Ouvrir le menu principal

Chronique de la quinzaine - 14 mai 1894

Chronique n° 1490
14 mai 1894


CHRONIQUE DE LA QUINZAINE.




14 mai.


Nous sommes si peu habitués à un gouvernement gui sache ce qu’il veut et qui le dise, que M. Casimir-Perier étonne. On n’est pas éloigné de croire qu’il se livre à des exercices très périlleux, et qu’il en sera un jour la victime, ce qui est bien possible, car, avec le temps, tout finit par arriver. Seulement, on a tort d’annoncer tous les matins que l’après-midi ne se passera pas sans amener la catastrophe inévitable. L’après-midi se passe, et le ministère se trouve consoUdé. Les procédés qu’emploie M. Casimir-Perier pour obtenir des résultats aussi imprévus sont tout juste le contraire de ceux dont on a usé jusqu’aujourd’hui, et c’est là précisément ce qui déroute les habitués du vieux jeu qui pariaient volontiers pour ou contre, suivant des données cent fois éprouvées. La vérité est qu’on ne s’y reconnaît plus. Autrefois, avant de prendre une position parlementaire, le gouvernement faisait une longue enquête dans les couloirs. Il avait des émissaires quiallaientde groupe en groupe ; on négociait avec l’un, on composait avec l’autre ; on lâchait la moitié de son opinion, si même, devant des résistances qui paraissaient trop fortes, on ne l’abandonnait pas tout entière ; enfin l’art de gouverner semblait être réduit à reconnaître le vent et à lui ouvrir timidement la moitié d’une voile, sauf à la replier au plus vite, en cas d’erreur. Il ne serait jamais venu à la pensée du ministère de risquer une bataille que tout le monde disait perdue d’avance. Avons-nous besoin d’expliquer combien cette conception empirique du gouvernement était d’ordre modeste ? Non, sans doute ; tout le monde en convient. Mais on la croyait prudente et habile, et on était même convaincu qu’il n’y en avait pas d’autre possible. Primo vivere, dit la sagesse antique. Et, en effet, c’est beaucoup pour un gouvernement que de vivre, à la condition pourtant de ne pas sacrifier à cette nécessité primordiale ce qui donne quelque valeur à l’existence. Les gouvernemens antérieurs y sacrifiaient beaucoup, et cela sans compensation, car ils vivaient peu. Au surplus, ils avaient entre eux la ressemblance que les ombres ont entre elles. Plus ils se remplaçaient et moins on les démêlait les uns des autres : c’était du gris sur du gris. Les circonstances le voulaient peut-être ainsi. Quand on songe au nombre et à la qualité des hommes qui se sont transmis à la course le flambeau blafard du pouvoir, il faut bien croire qu’une fatalité politique pesait sur eux. Que de talens, que de mérites divers ! Et toute cette diversité se ramenait, sous prétexte de concentration républicaine, à une uniformité dont un autre Lamartine, si nous l’avions, n’aurait pas manqué de dire que la France s’ennuyait. Pour résumer cette période de notre histoire, on peut dire que les ministères n’y avaient ni caractère propre, ni durée.

Les circonstances ne sont plus les mêmes, et les hommes ont pris une autre allure. Ce sera l’honneur de M. Casimir-Perier, quel que soit d’ailleurs l’avenir, d’avoir innové sur le passé et inauguré un gouvernement original, nous voulons dire un gouvernement qui soit luimême. La séance du 8 mai a été, à ce point de vue, des plus caractéristiques. On y discutait une demande en autorisation de poursuites contre un député de Paris, M. Toussaint, qui est allé à Trignac entretenir une grève, et montrer sa belle voix dont il est plus économe au Palais-Bourbon. Paris et quelques départemens ont élu un certain nombre de députés comme M. Toussaint, dont la seule fonction paraît être de revêtir leurs insignes en province pour faire de l’anti-police entre les grévistes et la gendarmerie. Ces députés n’appartiennent pas à leur circonscription, mais à l’humanité souffrante ; et leur intervention a généralement pour objet, ou du moins pour résultat, de prolonger ses souffrances et de les rendre plus aiguës. S’il y a des rixes, des conflits violens, le député s’y mêle avec son écharpe, qui tient plus ou moins en respect ou en échec le jaune baudrier des gendarmes. Les coups tombent et les arrestations se multiplient autour de lui. Que lui importe : il se croit inviolable et il a été le plus souvent considéré comme tel. Les malheureux qu’il excite sont incarcérés, traduits devant les tribunaux, condamnés ; le député continue paisiblement, — paisiblement pour lui bien entendu, — son colportage d’émeutes. Il se sent protégé par toute la majesté du suffrage universel. Que devient, en présence d’une pareille tolérance ou, pour mieux dire, défaillance de l’action publique, le principe de l’égalité devant la loi ? Il était temps de faire cesser ces scandales à la fois ridicules et odieux. Les députés ont un mandat parfaitement défini par les lois constitutionnelles : ils sont chargés de faire des lois, et aussi de veiller à la direction de la politique générale. Tant pis pour ceux qui en sont incapables ! S’ils ne trouvent pas l’emploi de leur activité au Palais-Bourbon, rien ne les autorise à aller la dépenser en province au service de tel on tel conflit local. Rien non plus ne le leur interdit ; en le faisant, ils usent du droit commun ; mais aussi ils lui appartiennent, et il est inadmissible qu après avoir poussé les autres à la révolte, ils s’en aillent indemnes sous leur harnachement tricolore tandis que leurs victimes sont traînées au prétoire. Tel est le cas du député Toussaint. Arrêté dans un lot de tapageurs, il a trouvé un procureur de la République pour le mettre civilement hors de cause alors que les autres étaient poursuivis. Mais le procureur a été mis à la retraite, et M. Casimir-Perier a demandé à la Chambre l’autorisation de poursuivre M. Toussaint. Cette autorisation lui a été accordée à une majorité de 65 voix. Il n’avait vraiment pris aucune précaution pour rendre sa tâche plus facile, car le bruit avait couru dans les journaux et dans les couloirs que le gouvernement avait déposé pour la forme sa demande de poursuites, mais qu’il en abandonnait le résultat à la conscience de la Chambre. Jusqu’au dernier moment cette allégation n’avait été contredite ni officiellement ni officieusement. Pareil silence n’était pas sans danger : il a influé d’une manière fâcheuse sur la composition de la commission chargée d’examiner la demande de poursuites. Sur onze membres, huit étaient contraires aux poursuites et trois seulement les approuvaient. Les radicaux et les socialistes se sont empressés de profiter d’une aussi belle occasion de remporter une victoire qui paraissait aisée. Est-ce là ce qui a fait réfléchir M. Casimir-Perier, ou bien n’avait-il mieux caché sa pensée que pour la manifester au dernier moment avec plus de force ? La commission avait choisi pour rapporteur M. Millerand, que nous n’appellerons pas le chef du groupe socialiste de la Chambre, car ce serait le compromettre auprès de ses amis qui ne veulent aucun chef, mais qui est du moins leur orateur le plus alerte et le plus hardi. Il devenait évident que le rejet de la demande de poursuites serait un bruyant succès pour les socialistes. Quelle conclusion en aurait-on tirée, sinon que, de l’aveu de la Chambre et par une autorisation expresse de sa part, les députés qui ne se sentent aucun goût pour le travail du Palais-Bourbon sont libres d’aller opérer en province à l’encontre de la force publique intimidée et annihilée ? C’était un blâme rétrospectif de la mesure prise contre le procureur de la République qui n’avait pas poursuivi M. Toussaint arrêté en flagrant délit ; c’était une atteinte à l’autorité du gouvernement. Le seul espoir des socialistes est dans l’anarchie gouvernementale : cet espoir recevait un encouragement sur lequel ils n’avaient pas osé compter.

La veille même de la discussion, M. Casimir-Perier a fait savoir qu’on s’était trompé sur ses intentions, et que son ministère ne survivrait pas au rejet de la demande de poursuites. Sa résolution était trop conforme à son caractère pour étonner ceux qui le connaissent ; mais il y a eu dans le monde parlementaire une vive émotion. La majorité gouvernementale a présenté, dans les couloirs, le flottement d’une armée qui s’en va sans beaucoup d’ordre à une étape prochaine et qu’un coup de clairon appelle subitement à se retourner et à marcher en sens inverse. Ces changemens de front lorsqu’on est déjà en bataille, ou peu s’en faut, sont une épreuve toujours périlleuse. M. Casimir-Perier l’a tentée. Quelles armes a-t-il employées pour obtenir le succès ? Toujours les mêmes : un dédain absolu pour les petites combinaisons arrêtées d’avance dans la pénombre parlementaire, de la netteté, de la fermeté, de la loyauté, une manière directe et un peu brusque d’aborder et de traiter la question en cause, enfin un langage énergique et simple dont l’ascendant ne s’est pas affaibli et a toujours été grandissant sur la Chambre. Ce sont là des qualités rares. D’autres orateurs ont plus d’ampleur et de souplesse que M. Casimir-Perier ; mais il y a longtemps qu’on n’avait pas entendu une parole plus efficace que la sienne. Cela vient de ce que, derrière l’aisance et la précision de la diction, on sent une volonté, et on en avait si fort perdu l’habitude qu’on se laisse prendre à cette nouveauté. M. Casimir-Perier peut se tromper, cela arrive à tout le monde ; mais il sait où il va, et ce n’est pas sur un détail de conduite qu’il faut le juger, c’est sur l’orientation générale d’une politique dont les tendances ont une clarté parfaite. « C’est la guerre ! » se sont écriés tous les organes socialistes dès le lendemain de la séance du 8 mai. « Pour triompher, dit l’un d’eux, il faut oser : nous oserons ! » Ils auraient osé bien davantage, et avec un mérite moindre, s’ils l’avaient emporté au Palais-Bourbon. Le seul art de M. Casimir-Perier, en revendiquant très haut sa propre responsabilité, a été d’évoquer aussi celle de la Chambre devant l’opinion. — Voulez-vous, a-t-il dit en substance, déclarer innocens, mettre au-dessus du droit commun et encourager les députés qui se font des grèves et de l’agitation une carrière d’où vous supprimerez tout danger ? Le gouvernement ne le veut pas, et le pays ne le veut pas davantage. Vous jugerez entre le gouvernement et la commission, mais le pays jugera entre le gouvernement et vous.

Certes, si M. Casimir-Perier avait été renversé sur la question ainsi posée, il serait tombé sur un excellent terrain ; mais il reste debout, et son succès doit lui inspirer d’autant plus de confiance qu’il l’a obtenu de haute lutte et qu’il a mis vraiment la majorité à l’épreuve. S’il a voulu savoir jusqu’à quel point il pouvait compter sur elle, il le sait aujourd’hui. La majorité du 8 mai est la vraie majorité de gouvernement. Les élémens hostiles et douteux s’en sont dégagés ou se sont abstenus. Elle comprend une trentaine de membres de la droite, pris naturellement parmi les plus sensés ; mais, si même on en fait abstraction, la majorité républicaine subsiste. Au surplus, ces classifications sont toujours assez arbitraires. Les députés de la droite ont reçu le même mandat que ceux de la gauche ; ils ont la même existence parlementaire ; et il nous est de plus en plus difficile de comprendre, à mesure que nous les pratiquons davantage, pourquoi, au dépouillement du scrutin, on attacherait moins d’importance à M. Cochin ou à M. Balsan qu’à M. Thivrier ou à M. Chauvin.

Pendant que ces grands coups se donnaient sur le devant de la scène, la commission du budget entamait sa laborieuse besogne. Elle s’est trouvée aussitôt en présence de tous les projets dont on a tant parlé depuis quelques jours, et qui se rattachent à divers systèmes d’impôt sur le revenu. Elle a pensé que le mieux, de sa part, était d’en déblayer le terrain, avant d’aborder directement le budget de M. Burdeau. L’impôt général sur le revenu n’a trouvé aucune faveur devant elle. Le principe en a été repoussé ; mais, suivant l’ordre de discussion constant en pareille matière, on est passé de l’impôt sur le revenu à l’impôt sur les revenus, et on s’est demandé si quelques-uns de ceux-ci n’échappaient pas à toute taxe. Une sous-commission, présidée par M. Cavaignac, a été chargée de poursuivre ces recherches, elle s’en est acquittée plus rapidement qu’on ne l’avait espéré. Ce qui a sans doute facilité et accéléré son travail, c’est qu’elle avait ses idées à peu près arrêtées d’avance. Elle a distribué les revenus en un certain nombre de catégories, et elle a constaté tout de suite qu’ils étaient tous imposés, les uns directement et les autres indirectement. On peut remanier certaines de ces taxes ; on peut même en changer les noms, ce qui suffit à donner à quelques personnes une satisfaction innocente ; mais il est difficile de faire beaucoup plus. M. Poincaré a rendu compte à la commission des résultats auxquels la sous-commission était arrivée. Il ne s’est pas servi de termes aussi formels que les nôtres ; il a même dit que, d’accord avec le gouvernement, en dehors duquel on ne ferait rien d’utile, on pouvait ordonner l’étude immédiate de la péréquation de l’impôt foncier ; il a ajouté que le gouvernement consentait à rechercher en outre s’ilne serait pas possible d’étendre aux fonds publics étrangers la taxe de 4 pour 100 sur les valeurs mobilières : on obtiendrait ainsi, et au delà, les 14 millions que le projet de budget demande à l’impôt sur les domestiques. Mais la péréquation de l’impôt foncier est une œuvre de très longue haleine, et une loi fiscale sur les fonds publics étrangers soulève des objections et des difficultés qui ne laissent pas d’être graves.

C’est là pourtant, ou à peu près, tout ce que la sous-commission a trouvé. Elle n’a pas eu beaucoup de peine à dresser ses catégories : elle a pris tout simplement les cédules de l’income-tax anglais. Elle aurait pu tout aussi bien prendre l’énumération non moins complète des édits royaux qui, sous l’ancien régime, ont établi l’impôt du dixième, qui était déjà un impôt général sur le revenu, car il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Elle a reconnu que les revenus de la terre tombaient sous le coup de l’impôt foncier ; que les valeurs mobilières étaient frappées d’un impôt susceptible, peut-être, d’être étendu aux valeurs étrangères ; qu’imposer la rente serait un non-sens, parce que toutes les fois qu’il y a un créancier et un débiteur, si on impose le créancier, c’est le débiteur qui paie, et qu’ici c’est l’État lui-même qui est le débiteur ; que les revenus du commerce et des professions libérales étaient atteints par les patentes ; enfin qu’il ne restait à envisager que les pensions, les traitemens et les salaires. Ces revenus, il est vrai, n’ont pas jusqu’ici un impôt correspondant qui les vise d’une manière expresse ; mais est-il vrai qu’ils échappent au fisc ? Non, assurément, pas plus que la rente elle-même ne le fait d’une manière absolue. S’il y a des revenus et des impôts qui correspondent symétriquement les uns aux autres, il y a aussi des impôts qui n’ont pas une application aussi directe à des revenus déterminés. Qu’est-ce à dire, sinon qu’ils s’efforcent d’atteindre par une autre voie les revenus que l’on dit indemnes, et qui ne le sont pas ? Notre système d’impôts date de cent ans. Les hommes qui l’ont établi ont visé tous les revenus, sans en excepter aucim. C’est le but de l’impôt personnel mobilier et de l’impôt sur les portes et fenêtres. M. le ministre des Finances les supprime : soit ! Seulement il les remplace aussitôt par un autre, qui est de même nature et qui aura le même effet. Mais le jour où, par des procédés nouveaux, on aurait sûrement et équitablement atteint les uns après les autres tous les revenus, H ne faudrait pas se contenter de remplacer ces impôts, il faudrait les supprimer comme faisant double emploi.

Moins on touchera à notre régime fiscal, mieux on fera. Les impôts les moins lourdement sentis sont ceux que la routine nous a rendus familiers. La prudence conseille de ne porter sur eux qu’une main discrète et prudente. Ce serait une épreuve délicate de frapper d’un impôt spécial et surajouté les petits rentiers, les fonctionnaires, les employés attachés à de grandes entreprises privées, les artistes, les hommes de lettres, etc., en recherchant leurs traitemens, émolumens ou salaires. On atteindrait par là, dans ses habitudes et dans ses mœurs, toute la petite bourgeoisie française, c’est-à-dire la classe, — puisqu’on parle de classe, — qui fournit la clientèle naturelle de tous les gouvernemens, et qui a été, dès le premier jour, celle de le république, avec une fidélité et parfois une intrépidité qui ne se sont jamais démenties. Il faudrait le faire pourtant, malgré les inconvéniens politiques qui pourraient en résulter, si la justice sociale l’exigeait, et si l’équilibre des charges fiscales était rompu chez nous au profit des classes modestes auxquelles le travail et l’économie assurent de l’aisance, et au détriment des classes pauvres. Il le faudrait si des sources importantes de revenus échappaient vraiment à toute taxation. Heureusement il n’en est rien : plus on étudie nos impôts, leurs incidences et leurs répercussions, plus on s’en convainc. Qu’il y ait des réformes à faire, M. le ministre des Finances l’a prouvé lui-même par son projet de budget ; mais qu’il y en ait aussi à ne pas faire, cela n’est pas moins incontestable, et la commission du budget, aidée par sa sous-commission, n’a pas tardé à s’en rendre compte. La Chambre montrera-t-elle les mêmes dispositions ? Depuis la rentrée du Parlement italien, M. Crispi, dont on présentait la situation comme sourdement minée et ébranlée, a marché de succès en succès. Ces succès sont-ils plus apparens que réels ? Sont-ils de substance longtemps renouvelable et durable ? Nous ne nous chargerions pas de le garantir ; mais les débuts du ministère ont été brillans et les coalitions annoncées entre la droite et la gauche n’ont pas fait bonne figure au grand jour de Montecitorio. La droite, dès les premières escarmouches, s’est séparée de la gauche, et M. Cavallotti, suivi de quelques fidèles, a formé avec eux une minorité qui n’a guère dépassé une cinquantaine de voix. Le premier choc s’est produit au sujet du ministère de la marine ; le second, sur la question de savoir si on discuterait d’abord les projets financiers de M. Sonnino, c’est-à-dire les recettes, ou bien les budgets des divers ministères, c’est-à-dire les dépenses. Comme les recettes se composent en partie d’impôts nouveaux, on comprend l’intérêt que l’opposition avait à commencer par là. M. Crispi a eu l’habileté, en demandant la priorité pour les budgets ministériels, de mettre d’abord en avant ceux de la marine et de la guerre, et il a pu dès lors invoquer des argumens qui ont causé une vive impression. La corde patriotique vibre toujours dans les assemblées. De plus, l’opposition de droite dirigée par le marquis de Rudini, et le groupe piémontais dirigé par M. Giolitti, groupes volontiers gouvernementaux, ayant à leur tête d’anciens ministres qui aspirent à le redevenir, se sont arrêtés à la pensée de heurter le roi dans une de ses idées fixes, à savoir l’impossibilité de diminuer les dépenses militaires. Avant tout, il faut voter ces dépenses : on cherchera ensuite les moyens d’y faire face, et on pourra, avec un moindre danger, se disputer et se diviser sur le choix de ces moyens. M. Crispi qui, au début de la session, s’était laissé entraîner à prononcer des paroles imprudentes et presque provocantes, a montré tout d’un coup une douceur courtoise et alléchante. Il a dit bien haut qu’on pourrait faire des économies sur la marine… l’année prochaine, mais que, pour le moment, il n’y fallait pas songer. En l’absence d’études préalables, on risquerait de commettre les plus graves erreurs. Bref, par un heureux mélange de fermeté et d’adresse, il a eu gain de cause et a doublé le premier cap où ses adversaires l’attendaient, prêts ou se croyant prêts à soulever des tempêtes et à provoquer des naufrages.

En passant d’un budget ministériel à un autre, on est arrivé à celui des affaires étrangères, qui a donné heu aune discussion pleine d’intérêt et aussi d’imprévu. M. le baron Blanc, ministre des affaires étrangères, et M. Crispi lui-même ont pris successivement la parole et prononcé des discours d’un ton élevé, d’une forme irréprochable, mais dont le véritable caractère n’en reste pas moins assez difficile à déterminer. Une fois de plus le gouvernement a déclare qu’il ne changerait rien à sa politique extérieure. Pourquoi la modifierait-il ? La Triple Alliance n’a qu’un but, qui est la paix, et la paix est le vœu le plus cher de l’Europe. Mais M. Crispi ne s’est pas enfermé dans ce cadre banal. Il a déclaré aussi qu’il fallait être fort pour profiter des circonstances, et, jetant un coup d’œil en arrière, il a montré que, depuis une quarantaine d’années, l’Italie avait pitoyablement souffert de sa faiblesse à travers les événemens qui se sont déroulés en Europe. Cette allégation a surpris prodigieusement. Tout le monde croyait jusqu’à ce jour que, par une merveilleuse faveur de la fortune et grâce à la bienveillance inaltérable de certaines grandes puissances, loin de souffrir des événemens qui ont changé la face du monde, l’Italie avait profité de tous. Tantôt victorieuse avec ses alliés, tantôt vaincue, ses défaites ne lui ont pas été moins fructueuses que ses victoires. Toujours l’enfant gâté de l’Europe, elle a échappé aux épreuves que d’autres ont subies cruellement, et chacune des commotions qui ont ébranlé l’équilibre européen a fait tomber entre ses mains des territoires nouveaux : un jour la Lombardie, un autre la Vénétie, un autre encore Rome et les derniers débris des domaines de saint Pierre. Jamais grande nation ne s’était formée aussi vite, ni à si peu de frais, et, chose remarquable, sans exciter moins de|jalousies. En quelques années, l’Italie était formée, et elle n’avait autour d’elle que des voisins évangéliquement résignés comme l’Autriche ou, mieux encore, pleins de sympathies. Mais ce n’est pas ainsi qu’on raconte l’histoire à Montecitorio. On croirait, en écoutant M. Crispi, que l’Italie a eu à souffrir impitoyablement de toutes les crises européennes depuis un demi-siècle. Au lieu de montrer avec joie et confiance tout ce qu’elle y a gagné, M. Crispi énumère « avec une suprême douleur, » ce sont ses termes, tout ce qu’elle y a perdu. Elle a perdu, en 1859, les Alpes occidentales, c’est-à-dire Nice et la Savoie, parce que, n’ayant pas pu faire ses affaires toute seule, elle a dû récompenser la France de son utile collaboration. Elle a perdu, en 1866, les Alpes orientales, c’est-à-dire Trente et sans doute Trieste, parce que, ayant été battue à Custozza et à Lissa, elle n’a pas pu remplir tout le programme qu’elle avait assigné à son effort. Voilà bien des provinces que l’Italie a perdues sur terre ! Si on en croit M. le baron Blanc, elle n’a pas été beaucoup plus heureuse sur mer. Son génie est naturellement tourné du côté des entreprises maritimes, et la Méditerranée offre un vaste champ à son activité. Qu’est-il arrivé pourtant ? « Au cours des dernières quinze années, a dit M. le baron Blanc, les conditions des côtes dans le voisinage de l’Italie ont été modifiées, en fait, beaucoup plus qu’elles ne l’avaient été par les guerres et les traités antérieurs. » Ce langage, avec quelque hyperbole, fait allusion à la Tunisie. Au reste, M. le baron Blanc ne s’en cache pas. On avait, assure-t-il, proposé à l’Italie, la première, de prendre la Tunisie ; elle n’avait qu’à tendre la main et à tourner la clé à la serrure du Bardo ; mais elle na pas voulu avoir l’air de « profiter du deuil de la France ». Et voilà comment elle a perdu aussi la Tunisie. Il faut convenir que ces confidences publiques sont un peu singulières dans la discussion du budget des affaires étrangères, et que MM. Crispi et Blanc ont semblé, après s’être partagé les rôles, plaider plutôt le premier pour le budget de la guerre et le second pour le budget de la marine.

On assure que le discours de M. Crispi a produit une vive impression à Trieste, dans la colonie italienne. Peut-être n’a-t-il pas été aussi favorablement accueilli à Vienne. Grattez le ministre, et vous trouverez aussitôt l’irrédentiste. M. Crispi a affirmé que, si l’Italie sortait de la triple Alliance, elle ne tarderait pas à être menacée à l’orient : assertion surprenante, car il y a beau temps que l’Autriche a fait son deuil des provinces qu’elle a perdues, et toutes ses préoccupations aujourd’hui sont tournées dans un autre sens. Elle désire toutefois conserver intact ce qui lui reste encore du côté de l’Italie, ces « Alpes orientales » qu’elle détient et dont la perte cause à M. Crispi des regrets si cuisans qu’il ne peut s’empêcher d’épancher ses doléances à la tribune, au risque de laisser voir avec évidence que la France n’est pas le seul pays qui n’ait pas lieu d’être absolument satisfait de la distribution politique des territoires de l’Europe. Il est certain que l’aveu retentissant de ces regrets serait de nature à éveiller quelques susceptibilités à Vienne, si l’Italie ne faisait pas docilement partie de la Triple Alliance. Le jour où elle en sortirait, est-ce vraiment l’Autriche qui menacerait l’Italie ? Ne serait-ce pas plutôt l’Italie qui menacerait l’Autriche ?

Quoi qu’il en soit, les deux discours de M. Crispi et de M. le baron Blanc ont tranché sur la monotonie des discours officiels : et ont permis d’entrevoir des dessous qu’on prend d’ordinaire plus de souci de ne pas découvrir. Est-ce à dire qu’il faille s’en inquiéter ? Non, certes ! Les deux ministres ont prodigué les assurances pacifiques, et ils sont sincères. Tout le monde voulant la paix, ils la veulent avec tout le monde. Tout le monde multipliant les armemens pour la mieux assurer, ils les accumulent de leur côté. Pourquoi ? M. Crispi l’a fort bien expliqué. On fera son possible afin d’éviter la guerre ; mais, si elle éclate, on veut être prêt. À quoi ? Les regrets exprimés le laissent deviner. Les armemens coûtent cher, mais l’argent ainsi employé ressemble à celui qu’on met à un terne qui sortira un jour ou l’autre et, à Rome, on considère généralement l’argent mis à la loterie comme très bien placé. On peut d’ailleurs se rassurer au delà des Alpes orientales : le fait qu’elle est dans la Triple Alliance prouve avec la plus grande vraisemblance que ce n’est pas contre l’Autriche que l’Italie a placé son enjeu.


En Hollande, depuis l’échec électoral qu’il a éprouvé, la chute de M. Tak de Poortvliet était inévitable : il s’agissait seulement de savoir comment il serait remplacé. On connaît l’origine de la crise. Séduit peut-être par l’exemple de M. Beernaert et par les réformes démocratiques qui se poursuivaient en Belgique, M. Tak a voulu remanier la loi électorale de son pays, et étendre le droit de vote à un plus grand nombre d’électeurs. Cette tentative, d’ailleurs généreuse, ne lui a pas mieux réussi qu’à son collègue belge.

D’après la constitution de 1848, la qualité d’électeurs n’était accordée, en Hollande, qu’aux régnicoles âgés de plus de 23 ans et payant un cens de 20 à 160 florins. Dans la pratique, le cens était, suivant les provinces, de 40 florins ou 84 francs au maximum, et de 20 florins ou 42 francs au minimum. En 1887, la constitution a été revisée. D’après l’article 80, la deuxième Chambre devait être élue par les régnicoles majeurs qui possédaient les conditions d’aptitude et de bien-être social déterminées par la loi électorale. Ce sont les termes mêmes de l’article. Ils annonçaient une loi électorale qui restait à faire sur des indications, comme on le voit, assez vagues. Devaient être exclus du droit de vote ceux qui ne paieraient pas le chiffre de contributions directes qui serait ultérieurement fixé, et ceux qui, dans l’année précédente, auraient obtenu des secours d’une institution charitable quelconque. La loi électorale annoncée n’a commencé à être élaborée qu’en 1891, lorsque la gauche est arrivée au pouvoir avec M. Tak, ministre de l’intérieur. Pendant les années intermédiaires et jusqu’à maintenant on a vécu dans un état provisoire assez peu défini : en fait, le cens électoral a été abaissé de moitié. Un premier projet de loi, déposé par M. Tak, a fait naître un si grand nombre d’amendemens que le ministère lui en a bientôt substitué un autre. Les articles 3 et 4 mettaient au droit électoral les conditions suivantes : pourvoir à son entretien et à celui de sa famille, n’avoir pas changé de domicile depuis trois mois ou n’en avoir changé qu’une fois depuis un an, ne pas avoir depuis un an reçu de secours d’une commune ou d’une association de bienfaisance, avoir payé sa quote-part de contributions directes, enfin savoir lire et écrire et le prouver en écrivant et en signant sa demande d’inscription comme électeur.

Ce nouveau projet n’a pas tardé à faire surgir autant d’objections que le premier. Le grand défaut qu’on lui a aussitôt trouvé est que quiconque n’avait pas obtenu de secours et n’avait pas changé de domicile depuis trois mois, jouissait, par hypothèse, du bien-être social que l’article 80 de la constitution avait en vue. En conséquence, les régnicoles se trouvaient divisés en deux catégories : ceux qui étaient officiellement considérés comme secourus et ceux qui ne l’étaient pas, et de ce seul fait le projet de loi concluait que ces derniers étaient à même de subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille, présomption des plus contestables. D’autre part, le droit de suffrage risquait d’être étendu, par là, à un beaucoup plus grand nombre de personnes que les fractions moyennes de la Chambre ne l’avaient voulu. La lutte s’est tout de suite engagée sur ces limites du droit de suffrage, que les uns voulaient restreindre beaucoup plus que le ministère, et que les autres voulaient étendre à la presque universalité des régnicoles. L’extrême gauche repoussait tout ce qui ressemblait à un cens quelconque ; la gauche modérée demandait comme base un chiffre de loyer annuel de 130 francs ; une autre fraction des libéraux proposait le paiement d’une contribution directe minime, ne fût-ce que deux francs.

Il y avait, on le voit, dans les esprits une grande division. Pourtant, bien que la droite reprochât à M. Tak de pousser le prolétariat aux urnes contre l’esprit de l’article 80 de la constitution, une majorité semblait se dessiner en faveur du nouveau projet. Comme il arrive toujours en pareil cas, un député bien intentionné, M. Meyier, a proposé un amendement transactionnel, qui se rapprochait beaucoup du texte ministériel et qui semblait de nature à y rallier un grand nombre d’hésitans. On a cru généralement que M. Meyier était d’accord avec le gouvernement, lequel l’a longtemps laissé croire. Aussi y a-t-il eu beaucoup de surprise et même un sentiment plus vif lorsque, l’amendement une fois voté, M. Tak a déclaré qu’il ne l’acceptait pas et qu’il retirait tout son projet. Que M. Tak, ce jour-là, ait commis une faute, la suite l’a bien prouvé. La colère contre lui a été violente, même parmi ses amis. Son ministère a été ébranlé. Des divisions se sont produites avec un certain éclat entre ses collègues et lui, et M. Van Tienhoven, ministre des Affaires étrangères, homme considérable, qui avait été chargé à l’origine de former le cabinet, a accusé son dissentiment avec M. Tak en offrant sa démission. M. Tak avait son parti pris de tout : il voulait des élections nouvelles, dans l’espoir qu’elles lui donneraient une majorité à laquelle il ferait voter le projet de loi qu’il voudrait. Des élections générales étaient devenues, en effet, le seul moyen de se tirer d’affaire, et la Reine régente a consenti à signer le décret de dissolution que lui présentait M. Tak.

Celui-ci s’était mis en avant avec une telle ardeur que, soutenu par les uns, attaqué par les autres, on n’avait bientôt vu que lui dans la lutte électorale. C’était « pour ou contre Tak » qu’on votait : le mot d’ordre était donné dans ces termes par les divers partis, et M. Tak n’a rien fait pour éviter cet inconvénient. Il n’a adressé aucun manifeste aux électeurs, ne leur a donné aucune explication, et a paru accepter que la question de personne fût substituée à la question de principe. Mal lui en a pris, car la réponse des électeurs a été pour lui une défaite complète : 57 opposans ont été élus contre 43 ministériels. Dans l’opposition se trouvent 28 libéraux, ce qui prouve à quel point est disloqué le parti même sur lequel M. Tak croyait pouvoir s’appuyer. Ses alliés d’autrefois, les anti-révolutionnaires, sous la conduite de M. Kuyper, l’ancien pasteur, sont sortis également très amoindris de la bataille et non moins divisés que les libéraux : les deux élémens hétérogènes qui composent ce parti, les aristocrates et les démocrates, se tournent le dos aujourd’hui. La division est d’ailleurs partout ; l’individualisme s’accuse chaque jour davantage ; chacun va de son côté pour mieux montrer son indépendance, et il n’y a plus actuellement, en Hollande, im seul parti qui marche à rangs serrés derrière un chef reconnu et accepté. C’est la caractéristique de la situation. M. Tak, placé dans la nécessité de se défendre de tous les côtés à la fois, a eu recours, comme un homme qui se sent perdu, à tous les procédés que l’on croit être des habiletés électorales, et il en a été la première victime.

Il n’avait plus qu’à donner sa démission, et c’est ce qu’il a fait, laissant l’impression d’un homme plein de talent et de vigueur, mais fourvoyé dans une mauvaise cause. La Reine régente a chargé M. Roell de former un autre cabinet : il y a réussi. M. Roell n’a pas encore été ministre : toutefois, il n’est pas absolument un homme nouveau. Il a été autrefois membre de la première Chambre et membre de la commission chargée de préparer la révision de la constitution. Il était depuis quelque temps membre de la seconde Chambre, où il a été réélu aux élections dernières. De plus, il fait partie de la commission de tutelle de la jeune Reine. Comme opinion politique, M. Roell appartient au groupe des libéraux modérés, ce groupe si divisé qu’il s’agit aujourd’hui de réorganiser. Il s’est assuré le concours d’un ancien radical, M. Van Houten, devenu lui aussi un libéral modéré et qu’on dit être un homme de grand mérite. M. Roell a pris le ministère des Affaires étrangères, et M. Van Houten celui de l’Intérieur. Leur tâche sera difficile. Les deux grandes fractions de la nouvelle Chambre sont les hbéraux et les catholiques. Les premiers, bien qu’hostiles au projet de M. Tak, qu’ils regardaient comme inconstitutionnel, veulent pourtant une extension plus ou moins considérable du droit de vote ; les seconds n’en veulent aucune. Les libéraux sont les plus nombreux ; mais ils n’auront une majorité certaine qu’à la condition d’abord de rétablir entre eux l’union que les derniers événemens ont détruite, et ensuite de gagner l’appui de quelques membres des autres partis, dont la coalition pourrait les mettre en échec. C’est dans ces conditions seulement qu’une réforme a chance d’aboutir.

Francis Charmes.
Le Directeur-gérant,
F. Brunetière.

---