondes recherches on trouveroit l’époque du changement de l’hôpital ou maison de l’hospitalité de cette cathédrale en Maladrerie ou Hôtel-Dieu. » En 1168, sous l’épiscopat de Maurice de Sully, le nombre des lits fut augmenté par suite d’un statut du chapitre de Notre-Dame. Il fut décidé que tous les chanoines qui viendraient à mourir ou qui quitteraient leur prébende donneraient à cet hôpital un lit garni. Trente ans après ce règlement, Adam, clerc du roi Philippe Auguste, fit don à l’Hôtel-Dieu de deux maisons dans Paris, afin que, sur le revenu de ces maisons, le jour de son anniversaire, on fournirait aux malades « tout ce qu’il leur viendroit dans la pensée de vouloir manger. »

Pendant les XIe, XIIe et XIIIe siècles, il est fondé une quantité prodigieuse d’hospices ; presque toutes les abbayes avaient un hôpital dans leur enceinte. De plus, on fonda un grand nombre de léproseries hors les villes. « La maison de Saint-Lazare, dit Lebeuf[6], ne doit être considérée que comme une célèbre Léproserie. Autant la ville de Paris étoit fameuse, autant sa Léproserie l’étoit en son espèce. Ce fut dans le XIIe siècle que l’on commença à avoir une attention plus singulière de séparer les lépreux d’avec le reste du peuple : de là l’époque de l’origine de toutes ces maladreries du titre de Saint-Lazare, dont on voit encore des restes proche une infinité de bourgs et de villages du royaume… Dès le règne de Louis le Jeune, il y avoit entre Paris et Saint-Denis un hôpital de lépreux, qui consistoit en un assemblage de plusieurs cabanes où ils étoient renfermés. Odon de Dueil, moine de Saint-Denis, écrit qu’il fut témoin, comme, en l’an 1147, le mercredi onzième de juin, ce même roi, venant prendre l’étendard à Saint-Denis avant de partir pour la croisade, entra dans cet hôpital situé sur sa route, et prit la peine d’y rendre visite aux lépreux dans leurs cellules, accompagné seulement de deux personnes. » Cette célèbre léproserie, dès la fin du XIIe siècle, était gouvernée par des religieux de l’ordre de Saint-Augustin. Les léproseries étaient au nombre de 2 000 dans les États du roi de France, au XIIIe siècle, ainsi que le prouve une donation faite par Louis VIII, dans son testament du mois de juin 1225[7]. Nous ne chercherons pas à établir si la lèpre fut importée en France par les croisés revenus de Palestine, ou si, comme le prétendent quelques auteurs, cette maladie existait déjà, dès l’époque celtique, sur le sol occidental de l’Europe[8]. Ce qu’il est difficile de nier, c’est que cette maladie, ou une maladie certainement analogue, qui était ou que l’on croyait contagieuse, existait sur toute la surface de l’Europe au XIIe siècle, même dans les contrées qui n’avaient envoyé personne en Palestine, puisque, d’après Mathieu Pâris, on ne comptait pas moins de 19 000 léproseries en France, en Allemagne, en Angleterre, en Italie, en Espagne, en Brabant, en Suisse, en Hongrie, en Pologne, en Bohême et dans les États du Danemark. Ces établissements, situés hors des villes, ainsi que nous venons de le dire, consistaient en une enceinte dans laquelle s’élevaient des cellules assez semblables à celles des chartreux, avec une chapelle commune. Les religieux qui avaient cure du temporel et du spirituel des léproseries logeaient dans des bâtiments voisins de l’église.

Il est clair que les dispositions architectoniques n’avaient rien à voir dans ces enclos parsemés de cabanes. Il n’en est pas de même pour les hôpitaux. Il nous reste, de l’époque du moyen âge et particulièrement des XIIe et XIIIe siècles, d’admirables bâtiments affectés aux malades recueillis dans les monastères, dans le voisinage des cathédrales, ou même dans des cités florissantes. Chaque monastère possédait son aumônerie, c’est-à-dire un personnel chargé d’exercer l’hospitalité. Pendant le moyen âge, l’hospitalité était obligatoire. Dès l’époque carlovingienne, il existait des impôts destinés à secourir les pauvres, les pèlerins, les malades. Charlemagne avait, dans ses ordonnances et capitulaires, recommandé à ses sujets d’offrir l’hospitalité, et « il n’était pas permis alors de refuser aux voyageurs le couvert, le feu et l’eau[9]. » Les communes rivalisèrent avec les rois, les seigneurs et les simples particuliers, dans ces œuvres de bienfaisance. Beaucoup de villes établirent des hospices, à leurs dépens, soit dans des bâtiments neufs, soit dans des édifices abandonnés que l’on faisait restaurer en vue de cette destination. Des hospices furent même bâtis dans des lieux isolés pour servir de refuges aux voyageurs et les garantir contre les voleurs qui infestaient les routes ; ces bâtiments étaient souvent fondés par des cénobites et sous la garde de religieux. Les villes étant habituellement fermées le soir, les voyageurs attardés étaient contraints de passer la nuit à la belle étoile ; des maisons de refuge, sortes de caravansérails gratuits, s’élevèrent non loin des portes. « En 1202, deux nobles allemands voulurent remédier à ce grave inconvénient, et firent construire un hospice hors la porte de Saint-Denis à Paris. Un emplacement d’une contenance de deux arpents fut promptement couvert de bâtiments. Une grande salle en pierre de taille, élevée au milieu du sol au moyen d’arcades formées à croix d’osier, y fut construite pour y coucher les pauvres ; elle avait vingt-deux toises et demie de long et six toises de largeur[10]. » En 1310, le nombre des maisons-Dieu, maladreries et léproseries qui recevaient des secours en argent sur la cassette particulière du roi de France, était de cinq cents environ ; dans la banlieue de Paris seulement, quarante-huit maladreries profitaient de ces dons. La charité publique et privée sut encore rendre son assistance plus efficace, en fondant des hôpitaux pour certaines infirmités particulières. Saint Louis donna l’exemple en faisant bâtir l’hospice des Quinze-Vingts pour les aveugles de Paris ; sans parler des léproseries, on fonda, dans beaucoup de villes, des hospices pour les boiteux, pour les fous, pour les vieillards indigents, pour les femmes en couche. Les confréries voulurent aussi avoir leurs maisons de refuge, leurs hospices, et enfin, pendant les pestes qui désolèrent les villes du moyen âge, des évêques, des seigneurs laïques prêtèrent des locaux dépendant de leurs résidences pour soigner les malades, et voulurent souvent eux-mêmes les assister. À côté des désordres de toute nature et des abus sans nombre qui signalèrent cette époque, il faut donc reconnaître que tous, petits et grands, cherchaient à adoucir le sort des classes souffrantes par les moyens les plus efficaces, et que l’esprit de charité ne fut jamais plus actif que dans ces temps. Il faut dire que, souvent, tel seigneur qui fondait un hospice en mourant avait, sa vie durant, fait plus de malheureux qu’on n’en pouvait secourir de longtemps dans la maison élevée par lui. Le moyen âge est ainsi fait : c’est un mélange sans mesure de bien et de mal ; aussi y a-t-il autant d’injustice à présenter cette époque comme un temps de misères continuelles que comme un âge de foi vive, de charité et de sagesse. Partout, à côté d’un mal, d’un abus monstrueux, trouve-t-on le sentiment du droit, le respect pour l’homme, pour ses malheurs et ses faiblesses. Le mot de fraternité n’est pas seulement dans les discours, il trouve partout une application pratique, et si la passion ou l’intérêt font trop souvent enfreindre cette loi sacrée, du moins son principe n’est jamais méconnu. Par le fait, nos grandes institutions de charité nous viennent du moyen âge et lui survivent ; il est bon de ne pas trop l’oublier : ayant profité de la belle partie de l’héritage, peut-être serait-il juste d’être indulgents pour son côté misérable.

On comprendra que parmi tant d’édifices élevés sous l’inspiration d’une charité vive et voulant immédiatement porter remède au mal, beaucoup n’étaient que des bicoques, des maisons que l’on appropriait tant bien que mal au service des pauvres et des malades ; car nombre de ces hospices se composaient d’une maison donnée par un simple bourgeois, avec une rente à prendre sur son bien. Peu à peu ces modestes donations s’étendaient, s’enrichissaient par les quêtes et devenaient des établissements importants. Cependant il nous reste encore quelques hôpitaux du moyen âge qui, au point de vue de l’art, sont remarquables. Bien bâtis, bien aérés, spacieux, ils ont aussi cet avantage, sur les constructions analogues que nous élevons aujourd’hui généralement, de laisser à l’art une large place, de ne point attrister les malades par cet aspect froid et désolé qui caractérise de notre temps (sauf de rares exceptions) les édifices publics de charité[11].

Parmi les hôpitaux les plus anciens qui existent encore en France, il faut citer l’Hôtel-Dieu de Chartres, situé près de la cathédrale, et l’hôpital d’Angers. Ce dernier surtout est remarquable par son étendue et par les services qui l’entourent. En voici le plan (1).

Illustration fig1 6 112.png


Il se compose d’une grande salle à trois nefs A, précédée d’un cloître, d’une chapelle voisine B, de logements, dénaturés aujourd’hui, et d’un vaste magasin ou grenier C, propre à renfermer des provisions de toutes natures. La construction de cet établissement date de 1153. La chapelle est un peu plus moderne (1184). C’est aussi vers cette dernière époque que fut élevé le grand bâtiment aux provisions.
Illustration fig2 6 113.png
La fig. 2 présente la coupe transversale de la grande salle, dans laquelle quatre rangées de lits peuvent facilement trouver place. La construction de ces bâtiments est excellente, traitée avec soin, les chapiteaux des piliers d’un excellent style. Le bâtiment des provisions est un édifice remarquable par ses dispositions et ses détails[12].

L’Hôtel-Dieu de Chartres date à peu près de la même époque et consiste aujourd’hui en une grande salle à trois nefs, séparées par deux rangs de colonnes et portant des charpentes lambrissées. Au fond, trois voûtes en pierre ferment les trois dernières travées. C’est une disposition analogue à celle de l’hôpital d’Angers, et qui paraît avoir été généralement suivie pendant les XIIe et XIIIe siècles. Dans les bâtiments abbatiaux de Saint-Jean-des-Vignes de Soissons et d’Ourscamp, on voit encore de belles salles qui ont été affectées aux malades. La salle dite des Morts, à Ourscamp, est, entre toutes ces constructions hospitalières, la plus belle et la mieux entendue. C’est toujours un grand vaisseau divisé en trois nefs, celle du milieu plus large que les deux autres ; le tout est couvert par des voûtes d’arête et un vaste grenier.

Illustration fig3 6 114.png
La fig. 3 présente le plan de cette salle avec son annexe, qui servait probablement de cuisine et de laboratoire ;
Illustration fig4 6 115.png
la fig. 4 la coupe transversale de la grande salle des malades, et la fig. 5 une de ses travées.
Illustration fig5 6 116.png
On observera que les fenêtres sont disposées de manière à donner beaucoup de jour à l’intérieur, celles du haut étant à vitrages fixes et celles du bas pouvant s’ouvrir pour aérer la salle. Suivant la disposition généralement adoptée à cette époque, il devait y avoir quatre rangées de lits disposés ainsi que l’indique notre plan en A ; la salle pouvait en contenir facilement cent. Le long du mur, au droit des colonnes, sont percées de petites niches à hauteur de la main, pour déposer les boissons ou les pansements des malades. Une grande cheminée, s’ouvrant contre le pignon B, permettait d’assainir et de réchauffer ce vaste intérieur[13]. Le bâtiment et son annexe sont isolés. Le pignon G seul est rapproché des bras de croix de l’église, à laquelle on pouvait probablement communiquer par le petit passage H. Toute la construction date des premières années du XIIIe siècle ; et l’intérieur était peint de joints rouges avec archivoltes festonnées en petites arcatures.

À l’article Construction, fig. 123 et suivantes, nous avons donné un bâtiment dépendant de l’abbaye Sainte-Marie de Breteuil, dont une partie servait d’hospice pour les pauvres. Presque toutes les abbayes possédaient ainsi des bâtiments assez vastes pour donner asile aux voyageurs, ou même de véritables hôpitaux, comme cette grande salle d’Ourscamp[14].

La ville de Tonnerre possédait, au XIe siècle déjà, un Hôtel-Dieu situé, suivant l’usage, à côté de l’église Notre-Dame, qui servait de chapelle à cet établissement ; un autre hôpital, également de la même époque, existait dans le faubourg de Bourberault. « Les dépendances de cet hôpital, dit M. Camille Dormois[15], ne consistaient qu’en une petite chapelle obscure, une très-petite maison et un jardin. » En 1204, Eudes III, duc de Bourgogne, fonda, dans la même ville, l’hôpital du Saint-Esprit ; mais Marguerite de Bourgogne, belle-sœur de saint Louis, reine de Sicile, voulut doter la ville de Tonnerre d’un hôpital magnifique. En 1293, elle acheta un vaste clos près d’une source appelée Fontenille, le long de l’Armençon et des murs de la ville. Dans l’acte de fondation, il est dit que les pauvres seront hébergés dans l’établissement, les convalescents nourris sept jours et renvoyés avec chemise, cotte et soulier ; qu’une chapelle sera bâtie avec quatre autels ; que les frères et sœurs, au nombre de vingt, chargés des soins intérieurs, auront pour mission de donner à manger et à boire à ceux qui auront faim et soif, de recevoir les étrangers et pèlerins et de les héberger, de vêtir les pauvres, de visiter les malades, de consoler les prisonniers et d’ensevelir les morts ; que les frères et sœurs auront des dortoirs et réfectoires séparés, et ne devront prendre leurs repas qu’après le service des malades. L’hôpital fut-promptement élevé, et Marguerite se fit bâtir, à côté, un logis pour pouvoir surveiller elle-même son établissement ; lorsqu’elle mourut, en 1308, les bâtiments et leurs dépendances étaient complétés depuis longtemps. Il nous reste de cet hôpital la grande salle et quelques dépendances, et nos lecteurs ne nous sauront pas mauvais gré probablement de leur donner un ensemble ainsi que des détails de la partie principale de cette grande salle, en même temps chapelle et hospice.

Illustration fig6 6 118.png
La figure 6 présente le plan à l’échelle de 0,001m pour mètre. En A est la grande salle, autrefois précédée d’un porche B avec escalier, dont nous allons indiquer la destination. Cette salle contenait quarante cellules de boiseries, sortes d’alcôves dans chacune desquelles était placé un lit (voir en C). En D était un autel principal sous une voûte, et en F deux chapelles également voûtées. Le tombeau de la fondatrice était en E, et se composait d’une figure de bronze couchée sur un sarcophage. La sacristie des chapelles était en G. En H, un jubé, posé devant le chœur, mettait en communication deux galeries latérales qui, établissant une circulation continue au-dessus des alcôves, permettaient d’ouvrir les fenêtres et de surveiller l’intérieur des cellules. On pouvait monter à ces galeries par l’escalier latéral du porche[16] et par un escalier I qui était mis en communication avec une galerie réunissant le logis L de la reine à la grande salle. De ses appartements, situés au premier étage de ce logis, cette princesse pouvait ainsi, soit descendre dans la salle, soit inspecter les cellules en se promenant sur la galerie qu’elles portaient. En Z était une petite chapelle. Les bâtiments de service de l’hôpital sont situés en K et la cuisine en M. On communiquait de ces bâtiments avec la salle au moyen d’une autre galerie N aboutissant à une petite porte. La voie publique passe en O. En P était le cimetière ; en J, le jardin de la reine, borné par la muraille de la ville et par le ruisseau de Fontenille. En R, un lavoir ; en V, un bras de l’Armençon, et en S le prieuré. Deux canaux souterrains passant des deux côtés de la grande salle entraînaient dans la rivière les vidanges de l’établissement. Outre les murailles de la ville, des remparts entouraient les autres parties du clos. En X était un puits public.
Illustration fig7 6 119.png

La fig. 7 donne la coupe transversale de ce magnifique vaisseau, qui n’a pas moins de 18m,60 de largeur dans œuvre sur 88m,00 de long depuis le porche jusqu’au sanctuaire. La coupe (fig. 7) montre, en A, les alcôves avec la galerie supérieure B, passant par-dessus le jubé. On aperçoit au fond les trois absides. La charpente en chêne, bien conservée, nous donne des bois d’une longueur extraordinaire ; les entraits, d’un seul morceau, ont 21m,40 ; les arbalétriers et chevrons portant ferme, 19m,00. Elle est entièrement lambrissée en berceau plein cintre légèrement surbaissé à l’intérieur. En C, nous avons tracé l’un des chevrons portant ferme, et en D une coupe d’une travée de charpente avec le lambrissage et les ventilateurs E, de 0m,10 d’ouverture. Les fenêtres latérales, à meneaux, sont disposées pour pouvoir être ouvertes du bas jusqu’à la naissance des tiers-points, et des marches, ménagées dans l’appui, permettent de tirer les targettes. Ce vaisseau, qui existe à peu près intact, sauf le porche, produit un grand effet. C’est un des plus beaux exemples de l’architecture civile de la fin du XIIIe siècle ; il n’a pas moins fallu que toute l’insistance de la Commission des monuments historiques pour obtenir de la ville de Tonnerre sa conservation. Pourquoi la ville de Tonnerre voulait-elle démolir cet édifice ? C’est ce qu’on aurait beaucoup de peine à savoir probablement. Pourquoi la ville d’Orléans a-t-elle démoli son ancien Hôtel-Dieu, l’un des plus beaux édifices de la Renaissance ? Combien de villes se sont ainsi, sans raison sérieuse, dépouillées des monuments qui constataient leur ancienneté, qui leur donnaient un intérêt particulier et qui retenaient des étrangers dans leurs murs ! Beaucoup regrettent, un peu tardivement, ces actes de vandalisme, et s’étonnent de ce que les voyageurs passent indifférents au milieu de leurs rues neuves, n’accordant pas même un regard au frontispice à colonnes du palais de justice, ou à la façade de l’hôpital nouveau que l’on confond volontiers avec une caserne.

La disposition des lits de l’hôpital de Tonnerre, logés chacun dans une cellule avec galerie de service supérieure, mérite de fixer notre attention. Chaque malade, en étant soumis à une surveillance d’autant plus facile qu’elle s’exerçait de la galerie, se trouvait posséder une véritable chambre. Il profitait du cube d’air énorme que contient la salle et recevait du jour par les fenêtres latérales ; sa tête étant placée du côté du mur et abritée par la saillie du balcon, il ne pouvait être fatigué par l’éclat de la lumière. On objectera peut-être que la ventilation de ces cellules était imparfaite ; mais la salle ne contenant que quarante lits, les fenêtres latérales pouvant être ouvertes, et le vaisseau étant fort élevé, ventilé par les trous percés dans le lambrissage de la charpente, on peut admettre que les conditions de salubrité étaient bonnes.

Pour faire saisir à nos lecteurs la disposition des cellules et des galeries de surveillance, nous présentons (8) une vue perspective d’une des travées de la salle.
Illustration fig8 6 121.png

Les fenêtres de la galerie étaient garnies de vitraux en grisaille, celles du sanctuaire en vitraux colorés. Une longue flèche en charpente surmontait ce sanctuaire ; elle était couverte de plomberie peinte et dorée, et ne fut détruite qu’en 1793. Toute la charpente de la salle est couverte en tuiles vernies avec faîtières en terre cuite émaillée.

Par l’escalier carré pratiqué vers le nord, à côté de l’une des deux chapelles du chevet, on arrivait à une salle voûtée bâtie au-dessus de cette chapelle, et servant autrefois, comme encore aujourd’hui, de trésor et de chartrier. Le tympan de la porte principale s’ouvrant sous le porche du côté de la rue était décoré d’un bas-relief représentant le Jugement dernier, dont il existe encore quelques fragments[17].

Tous ceux qui s’intéressent quelque peu à nos anciens édifices ont visité le charmant Hôtel-Dieu de Beaune, fondé en 1443 par Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne. Cet établissement est à peu près tel que le XVe siècle nous l’a laissé, bien qu’il soit construit, en grande partie, en bois. Il se compose de trois corps de logis élevés autour d’une cour quadrangulaire. Dans le bâtiment qui donne sur la rue est placée la grande salle, avec sa chapelle à l’extrémité, la porterie et quelques pièces voûtées destinées aux provisions. Les deux autres corps de logis, devant lesquels passe une galerie à deux étages, contiennent le noviciat des sœurs, trois salles, la cuisine et la pharmacie. De grands gâbles en charpente, vitrés, donnent du jour dans les salles par-dessus les galeries du dehors, tandis que l’aération se fait par les galeries mêmes et par les faces opposées (voy. l'Architecture civile et domestique de MM. Verdier et Cattois, t. I). La cour de cet établissement, d’un aspect riant, bien proportionnée, contenant encore son puits du XVe siècle, son lavoir et sa chaire, donnerait presque envie de tomber malade à Beaune. La porte sur la rue est protégée par un auvent en charpente couvert en ardoise (voy. Auvent).

Illustration fig9 6 122.png

Nous donnons (9) le plan de l’Hôtel-Dieu de Beaune, et (10) la vue de l’angle de la cour du côté de l’escalier principal desservant les deux étages.

Illustration fig10 6 123.png


En A (voy. le plan) est l’entrée ; en B, un passage de service ; en C, la grande salle lambrissée[18] avec sa chapelle D, maintenant séparée de la salle ; en E, le réfectoire des sœurs et le salon de la supérieure ; en F, les salles aux provisions ; en G, le noviciat des sœurs ; en H, des salles de malades ; en I, un passage donnant sur un jardin ; en K, la cuisine, et en L la pharmacie ; le puits est placé en O, la chaire en M, et le lavoir en P.

Examinons maintenant un de ces établissements plus modestes qui, éloignés des grands centres, voisins de quelque abbaye ou de quelque prieuré, étaient si fort répandus sur le sol français au moyen âge. Entrons dans la maladrerie dite du Tortoir, non loin de la route qui mène de Laon à la Fère (Aisne). Nous allons retrouver là les curieuses dispositions intérieures de l’hôpital de Tonnerre. La maladrerie du Tortoir date, croyons-nous, de la première moitié du XIVe siècle[19]. L’ensemble de l’établissement, compris dans un carré, contient encore trois bâtiments de l’époque de la construction (11).

Illustration fig11 6 124.png


A, la salle des malades ; B, une chapelle ; C, un corps de logis à deux étages, pour les religieux probablement et pour la cuisine. Les autres bâtiments qui existent aujourd’hui dans l’enceinte sont d’une époque assez récente. Occupons-nous de cette salle A. Ses deux extrémités sont fermées par deux pignons avec cheminées. Sur le préau, à l’intérieur de l’enceinte, s’ouvre une large porte, avec guichet à côté ; sur cette face, pas d’autres ouvertures que deux fenêtres relevées. Devant cette large porte était suspendu un appentis très-saillant (si l’on en juge par ses amorces et les entailles de la charpente), qui servait d’abri aux chariots amenant les malades. Pour l’usage ordinaire, on se contentait de passer par la petite porte. Sur les dehors, au contraire, cette salle de malades était percée de deux rangs de larges fenêtres disposées de telle façon que celles du bas éclairaient des cellules en bois, semblables à celles de l’hôpital de Tonnerre, et celles du haut s’ouvraient sur une galerie, à laquelle on montait par un escalier ménagé dans la travée I (voy. le plan) dépourvue de fenêtre. À Tonnerre, l’intervalle entre chaque cloison est de 2 toises (3m,95) ; même espace entre les axes des contre-forts de la salle du Tortoir (voy., fig. 12, un angle de la face de la salle du côté extérieur).
Illustration fig12 6 126.png
En supposant les cloisons des cellules de la même profondeur que celles de l’hôpital de Tonnerre, et plaçant sept cloisons dans l’axe de chaque contre-fort, la salle ayant dix mètres de large, il restait six mètres pour la circulation du côté de l’entrée, en dehors des cellules (voy. le plan), et on pouvait placer sept lits dans celles-ci, l’escalier de la galerie prenant la place d’une cellule. Or ce nombre de sept lits est très-fréquemment admis dans ces petits établissements de charité. Si nous nous rappelons que les maladreries étaient spécialement réservées aux malheureux affectés de maladies contagieuses, et que des précautions minutieuses étaient prises non-seulement pour les séparer des populations, mais aussi pour les isoler entre eux, nous comprendrons ici cette disposition des cellules avec fenêtres, qui permettaient à ces pauvres gens de voir la campagne et de se réchauffer aux premiers rayons du soleil, car ces fenêtres donnent au levant. Elles étaient d’ailleurs munies de volets à l’intérieur, de manière à éviter la trop grande chaleur. Un chemin de ronde avec mâchicoulis réunissait les bâtiments et était mis en communication, par des portes percées dans les pignons, avec la galerie intérieure. Un fossé entourait l’enceinte, ainsi qu’on peut le reconnaître en examinant les soubassements extérieurs de la grande salle. On n’arrivait au sommet des quatre tourelles que par la galerie et des échelles posées dans ces tourelles servant d’échauguettes.

Le moyen âge montrait donc dans la composition de ces établissements de bienfaisance l’esprit ingénieux qu’on lui accorde dans la construction des monuments religieux. C’est un singulier préjugé, en effet, de vouloir que ces architectes eussent été si subtils lorsqu’il s’agissait d’élever des églises, et en même temps si grossiers lorsqu’il fallait élever des édifices civils. Ce n’est pas leur faute si l’on a détruit, depuis le XVIe siècle, la plupart de ces établissements de bienfaisance divisés à l’infini, mais généralement bien disposés d’ailleurs, pour les remplacer par des hôpitaux dans lesquels, au contraire, on a cherché, peut-être à tort, à concentrer le plus grand nombre de malades possible. Louis XIV, le grand niveleur de toute chose et de tout état en France, a gratifié les hôpitaux élevés sous son règne des biens de ces nombreuses maladreries et léproseries qui n’avaient plus guère de raison d’exister, puisque, de son temps, il n’y avait pas de lépreux à soigner ; mais ce n’est pas à dire que les hôpitaux du XVIIe siècle soient des modèles à suivre comme disposition, au point de vue de la salubrité, de l’hygiène, et du respect que l’on doit avoir pour les malades pauvres. Dans le peu d’hôpitaux du moyen âge qui nous sont restés, nous trouvons un esprit de charité bien entendu et délicat. Ces bâtiments sont d’un aspect monumental sans être riches ; les malades ont de l’espace, de l’air et de la lumière ; ils sont souvent séparés les uns des autres, comme on peut le constater dans les exemples précédents ; leur individualité est respectée, et certes s’il est une chose qui répugne aux malheureux qui trouvent un refuge dans ces établissements, malgré les soins si éclairés qu’on leur donne abondamment aujourd’hui, c’est la communauté dans de vastes salles. Souvent alors la souffrance de chaque malade s’accroît par la vue de la souffrance du voisin. Sans prétendre que le système cellulaire, appliqué fréquemment dans les hôpitaux du moyen âge, fût préférable matériellement au système adopté de notre temps, il est certain qu’au point de vue moral il présentait un avantage. Nous tenons à constater qu’il émanait d’un sentiment de charité très-noble chez les nombreux fondateurs et constructeurs de nos maisons-Dieu du moyen âge.

Avant de terminer cet article, nous tenterons encore de détruire une erreur fort répandue, touchant l’établissement des léproseries. On a prétendu que la lèpre avait été rapportée d’Orient en Occident au moment des croisades ; mais, ainsi que nous l’avons dit plus haut, il y avait, du temps de Mathieu Pâris, 19 000 ladreries en Europe, la plupart bâties dans des contrées qui n’avaient eu aucun rapport avec l’Orient. De plus, des 300 000 hommes conduits en Orient par le frère de Philippe 1er, 5 000 à peine parvinrent en Palestine, et très-peu revinrent en Europe. De l’armée de l’empereur Conrad III, il ne resta qu’un bien petit nombre de croisés en état de revoir leur patrie. Louis le Jeune et Richard Cœur-de-Lion revinrent presque seuls de Palestine. Comment donc ces armées, qui furent englouties en Orient, auraient-elles pu rapporter et répandre la lèpre en Occident, de manière qu’on fût obligé de fonder 19 000 maisons pour soigner les lépreux ? Sans entrer dans une discussion qui ne serait pas à sa place ici, à propos de l’invasion de cette maladie en Europe et particulièrement en France, on peut toutefois reconnaître comme certain qu’elle existait bien avant les croisades[20].

Voici la liste des principaux hôpitaux fondés à Paris du VIIe au XVIe siècle :

Hôtel-Dieu, fondé, dit la tradition, par saint Landry (VIIe siècle).
Hôpital des Haudriettes, fondé sous Clovis, et où l’on prétend que mourut sainte Geneviève. Au XIIIe siècle, la famille Haudry reconstruisit cet établissement.
Hôpital de Saint-Gervais, fondé par Gatien Masson, prêtre, en 1171, la chapelle de cet hôpital ne fut dédiée qu’en 1411.
Hôpital de Sainte-Catherine, appelé primitivement de Sainte-Opportune (1180 environ), La chapelle fut construite en 1222, puis réparée en 1479.
Hôpital de la Sainte-Trinité, rue Saint-Denis, fondé par les deux frères Escuacol en 1202. Cet hôpital possédait une fort belle salle pour coucher les pauvres. En 1210, on y ajouta une chapelle. Les enfants des pauvres étaient recueillis et élevés dans l’établissement. Cet hôpital fut successivement augmenté jusqu’en 1598.
Hôpital des Quinze-Vingts, fondé par saint Louis en 1254.
Hôpital de Saint-Marcel (anciennement de l’Oursine), fondé par Marguerite de Provence après la mort de saint Louis.
Hôpital des Jacobins, fondé en 1263. En 1366, Jeanne de Bourbon, femme de Charles V, l’augmenta.
Hôpital de Saint-Jacques-du-Haut-Pas, fondé par Philippe IV en 1286.
Hôpital tenant au prieuré de la Charité (Notre-Dame-des-Billettes), fondé par le bourgeois de Paris Roger Flamming, en 1299.
Hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins, rue Saint-Denis, fondé en 1315 par Louis X. La chapelle fut terminée en 1323.
Hôpital Saint-Julien-aux-Ménétriers, fondé par deux ménétriers en 1330. En 1334, les fondateurs augmentèrent cet hôpital par l’acquisition de plusieurs maisons voisines.
Hôpital du Saint-Sépulcre, fondé par Philippe de Valois en 1333.
Hôpital du Saint-Esprit, fondé en 1361 pour les enfants.
Hôpital conventuel ou commanderie du Petit-Saint-Antoine, fondé en 1368, sous Charles V.

Il existait encore, en dehors de ces établissements, dans un grand nombre de communautés et dans les paroisses, des maisons ou salles pour les malades, les pauvres et les pèlerins.

  1. Plutarque, Vie de Solon, cap. XXXI.
  2. Justin, Historia, lib. XXVIII.
  3. Collection des docum. inéd. sur l’hist. de France. Paris, 1850. T. I.
  4. Le Théât. des antiq. de Paris, 1612. L. I, p. 71.
  5. Hist. de la ville et du dioc. de Paris, t. I, p. 22.
  6. Hist. de la ville et du dioc. de Paris, t. I, 2e partie, p. 481.
  7. « Art. 13. Donamus et legamus duobus millibus domorum leprosorum decem millia librarum, videlicet cuilibet earum centum solidos. »
  8. Voy. le curieux ouvrage de M. Labourt, Recherches sur l’origine des ladreries, maladreries et léproseries, Paris, 1854.
  9. Voy. Droits et usages concern. les travaux de construction publ. ou privées sous la troisième race des rois de France, par M. A. Champollion-Figeac, p. 166. Paris, 1860.
  10. Ibidem.
  11. Il faut reconnaître que depuis peu on a fait chez nous de grands progrès en ce genre. L’hospice de Charenton, ceux de Vincennes et du Vézinet, sont non-seulement parfaitement appropriés à leur destination ; mais ce sont aussi, comme œuvres d’architecture, des édifices faits pour donner aux malades des idées plutôt agréables que tristes.
  12. Voy. l'Archit. civ. et domest. de MM. Verdier et Cattois, t., II.
  13. Voy., pour de plus amples détails, les gravures des Archives des monum. hist., publiées par les ordres du ministre d’État ; aussi l’ouvrage précédemment cité de MM. Verdier et Cattois, t. II, p. 104.
  14. L’abbaye d’Ourscamp appartient aujourd’hui à M. Peigné-Delacour, qui, heureusement, conserve avec un soin particulier ces restes remarquables.
  15. Notes hist. sur l’hôpital de Tonnerre. Auxerre, 1853.
  16. Les comptes de 1556, d’après l’excellent travail de M. C. Dormois cité plus haut, présentent des dépenses occasionnées par la réfection de l’une de ces galeries. « Payé à Jehan Desmaisons, charpentier, la somme de 91 liv. 40 s. pour la fasson de la grande gallery dudit hospital, contenant 20 toises de long et 2 de large… À Nicolas…, maçon, pour avoir fait la massonnerie pour soutenir les poteaux d’icelle gallery… À Jehan et Pierre les Mathieux, couvreurs, la somme de 8 liv. 13 s. pour avoir couvert l’escalier de la d. gallery… À Jehan, marchand,… pour ferrer les portes de l’hospital et les chevrons de la grande gallery,… » etc.
  17. C’est à M. Lefort, architecte à Sens, que nous devons un relevé minutieux de cette grande salle de l’hôpital de Tonnerre. M. Lefort a eu l’obligeance de mettre tous ses dessins à notre disposition.
  18. Un plafond a été établi sous la voûte en bardeau et a détruit l’aspect grandiose de cette salle.
  19. Voy. l'Archit. civ. et domest. de MM. Verdier et Cattois, t. II, p. 107.
  20. Voy. à ce sujet les Recherches sur l’origine des ladreries, maladreries et léproseries, par L. A. Labourt. Paris, 1854.