Ouvrir le menu principal
Anthologie des poètes français du XIXème siècleAlphonse Lemerre, éditeur**** 1852 à 1866 (p. 104-107).




ARTHUR RIMBAUD


1856




Arthur Rimbaud avait quinze ans environ lorsque, présenté à Victor Hugo, il fut accueilli par lui avec ces mots : Shakespeare enfant. » Novateur et entreprenant, Rimbaud, qui, à cet âge-là, avait lu toutes les littératures, quitta les routes frayées, cherchant des rythmes inconnus, des images irréalisées, des sensations non éprouvées. Il s’y est perdu, de même qu’un aventureux et capricieux voyageur. Après avoir parcouru successivement la Belgique, l’Angleterre, l’Allemagne et l’Italie, il quitta l’Europe pour d’autres continents et disparut sans laisser de traces ni jamais donner signe de vie.

Arthur Rimbaud, qui, avec Paul Verlaine, Stéphane Maillarmé et Tristan Corbière, a été dans sa dernière manière largement imité par les décadents, ne publia qu’un seul recueil, une plaquette intitulée : Une Saison en Enfer (Bruxelles, 1873), sorte de prodigieuse autobiographie poétique, au dire de Paul Verlaine. Son œuvre est cependant assez considérable pour le peu d’années qu’elle embrasse ; elle comprend de nombreux vers parus dans des Revues et dans l’étude des « Poètes maudits, » puis les Illuminations, mélange de vers et de prose, ébauches écrites au courant d’une plume fiévreuse. Il existe, en outre, de lui, un manuscrit de poèmes inédits, duquel nous extrayons deux sonnets.

A. L.




LES EFFARÉS





Noirs dans la neige et dans la brume,
Au grand soupirail qui s’allume
          Leurs culs en rond,

À genoux, cinq petits — misère ! —
Regardent le boulanger faire
          Le lourd pain blond…

Ils voient le fort bras blanc qui tourne
La pâte grise et qui l’enfourne
          Dans un trou clair.

Ils écoutent le bon pain cuire.
Le boulanger au gras sourire
          Chante un vieil air.

Ils sont blottis, pas un ne bouge,
Au souffle du soupirail rouge,
          Chaud comme un sein,

Et quand pour quelque médianoche,
Façonné comme une brioche,
          On sort le pain ;

Quand sous les poutres enfumées
Chantent les croûtes parfumées
          Et les grillons ;

Quand ce trou chaud souffle la vie,
Ils ont leur âme si ravie
          Sous leurs haillons,


Ils se ressentent si bien vivre,
Les pauvres petits pleins de givre !
          Qu’ils sont là, tous,

Collant leurs petits museaux roses
Au grillage, chantant des choses
          Entre les trous,

Mais bien bas, comme une prière,
Repliés vers cette lumière
          Du ciel rouvert,

— Si fort qu’ils crèvent leur culotte
Et que leur lange blanc tremblote
          Au vent d’hiver… —


____________



LE BUFFET





C’est un large buffet sculpté ; le chêne sombre,
Très vieux, a pris cet air si bon des vieilles gens ;
Le buffet est ouvert, et verse dans son ombre,
Comme un flot de vin vieux, des parfums engageants.

Tout plein, c’est un fouillis de vieilles vieilleries,
De linges odorants et jaunes, de chiffons
De femmes ou d’enfants, de dentelles flétries
De fichus de grand-mère où sont peints des griffons.

— C’est là qu’on trouverait les médaillons, les mèches
De cheveux blancs ou blonds, les portraits, les fleurs sèches
Dont le parfum se mêle à des parfums de fruits.


Ô buffet du vieux temps, tu sais bien des histoires,
Et tu voudrais conter tes contes et tu bruis
Quand s’ouvrent lentement tes grandes portes noires !


____________



LE DORMEUR DU VAL





C’est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent, où le soleil de la montagne fière
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut ;

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature ! berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine.
Il dort dans le soleil, la main sur la poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.





____________