Bonheur manqué/XVII

Paul Ollendorff (p. 27-28).
◄  XVI
XVIII  ►



XVII


Juin,
Trouville.


Lorsqu’on est sûr qu’on la verra,
Le cœur accepte son martyre ;
Notre supplice nous attire,
Quand nous savons qu’elle viendra.

Nous mettons de la complaisance
À provoquer sa cruauté.
Ah ! ce n’est rien en vérité
Que de souffrir en sa présence.


Le seul chagrin, le vrai malheur,
C’est le départ de l’amoureuse.
Son voyage est la chose affreuse.
Connaissez-vous cette douleur ?

Nous maudissons notre impuissance,
Nous voudrions nous délier…
Et nous craignons de l’oublier,
Quand se prolonge son absence.