Biographie nationale de Belgique/Tome 1/AXONIUS, Joachim

◄  - Tome 1 Tome 2  ►



AXONIUS (Joachim), polygraphe, né à Grave (ancien Brabant), au xvie siècle. Après avoir achevé ses études de droit à l’Université de Louvain, Axonius, qui était surtout versé dans la connaissance du grec et du latin, devint précepteur de Philippe, comte de Lalaing, et parcourut avec lui toute l’Europe. Il résida assez longtemps en Grèce et partit de là pour visiter la terre-sainte. Ce dernier voyage lui inspira un écrit non dépourvu d’intérêt, intitulé : Oratio in sepulcrum Christi : c’est une traduction latine de Maximus Planudes ; elle parut à Dillingen, en 1559, in-4°. Il s’exerça aussi à la polémique religieuse et publia un ouvrage intitulé : De libero arbitrio. D’autres écrits, dont le baron de Reiffenberg a donné l’énumération dans Michaud, Biographie universelle, t. LVI, prouvent l’universalité de ses connaissances, en même temps que l’abondance de sa verve poétique.

Il devint membre du conseil provincial de Frise, mais sa qualité de catholique, très-attaché à la domination espagnole, lui fit bientôt abandonner ces fonctions. Il passa ensuite au service des archiducs et entra dans le conseil de l’amirauté des Pays-Bas. Il finit sa vie à Anvers en 1605.

Sa principale œuvre, comme poëte, est son panégyrique en l’honneur d’Antoine de Bourgogne, grand amiral de Flandre, décédé en 1578. La prolixité et les allusions mythologiques, de mode à cette époque, forment les côtés caractéristiques de sa versification.

Bon de Saint-Genois.

Hoffman-Peerlkamp, p. 207. — Kobus et Rivecourt, Biographisch Handwoordenboek, p. 69.