Ouvrir le menu principal

Ébrasement <
Index alphabétique - E
> Échafaud
Index par tome

ÉCAILLES, s. f. S’emploie seulement au pluriel, et désigne une sorte d’ornementation fort usitée dans les édifices, au moyen âge, pour décorer des rampants de contre-forts, des talus de chéneaux, des couronnements de pinacles, des flèches en pierre, etc. Les écailles sont évidemment une imitation de la couverture en bardeaux de bois ou essentes (voy. Bardeau) ; aussi est-ce particulièrement dans les provinces où cette sorte de couverture était employée, c’est-à-dire en Normandie, en Picardie, dans le Soissonnais et dans l’Île-de-France, que les écailles apparaissent sur les constructions de pierre à dater du XIIe siècle. En Normandie même, il n’est pas rare, dès le commencement de ce siècle, de voir certains parements verticaux, des fonds d’arcatures aveugles, par exemple, décorés d’écailles sculptées sur la pierre et présentant une très-faible saillie. C’était un moyen de distinguer ces fonds au milieu des parties solides de la construction, de les colorer, pour ainsi dire, et de les rendre moins lourds en apparence. Les bas-reliefs des XIe et XIIe siècles, dans lesquels sont figurés des édifices, montrent souvent les parements de ces édifices ainsi décorés. Nous en avons donné un exemple remarquable à l’article Architecture Religieuse, fig. 47, et provenant d’un chapiteau de l’église de Saint-Sauveur de Nevers. La curieuse église de Thaon, près de Caen, nous montre une partie de ses parements extérieurs décorés d’écailles de forme carrée, rappelant ces revêtements en bardeaux si fort en usage dans les constructions privées construites en pans-de-bois. Ces écailles sont quelquefois superposées ou le plus souvent contrariées, c’est-à-dire pleins sur vides, ainsi que l’indique la fig. 1.

Ecailles.eglise.Thaon.png


En divisant l’eau de pluie qui fouette sur les parements, en éloignant l’humidité des joints et lui donnant un écoulement, ces écailles, outre leur effet décoratif, ont encore l’avantage de conserver les ravalements extérieurs. Si cet effet est sensible sur les parements verticaux, à plus forte raison l’est-il sur les surfaces inclinées, sur les talus directement exposés à la pluie. Sur les surfaces inclinées élevées en pierre, toute saillie propre, par sa forme, à diriger les eaux est éminemment favorable à la conservation de la maçonnerie, en évitant l’imbibition uniforme de la pluie. Que les architectes du XIIe siècle aient fait cette expérience ou qu’ils aient simplement eu en vue la décoration des surfaces inclinées (décoration logique d’ailleurs, puisqu’elle rappelait une couverture en tuiles ou en bardeaux), toujours est-il que ces architectes ont adopté les écailles sculptées sur la pierre pour toute surface en talus.

Les formes les plus anciennes données à ces écailles présentent une suite de carrés ou de billettes, comme la figure ci-dessus, ou de petits arcs plein cintre et brisés, ainsi que l’indique la fig. 2[1].
Sculpture.ecailles.en.arcs.png
Il faut observer que chaque rang d’écailles est toujours pris dans une hauteur d’assises, les joints verticaux étant placés au milieu des vides laissés entre les écailles. L’eau pluviale tombant de A en B est conduite par la taille de la pierre le long des deux arêtes AC, BC ; en C, elle s’égoutte, arrive à l’extrémité D, et ainsi successivement jusqu’à la corniche. Les parties les plus humectées sont donc toujours les arêtes des écailles ; mais, par leur saillie même, ces arêtes sèchent plus facilement que les parements unis ; l’humidité demeure donc moins longtemps sous les parements : c’est là tout le secret de la conservation de ces surfaces couvertes d’écailles. Les ombres fines et les lumières qui se jouent sur ces petites surfaces découpées donnent de la légèreté et de l’élégance aux couronnements ; aussi les architectes ont-ils usé de ce moyen à l’époque de la renaissance. Nous ne pouvons prétendre donner tous les exemples d’écailles taillées sur parements ; nous nous contenterons d’indiquer les principaux.

À la fin du XIIe siècle, les écailles, particulièrement dans les édifices de la Normandie et de l’Île-de-France, affectent la forme de petits arcs brisés avec partie droite, ainsi que l’indique la fig. 3.

Ecailles.fin.XIIe.siecle.png


Jusqu’alors les écailles sont peu saillantes et présentent un relief égal dans toute leur longueur. Mais dans les grands monuments construits au commencement du XIIIe siècle, il fallait obtenir des effets prononcés dans l’exécution de détails d’une aussi petite échelle ; aussi voyons-nous, en Picardie, par exemple, sur les pyramides qui surmontent les escaliers des deux tours de la façade de la cathédrale d’Amiens, des écailles d’un puissant relief et d’une forme évidemment destinée à produire un grand effet à distance (4).

Ecailles.cathedrale.Amiens.png


Jamais, dans l’Île-de-France, les architectes n’ont ainsi exagéré l’importance de détails qui, après tout, ne doivent pas détruire la tranquillité de surfaces planes et ne sont pas faits pour lutter avec la sculpture. Cependant parfois les écailles taillées sur les édifices de la première moitié du XIIIe siècle, dans l’Île-de-France, présentent plus de saillie à leur extrémité inférieure qu’à leur sommet ; leur forme la plus générale est celle présentée dans la fig. 5.

Ecailles.XIIIe.siecle.Ile.de.France.png


Dans ce cas, les écailles sont évidées suivant le profil A ou suivant le profil B. Les écailles fortement détachées à leur extrémité inférieure, conformément au profil A, appartiennent plutôt aux flèches des clochers, c’est-à-dire qu’elles sont placées à une grande hauteur. Sur les rampants des contre-forts, leur saillie est égale dans toute leur longueur.

Au XIVe siècle, les écailles se rapprochent davantage de la forme des bardeaux ; elles se touchent presque, ont leurs deux côtés parallèles, sont allongées et terminées par des angles abattus (6).

Ecailles.XIVe.siecle.png


Les pinacles des contre-forts du chœur de la cathédrale de Paris (XIVe siècle) et ceux du chœur de l’église d’Eu (XVe siècle) sont couverts d’écailles taillées suivant cette forme.

Les écailles appartenant aux monuments construits dans des provinces où les couvertures en pierre ont été adoptées dès l’époque romane, comme dans le midi de la France et dans l’ouest, ne sont pas disposées comme des bardeaux de couvertures en bois ; elles sont retournées, de façon à laisser entre chacune d’elles comme autant de petits canaux propres à éloigner les eaux des joints verticaux (voyez ce que nous disons à propos de ces sortes d’écailles, à l’article Clocher, fig. 14 et 15).

  1. Tour de l’escalier du XIIe siècle de l’église d’Eu.