Ouvrir le menu principal
Brown & Gilmore, imprimeurs de la Province (p. 49-51).

XXV. Des Sacremens.

D. QU’eſt-ce qu’un Sacrement ?
R. C’eſt un ſigne ſenſible inſtitué par notre Seigneur Jeſus-Chriſt, pour nous ſantifier.
D. Pourquoi dit-on qu’un Sacrement eſt un ſigne ſenſible ?
R. C’eſt un ſigne, parce qu’il ſignifie la grace qu’il produit en nous ; et il eſt ſenſible, parce qu’il tombe ſous les ſens.
D. Expliquez cela par un exemple ;
R. Dans le Batême, ce qui tombe ſous nos ſens, c’eſt l’eau qui lave l’enfant, et cette eau ſignifie la grace qui lave ſon ame du péché originel.
D. Comment eſt-ce que les Sacremens nous ſantifient ?
R. Les uns, ſavoir, le Batême et la Pénitence, donnent la grace ſantifiante qu’on n’avoit pas auparavant ; les autres, comme la Confirmation, &c. augmentent celle qu’on avoit déjà reçuë.

D. Comment eſt-ce que les Sacremens donnent ou augmentent la Grace ?
R. C’eſt en nous appliquant les mérites de la mort de Jeſus-Chriſt.
D. Tous ceux qui reçoivent les Sacremens, reçoivent-ils la grace ?
R. Non, ceux qui n’ont pas les diſpoſitions néceſſaires, ne reçoivent pas la grace du Sacrement.
D. Eſt-ce un grand péché de recevoir les Sacremens ſans les diſpoſitions néceſſaires ?
R. Oüi, C’eſt un grand péché qu’on appelle ſacrilege.
D. Qu’entendez-vous par un Sacrilege ?
R. J’entends la profanation d’une choſe ſainte.
D. Peut-on recevoir chaque Sacrement pluſieurs fois ?
R. Oüi, excepté le Batême, la Confirmation et l’Ordre qu’on ne peut recevoir qu’une fois.
D. Pourquoi ne peut-on recevoir ceux-ci qu’une fois ?
R. C’eſt qu’ils impriment Caractere.
D. Qu’eſt-ce que Caractere ?
R. C’eſt une marque ſpirituellee imprimé dans l’ame, qui nous conſacre à Dieu d’une maniere particuliere, et qui ne peut être effacée.
D. L’aſperſion de l’Eau-benite eſt-elle un Sacrement ?
R. Non, c’eſt une ſimple cérémonie, par laquelle l’Egliſe nous enſeigne la pureté de conſcidence avec laquelle il faut prier.
D. Quel autre fruit tire-t’on de l’Eau-benite, ou du Pain benit ?
R. Ceux qui s’en ſervent avec dévotion, ont part aux prieres que l’Egliſe fait en les beniſſant.

Punition des Philistins pour avoir emporté l'Arche. 1 Liv. des Rois, chap. 51.
PRATIQUES. 1. Ne point ſouffrir qu’on plaiſante ſur les Sacremens, ou qu’on contrefaſſe d’une maniere indécente leurs cérémonies.
2. Etendre notre reſpect ſur les choſes que l’Egliſe benit, par rapport aux Sacremens, comme l’Eau benite, le Pain benit, les Vaſes et les Ornemens ſacrés.
3. Reſpecter les Prêtres et les Religieux, comme les Miniſtres des Sacremens, n’en point dire de mal, interpréter en bonne part leurs actions, les ſecourir dans leur pauvreté.