Ouvrir le menu principal

Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Amortissement

< Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle

Âmes <
Index alphabétique - A
> Ancre
Index par tome
AMORTISSEMENT, s. m. Mot qui s’applique au couronnement d’un édifice, à la partie d’architecture qui termine une façade, une toiture, un pignon, un contre-fort ; il est particulièrement employé pour désigner ces groupes, ces
Ammortissement.eglise.du.Thor.png
Ammortissement.cathedrale.Amiens.png
Ammortissement.XIIIe.siecle.png
frontons contournés décorés de vases, de rocailles, de consoles et de volutes, si fréquemment employés pendant le XVIe siècle dans les parties supérieures des façades des édifices, des portes, des coupoles, des lucarnes. Dans la période qui précède la renaissance, le mot amortissement est également appliquable à certains couronnements ou terminaisons ; ainsi, on peut considérer l’extrémité sculptée de la couverture en dallage de l’abside de l’église du Thor (Vaucluse), comme un amortissement (1) ; de même que certains fleurons qui sont placés à la pointe des pignons pendant les XIIIe (2), XIVe et XVe siècles. Les têtes des contre-forts des chapelles absidales de la cathédrale d’Amiens, XIIIe siècle (3), sont de véritables amortissements.