Bible Ostervald 1867/Habacuc


Chapitres   1.   2.   3.   Livres


Habacuc
________




Plaintes et menaces contre la Judée. Prière d’Habacuc.


1 Prophétie révélée au prophète Habacuc.

2 Éternel ! jusqu’à quand crierai-je, sans que tu écoutes ? Jusqu’à quand crierai-je vers toi, à cause de la violence, sans que tu délivres ?

3 Pourquoi me fais-tu voir l’iniquité et la perversité ? Pourquoi me fais-tu voir la désolation et la violence devant moi, et des gens qui élèvent des débats et des querelles ?

4 C’est pourquoi la loi est affaiblie, et le droit n’est jamais soutenu ; car le méchant environne le juste ; à cause de cela on prononce un jugement pervers.

5 Regardez parmi les nations, et voyez, et soyez extrêmement étonnés ; car je vais faire une œuvre de votre temps, que vous ne croirez point quand on vous la récitera.

6 Car voici, je vais susciter les Caldéens, qui sont une nation cruelle et impétueuse qui marche tout au travers du pays, pour posséder des tentes qui ne lui appartiennent pas.

7 Elle est affreuse et terrible ; son gouvernement et son autorité viendra d’elle-même.

8 Ses chevaux sont plus légers que les léopards, et ils ont la vue plus aiguë que les loups du soir ; et sa cavalerie se répandra de toutes parts, et ses cavaliers viendront de loin ; ils voleront comme un aigle qui se hâte pour se repaître.

9 Elle viendra tout entière pour ravir ; ce qu’ils engloutiront de leurs regards sera porté vers l’Orient, et elle amassera les prisonniers comme du sable.

10 Elle se moque des rois, et elle se rit des princes ; elle se rit de toutes les forteresses ; elle fera des terrasses, et elle les prendra.

11 Alors elle renforcera son courage, elle passera outre, et elle se rendra coupable, en disant, que cette puissance qu’elle a vient de son dieu.

12 N’es-tu pas de toute éternité ? ô Éternel, mon Dieu, mon Saint ! Nous ne mourrons point, ô Éternel ! Tu l’as mis pour exercer tes jugements, et toi, ô mon rocher ! tu l’as établi pour châtier.

13 Tu as les yeux trop purs pour voir le mal ; et tu ne saurais prendre plaisir à voir la violence. Pourquoi verrais-tu les perfides, et te tairais-tu quand le méchant dévore celui qui est plus juste que lui ?

14 Aurais-tu fait les hommes comme les poissons de la mer, et comme le reptile qui n’a point de dominateur ?

15 Il a tout enlevé avec son hameçon ; il l’a amassé dans son filet et l’a assemblé dans ses rets ; c’est pourquoi il se réjouira et triomphera.

16 Il sacrifiera à son filet, et encensera à ses rets, parce que sa portion sera devenue grasse par leur moyen, et que sa viande sera succulente.

17 Videra-t-il pour cela son filet, et ne cessera-t-il jamais de détruire les nations ?



Le juste vivra par le foi. Prophétie contre les Caldéens.


1 Je me tenais en sentinelle, je me tenais debout dans la forteresse, et je regardais pour voir ce qui me serait dit, et ce que je répondrais à celui qui me reprend.

2 Et l’Eternel me répondit et me dit : Ecris la vision, et marque-la lisiblement sur des tablettes, afin qu’on la lise couramment.

3 Car la vision est encore différée jusqu’à un temps déterminé ; elle se manifestera à la fin, et elle ne trompera point. S’il diffère, attends-le, car il viendra assurément, et il ne tardera pas.

4 Voici, l’âme de celui qui s’élève n’est point droite en lui ; mais le juste vivra de sa foi.

5 Et comme l’homme adonné au vin est prévaricateur, l’orgueilleux ne demeurera pas dans son état, parce qu’il élargit son âme comme le sépulcre, qu’il est insatiable comme la mort, qu’il rassemble vers lui toutes les nations, et qu’il s’assujettit tous les peuples.

6 Tous ceux-là ne feront-ils pas un proverbe de lui, et des railleries ingénieuses ? Et ne dira-t-on pas : Malheur à celui qui assemble ce qui ne lui appartient pas ! Jusqu’à quand amassera-t-il contre lui-même des monceaux de boue épaisse ?

7 N’y en aura-t-il pas qui s’élèveront tout d’un coup pour te mordre ; et ne s’en réveillera-t-il point qui te fassent courir çà et là, et dont tu deviennes la proie ?

8 Parce que tu as dépouillé plusieurs nations, tout le reste des peuples te dépouillera, à cause des meurtres des hommes, et de la violence que tu auras faite au pays, à la ville et à tous ses habitants.

9 Malheur à celui qui est convoiteux pour sa maison d’un mauvais gain, afin de mettre son nid dans un lieu élevé, pour être délivré de la main du méchant !

10 Tu as formé un dessein qui confondra ta maison ; qui est de consumer beaucoup de peuples, en péchant contre ton âme.

11 Car la pierre de la muraille criera, et la charpente lui répondra d’entre le bois.

12 Malheur à celui qui bâtit la ville avec le sang des hommes, et qui la fonde sur l’iniquité.

13 Voici, ceci ne vient-il pas de l’Eternel des armées, que les peuples travaillent pour assouvir le feu, et que les nations se lassent pour le néant ?

14 Mais la terre sera remplie de la connaissance de la gloire de l’Eternel, comme les eaux comblent la mer.

15 Malheur à celui qui fait boire son compagnon, lui approchant la bouteille et l’enivrant, afin qu’on voie leur nudité.

16 Tu auras encore plus de déshonneur, que tu n’as eu d’honneur ; bois aussi toi, et découvre-toi ; la coupe de la droite de l’Eternel fera le tour chez toi, et un vomissement infâme sera répandu sur ta gloire.

17 Car la violence que tu as exercée au Liban te couvrira, et le dégât fait par les grosses bêtes les rendra éperdus, à cause des meurtres des hommes, et de la violence faite au pays, à la ville et à tous ses habitants.

18 De quoi sert l’image taillée, que son ouvrier l’ait taillée, ou l’idole de fonte ? C’est un docteur de mensonge, quoique l’ouvrier qui fait des idoles muettes se confie en son ouvrage.

19 Malheur à ceux qui disent au bois : Réveille-toi ; et à la pierre morte : Réveille-toi. Enseignera-t-elle quelque chose ? Voici, elle est couverte d’or et d’argent ; toutefois, il n’y a aucun esprit dedans :

20 mais l’Eternel est dans le temple de sa sainteté. Toute la terre, tais-toi, et redoute sa présence.



Prière d'Habacuc. Majesté de Dieu et ses merveilles en faveur de son peuple.


1 Prière d’Habacuc le prophète sur Sigionoth.

2 Éternel ! j’ai entendu ce que tu m’as fait entendre, et j’ai été saisi de crainte. Ô Éternel ! entretiens ton ouvrage parmi le cours des années ; fais-le connaître parmi le cours des années ; souviens-toi, lorsque tu es en colère, d’avoir compassion.

3 Dieu vint de Théman, et le Saint vint du mont de Paran. (Sélah.) Sa Majesté couvrait les cieux, et la terre fut remplie de sa louange.

4 Sa splendeur était comme la lumière même, et les rayons sortaient de ses mains ; c’est là que sa force était cachée.

5 La mortalité marchait devant lui, et les charbons sortaient à ses pieds.

6 Il s’arrêta et il mesura le pays ; il regarda et fit tressaillir les nations ; les montagnes anciennes furent brisées, et les coteaux des siècles s’abaissèrent. Les chemins de l’univers sont à lui.

7 Je vis les tentes de Cusçan accablées de tourment ; les pavillons du pays de Madian furent ébranlés.

8 L’Éternel était-il courroucé contre les fleuves ? Ta colère était-elle contre les fleuves ? Ta fureur était-elle contre la mer, lorsque tu montas sur tes chevaux et sur tes chariots pour la délivrance de ton peuple ?

9 Ton arc fut entièrement épuisé de ses flèches, selon le serment que tu avais fait aux tribus d’Israël, et selon ta parole. (Sélah.) Tu fendis la terre en fleuves.

10 Les montagnes te virent, et en furent en travail ; l’impétuosité des eaux passa, l’abîme fit retentir sa voix, et il éleva ses mains en haut.

11 Le soleil et la lune s’arrêtèrent dans leur demeure ; ils marchèrent à la lueur de tes flèches, et à la splendeur de l’éclair de ta hallebarde.

12 Tu marchas sur la terre avec indignation ; et tu foulas les nations avec colère.

13 Tu sortis pour la délivrance de ton peuple, pour la délivrance avec ton oint ; tu transperças le chef, afin qu’il n’y en eût plus dans la maison du méchant, en découvrant le fondement jusqu’au cou. (Sélah.)

14 Tu perças avec ses bâtons le chef des habitants de ses bourgs, quand ils venaient comme une tempête pour me détruire ; ils se réjouissaient comme pour dévorer l’affligé en secret.

15 Tu marchas avec tes chevaux par la mer, par la fange des grandes eaux.

16 J’ai entendu, et mon ventre en a été ému ; mes lèvres ont tremblé à ta voix. La pourriture est entrée dans mes os, et j’ai tremblé en moi-même ; je serai en repos au jour de la détresse, auquel, en montant en faveur de son peuple, il le mettra en pièces.

17 Car le figuier ne poussera point, et il n’y aura point de fruit dans les vignes, ce que l’olivier produit manquera, et pas un champ ne produira rien à manger, les brebis seront retranchées du parc, et il n’y aura point de bœufs dans les étables.

18 Mais moi, je me réjouirai en l’Éternel, et je tressaillirai de joie au Dieu de ma délivrance.

19 L’Éternel, le Seigneur est ma force ; il rendra mes pieds semblables à ceux des biches, et me fera marcher sur mes lieux élevés.

(Au maître chantre, sur Néguinoth.)


◄   sommaire   ►