Ouvrir le menu principal

Correspondance 1812-1876, 1/1832/LXXXIII


LXXXIII

À MADAME MAURICE DUPIN, À PARIS


Paris, 15 avril 1832.


Chère mère,

Soyez sans inquiétude. Je me porte tout à fait bien aujourd’hui. Le choléra, dit-on, est mort ; ainsi dormez en paix. Je serais bien heureuse de voir mon vieux Pierret ; mais, s’il vient à huit heures du matin, qu’il sonne bien fort pour m’éveiller. Je dors comme une bûche et je n’ai personne pour ouvrir la porte. Priez-le de me donner une heure dans la journée ; il me fera bien plaisir.

Portez-vous bien, chère maman, et, si vous étiez plus malade, à votre tour avertissez-moi.