Dictionnaire de Trévoux/6e édition, 1771/AVERTISSEMENT

Jésuites et imprimeurs de Trévoux
(Tome 1p. 634).
◄  AVERTIR

☞ AVERTISSEMENT. s. m. Admonitio. Instruction qu’on donne à quelqu’un pour réveiller son attention, pour lui apprendre des choses qu’on ne veut pas qu’il néglige. Ce mot vient du latin advertere, considérer. L’avertissement étant fait pour dissiper le doute & l’obscurité, il doit être clair & précis. Il a moins de rapport aux mœurs & à la conduite qu’avis & conseil. On dit des avertissemens, qu’ils sont nécessaires ou superflus.

Avertissement, est aussi le titre qu’on donne à une espèce de petite préface qu’on met à la tête d’un livre pour avertir le lecteur de quelque chose.

Avertissement, signifie aussi, pressentimens, avant-coureurs. La lassitude ou la pesanteur des membres, est un avertissement de quelque maladie.

☞ On dit familièrement, en parlant d’un accident ou de quelque chose qui peut servir à faire qu’on se tienne sur ses gardes, que c’est un avertissement au lecteur.

Avertissement, en termes de Palais, signifie les premières écritures qui servent à l’instruction d’un procès, pour déduire le fait & les moyens de droit. Il n’a pas encore communiqué son avertissement. Requête d’avertissement. Avertissement en droit que met & baille par-devant vous, &c.

Avertissement, se dit aussi d’une petite signification en papier timbré que les Receveurs de la Capitation envoient à ceux qui n’ont pas encore payé.

Avertissement, avis, conseil, considérés comme synonymes. Voyez au mot Avis les nuances qui les distinguent.