Ouvrir le menu principal

Correspondance 1812-1876, 5/1865/DLXXXII



DLXXXII

À M. NEFFTZER, DIRECTEUR DU TEMPS, À PARIS


Palaiseau, 12 janvier 1865.


Il est piquant sans doute de se réveiller en apprenant, par la voie des journaux, des nouvelles de soi-même, nouvelles que l’on ignorait complètement.

J’apprenais ainsi, il y a quelques jours, que j’avais acheté un terrain et que j’allais y faire bâtir un hôtel très curieux et très original. Cette fortune venue en rêve ne me fâchait pas ; mais la construction de l’hôtel ainsi annoncée m’embarrassait beaucoup. Je ne suis pas architecte et je n’aime pas à bâtir. Aussi, en me frottant les yeux, me suis-je trouvée fort aise de n’avoir pas le moindre capital à placer et de ne pas être forcée de tenir les promesses du journal à ses abonnés.

Il a été annoncé aussi dans plusieurs journaux que je faisais pour l’Odéon une pièce tirée de mon roman de Valvèdre, chose à laquelle je n’ai jamais songé. Enfin voici le Temps qui va envoyer bien des visiteurs se casser le nez à ma porte, en annonçant mon arrivée à Paris.

Il paraît que le but de mon installation à Paris est d’assister aux répétitions d’une pièce que mon fils a présentée à l’Odéon. Comme toutes ces nouvelles n’ont rien de malveillant, j’espère que les rédacteurs voudront bien comprendre qu’elles peuvent mettre, dans la vie des gens quelconques, certains quiproquos embarrassants et leur faire écrire à leurs amis et connaissances mystifiés beaucoup de lettres inutiles. Je leur en demande donc la rectification bénévole. Je n’ai pas gagné à la loterie, je ne fais rien bâtir, je fais une pièce dont le titre n’est pas fixé et dont le sujet n’est pas tiré de Valvèdre. Mon fils n’a pas fait de pièce pour l’Odéon, et, quand il sera en répétition, il s’en occupera lui-même. Enfin, je ne suis pas à Paris, et il n’y a absolument rien, dans ma vie, qui offre le moindre intérêt de nouveauté et de curiosité au public parisien.

GEORGE SAND.