Ouvrir le menu principal

Caminade <
Index alphabétique - C
> Canton
Index par tome

CANNELURE, s. f. C’est une moulure en forme de petit canal creusé verticalement sur la circonférence des colonnes ou sur les faces des pilastres. Les Grecs avaient adopté la cannelure sur les fûts des colonnes des ordres dorique, ionique et corynthien ; les Romains l’employèrent également, autant que les matières dont étaient composées leurs colonnes le permettaient ; aussi voyons-nous, en France, la cannelure appliquée aux colonnes et pilastres de l’époque romane dans les contrées où l’architecture romaine avait laissé de nombreux vestiges. En Provence, le long du Rhône et de la Saône, et jusqu’en Bourgogne, des cannelures sont parfois creusées, pendant le XIIe siècle, sur les colonnes, mais plus particulièrement sur les faces des pilastres. Il se faisait alors une sorte de renaissance, qui, dans ces contrées couvertes de fragments antiques, conduisait les architectes à imiter la sculpture romaine, que la filiation romane avait peu à peu dénaturée. Ce retour vers les détails de la sculpture antique est très-sensible au portail de l’église de Saint-Gilles, dans le cloître de Saint-Trophyme à Arles, au Thor, à Pernes, à Cavaillon en Provence, dans toutes ces églises qui bordent le Rhône ; puis, plus au Nord, à Langres, à Autun, à Beaune, à Semur en Brionnais, à la Charité sur Loire, à Cluny. Dans l’architecture de ces pays, le pilastre est préféré à la colonne engagée, et toujours le pilastre est cannelé ; et, il faut le dire, sa cannelure est d’un plus beau profil que la cannelure romaine, trop maigre et trop creuse, mal terminée au sommet par un demi-cercle dont la forme est molle, confuse près de la base, lorsqu’elle est remplie par une baguette. La cannelure occidentale du XIIe siècle se rapproche des profils et de l’échelle des cannelures grecques, comme beaucoup d’autres profils de cette époque.

Pilastre.triforium.cathedrale.Langres.png
Nous donnons (fig. 1) un des pilastres du triforium de la cathédrale de Langres, dont la face présente une seule cannelure ; et (fig. 2) un des grands pilastres des piles intérieures de cette même église, dont la face est ornée de deux cannelures. Entre les cannelures, des baguettes sont dégagées ; l’ensemble de ces surfaces concaves et convexes alternées produit beaucoup d’effet.
Cannelure.pilastre.cathedrale.Autun.png
À la cathédrale d’Autun, dont la construction précéda de quelques années l’érection de celle de Langres, les cannelures des pilastres se rapprochent davantage de la cannelure romaine (3). Lorsque les cannelures sont traînées sur des colonnes au XIIe siècle, il est rare qu’elles soient simples ; elles sont ou chevronnées ou en zigzags, ou torses, ou rompues, ou remplies par des ornements (voy. Colonne) ; telles sont les cannelures d’une des colonnes de la porte principale de la cathédrale d’Autun (fig. 4) ; ce n’est guère qu’en Provence que l’on rencontre des colonnes cannelées simples. Au XIIIe siècle, la cannelure disparaît lorsque l’architecture ogivale est adoptée.

Un des derniers exemples de cannelures appliquées à des colonnes se voit à l’extérieur du chœur de l’église Saint-Rémy de Reims, dont la construction remonte aux dernières années du XIIe siècle. Mais il ne faut pas oublier qu’à Reims il existe de nombreux fragments d’antiquités romaines, et que la vue de ces monuments eut une influence sur l’architecture et la sculpture de cette partie de la Champagne.

Les cannelures reparaissent sur les pilastres et sur les colonnes au moment de la Renaissance ; souvent alors, comme à la façade du Louvre, côté de la rivière, ou comme au rez-de-chaussée de la galerie de Philibert Delorme au palais des Tuileries, elles alternent avec des assises formant bossage.