Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne/Poeme

Anonyme
Texte établi par Joseph Couraye du ParcFirmin Didot (p. 1-177).


LA MORT
AYMERI DE NARBONNE


Seignor, oez qui chançon demandez,
Soiez en pès et si m’oez conter
D’une aventure onques ne fu sa per,
Coment les jestes vindrent a decliner,
5Les ancienes dont l’en soloit parler :
C’est d’Aymeri de Nerbone lo ber
Et de son fil lo chetif Aïmer
Et de Guillaume lo marchis au cort nés,
De Charlemaine lo fort roi coroné
10Qui a ses filz dona ses heritez,
A Looys et a Lohier l’ainzné :
Lohiers en est en Alemaigne alez
Et Looys est en France remés ;
Cil troveor les ont lessiez ester.
15Hui mès orrez du lignaje parler :
La jentil jeste doit on renoveler.

Ce fu en mai que l’en dist en esté ;
Fuellissent bois et raverdissent pré
Et totes eves revienent en canel,
20Danz Aymeris de Nerbone li bers
Seult adès fère les quintaines lever,
Mès or se muert en sa bone cité.
A Pentecoste, a une feste anuel,
Granz fu li cors a Loon la cité ;
25Asez i ot et demaines et pers.
Un diemenche au soir, après soper,
S’est l’emperere en son estant levez :
Si apela sa jent et son barné :
« Seignor, » fet il, « un petit m’entendez.
30« Ici vos ai par devant moi mandez.
« Venu i estes, si vos en sai bon gré.
« A ceste feste me soliez enorer ;
« Corone d’or i soloie porter,
« Et hui encores m’est il renovelé :
35« Vos me soliez tenir en grant chierté,
« Mès or sui vilz et entre piez botez,
« Or me lessiez gerroier et foler :
« Hues Chapez m’a malement grevé,
« Arse a ma terre et mon païs gasté,
40« Et mes chastiax peçoiez et robez ;
« De ci as portes de Paris est alez ;
« Prise a la proie par devant la cité.
« Grant honte fètes se vos l’i consentez ;
« Homes parjures vos en puis apeler.
45« Mès une chose ai je or en pensé
« Que je ferai, qui ne puet demorer. »
Prent la corone qui molt fist a loer

Ou li clou d’or reluisoient molt cler
Que li palès en est enluminez :
50« Seignor, » fet il, « la corone prenez ;
« Cui vos plera en fètes coroner :
« Recluz serai a un de ces autés. »
.XV. contor ont de pitié ploré,
.IIII. roi saillent qui l’ont recoroné :
55« Danz rois, » font il, « ne soiez si irez ;
« Hues est mors, s’il puet estre trovez ;
« Il en perdra la teste. »

II[2]

« Seignor baron, » dist li rois Looys,
« Hues Chapez m’a malement bailli,
60« Arse a ma terre et gasté mon païs,
« .XV. chastiax peçoiez et maumis,
« Prise a la proie as portes de Paris.
« Uns miens baron me seult venir servir :
« C’est de Nerbone li frans quens Aymeris ;
65« Il est mes hom et souvent a voir dit,
« Et Charlemaines, mes pere, lo nori
« Et li dona Nerbonois a tenir ;
« Tote a la terre quite et lo païs,
« Lo suen conseil vodroie je oïr ;
70« Manderai lo annuit ou lo matin,
« Si m’aidera ma guerre a maintenir
« Contre Huon qui si m’a envaï. »
Gautier apele de Termes, si li dist :
« Sire fillex, » dist li rois Looys,
75« Vos en irez lo mesaje fornir
« En Nerbonois au preu conte Aymeri ;
« Si li direz viegne, soie merci,

« A beles armes et a destriers de pris
« En sa conpaigne de chevaliers .x. mil.
80— Volentiers, sire, » Gautiers li respondi,
« J’irai sans plus atendre. »

III[3]

Li preus Gautiers en vint a son ostel,
Ses armes rueve, l’en li va aporter.
Il vest l’auberc qui fu au roi Lambé,
85L’elme laça ou l’escarbocle pert
Si que par nuit rendoit tele clerté
.M. chevalier en voient asez cler ;
Il çaint l’espée a l’aufaje Barbé ;
L’escu li ont si chanberlanc livré,
90Tarje roonde que l’en soloit porter ;
La lance roide et l’espié noielé,
A .v. clox d’or lo confanon fermé.
Bauçant li ont en la place amené ;
A grant merveille estoit bien atornez,
95Bele ert la sele que el dos ot fermé,
Li arçon sont a cristal noielé
Et les .ii. auves d’ivoire d’otre mer,
La coverture de brun paile roé ;
Mieudre destrier ne covint demander
100Por corre tost ne por soef aler.
Gautiers monta, a estrier n’en sot gré ;
.X. chevalier se corent adober
Qui avuec lui en voloient aler.
Gautiers cria : « Seignor, ne vos movez ;
105« Par cele foi que je doi Deu porter,

« Ja nuls de vos ne convient remuer ;
« J’irai tot sol lo mesaje conter
« Au seignor de Nerbone. »

IV[4]

Gautiers en vet, congié a pris au roi,
110Ses garnemenz a trossez entor soi,
Bauçanz li anble docement sanz desroi,
Passe les terres, les bois et les marois,
Les eves rades qui corent par destrois.
Tant chevaucha et au main et au soir,
115Nerbone vit ou Aymeris estoit
Que tuit si home plorent.

Quant li mesajes entra en la cité,
De totes parz oï la jent plorer
Et Aymeri lor seignor regreter :
120« Filz de baron, jentils quens naturels,
« Tant nos avez tenuz en grant chierté :
« Or vos morez, ce est dels et pitez.
« Hui est li jors que barnaje est remez
« Ne il n’est hom qui l’en puist destorner.
125« Qui tels est or chevaliers adobez
« Jusqu’a un an sera boviers clamez ;
« A la charue le covendra aler,
« Son destrier vendre et avoine achater. »
A ces paroles en chiéent .x. pasmé
130Por Aymeri lo conte.

VI[6]

Gautiers de Termes descendi au perron,
Au sicamor, lez lo dois del lion ;
A un branche pent son escu roont ;
Les autres armes a mises environ,
135Et aresna Bauçant lo coreor.
Si est venuz en la sale maior
Ou se seoit Aymeris li contor
Dedenz un lit, d’arjent sont li crepon
Et de roje or sont li pomel d’entor,
140Et furent tuit d’ivoire li limon,
Totes les cordes de vermeil soie sont :
Coutes i ot ne sai o .iv. o .ii.
Et traversiers et linciex et velox,
Et orilliers et martrin covertor
145Point a oisiax, a bestes et a flors.
Iluec se gist Aymeris li meillor
Qui onques fu jusque en Inde maior.
Cil chevalier lo plorent tot entor ;
Dame Hermenjarz se pasme de dolor ;
150Sovant regrete Aymeri son seignor :
« Hé ! riche conte vaillant de grant onor,
« Quant vos morez c’est domaje et dolor !
« Haï barnaje ! com fallez hui cest jor,
« Chevalerie pert los et bruit et flor.
155« Que ferai, dolerose ? »

VII[7]

Gautiers de Termes est el palès entrez,
Qui fu neveu dant Aymeri lo ber ;
Bel ot lo cors, eschevi et molé,
Gros par espaules, grele par lo baudré,
160Longues les jambes, et les piez bien tornez,
Et vairs les euz, comme faucon mué.
N’ot pas mantel, ançois fu defublez,
Chauces de paile, n’i ot giens de soler,
Camoisiez fu de ses armes porter :
165En nule terre n’ot plus bel bacheler.
Dame Hermenjarz lo reconut assez ;
Si l’acena, que nel pot apeler,
Tant ot lo piz et lo cuer enserré
De son seignor replaindre et doloser.
170Il vint au lit ou quens Aymeris ert ;
Si s’ajenoille por lo conte esgarder,
Les euz li voit en la teste torner,
Et la color treschangier et muer :
Tote la char li revertist en blef.
175La destre main li manoia soef,
N’i senti voine batre ne remuer ;
Dont quide bien qu’il soit de vie alez.
Tel duel l’en prist de son ami charnel
Li cuers li ment, que ne pot endurer,
180Desor lo marbre estoit cheüz pasmez.

Quant se redrece si est haut escrïez
Et se clama chetif maleüré :
« Hui muert li mieudre de la crestienté ! »
Dame Hermenjarz li prist a demander :
185« Sire Gautiers, » dist ele, « dont venez ?
« Ou est li rois ? gardez ne lo celez.
— Par mon chief, dame, a Loon la cité ;
« A ceste feste l’avomes coroné ;
« Mès il mandoit dant Aymeri lo ber
190« Qu’en doce France li alast aïder
« A tot .x. mil de chevaliers armez,
« A hanstes roides, a confanons fermez.
« Hues Chapez l’a malement mené :
« Arse a sa terre et son païs gasté,
195«  .XV. chastiax peçoiez et robez,
« De ci as portes de Paris est alez ;
« Prise a la proie par devant la cité
« Et mon palès de Termes deserté,
« Ars et brisié et tot l’avoir porté,
200« Et mes .ii. filz en sa prison jetez.
— Sire Gautiers, po vos estes hastez :
« N’ira ja mès danz Aymeris li ber,
« Car il se muert, près est del devïer ;
« Il ne parla .iv. jors a passé. »
205Gautiers l’oï, si comence a plorer ;
Dame Hermenjarz lo prist a regreter :

« Aymeri sire, dels est que vos morez !
« Bien deüssiez encor a nos parler
« Et une fois de vos euz regarder
210« Et lo barnaje de ceenz conforter :
« A toz jors mès nos en fust plus soef.
« Mort car me pren, ne m’i lesse durer.
« Dès que je pert lo conte naturel,
« Si decline barnaje ! »

VIII[8]

215Gautiers se pasme ; dame Hermenjarz s’escrie,
Ront ses chevex et sa robe descire,
Si se clama dolerose, chetive :
« Aymeri sire, franc chevalier nobile,
« Vos vos morez, dont c’est dolor et ire ;
220« Hui est li jors que barnaje decline :
« Si pert son los flor de chevalerie,
« Ja mès par conte n’estra si essaucie ! »
Desus Gautier chiet pasmée sovine.
.C. chevalier par lo palès saillirent
225Qui a lor bras la lievent et sotindrent.
Li dels del conte et de la dame riche
I fist plorer maint fil de palazine
En la sale a Nerbone.

IX[9]

Granz fu li dels en la bone cité
230Tot por lo conte dant Aymeri lo ber.
Hermenjart tienent, ne la porent tenser
De son seignor et plaindre et regreter.
Gautiers de Termes la prist a conforter :
« Dame, » dist il, « molt grant tort en avez ;
235« Encor garra li contes naturels,
« Car de grant mal revient on en santé. »
Ele respont : « Pour neant en parlez.
« Li quens se muert, jel sai de verité :
« Car nos laira dolenz et esgarez.
240« Biau fil Guibert, que vos ce ne savez,
« Qui estïez sor Sarrazins alez
« Au port d’Ossau sor Judas l’amiré !
« Ne verrez mès dant Aymeri lo ber,
« Ne ne porrez a sa boche parler
245« Qui vos soloit les bons conselz doner. »
En la sale ot un sarrazin Escler :
Espiez fu Corsuble l’amiré ;
Dedenz Nerbone ot un mois conversé
Por lo païs veoir et esgarder.
250Quant vit lo conte de la mort apressé,
Et Guibelins ert en Espaigne alez

Et que li rois est en France mellez,
Honir le vuelent li baron del regné,
Il ne vost plus targier ne demorer :
255Tot belement issi de la cité.
Hé ! Dex, quel duel li barnajes nel set !
Si le feïssent ocire et desmenbrer.
Cil le confonde qui en croiz fu penez !
Il le dira Corsuble l’amiré
260Qui lor metra lo sieje en la cité
Dont li païs sera ars et gastez
Et li mur fret et li pan esfondré
Et la tor peçoiée.

Quens Aymeris estoit chargiez de mal.
265Si plot a Deu que il li alaschast ;
D’entor lo cuer la dolor li tresva,
Ovri les euz li quens, si esgarda
Et vit plorer mil chevaliers loials ;
Devant lui fu as piez dame Hermenjarz,
270Toz ses chevex ronpi et descira
Et Aymeri son seignor regreta :
« Haï ! baron, jentils quens naturals,
« Quant vos morez c’est domajes et mal ;
« Se nostre Sire lo feïst parigal

275« Que li miens cors quant et vos deviast,
« Dedenz mon cuer tele joie n’entra.
« Mort car me pren, je lo vodroie ja
« Que la moie ame o la soie en alast
« En Paradis tot droit a une part !
280« Seignor, » dist ele, « ne vos merveilliez pas
« Se j’ai grant duel del conte natural :
« Ja mès contesse tel chevalier n’avra.
« Lasse, or remanrai veve ! »

Quant Aymeris ot sa feme parler
285Et entor lui ses chevaliers plorer,
Ovri les euz, ses a reconfortez :
« Seignor, » dist il, « merci por amor Dé ;
« Je ai tel mal ne me puis remuer. »
Dame Hermenjarz ot son seignor parler,
290Ne fust si liée por .xiiii. citez,
Qui li donast tot l’or de Barlesguez :
Les mains li bese et la boche et lo nés
Et lo viaire et les euz qu’ot troblez :
« Sire, por Deu, » dist ele, « respasez,
295« Et si ne morez mie.

XII[12]

— Seignor baron, » dist Aymeris li frans,
Li riches quens, li hardiz, li vaillanz,
« Je ai tel mal onques mès n’oi si grant
« Ne ne me puis remuer tant ne quant. »
300Gautiers de Termes, et li preuz Guinemenz
Et Hermenjarz la contesse avenant
Aymeri liévent en son lit en seant
Et li apoient les costez et les flans
De moles coutes volsés de pailes blans
305Et si l’afublent d’un mantel avenant,
A listes d’or furent conjoint li pan ;
.XIIII. pierres ot el tassel devant
Qui plus reluisent que chandoile ardant.
« Seignor baron, » dist Aymeris li frans,
310« Tel poor ai que toz li cuers me ment :
« Un avison me vint ore devant :
« De vers Espaigne venoit un feu ardant
« Qui mon païs aloit tot esprenant ;
« Devant aloit .i. noirs oisels volanz,
315« Granz come bues estoit en son estant,

« Tot li plus cointe si ravissoit avant,
« Et s’asseoit en son la tor plus grant
« De totes parz en abatoit les pans.
« Je vi chooir lo clochier Saint Vincent,
320« Et alumer ceste sale vaillant,
« Et de ces murs fondoient li auvant.
« .I. rais de feu me venoit avolant,
« Par mi lo cors me feroit en lançant,
« Si m’ardoit tot et la char et lo sanc ;
325« Et de ma boche issoit .i. oisels blans
« Come aloe ert et fez en tel senblant ;
« Encontremont s’en aloit ravissant ;
« Un grant estoire trovoit de colons blans,
« En vers lo ciel l’enmenoient volant.
330« Une voiz doce aloit l’oisels chantant ;
« Ne sai qu’estoit, mès que poor ai grant,
« A Damedeu lo pére me commant :
« Tote la char me trenble. »

XIII[13]

Dist Aymeris : « Oez, seignor baron ;
335« Une autre chose me vint en avison ;
« En riviere ère alez o un faucon,
« S’avoie pris une ane et un mallon,

« Je m’en venoie toz liez et toz joios :
« D’une montaigne sailloient .xiiii. ors
340« Laiz et despers et iriez et hidos,
« Si ocioient mon destrier misodor,
« Devant mes euz lo depeçoient tot
« Et me sailloient vers lo vis contremont,
« Voloient moi mangier tot a bandon.
345« Par un desert vint corant uns lions :
« Feu li voloit par la gole a bandon :
« Si le sivoient .xxx. .m. broon.
« De cele chose avoie je poor,
« Mès il me fist un molt riche secors,
350« Car devant moi abati un des ors
« Et dechaça par terres et par monz,
« Dont oi poor et joie. »

XIV[14]

« Quant li lions ot les ors enchaciez,
« De cele chose me fis je forment lié ;
355« Mès droit a moi revint toz eslessiez,
« Gole baée si com il fust iriez.
« Grant poor oi ne me vosist mangier ;
« Cant après lui ainsi com erragiez
« Vint une muete de levriers eslessiez ;
360« Sivant l’aloit l’estoire des levriers.
« Une merveille lo vi senefier :

« Très devant moi a la terre cochier,
« Si me besoit et les mains et les piez,
« Tot entor li glatissoient li chien
365« Et demenoient joie. »

« Oez, seignor, » dist Aymeris li frans ;
« Une autre chose me revint en senblant :
« Dame Hermanjarz o lo cors avenant
« Ert tote nue soz ce pin verdoiant ;
370« Tote estoit noire, mès un bras avoit blanc.
« .II. noires choes li venoient devant
« Qui li donoient sopes de fer en sanc
« Et la contesse les manjoit en plorant,
« Et la menoient droit a un feu ardant,
375« Enz la voloient jeter de maintenant :
« Ses filz Guiberz i venoit apongnant
« Ques ocioit a l’espée trenchant,
« A la contesse donoit un mantel blanc.
« Lors fenirent li sonje. »

XVI[16]

380En la cort ot un juï Saolin :
Sajes hom fu et de grant sens porpris,
Il ot un livre paré de toz latins

Ou li art sont et li sonje descrit ;
Lo livre prent, s’entra en un jardin
385Et se cocha desoz l’onbre d’un pin ;
Totes les arz reversa et enquist,
Iluec voit toz les sonjes Aymeri
Et lo grant mal qui li doit avenir ;
Si a ploré des biax euz de son vis.
390Vint en la chanbre, sor l’esponde s’asist :
Ja li dira noveles.

XVII[17]

« Aymeri sire, » dist li juïs sachanz,
« De vostre sonje orrez ci lo senblant,
« Quant vos veïstes venir lo feu ardent
395« Qui cest païs aloit tot esprenant,
« C’est un estoire de paiens mescreanz
« Qui t’assaudront en ta cité plus grant.
« Li noir oisel que veïstes volant
« Grant come buef et fet en lor senblant,
400« Ce seront roi do regne des Persanz ;
« Tot le plus maire qui ravissoit devant
« Et s’aseoit en son ta tor plus grant,
« De totes parz en abatoit les pans,
« Ce est l’orgoil Corsuble l’amirant

405« Qui te ferra de son espié trenchant
« Par mi lo cors, ja n’i avras garant.
« Chooir veïs lo clochier Saint Vincent
« Et alumer ceste sale vaillant
« Et de ces murs fondoient li auvant,
410« C’est ta fiertés qui se va declinant
« Et tes barnaje que avoies si grant.
« Tu te morras, ja n’istras de cest an :
« Fai departir ton or et ton arjent
« Et lo tresor qu’as amassé si grant,
415« Done le tost por Deu omnipotent :
« T’ame sera florie. »

XVIII[18]

« Aymeri sire, » li sajes clers a dit,
« Li rais de feu que tu veïs venir,
« Qui enz el cors maintenant te feri,
420« Tote la char et lo sanc t’en esprist,
« Ce ert li glaives dont tu seras ocis.
« Li blans oisels qui de ta boche issi,
« Qui vers lo ciel contremont se ravi,
« T’ame sera qu’ira en paradis
425« En perdurable vie. »

XIX[19]

« Aymeri sire, de l’autre avison,

« Quant en riviere fustes o lo faucon,
« Pris aviez une ane et un mallon,
« Si en veniez tot liez et tot joios,
430« C’ert chevalchiée que tu feras un jor,
« Et conquerras un eschec merveillos,
« Que en ta vie n’en conquis un greignor ;
« Mès Sarrazin le te retodront tot,
« Ne t’en leront vaillant un esperon ;
435« Ce senefie, sire, les .xiiii. ors.
« Soz toi ocistrent ton destrier misodor ;
« C’èrent paien qui encor te prendront
« Et enz el cors d’un espié te ferront ;
« Ce senefie, biau sire, del lion
440« Sivant l’aloient .xxx. mile broon,
« Qui devant toi abatuz ot .ii. ors
« Et dechaciez par terres et par monz ;
« Ce ert Guiberz vostre filz li menor,
« Qui vos fera un molt riche secors.
445« Par lui avrez aïe. »

« Aymeri sire, de vostre autre senblant,
« De la contesse o lo cors avenant
« Que vos veïstes soz lo pin verdoiant,
« Tote estoit noire mès un bras qu’ele ot blanc,

450« Ce seront duel et poine et ahan
« Que li feront Sarrazin mescreant.
« Ce senefie les sopes et lo sanc
« Que ele avra de mangier tel talent
« Onques contesse n’en ot encor si grant,
455« La veveté ou el sera lonc tens ;
« Ja n’avra mès seignor en son vivant ;
« Ce senefie qu’ele avoit lo bras blanc.
« Itant de joie avra de ses enfanz
« Ses filz Guiberz li fera secors gent
460« Qui durement l’a chiére. »

XXI[21]

Quens Aymeris ot lo juï molt chier,
Bien croit tot ce que li ot desrainier,
Mès il fu ber, ne se volt esmaier :
« Seignor, » dist-il « donez moi a mangier ;
465« Je ne manjai .iiii. jors a entiers,
« Et de cest mal sui forment traveillez,
« Et de ces sonjes qui si m’ont angoissié. »
A doner l’eve sonent .iiii. grellier,
Lo jor i levent jusqu’a .c. chevalier ;
470Itant l’en ot ses filz Guiberz lessié.
Ne vodrent mie au mestre dois mangier,
Ançois s’asistrent sor lo marbre jonchié
Tot environ Aymeri lo guerrier.
Lo riche conte servirent volentiers,

475Et la contesse ou il n’ot qu’enseignier.
Mes entr’els .ii. i ot petit mangier
Car fierement se dotent.

XXII[22]

Quant ce fu chose que Franc orent disné,
Tréent les napes, s’ont lo vin demandé.
480A henas d’or lor a l’en aporté.
Quens Aymeris a Gautier apelé
Qui lo mesaje lor ot dit et conté :
« Biau sire niès, un petit m’entendez ;
« A Looys mon seignor li direz
485« Que je li mant saluz et amistez,
« Et si li pri por sainte charité
« Que il me viegne veoir et esgarder
« A tot .xx. mil de chevaliers armez :
« Congié penrai a lui et a ses pers,
490« Car je me muir, l’en le m’a deviné,
« Uns miens provoire qui est des arz parez. »
« Volentiers, sire, » ce dist Gautiers li bers.
Ses armes crie, l’en li a aportez,
El destrier monte quant il fu adobez.
495Par mi la porte issi de la cité,
Broche Bauçant par andox les costez,
Et il li va coranz et abrivez.

Tant a au soir et au matin erré
A granz jornées et a malvès ostés,
500Qu’il est venuz a Loon la cité ;
Si descendi soz lo pin, au degré.
L’emperere ert de son mangier levez,
Il apela sa jent et son barné :
« Seignor, » dist il, « un petit m’entendez.
505« Je m’esmerveil d’Aymeri lo barbé
« Et de Gautier qui tant a demoré. »
Ez lo mesaje enz el palès monté :
Li rois lo voit, grant joie en a mené :
Son destre bras li a au col posé,
510Lez lui l’asist el faudestué doré,
Cortoisement l’en prist a apeler :
« Sire fillex, un petit m’entendez ;
« Com se contient danz Aymeris li ber ?
« Puet il or mès ses garnemenz porter,
515« Espée ceindre ni en cheval monter ? —
« Par mon chief, sire, ja orrez verité :
« Par moi vos mande saluz et amisté,
« Et si vos prie por sainte charité
« Que vos l’aliez veoir et esgarder
520« A tot .xx. mil de chevaliers armez :
« Congié vuelt prendre a vos et a vos pers,
« Car il se muert, en li a deviné,
« Uns siens juïs qui est des arz parez.

— Molt volentiers, » dist Looys li ber.
525« Je irai a Nerbone. »

XXIII[23]

« Oez, seignor, » dist li rois Looys,
« Hues Chapès m’a malement servi :
« Arse a ma terre et gasté mon païs.
« Or le quidoie detrenchier et honir,
530« Fere jostice au los de me amis,
« Icest besoing m’estuet metre en respit :
« S’irai veoir lo preu conte Aymeri
« En ma conpaigne de chevaliers .xx. mil. »
Gautiers respont : « Molt par avez bien dit. »
535Dedanz Nerbone fu li quens Aymeris :
Il est malades, si se dote a morir ;
Or se porpense que mandera ses filz ;
Mande Bernart de Brubant lo jentil,
C’est li ainznez des filz dant Aimeri,
540Et de Gironde sire Hernauz lo hardi,
Et si manda Bueve de Conmarchis,
Et d’Anseüne lo pogneor Garin,
Et a Orenge Guillaume lo hardi ;
Au port d’Ossau envoia Aufelis
545Por Guibert querre lo menor de ses filz

Qui ert en ost sor Judas l’arrabi.
Ne manda pas Aïmer lo chetif
Que en Espaigne ont Sarrazin ocis ;
Mès il manda de ses autres amis,
550De ses neveuz la ou il les sot vis,
Qu’il viegnent a Nerbone.

XXIV[24]

Quens Aymeris a toz ses filz mandez
Et ses neveuz et son riche barné.
Li mesagier ont congié demandé :
555Danz Aymeris lor a a toz doné.
Chascuns s’en va son mesaje porter,
Uns avant autre issent de la cité.
Mès ainz que soient venu ne retorné
Avra besoing danz Aymeris li ber,
560Que en sa vie n’en ot onques nul tel.
Hui mès devons del sarrasin chanter
Qui fu espié Corsuble l’amiré
Et en Nerbone ot un mois sejorné.
Tant a au soir et au matin erré
565Qu’a un batel passa otre la mer ;
En Babiloine est li gloz arrivez

Por lo mesaje jehir et raconter
A l’amiré de Perse.

XXV[25]

Barrès chemine et passe lo païs
570Isnelement, ne prist cesse ne fin :
Uns palefroiz ne s’i poïst tenir.
Tant a erré qu’en Babiloine vint.
L’amiré trueve sus el palès antif ;
De Mahomet un jent salu li dist.
575Quant il le vit sel besa et joï,
Son destre braz desus lo col li mist,
Lez li l’asist el faudestué d’or fin :
Cortoisement a apeler lo prist,
Si li demande : « Dont venez vos, cosins ?
580De quels noveles savez vos lo latin ?
Com se contient li forz quens Aymeris ?
« Puet il or mès ses garnemenz sofrir ?
« Porter ses armes et son escu tenir ?
« Il est or sires de Nerbone la cit
585« Qui fu mon pere lo riche roi Sorbrin.
« Danz Aymeris de Nerbone l’ocist,
« Et Charlemaine, li rois de Saint Denis,
« Si li dona Nerbonois a tenir :

« Ma terre tient et quite lo païs
590« Mahomet sire, donez m’en esclarcir
« Mès un domaje merveillos li refis
« Quant li ocis Aïmer lo chetif :
« A Porpaillart la teste li toli.
« Si ferai jo lo vieil conte Aymeri ;
595« Il est et rolle seelé et escrit,
« Je l’ocirrai a mon espié forbi. »
« Par Mahom, sire, » Barrés li respondi,
« De ceste chose, a li rolles menti :
« Quant je tornai de Nerbone la cit
600« Si se moroit li preuz quens Aymeris ;
« Quart jor avoit que il ert amuïz.
« Mien escient que il l’ont enfoï.
« N’i estoit pas li enfes Guibelins,
« Au port d’Ossau a menez ses cosins
605« Ou est en ost sor Judas l’arrabi :
« Des chevaliers a gasté lo païs,
« Et cuer de France s’est mellez Looys.
« Or pues Nerbone avoir sans contredis.
« Par Mahomet, menbre toi de Sorbrin,
610« Du riche pere qui soef te nori ;
« Va, si sesis la terre. »

XXVI[26]

Li rois Corsolz en apela ses homes :
« Seignor, » fet il, « or puis avoir Nerbone
« Quant feniz est danz Aymeris li conte.
615« Ses filz Guiberz, en a mené ses homes,
« Au port d’Ossau est alez sor mon oncle. »
Droit en Sezile fet ses mesajes corre,
En Pincernie en vont poignant .ii. Hongre,
En Alixandre envoie por ses homes :
620D’ices contrées li vindrent .iiii. torbe
.XXXX. .m. de Sarrazins a nonbre.
Sor la cité ot une eve orguellose,
Paiene jent l’apelent Perillose,
D’une montaigne li afilent les ondes ;
625L’erbe i est verz, la praerie longue,
Li olivier i sont qui li font onbre
Ou Sarrazin descendent.

XXVII[27]

Quant Sarrazin furent tuit descendu
Par la riviere furent li tré tendu
630Grant .iiii. liues, que d’amont que de jus,
Dex ! tant pan d’or et tant riche aigle i luist.
Contre soleil gietent clarté et bruit.

.X. roi païen se sont de l’ost issu,
En Babiloine en sont corant venu ;
635L’amiral trovent desoz un pin foillu
Lez un piler de marbre ou il se jut
Qui toz fu poinz de flor de vert azur ;
De Mahomet li ont tuit dit salu :
« Sire amiral, por quoi te tarjes tu ?
640« Uns granz estoire t’est de paiens venuz,
« LX. mil as verz elmes aguz,
« Qui de Nerbone peçoieront les murs ;
« Va, si sesis la terre. »

XXVIII[28]

Li rois Corsolz en apela Maudras,
645Un Sarrazin felon de pute part ;
Ainz ses linajes nen ot vestuz de dras,
Toz fu veluz jusqu’as talons aval,
Et quant il rit si senble Satenas.
Dist l’amiral : « Venez avant Maudras :
650« Vos en irez por ma jent de Baudas,
« De Pincernie, de Perse et de Damas ;
« Dites mes homes que ne demorent pas. »
Li gloz en va, onques mot ne parla,

Qui plus tost cort que brachez ne chevals.
655Icelui jor .iiii. terres cercha ;
Et l’endemain, ainz que midis passast,
Un grant estoire de paien ajosta,
.XXXX. mil de la jent criminal ;
Si les conduist l’amiral de Baudas.
660Soz Babiloine porprainent lor estal ;
Durement aiment et prisent l’amiral.
Molt lor est bel que a Nerbone ira.
Tex s’en fet lié qui ja n’en revendra
Ne ne verra Espaigne.

XXIX[29]

665Li rois manda por sa jent de montaigne,
.XX. mile Turs o les chieres grifaignes,
Qui n’aiment Deu ne rien qui a lui tiegne.
Uns amirals les aconduit et maine.
Soz Babiloine se lojent en la plaigne :
670Cil desirent la guerre.

XXX[30]

Li rois manda sa jent de Foleroche
Et cels de Meque qui Mahomet aportent.
Li rois Galafres lor amaine un estoire

XX. .m. turs de la jent d’Antioche.
675Soz Babiloine encontrent les estoires ;
Cil iront a Nerbone.

XXXI[31]

Li rois Corsolz fet soner ses tabors,
XX. .m. grelles en ses plus hautes tors ;
Jusqu’a .v. liues responent li frimor
680Dont est monté l’estoire perillos.
.C.M. home de la jent paienor
Droit a la mer chevauchierent lo jor ;
La veïssiez tant barjes, et dromonz
Et tant enseignes de paile de color.
685Quant la nuit vient et trespasa li jors
Et du soleil perdirent la luor
Vindrent es barjes et es dromonz Corsolt ;
Drecent lor voiles et adrecent lor tors
Par mi la mer plus haute.

XXXII[32]

690Quant Sarrazin orent lor nés garnies,
Asez i metent pain et vin et farine,
Et char salée et autre manantie,
Hauberz et elmes et espées forbies,
Destriers de garde et bons murs de Sulie.

695Quant ce fu chose, que li nés sont garnies,
Tréent lor ancre, si ont drecié lor sigle.
En mer s’enpaignent, quant la terre ont guerpie ;
Braient cil or et cil broon glatissent,
Rechanent mur et cil destrier henissent,
700Cil espervier sor ces perches s’escrient,
Sonent cil cor, cil olifant bondissent ;
Haute mer covrent de lanternes esprises.
Bons fu li venz qui droitement les guie,
Desoz Nerbone a droit port les arive.
705Paiene jent ne s’esmoierent mie,
Lor ancre jetent, si abessent lor sigle,
Vestent hauberz, et les elmes sesirent ;
Si sont issu des nés et des galies,
Es destriers montent, sors et baucenz et grises.
710Par tot lo regne ont la proie acoillie,
Ces chastiax ardent et ces bois et ces viles.
Dex ! tant enmainent et chetis et chetives
Que en colers a lor sieje en traïnent,
De totes parz ont la cité asise,
715Li Sarrazin cels dedanz envaïssent
Et encontr’els durement escremissent :
Tréent et lancent et batent et ocient.
Dame Hermenjarz s’en est molt esmarie,
Deu reclama lo fil sainte Marie,

720Li glorios que il li face aïe :
« Aymeri sire, or sui je mal baillie
« Quant vos estes malades. »

XXXIII[33]

Uns mesagiers l’ala dire Aymeri
Qui jut malades en son palés antif
725Dedenz un lit a flors d’or jeteïx :
« He ! jentils quens, com somes mal bailli !
« Assis nos ont Paien et Sarrazin,
« Es barbacanes des fossez se sont mis,
« A maux de fer fierent as murs antis.
730« Se Dex nel fet, nos seromes ja pris. »
Aymeris l’ot, forment s’en est marris :
Deu reclama qui onques ne menti :
« Sainte Marie qui Deu portas a fil,
« Defendez hui ma cité de perir,
735« Que cil Païen ne l’aient. »

XXXIV[34]

Quens Aymeris li chanuz et li blans
En apela ses mestres chanberlens
Qui l’ont vestu et chaucié jentement ;
De son lit ist soef et belement :
740Enbracié l’a Hues de Montaiment :

« Seignor baron, » dist Aymeris li frans,
« Ne m’atachiez ne de tant ne de quant.
« Se ne me puis sostenir en estant
« Po me crienbront Sarrazin et Persant. »
745Lo conte lessent sor lo marbre en estant ;
Mès Aymeris ala tot chancelant,
Por un petit que il ne chiet avant.
Armes demande Aymeris li ferranz :
Sor un perron l’adobent en seant ;
750El dos li vestent un auberc jazerant,
Forz est la maille, legier en sont li pan,
El chief li lacent un vert elme luisant,
Ceint Finamonde a son senestre flanc,
Au col li pendent un escu d’olifant,
755En son poig prist un roit espié trenchant,
A .v. clox d’or lo confanon pendant ;
Defors la sale li amoinent Ferrant
A grant merveille conreé richement ;
Aymeris monte, mès que poine i ot grant ;
760Bien li aïdent Joceaumes et Guimanz
Et Hermenjarz au jent cors avenant.
Quant il se sent es estriers maintenant,

Dont fu plus fiers que Sesnes ne joianz ;
Com il s’afiche sor les estriers devant,
765Li fers en plie et li cuirs en estent.
Lo destrier broche par anbe .ii. les flans,
Et il li va larjes sauz porprenant ;
Brandi la lance et l’escu met avant,
Torne la resne, si s’en va galopant
770A Hermenjart au coraje vaillant :
« Franche contesse, » dist Aymeris li frans,
« Or sont entré Sarrazin en mal an.
« Mar issirent d’Espaigne. »

XXXV[35]

Paien assaillent la cité d’anbe parz ;
775A itant furent jusqu’as murs communiax,
Li forrier fuient contremont as querniax ;
Treent sajetes, lancent guivres et darz ;
Quens Aymeris son olifant sona,
Tot en bondirent et li pui et li val ;
780Fors s’en issi par la porte roial,
Mil chevalier le sivent contreval ;
Quens Aymeris ses cors les chadela.
Si est venuz as tentes l’amiral,

Trenche les fetes, les cordes et les las,
785Mil pavelions i verse d’un estal
Li danzels de Nerbone.

XXXVI[36]

Quant Aymeris ot les trés abatuz,
Trenchié les cordes et les fetes ronpuz,
Li amirals i est poignant venuz
790Qui as estax desoz Nerbone fu
A .iiii. mile Sarrazins a escuz.
François les voient, entr’ax se sont feru :
La veïssiez un estor maintenu,
Tant hanste fraindre et percier tant escu,
795Tant chevalier chooir et abatu,
Li navré braient et li mort chient jus,
Li destrier fuient par mi cest pui agu.
Danz Aymeris a Galafer veü
Un roi paien qui d’Antioche fu :
800Broche Ferrant, sore li est coru,
Et li paiens s’en est aperceüz,
Esperonant en est des rens oissuz,
Et Aymeris li broche par vertu :
Granz cox se fierent par desus les escuz,
805Desoz les bocles les ont frez et fenduz,

Comunement chaïrent anbedui.
Quens Aymeris se senti abatu,
Molt a grant honte, si home l’ont veü ;
Dame Hermenjarz li escria del mur :
810« Aymeri sire, jentils hom, que fes tu ?
« Se je t’i pert tel domaje ne fu.
« Sainte Marie, miracles et vertu ! »
Aymeris l’ot, ne fu mie esperduz,
L’espée tret, si enbrace l’escu ;
815Au tor françois est au paien venuz,
De Finamonde l’a sor l’elme feru,
Trenchié li a lo mestre coing desus ;
Li blans aubers ne li vaut un festu,
Tot li detrenche de ci as denz menuz ;
820Estort son cop, si l’a mort abatu.
.XV. François li ont Ferrant rendu ;
Aymeris monte a son col son escu,
Mès l’amirals i est poignant venuz ;
As beles armes l’ot bien reconeü.
825Point Brisegaut, qui li saut par vertu,
Brandi la hanste o li confanons fu,
Fiert Aymeri devant en son escu ;
Desoz la bocle li a fret et fendu,
Enpoint le bien et bote par vertu,
830Mès ainz li quens des arçons ne se mut.
Li Sarrazins se departi de lui,
Quens Aymeris l’a avant porseü,

De Finamonde l’a el elme feru.
Trenchié li a lo mestre coing desus,
835Li braz li est des enarmes issuz,
Si qu’a la terre li chaï son escu.
L’amirals s’est en la presse feruz,
Mès li viellarz l’a avant porseü,
De plain lo fiert el auberc qu’ot vestu,
840.XIIII. mailles en abati o plus,
Par un petit ne li copa lo bu.
Dame Hermenjarz si escria del mur :
« Aymeri sire, cest cop ai je veü ;
« Bien ait la brace qui ainsi l’a feru.
845« Cuvert paien, mal vos est avenu,
« Danz Aymeris mes sire est revescuz ! »
A la rescosse fu li chaples tenuz,
Iluec josterent les fers o les escuz ;
Et li François s’asenblerent as Turs,
850Quant l’amirals a escrié ses druz :
« Seignor paien, ne soiez esperduz.
« Bien les ferez es cors et es escuz
« Et es aubers et es elmes aguz.
« Se vos eschape, onc tel honte ne fu,
855« Li viellarz de Nerbone ! »

XXXVII[37]

Li amiralz ot les estriers recovré,

Quens Aymeris l’ot forment estoné,
Quassé son elme et el chief l’a navré ;
Il vit François a une part torner ;
860De bien ferir furent entalenté :
L’amirals s’est fierement escrié :
« Seignor baron, de bien ferir pensez. »
Par .iiii. enpointes ot l’olifant soné ;
.XX. mile grele li respondirent cler,
865Par tote l’ost sont Sarrazin monté.
Quens Aymeris a sa jent apelé :
« Seignor baron, envers moi entendez :
« Veez paiens et Sarrazins armez
« Com se derenjent des lojes et des trez ;
870« Nes porions sofrir ne endurer.
« Alons nos en en la bone cité,
« Car il est lieus de foïr o d’ester. »
Et il li dient : « Si com vos comandez. »
Ferir les vont, des rens se sont torné.
875Quens Aymeris est derriere remez ;
Sovent trestorne por lo fet qui granz ert.
Premiers l’enchauce Corsolz li amirez,
A sa voiz clere comença a crier :
« A foi, danz velz, po vos estes hastez !
880« Melz vos venist tot premerains aler :
« Ja penrez fin, se a cop m’atendez. »

Aymeris l’ot, si est vers lui tornez,
Granz cox se donent sor les escuz dorez,
Desor les bocles les ont frez et troez.
885Bons aubers ont, maille n’en pot fausser ;
Otre s’en passent par tel nobilité,
L’uns ne trebuche ne l’autre n’est versez.
Mès l’amirals ne s’est desesperez
Qui trop convoite lo conte a enconbrer ;
890Point Brisegaut qui li cort de son gré,
L’hanste brandi ou li confanons ert ;
Fiert Aymeri sor son escu listé :
Desor la bocle li a fret et troé ;
Fors fu l’auberc, maille n’en pot fausser ;
895Del destre pié l’a tot desestrivé ;
Desor la crope del destrier l’a versé,
Par un petit ne l’abati el pré,
Quant se retint li contes naturels.
Et li paiens li a estal mué,
900Ne l’atendist por .xiiii. citez.
Un cop li giete li frans quens naturels,
Mès en la sele n’en pot mie trover,
Sor lo destrier fu avant aclinez
Par son l’arçon de cristal noielé,
905Et lo cheval a l’espée encontré,
Deci en terre l’a trenchié et copé ;
Tot en un mont abat en mi lo pré.

L’enseigne verse et li hui est levez,
Poignant i vienent .m. Sarrazin armé
910Por lor seignor rescorre et aïder.
Voit l’Aymeris, molt est espoantez :
Parfetement reclame Damedé
Que lo defende d’ocire et d’afoler ;
Broche Ferrant si est d’ax desevré,
915Avuec ses jenz entra en sa cité,
Et descendist desoz lo pin ramé ;
Dame Hermenjarz i fu au desarmer
Qui Finamonde li desceint del costé,
La contesse nobile.

XXXVIII[38]

920Danz Aymeris est a pié descenduz
Et l’amirals est el pré remasuz :
Vit Brisegaut sanglant et estendu ;
Il le regrete que molt dolenz en fu :
« Ha ! bon cheval, morz sui et confonduz !
925« Quens Aymeris vos a copé lo bu ;
« Par un petit que ne l’ai abatu.
« Mahomet sire, po m’avez secoru,
« Vos estes or matez et confonduz ! »

.XIIII. roi li ont Flori rendu,
930Un bon cheval qui d’Alixandre fu ;
L’amirals monte, dolenz et irascuz,
A ses herberjes en est corant venuz,
Et descendi soz un arbre foillu :
La le desarment si ami et si dru.
935Vit Mahomet qui en l’estaje fu,
Prent un baston, cele part est venuz,
Par mi lo chief l’a .iiii. cox feru,
Que de l’estaje l’abat tot estendu ;
.XIIII. roi li ont lo pel tolu,
940Et li ont dit : « Mauvès hom, que fes tu
« Del meillor deu qui onques encor fust ?
« Fetes li droit, ne vos atardez plus. »
Il prist son gant qui fu a or batu,
Par mi le plie, si li a estendu,
945Gaje li offre de ce qu’il l’ot feru ;
Mès ainz Mahom nule foiz ne se mut
Qui gist sor la colonbe.

XXXIX[39]

Li rois Corsolz fu orgoillos et fiers ;
Il apela Brugant et Manesier
950Et tant des autres, .xx. roi furent paien ;

Des autres homes a fet lo tré voidier
Et a .ccc. se fist eschaugaitier
Que ne les oient serjent ne esquier.
Li rois Corsolz a parlé tot premiers :
955« Seignor, fet il, savez moi conseillier ?
« De Galafer ai molt lo cuer irié
« Qui d’Antioche ert amirals proisiez ;
« Quens Aymeris li a copé lo chief :
« O Finamonde li vi par mi trenchier ;
960« Tel duel en ai ja mès ne serai liez
« Se je ne suis del traïtor vengié.
« Forz est Nerbone, ne la porai baillier,
« Et Aymeris est orgoillos et fiers.
« Mahomet le confonde ! »

965Li rois Corsolz fu plains de grant otraje,
De traïson fu plains et de grant raje.
Il apela sa jent et son barnaje :
« Seignor, fet il, que loez que je face ?
« Forz est Nerbone, ne la porai abatre :
970« Haut sont li mur et d’ancienor marbre ;
« Et Aymeris est molt de fier coraje,
« Par sol nos .ii. li manderai bataille ;
« Il i vendra, de ce n’ai je pas garde ;
« Si la ferons sor la riviere d’Aude :

975« L’erbe i est vert, la praerie larje,
« Li olivier i sont qui font l’onbraje :
« Iluec porons mostrer no vaselaje
« Si que Francois et Paien nos esgardent,
« La soe jent des murs et des entailles ;
980« Et vos serez adobez de vos armes ;
« Si le prenez, gardez que ne s’en aille.
« En Babiloine le metrai en ma chartre ;
« A feu grezois li ferons lo vis ardre. »
Et cil responent : « Riche roi, amorabe ;
985« Mahom le te doinst fere ! »

XLI[41]

Or ont Paien dite la traïson
De Naymeri le nobile baron ;
Desoz Nerbone voirement le prendront.
Dex le defende qui sofri passion
990Et fu nez de la Virje !

XLII[42]

Li rois Corsolz en apele un mesaje,
Chevaliers fu et mervellos et sajes ;
Si li a dit d’Aymeri lo mesaje :
« Vos en irez a Nerbone la larje,
995« Et si direz au viellart a la barbe
« Que je li mant par nos .ii. la bataille. »

Cils est montez sor un mulet d’Arabe,
Corant s’entorne contreval lo rivaje ;
Vint a Nerbone, si dist qu’il est mesaje :
1000Dedenz la porte l’acoili li barnaje
Por oïr sa parole.

XLIII[43]

Desoz un pin descent li mesagiers.
A un perron de cristal entaillié
Fu Aymeris li bers ou il se siet,
1005Environ lui si baron chevalier ;
En droit midi fu levez del mangier.
Li Sarrazins a parlé tot premiers :
« Aymeri sire, tu ne ses que je quier ;
« Li rois Corsolz m’a a toi envoié :
1010« Par vos .ii. cors bataille te requiert
« Defors la porte, desoz les oliviers.
« La vos porez prover et essaier
« Si que verront Sarrazin et Paien
« Et vostre jent del mur et del terrier.
1015« Mès une chose ne vos quier a noier :
« Par Mahomet mon seignor droiturier
« Li rois Corsolz est orgoillos et fiers
« Et tel vassal n’i a meillor soz ciel ;
« Se il te trove armé sor ton destrier

1020« Tel te donra de l’espée d’acier,
« Tot par mi l’elme ou l’escarbocle siet
« Qu’en abatra des flors bien un quartier,
« Et te fendra jusq’al neu del braier. »
1025De Barzelone i ot un chevalier,
Sodoiers fu Guillaume lo guerrier
Qu’il ot avant a Nerbone envoié
Les ostés prendre ou il dut herbergier ;
O lui mena .x. mile chevaliers.
1030Quant il oï parler lo mesagier
Et Aymeri son seignor menacier,
Savoir poez que il en fu iriez :
Par maltalent est tost sailliz en pié,
En sa main tint un baston de pomier,
1035Lo Sarrazin en vuelt ferir el chief
Quant .iv. conte le corent enbracier ;
Et li paiens s’en est molt coreciez,
L’espée tret plus qu’en mi la moitié,
Qui li lessast, ja li copast lo chief,
1040Quant Aymeris par lo braz lo retient :
« Sarrazin frere, » dist Aymeris li fiers,
« Il n’est pas sens mellée comencier ;
« A l’amiral vostre seignor poigniez,
« Et si li dites que soit apareilliez :
1045« Il m’avra ja armé sor mon destrier. »
Quant cil l’oï onques ne fu si liez,

Vint au mulet et es arçons s’asiet,
Par mi la porte s’en vint tost eslessiez.
Il ira ja a l’amiral noncier
1050Que Aymeris s’adobe.

XLIV[44]

Quens Aymeris, li jentils et li bers,
Ses garnemenz plus chiers a demandé ;
Si chanbellenc li corent aporter.
En son dos vest un blanc auberc safré :
1055En un tresor a Rome fu trové ;
Qui la fleror en sent el tens d’esté
Ou en iver, quant il est eschaufez,
De Paradis li poroit remenbrer.
Puis lace l’elme Raguenel de Moncler,
1060Un roi paien Ullague fu de mer :
Set vint galies seult avuec lui mener
Quant il aloit sor crestiens rober.
Ceint Finamonde al senestre costé ;
Au col li pendent un escu noielé :
1065Pierres et pasmes i gietent grant clarté ;
Il n’est oisel qui tant par ait biauté,
Poisson ne beste qui n’i soit figuré ;

.II. aumatiz i ot d’arjent fondez,
A blanc ivoire, a cristal seelé ;
1070.C. dionicles i pent d’or esmeré ;
Voiz de seraine ne s’i poroit joster,
Rote ne timbre, viele ne jugler
N’i contrevaut lo pris d’un ail pelé ;
Pent a son col danz Aymeris li ber ;
1075Par les enarmes l’a un petit crolé :
Les dionicles comencent a soner,
Tote en tentist Nerbone la cité ;
La hanste ot fort en l’espié noielé,
A .v. clox d’or lo confanon fermé ;
1080Ferrant li ont en la place amené,
A grant merveille richement conreé :
Li arçon sont a cristal atorné,
Les auves sont d’ivoire d’otremer,
La coverture d’un brun paile roé,
1085De ci en terre taillié et gironé.
Li quens i monte, a estrier n’en sot gré,
Toz ses barnajes lo comanda a Dé ;
Dame Hermenjarz comença a plorer,
Qu’ele forment se dote.

XLV[45]

1090Danz Aymeris s’en ist par mi la porte ;

Clerc et chanoine et ces moine ploroient,
A oroison a terre se cochoient ;
Por lor seignor Damedé reclamoient ;
Chases et croiz a ces iglises portent,
1095Ces gros sainz sonent et ces petites cloches ;
As murs en corent molt merveillos estoire
De chevaliers, de borjois et de dones.
Et Hermenjarz fu en la tor plus noble
O ses puceles, ne sai .xv. o .xiiii.
1100Et Aymeris chevaucha a grant force,
La bone enseigne desploiée et destorse.
En mi lo pré ficha sa hanste grosse,
Prent l’olifant par .iiii. foiz le corne
Que tote l’ost des Sarrazins en crole,
1105Et de Mahom la mestre sinacogue.
Paien l’oïrent et joie grant en orent
Qui la traïson menent.

XLVI[46]

Quens Aymeris s’estut en mi lo chanp ;
Ses destriers grate del destre pié devant ;
1110Par .iiii. enpointes a soné l’olifant,
Bondir en fet Nerbone la plus grant ;
A voiz escrie a Corsolt l’amirant :
« Roi, car t’adobes. Que vas tu gopillant ?
« Se vels bataille, encui l’avras molt grant,

1115« Ainz n’eüs tel en trestot ton vivant.
« Dame Hermenjarz o lo cors avenant
« Avra ta teste ainz lo soleil cochant ;
« Je li rendrai a tot l’elme luisant,
« Que je li ai promise. »

XLVII[47]

1120Li amirals fu de molt male loi :
Premierement fet armer .iiii. rois,
A mil paiens fist prendre lor conroi,
Que laist es trés enbuschiez detrès soi
Et il s’en ist brochant tot a desroi
1125Sor un destrier a merveillos conroi ;
Destort l’enseigne qui entor l’hanste estoit ;
Luès qu’il desplie, si maine tel ravoi,
Tot en tentist li pui et li marois ;
Devant sa tente s’eslessa .iiii. foiz.
1130Dist Aymeris : « Par ça vos en vendroiz ;
« Se vos rendrai salu a l’acier froiz
« Et en trerai del sanc del plus vermoil. »
Dist l’amirals : « Tu ne plains mie toi,
« Ne la grant honte qui avenir te doit.
1135« Je te quit tel conreer ainz lo soir
« N’avra parent qui te voille veoir.
« Or te defi de Mahom et de moi. »
Lors lessent corre les destriers demanois,

Bessent les lances o les confanons froiz,
1140Granz cox se donent es escuz vianois,
Desor les bocles peçoient les fers froiz ;
Ainz l’amirals ne se mut une foiz,
Mès Ferranz chiet ou Aymeris seoit ;
Dist l’amirals : « Ja mès ne monteroiz,
1145« Qu’ançois perdrez la teste. »

XLVIII[48]

Quens Aymeris se senti abatu,
Il n’en pot mès, que Ferranz fu cheüz ;
Honte ot li quens, si home l’ont veü,
Borjois et dames del palès et del mur.
1150Il se dreça et Ferrant sailli sus ;
Li quens monta dolenz et irascuz ;
Et l’amirals ne s’est mie esperduz :
Lo destrier point qui li cort de vertu,
Brandi la hanste ou li confanons fu,
1155Fiert Aymeri devant en son escu,
Desoz la bocle li a fret et fendu ;
Enpoint lo bien et bote par vertu
Que del auberc sont li doble ronpu ;
Tot de plain l’a par mi lo cors feru,
1160De l’autre part s’en est l’espié issuz

A tot le fer et une aune de fust :
Li confanons remest dedenz l’escu.
Quens Aymeris se sent el cors feru,
Li cuers li mant, li vis en ot oscur ;
1165Molt afebloie del sanc qu’il ot perdu ;
.III. foiz se pasme sor l’auferrant quernu.
Li amirals ne s’est mie esperduz,
Esperonant est cele part venuz,
En son poig tint lo branc d’acier molu,
1170Par mi son elme l’a quatre cox feru,
Par un petit que ne l’a abatu,
Quant se retint Aymeris li menbruz,
Sus les estriers s’afiche.

XLIX[49]

Quant Aymeris se sent navrez el cors,
1175Il mist sa main en traverciers son dos,
Trueve lo fust, s’en a tret lo fer hors,
Desus l’arçon devant lui l’a destort ;
S’or ne se venje, ja sera de duel morz.
Et l’amiral li vint toz les galos,
1180Et Aymeris lo fiert par tel esfors,
Grant cop li done sor son escu a or,
Qu’il li peçoie et l’auberc li desclot,
Et son espié li passe lez lo cors ;

Plaine sa lance l’abat del destrier sor.
1185Bien le garissent deable de la mort,
Car en char ne le toche.

Quant Aymeris ot lo roi abatu,
De Finamonde l’a sor l’elme feru,
Trenchié li a lo mestre coing desus,
1190Quant a l’auberc s’est li cox retenuz ;
Ja l’eüst mort s’il eüst sa vertu,
Mès foibles fu del sanc qu’il ot perdu ;
Et ne porquant si l’a il abatu
A jenoillons que François l’ont veü.
1195Sarrazin voient lor sire est cheüz,
Poez savoir ne se celeront plus,
Issent des tentes et del bruellet foillu,
Et Narbonois sont de la porte issu.
Communement se sont entr’ax feru ;
1200La veïssiez un estor maintenu,
Tante anste fraindre et percier tant escu,
Et tant auberc desmailié et ronpu,
Tant chevalier cheoit et abatu ;
Li navré braient et li mort chient jus,
1205Li destrier fuient par mi lo pré herbu ;
Et seles voides et les poitrax ronpuz.

Verser i firent tresqu’a .iiii. mil Turs
A la premiere pointe.

Forz fu l’estors et merveillos et granz.
1210Bien se defent quens Aymeris li blans :
.V. Amoraives lor i a morz el chanp.
Par la bataille, ez un paien, Cobrant ;
Rois fu de Niques et cosins l’amirant ;
Cheval ot bon, merveillos et corant :
1215Trestoz fu noirs mès que les piez ot blans,
Et les orilles et les nasiers devant :
Paien l’apelent Tranchemor lo bruiant ;
N’a tel destrier deci en Orient.
Li paiens fu hardiz et conbatanz,
1220Ocis nos a Joceaume et Guinement.
Molt en pesa conte Aymeri lo blanc ;
Cele part vint a esperon brochant,
Fiert lo paien sor son elme luisant,
Les mestres quierres en abat par devant,
1225Li blans aubers ne li valut un gant,
Tot le trencha deci en l’auferrant ;
Estort son cop, si l’abati el chanp.
.XIIII. roi sont venu poignant
Qui vont ferir Aymeri lo ferrant,
1230.V. en l’escu et .iiii. en l’auberc blanc

Et .iii. en l’elme et .iii. sus l’auferrant ;
Abatu ont dant Aymeri el chanp ;
Paien lo fierent contre terre en jesant.
Premiers i vint Corsolz li amiranz,
1235Trois cox li donc de l’espée trenchant ;
.XXII. roi l’enmenoient ferant,
Quant il lor rent s’espée.

LII[52]

Quant ont veü François de lor seignor
Qu’il a rendu son branc a l’aumaçor,
1240Savoir poez que il en ont dolor ;
Hanstes bessiées se fierent entre lor.
La veïssiez un communel triboul,
Tant hanstes fretes, tant paien doleros,
Tant chevalier destroit et angoissos.
1245Ja fussent mort et Aymeri rescos,
Quant l’amirals fist soner ses tabors,
.XX. mile greles a force et a vigor ;
Dont est montez l’estoire perillos :
.XX. mile sont de la jent paienor
1250Qui nos François tornerent al desoz,
Ce fu domaje et perte !

LIII[53]

Quant François ont de lor seignor veü
Qu’il ot son branc a l’amiral rendu,
Savoir poez grant duel en ont eü ;
1255Lances bessiées se sont entr’ax feru.
La veïssiez un estor maintenu,
Tant hanste frete et percié tant escu,
Tant chevalier cheoit et abatu.
A nos François en est mal advenu :
1260De mil qu’il erent n’est que .xx. remasu.
Par mi les rens en sont ferant issu ;
Cil ont l’entrée de Nerbone perdu,
Que Sarrazin la lor orent tolu.
Fuiant s’en vont tot un chemin batu
1265Qui va en France la droit ou li rois fu ;
Au dos les sivent bien quatre mile Tur ;
Quant se retraient, que nes enchauchent plus,
Si lor lancierent lor espiez esmoluz.
De .xx. qu’il erent ont les .v. abatuz
1270Qui el chemin orent les chiés perduz :
Or ne furent que .xv.

LIV[54]

Vont s’en li Franc brochant a esperon,
Deci en France que ja ne fineront ;
A Looys lor seignor le diront
1275Que Aymeris est pris par traïson.
L’amirals vint devant son paveillon
Et descendi desoz un pin roont ;
La le desarment si dru et si baron
Et l’afublerent d’un mantel vermeillon,
1280Entailliez fut a bestes et a flors ;
Il le conquist au port d’Inde maior :
La li donerent marcheant par amor
Pour ax conduire par lo val Tenebrox
Jusqu’a la terre Murgalent de Monflor.
1285C’est une terre de molt riche valor ;
Marchié et foire i corent chascun jor.
Devant li fu Aymeris son prison ;
.IIII. Amoraive le gardent environ,
A trenchanz haches, a fuz et a bastons ;
1290Mahomet jurent que jostice en feront.
Lors le desarment li encriesme felon :
Si li delacent lo vert elme roont,
Si li osterent lo auberc fremillon ;
Tot remest sengles en l’hermin peliçon.
1295Par desoz ot lo vermeil siglaton ;

Gros ot les braz et carrez ot les poinz,
Fiere la chiere et regart de lion,
Les euz ot verz et clers comme faucon,
Blanche la barbe qui li pent al menton ;
1300Navrez estoit d’un espié a bandon,
Li sans l’en raie deci a l’esperon ;
Si bel viellart ne vit onques nus hom.
Premiers l’apele li niés a l’aumaçor,
Li plus bels hom de tote paienor :
1305Dame nel voit que vers li n’ait amor :
« Aymeri frere, bien vois que pris t’avons ;
« Se tu vels fere ce que nos te dirons,
« Que tu aores Tervagan et Mahom,
« Nos prierons a l’amiral trestot
1310« Que te lest vivre et si te doinst onor :
« De Corcenie porteras l’oriflor,
« Dru l’amiral seras clamez toz jors.
« Se tu nel fez, tu morras a dolor :
« De toi ferons un destruit merveillos,
1315« Une quintaine ou Sarrasin ferront.
« De mil espiez seras encui seignor,
« Froiz et forbiz, trenchanz et perillos,
« Qui enz el cors et el cuer te ferront,
« Car tes lignaje nos a pené toz jors,
1320« Et tu meïsmes en est li plus cruos ;
« Mahomet te confonde ! »

« Di va ! paien, » Aymeris lor disoit,
« Vos m’avez pris, bien sai que m’ocirroiz ;
« Ja ne ferai nes un de vos voloirs,
1325« Ne chose nule que dire me sachoiz.
« Fetes Mahom venir devant lo roi ;
« Se il parole la maintenant a moi,
« Et me plevist ici la soie foi,
« Et les covanz a tenir que m’orroiz,
1330« Lors le crerai, s’en mon conseil le voi ;
« Ou se ce non, par Saint Pol de Valcois,
« Je le ferrai de mon poig une fois,
« Qu’en chose mue ne metrai mon espoir
« Qui el cors n’a la vie. »

LVI[56]

1335L’amirals ot lo preu conte Aymeri
Que ne vuelt rien fere de lor plesir :
Par mi tot ce que Sarrazin l’ont pris
Menace il Mahomet a ferir.
Tel duel en a a po n’enraje vis ;
1340Par maltalent en est en piez sailliz,
En sa main tient un baston pomerin
De la retaille d’un espié poitevin,

Par mi lo chief vost lo conte ferir,
Quant .iiii. roi li corurent tolir ;
1345Si li escrient : « Por Mahomet, merci.
« Droiz amirals, trop es preuz et hardiz.
« Si savons bien que par toi l’as conquiz ;
« Lesse le vivre de ci qu’a lo matin,
« Par mi les braz sera penduz toz vis.
1350« Une quintaine en feront Sarrazin,
« Si i poindront paien tot ademis,
« La l’ocirons a nos espiez forbiz ;
« Iluec verras qui melz savra ferir. »
Dist l’amirals : « Et je l’otroi ainsi.
1355« De tel mort vueil qu’il muire. »

LVII[57]

Quens Aymeris s’estut en mi lo tref
D’un grant espié par mi lo cors navrez ;
Li sans li raie contreval lo costé,
Moillié en ot les esperons dorez ;
1360Li cuers li ment, li oil li sont troblé ;
Trois fois se pasme, ne s’en pot consirrer.
Et paien crient : « Vos mar i fustes nez ;
« Se vosissiez Mahomet aorer,
« Vos fuissiez ja gariz et respassez. »
1365Premiers parla Corsolz li amirés :
« Seignor, » dist il, « un petit m’entendez :
« Par Mahomet, quel conseil me donez ?

« Par Tervagan, mon seignor naturel,
« Je ne vosisse por trois de mes citez
1370« Que il morust devant moi en cel tref,
« Ainz en feïsse une jostice tel
« Deci a Rome en oïst en parler. »
Dist Clarabins, l’aumaçor d’otremer,
Li plus bels hom de .l. citez,
1375Dame nel voit que ne le vueille amer :
« Sire amirals, un petit m’entendez :
« Se or volez par mon conseil ovrer,
« Bien vos dirai comment porrez errer :
« Fetes espines coillir et aüner,
1380« Devant Nerbone fetes fere un grant ré,
« A feu grezois le fetes alumer,
« Quens Aymeris i soit toz nuz menez ;
« Par les .ii. braz sera dedenz jetez.
« Ja fu il pere au chetif Aïmer
1385« Que oceïstes a Porpaillart sor mer
« Qui nos lignajes a pris et afolez
« Et destruites nos jestes. »

LVIII[58]

Li amirals fu plains de grant boisdie,
De traïson et de grant felonie.
1390Par lo conseil que Sarrazin li dient
Devant Nerbone fet fere une aramie ;

De char salée et de feu l’a esprise ;
Trestot lo giet d’une pierre petite
En va amont la flanbe tote vive.
1395Lo conte i moinent por fere la jostice ;
.II. cheneliu lo batent et detirent
O esglentiers et o verjes d’espines.
En .xxx. lex li trenchent la char vive,
Li sans en saut en .x. lex o en .xv.
1400Dame Hermenjart a en la tor choisie,
A haute voiz li frans quens li escrie :
« Franche contesse, ja fustes vos m’amie.
« Je morrai ja, que près sui del juïse :
« Dex en ait l’ame et li sainz Esperite !
1405« Mès une chose vos vueil prier et dire :
« Por amor Deu, lo fil sainte Marie,
« Por nule rien que Sarrazin vos dient,
« De la cité ne lor rendez vos mie,
« Ançois me lessiez ardre. »

LIX[59]

1410Dame Hermenjarz ot son seignor parler ;
Bien le conut quant el le vit mener.
Li cheneliu qui le durent garder
Des esglentiers li batent les costez,
En .xxx. lex en font lo sanc voler.
1415Vienent au feu, enz le vuelent jeter.

S’il ot poor ne l’estuet demander ;
Deu reclama qui en croiz fu penez :
« Glorios pere, qui me feïstes né,
« Garis moi, sire, que n’arde en cel ré. »
1420Es murs en corent de la bone cité,
Home et feme, meschine et bacheler ;
Et chevaliers et demaines et pers
I veïssiez par ces querniax pasmer
Et Aymeri lor seignor regreter :
1425« Filz de baron, jentils quens naturels,
« Molt nos avez tenuz en grant chierté ;
« Or vos veons a tel honte mener,
« Ne vos poons secorre n’aiuer. »
La veïssiez maintes noches jeter,
1430Et maint anel peçoier et quasser
Qui erent d’or a cristal noielé.
Dame Hermenjarz ne pot un mot soner ;
Pasmée chiet sor lo marbre listé,
Quant ses puceles l’en corent relever,
1435Et si li prient por sainte charité :
« Franche contesse, por quoi vos dementez ?
« Mès or alons a l’amiral parler
« Se ja nul plet i porrions encontrer,
« Que nos rendist lo conte naturel,
1440« Lo seignor de Narbone. »

Quant Aymeris vit lo feu angoissos
Qui fu ardanz, bruianz et doleros ;
Deu reclama par ses saintismes nons :
« Glorios pere, qui feïstes lo mont,
1445« Et en la Virje preïs anoncion,
« Nestre deignas por raenbre lo mont,
« Lo ber saint Pere meïs en pré Noiron
« Et convertis saint Pol son conpaignon,
« Jonas jetas del ventre du poisson
1450« Et garesis Daniel del lion,
« La Madelaine feïstes lo pardon,
« Quant herberjas dedenz l’ostel Simon,
« Et a vos piez se mist a jenoillons ;
« Iluec plora par bone entencion,
1455« Ses vos lava entor et environ,
« Vos l’en levastes amont soz lo menton ;
« De son servise ot molt bon guerredon,
« Qu’ele est lasus en ta grant mansion ;
« A Moises passas la mer sanz pont
1460« Que n’i queïst ne chalant ne noton
« Quant tu noias lo pueple Faraon ;
« Flueve Jordain feïs issir des fonz,

« Si t’asseïs en mi sor un perron,
« L’eve bruiant si te clost environ,
1465« L’anjes del ciel te mist lo cresme el front,
« Sainz Jehans dist que Crist avroies non,
« Crestienté i meïs en ton non,
« Puis en alas enz el desert parfont,
« Et conversas o les apostres bons,
1470« Et jeünas toz les .xl. jors
« Et lo quaresme lor cressis ton sermon,
« Jusqu’au juesdi de l’asolucion,
« Que tu livras ton cors a passion ;
« Ce feïs tu por nostre raençon.
1475« Si com fu voir et croire le devons,
« Garissez moi de cest feu angoissos
« Que je n’i arde a duel et a tristor. »
Li amirals est venuz lo cors ;
Bien fu armez desor un destrier ros ;
1480En sa main tint l’amirals un baston,
Les chenelius en a batuz andox :
« Fil a putain, por quoi atargiez vos ?
« Jetez le moi en cest feu doleros ;
« Fere li vueil un martire cruos. »
1485Dame Hermenjarz l’apela de la tor :
« Sire amiral, entendez ma reson :
« Respitiez moi, se vos plest, cest prison ;

« N’i doit ardoir, jel requier par amor ;
« Escotez ma parole. »

LXI[61]

1490L’amirals ot dame Hermenjart parler,
Devant li fist Aymeri arrester,
Les chenelius targier et demorer :
« Dame, » fet il « dites que vos volez. »
Ele respont : « Ma reson escotez,
1495« Que d’Aymeri vos vueil merci crier,
« Que sain et sauf et vif le me rendez ;
« Par nos .ii. cors nos en lessiez aler :
« Je vos rendrai Nerbone la cité,
« S’avrez les rentes et les establetez,
1500« Si com avoit danz Aymeris li bers ;
« Et li borjois l’ont dit et creanté,
« Se lor lessiez la lor loi aorer,
« Jureront vos amor et feelté. »
« Dame, » dist il, « de ce fet a parler :
1505« J’en parlerai a un conseil privé. »
.X. aumacors a au conseil menez
Et .xxx. rois sarrazins d’otremer.
Premiers parla Corsolz li amirés :
« Seignor, » dist il, « un petit m’entendez.

1510« Par Mahomet, quel conseil me donez
« De la parole que vos oï avez ?
« Je ferai ja ci Mahom aporter
« Et jurerai desus, se vos volez,
« Que Aymeris ne sera ars el ré.
1515« Ice ferai se vos le me loez ;
« Et quant sesi serons de la cité,
« Si le ferai en Espaigne mener,
« En Babiloine l’amirable cité,
« Et en la chartre trebuchier et jeter ;
1520« A feu grezois le ferai alumer,
« Tote la boche et lo vis et lo nés
« Et tot son cors traveiller et pener. »
Et cil ont dit : « Nos l’otroions asez,
« Que or en fetes totes vos volentez,
1525« Site amirals de Perse. »

LXII[62]

Li amirals fu molt mal talentos,
De vices plains et de granz traïsons,
Qui devant lui fist aporter Mahom.
Dame Hermenjart apela de la tor :
1530« Franche contesse, or entendez a nos :
« Par cele foi que je doi cest seignor,
« Je n’ardrai pas Aymeri lo baron,

« Se vos me fetes delivrer ce donjon
« Et la cité qui fu mon ancesor,
1535« Lo roi Sorbrin qui tant avoit valor
« Que ocist Charles li forz enpereor. »
— Sire, » fet ele, « desliez ce contor ;
« Se me rendez Aymeri mon seignor,
« Quite vos claim Narbone. »

LXIII[63]

1540Li amirals fu molt fax et eschis,
De traïson estoit plains et sotis :
Adober fet .xm. Sarrazins,
Et conreer de blans aubers treslis ;
Enprès lor char les lor a fet vestir ;
1545Par desus ceignent les branz d’acier forbiz ;
Puis afublerent les mantiax sebelins
Que ne reluisent li auberc doblentin ;
Es destriers montent coranz et arrabis ;
Dant Aymeris firent molt bien vestir
1550D’un chier bliaut de paile alixandrin,
Puis l’afublerent d’un mantel sebelin,
El chief li metent un chapel ostarin,
Et le monterent sor un mul aufarin ;
Droit a Narbone acueillent lor chemin.
1555Totes les portes lor a l’en fet ovrir ;

A joie grant les va l’en recoillir.
Quant paien sont dedenz la cité mis
Et passé ont les mestres arz votis,
Les forteresces et les ponz torneïz,
1560.X. mile grelles font ensenble tentir
Et .m. tabors soner et rebondir :
Ce senefie Narbonois sont traï,
La cité ont perdue.

LXIV[64]

Dame Hermenjarz vint a l’uis de la tor,
1565Plorant en vint acolant son seignor.
Tint une espice onques ne fu meillor,
Oster li vost des plaies la dolor
Dont il estoit destroiz et angoissos,
Com el choisi l’estoire paienor
1570Qui ont traï la grant cité maior :
Tot ont porpris la cité et lo borc,
La forteresce et la plus haute tor,
Et lo palès del tens ancienor ;
Les borjois tuent a glaive et a dolor,
1575Et les mameles copent a lor oissors,
Et as puceles les ronpent a tortor ;
Es mostiers vont et biax et glorios ;

En despit Deu les roberent trestoz,
Et .v. cent moines i ocistrent lo jor ;
1580Si debriserent les chases et les cros ;
L’or et l’arjent en departent as lor ;
Es sales trovent mil destriers coreors,
.M. ors privez et .m. murs anbleors,
Quatre vint sinjes et aitretant fuirons,
1585Ostoirs de mue, esperviers et faucons,
Et vers et gris et hermins peliçons,
Granz nés d’arjent a riche covertor,
A chieres pierres qui jetent grant luor.
Mil borjois pristrent iluec des meillors,
1590Si lor lierent et les piez et les poinz.
Mil Sarrazin corurent as adox
Qui conduiront l’avoir et les prisons.
Onc tel avoir n’orent lor ancesor,
Com il troverent en la vile lo jor.
1595De Nerbone ist la proie l’aumaçor ;
Quens Aymeris en avoit grant dolor
Qui vit mener sa jent a desenor.
Sor un somier lo leverent garçon,
Si li lierent et les piez et les poinz.
1600En Babiloine paien l’envoieront.
Sovent regrete Looys son seignor :
« Ha, Looys, jentil enpereor !
« Ne me verrez ja, sire, a nul jor.
« Ha, mi enfant, or me demorez vos ;

1605« Biax sire Guiberz, que ne le savez vos,
« Que je sui pris et menez a dolor !
« Car par deça, vendra vostre secors,
« Devers Espaigne sordra vostre oriflor.
« Dex m’envoit vostre aïe ! »

LXV[65]

1610Quant l’amirals ot Nerbone traïe
Li suen baron corurent par la vile,
Tot ont lo borc et les rues sesies,
Les forteresces et lo palès plus riche,
Fors que la tor dont n’a encore mie :
1615.XIII. estajes a el palès nobile
Avant qu’on viegne a la mestre establie,
Es hautes chanbres dant Aymeri lo riche.
Plus i a or qu’en Cordres n’en Sezile,
N’en Corcenie n’en terre Femenie.
1620Desoz les votes, en la grant manantie,
Dame Hermenjart se conplaint et sospire
Que de vitaille est forment escharie ;
Si ot o li .xv. de ses meschines :
Et si n’i a .i. sol mangier dont vive :
1625De son avoir chanjast une partie,
.V. muis d’arjent por un mui de farine,

Et .xxx. solz por un sestier de sidre,
Por un tret d’eve, .c. mars d’or a devise ;
Mès Sarrazin ne lor vendroient mie,
1630Ainz la leroient decoper et ocire.
Li cuers li ment, li menbre li palissent ;
Se Dex nel fet li filz sainte Marie,
Ja la contesse ne lor estordra vive.
Li amirals fu plains de grant voidie,
1635De traïson et de grant boiserie ;
Devant la tor a pris herberjerie ;
Un tref i tendent paien que fée firent :
N’i avoit corde ne feste ne cheville
Ne soit a or a pierre o a bericle.
1640A Mahomet un grant estaje firent
Sor .v. colonbes tailliées par mestrie,
Bloes et jaunes et vermeilles et indes ;
La l’ont levé li Sarrazin de Nique ;
Son chapel est d’un vert paile de Grice.
1645Li amirals estoit plains de boisdie,
Porpensa soi d’une grant lecherie :
Onques nus hom ne pensa tel folie.
Il en apele Auquaire d’Aumarie :
« Biau sire niés, vos ne me faudrez mie.
1650« Vos en irez en terre Femenie
« Et si direz a Clarissant m’amie,
« Qu’el viegne a moi, et si nel lesse mie ;

« .XIIII. mil amoint de ses meschines.
« Je lor dorrai Nerbone tote quite
1655« Que a force ai sor Aymeri conquise.
« El mois de mai que la rose est florie,
« Desoz Nerbone grant est la praerie
« Et li onbrajes de la mananderie ;
« La se poront deporter et deduire.
1660« O vos menrez Sarrazins .xxx. mile
« Ques conduiront par les vax de Tubie :
« Que l’en nes gait au port soz Aumarie
« Qu’eles ne soient enconbrées ne prises ! »
Et dit Auquaires : « Molt volentiers, biau sire,
1665« Irai je el mesaje. »

LXVI[66]

Li Sarrazin ne vodrent prendre terme :
De beles armes se conroient et vestent ;
.XXX. mil furent a aubers et a elmes ;
Vindrent sor mer tot droit as basses terres ;
1670Trovent les nés aaisiées et beles ;
Dedenz entrerent la pute jent averse ;
Notent et tinbrent et harpent et vielent,
Par mi la mer se najent et governent,
Et arrivent au port soz Muciterne.
1675En Femenie conterent les noveles
A Clarissant et as autres puceles.

.XIIII. mil s’en conroient de beles
Des plus cortoises qui furent en la terre.
Portent oisiax et moinent fieres bestes,
1680Sinjes privez et calandres et melles ;
Jusqu’a la mer ne finent ne ne cessent ;
En .xxx. nés drecent voiles et perches,
Par mi la mer se najent et governent
Droitement a Narbone.

LXVII[67]

1685La jent paiene que li cors Deu cravant,
Ont a Nerbone pris lor herberjement.
L’amirals monte sa tor de maintenant.
.XX. aumaçor et .xxx. roi puissant
Droit a la tor vindrent esperonant ;
1690Dame Hermenjart apelent en riant :
« Franche contesse, car issiez ça avant ;
« Si parlerez a Corsolt l’amirant.
« Se volez fere son gré et son talent,
« Il vos dorra un riche roi puissant ;
1695« .XIIII. contes avrez des plus vaillanz
« Qu’onques ne fu danz Aymeris li blans,
« Qui au mangier vos serviront devant. »
Ele s’escrie : « Taisiez, mauvese jent,
« Qui si m’avez traïe malement.

1700« Forz est la tor, n’i enterrez oan ;
« Toz li mortiers en fu pestri a sanc ;
« Vos i poez piquier jusqu’a .x. anz,
« N’en abatrez solement plain un gant.
« .C. dehait ait Mahon et Tervagan
1705« Et tuit icil qui en els sont creant,
« Que vitaille ai ceenz a mon talent
« Et chevaliers avuec moi jusqu’a cent ;
« Vos les verrez deci a po de tens. »
L’amirals l’ot, a po ne pert lo sens.
1710Mil sarrazin s’escrient hautement :
« Sire amiral, que te vas atardant ?
« Assailliez les et derriere et devant
« A pis d’acier et a cisiax trenchanz ;
« De cele tor lor abatrons les pans. »
1715Dist l’amirals : « Je n’en ferai neent ;
« Maumis seroit l’azur et l’orpiment
« Et le cibuire seelé a arjent ;
« Que leenz ont vitaille povrement,
« Jes en trerai afamez et dolenz ;
1720« Si avrai la tor saine. »

LXVIII[68]

Or a li rois toz ses fès aconpliz,
Ne mès la tor dont il n’est pas sesiz ;

En Femenie en a ses mes tramis
Por Clarissant au jent cors seignori,
1725Et en Espaigne envoia Aymeri
Que cuide fere a grant honte morir ;
Si l’ont monté sor un povre roncin.
Paien chevauchent joios et esbaudi,
Et li quens fu coreciez et marriz ;
1730Il a plore et jeté granz sospirs ;
Deu reclama qui onques ne menti,
Et nostre Sire nel met pas en obli,
Ainz li envoie secors, soe merci.
Des porz d’Osaut repaire Guibelins
1735A.xxx. mile de chevaliers hardiz ;
Bien a gasté lo regne as Sarrazins,
.X. citez fretes, .xv. chastiax conquis,
Molt en amene chetives et chetis,
Turs et Turcoples, Acoparz et Hermins :
1740Entr’els i a .iiii. rois Sarrazins
Qu’il ot en chanp vaincuz et desconfiz ;
Cil enpliront lo tresor Aymeri.
Guiberz regarde, si a paiens choisi ;
Vint a ses jenz, fierement lor a dit :
1745« Veez ci flote de marcheanz venir.
« Adobez vos, seignor, vostre merci
« Que ne soions engignié ne sospris. »
Et cil ont dit : « Tot a vostre plesir. »
Isnelement se sont a terre mis ;

1750La veïssiez tant blans aubers vestir,
Lacier tanz elmes et ceindre branz forbiz,
Tanz chevaliers desor destrier saillir.
Li rois Guiberz en apele Aufelin,
Un chevalier corajos et hardi,
1755Et li a dit : « Alez avant, amis,
« Por demander se ce sont Sarrazin
« Ou marcheant qui vienent lo chemin. »
Et cil respont : « Ja n’en serez desdiz. »
Point lo destrier, a l’encontre lor vint,
1760Si lor demande qui il sont en latin ;
Et cil ont dit, qui ne deignent mentir :
« Nos somes homes Corsolt lo fil Sorbrin.
« Prise est Nerbone, s’enmenons Aymeri
« En Babiloine, en l’amirable cit ;
1765« La le ferons a grant honte morir.
— Mal l’avez dit, gloton, » dit Aufelins,
« Mes sire est li frans quens Aymeris :
« Dedanz Nerbone molt soef me nori,
« Si m’adoba et chevalier me fist. »
1770Lo destrier point, si a l’espié brandi,
Fiert un paien orgoillos et eschi ;
L’escu del col li a fret et parti
Et lo auberc derrot et desarti ;
Par mi lo cors li met l’espié bruni

1775Que mort l’abat del destrier arrabi ;
Tire sa resne si est d’ax departi.
Paien l’enchaucent deci qu’a .iiii. vint
Qui li lancierent maint roit espié forbi ;
Ne le tochierent, Deu ne vint a plesir ;
1780Auberc ot fort qui de mort lo gari,
Destrier isnel qui tantost le ravi.
« Seignor baron, » dit li rois Guibelins,
« Nostre mesaje s’en vient tot ademis ;
« Mien escient aucuns en a ocis.
1785— Seignor, sachiez ce sont ci Sarrazin.
« Rengiez vos tost et pensez del ferir,
« Car n’en iront sanz perte. »

LXIX[69]

Li rois Guiberz fu preuz et vertuos,
Hardiz as armes et fiers et corajos.
1790A .m. François comanda ses prisons,
De toz les autres a fet ses conpaignons
Qui volentiers lo sivent par amor.
Granz fu la plaigne et larjes li sablons ;
Li rois Guiberz chevauche Pliemont,
1795Un vair destrier qui fu a l’aumaçor

Que il conquist desoz Inde maior.
Sarrazin voient que il ne la garront
Et sanz bataille pas n’en eschaperont ;
Po furent jent, si lessent les prisons,
1800Fuiant en vont par mi un val parfont ;
Franc les enchaucent qui aesmé les ont :
Qui il consivent il est morz a dolor ;
N’en eschapa ne mès que uns toz sols ;
Icil ot non Murgalant de Monflor,
1805Rois fu d’Egite, a merveille orgoillos,
Destrier ot bon corant et ravinos,
Broche le bien, et il cort de vigor,
L’anste brandi a tot lo confanon,
Guibert feri en l’escu au lion,
1810Desoz la bocle li peçoie et confont
Et lo auberc li desmaille et derront,
Lez lo costé li mist lo confanon,
Enpoint le bien et bote par tençon,
Mès onc li rois n’en deguerpi l’arçon,
1815Mès a l’espée dont a or est li ponz
Le va ferir desus l’elme roont,
Totes les pierres en devale et confont,
Tot le copa entreci qu’al pomon ;
Trois moz li dit par contralioison :

1820« Otre ! paien, fil a putain, gloton,
« Dex destruie ta jeste ! »

LXX[70]

Molt par fu liez li frans quens Aymeris,
Quant fu rescos et si borjois gari ;
Tel joie en a que toz li cuers li rit.
1825Mès liez fu, ne se pot eslargir,
Et neporquant si broche lo roncin,
Par mi lo chanp s’en vint a Guibelin ;
Si li demande : « Estes vos ce, biax filz ? »
« Oïl voir, pere, » li enfes respondi,
1830« Qui vos navra, la mès n’ert mes amis ».
Sor l’erbe vert le descent del roncin
Et a s’espée li trancha lo seïn ;
As piez li chiet si li crie merci :
« Que ferai je, sire, » dit Guibelins,
1835« Irai m’en je, ou fuirai en essil ?
« En hermitaje m’en devroie foïr.
« Je vos deüsse et garder et chierir,
« Si vos lessai comme dolenz chetiz. »
Dist Aymeris : « Jel te pardoig, biax filz ;
1840« Se ce feïs, jel comandai ainsi.
« Li rois Corsolz m’a malement bailli,
« Arse a ma terre et gasté mon païs

« Et ma cité et mon donjon a pris,
« Et moi navré de son espié forbi
1845« Par mi lo cors, que ja n’en quit garir. »
Et dist Guiberz : « Biax pere, mal le fist ;
« Conparra lo, se Deu plest et je vif.
« Se Dex me sauve et freres et amis. »
.I. oignement a demandé et pris,
1850Vint a son pere, en la plaie li mist,
Puis li benda les flans a un ceinsil.
Armes demande li preuz quens Aymeris :
El dos li vestent un blanc auberc treslis,
El chief li lacent un vert elme bruni,
1855L’espée çaint dont li brans fu forbiz,
Au col li pendent un fort escu voti,
Baillié li ont un espié poitevin
Et l’ont monté el destrier arrabis
Dont Guiberz ot lo sarrazin ocis.
1860Or lerons ci del preu conte Aymeri.
Huimès devons as enfanz revenir,
Au conte Hernaut, a Buevon, a Garin
Et a Guillaume d’Orange lo marchis

Et a Bernart de Brubant lo hardi,
1865Qui a Nerbone vienent a Aymeri
A .xxx. mil de chevaliers hardiz.
Descendu sont soz lo pui de Monbrin,
Gardent sor destre par delez un chemin,
De Femenie ont l’estoire choisi :
1870Dames i a jusqu’a .xiiii. mil
Et .xxx. mil de felons Sarrazins.
Devant el chief voient Mahom venir
Et l’estandart Corsolt, cel arrabi,
L’or et les pierres qui forment resplendist,
1875Tot en reluist la terre et li païs.
As armes corent li fil dant Aymeri.
Ci commence barnaje.

LXXI[71]

Granz fu la plaigne par desoz Roche Agniere ;
N’i veïssiez ne conble ne bruiere,
1880N’i trovissiez jeneste ne fochiere,
Fors l’erbe vert florie en la jonciere ;
Li auferrant a lor piez la marchierent,
Bone fleror lor en vint a la chiere ;
François chevauchent les lances abessiées,
1885Cortoisement adobent lor eschieles.

La veïssiez tante pointe eslessiée,
Tant escu fret, tante tarje perciée ;
Des abatuz fu la terre jonchiée.
As premiers cox Mahomet abatierent
1890Et l’estandart par terre trebuschierent ;
Et les puceles en furent esmaiées,
Entor Mahom se tenoient rengiées,
Tordent lor poinz et lor chevex tirierent.
Paien saillirent, la pute jent entiere,
1895Qui ont tel duel a po que n’erragierent ;
Et li François durement les requierent,
Quant venu sont ensenble.

LXXII[72]

Forz fu l’estor soz lo pui de Monbrin ;
Turc et François furent ce jor voisin.
1900Onques paiens por poor n’i guenchi,
Ne chevaliers n’i fu de joindre eschiz.
La veïssiez un estor esbaudi,
Tante hanste fraindre et tant escu croissir,
Tant bon auberc desmailler et faillir,
1905Tant poing, tant pié, tante teste tolir,
Sanc et cervele contre terre jalir,

L’un mort sor autre trebuchier et chaïr ;
Tote jor dure la guerre et li estris,
De ci al vespre que paien sont guenchi.
1910Bien les requierent li fil dant Aymeri ;
De chanp les gietent la Damedé merci,
A lor espées nues.

LXXIII[73]

Quant Sarrazin furent de chanp jeté,
A molt grant poine sont des nos desevré.
1915A .xxx. mil par conte tot nonbré,
Par itant furent as dames chadeler
Et a l’estor commencier et lever,
N’en est de toz que .iii. mil eschapé ;
Cil sont es cors et plaié et navré,
1920Les escuz frez et les aubers faussez.
A une part se sont el chanp torné,
Virent Mahom par terre craventé
Et l’estandart dant Corsolt l’amiré
De l’autre part trebuchié et versé,
1925Environ li les puceles plorer ;
Tel duel en ont a po ne sont desvé ;
Mahomet jurent et Apollin lor dé
Ja ne fuiront de bataille chanpel.
Bessent les lances, si sont alé joster,

1930Et li François nes ont pas refusez ;
Fierent et chaplent des espées del lé,
Et des espiez trenchanz et afilez.
La veïssiez un estor communel,
Tant hanste fraindre et tant escu troer,
1935Et tant auberc derronpre et descirer,
Tant pié, tant poing, tante teste coper,
Sanc et cervele encontremont voler,
L’un mort sor autre verser et raoler.
As Sarrazins en est mal encontré,
1940N’en est des lor que .i. sols eschapez
Qui ne soit morz, ocis ou afolez :
Ne mès Auquaires li niés a l’amiré.
Cheval ot bon, par tant s’en est tornez,
Par mi les rens en est fuiant alez,
1945Desor senestre est son chemin remés,
Une autre voie sor destre en est tornez,
Par ou il quide droit a Nerbone aler.
Molt ala tost, se ne fust esgarez ;
Florent l’enporte corant et abrivé.
1950Jhesu de gloire qui en crois fu penez
Et vint en terre por lo monde sauver,
Li doinst anuit en tel leu assener
Por quoi François resoient hérité
De la cit de Nerbone !

LXXIV[74]

1955Plest vos oïr com li nostre ont erré ?
Ainz que l’estor poïst estre afiné,
Fu nuit oscure, nus n’i choisi son per,
Ne confanon ne bessier ne lever.
Entre les morz sont li vif ostelé ;
1960Desore l’erbe firent tendre lor trez ;
N’i a cheval qui se voille esfreer,
N’i a vassal qui ne soit ahanez.
A mangier font as puceles porter
Qu’il ont conquises des Turs et des Esclers ;
1965Prou lor en donent, que il en ont asez,
Que Sarrazin i orent aporté
Et aconduit par mi l’eve de mer.
Mès d’une chose sont François malmené
Que danz Bernarz de Brubant la cité
1970I fu el cors de .iiii. espiez navrez.
Il li deslacent lo vert elme jemé
Et li desceignent lo bon branc aceré,
Del dos li traient lo blanc auberc safré,
Et lo bliaut de paile gironé :
1975Tot remest nuz jusqu’as braies oster.
Les mortex plaies li ovrent del costé,
Li sans en salt et li dus est pasmez.

La veïssiez si grant duel demener,
Tordre tant poing et tant chevel tirer ;
1980Plore Guillaumes li marchis au cort nés,
Hernauz et Bueves et danz Garins li ber,
Et se clamerent chetif, maleüré :
« Hui muert li melz de nostre parenté ! »
Mès as puceles en a pris grant pité ;
1985La mestre d’ax fist forment a loer :
« Seignor François, » dist ele, « ne dotez :
« Je l’avrai ja gari et respassé. »
Entre ses braz prist lo conte soef,
Dist .iii. paroles de sainte Trinité
1990Et de la croiz de la crestienté,
Dont estanchierent les plaies criminel ;
Et de vin blanc li a fetes laver ;
Un oignement tret d’un escrin paré
Qui contrevaut tot l’or de .x. citez ;
1995De tot l’avoir a trois rois coronez
Ne seroit il esligiez n’achetez.
Quant Jhesus Criz fu en la croiz penez,
Que Juï l’orent batu et flajelé,
Li trois Marie l’alerent visiter.
2000Nicodemus dut la boiste garder ;

En Femenie l’en fist Longis porter :
Lo païs aime por ce qu’il en fu nez.
Les mortex plaies en a fait aesmer,
Dedenz tochier et defors adeser,
2005Et un petit l’en fist lo col passer,
Et puis drecier et en estant lever,
Ez vos lo conte gari et respassé.
La veïssiez grant joie demener :
« Seignor baron, » ce dit Hernauz li ber,
2010« Je sui toz sains, la merci Damedé :
« Onc si legiers ne fui en mon aé. »
Onc tel avoir n’ot li rois Desramez,
Sansses li forz ne Tiebauz li esclers,
Ne l’amirals d’otre la Roje mer,
2015Com nos François ont el chanp conquesté :
Et si nel sevent mie.

LXXV[75]

François se ventent, por les dames s’orgoillent ;
Cele nuit jurent entre l’eve et la broille :
Ni a cheval qui esfreer se voille ;
2020Auquaires point, durement s’esviguore,
Et trespasse la terre.

LXXVI[76]

Auquaires broche et passe lo païs,
Isnelement, ne prist cesse ne fin ;
Aler quida au fil lo roi Sorbrin,
2025Droit a Nerbone, a Corsolt l’Arrabi ;
Mès il i a de tot en tot failli,
Assenez est au franc conte Aymeri
Et a Guibert lo menor de ses filz.
En une lande de loriers et de pins
2030Trove enbuschié lo conte avuec son fil,
Et li paiens s’en fuit tot ademis,
Que n’en sot mot jusqu’en l’agait fu mis :
François le corent de totes parz sesir,
Espées tretes, qu’il le vuelent ferir.
2035Il lor cria : « Por Mahomet merci !
« Ne me tochiez, franc chevalier hardi ! »
Demanda lor qui il sont en latin,
Et cil ont dit qui ne vuelent mentir :
« Nos somes homes lo preu conte Aymeri
2040« Et dant Guibert lo menor de ses filz,
« Et hui matin l’escost a Sarrazins ;
« En Babiloine l’enmenoient chetif.
— Por Mahomet, » Auquaires respondi,

« Tant par foisonnent li fil dant Aymeri !
2045« Or quidoie estre respassez et gariz,
« Et je me sui en lor linaje mis. »
Il le menerent devant lo viel flori.
Il fu cortois, a la terre s’assist.
Premiers l’apele danz Guiberz li marchis :
2050« Sarrazin frere, » ce a dit Guibelins,
« Ton escu voi peçoié et maumis,
« Et ton vert elme enbarré et croissi
« Et ton destrier voi de corre alenti,
« Toi voi sanglant et ta chiere et ton vis ;
2055« Bien senbles home qui d’estor soit partiz.
« Ou vas ? Dont viens ? Ou alas ? Que queïs ?
« Or di verté, garde que ne mentir,
« Ou, par celui qui en la croiz fu mis,
« Je te ferai toz les menbres tolir,
2060« Ardoir en feu et fere male fin. »
Et cil respont, ja n’i avra menti :
« De Femenie reperoie hui matin,
« Dames menoie jusqu’a .xiiii. mil,
« Et .xxxm. de cortois Sarrazins,
2065« Et descendismes soz lo pui de Monbrin
« En une lande de loriers et de pins.
« La trovai .v. des filz dant Aymeri ;
« Ier tote jor a ax me conbati.

« Mi conpaignon i furent tuit ocis
2070« Fors que mes cors qui en eschapai vis.
« Trestote nuit ere ça afoïz,
« Aler quidoie au fil lo roi Sorbrin,
« Droit a Nerbone a Corsolt l’Arrabi,
« Por lo domaje raconter et jehir
2075« A Corsolt de sa perte. »

LXXVII[77]

« Sarrazin frere, » dist Aymeris li ber,
« Je connois bien ce destrier que avez :
« Florent a non, si fu Gaudin l’escler,
« Un Sarrazin seignor de Duresté ;
2080« A Finamonde li fis lo chief voler,
« S’en amenai lo destrier sejorné,
« .V. anz lo fis a Nerbone garder ;
« Par nuit me fu en mes chanbres enblez,
« Or le me ra vostre sire amené.
2085« Folement estes venuz et assenez :
« Vostre seignor me voloit ardre el ré,
« Devant Nerbone l’amirable cité ;
« Je vos ferai toz les menbres coper,
« Ardoir en feu et la podre venter,
2090« Se ne volez Damedeu aorer.
— Aymeri sire, » dit Auquaires li ber,

« Bien ai Mahom essaié et prové ;
« Hui main lo vi par terre craventé
« Et a François trebuchier et verser,
2095« Onc nel soi tant par besoing reclamer
« Que me peüst secorre n’aïder ;
« Je crerai mès en vostre Damedé,
« Celui qui fet et yver et esté,
« Et qui nos done et lo pain et lo blé. »
2100Respont li quens : « Dex en soit graciez ! »
Avuec Guibert ot venuz .ii. abez ;
Une fontaine sordoit en mi lo pré
Et li abé la seignent de par Dé,
Et si i metent et lo cresme et lo sel ;
2105Lo Sarrazin firent dedenz entrer ;
Quens Aymeris l’ala premiers lever,
Li rois Guiberz et des autres assez ;
Mès onc son non ne vodrent remuer,
Ainz li aferment selonc crestienté :
2110Ce fu Auquaires, li jentils et li ber,
Li preuz, li sajes, li cortois adurez ;
Mieudre convers ne fu de mere nez,
Qui plus amast sainte crestienté,
Qui lor aida Nerbone a conquester.
2115Or vient chevalerie.

LXXVIII[78]

« Seignor baron, » dist li quens Aymeris,
« Or est Auquaires durement mes amis ;
« Mes fillex est et a Deu convertiz :
« En sa fiance me metrai lo matin,
2120« S’irai veoir dant Guillaume mon fil,
« Hernaut, Buevon et Bernart et Garin,
« La ou il sont soz lo pui de Monbrin.
— Non ferez, pere, » ce a dit Guibelins,
« Vos n’irez mie vos .ii. a escharnir.
2125« Car un grant mal vos en porroit venir. »
Respont Auquaires : « Por neant l’avez dit ;
« Que par l’apostre que quierent pelerin,
« Miex vodroie estre decopez et ocis,
« Que par moi fust engigniez ne traïz.
2130— Et je l’otroi, fillex, » dist Aymeris.
« Dex te doinst bon coraje. »

LXXIX[79]

Aymeris s’arme et Auquaires li ber
De bons aubers et des elmes jemez,
Et des espées et des escuz bendez,

2135Et des espiez trenchanz et afilez.
Auquaires a son destrier remué,
Lesse Florent, s’a Ploiemont mené.
Quens Aymeris a Guibert apelé :
« Sire Guiberz, un petit m’entendez :
2140« Totes vos jenz fetes de ci lever,
« En Florimont la forest les menez
« Et les i fetes repondre et esconser ;
« Et si gardez, si chier com vos m’avez,
« Que n’en isse un por les menbres coper
2145« Tant que orrez vostre olifant soner ;
« Bailliez le moi, car jel vodrai porter ;
« Quant vos l’orrez et bondir et soner,
« Savoir porrez par droite verité
« Que je serai dedenz Nerbone entrez ;
2150« Vos serez sampres sur les chevax monté
« As Sarrazins, as Turs et as Esclers,
« Lor conpaignon esserez a l’armer
« Et a l’avoir departir et doner.
— Pere, » dist il, « si com vos commandez. »
2155Lo cor li baille, a son col l’a jeté.
Aymeris monte li jentils et li ber :
Ses filz Guiberz li est alez aïder ;
Cortoisement l’en prist a apeler :
« Père, » dist il, « je vos commant a Dé,
2160« Lo glorios de sainte majesté

« Qui vint en terre por lo monde sauver,
« Que vos defende de mort et d’afoler
« Et Nerbone vos rende. »

LXXX[80]

Va s’en Auquaires et Aymeris li ber ;
2165Si ont lessié lo droit chemin ferré,
Car il redotent Sarrazins et Esclers :
Auquaires en vet qui tot lo païs set.
Or lerons ci de Naimeri ester ;
Hui mès devons de Looys chanter :
2170En doce France li fu dit et conté
Que Sarrazin en avoient mené
Dant Aymeri de Nerbone sor mer
En Babiloine l’amirable cité
Et en lor chartre trebuchié et jeté ;
2175Li rois en fu corrociez et irez ;
Il a mandé la jent de son regné,
.L. mil de chevaliers armez,
Puis chevaucha nostre emperere ber ;
Jusqu’a Nerbone ne se vost arrester.
2180En la montaigne est li rois ostelez,

Sor la vert erbe a fet tendre son tré ;
A .x. mil homes se fist la nuit garder.
Gautiers de Termes fu de l’ost dessevrez,
Garda aval desoz Monbrin el pré,
2185Et vit les cierjes ardoir et alumer
Et la fremor oit as barons mener.
Point lo destrier cele part est alez,
Tante bele arme vit jesir par lo pré,
Tant bon vassal adenz et enversé
2190Et tant destrier fuiant et esgaré :
« Damedeu pere, » ce dist Gautiers li ber,
« Ci ot ester, qui que l’ait afiné.
« Dex que n’i fui sor lo destrier armé !
« Tant i ferisse de l’espée del lé
2195« Deci as coutes en fuisse sanglantez. »
A pié descent del destrier sejorné,
Sor l’erbe vert a son escu posé,
En terre fiche son espié noielé
Et aresna son destrier abrivé ;
2200Parmi les tentes commença a aler :
Onques n’i fu par home destorbez.
As eschés joe Guillaumes au cort nés,
Hernauz et Bueves et danz Garins li ber.
Cil troi se sont encontre lui torné ;

2205Hernauz ses frere lor a un tret mostré
Par quoi li autre furent del jeu maté.
A ces paroles entra Gautiers el tref,
L’espée ceinte va l’eschequier oster ;
Lors le connut Guillaumes au cort nés,
2210Qu’il estoit de sa jeste.

LXXXI[81]

« Sire Gautier, » li preuz Guillaumes a dit,
« Fustes pieça a Rains ne a Paris ?
« Com se contient mes sire Looys ?
— En po de terme le porrez ci veïr :
2215« En doce France li fu conté et dit
« Que Sarrazin ont pris dant Aymeri,
« En Babiloine l’en ont mené chetif ;
« Li rois en est corroços et pensis ;
« Si a mandé la jent de son païs,
2220« .L. mil de chevaliers hardiz :
« Forment chevauche li forz rois Looys ;
« Herbergiez est soz lo pui de Monbrin.
« De sa conpaigne estoie departiz ;
« Tot belement aval me descendi
2225« Car la clarté de ces cierjes choisi
« Et la fremor de vos barons senti ;
« Tant beles armes vi par lo pré jesir,
« Tant auberc rot et tant escu croissi,

« Tant chevalier detrenchié et ocis.
2230« Fu ce bataille ? Guillaume, qui la fist ?
— Nos la feïsmes, » dist Hernauz et Garins.
« Ier tote jor nos conbatismes ci
« A .xxx. mil de cuverz Sarrazins,
« Deci al vespre en dura li estris.
2235« Toz les avons detrenchiez et ocis,
« Un tel eschec i avomes conquiz :
« Dames menoient jusqu’a .xiiii. mil.
« Veez les la soz ces loriers jesir. »
— Nomeni dame ! » Gautiers lor respondi ;
2240« Seignor baron, qui onques tel oï ?
« Si m’aït Dex, molt grant barnaje a ci. »
Tant dementiers qu’il parloient ainsi,
La nuit s’en vet et li jorz esclarci,
Li soleus lieve par estranjes païs
2245Qui abat la rosée.

LXXXII[82]

Cheval demande Guillaumes li guerriers,
Et l’en li va lo suen apareillier ;
L’espée ceinte est montez el destrier
Que il n’i deigne autres armes bailler.
2250Et Gautiers est droit au suen reperiez ;
Il i monta par lo senestre estrier.
Il et Guillaumes ont lo tertre puié,
Droit a la tente Looys lo guerrier.

Li quens Guillaumes i est entrez premiers ;
2255Ou voit lo roi si li chaï au pié,
Estroitement le li a enbracié,
L’esperon bese qu’est a or entaillié.
Li emperere l’en a sus redrecié :
« Sire Guillaumes, qui vos a corrocié ?
2260« Par saint Denis mon seignor droiturier,
« Ja n’avra mès m’amor ne m’amistié. »
— Droiz emperere, » dist Guillaumes li fiers,
« Li rois Corsolz m’a malement baillié :
« Pris a mon pere Aymeri lo guerrier ;
2265« En Babiloine l’en a fet envoier,
« Dedenz sa chartre jeter et trebuchier ;
« Prise est Nerbone dont granz damaje iert,
« Fors que la tor que la contesse tient ;
« Forment redote qu’ele n’ait que mangier ;
2270« Por la vitaille la puet l’en josticier. »
Ce dist li rois : « Or ne vos esmaiez :
« Par saint Denis cui hom je sui del chief,
« Ja ne verrez passer un mois entier,
« Mostrerai lor .xx. mile chevaliers,
2275« Et puis .c. mile as verz elmes laciez,
« Estre serjenz et les arbalestriers.
« Ou sont vos homes ? ou les avez lessiez ?
— Par ma foi, sire, soz Monbrin el gravier,

« Ou tote jor nos conbatismes ier
2280« A .xxx. mil Sarrazins et Paiens ;
« Toz les avons ocis et detrenchiez ;
« Un tel eschec i avons gaaignié :
« Dames menoient bien .xiiii. milliers ;
« La mestre d’eles qui des autres est chiés,
2285« Est mirienesse, que n’a meillor soz ciel :
« Bernarz mes frere, li nobiles guerriers,
« I fu el cors feruz de .iii. espiez,
« En petit d’ore l’en ot assoagié ;
« Or est plus sains que poissons el gravier. »
2290Et dist li rois : « Cele me gardez bien :
« Si la menrai en France. »

LXXXIII[83]

Li quens Guillaumes droit a son tré revint,
Iluec trova et Bernart et Garin,
Hernaut et Bueve, lo duc de Conmarchis ;
2295Lo roi alerent veoir et conjoïr.
Nostre emperere fu molt preuz et jentils :
Les dames fist par devant lui venir ;
Li emperere s’i joe et gabe et ri.
Atant ez vos Auquaire et Aymeri,
2300Et Ploiemont a .iiii. foiz heni,
Que toz les trés en a fet retentir ;

François l’oïrent si en sont esbahi,
.M. en corurent les bons aubers vestir.
« Estez seignor, » dist li rois Looys,
2305« Ja por .ii. homes n’i ert escuz sesiz.
« Jusques as tentes les lessomes venir ;
« Messagier sont, ce quit, a Sarrazins ;
« Si nos diront noveles. »

LXXXIV[84]

Nostre emperere fu molt jentils et ber
2310Qui les puceles fist devant lui mener ;
Li rois gaba et dist ses volentez.
Atant ez vos dant Aymeri lo ber,
O lui Auquaire qui tant fet a loer ;
Mès molt sont las, traveillié et pené,
2315Et lor cheval durement tressué.
A pié descent danz Aymeris li ber,
En terre fiche son espié aceré,
Et desor l’erbe a son escu posé,
A son filluel a son cheval livré,
2320Espée ceinte est es tentes entrez
Que n’i deigna chevalier saluer.
Li emperere l’a premiers apelé :

« Vassal, » dist il, « vos n’estes pas senez
« Qui devant moi vostre espée portez ;
2325« S’or aviez felonie enpensé,
« En petit d’ore m’avriez ja tué ;
« Par Saint Denis qui est mes avoez,
« Po ne vos faz toz les menbres coper ! »
Aymeris l’ot, ne deigna mot soner,
2330Ainz deslaça son vert elme jemé
Apres la quoife del blanc auberc safré ;
Sor ses espaulles l’a lessiée coler ;
La barbe ot longue jusqu’al neu du baudré,
Dont lo connut Guillaumes au cort nés,
2335Hernauz et Bueves et danz Garins li ber,
Et Looys et des autres asez.
Si le corurent besier et acoler
Et après lui en entra tant el tref
Qui l’ont entr’els si forment enserré,
2340Par un petit que il ne s’est pasmez ;
« Seignor baron, » dist Aymeris li ber,
« Por amor Deu vos vueil merci crier :
« Je sui el cors d’un grant espié navrez,
« Que ja n’en quit garir ne respasser.
2345— Biax sire pere, » dist Guillaumes li ber,
« Ja m’avoit l’en en Orenge conté
« Que Sarrazin vos avoient mené

« En Babiloine l’amirable cité,
« Et en lor chartre trebuchié et jeté. »
2350Li quens respont : « Pris fui de verité.
« Il me menerent issi près de la mer,
« Que il me durent en lor dromont jeter.
« Mes filz Guiberz lor fu a l’encontrer
« Qui tant lor a de son avoir doné
2355« Que plus n’en puent sostenir ne porter ;
« Au branc d’acier les a si encontrez
« Que li plus sains ne pot l’autre gaber. »
Respont Guillaumes : « Dex en soit aorez. »
Et dist Bernarz : « Qui est cil adobez
2360« Que vos avez avuec vos amené ? »
Dist Aymeris : « Ja orrez verité ;
« Ier tote jor fu o nos en cest pré
« Nostre conpainz a ruistes cox doner ;
« De .xxx. mil n’en est plus eschapé ;
2365« Anuit le m’a nostre Sire amené ;
« A nostre loi l’avons crestiené :
« Mes fillex est, s’est Auquaires nomez.
« Biau sire fil, alez le desarmer,
« Que ja n’i ait se contes non o pers ;
2370« Nos le devons tenir en grant chierté :
« Par lui avrai Nerbone ma cité
« Dont Sarrazin m’ont a grant tort jeté. »

Lors le desarment et si l’ont afublé
D’un chier mantel a listes d’or ovré,
2375Que l’emperere li a fet aporter :
« Aymeri sire, » dist Looys li ber,
« Filz a baron, or me di ton pensé
« Comment tu quides dedenz Nerbone entrer
« Quant ja l’ont prise Sarrazin et Escler,
2380« Ne mès la tor qui tant fet a loer
« Que tient ta feme Hermanjarz au vis cler ;
« Par la vitaille la quident afamer. »
Dist Aymeris : « Ja orrez verité :
« Totes ces dames ferons desconreer,
2385« Lor garnemenz nos convient enprunter,
« Bliauz et pailes et chainses gironez
« Que vestirons sor les aubers safrez ;
« De chieres guinples de soie d’otre mer,
« Estroitement ferons nos chiés bender
2390« Que ne reluisent li vert elme jemé ;
« Et lesserons les destriers sejornez
« Et monterons es mulez afeutrez ;
« Comme puceles chanjerons nostre aler ;
« Cel estandart ferons avant porter,
2395« Et l’oriflanbe dant Corsolt l’amiré
« Baillerai jo a Anquaire lo ber :
« Mes fillex est, ne me vodra fausser :
« Par lui avrai Nerbone la cité

« Dont Sarrazin m’ont a grant tort jeté.
2400« Se je i puis par son conseil entrer,
« Je li donrai .xv. chastiax sor mer,
« .X. fortereces et .iiii. granz citez.
Li rois respont : « Je l’otroi de par Dé.
« Dex le vos doinst bien fere. »

LXXXV[85]

2405Looys monte a la chiere hardie
Et Aymeris a la barbe florie,
Li quens Hernauz que Jhesus beneïe
Et avuec ax lor grant chevalerie.
Cortoisement conduisent les meschines
2410Par mi les landes desoz Esclabarie,
La cite frete desoz lo pui assise ;
.C. tors i ot, dreciées et basties ;
Charles li rois a la barbe florie
L’arst et fondi quant ot Nerbone prise,
2415Que puis ce jor n’i ot herberjerie.
Mès Sajetaire l’ont de novel reprise,
Des vielles tors ont redreciées .xv.
A une part des couverz de la vile
Une trenchiée i ont fete et bastie,

2420.IIII. eves rades i corent et afilent
Qui en mer chieent es porz soz Aumarie :
N’ot si fort leu en France la garnie.
Soz la cité est une praerie
Qui contrevaut tot l’or de Pincernie :
2425La croist la mente et la rose florie,
Et garingal, citoal et gingibre ;
Et si i croist lo poivre et lo perirtre,
Les chieres erbes et les riches espices ;
Li Sajetaire les coillent et cherissent
2430Et a navées les portent en Egite ;
Iluec les vendent et poisent a devise
Fer et acier, car el n’en prendent mie ;
Armes en font de quoi il se garnissent,
Haches trenchanz et espées forbies,
2435Et les espiez qu’il lancent et brandissent,
Et les sajetes trenchanz de plusors guises ;
Miex traient d’ars que nul home qui vive ;
Contre lor cox n’a arme garantie ;
Auberc ne broine ne li vaut .ii. coquilles.
2440Iceste jent vos dirai dont il vivent :
Il ne gaaignent ne n’ont moltoierie ;
N’ont giens de blé qu’onques mie n’en vivent,
N’onques de pain ne virent une mie ;
Mès la lor terre est essillie et gastie,

2445Et les forez plenieres et garnies
D’ors et de cers et d’autre venerie.
Li Sajetaire les bersent et ocient,
La char manjuent que il ne cuisent mie,
Et lo sanc boivent, plus que vin le desirent.
2450Se ceste jent que vos oez ci dire
Puent trover dant Aymeri lo riche,
Po li vaudra sa bele conpaignie ;
N’en revendra chevalier ne meschine,
Ne n’enterra en Nerbone la riche,
2455Ne Looys, en France la garnie,
Se Dex nel fet, li filz Sainte Marie.
Mès alé furent lo jor a une assise
Por acorder contre Turs d’Orquenie ;
C’est une jent qui Deu ne croient mie.
2460Par lor cors ont une terre sesie
Sor une roche dedenz mer en une isle ;
.IIII. jornées est de la roche eschive,
Close est a murs et a granz tors antives.
Tuit sont seignor, por rien ne se jostissent,
2465Ne servent home qui muire ne qui vive.
Li Sajetaire les bersent et ocient.
Ce est la chose qui or plus les jostisse.
Le jor s’acordent, s’ont une trieve prise.
François chevauchent qui ne s’atarjent mie,
2470Ainz ne finerent deci en Ortobrie.
Biax sont li bois et granz la praerie.

.IIII. eves rades i corent et afilent ;
François herberjent, li chevalier nobile,
Tendent lor trés, paveillons de Sirie,
2475Bersent les cers et les sanglers ocient,
Prenent les dains que portent a quisine,
Jetent ostoirs et fax de mue prime,
Prenent hairons, si abatent les cines ;
Cil damoisel joent et esbaudissent.
2480Bien se conroient li chevalier nobile
Et les puceles de terre Femenie
Que François ont sor Sarrazins conquises ;
Iceles sont molt richement servies.
La nuit se gaite quens Aymeris li riches
2485A .x. mil homes a espées forbies ;
Car fierement se dote.

LXXXVI[86]

Plest vos oïr com François esploitierent ?
En Ortobrie la nuit se herbergierent ;
A .x. mil homes la nuit eschaugaitierent.
2490Li Sajetaire de lor plet reperierent ;
Entor lor vile ont la terre cerchiée,
Trovent la rote des nobiles eschieles
Et l’erbe fresche contre terre plesiée,
Et les espices folées et marchiées,

2495Dont ont tel duel a po que n’enragierent ;
Tordent lor poinz et lor chevex sachierent,
Chetif se claiment que les porz ne gaitierent ;
Sonent lor grelles, s’ajostent lor eschieles ;
Quant sont ensemble a .vii. mil se prisierent.
2500Corent plus tost que cerf, ne dain, ne lievre,
Miex s’entrencontrent que blachet ne levriere.
Devant sont homes et cheval par deriere.
Sor Rochebrune est la montaigne fiere :
El coing du pui ot fet une trenchiée
2505Et el somet fu la roche dreciée
Haute est et grant et en son batailliée :
Desoz fu crose, dolée et entailliée ;
Chanbres i ot beles et aaisiées :
Fées les firent qui en sont essilliées
2510Par une guivre qui s’i est herbergiée :
Bien a .v. anz qu’ele i est reperiée
Et trente guivres la sivent et requierent,
Qui alé sont dedenz la roche fiere ;
.IX. testes ot merveilloses et fieres,
2515Les .v. devant et les .iiii. derriere ;
Et vole tost quant ele est corociée ;
Feu ardant jete et ja n’ert engigniée.
Li Sajetaire l’ont lo jor enchauciée :

Ce est la chose qui onques plus lor grieve ;
2520Ele se drece quant ele oï les pierres,
Par la derube ala en la trenchiée,
En mi la rote s’est en travers cochiée,
Au trespasser lor estera portiere.
Li Sajetaire de rien ne se targierent,
2525Quant il la voient forment s’en esmaierent ;
Ferue l’ont et devant et derriere :
La pel est dure, onques ne la percierent,
Ele se torne, a feu ardant les grieve,
Lo vis lor art, les cropes et les chieres,
2530Et cil s’en fuient par puis et par rochiere,
Si guerpissent les rotes.

LXXXVII[87]

Li Sajetaire ont la rote guerpie,
La beste vint a sa herberjerie.
Jusqu’au demain que l’aube est esclarcie,
2535Quens Aymeris ne se volt targier mie ;
Ainz fist armer sa grant chevalerie
De blans aubers et d’elmes de Pavie,
Et desus ceignent les espées forbies ;
As males corent puceles et meschines,

2540S’en traient dras de diverses baillies :
Sor les aubers as François les vestirent ;
Quens Aymeris en vet son cors meïsme,
Et tuit si fil ou durement se fie ;
Estroitement lient l’or chiés de guinples ;
2545Les destriers lessent qui corent de ravine,
Et sont monté es mulez de Sulie ;
A Auquaire ont l’oriflanbe comise
Et a Nerbone ont lor voie acoillie ;
Portent oisiax et moinent cers et biches,
2550Ors et lions et marmotes et sinjes.
Li emperere remest o les meschines,
En sa compaigne de chevaliers .x. mile.
François chevauchent qui ne s’atarjent mie ;
Devant Nerbone sont venu en droit prime ;
2555El premier chief fu Aymeris li riches
Et tuit si fil ou durement se fie.
Dame Hermenjarz fu en la tor antive
Et n’ot o li que .iii. de ses meschines,
Les autres erent dedenz la tor fenies
2560Por la vitaille qui lor estoit faillie.
Lor ames soient sauvées et garies !
L’estoire voit, molt est espoorie ;

Deu reclama lo fil sainte Marie,
Lo glorios qu’il li tramete aïe
2565De la nobile jeste.

LXXXVIII[88]

Auquaires broche, li fillex Aymeri,
Qui l’oriflanbe paumoia et brandi.
Mainte viële i oïssiez tentir,
De maint oisiax i oïssiez lo cri,
2570Chante la melle avueques lo mauviz,
Jais et calandres, chascuns en son latin.
Devant el chief fu li quens Aymeris
Et avuec lui si neveu et si fil.
Dame Hermanjart sus en la tor choisi,
2575Molt volentiers son conseil li deïst,
Mès por paiens ne li ose jeïr.
A l’amiral vienent .m. Sarrazin ;
Il l’en apelent, fierement li ont dit :
« Hé, amiral, vels noveles oïr ?
2580« Or pues tu dire bien t’est Mahom amis,
« Bien as Pilate et Tervagan servi.
« De Femenie pues l’estoire choisir.
« Dames i a jusqu’a .xiiii. mil,
« Et .xxx. mil de cortois Sarrazins.
2585« Bien deüssiez encontr’eles issir. »
Dist l’amiral il n’ira mie ainsi :

« Devant mon tref descendront ja ici ;
« Si i verrez .m. encensiers espris
« Qui seront plein d’encens Alixandrin.
2590« Après ferai drecier toz mes enginz
« .XXX. perrieres et .x. berfroiz garniz,
« Ja nes lerai ançois les avrai pris
« Et de la tor a la terre jus mis ;
« Si i merrai Clarissant au cler vis
2595« Et ses autres puceles. »

LXXXIX[89]

Seignor, oez un vers bon et seant
De fiere jeste, de la melz conbatant
Qui onques fu en cest siecle vivant ;
Par quel engin quens Aymeris li blans
2600Reprist Nerbone sa fort cité vaillant
Qu’orent traï Sarrazin mescreant.
Comme puceles muërent lor senblant :
Si ont lessié les bons destriers coranz
Et sont monté sor les mulez anblanz.
2605Devant Nerbone vindrent esperonant ;
L’en lor ovri les portes maintenant ;
Cil i entrerent, que n’i vont arrestant.

Auquaires entre trestot premierement ;
Droit a la tor vienent esperonant,
2610Devant lo tré Corsolt a l’amirant ;
Met pié a terre del destrier auferrant ;
Com il le voit, si li dist maintenant :
« Biax sire niés, vos soiez bien venant.
« Ou est m’amie o lo cors avenant ?
2615« C’est Clarissant dont je sui desirant.
— El vient ci, sire, ne vos ert delaiant. »
Itel richece n’ot mès nus hom vivanz :
La veïssiez .m. encensiers ardanz
Qui furent plain de l’encens d’Oriant.
2620Atant ez vos conte Aymeri lo blanc
Cortoisement sor un mulet anblant ;
Encontre vet Corsolz li amiranz,
Entre ses braz le descent en riant,
De sa main prist une flor blanchoiant,
2625Besier le volt, mès la guinple est devant :
A l’acointier seront d’autre senblant.
Il tret l’espée qui li pendoit au flanc ;
Par mi lo chief en feri l’amirant,
Deci es denz a fet coler lo branc,
2630Estort son cop, mort l’abat a itant :
« Nerbone, » crie, « baron, ferez avant.
« C’est Aymeris li chevaliers vaillanz,

« Que vos vossistes jeter el feu ardant.
« Vos li rendrez sa perte ! »

2635Quant ont veü li fil dant Aymeri,
Lo roi Corsolt contre terre jesir,
Jetent les ginples et les mantiax hermins
Et descendirent des mulez arrabis ;
Espées tretes vont les ostex sesir.
2640Bien se defendent Paien et Sarrazin ;
Mès li François furent li plus hardi
Qui les ont morz, detrenchiez et ocis.
As premiers cox menbra dant Aymeri
De dant Guibert, lo menor de ses fiz :
2645Par .iiii. enpointes fist l’olifant bondir ;
De Florimont l’entendi Guibelins,
Vint a ses homes, fierement lor a dit :
« Seignor baron, » dist li quens Guibelins,
« Dedenz Nerbone oi corner Aymeri.
2650« Secorons le, por Deu qui ne menti. »
Et il ont dit : « Ja n’en serez desdiz. »
La veïssiez tant bon auberc vestir,
Lacier tant elmes, ceindre tant branz forbiz,

Tant chevaliers sor les destriers saillir ;
2655Jusqu’a Nerbone ne pristrent onques fin.
Lor conpaignon furent li Sarrazin
As blans aubers endocer et vestir
Et a l’avoir doner et departir.
Molt s’i pena Guibelins li marchis :
2660Parmi les tentes vet querant Sarrazins,
A .xxx. mil de chevaliers hardiz
Qui lor detrenchent les costez et les piz.
Puis icele ore que vos avez oï,
Que Rollanz fu en Roncevax traïz,
2665Li .xii. per i parfurent ocis,
Ainz si fet glaive ne fu de Sarrazins
Com en Nerbone ot le jor establi.
Li quens Guiberz les a bien envaïz
Et sa fiere conpaigne.

XCI[91]

2670Forz fu l’estor, merveillos et pesanz.
Li quens Guiberz i ot ce jor ahan ;
Par mi les tentes vet Sarrazins querant
A .xxx. mil de François conqueranz
Qui lor decopent les costez et les flans :

2675La veïssiez tant paveillon volant
De Sarrazins, de Turs et de Persanz.
Après lor vint un essoine trop grant ;
Atant ez vos Salatré, un Persant,
Par la bataille sor un chamelin blanc :
2680Car il n’a cure de destrier auferrant,
Nel puet porter tant par ot lo cors grant
Et le bu gros et le ventre pesant.
D’une plomée va crestiens tuant,
Ça .ii., ça .iii. les ala craventant.
2685Et il s’escrient : « Aïde, Guiberz frans.
« Sainte Marie ! ja serons recreant. »
Guiberz l’oï, cele part vint corant,
Et li paiens s’adrece vers l’enfant ;
De sa plomée va la verje hauçant
2690Que la mace ert par terre traïnant,
Va la corroie larjement estendant
Et de ferir s’ala apareillant ;
Se il l’atent ja avra un cop grant,
Et li frans hom n’a de foïr talent.
2695Un cop li jete li gloz en retraiant ;
Nel toche mie, car Deu ot a garant :
Il s’abessa sor son arçon devant ;

Detriés lui fiert Joifroi de Bonivant,
Un chevalier hardi et conbatant ;
2700Tot l’abat mort et lui et l’auferrant.
Guiberz le voit, a po ne pert lo sens ;
A tot l’espée dont li ponz fu d’arjent
Le va ferir si acesmeement,
Par sor les costes andox les braz en prent.
2705Li Sarrazins escrie hautement :
« Que fetes vos, Mahom et Tervagan ?
« Pilate sire, serez me vos garant ? »
Guiberz le fiert un cop par maltalent,
La teste o l’elme li fet voler el chanp.
2710Li cors chaï delez un desrubant,
Sore lui passent maint destrier auferrant
Qui li froissierent les costez et les flans.
Adont saillirent li Tur et li Persant,
Li Amaraive et li Popeliquant,
2715Et Bedoïn et Acopart saillant
Qui lor seignor alerent regretant :
« Hé, riche ber, nobiles conbatanz,
« Larjes donerre et mieudre conqueranz
« Qui onques fu en cest siecle vivant !
2720« Morz est l’orgoil Corsolt a l’amirant
« Qui li soloit afiner toz ses chans
« Et les batailles, ja ne fuissent si grant !

« Morz, car nos pren ! que vas tu delaiant ? »
Dedenz Nerbone fu Aymeris li frans
2725Qui sa cité ot pris a son talent.
Tant i ot morz de Turs et de Persanz
Que par les rues en coroit li clers sans.
A eve froide lavent lo marbre blanc ;
Les cors enportent contremont as auvanz,
2730Si les lessierent aval les desrubanz,
Defors Nerbone les ardent par les chans :
C’estoit costume de l’ancienor tens :
Poez savoir la puor estoit granz.
Dame Hermanjarz au jent cors avenant
2735Reclama Deu lo pere omnipotent
Qu’il li envoie secors prochienement
Et si li rende lo preu conte vaillant.
Si fera il ainz lo soleil cochant,
En la sale a Nerbone.

XCII[92]

2740Quant Looys ot Aymeri corner,
Adont sot il par droite verité
Que il estoit dedenz Nerbone entrez ;
Li emperere en est brochant alez
A .xx. mil homes a armes conreez.
2745Nostre emperere fu molt jentils et ber :

Totes les dames a fetes arrester,
Que nes lessa del bois au plain aler,
Ançois descendent por lo chaut qui granz ert ;
A .c. François les conmande a garder.
2750La veïssiez grant joie demener,
Et ces puceles treschier et quaroler.
Li emperere en est brochant tornez
A .xx. mil homes a armes conreez ;
Ne mès que .c. as dames sont remés.
2755Ez Clabarin l’aumaçor d’otre mer,
A .x. mil homes en est fuiant tornez,
Fuiant s’en va trestot desbaretez ;
Il et li rois se sont entr’encontré,
De lor jent sont a tanz quanz per a per.
2760Sarrazin voient que ne garront par el,
Sanz la bataille ne puent eschaper
Et plus redotent Guibert a encontrer
Que l’aloete ne fet lo fauc mué,
Quant el le voit de bas randon voler.
2765Bessent les lances et sont alé joster,
Et li François nes ont pas refusez :
Fierent et chaplent des espées del lé
Et des espiez trenchanz et afilez.
La veïssiez un estor communel,
2770Tant pié, tant poig, tante teste coper,

Sanc et cervele encontremont voler,
L’un mort sor autre trebuchier et verser.
Li Sarrazin se sont forment hasté,
Fierent et chaplent, otre s’en sont passé ;
2775L’une moitié des lor i sont remé,
Et de nos Frans jurent .m. par les prez
Qui puis ne redrecierent.

XCIII[93]

La ou François et Paien s’entr’encontrent,
Molt durement fierent et esperonent,
2780Piz et corailles et costez s’i enfondrent.
Tant i ferirent Paien qu’il passent otre ;
L’une moitié i remaint de lor homes
Et de nos Frans i jut .m. par la conbe,
Et qui d’ilueques ne releverent onques :
2785Ce fu domaje et perte.

XCIV[94]

Quant Sarrazin sont des nos departi,
De .xx. mil homes ne remestrent que .x. ;
L’une moitié i sont des lor ocis.

Fuiant s’en va l’aumaçor Clarabins ;
2790Si l’enchauça li bons rois Looys.
Il li escrie : « Retorne, Sarrazin ;
« Aumaçor es et rois poesteïs,
« Rois sui de France, si ai non Looys :
« La moie foi loiaument te plevis,
2795« Onques encor par home ne chaï ;
« Se tu m’abas grant los i avras pris.
« Ja n’i seras engigniez ne traïz,
« Se je meïmes par mon cors ne t’ocis. »
Dont s’arrestut l’aumaçor Clarabins.
2800Dist a ses jenz : « Seignor, estez ici ;
« S’irai joster au fort roi Looys.
« Por une joste ne serai or eschis ;
« Se une en volt, je l’en livrerai .vi. »
Dient si home : « Mahom vos en aïst ! »
2805Tornent les resnes et si mostrent lor vis ;
Plus tost les portent li destrier arrabis
Que fax ne vole quant il chace perdriz ;
Granz cox se fierent sor les escuz votis,
Trenchent les cuirs et lo fust de sapin,
2810Plient li fer de l’acier poitevin ;
Otre s’en passent que nus d’ax n’i chaï.

Et li paiens fu merveilles hardiz :
Vire la resne del destrier arrabi,
Il tret l’espée dont li pons fu d’or fin ;
2815Desus son elme l’empereor fiert si,
Lo mestre coig li trencha et ronpi ;
Par un petit del destrier ne chaï.
Li emperere estoit fiers et hardiz ;
As crins se tint del destrier arrabi ;
2820Et li paiens si s’est de lui partiz ;
Fuiant s’en va par delez un larriz ;
Au dos l’enchauce li forz rois Looys
Sor lo destrier que fu a l’aupatris,
L’espée tret qui fu au roi Pepin :
2825Chieres reliques i ot de saint Martin ;
Hom qui la porte ne puet estre traïz,
Ne en bataille ne vaincuz ne honiz,
Ne ses destriers n’iert desoz lui ocis.
Voit lo paien qui s’en fuit ademis :
2830Si li escrie : « N’en irez mie ainsi,
« Ançois lerez ostajes au partir. »
A ces paroles consuï l’arrabi,
Par desor l’elme le fiert del branc forbi.

La teste trenche au paien Clarabin,
2835Monjoie escrie, l’enseigne S. Denis,
« La bataille ai vaincue. »

XCV[95]

Quant veü ont Sarrazin et Escler,
Lor seignor mort, ocis et afolé,
Que Looys li ot lo chief copé,
2840.M. s’en asenblent des plus riches chasez ;
A Looys en vont merci crier,
Si li besierent la chauce et lo soler :
« Sire, merci, por lo tuen Damedé :
« Lesse nos en nostre seignor porter ;
2845« A nostre loi le ferons conreer. »
Looys l’ot, si a lo chief crollé :
« Certes, » fet il, « je l’otroi et le gré,
« Et tuit franc hom vos en doivent amer :
« Car son seignor doit l’en bien enorer ;
2850« Quex hom qu’il soit, foi li doit on porter. »
Lors descendirent Sarrazin et Escler :
En biere l’ont sor .ii. chevax mené ;
Li emperere lor a conduit livré
A .c. Francois toz d’armes conreez.
2855.IIII. liuées et plus les ont menez.
Et l’emperere en est brochant alez

A tant de jent com il li fu remés.
Ainz que venist as lojes et as trés,
Ot ja Guiberz tot l’estor afiné
2860Et les Paiens ocis et decopez
Que un sol vif n’en peüst en trover.
Li emperere entra en la cité,
Et après lui en i a tant entré
Que il n’i porent ne chevir ne aler,
2865Ainz s’en retornent molt grant partie as trés
Prenent l’eschec ilueques par les prez,
Que il avoient sor paiens conquesté ;
Si l’ont entr’ax parti et devisé,
Tot li plus povres en fu riches clamez.
2870Quens Aymeris ot prise sa cité,
Aconpli ot son voloir et son gré ;
Mès po menbra lo conte naturel
Du cruel sonje que il avoit sonjé
Que il morroit ainz que l’ans fust passez ;
2875Se fera il, tot est aterminez ;
Dedenz un mois ert li quens afinez.
De lui sera grant perte.

XCVI[96]

Oez, seignor, que Dex vos beneïe,
Li glorios, li filz sainte Marie.
2880Granz fu la joie a Nerbone la riche
Por Aymeri qui ot sa cité prise.
Dame Hermanjart a en la tor choisie ;
A haute voiz li jentils quens li crie :
« Franche contesse, ne vos esmaiez mie :
2885« Encor serez dame de ceste vile.
« Tote la terre nos est remese quite
« Deci as porz desoz Esclabarie,
« La cité frete qui est el pui assise.
« Ne sai quel jent l’ont de novel reprise ;
2890« De vieilles tors i ont dreciées .xv.
« Veüz les ai, moi et ma conpaignie.
« Mès, se Deu plest lo fil sainte Marie,
« Je lor ferai muer herberjerie. »
Dame Hermanjarz a la parole oïe,
2895Ele devale, mès ne parole mie ;
Si n’ot o li que .iii. de ses meschines :
Les autres sont dedenz la tor fenies
Por la vitaille qui lor estoit faillie ;
Lor ames sont sauvées et garies,
2900En Paradis coronées flories.
Atant ez vos Hermanjart de Pavie ;

Quens Aymeris en sa chanbre l’en guie,
Et tuit si fil ou durement se fie.
Si li aportent gastiax et tendres sines,
2905Braons de cers et char de maintes guises,
Vin et piument, chastaignes et olives,
Resins et pesches, menues volatilles :
Dès or seront molt richement servies.
Mès po menbra as François des meschines
2910Qui sont remeses dedenz les bois logies
A .c. François, que plus n’en i ot mie.
Li Sajetaire issent d’Esclabarie,
Après François ont lor voie acoillie :
Bien sont armé que ne dotent la guivre,
2915Ne ne finerent deci en Ortobrie
Ou li rois jut o sa grant baronie ;
Otre passerent que nel perçurent mie.
Tant ont coru, Jhesus Criz les maudie !
Que lo bruit oent et lo chant des meschines.
2920Tant s’aprochierent que nos François choisirent ;
François les voient, forment s’en esbahirent,
Lor armes prenent et es destriers saillirent.
Li Sajetaire tréent fort et afichent,
Les escuz percent et ces aubers descirent,
2925Les connoissances et les broines treillies ;
Mès no François sont po de conpaignie :
Ne sont que .c. et cil sont .iiii. mile.
A lor espées en ont la teste prise,

Et les puceles en plorent et sospirent ;
2930Tordent lor poinz et lor chevex detirent.
Li Sajetaire les ont a force prises,
En lor coler les portent et traïnent
Par mi les landes dures et enhermies ;
Adez i a esglentier et espine.
2935Nule pitié ne lor prent des meschines,
Qu’a nule feme ne prenent druerie.
Onc ne finerent deci Esclabarie,
Et les puceles i ont en prison mises
En une chartre dolerose, soullie ;
2940Qui leenz est po puet prisier sa vie.
Or recommence bone chançon nobile,
Si com barnaje se amonte et decline
Et d’autre part essauce et puis avile.
Ainsi reprist danz Aymeris sa vile
2945Que Sarrazin li avoient traïe,
Ce raconte l’estoire.

XCVII[97]

Li Sajetaire furent en lor cité ;
Devant els font les dames amener
Enchaainées et en charchans ferrez,
2950Et en tex bruies que nes porent oster ;
Enz en la chartre les ont fetes jeter :
Qui iluec est molt a mauvès ostel.
Boz et colovres i avoit il asez.
Quant li floz monte, si enple lo fossé,
2955Par .ii. chanax lor en i entre asez,
Dont les convient totes droites ester,

Jusqu’as mameles les i convient floter.
Quant floz retret, si voide lor ostel ;
Li pavement lor remaint tot curez,
2960Ne mès des vers qu’i suelent converser.
.C. crestiens ont la dedenz trovez :
Marcheant sont de France lo regné
Qui alé furent a une foire anuel
Qui en Espaigne avoit .v. mois duré ;
2965Si grant avoir en orent aporté,
.XXV. somiers d’or et d’arjent trossez ;
Et quant il durent en France retorner,
Li Sajetaire en oïrent parler ;
Si les gaitierent a un destroit de mer :
2970Tuit furent pris, n’en pot un eschaper.
L’avoir en firent en une tor porter,
Les François firent en lor chartre jeter ;
Et les puceles les en ont apelez
Et lor demandent de quel terre sont nez,
2975Et cil lor dient tote la verité
Des max qu’il ont soferz et endurez,
De la puor qui lor vient de la mer.
Li Sajetaire furent tuit asenblé ;
En droit midi firent l’eve corner,
2980Desor les tables font lo mangier porter ;

Mès il n’i ot ne pain ne vin ne sel,
Poivre molu ne comin destenpré,
Mès la char crue qui bien lor vint a gré :
Cele manjuent, que il ne vivent d’el.
2985As damoiseles font a mangier porter,
Char tote crue de cerf et de sengler :
François i corent qui furent afamé,
Crue la trovent, si n’en porent goster.
A une part la corurent jeter,
2990Adont saillirent serpent a grant plenté,
Box et colovres dont il i ot asez ;
En petit d’ore les en ont delivrez,
Mès une mie n’en peüst en trover.
Qui donc veïst ces tortues aler
2995Et ces serpenz rechiner et sifler,
Soz ciel n’est hom n’en fust espoanté ;
Et les puceles commencent a plorer,
Les poinz a tordre, lor chevex a tirer.
Jhesus de gloire qui se lessa pener
3000En sainte croiz por son pople sauver
Lor doinst secors por lor cors delivrer !
Se fera il ançois un mois passé.
Li emperere se fu fet desarmer,
A lui ala Guiberz li adurez ;
3005Cortoisement l’en prist a apeler :

« Droiz emperere, .v.c. merciz de Dé ;
« Por nos vos estes traveilliez et penez. »
Auquaires a Aymeri apelé :
« Sire parrainz, un petit m’entendez :
3010« Prise est Nerbone, la merci Damedé ;
« A mon pooir m’en sui je molt pené ;
« Lo guerredon vos en vueil demander ;
« Feme prendrai se vos la me donez. »
Aymeris l’ot, si respont come ber :
3015« Sire fillex, un petit vos cessez :
« Mollier avrez, quant vos la demandez ;
« En doce France la convient a garder,
« Bele et cortoise et de haut parenté
« Ou vos soiez richement mariez,
3020« Et si prendrez et chastiax et citez.
— Sire, » fet il, « tot ce lessiez ester.
« N’ai soig de France, ne ja n’i quier entrer ;
« Devers Espaigne me lessiez converser :
« Que molt me héent Sarrazin et Escler
3025« Por ce que sui a vostre loi tornez ;
« Ne lor falt gerre en trestot mon aé.
« De vostre terre un petit esgardez
« Ou je poïsse un sol recet trover.
« La cité gaste, se vos plest, me donez
3030« Que hier veïsmes el sauvaje regné ;
« Esclabarie ainsi l’oï nomer.

« El fu mon pere l’amiral Salatré ;
« Mès Charlemaine li fist lo chief coper
« Quant il conquist Nerbone la cité ;
3035« Or la tient quite li forz rois Codroez ;
« Mès mar la vit, se vos la me donez ;
« Iceste guerre vueil le renoveler,
« Et Clarissant, se vos plest, me donez ;
« Totes les dames ferons crestiener,
3040« Si en ferons pueploier la cité ;
« Dex i sera serviz et enorez. »
Li rois s’en rit et Guillaume au cort nés ;
Et dist Bernarz de Brubant la cité :
« Biax sire pere, molt l’a bien esgardé ;
3045« Donez li tot ce qu’il a demandé. »
Aymeris l’ot, si respont comme ber :
« Sire fillex, ice trestot avrez,
« La cité gaste del sauvaje regné.
« Ne sai quel jent sont dedenz ostelé ;
3050« Ainz n’en deignierent a moi congié rover.
« Or vos irai la terre delivrer
« Et aquiter la marche. »

XCVIII[98]

Oez, seignor, que Dex vos beneïe,
Li glorios, li filz sainte Marie !

3055Nus hom ne puet chançon de jeste dire
Que il ne mente la ou li vers define,
As mos drecier et a tailler la rime.
Ce est bien voirs, gramaire le devise,
Mès hom la fist de l’anciene vie,
3060Hues ot non, si la mist en un livre
Et seela el mostier Saint Denise
La ou les jestes de France sont escrites,
Or est bien droiz que verité vos die
Que eles furent et de quel baronie :
3065Charles li rois a la barbe florie
De Jersalem aporta les reliques
De cel saint fust ou il sofri martire
Et la corone qu’il ot el chief d’espines
E les sainz clox et la sainte chemise
3070Qu’enprès sa char avoit sainte Marie
Quant ele fu de son chier fil delivre ;
Ce aporta en France la garnie.
Ce fu une des jestes.

XCIX

L’autre si fu du fort roi Charlemaine,
3075Cel qui conquist Baviere et Alemaigne,
Bascle, Navarre et Poitou et Bretaigne,
Et Normendie et Anjou et le Maine,
Oncle Rollant qui fu morz en Espaigne
En la bataille fiere.

3080La tierce fu dant Aymeri lo riche.
La soe jeste fu la plus seignorie :
Il ot .vii. filz, bons chevaliers nobiles ;
Crestienté essaucierent et tindrent.
Li bons rois Otes, li sire d’Yspolite,
3085Icil fu oncle as chevaliers nobiles :
Moines devint dedenz sa sainte vie,
Si en fu s’ame et sauvée et garie,
En paradis coronée et florie.
Hui mès commence bone chançon nobile,
3090Si com les dames de terre Femenie
Sont en prison dedenz Esclabarie,
Enz en la chartre tenebrose et sotive ;
Par moi orrez com il orent aïde.
En la cité avoit une chetive ;
3095De Nerbonois fu praée et ravie ;
Li Sajetaire du port de mer la pristrent ;
Ensenble o li Joifroi de S. Denise
Qui de soudées venoit d’Esclavonie.
Joifroi jeterent en la chartre perrine,
3100Et la danzele n’i vodrent metre mie,
Ançois l’amoient por ce qu’el les fet rire,
Qui chante et note, nus ne la puet desdire,
Lais et biax sons et harpes d’armonie.
Li Sajetaire furent as desertines,
3105Et la pucele ne se volt targier mie,

Sor une mule afeutrée petite,
Par mi la lande a sa voie acoillie.
Tant a erré l’anbleüre serie,
Nerbone vit la fort cité garnie.
3110Par mi la porte s’est en la cité mise,
Si descendi au perron, soz l’olive,
Et aresna sa mulete petite.
Dedenz la sale fu Looys li riches,
Et Aymeris et sa grant conpaignie ;
3115Li emperere l’a premerains choisie :
« E ! Dex, » fet il, « dame sainte Marie,
« Tant bele dame qui vient ici sotive !
« Ja mar crerez nule rien que vos die
« Se ne nos dist ja novele effreïe. »
3120Cele parole, que ne s’atarja mie :
« Cil Damedex qui fu nez de Marie
« Et en la croiz lessa son cors ocire
« Et d’aubespine coroner son chief digne,
« Saut Aymeri et sa grant conpaignie :
3125« Bien le conois a la barbe florie. »
Li rois respont qui des autres fu sire ;
Si li a dit : « Dex te gart, bele amie.
« Qui vos conduit ? Ne le nos celez mie.
— Par ma foi, sire, n’i ai plus conpaignie
3130« Que Damedeu, lo fil sainte Marie.
« Aymeri sire, sés que je te vueil dire ?
« Par moi te mandent les puceles nobiles
« Que l’autre soir sor Paiens conquesistes,

« Que fet avez estranje vilanie,
3135« Que les avez vendues et traïes
« As Sajetaires ques ont en prison mises,
« En une chartre, dedenz Esclabarie. »
Aymeris l’ot, n’a talent que il rie.
Li quens Auquaires a la parole oïe
3140Que Sajetaire ont la cité sesie,
Et Clarissant et sa grant conpaignie
Est en la chartre dolerose et sotive ;
Detort ses poinz voiant la conpaignie,
Et vient au roi, envers lui s’umilie,
3145Et docement por Deu merci li crie :
« Droiz emperere, qui France as en baillie,
« Quens Aymeris a la barbe florie
« M’avoit doné cele cité antive
« Que Sajetaire ont par force sesie,
3150« Et en la chartre est Clarissant m’amie ;
« Par vostre amor ai je ma loi guerpie
« Et croi en Deu, lo fil sainte Marie.
« Se par vos n’est, ne li puis fere aïe. »
Li rois respont : « Ne vos esmaiez mie.
3155« Se Dex m’aït, li filz sainte Marie,
« Molt volentiers vos i ferai aïe
« A la cité reprendre. »

Li ber Auquaires dant Aymeri apele :
« Sire parrains, com je puis dolanz estre.
3160« Mon premier don voirement quit je perdre,
« Li Sajetaire i menent et conversent ;
« Se par vos non, ne lor puis anui fere »
Dist Aymeris : « Nos lor ferons si pesme
« Qu’il en perdront les vies et les testes.
3165« Par en son l’aube sera mise ma sele,
« Par fine force les irai la requerre
« A .xxx. mil de chevaliers a elmes.
« Mar i sesirent sanz mon congié la terre !
« Nes garira ne puis ne vax ne tertre,
3170« Forez oscure, ne tors qui ne soit frete,
« Si soit forte ne haute ! »

Li quens Auquaires ne l’a mis en obli ;
Il en apele Guillaume lo marchis :
« Sire, » fet il, « por amor Deu merci ;
3175« Doné m’avoit mes parrains Aymeris
« Cele cité delez ce pui antif :
« Li Sajetaire s’i sont a force mis,
« Et Clarissant m’amie o lo cler vis
« Est en la chartre, dont ai lo cuer grami.
3180« Por vostre amor ai jo ma loi guerpi :

« Et molt m’en héent Paien et Sarrazin.
— Voir, » dist Guillaumes, « nos te serons aidis :
« Ja Sajetaire ne seront si hardi
« Que il atendent mon seignor Aymeri :
3185« Demain a l’aube les irons assaillir
« A .xxx. mil de chevaliers esliz.
« Ne les garront li mur ne li paliz ;
« Tuit seront mort, detrenchié et ocis.
« Puis ferons bien la cité revestir
3190 « Des chevaliers de cest nostre païs. »
Et dist Auquaires : « Sire, vostre merci. »
Quant la pucele a des François oï
Que il iront la cité envaïr,
Tel joie en a que toz li cuers li rit.
3195El’apela lo preu conte Aymeri :
« Sire, » dist ele, « entendez un petit :
« Je m’en irai, que trop ai esté ci.
— Non ferez, bele, » ce li dist Looys,
« Ançois irez avuec nos lo matin
3200« Quant nos irons la cité assaillir ;
« Adont savrons se vos avez menti.
« Mès par l’apostre que quierent pelerin,
« Je vos ferai toz les menbres tolir. »
— Sire, » dist ele, « por noient l’avez dit.
3205« Par icel Deu qui onques ne menti,
« Onques n’i ving por vostre cors traïr,
« Ainz ving parler au preu conte Aymeri.
« Se me donez seignor a mon plesir,

« Je li rendrai la cité le matin
3210« Par tel engin com vos porrez oïr :
« Li Sajetaire s’en seront tuit issi,
« Clorrai les portes et lo pont torneïz,
« Et de la chartre jeterai .c. chetis :
« De doce France furent né de Paris,
3215« Et avuec ax Joifroi de Saint Denis :
« Chevaliers est corajos et hardiz,
« Ainz de mes euz si bel home ne vi.
« Celui aim plus que home qui soit vis :
« Se lui avoie, tot avroie acompli. »
3220Ot la li rois, volentiers s’en est ri :
« Et vos l’avrez, bele, » dist Looys,
« Quant la cité ert prise. »

CIII[102]

« Par ma foi, sire, » ce dist la messagiere,
« Ja la cité n’ert par force bailliée ;
3225« Haut sont li mur de mortier et de pierre
« Encontremont .v. lances penonières ;
« El coig del mont ot fet une tranchiée
« .II. eves rades i descendent et vienent
« Qui des montaignes vienent par la tranchiée :
3230« Quant eles hurtent, si menent tel bruiée
« Que l’en les ot molt bien de trois luiées.
« N’a que .ii. portes en la cité prisiée
« Totes d’airain a cristal entailliées ;

« El chief devant a une arche fichiée
3235« Et el sommet a une tor dreciée ;
« Haute est et fort et en son batailliée.
« Et quant les portes sont par nuit veroilliées,
« Ja plus la vile n’en ert la nuit gaitiée.
« Li Sajetaire l’ont si fort redreciée,
3240« De .xv. tors bones l’ont enforciée,
« Qui erent arses et fondues et brisiées,
« El chief de la montaigne. »

Dist la pucele : « Sire droiz enperere,
« Esclabarie est en un pui fermée.
3245« El coig del tertre devers la mer salée
« Ont Sajetaire une tor conpassée,
« Une luiée est contremont levée,
« Jusqu’as querneax enplie et arasée
« D’or et d’arjent et de porpre fresée ;
3250« N’a .x. citez ou ait tant bone espée
« Et ars d’aubor et sajetes barbées.
« N’a que .ii. portes en la cité loée
« Quant eles sont en la nuit seelées,
« Li ponz se torne soz les arches fermées
3255« Et de chaenes laiciées et colées ;
« Ja plus par nuit n’ert la vile gardée ;
« Ja n’ert par force prise. »

Dist Aymeris : « Entendez, bele amie :
« Je vos plevis par foi sanz tricherie,
3260« Se je la preig par si faite devise,
« Com je vos oi ici conter et dire,
« Seignor avrez, n’i poez faillir mie
« Preu et hardi de grant chevalerie. »
La main li tent, mès la foi n’en prist mie,
3265De ce fist ele comme bien enseignie.
Congié demande a la chevalerie.
Looys monte a la chiere hardie
Et Aymeris a la barbe florie,
Li quens Hernauz que Jhesus beneïe
3270Et avuec ax la bele conpaignie.
Par mi les landes ont lor voie acueillie ;
Devant s’en va la pucele une liue,
Onc ne fina jusqu’en Esclabarie,
Enz en entra par mi la porte antive ;
3275Si descendi au perron soz l’olive,
En une estable a sa mulete mise.
Li Sajetaire ne s’en gardoient mie :
Ele lor a tel parole bastie
Dont il perdront dedenz .ii jors la vie
3280A l’assaut de la porte.

Quant Aymeris entra en la cité,
S’aloient ja li François adober
Dedenz la vile et defors par les trés.
Quens Aymeris fu molt jentils et ber ;
3285.M. cors d’ivoire fist ensenble soner,
François l’oïrent, si se vont adober
As lojes et as tentes.

CVII[106]

Quant François ont la parole creante
Dont Looys et Aymeris se vante,
3290A la cité en iront en la lande,
.X. mil François en brandirent les hanstes.
Auquaires s’arme cui forment atalente.
Quens Aymeris li bailla l’oriflanbe ;
Fist un eslais devant lo roi de France
3295Et prie Deu qui fist et ciel et angle
Que sa terre li rende.

CVIII[107]

Guibelins s’arme desoz l’onbre d’un lor
Et vest l’auberc qui fu Sanson lo fort :
Qui l’a vestu il n’a dote de mort,
3300Ne ne craint lance, espié ne javelot,
Qu’en li atraie gote de sanc del cors,

Si a dure la maille.

Guibelins ceint Aigredure s’espée,
Toise ot de lonc, plaine palme fu lée,
3305Donné en ot tant pesante colée,
Tant pié, tant poig, tante teste copée,
Dont tante dame en est veve apelée,
Tante pucele, orfeline clamée.
Si laça l’elme Constantin l’enperere ;
3310.XIV. pierres ot el cercle fondées,
En or d’Espaigne mises et seelées,
.II. lunes ot en son lo coig plantées
Ja n’ert la nuit si oscure mellée,
Que l’en en voie entor une ruée ;
3315Li rois Judas en ot la teste armée
Quant Floevent li copa a s’espée.
A son col pent une tarje roée ;
Onques ne fu planée ne dolée,
N’i ot cuir mis ne pointure sodée,
3320Ainz fu par tot de colors desguisée
Si fetement com el fu primes née :
Ce fu l’eschale d’une ançoine barbée,

Qui plus tost noe par mi la mer salée
Que fax gruiers ne vole a recelée
3325Quant la conpaigne des perdriz a trovée ;
Mès tant est dure et chauciée et serrée
Que ne crient cop de lance ne d’espée ;
Trop sont les armes riches.

Or ot Guiberz ses garnemenz plus chiers ;
3330L’en li ferma ses esperons es piez ;
Fées les firent en une cité viez ;
Il n’est nus hom por qu’il les ait chauciez
Que desoz lui recroie son destrier.
Puis que il est des esperons tochiez,
3335Ainsi ravine com fet li esperviers
Quant l’oiselet a parti del vergier,
Tot autresi ravine li destriers ;
Toz jorz desire a corre.

Hanste ot Guiberz au roje confanon.
3340En mi la place li traient Pliemont ;
Il i monta com hom de grant valor,
Puis s’en issi a qoite d’esperon

Par mi la porte devant S. Simeon ;
Devant la vile avoit un pin roont
3345Qui fu plantez del tens ancienor.
Il prent un cor, sel sone par vigor ;
François s’en issent qui oient la rumor
Des lojes et des tentes.

CXII[111]

Premiers s’en ist li bons rois Looys,
3350Hernauz et Bueves et Bernarz et Garins.
« Droiz emperere », li quens Guillaumes dist,
« Nos en irons la cité assaillir,
« Esclabarie qui est el pui antif ;
« Icil la tienent qui ne nos sont amis ;
3355« Ce ne sont pas Paien ne Sarrazin,
« Mès Sajetaire a qui ja Dex n’aït ;
« Des ars turquois tréent par tel aïr,
« Les granz quarriax entoschiez de venin.
« Qui a lor cox ne puet arme garir,
3360« Aubers, elme ne broigne. »

CXIII[112]

Aymeris fet soner .xxx. olifanz,
Bondir en fet Nerbone la plus grant,
La mestre tor et lo dur aymant.
Li quens Guillaumes porte lo roial brant,

3365Auquaires tient cel Aymeri lo blanc ;
Et icil .ii. chevauchierent avant
Et trespasserent les porz de Montirant,
Une cité que bastirent Jaiant ;
.C. tors i ot totes de marbre blanc,
3370Et de vermeilles en i ot autretant.
Charles li rois sist au prendre .x. ans,
S’en abati les murs et les auvanz,
Et en jeta les Sarrazins dedenz
Que puis ce jor n’i ot herberjement ;
3375Mès sauvagines et senglers i ot tant,
Ors et lions et granz serpenz volant,
Nus nel set dire ne jouglere qui chant.
Tote la jent dant Aymeri lo blanc
Et Looys en passerent avant ;
3380A lor forfet vindrent a l’anuitant.
En son un tertre la ou il fu plus grant
Se herberja l’enperere des Frans
Et la soe conpaigne.

CXIV[113]

Quens Aymeris et la soe mesniée
3385Soz la cité iluec se herberjierent ;
Et li rois fu desus en la costiere,

Desor une eve rade, bruiant et fiere.
Totes ses jenz furent apareilliées ;
Li rois se dort et li autre veillierent,
3390Car durement se dotent.

CXV[114]

Seignor, oez chançon de verité,
Bone et bien fete, nus ne la doit blasmer ;
Il est escrit el rolle et seelé,
Ce fu li hom de la crestienté
3395Qui toz jorz pot plus barnaje mener,
Et qui plus pot chevalerie amer,
Petit prometre et larjement doner,
Que Aymeris de Nerbone li ber :
Car ne fina en trestot son aé
3400De guerre fere, de cenbiax afermer,
De terres prendre, de chastiax conquester ;
Mès icil sieje, se seüst deviner,
Ne fust il fez, ainz le lessast ester,
Car ainz son terme l’en convint devier :
3405De .iiii. espiez fu feruz et navrez
Et d’une autre arme dont fu evenimez,
Que il ne pot garir ne respasser.
Les nuiz sont cortes, que il estoit estez ;
Quens Aymeris fu molt jentils et ber,
3410Au matinet com il vit ajorner,

Des chevaliers a fet .m. adober
Que lo cenbel portent a la cité ;
Dedenz un brueil les a fait arrester :
La s’enbuschierent quoiement a celé.
3415Li Sajetaire sont le matin levé,
En chevauchiée en devoient aler
Sor l’aumaçor de Cordres la cité.
Sore li metent ques a deseritez
De Babiloine, lo fié a l’amiré :
3420Jaiant la firent ce dient par verté
Et Sajetaire furent au conpasser :
S’il ne lor rent, guerre li feront tel
Ne li faudra en trestot son aé.
Mès por neant ont il or tel pensé
3425Que plus près d’ax porront guerre trover.
Quens Aymeris ne volt plus demorer :
.IIII. olifanz fet ensenble soner,
Tuit en tentissent li mont jusqu’a la mer,
Les hautes tors de la bone cité.
3430Li Sajetaire en furent esfreé,
Isnelement se corent adober,
Puis issent fors et rengié et serré,
Ne mès que .c. qui leenz sont remés,
Qui remés sont por la cité garder.
3435Tant ont coru li gloton desfaé

De nos François ont les aguaiz passez ;
Franc les corurent et tot sans escrier.
Li Sajetaire en furent esfreé :
A une part del chanp se sont torné.
3440Ez vos l’estor commencié et levé
El chief de la montaigne.

CXVI[115]

Li Sajetaire ont lor estal porpris
Et li François les alerent ferir.
La veïssiez un ester esbaudir,
3445Un mort sor autre trebuchier et chaïr.
A nos François en est il ja mal pris :
De .m. qu’il erent n’en eschapa que .xx.
Fuiant en vont tot par mi un larriz.
Cil les enchaucent que nes vodrent guerpir,
3450Tant qu’en l’agait des François se sont mis ;
Cil les corurent de totes parz ferir ;
Li Sajetaire, en furent esbahi,
Car il n’avoient pas tel estor apris,
Ansus se traient tuit rengié de ferir
3455D’espiez et de sajetes.

CXVII[116]

Li Sajetaire se sont tuit arresté,
El coig del mont et rengié et serré.

Quens Aymeris fist sa jent conreer,
El premier chief les a fet atorner,
3460.XIIII. eschieles a fetes ordener.
Blancheflor fu en la bone cité ;
Si ot Joifroi de Saint Denis amé
Que tot en a lo dormir oblié,
Boivre et mengier quant venoit au disner.
3465Amors la tient, ne la lesse durer
Qui a maint saje fet folie penser.
Ele fu blanche come flors en esté,
Les euz ot vairs come faucon mué.
Jusqu’a la chartre ne se volt arrester ;
3470Joifroi apele : « Biax amis, ça venez. »
Quant cil l’a vi, si fu desesperez,
Deu reclama, lo roi de majesté :
« Glorios Dex, qui me feïstes né !
« Si bele feme ou porroit on trover ?
3475« Car fusse je par mi lo cors navrez,
« Mès que peüsse garir et respasser,
« Que une nuit l’eüsse a mon costé
« Desoz cortine, en un vergier planté,
« Si qu’en feïsse tote ma volenté.
3480« Mès vilenie me fet tant endurer,
« Que je ne vois avuecques li parler. »
Il se dreça, si la prist au baudré :
« Ma doce amie, dites que vos volez. »
Cele respont : « Ja orrez verité :

3485« S’ert une feme qui vos vossist amer,
« Et vos poïst de la chartre jeter,
« Vos conpaignons feïst toz delivrer,
« La vodriez vos de cuer loial amer ?
— Dame, » fet il, « merveilles oi conter.
3490« Il n’est or feme en la crestienté,
« Se me pooit de la chartre jeter,
« Que ne preïsse a moiller et a per.
— Sire, » fet ele, « or avez dit que ber.
« Plevissiez m’en la vostre loiauté. »
3495Cil li afie, et li recroit sor Dé.
Fors de la chartre en a Joifroi jeté
Et toz les autres en a o lui menez,
En une tor les a fet toz entrer ;
Maint garnement i ont riche trové.
3500François s’adobent qui l’orent desiré,
Vestent aubers, lacent elmes jemez,
Ceignent espées as senestres costez
A lor cox pendent les forz escuz bendez,
En lor poinz prendent les espiez noielez
3505Et la pucele les en a apelez :
« Seignor, » dist ele, « un petit m’entendez :
« De fors la porte a un estor chanpel
« Que Looys de France i a levé

« Et Aymeris li vielz chanuz barbez ;
3510« Li Sajetaire i sont a els mellé,
« Ne mès que .c. qui sont ceenz remé
« Que i lessierent por garder la cité ;
« Alez, seignor, les testes en prenez.
— Franche pucele, la porte nos ovrez.
3515— Seignor, » fet ele, « a vostre volenté »
Droit a la porte les a trestoz guiez ;
Li Sajetaire ne s’i sorent garder ;
Tant qu’il les ont par derriere escriez.
A brans d’acier lor ont assaut livré,
3520Toz les ont morz, ocis et afolez,
Et après sont dedenz l’estor entré.
A haute voiz conmencent a crier :
« Rois Looys, ou estes voz alez
« Et Aymeris, li vielz chanuz barbez ?
3525« Nos somes ci a vostre feauté. »
Quens Aymeris garda vers la cité,
Des elmes vit lo brun et la clarté,
Et l’or reluire ; si a Deu reclamé :
« Glorios pere qui me feïstes né,
3530« Donez nos prendre cele bone cité,
« Une abaïe i ferai estorer,
« Plus de .c. moines i metrai coronez

« Qui i feront tot lo service Dé
« Jusqu’au jor del joïse. »

CXVIII[117]

3535La damoisele si fu durement liée
Quant de l’amor Joifroi fu apoiée ;
Vint a la chartre si l’a desveroilliée :
S’en a jeté les puceles prisiées,
En une tor en sont o li poiées.
3540Li Sajetaire par lo pui se rengierent,
A nos François la bataille requierent,
Quens Aymeris sa mesnie a rengiée,
El chief devant ala .l. eschieles.
La veïssiez tante pointe eslessiée,
3545Des abatuz fu la terre jonchiée.
Li Sajetaire de rien ne s’esmaierent,
De lor sajetes nos François abatiérent
Qui onques puis sor piez ne redrecierent.
Ce fu domaje et perte.

CXIX[118]

3550Quant Aymeris vit ses homes morir,
Molt li en poise, ne vos en quier mentir.
Lo destrier point por les suens garantir,
Et li François le sivent par aïr :
Les Sajetaires vont ensemble ferir,
3555De totes parz les revont envaïr ;
Adont conmence l’estor a esbaudir ;

A ceste pointe font .m. païens chaïr.
François i fierent par merveillos aïr,
Sanc et cervele font contremont bolir,
3560Les Sajetaires trebuschier et morir ;
Des abatuz font la terre covrir.
A la cité quidierent revertir
Deci au pont ne finent de foïr,
Et la porte fu close.

3565Vers la cité s’en vont li glot fuiant ;
Deci au pont sont alé a itant,
Mès close fu la porte par devant.
Quant il le voient, molt en furent dolant ;
Il s’escrierent par un fier maltalent :
3570« Ovrez la porte, fel, gloton, soduiant ;
« Mar la closistes, par mon deu Tervagan ;
« Conperrez lo ainz lo soleil cochant.
— Vos i mentez », dist Joifroiz li vaillanz,
« Querez ostel, que ci n’avez neant.
3575« Ceste cité gardons par tel covant
« Que la rendrons Aymeri lo poissant. »
Quant cil l’entendent molt ont grant marement ;
Lors s’arresterent desor lo pont devant.
Quant veü ont que il n’ont nul garant,
3580Les ars entoisent par un fier maltalent ;
Ez lor François a esperon brochant

Et Aymeris el premier chief devant ;
Desor lo pont choisi les soduianz,
Des esperons a brochié l’auferrant,
3585Entr’ax se fiert, entesé lo nu branc.
Dex ! porquoi va li jentils quens vaillanz !
Lo jor fu morz, et par son hardement !
Veritez est, bien le sevent auquant,
Que n’est nus hom en ce siecle vivant
3590Qui de sa mort, ce trove l’en lisant,
Poisse trespasser l’ore !

CXXI[120]

En la grant presse des glotons maleïz
S’est enbatuz li frans quens Aymeris.
L’espée tret dont li branz fu forbiz,
3595Lo destrier point, en la presse s’est mis ;
.VII. en a morz li jentils quens hardiz :
Qui il consuit ne puet eschaper vis,
Tant que li uns l’esgarda et choisi,
Mestre fu d’ax et li plus seignori :
3600C’est Bugladans, li cuverz maleïz ;
Onques a trere une foiz ne failli.
Cil entesa au preu conte Aymeri,
Une sajete descocha, sel feri
Soz la mamele, que lo auberc ronpi ;
3605Tote la fleche el flanc li enbati

A tot lo fer entoschié de venin ;
Deci au cuer la dolor en senti ;
Li autre lancent les bons espiez forbiz,
Son bon escu li ont fret et peri
3610Et son auberc derrot et desarti ;
Par mi lo cors l’en ont il .iiii. mis ;
Mès ainz li quens por ax toz ne chaï,
Point lo destrier, de la presse sailli,
Poignant s’en vet desoz un pin foilli.
3615Quant il vint la, jus du cheval chaï ;
.III. foiz se pasme li frans quens Aymeris.
Lieve la noise, si enforce li criz :
Entor lui vienent si fil et si ami ;
Tele dolor nus hom mener n’oï.
3620De pasmoison revint quens Aymeris,
Confession demanda et requist,
Son chapelain amoinent devant li
A cui li quens ses pechiez rejeï,
Et cil l’asolt qui bien en fu apris.
3625Et li frans quens a terre s’estendi,
Envers lo ciel andox ses mains tendi,
Seigna son chief et sa cope bati ;
Onc puis li quens un sol mot ne tenti
Fors qu’en la fin cria a Deu merci,
3630Et puis, ançois que toz fu definiz,

Manda saluz Hermenjart au cler vis.
Li cors s’estent et l’ame s’en parti,
L’ame enporterent li anje beneï
O les martirs en gloire.

CXXII[121]

3635Quant li bons quens ot la vie finée,
Lieve li criz, la noise et la huée ;
Ne vit nus hom tel dolor demenée.
Quant vint Guillaumes a la chiere menbrée,
Li jentils quens s’a la presse sevrée,
3640Molt hautement a sa voiz escriée :
« Que fetes ci, franche jent enorée ?
« Ne veez vos cele jent desfaée
« Qui vos ont hui fet si pesme jornée ?
« Lessiez mon pere, n’i a mès recovrée ;
3645« Venchons sa mort a la trenchant espée.
« Se nos eschapent la pute jent desvée
« Dont ert la perte et la honte doblée. »
A icest mot poignent de randonée.
Rois Looys en oï la criée
3650Et li baron de France la loée.
Qui encor sont en la selve ramée.
Tuit se derenjent a grant esperonée
Vers Sajetaires, chascuns lance levée,

Si que d’ax ont fete grant lapidée.
3655Ez vos Garin d’Anseüne la lée,
Lo franc conte nobile.

CXXIII[122]

Rois Looys de France l’asolue
Et li baron cui Jhesu face ajue
Ont la bataille fierement maintenue.
3660Ez voz Garin qui tient l’espée nue ;
Quant de son pere sot la desconvenue,
Qui soz le pin gist morz en l’erbe drue,
Del duel qu’il ot, toz li sans li remue ;
Point lo destrier, des esperons l’argüe,
3665Fiert s’en la presse ou plus grant l’a veüe.
As Sajetaires a chier s’ire vendue ;
Cui il consuit tost a vie perdue.
Tant en ocist a l’espée molue
Que devant lui est la place vestue ;
3670Mès tant le fierent cele jent mescreüe,
Li uns de hache, l’autre de lance agüe,
Tote sa tarje li ont frete et ronpue,
Et sa fort broine desmailliée et ronpue,
De totes parz est la maille cheüe.
3675Ez vos lo mestre de la jent mescreüe,
C’est Bugladans qui d’une fleche agüe

Feri lo duc par tel descovenue,
Tote li a enz el cors enbatue ;
Deci au cuer a la dolor sentue.
3680De la presse ist et d’aler s’esvertue,
Deci au pin ni a resne tenue,
Delez son pere a la barbe chanue
Chaï pasmez par desor l’erbe drue ;
De la dolor toz li cors li tressue :
3685La mort l’angoisse et destraint et argüe.
Entor lui est la soe jent venue ;
Crient et braient come jent irascue,
Et li frans dus a sa cope batue,
S’a vers lo ciel dreciée sa veüe,
3690D’un provoire a confession eüe,
Puis s’estendi ; l’ame s’en est oissue,
Et li saint anje l’ont prise et receüe ;
Si l’enportent en gloire.

CXXIV[123]

Morz fu Garins au coraje vaillant ;
3695Grant duel en font si baron et sa jent ;
De lor dolor mar ira nus parlant,
Car trop la moinent et orible et pesant,
Quant lez lo pere virent morir l’enfant.
Et la bataille fu merveillose et grant :
3700Li Sajetaire que li cors Deu cravent
A une part sont tret, li soduiant ;
Darz et sajetes tréent si durement,

N’i a baron ne prince si vaillant,
S’entr’ax se met, qui ait de mort garant.
3705Atant ez voz dant Bernart de Brubant ;
Quant li remenbre de son pere vaillant
Que ocis ont li cuvert mescreant,
Lo destrier point par un fier maltalent,
Les Sajetaires requiert el chief devant.
3710Après li vet a esperon brochant
Li quens Guillaumes a l’aduré talent,
De Conmarchis Bueves li conbatanz,
Guiberz li preuz au coraje vaillant,
Hernauz li rox de Gironde la jent,
3715Li quens Auquaires qui en Deu fu creant,
Et d’autre part Looys li poissanz,
O lui .xx. mile de la françoise jent.
Les Sajetaires requierent fierement :
Fierent des lances et d’espées trenchanz.
3720A cele enpointe en ont morz plus de .c.,
Et cil lor tréent molt aïriement
Darz et sajetes et menu et sovent,
Ausi espès com grelle qui descent.
Molt grant domaje i orent notre jent,
3725Qu’a lor sajetes n’a nule arme garant.
En la grant presse fu Bernarz de Brubant
Ou il feroit par molt fier hardement.
Dex ! quel domaje del franc conte vaillant !
Li Sajetaire li sont venu devant ;

3730D’une grant hache esmolue et trenchant
Li a ocis li uns son auferrant,
L’autre le fiert d’un grant dart en lançant,
Qu’il li transperce son auberc jazerant ;
Dedenz lo cors li entre maintenant ;
3735Molt près del cuer lo froit acier en sent.
Si com il pot ist de la presse grant,
Lo pas s’en vet, s’espée traïnant,
Confession va a Deu demandant,
Car la mort sent qui le vet angoissant.
3740Si con Deu plot, est a pié alez tant
Qu’il est venuz soz lo pin verdoiant ;
Quant il i fu pasmez est maintenant
Delez son pere et son frere vaillant.
Quant se redrece, sa cope va batant
3745Et de bon cuer Damedeu reclamant.
Entor li vienent si baron et sa jent,
Un tel duel font, nus hom ne vi si grant.
Et li quens torne son chief vers Orient,
A Deu cria merci, si parla tant
3750Que confès fu d’un chapelain sachant ;
Puis s’estendi contre terre en croisant
L’ame s’en vet par lo Jhesu comant,
Et li saint anje la pristrent maintenant
Qui l’enporterent devant Deu en chantant,

3755En perdurable vie.

CXXV[124]

Or furent mort li .iii. baron de pris,
Li quens Bernarz et ses pere Aymeris
Et d’Anseüne li jentils dus Garins.
Et quant li frere virent mort lor amis,
3760Tel duel en moinent a po n’enrajent vis,
Mès tel entente ont a lor enemis
Qu’aler ne pueent a cels qui sont ocis ;
Car tel poor avoit li plus hardiz
Que ja n’en quide un sol eschaper vis.
3765Molt fu dolenz li fors rois Looys ;
A haute voiz a escrier se prist :
« Que fetes vos, mi chevalier de pris ?
« Par cele foi que je doi saint Denis,
« Se eschaper lessiez nos enemis,
3770« Ja ne tendrez terres en mon païs.
« Or i perra qui sera mes amis :
« Toz mes tresors li ert a bandon mis. »
Quant il l’oïrent, ez les vos esbaudiz ;
La oïssiez de cors tel soneïz,
3775Tuit en tentissent li pui et li larriz ;
Ez vos François de bataille ademis :
Qui donc veïst Guillaume lo marchis,
Guibert son frere, lo jentil roi de pris,
Hernaut lo rox, Buevon de Conmarchis,

3780Lo conte Auquaire qui fu preuz et hardiz,
Cui la cité ot promise Aymeris,
Et se Deu plest encore l’avra il ;
Avuec Francois s’en va tot ademis ;
El premier chief li forz rois Looys.
3785Les Sajetaires ont fierement requiz :
Lor recommence molt granz li fereïz
Et des espées ruistes li chapleïz ;
Des glotons ont plus d’un millier ocis
Et cil des Frans ont les plusors malmis.
3790La damoisele fu el palès votiz
Qui amé ot dant Joifroi de Paris :
A lui en vient li chevaliers de pris
Et si plora des biax euz de son vis :
« Ma damoisele, molt somes entrepris :
3795« Je oi la fors et grant noise et grant cri ;
« S’or eüssions bons destriers arrabis,
« Ja oississions la fors tot ademis
« Por nos vengier de nos max enemis
« Qui nos avoient ceenz en chartre mis.
3800— Sire », fet ele, « ja n’en soiez pensis ;
« Ceenz a bien .c. destriers arrabis
« Que Sajetaire ont gardez et norriz
« Et amenez des estranjes païs :
« Prendre en poez tot a vostre devis. »
3805Lors en done un a Joifroi de Paris,
Et tuit li autre ont chascuns lo suen pris.

Puis sont monté li bon vassal de pris
Qui tuit estoient armé et fervesti.
Par mi la porte s’en issent ademis :
3810El fort estor se sont a itant mis
Ou se conbat li forz rois Looys
Et si baron, si conte et si marchis.
Tant ont feru li bon baron de pris,
Des Sajetaires n’i a mès que .c. vis.
3815Li Sajetaires qui navra Aymeri,
C’est Bugladans, li cuverz maleïs,
.II. cox a trez au fort roi Looys,
Desoz lui a son bon destrier ocis ;
Il s’aprocha del bon roi seignori
3820Et d’une hache dont l’acier fu bruniz
Feri sor l’elme lo roi poesteïs ;
Lo mestre cercle li copa sor lo vis,
Mès il ne l’a ne navré ne malmis,
De son estant a jenoillons l’a mis.
3825A icel cop vint Joifroiz de Paris,
Il et si home vienent au chapleïz ;
Les Sajetaires ont fierement requiz,
Devers la porte les ont si envaïz,
Voillent ou non, les ont fors del pont mis
3830A la premiere pointe.

CXXVI[125]

Li Sajetaires a Joifroi coneü
Qui en sa chartre ot longuement jeü.
Quant il lo voit grant duel en a eü ;
D’une grant hache a entor lui feru,
3835Qui il ataint, morz est et confonduz.
Voit lo Joifroiz, cele part est venuz
Par grant aïr, entoisé lo branc nu :
Par mi son elme a lo gloton feru,
Deci es denz l’a trestot porfendu,
3840Estort son cop si l’a mort abatu.
François lo voient, grant joie en ont eü,
Et li gloton en furent irascu
Quant lor seignor virent mort et vaincu ;
Tel poor ont li cuvert mescreü,
3845En fuie tornent, n’i ont plus atendu :
Franc les enchaucent, si ont levé lo hu,
Après destendent li jone et li chanu,
Cil qui ainz pot a force et a vertu :
Qui il ataignent, mort l’ont et confondu ;
3850N’en eschapa que .x. des mescreüz,
Que puis qu’il orent lo mestre d’ax perdu,
Furent il pris com oisiax a la glu.
Tant ont l’enchaut li baron maintenu
Que tuit sont mort li cuvert mescreü.

3855François retornent qui ont lo chanp vaincu,
A la cité sont arriere venu,
Maudient la del verai roi Jhesu
Quant por li prendre ont tel domaje eü.
Ainz por cité en cest monde ne fu
3860Tel dolor ne tel perte.

CXXVII[126]

Quant ocis furent la pute jent haïe,
Devant la porte de la cité antie
Est asenblée la riche conpaignie,
Rois Looys et sa grant baronie.
3865Onques li conte ne la chevalerie
Entrer ne vodrent en la cité antie,
Tel duel demoinent et baron et mesnie
Por Aymeri a la barbe florie,
Et por ses filz dont chascuns se gramie.
3870Mès de ce fist li rois grant cortoisie
Qui a Auquaires dona Esclabarie,
Au bon convers qui bien l’ot deservie :
S’a Clarissant esposée et plevie,
La jentil dame qui vint de Femenie,
3875Si com li ot donée et otroïe
Quens Aymeris ainçois que perdist vie ;
Lo païs tint Auquaires en baillie ;
S’ont Clarissant levée et bautisie
Et ses puceles o li par conpaignie,
3880Qu’el amena de terre Femenie ;

Totes remestrent en la terre garnie.
S’ont estoré et fete une abeïe
El chanp o fu la bataille fornie ;
Moines i ot de molt grant seignorie
3885Qui la prierent Jhesum, lo fil Marie,
Por les barons qui orent perdu vie.
Bernart lo conte a la chiere hardie
Ont enterré la riche baronie
Et Garin d’Anseüne.

CXXVIII[127]

3890Iluec ou fu la bataille pesant
Font beneïr un cimetere grant,
Et un charnier molt bel et avenant
Ou metre firent la crestiene jent
Que ocis orent li felon soduiant.
3895En un sarqu de fin marbre luisant
Ont mis par soi dant Bernart de Brubant
Et en un autre Garin lo conbatant,
Lo jentil duc d’Anseüne la grant.
A l’enterrer veïssiez duel pesant :
3900La se pasmoient maint chevalier vaillant.
Que vos iroie celui duel acontant ?
Ne m’en creroit nus hom qui soit vivant.
Mès por lo conte Aymeri lo ferrant
Font greignor duel li petit et li grant.
3905Celui ne vodrent pas lessier si enfant

Ne si ami ne si apartenant,
Ainz lo conroient et bien et richement
Et enbasmerent de basme et d’oignement,
En cuir de cerf cosu estroitement ;
3910Covrent lo conte d’un paile d’Orient
Et a Nerbone l’enporterent sa jent
A Hermenjart la contesse vaillant.
Biax sire Dex, voirs pere tot poissant,
Quant el savra ce domaje pesant
3915Del jentil conte qu’ele avoit amé tant,
Molt avra bien Jhesu Crist a garant
Se de duel ne chiet morte.

CXXIX[128]

Quant enterré sont li baron de pris
Et enbasmez fu li quens Aymeris,
3920Li franc baron l’ont en litiere mis,
Sor .ii. chevax l’enportent li marchis.
Auquaire lessent por garder lo païs ;
Mès en sa terre vet Joifroiz de Paris,
Si enmena la pucele jentil,
3925Cele qui l’ot fors de la chartre mis
Et lo messaje porta roi Looys :
O lui l’enmoine Joifroiz en son païs,
Si l’esposa si com li ot promis.
Et li baron n’i ont plus terme quis,
3930D’Esclabarie partent, s’ont congié pris ;

Mès au partir n’i ot ne jeu ne ris,
Que morz i lessent de lor meillors amis ;
Les hernois trossent, a la voie sont mis,
Aymeri portent lo franc conte de pris,
3935Plorant le vont et baron et marchis.
Detriers les guie li forz rois Looys,
Hernauz li rox, Bueves de Conmarchis,
Li quens Guillaumes d’Orange li marchis ;
Mès ainz lo soir, que jors soit definiz,
3940Avra poor trestoz li plus hardiz ;
Se Dex n’en pense, li rois de paradis,
Li plus poissanz sera griés et marriz
Ainz que voie Nerbone.

CXXX[129]

Vont s’en François ou n’ot que corrocier
3945Droit a Nerbone lo chemin droiturier.
Si com il vindrent dejoste lo rochier
Dont vos oïstes en la chançon arrier
Ou ja soloit la guivre reperier
Qui el païs ot fet tant enconbrier,
3950La pute beste lor vint a l’encontrier.
En son venir demoine tel tenpier,
Tuit en fremissent baron et chevalier ;
Onques n’i ot si hardi ne si fier
Qui n’ait poor quant virent l’aversier.
3955As armes corent serjent et escuier
Et duc et conte et baron et princier ;

Lor jent aünent a un cor menuier.
Li quens Guillaumes qui tant fet a prisier,
Il et si frere qui sont hardi et fier,
3960Contre la guivre en sont alé premier
Et après ax maint vaillant chevalier ;
Devant ax metent les escuz de quartier
Et en lor poinz les roiz espiez d’acier ;
Et quant de li les vit si aprochier
3965La pute beste, cui Dex doinst enconbrier !
Se conmenca contr’ax a hericier
Et de sa gole feu et flanbe lancier ;
Et cil lo voient, n’i ot que esmaier :
Lancent li lances et javelos d’acier,
3970Mès ne lor vaut la moitié d’un denier ;
La pel ot dure plus que fer ne acier,
Lo feu ardent lor jete a l’aversier
Qui lor brula lor escuz de quartier.
Voit lo Guillaumes o lo coraje fier
3975Et jure Deu lo verai justisier,
Melz volt morir ne se voist esmaier.
Lo fort espié conmence a paumoier,
Seigna son vis et brocha lo destrier ;
Par maltalent corut a l’aversier,
3980Enz en la gole li mist l’espié d’acier,
Plus de .ii. piez l’en fist el cors fichier :
La guivre bret qui se sent angoissier ;
Del cri qu’el fet retentist li rochiers ;
Lors i acorent li baron chevalier
3985Qui li copent la teste.

CXXXI[130]

Quant a la guivre ont la teste copée,
A grant merveilles l’ont entr’ax esgardée,
Mes n’i font plus li baron demorée.
A l’ainz que puent issent de la contrée,
3990Devers Nerbone ont lor voie tornée ;
Aymeri portent qui la vie ot finée
Dont grant dolor ont entr’ax demenée.
Tant ont erré li baron a jornée,
Nerbone voient la fort cité loée.
3995Dame Hermenjarz la contesse senée,
Fu totes jors as fenestres montée :
Molt fu la dame iriée et trespensée,
Que, puis qu’issirent de la cité loée
Quens Aymeris et sa jent enorée,
4000Ne l’en fu dite novele ne contée.
Devers la mer a la chiere tornée,
Vit des barons qui venoient l’estrée,
Et vit la biere que devant ont portée,
Li sans li fuit, s’a la color muée
4005Et tel dolor li est el cuer entrée,
A po ne chiet des fenestres pasmée.
Dit Hermenjarz : « Sainte Virje enorée,
« Li uns des nos i a la vie otrée.
« Se il ne fust de fiere renomée,
4010« Ja de si loig n’en feïssent portée.
« Aymeri sire, frans quens, chiere menbrée,

« Je sui por vos durement esfreée,
« Ne soit de vos cele chose averée
« Que li bons clers vos avoit devisée
4015« De l’avison qui si fu redotée. »
Quanque la dame est issi dementée,
Par la cité est la novele alée,
Morz est li quens, n’i a mestier celée.
Et quant il ont la novele escotée,
4020Ne vit nus hom jent si fort adolée :
De toz sens est la cité esfreée,
Petit et grant ont grant dolor menée.
Et Hermanjarz a la noise escotée
Bien sot de voir, com ele ot la criée,
4025Que c’est li quens qui la vie ot finée :
Ne pot mot dire, issi fu adolée,
Dedenz la sale chiet a terre pasmée ;
.IIII. puceles l’en ont sus relevée
Et en sa chanbre entre les braz portée ;
4030Or quident bien sa vie soit finée.
Et li criz fu par la cité loée,
N’i remest cloche que l’en n’i ait sonée,
Borjois et dame et la jent ordenée
I ont ensenble procession menée
4035Encontre cels qui la biere ont portée ;
A l’encontrer fu la dolor doblée,
Mainte robe ont ronpue et descirée,
Maint poing detort, mainte cinple tirée ;
A grant duel entrent en la cité loée,

4040Ainz ne tornerent en la sale pavée,
Mès por veillier ont la biere portée
A la plus mestre yglise.

CXXXII[131]

Dedenz Nerbone a grant procession
Portent la biere a Saint Pol lo baron ;
4045Iluec ajostent d’entor et d’environ
Li chevalier et tuit li haut baron,
Clerc et provoire, jent de religion,
Homes et femes et petit enfançon ;
Plorent et crient et font tel marrison
4050Qu’en n’i oïst nule rien se plor non ;
Et li borjois s’escrient a haut ton.
« Aymeri sire, jentil fil de baron,
« Bon chevalier, home de grant renon,
« Quant estes morz, que devenir porrons ?
4055« Qui vos a mort, de verté le savons,
« Tot a cest regne mis a perdicion ;
« Or i vendront Paien et Esclavon ;
« Si aorrons Tervagan et Mahom,
« N’i crera l’en Jhesu Crist ne son non ;
4060« Et nos dolant, en quel païs fuirons ?
« Se ci nos trovent li encriesme felon,
« Ne nos garra avoir ne raençon
« Que ne perdons les vies. »

CXXXIII[132]

Por Aymeri le franc conte poissant,
4065Firent un duel li petit et li grant
Qu’en n’i oïst nes Damedeu tonant.
Tote la nuit jusqu’a l’aube aparant
Gaitent lo conte chevalier et serjent.
Et Hermenjarz la contesse vaillant
4070Enz en sa chanbre va tel dolor fesant
Que nel diroit nus hom qui soit vivant :
La la tenoient si home et si enfant
Que ne la lessent remuer tant ne quant,
Ne a la biere aprocher plus avant.
4075Por conforter la contesse avenant
I vint li rois Looys li poissanz ;
Com el le vit si ala escriant,
El li a dit por un fier maltalent :
«  Rois, qu’avez fet d’Aymeri lo ferrant ?
4080« Et vos Guillaumes et vos Guiberz l’enfant,
« Hernauz et Bueves, felon et soduiant,
« Rendez moi tost Aymeri lo poissant,
« Mon fil Bernart, lo seignor de Brubant,
« Et dant Garin d’Anseüne la grant
4085« Qui avec vos en alerent joant ;
« Rendez les moi ci et sains et vivanz ;

« Ou ce se non, par Deu lo roiamant,
« Que je dirai trestot a mon esciant,
« Que les avez venduz as mescreanz. »
4090Quant il l’oïrent de dolor vont plorant.
Rois Looys les ala confortant
Et si conforte la contesse vaillant
Puis s’en alerent a Saint Pol a itant
Et font chanter la messe hautement.
4095Clerc et provoire i chantent en plorant
Et li chanoine et li moine ensement,
Le jor valut l’ofrande tant besant !
En un sarqu de fin marbre luisant
Firent la sepoture.

CXXXIV[133]

4100Après la messe ont lo conte enterré
En un sarqu de vert marbre listé
Qui bien fu fez et noblement ovrez ;
Dedenz fu mis lo cors a grant chierté ;
Ilueques furent et evesque et abé
4105Et moine et clerc et provoire ordené
Et li chanoine de la bone cité ;
Tuit revestu ont lo conte enterré ;
Mès puis que Dex ot lo siecle estoré
Ausi grant duel ne fu por home né,
4110Com le fesoient por Aymeri lo ber :

Se g’i metoie un des jors de l’esté,
N’en averoie la moitié aconté.
Ça et la gisent li chevalier pasmé,
Et li baron sont en haut escrié :
4115« Aimeri sire, de la vostre bonté,
« Ne fu mès prince en la crestienté.
« Vostre proece, vostre nobilité,
« Vostre grant sens et vostre larjeté,
« Ne porroit estre par nul home conté.
4120« Tot aviez par valor sormonté,
« Les chevaliers de la crestienté,
« Princes et contes et demaines et pers,
« Barons et dus et les rois coronez.
« Chevalerie est chaüe en vilté.
4125« Or seront mès Sarrazin resposé :
« Par tote France feront lor volenté,
« Que n’en seront par home destorné,
« Puis que il sont de vos sol delivré »
Ainsi ont tuit lo conte regreté ;
4130Et li clerc ont lo servise finé,
Plorant departent et estranje et privé
Et li baron sont el palès entré ;
Mès Hermenjarz au jent cors enoré
Tele par a si grant duel demené,
4135Que por li ont tuit li baron ploré,
Que puis n’ot joie en trestot son aé :
Nonain devint et servi Damedé
Por Aymeri que tant avoit amé,
Dont onques puis n’ot lo duel oblié,
4140Qu’ele en fu morte ançois un an passé.

Grant duel en firent tuit cil de la cité,
A saint Pol ont lo suen cors enterré
Lez Aymeri lo conte.

CXXXV[134]

De grant duel fu la terre replenie
4145Quant Aymeris ot finée la vie
Mes ainz que fust la semaine conplie
Se departi la riche baronie :
Rois Looys a la chiere hardie
Si s’en ala en France la garnie ;
4150O lui mena sa grant chevalerie ;
Molt en lessa qui ont perdu la vie
Dont granz dels fu en la terre nobile.
Li quens Guillaumes a la chiere hardie
Vet a Orange sa fort cité garnie
4155Ou lessiée ot dame Guibourc s’amie ;
Onques pès n’ot a la jent paienie.
Hernauz li ros ne s’i atarja mie,
Droit a Gironde a sa voie adrecie,
Et li dus Bueves a tot sa conpaignie
4160S’en retorna a Commarchis sa vile,
Et Guibelins qui ot grant seignorie
O lui mena sa bele conpaignie
Tout droitement a Andrenas la riche ;
Et de Nerbone tint la terre en baillie

4165Aymeriez qui ot la seignorie
Que li dona ses parrains en sa vie
Quant de ses filz ot fet la departie.
Onques de princes dont chançons soit oïe
N’issi tex oirs ne tel chevalerie ;
4170Tant les ama Jhesus li filz Marie
Qu’en paradis sont en sa conpaignie.
Et l’estoire est ci en droit aconplie.
Damedex gart toz cels qui l’ont oïe
Et moi avuec qui la vos ai fenie ;
4175Ne troverez qui avant vos en die,
S’il ne fausse l’estoire.

<references>

  1. I. — 1 Le début est différent dans C et dans D. — 3 omis dans B. — 25 B et de pers. — 30 C Ge vos ai ci et semons et mandez. — 31 A B et je vous en sai gré. — 34 A B Et encores. — 36 C Mès or sui veuz et chanuz et barbez. — 39 C Qui a ma t. — 41 A B jusques. — 42 omis dans C. — 45 A B ai je en p. C en ai or. — 52 B Renduz, vers omis dans C. — 54 C Et .iiii. duc q.
  2. II. — 64 A B li preus q. — 70 A B jo a. — 80 A B Molt volontiers G.
  3. III. C rime en a. — 83 B lia a. — 85 B ert. — 80-101 omis dans C. — 94 A A merveilles e. — 97 A B Et les auves. — 101-103 omis dans B.
  4. IV. — 109 A B s’en part, si prist c.
  5. V. — 121 omis dans A ; B Vous nous avez ci nourris en c. — 122 A Vous vous morés.
  6. VI. C rime en on. — 132 C Si atacha son destrier arragon. — 134 A Et ses armes, B Toutes les a. — 138 A B Desus. — 140 C D’un os d’yvoire estoient li limon, D A blanc yvoire furent fet li l. — 141 A B Et les cordes de rouge soie sont. — 142 D quatre o dos. — 143 D En t. — 145 D painz fu a or, A B as bestes et as f. — 146 A B ilueques g., D li contor. — 147 D Li miexdres est que l’an seüst nul jor ‖ Blanche ot la barbe et le chief comme flor. — 148 D maint ch. — 151 B riches contes, D grant amor. — 152 D Vos vos m. — 154 D pert son bruit et sa flor.
  7. VII. C rimes en ez, er, é. — 156 D montez. — 157 C Niés fu au conte dont vos oez conter. — 158 A B Gent, D et chanu. — 160 A B Longue ot la j. et le p. bien torné, C formez. — 161 A B Vairs ot les e. — 162-163 omis dans A B. — 165 A B En nul païs... si bel. — 167 D A lui le çaine. — 168 B cors. — 169 A B plaindre et d. — 170 D dant A. — 172 A B li vit. — 173 A B et c. et m. — 175 A B Le dextre bras. — 176 D Que ni sant v. — 177 A B Adont quida q. — 178 A B en prist d., A B nel pot, C li prist. — 179 C ne pot plus endurer. — 180 D chaï adenz p. — 181 A B Quant se leva si commence a plourer. — 182 B Si se clama, omis dans C. — 183 D li miex de mes amis charnel. — 185 C fet ele. — 186 C por Deu ne lo celez, D ne me c. — 188 A B l’avons fet c., D A une f. — 189 B A moi mandoit. — 190 A B alast sans demorer, C alast li secore et tenser, D le venist a. — 192 C et conf. — 198 A B Et mon chastel, C Et lo pales. — 199 omis dans A B. — 200 A B Et mes enfans. — 201 C Sire, fet ele. — 202 A B ne puet aler, D Ni ira mie. — 203 A B de d. — 204 C ja a .ii. jors passez. — 206 A B a regarder, C Et Herm, D l’an prist a. — 207 D gentil quens naturez Vos vos morez, c’est dolor et haster. — 208 A B biau sire a nous p., D ensemble o n., C a moi. — 211 A lor en f., B l’on en f. — 212 A B ne me fais plus d. — 213 A B Puis que je p. — 214 C Bien decline b.
  8. VIII. C rime en ie. — 215 A B et H. — 216 A B Et ses cheveux et sa robe deschire. — 217 C D Si se claime, D maleure. — 218 B Sire A., ce vers manque dans A. — 219 D Quant vos m. c’est d. et martire. — 220 A empire, B espire. — 221 A B pris de ch. — 222 D n’ert si bien encherie, C n’i sera esbaudie. — 223 A B est cheoite s. — 225 A B la leverent et tindrent. — 226 D dame fine. — 227 A B tant.
  9. IX. C rimes é, er, ez. — 229 D par la b. — 230 D Le ploreid de Nay. — 231 A B nel porent aceissier, D ne la pueent. — 232 C plaindre et r., D et doloser. — 233 C la prent. — 234 C fet il. — 236 D Car de grant mal vient on en grant santé. — 238 A B Car il se muert. — 239 omis dans A B, D Or nos laist molt soutif et esgaré. — 240 C Sire Guib., A B ne le savez, D. quant v. — 241 C Or e. — 243 C omis. — 246 D A Nerbone ot .i. sarr. esté. — 247 D estoit. — 248 A B En Nerbonnois, C fu .iii. jors conversé. — 249 C por les noveles oïr et escouter. — 250 A B Le conte vit. —  251 C et que Guiberz fu, D ajoute : Sor Sarrazins a le païs gasté. — 252 A B Et Loeÿs est as Francois mellés. — 253 A B Boisier. — 254 A B ne sejorner. — 256 D que li b. — 257 D Sel feist en, A B afoler. — 260 A B Et il metra. —  261 omis dans A B, C S’ert li pais essilliez et gastez. — 262 A B Dont li mur ierent et frait et estroé. — 263 A B effondrée.
  10. X. C rime en i. — 264 D Quant Naymeri fu molt chargiez de m. — 265 D il plot. — 266 omis dans A B. — 267 D Huevre les. — 268 A B Entour lui pleurent mil c. — 269 A B la courtoise H. — 270 D sa porpre deschira. — 272 A B Aymeri sire franc conte naturel. — 273 A B Vous vous morez, c’est domajes et. — 274 A B Se Damediex, C Se Jesu Criz. — 275 A B avec vous. — 276 D n’en avra. — 277 D ne t’an atargier ja. — 278 A B avec la soie, D s’en. — 279 D O la moie ame seront a une part. — 280-281 omis dans A B. — 283 A B Lasse, remaindrai veve, D Or manrai v.
  11. XI. C rimes er et ez. — 284 D Dant Nam. — 285 D Environ lui son barnaje p. — 287 A B pour l’amour D., C fet-il. — 288 A B tel dolor ai. — 289 C Quant H. ot lo conte parler. — 291 omis dans A B. — 292 A B Si li besa, C par molt granz amistez. — 294 C Gentils quens, sire ! por Dieu de majestez, D Ha ! riche quens, dist elle, A B respondez. — 295 C Confortez vo mesnie, D Se ne vos morez mie.
  12. XII. 297 A B li hardis combatans, D ajoute : Et le mellor de cest siecle vivant. — 298 A B Je ai un mal que onques n’oi si grant. — 299 A B Si ne, C Que ne.. ne tant ne q., D mouvoir tant ne q. — 300 A B Joscelins, C et li preuz G. — 301 A B o le cors av. — 302 A B Conte Aimeri, lievent en son seant, C Lo conte l. — 303 A B Si li a, C lo costé et lo f., D Bien li ap. — 304 A B fetes de bonguerant. — 305 D I l’afublerent d’un m. — 306 A B couvert. — 307 A B .xv. pierres, C D Quatre p.... tassel par d., D es tasiax. — 308 A B Et reluisoient comme. — 310 D J’ai tel poor toz li cuers m’en esprant, C toz me fremi li sans. — 311 D en semblant, C ajoute : Ce m’est avis, oroiz, en mon dormant. — 312 A B Que de Esp. issoit, D aloit. — 313 C mon pales, A B m’aloit tout embrasant. — 314 A B un grant oisel, C un fier oisel, D venoit. — 315 C et fet de tel semblant, D en lor semblant. — 316 Omis dans A B C. — 317 C desor la t., D ma t. — 319 A B le moustier. — 321 A B fendoient, C Si abatoit tot le plus mestre auvant, D De ces hauz murs f. — 322 C m’i v., D me feroit en volant. — 323-329 Omis dans B. — 324 C Et si m’ardoit lo coté et lo flanc, A Tote m’a. — 325 D Dedanz ma b. — 326 C D Grant comme a., A a son s., C de tel s. — 327 D ralisant. — 328 C De blans colons trova la flote grant, D menoit de c. — 329 A le m. — 330 C D’une v... aloient tuit c. — 331 C Sachiez de voir que molt m’en espoant. — 332 Omis dans C.
  13. XIII. C rime en on. — 334 A B Or escoutés barons. — 335 A sonje, B somme. — 336 D Iere en r..... a un f. — 337 C un heron, D et .ii. m. — 338 A B Et m’en v. — 339 A B issoient, D saillirent. — 340 D Laiz et iriez, et d. et h. — 341 D Sod moi ocistrent m. — 342 D depecierent. — 343 A B saillirent, C m’assailloient. — 344 C Et me vol., omis dans D. — 345 D poignant. — 346 A B issoit de, C a foison. — 347 D sivant l’a. — 348 D oi je molt grant p. — 352 C et hide.
  14. XIV. C rime en iez. — 353 C ot les broons chaciez. — 354 C ceste, A B vi je. — 355 A B Apres en vint o moi tous eslaissiez, D En droit a moi, — 356 A B aussi com fust iriez, D si me corud iriez. — 358 et 359 omis dans A B D. — 360 omis dans A B C.  — 362 A B Par devant moi. — 363 C Si me lechoient. — 365 A B Qui d., D Et menoient grant j.
  15. XV. C rime en ant. — 367 A B par devant. — 369 A B Si estoit nue, D Sod ce pind la devant. — 370 A B et un b., C Tote fu n. — 371 A B D choses. — 372 D d’acier. — 374 C Puis la. — 376 A B i aloit tost poignant, C Guiberz ses f. i ven. acorant. — 377 A B Occioit les. — 378 C dona, omis dans B. — 379 A B Si f., D Dont f.
  16. XVI. C rime is. — 380 D .I. giuif molt sotis. — 381 omis dans A B. — 382 A B Un livre ot, C Qui estoit sajes, escotez et apris. — 383 C et tuit li sonje mis, D O sont les arz et les sonjes escris. — 384 D Prist le sautier. — 385 A B Si se c. — 386 D recercha. — 387 A B Ilueques voit les s., C Trove les sonjes qu’ot songié. — 388 A B Et tout le m. — 389 D Tendrement plore, omis dans C. — 390 D si s’asit, C Devant lo conte as piez du lit s’a. — 391 A B dira il n.
  17. XVII. C rime en ant. — 392 C li clers s. — 393 C vos dire lo semblant, D ja le s. — 395 A B aloit si esprendant. — 396 A B Une estoire est. — 397 A B le noir oisel volant. — 398 omis dans A B C, le grant o. — 399 omis dans A B C. — 400 A B de la jent Tervagant, C Ce est uns rois de la jent mescreant. — 401 A B Et le m., omis dans C. — 402 A B desur cele tour grant. — 403 omis dans A B, C ajoute : Li rais de feu qui te fesoit dolant. — 406 A B que ja n’a., D n’an a. — 407 D Saint Jehan. —  408 A B la grant sale devant. — 409 C de ces mur, D de ces haut murs. — 410 A B Ta f. est, C que avoie si grant. — 411 omis dans A B, C que s’en va declinant. — 412 A B que n’i., D n’iras. — 413 D l’or fin et l’argent blanc. — 414 omis dans A B, C tant grant. — 415 D Dieu el roemant. — 416 D T’ame en sera f.
  18. XVIII. C rime en is. — 417 D li dist. — 420 A B te blesmi. — 423 D s’enravy. — 424 D Ce sera t’ame. — 425 D En la vie durable.
  19. XIX. C rime en on. — 426 D vostre altre a. — 427 C portastes le faucon. — 428 C S’aviez pris un hairon, D .ii. ane et .ii. m. — 429 C Et venoies, D Tu t’en venoies. — 430 A B Ch. iert, C C’est ch. — 432 Toute ta vie n’en feïs un g., D n’en conquis gr. — 435 A B des .xiiii., D ajoute : Laid et iriez et despers et hidos. — 436 A B Qui occistrent. — 437 A B Paien seront, D t’ociront. — 438 A B Dedanz le cors, D t’ociront. — 439 D d’un lion, C Si vos dirrai. — 440 A B Cui suivoient, Qui le s. — 441 D Qui devant toz abasti .ii. des ors. — 442 D Et dechaca. — 443 A B Ce est... do valor.
  20. XX. C rime en ant. — 447 D au gent c. — 448 A C Que veïstes. — 449 A B Qui noire estoit et un bras i ot b., C fors .i. b., D mes .i. b. avoit b. — 450 C Ce sera d. — 451 A B li païen mesc., C Sarr. et Persant. — 454 C Onque dame, D n’ot encore si grant ; D ajoute : Ne .i. fame en cest siecle vivant. — 456 A B Que ja n’a., C Que n’avra mes. — 458 A B Icelle j. — 459 D lui sera secoranz.
  21. XXI. C rime en ier. — 461 C avoit lo clerc. — 462 A B qu’il li ot d. — 463 C Mès ainz por ce ne. — 464 C fet il, — 466 D De cest mien m. — 468 C L’eve ont cornée a un cor menuier. — 469 A B Celui jor levent, C Ce jor laverent, D .iiii. mil. — 471 A B voldrent pas. — 472 D s’asient s. l. m. dogié. — 474 A B Qui le contor. — 475 C Et Hermanjart, D o n’ot que ansegnier. — 476 A B i out petit m., C porent petit m., D ot molt petit m. — 477 A B Car forment se redotent, C Car durement se d.
  22. XXII. C rime en ez. — 478 A B Quant vint a ce que F., C que il orent d. — 479 A B le vin ont demandé. — 480 C copes d’or. — 481 D Dant Nai. — 482 D li ot. — 484 C D en irez ; C ajoute : Et li dites, gardez ne li celez. — 485 D et a son parenté. — 487 D aider an son regné. — 489 C veuil rendre, D mes pers. — 491 omis dans A B. — 493 D an li vet ap. — 494 A B Et puis monta el destrie abrivé. — 495 D les portes. — 496 A B Bauchant brocha. — 497 omis dans A B. — 500 A B que venus est. — 501 C Et d., D Il d. — 502 A B Li empereres est du m., C L’emp. est. — 503 Si apela, D Il en apele. — 504 C fet il, envers moi entendez, B petit entendez. — 505 C Molt me m., D Je me merveill de Naymeri le ber. — 506 C qui ont t. — 507 C el palès est monté, D Est lo mesage qu’est o p. m. — 508 A B qui joie en, D le vit. — 509 C jeté. — 512 C entendez. — 514 A B mes plus. — 515 A B et el destrier m., D2 et en cheval. — 516 A B Sire par foi, C n’orrez v. — 517 C Il vos mande s. — 518 A B D2 mande. — 520 C .xm. de c. — 521 D Por congié par lui et a ses p. — 522 A B l’en. — 523 C .I. sajes clers, D2 qui est en la cité. — 524 D Volantiers certes, D2 Volantiers voir.
  23. XXIII. C rime en is. — 527 D bailli. — 528 D et destruit mon p. — 531 A B me convient m., D2 me convient a fenir. — 534 A B Or avés vous bien dit. — 535 A En Nerbonne, D li frans quens hardis. — 536 A B Malades est et se d., D si se crient de m., D2 et si se crient m. —  537 A B Or a pensé qu’il, D il se porp., D2 Or porpensa. — 538 A B en Brebant le pais., D des bruis de Costentin. — 539 A B Li ainsnez est des enfans A., C C’est li ainznez, si com dit li escriz, D Ce est l’ainzné. — 540 D2 H. le poteïs. — 541 C Et de Gascoigne B., D de Morimon B. — 543 B Et puis mande, D Et de O. — 544 omis dans A B C. — 545 A B Si envoia por querre Guibelin, C Et por G. le m., D Por danz G. — 546 A B En ost estoit, C Qui fu en ost sor felons Sarrazins. — 548 A B assis, C Qu’en Espagne l’orent Paiens ocis, D Car en Esp. l’orent. — 549 A B Ainz a mandé de ses autres amis. — 550 A B omis, C ou les savoit vis. — 551 A B pour venir a Nerbone.
  24. XXIV. C rimes e, ez. — 552 A B a ses neveus mandez, D Dant A. — 553 A B Et si manda tous ses amis charnez, C et son grant parenté. — 555 A B Quens A. — 556 A B ala son m., D en vet., C aporter. — 557 A B omis, D L’un avant l’autre. — 558 A Ainz q., A B assis, B Ançois q. — 560 A B n’ot il onques son per. — 561 A B parler. — 563 D2 Dedenz N... conversé. — 564 A B D2 alé. — 564 C Par ses jornées a tant li gloz erré. — 565 A D2 Qu’en un b., B chalant, D A un b. — 566 D D2 asenez. — 567 A D regehir et conter, A Son m.
  25. XXV. C rime en is. — 569 A B Et erre le païs, D2 Vares, D trespasse le p. — 570 A B que onques ne prist f., D prant c. — 572 D en B., D2 alé. — 573 B voltis. — 574 A B fist, D molt gent salu, D2 bon s. — 576-577 omis dans A B. — 578 C l’a pris, D a aparler. — 579 A B C D2 amis. — 580 omis dans A B. — 581 A B li contes A., D le conte Naymeri, D2 preux q. — 582 A B mes plus... tenir. — 583 omis dans A B D2. — 584 D il est seignor, D2 Il et sires. — 585 A B mon pere fu, C Sorbastre le marchis, D2 le riche Sorberin. — 586 D en N., D2 la cit. — 587 D2 Qui iert a Kl. le roi... — 588 A B Li ot d., D Qui li dona. — 589 D Il a ma t. quite et mon pais. — 590 B moi e., A devez moi e. — 591 A B molt m. li fus. — 592 D Je li. — 593 D Sor P., omis dans C. — 594 D le conte Naimeri. — 595 A B Car en estoire est conté et escrit. — 596 C Que l’o. — 597 A B Par Mahomet, Barre. — 598 A B A ceste afaire. — 599 D D2 a Nerb. mardi. — 600 A B li conte A., D D2 le conte Naimeri. — 601 A B .iii. jours avoit qu’il estoit. — 602 A B il l’ont ore enfouy, C que ja est enfoï. —  603 D D2 N’i avoit mie de dant G. so fil. — 604 C ses marchis, D ses amis. — 605 D C’est en ost. — 606 A B De chevaliers a voidié le païs, C Gasté a ja la terre et lo païs. — 607 A B Et en son regne, C Que l’en guerroies en France L. — 608 A B Nerbonne pues av., D Or puez avoir N. sanz. — 610 A B Ton pere chier q., D2 Le riche p. — 611 D2 Et va saizir ta terre.
  26. XXVI. C rime en ie. — 612 D2 a appelé — 613 D dist-il, or puez. — 614 A B car f. — 615 A B Et Guib, B a enmene. — 616 D est en ost s. — 617 A B en Sezile, D2 En Hongrie. — 618 A B corrant, C D D2 Pinconie, D2 a envoié. — 621 B par n. — 622 A B ot il yaue hidouse. —  623 D D2 ajoutent : Grant et pleniere, parfonde et mervilloze. — 624 A B De la m. i a. — 626 D la font o, D2 lor f., B i f.
  27. XXVII. C rime en u. —  628 A B furent là. — 630 A B .iiii. l., C Près de ii liués, D que desus que, D2 que d’avant. — 631-632 omis dans A B, D2 Tant pomel d’or tant riche egle desus. — 632 D luist. — 633 A B furent, C en sont, D .XX. roi. — 634 A B en furent cil venu, D poignant v., D2 tot droit venu. — 635 D desor. —  636 A B Sor... s’estut, D palés, D2 ou il jut. — 637 A B qui estoit p., omis dans C. — 638 A B ont rendu, C dit bon s. — 639 A B atarges, C a quoi, D Droid a. — 640 A B Une estoire t’est, C est. — 641 C .V. mile. — 642 B de N. — 643 C Si sesiras la, D ta t.
  28. XXVIII. C rime en as. — 644 A B apele... Madras. — 645 A B male p. — 646 A B Ses parentés ne vesti ainc de d. — 647 C sont v., D Tuit sont velu dusqu’as. — 648 D Qu’avis seroit que tos jors rechignast. — 649 A B Or ca sire Madras, C dit. — 650 A B sor, D vos iroiz ore p. — 651 C D Corcenie. — 652 A B Dites ma gent, C Dites lor bien, D ne me demorez pas. — 653 A B qui o., C onques n’i quist cheval, D Li gloz s’antorne. — 654 A B vet, omis dans C. — 656 D Ainz le tiers jors, C passa. — 657 A Une estoire, B Si grant e., D asambla. — D2 LM. — 661 A B Car ils molt aiment et p. — 662 D Molt lor est bel que ja en revandra, D2 Et lor et bel que a N. va. — 663 A B fier. — 664 C Chascun partant Nerbone, D2 Ne reverra E.
  29. XXIX. C rime en aigne. — 665 A B qui ont ch. g. — 667 D D2 Qui D. n’a. — 668 B conduit et amaine. — 669 D D2 hauberjent. — 670 C Molt d., D Ced d.
  30. XXX. C rime en on. — 671 D la. — 673 D D2 Roi Galafer, D2 Galafres, A B i amaine. — 676 D2 Qui i.
  31. XXXI. C ne distingue pas ce couplet du précédent et continue à refaire des rimes en on. — 678 A B .X. mil g. ot en, D2 enz el plus hautes tors. — 679 D2 en respont la fremor. — 680 A B Adont monta. — 681 A B .C. mil d’home. — 682 A B Qui... ce j. — 683 D tant d. — 684 D Tantes ens. — 685 omis dans A B. — 686 A B Quant du sol. — 687 A B Entrent, D2 coreors. — 688 A B Drecierent, A voilent, B voiles.
  32. XXXII. C rime en ie. — 690 A B les n. — 691 A B Et ont mis enz. — 693 A B hiaumes, haubers. — 694 omis dans A B. — 695 A B Et quant ce vint que. —  697 A B se metent quant ont terre g. — 698 D ces grans ors br. — 699 A B et destrier de Sulie. — 700-701 omis dans A B. — 701 C D bondirent. — 702 A B La mer covrent de l., B covrirent. — 703 omis dans D, C Li venz est bons qui les conduit et guie. — 705 A B Et li p. — 706 C Jetent lor ancre, A abatent. — 707 D s’ont les armes sesies. — 708 D Lors s’en istrent, C Puis s’en istrent. — 709 A B Et sont montés es sors, b. — 710 A B Par le regné... lor voie a. — 711 A B Ardent ch. et bois et bors et v. — 712 Et si en m. et ch. — 713 D Qu’a lor c. — 715 A B Et s., D Li sarr. forment les envaiss. — 716 A B fierement, D A ceux dedanz durement e. — 717 A B abatent, D ruent. — 718 A B en estoit esbahie. — 720 omis dans A B, D tramete.
  33. XXXIII. C rime en i. — 724 A B Qui est m., D O gist m. — 726 A B nous s., D A riche conte. — 727 D Que sis vos ont. — 730 D n’an panse, il nos auront j. — 731 A B si en est esbahis. — 733 A B virge de Paradis. — 734 D Desfanz moi hui. — 735 C de cele jent desvée, D Que païen ne la prangnent.
  34. XXXIV. C rime en ant. — 736 D Danz A. — 737 A B Apele iluec, D A apelé. — 738 A B vestu l’ont, D I l’ont v. — 740 C Hues et Elimant, D Q’anbracié... Moutharmant. — 742 A B Ne m’adesez, D Ne me tochiez, C por Deu lo roiamant. — 744 A B ne P., D mescreant. — 745 A B dessuz le marbre estant, C Aimeri lessent sor ses piez en est., D Lors lessierent soz .i. arbre en. — 746 A B Et A. si ala ch., C Mès li quens va encore ch., D Danz Nameri. — 747 D que n’est cheoit. — 748 C maintenant, D quens Ay. li blans. — 749 A B l’adoberent li Franc, D ajoute : Trop par fu feble ne pot estre en estant. — 750 A B Si li vestirent. — 751 A B A fortes mailles, legier furent. — 752 A B Si li lacierent. — 753 A B L’espée ceint. — 754 C un fort escu pesant, D un escu vert et blanc. — 755 A Si li baillerent, B Si li donnerent, D La hante droite et bon espié tranchant. — 756-759 omis dans A B. — 757 D En mi la place. — 758 C A merveille. — 759 D A molt grant poine monta il l’auferrant. — 760 A B Jocelins et G., C Si li aida, D Joce et Guinement. — 761 A B au corage vaillant. — 762 A B es arçons a itant. — 763 D forz. — 764 A B Suz les estriers s’est affichiez devant, C avant, D I s’aficha sor le destrier d. — 765 omis dans A B, D Li lorains plie et li quirieus estant. — 766 A B Ferrant brocha, C hurre, D Broche le bien. — 767 A B les granz s. — 768 A B L’anste brandi, D si met l’escu devant. — 769 A B Tire... si ala, C sa r., D Vire. — 770 A B Vers, C la contesse vaill., D au jent cors avenant. — 771 C Jentil, D li blans. — 772 C Mal.
  35. XXXV. C rime é. — 775 D Maintenant fierent. — 776 A B Li bourgois furent ileucques as portals. — 777 A B Traient de lances, de g. — 778 D Danz A. — 779 A B Si qu’en bond., D li pui et li costal. — 780 A B Il s’en issi, C Dont s’en issi, D Fors s’an issirent. — 782 omis dans A B. — 783 D Et est v. — 784 A B Et en copa les cordes. — 785 A B verssent.
  36. XXXVI. C rime en u. — 788 A B et les pans derompus, C lo tref r., D ajoute : Celui meïsmes ou li amiral fu. — 789 A B courant v. — 790 A B a l’estour. — 791 C O .iiii., C D ajoutent : Pris a les annes et les viviers rompuz. — 792 C en ax. — 794 A B brisier. — 795 D contre terre a. — 796 A B crient, D supprime et. — 797 A B le pré herbu, D cil d., C ces tertres aguz. C ajoute : Les seles tornent, li poitrail sont ronpu, D Les seles vident et li poitrail ronpu. — 798 D Quens A., A B Galafre. — 802 A B estoit, C li est. — 803 A B a brochié, C lo feri par vertu, D ne puet plus. — 804 C devant sor les e., D de deçor les e. — 805 C Soz l., D que i les ont defroisiez. — 806 A B en l’erbu, C Andui chient des bons destriers quernuz. — 807 C Quant A., D Danz A. — 808 A B Il en a honte, D que sa gent l’ont veü. — 809 D l’en esgarda, A B des murs. — 810 C quens. — 811 A B tele dolour, C te p. — 812 C car i fetes v., C ajoute : Que il ne soit ne mort ne retenu. — 813 D pas e. — 814 A B embraça, D Il tret l’esp. — 816 A B De son espée, l’a sus l’elme feru, D o hiaume f. — 818-835 omis dans C. — 819 A B copa. — 823 A B Et l’a. — 824 A B Et a ses a. — 826 A B L’anste b. — 830 A B onc. — 832 A B conseü. — 833 A B Et de l’espée. A en l’e. — 836 A D A la terre. — 837 D a la p. — 838-841 omis dans A B. — 838 D li l’avant perseü. — 839 C Tel li dona sor l’a. — 840 C Une m. — 841 D trancha. — 842 D li e., C se rescria. — 843 C ce c. — 844 A B einsi a feru, C le braz qui tel li a feru. — 845 C Felon. — 846 A B Quens A. — 848 C Des branz d’acier fierent sor les escuz. — 850 C Et l’amir., D s’a escrié. — 851 A B S., dist il, D S. mi homes. — 852 omis dans A B. — 853 A B Se il eschapent.
  37. XXXVII. C rime en é. — 856 C ot cheval r., D L’amir. a s’estriers. — 857 A B a. — 858 A B L’e. q., D et anz o chief navré. — 861 A B hautement, C est. —  862 C Baron paien, D Seignor mi hom. — 863 A B a., C foiz, D .xiii. e. — 864 D respondoient, omis dans C. — 865 A B armez. — 866 D Danz. — 867 C .i. petit, D Seignor mi home. — 869 A B Qui, C Ja, D Com il derangent. — 870 D Ne p. — 871 A B trop avons demouré. — 872 A B D et d’e., D deux. — 873 A B Il li ont d., C Et il dient, D Cil respondent. — 874 A B et d’ileuc sont alé, C les ont sevré. — 875 C s’est... tornez, D Danz. — 876 omis dans A B. — 878 C estoit haut e., D haute. — 879 A B Sire A... trop v. — 880 C estre devant. — 881 omis dans C, D Ja i perdraz. — 882 D s’est... virez. — 883 A B listés, D bandez. — 884 A B Dessouz les ont f., D quasez. — 885 A B Fors, C comme il ne sont faussez. — 886 A B grant n. — 888 A B Li am. — 889 A B molt, D a encontrer. — 890 A B Busegant, D le c. — 891 A B au confanon fermé, C ou li fer fu quarrez. — 892 C desor l’e., D en son e. doré. — 893 A B Desouz, C sor la b., D les ont f. et qasez. — 894 A B n’en a. — 896 C Sor, D est. — 899 D livré, C n’i a plus demoré. — 900 D .iii. de ses c. — 901 A B li bons q., C li fiere... enorez. — 902 A B nel pot m., C n’en a m., D sa s. — 903 A B enclinez. — 906 omis dans A B, C Jusqu’en t. — 907 A B a abatu el p. — 908 C criz. — 910 A B secourre l’amiré, C que voient enversé, et ajoute : En son estant l’ont maintenant levé. — 911 A B en est aïriez, D est desesperez. — 912 C reclama. — 913 C que ne soit encombré. — 914 A B Il point F. si s’en est delivrez. — 915 D ses homes, C la c. — 916 A B Si d., C Li quens descent, D un p. — 918 A B Qui li osta l’espée de son lez. — 919 C Et li eaume li delace.
  38. XXXVIII. C rime en u, us. — 920 C fu a. — 921 C el champ r., D a pié r. — 922 C son destrier jesant tot estendu, D Voit B. — 923 A B car m. — 924 C E !... a quoi vos ai perdu ? — 925 D Dant Naim. — 926 C Mes par .i. po. — 927 A B Hé M. — 928 C Que je ne l’ai ne plus ne retenu, D ajoute : Li suens Dex veille qui fet por lui vertu. — 929 A B Ferrant, C .iiii. païen, D .xxii. r. — 930 C destrier, D .i. cheval blanc. — 932 A s’en est atant v., C As h., D poignant. — 933 A B ramu, D desoz .i. pin f. — 934 A B Sel desarmerent. — 935 A B sus l’e., D voit. — 936 A B .i. baston prist, C coru. — 937 D le col. — 938 A B Que a la terre, C De l’estaje l’abati est., D En la colombe. — 939 A B le fust, C l’espié, D .xxii. roi. — 940 D Si li escrient. — 941 D home q. — 942 A B que n’i atardez plus. — 944 C et si li a rendu. — 945 C Droit li a fet. — 946 A B Onques Mahomet nulement ne se mut, C Et Mahomet se jesoit quoi et mu. — 947 A B vit soz, C Envers lez la c.
  39. XXXIX. C rime en ier. — 948 C ot coraje molt fier. — 949 A B Si a., C Il en apele a Galafre et Turfier. — 950 C .x. roi. — 951 A B Son tref a fet de ses hommes vuidier, C gens, D A toz ses h. — 952 A B .iiii. cent se fait, D les f. — 953 omis dans A B, C chevalier, D Que nes escoute. — 954 A B si a parlé p., C le p. — 955 Baron. — 956 D De roi Galafre. — 958 D Dant Nam. — 959 omis dans A B. — 960 A B ne serai jamès. — 963 A B quens A.
  40. XL. C rime en aje. — 965 A B si estoit p. — 966 omis dans A B. 967 D Il en a. — 968 D S. mi home q. — 970 A B Fort, D ancienor, de marbre. — 971 Quens Ay. si est, C de viel aaje. — 972 D Par nos .ii. corps. — 973 A B que ja n’i fera faille. — 974 omis dans A B. — 977 A B prouver. — 978 D les esg. — 981 D Si prenez garde molt bien que. — 983 A B li ferai, D feront, C li ardrons le visaje. — 984 A B amiable. — 985 A B laist, B te le l.
  41. XLI. C rime en on. — 986 C lor f., D fete. — 987 A B Et d’A. — 989 D l’en d.
  42. XLII. C ne distingue pas cette laisse de la précédente et continue à rimer en on. — 991 A B rapela. — 993 D il li. — 995 A B dant Ay. le sage. — 996 D Par nos .ii. corps bataille. — 997 D Il est, A B destrier. — 998 A Si s’en ala, B Puis s’en ala, D la praerie. — 999 A B et dit. — 1000 A B En la cité l’ac.
  43. XLIII. — 1004 A B li vaillans ou il s. — 1005 A li b. — 1006 A B A midi fu levez de son m., C fu l’eur del m. — 1007 C arresnié p. — 1009 A B ici e., C ci fet e. — 1010 C la b. req., D vos req. — 1011 C demain sans respitier, B cel olivier, D ajoute : Biaux est l’onbraje de pins et de loriers. — 1012 C poez. — 1013 A B Si vos verront, C Si que vos voient, D Si qu’il verront. — 1014 D La v.... et des oliers. — 1015 D te q., C vos vueil ja acointier. — 1016 A B qui tout a a jugier. — 1018 A B Tel chevalier n’a pas mellor. — 1019 D t’encontre a. — 1021 A chiet, C Sor ton e., D Amont el hiame. — 1022 D les f. et les q. — 1023 A B deci jusqu’el destrier, C D ajoutent : Que a la terre te fera trebuchier. — 1027 A B Que avant a a. — 1028 A B Pour ostel prenre ou peüst h., D ou doit h. — 1029 D Ovec lui moine, omis dans C. — 1032 D Poez s. que molt en f. — 1033 D en est s. — 1034 D ajoute : De la retaille d’une hante d’espié. — 1035 D en vet. — 1036 A B Et .iiii. — 1038 D Tret l’esp. plus de l’une m. — 1040 A B Quens A. par le poing l’a tirié. — 1042 A B Tout n’est pas sens folie commencier. — 1044 A B Si li direz, C Et li dites. — 1045 A B Car ja m’avra. — 1047 A B s’est es a. sailliez. — 1048 omis dans A B. — 1049 A B Cil, C Si en va tost a l’a. — 1050 C Qu’il avra la bataille.
  44. XLIV. C rime en er. — 1051 D Dans. — 1052 A B a fet tost aporter. — 1053 A B adouber. — 1054 A B vestu li ont, D serré. — 1055 D de R., C ajoute : Uns rois qui fu l’ot fet enbausemer. — 1056 D mois d’e. — 1058 C ajoute : Et si fet home sa dolor oblier | Et de son mal garir et respasser. — 1059 A B L’elme laça, D Il lace l’e., C Raguel, D Raguemiau. — 1060 A un ague f., B d’un isle f. — 1061 A B .V. galies. — 1062 C ajoute : I avait fait .i. charbocle fermer | De la clarté soloit vooir par mer. — 1063 A B L’espée ceint. — 1064 C A son col p., B qu’est listé. — 1065 A B Pierres y a qui jetoient clarté, C Pierres et brasmes. — 1066 D So ciel n’est chose, ne oiseau, ne biauté. — 1069 A B A ivoire, C D noielé. — 1070 C puceles i ot. — 1071 A B ne s’y puet acorder. — 1072 C note ne harpe, D harpe ne j. — 1073 A B mie .i. a, D paré. — 1074 A B Au col li pandent dant A. le b. — 1075 B armes. — 1076 C tinter. — 1077 A B Qu’en retentist. — 1078 D La hanste est en l’e. — 1081 omis dans A B. — 1082 C noielé, D d’yvoire d’outremer. — 1083 C furent, omis dans D. — 1084 A B vert, D taillis et gironé. — 1085 A B Jusques en t., omis dans D. — 1086 C qu’a. — 1087 A l’a commandé a , B l’a a Dieu commandé, C Les barnajes. — 1088 B D a de pitié ploré. — 1089 C Qui forment se redote, D Car fierement se d.
  45. XLV. C rime en i. — 1090 A B Quenz, D sa p. — 1091 A B Tuit li ch. et li prestre p., D en plorent. — 1093 A B por Aymeri. — 1094-1095 omis dans A B. — 1096 A B monterent ensemble a un rote. — 1098 D sa t. — 1101 D deploia. — 1103 A B L’ol. pr. — 1104 A B Si que. — 1106 D que molt bien oï l’orent.
  46. XLVI. C rime en ant. — 1108 D danz. — 1109 A B Li d. — 1110 C foiz, D corné. — 1111 A B la vaillant, D ajoute : Les mestres sales, les murs et les alvanz. — 1112 C Ay. crie a C. ; A gobillant, C atendant, D garpillant. — 1113 A B Adoubes toi. — 1114 A B et tu l’averas grant, D si gr. — 1115 A B Tele n’eüs encore en ton v. — 1116 C au jent c. — 1117 C o le s. — 1118 omis dans C, D o le hiaume. — 1119 A B Car je, C Ge la li ai p.
  47. XLVII. C rime en oi, oiz. — 1120 A B estoit de nobles l., C pu- tes l. — 1121 D fist. — 1122 C A .c. p... les c. — 1123 A B Qui es trez ot en., C Que il laissa. — 1126 D enz en l’a. — 1126-7 omis dans C. — 1127 A B Quant ele desploie, D il moine t. — 1130 B par deça en v. — 1132 omis dans A B. — 1134 C ne la honte. — 1135 D si c. — 1137 D Je te d. — 1138 D Or l. — 1139-1140, omis dans A B. — 1140 D fierent... demenois. — 1141 C Sor l. — 1142 A B Onc... s’en m. — 1143 D estoit. —  1144 D ne manjeroiz. — 1145 A B Vous y p., D Ançois perdroiz.
  48. XLVIII. C rime en u. — 1146 C D Quant. — 1147 A B N’en povoit mès quar F., C Mès n’en p., D F. li fu ch. — 1148 C S’a grant h., D Molt a grant h. — 1149 omis dans A B. — 1150 C En piez se drece, D et Naymeri s. — 1151 A B Aymeris monte, D Et remonta. — 1152 C ne fu m., D pas e. — 1153 D broche. — 1154 A B L’hanste brandi. — 1155 A B Ay. f., C autre foiz sor l’e. — 1156 C Soz l. — 1157 omis dans C D. — 1158 C Et d., D De blanc h., A B li pan derompu. — 1159 A B Et de p., D Plain a p. — 1160 A B estoit. — 1161 omis dans C. — 1162 omis dans A B, D i r. en l’e. et ajoute : Li fil de soie rompirent sus le fust. — 1163 C Quant, D Danz. — 1164 A B et li v. — 1166 A B .iiii. f., C Il se pasma. — 1167 omis dans D. — 1169 A B le fort espié, D En son point destre tint le b. d’a. nu. — 1172 D li bon duc. — 1173 C Et as e.
  49. XLIX. C rime en a. — 1174 A B C Quens. — 1175 A B en envers sor le d. — 1176 A B si a tr. — 1177 omis dans A B. — 1178 A B S’il ne s’en v. il en sera ja. — 1179 A B D Et l’a. — 1181 D sor l’escu de son col. — 1183 D Son bon e. — 1184 D fors. — 1185 D garirent.
  50. L. C rime en u. — 1187 C vit l’amiral cheü. — 1188 A B Sus l’elme l’a de l’espée feru, C Del branc d’acier l’a sor l’elme feru. — 1190 A B est, B descendu, omis dans C. — 1192 A B est, omis dans C. — 1195 A B le l., C Quant paien v. — 1196 A B Or sachiez bien. — 1197 D Des t. is., C del boschet f. — 1199 C entreferus. — 1200 C fier e. — 1201-2 omis dans A B, C fraite et percié. — 1203 A B cheoir, D navré. — 1204 omis dans C, A B crient, B sont cheü. — 1205 C puis agus. — 1206 omis dans A B, C Cez seles voident, li poitral sont ronpu. — 1207 A B Versé i furent... jusqu’a. — 1208 A B empointe.
  51. LI. C rime en ant. — 1210 D li franc. — 1211 B enz el c. — 1212 A B courant, D est... Corbrant. — 1213 A B Meques... neveus l’a. — 1215 A B Tous estoit n. — 1217 A B Si l’apelerent. — 1220 A B Antiaume. — 1221 B franc, C Aym. lo poissant. — 1223 B desuz l’elme. — 1224 B cercles, A B a itant, D et descent. — 1225 A B Et le h. — 1226 C copa. — 1227 omis dans C, D abat a itant. — 1228 C corant, A B .xxii. r., D .xii. r. — 1229 D quens Naym. — 1231 D .x. en l’a. — 1232 A B Ay. le franc, D Abatuz est. — 1235 C .i. cop. — 1236 omis dans C. — 1237 C li r.
  52. LII. C rime en or. — 1239 C Que s’espée a rendu l’a. — 1240 A B qu’il orent grant dolor, D molt orent dolor. — 1241 A B Isnelement... en l’estor, C ferirent es lor. — 1242 C D estor. — 1243 A B faindre, D vergognex. — 1246 C fet... .i. t. — 1247-1248 omis dans C. — 1248 A B lors. — 1249 C .c. mile furent. — 1250 A B C a dolor. — 1251 A B Ice fu molt grant p.
  53. LIII. C rime en u. — 1253 A B Que son branc ot, D aumacor. — 1254 A B S. poez que d., omis dans C. — 1255 A B Isnelement, D es rans f. — 1256 C Tant com il porent ont l’e. — 1257 B fraindre. — 1258 D et mort et a. — 1259 D i est m. — 1260 A B C furent, A B n’en sont .xx., C .x. r. — 1261 C de l’ost i, D s’an s. — 1262 A B Si ont. — 1263 A B Car Sarr. leur avoient t., C Que les passajes paien leur orent tolu. — 1264 A B par .i. c., C tenu, D furent. — 1265 omis dans C D. — 1266 A B Sivis les ont. — 1267 A B Mès il retornent. — 1268 A B Lancié lor ont. — 1269 C furent, A B en sont .v. a. — 1271 D plus ne furent.
  54. LIV. C rime en on. — 1272 C li xv sans nule arrestoison, D s’en françois. — 1273 A B Jusques en F., D ja ne tresfineront. — 1275 D ajoute : Mès il ne furent que xv compaignon. — 1278 C Si le d. si duc. — 1279 A Et afubla, B Puis afubla, C Et afublerent. — 1280-6 omis dans C. — 1280 D pierres. — 1284 D le M. — 1285 A B Une terre est. — 1287 A B le contor. — 1288 A B amirant.. gardoient entor, C tienent. — 1289 A B A h. grans, as f. — 1291 A B Desarmé l’ont, D Il le desarment. — 1292 A B Et deslacié, D Si li osterent le v. — 1293 B Puis, D omis. — 1294 A B Sangles rem. — 1295 D Et par dessus le v., omis dans C. — 1296 A B omis. — 1297 A B Et fiere chiere. — 1298 D Et les eulx vers, A B Gros ot les iex et vairs comme faucon. Et omet les 2 vers suivants. — 1299 A B Blance ot l., C omis. — 1300 C Navré l’avoit, D Navré el cors. — 1301 A B en raie, D li r. — 1302 D Plus b. — 1303 D Tot premerain l’apela l’aum. — 1305 D Nus fame no voit vers li n’ait grant a., omis dans C. — 1307 A B Se fere vieus. — 1308 A B Que aourailles. — 1310 A B Vivre te l. — 1312 D Duc amiral seras clamez sor toz. — 1313 C Et se n., D hui cest jor. — 1317 A B Fors et f. — 1318 D o piz te f. — 1320 D en ies le non valor.
  55. LV. C rime en ois. — 1323 A si s. — 1324 A B Je n. — 1325 D q. vos dire s. — 1327 A B tot m. — 1328 D il ci l. — 1329 A B Les covenans. — 1330 A B Je le c., D Jo querai lors se jo pran an conseill. — 1331 A Vauquois, B Ravois. — 1332 D Jo f. sampres de m. p. de vienois. — 1333 A B En c. — 1334 A B Et qui el cors n’a vie, C Qui n’ot ne ne parole.
  56. LVI. C rime en is. — 1335 C ce que dit A., D ot l. c. Naim. — 1336 D Que ne veult fere nes .i. de lor p. — 1337 C Et parmi ce. — 1341 A B tint. — 1344 D Més. — 1345 A B Qui li crierent. — 1346 A B Sire a. — 1348 A B jusques. — 1349 A B sera il p. v., D Par les .ii. bras. — 1351 A B Si poinderont, D Si il p. — 1353 D Si verron nos. — 1355 A B Qu’il de tel mort m., C Issi v. que il m.
  57. LVII. C rime en é. — 1356 A B Dans A. estoit, C D lo pré, C estut. — 1357 A B Qui d’un e. estoit el c. — 1358 A B li cort, D les costez. — 1359 A B en sont li e., C tot l’esp. — 1362 A B tant mar i fustes, ber. — 1369 A B .xiiii. c. — 1370 C Que il fust morz, D Que moreüst. — 1372 A B Que jusqu’a R. en oï l’en p. — 1375 A B Femme. — 1376 D Droit A. — 1377 A B voliez, D errer — 1378 D ovrer. — 1379 D amaser. — 1380 A B en fetes f. un r. — 1381 A B De f. — 1382 D Dan Naimeri, B fu t. — 1383 A B Et par les bras sera il ens jetez. — 1384 A B Ja fu ses filz li chaitis Aymer. — 1385 A B qui fu occis. — 1386 A B parens.
  58. LVIII. C rime en ie. — 1388 A B estoit p. de b., C D voidie. — 1389 A B derverie, C fu p. et de boisdie. — 1391 A B Fist a N. fere une a., D a fet, — 1397 A B D’eg. — 1399 D en .xx. o. — 1401 A B quens Aymeris, omis dans C. — 1403 D De nos .ii. ert anqui la departie, | Par tans sera ma char arse et broïe. — 1404 D Or ait Dex l’ame en la soie baillie, omis dans C. — 1406 A B l’a. — 1407 C D li amir. die. — 1408 A B ma c. — 1409 C Ainz me lessiez ardoir.
  59. LIX. C rime en er, ez, e. — 1410 A B Aimeri p. — 1411 D l’oï crier. — 1412 A B l’orent a g., C doivent g. — 1414 B ont fet l., D li f. — 1415 D sel veilent ainz boter. — 1416 A B Forment se dote por la mort eschiever, C Se li quens ot p. ja d’en dotez. — 1418 C omis. — 1419 A B Gardez... que ne soie afolez. — 1421 C omis, A B meschins et b. — 1422 D Li ch. li d. et li p. — 1423 A B auvens p., D Par la cité les veïst en p. — 1426 C Qui nos avez norri en tel c. — 1427 D dolor. — 1428 D ne tanser, C omis. — 1429-31 D La v. maint chr. plorer, | Fermax et noches peçoier et qaser, | Et aniax d’or par maltalent froer. — 1435 B grant c. — 1436 C omis. — 1437 A B M. alons ent, C Dame or a, D M. car a. — 1438 A B i p. trover. — 1439 C Ay. l’aduré.
  60. LX. D rime en on. — 1441 C Danz A. — 1442 A B omis. — 1443 A B le pere glorious, D son saintisme non. — 1444-6 C omis. — 1449 A a un p., D salvas el v., C omis et le suivant. — 1450 D Et Daniel en la fosse au l. — 1451 C Et a Marie, A B Et M. — 1452 C omis, D en l’ostel saint S. — 1453 A B A vos .ii. p... a oroison, C A vos biax p. — 1454 C omis. — 1455 A B Si vos l. les piez tot e., D Si vos l. — 1456 A B omis, C sire par lo m. — 1457 A B ot ele g., C li rendis g. — 1458 C omis, A B En ces sains cieux et en ta m. — 1459 A B O M., D Et m. — 1460 A B n’i quesis, C Que cil q. — 1461 A B Quant convertis. — 1462 A B de f. — 1463 C en mer s., D El flueve J. seïs sor. — 1464 A B te reclost, D t. c. tot env. — 1467 A B C meïs tot en., D Por ce le non de crestien tenon. — 1468 C es deserz en p., D omis. — 1469 C La convertis apostres et barons, D O les ap. en alas par le mont. — 1470 D .xl. j. jeünas ce savons. — 1471 A B La quarentaine, C lor cressistes sermon, D Tot le caresme feïs un gent sermon. — 1472 D Tres qu’au. — 1475 C Com ce f. v. et nos bien le creon, D c’est voir que cr. — 1476 C doleros. — 1477 A B ne muire a d. — 1478 C poignant toz sos. — 1479 A B un missodor. — 1480 C Et en... un cros, D d’une lance un troçon. — 1482 A B atendez v. — 1483 A B angoisseus. — 1484 C Que fere en v. un essil merveillos, D omis. — 1486 D Droiz A. — 1487 C Recreez. — 1488 C Aymeri par reson. — 1489 D S’esc.
  61. LXI. D rime en er. —  1490 D la contesse p. — 1492 A B omis, D Et ceux qex tindrent, t. — 1493 A B dist il. — 1494 A B je vueil merci crier. — 1495 A B omis. — 1496 A B Que mon seignor sain et sauf me r. — 1497 C Nos .ii. tos sels en lessissiez a. — 1501 C Tuit li b. — 1502 A B demena. — 1503 A B Il vous jurront a. et loiauté, C ajoute : Q’il vos rendront en trestot vostre aé, | Ja par .i. d’ax n’i ert mes diz faussé. — 1504 D bien en f. — 1505 D A mes barons veill conseill demander, A B omis, C ajoute : Li amirals estoit d’iluec torné. — 1508 A B Corsubles l’a. — 1509 C Seignor fet il quel conseill me donez. — 1511 A B omis. — 1512 A B Je le ferai devant m. — 1515 A B omis. — 1516 C serè saisi. — 1517 D feron, C Puis l’en ferai en Escopas aler. — 1519 C En l. — 1522 A B omis. — 1523 A B Et il l’ont dit, C Et cil dient. — 1524 C Qu’en fetes, A B Or en fetes. — 1525 D Car rois estes et sires.
  62. LXII. D rime en on. — 1526 A B mauves homs. — 1527 C Pl. de v. et. — 1528 D De devant l. — 1530 C Or escotez a m. — 1531 C ajoute : Et Tervagant et Jupin le menor | Qui tant sont biax et sainz et gloriox, | Se il m’aït, dame, jamès nul jor | Que je n’ardrai Ay. le contor. — 1532 D mie. — 1533 A B Se d. me f. le d., C Se me t... cele tor. — 1534 C q. tint m. — 1535 A B Sorbrin mon pere le riche pogneor. — 1536 D Charlles l’occist, A le riche e., B le vostre e., — 1537 C Sire, dit ele, desliez mon seignor. — 1538 omis dans C.
  63. LXIII. D rime en in, is, ir. — 1540 A B estoit gais et e., D fu forment esjoïz. — 1542 A B xxm. — 1543 C Et bien armer de lor a. t. — 1544 A B Pres de la c. — 1545 C desoz, A B Et pardessus ceig. les brans forbis. — 1546 A B S’ont afublé les bons mantiax hermins, C Puis afublent, D Et afublerent l. m. de samis. — 1548 C omis. — 1551 A B Afublé l’ont, D marterin. — 1552 A B omis, D sebelin. — 1553 C Et le montent, A B Et l’ont monté s. — 1554 A B A la cité ac. — 1556 A B les fist on r., C A. g. j., D A molt grant j... vet on r. — 1557 D furent. — 1558 C les murs et les postiz, D orent. — 1559 C Les fermetez. — 1560 C C M. g., A B bondir, D XIII g. — 1561 A B retentir.
  64. LXIV. D rime en or. — 1565 C omis, A B Qui ist plorant en contre. — 1566 A B Une espice a ne vi onque m., B ne vit nus homs m., D D’une bone herbe. — 1567 C Oster li fet. — 1568 A B omis. — 1569 D cele gent p. — 1570 A B sa cité de valor, D fort c. m. — 1571 A B et les rues et la tor, C la tor, D et la vile. — 1573 C qui fu a. — 1574 A B ilueques a d., C Borjois ocient. — 1575 C Les m., D li traïtor. — 1576 A B copent, D font molt grant desanor. — 1577 C si biax et si gl. — 1578 A B les deroberent tous. — 1579 A B y ont occis, A C V cent m., C D, .cccc. — 1580 A B omis, C Si debrisent. — 1581 A B departirent. — 1582 A B illec troverent, D La ont trové... missodor. — 1583 C .iii. o... et .iiim., D maint o... et maint m. — 1584 A B .iim. s. — 1585 A B Oisiaus de m. — 1587 A B Et n. — 1589-91 C omis. — 1590 B i. de valor. — 1591 B chev. — 1592 C conduient. — 1593 A B orent, C Itel av. n’ot onc l., D Ainz t. — 1594 A B conquistrent a Nerbonne le j. — 1595 C De la vile i. — 1596 A B ot au cuer irour. — 1597 A B a tel dolor. — 1598 A B le lievent li gloton. — 1601 D Forment. — 1602-3 A B omis. 1605 A B car le seüssiez v., C ajoute : Et vos Guill. nobile poigneor, | Que nel savez, biau sire Hernaut le ros, | Trestuz mes filz et trestoz mes nevos, | Que fusse mis en chartre et en dolor. — 1607 C De ca v. — 1608 A B vendra, C omis. — 1609 A B m’otroit, D S’aideroiz votre pere.
  65. LXV. D rime en ie. — 1610 C la vile t. — 1612 C Si ont. — 1613 C et les granz tors anties. — 1614 C la grant t... qu’il n’a, D Ne mès la t. dont il n’a. — 1615 C .iiii. e. — 1616 C Ainz qu’en v. D Ainz que i soient. — 1617 A B sales. — 1618 B tours. — 1619 A B omis. — 1620 C Sos les v. est l. — 1621 A B Ou Erm... se demente. — 1622 C est la dame e. — 1623 Si a a soi. — 1624 C Ele n’a tant dont ele .i. jor vive. — 1626 A B .i. mui d’avoir p. 1627 A B Et .xxx. setier por un quartier de sinne. — 1628 B avise. — 1629-1630 A B omis. — 1631 A B les joes li p. — 1634 C estoit p. d. v. — 1635 C et de losangerie, D tricherie. — 1636 A B prent sa h. — 1637 C de grant ancessorie, D la pute jent haïe. — 1638 B N’i avait corde a pierre ou a bericle, D Il n’y ot c. — 1638-1639 C omis. — 1639 omis dans B. — 1640 C Mah. fu el haut estaje assise. — 1641 A B par guise. — 1642 A B D omis. — 1643 A B par mestrie. — 1644 A B sa ch. — 1645 C omis, D fu p. — 1646 C Il s’apensa, D Il se porpense, D tricherie. — 1648 A B il apela. — 1649 A B or ne me faillies m. — 1650 C Ainz en i. — 1652 A B Que a moi viegne, C et si ne demore mie, D si gart qu’elle no laist mie. — 1654 A B la garnie, D en baillie. — 1655 A B Que par force ai, D Que j’ai p. f. gaagnie et conq., C ajoute : Ci ert l’assalt des chrs. d’Egite, | Da cels de Cordres et de cels de Sebile. — 1656 A B l’erbete. — 1657 A B bele, C est la grant paerie. — 1658 C des alemanderies, D Et biax l’o. et l’erbe est reverdie. — 1661 A B Conduiront les, D Tramie. — 1663 C Que ne soient... desconfites. — 1664 C Volentiers. — 1665 A B Je i.
  66. LXVI. D rime en ié. — 1670 C les nes t. — 1671 A B Si entrent enz, C li sarr. chaele. — 1674-1683 A B omis. 1678 C la cité. — 1684 A B de N.
  67. LXVII. — 1685 C li cuivert mescreant, D Nagent p. — 1686 C D omis. — 1687 A B Li a. monte de m., C isnelement. — 1688 C Amoraves... persant. D .x. Almaçor. — 1689 A B qui a la t. — 1630 C apela. — 1691 C i. ça fors au vent, D issiez un peu avant. — 1693 C Se vos fetes, D son bon. — 1694 A B Je v. d., C persant. — 1695 A B poissant, C XV c. a. preu et v., D .xiiii. turs avra il plus v. — 1696 D n’ot A. le ferrant, et ajoute : Et si avrez riche conte puissant. — 1697 C ajoute : Melz que ne fist quens A. li blans. — 1698 C car cecés chien puant. — 1699 C omis, D Trop m’avez or t. — 1701 A B car li m... boulis a s. — 1702 A B .vii. anz. — 1703 A B abatriez mie p. vostre g. — 1704-1705 A B omis. — 1706 A B V. avons... a no t., D Je ai v. — 1707 A B entreci que a., D .iiiixx. voire a c. — 1708 A B omis. — 1709 C sanc, D a poi d’ire ne fant. — 1710 C III s., D c s... li c., A B escrient. — 1711 C que vas tu demorant, D Frans a. — 1712 D Assauz la tor, A B Assalons les et. — 1714 C enfondron, A B abatons, D abatrons cel auvanz. — 1717 D Et la richece seelée a a., C Et li mortiers qui fu fez de cler sanc. — 1718 A B Et l., D ont l. — 1719 A B Les, D Ses. — 1720 C Et, D Puis.
  68. LXVIII. — 1721 A B L’amiral a, C bonz a. — 1722 A B Fors que la t. — 1723 D avoit. — 1724 D la belle o le cler vis. — 1727 A B C omis. — 1728 A B enchaucent. — 1729 C Aymeri f. — 1730 C Tendrement plore li frans quens seignori. — 1732 C Lo roi del ciel, A B mist. — 1734 C repera. — 1736 A B Tout a, C Arrabiz. — 1737 A B Et .xv. c. pris. — 1738 A B Et m. a., C M. amena. — 1739 A B omis, D et Lectis. — 1740 A B IIII mil sarr., C Si amena. — 1741 C Que en champ ot. — 1745 A B Ça voi un bruit d., C ajoute : Et confanons i voi deci a mil. — 1746 A B franc chevalier gentil. — 1747 C n’i s. — 1748 C Et il dient ja n’en serez desdiz, D Et cil respondent tot a v. devis. — 1749 C arriere m. 1750 C les b., B les haub. bl. v. — 1751 C Hiaumes l. — 1752 A B omis. — 1753-4 C omis. — 1755 D Si li a d. — 1756 D Car demandez s. — 1758 A B Et il r. tot a vostre plesir. — 1760 C Si li d. qui sont et de quel lin, et ajoute : Et se il sont paien ou Sarr. — 1761 C Et cil d., A B qu’il n’en d. — 1762 A B A C. sommes qui fu f. a Sorbin, D Tuit s. homs au riche r. S., et ajoute : Et si creom Mahom le poestif. — 1764 A B cele a. c. — 1766 C Mal le deïtes, ce a dit Aufelis. — 1767 A B preuz q. — 1768 C En N., A B Et a n. — 1769 A B Il m’a, D omis. — 1770 C et son esp. br., D broche. — 1771 C qui molt estoit hardi, D qu’il a premier choisi. — 1772 A failli. — 1773 A B desmaillié et parti. — 1774 C l’acier forbi. — 1775 C Mort l’abati, D o il sist. — 1776 C Vire, D Torne s... molt tost s’an d. — 1777 C .xiiii. mil. — 1778 A B omis, C Et li lancent .L. espiez forbiz. — 1779 A B li cuvert maleï, C Ne le tochent, D N’en tochent mie. que Jhu. le gari. — 1780 A B omis. — 1781 A B Cheval isnel ot qui tost le ravi, D ajoute : Li rois Guiberz son messaje choissi, | Qui s’en venoit a force et a estrif, | Il en apele ses homs d’antor li. — 1782-1784 omis dans B. — 1784 A il a folement dit. — 1785 C Seignor baron ice sont s., B ce dist, ci s., — 1786 C Or vos r., A B a f. — 1787 C Qu’il, D Et n’en i.
  69. LXIX. D rime en on. — 1788 A B durement voisons. — 1789 C preuz et c. — 1790 D mil paiens. — 1791 C Et des a. — 1792 C Qui le s. v., A B servent. — 1793 A B igaus li s. — 1794 C Fiermont, D Painnemont. — 1795 C noir. — 1798 A B de la n’eschaperont. C Sanz bataille p. — 1799 D lié, s. — 1800 A B profont, C si s’en fuient, D s’entornent. — 1801 A B qui bien ataint les ont. — 1802 A B En ateignant les decoperent touz. — 1803 C fors I trestot sol. — 1804 A B Et cil ot n. — 1805 estoulz et o. — 1806 A B et fort et r. — 1807 A B il li court par v. — 1808 C o fu li c., D destort li c. — 1809 C a l., D Et fiert G. — 1810 A B desront, C Soz la b. — 1811 A B Et del haubert les mailles en confont, D Le bon h. — 1812 A B Jouste le cors. — 1814 A B ne cheï del arçon, C deguerpi arçon, D Mès li vassaux n’en guerpi ainz l’a. — 1815 C A Aigredure. — 1816 C L’ala f., A B son e, B son escu. — 1817 A B omis, C Que les pierres. — 1818 C deci a l’esperon, D arçon. — 1819 D mist. — 1821 D maldie.
  70. LXX. D rime en i. — 1822 C le conte A. — 1823 A B ossi. — 1825 C ajoute : Que liez fu de fort corde de lin. — 1826 C a point — 1827 C ala a G. — 1828 C Et li d. — 1829 A B sire, C Oïl biau p. Guib., D Guilbert r. — 1830 A B onc ne me fu amis, C ne fu jor mes a. — 1831 A B Desus l’erbe, D Lors descendi sor l’abre do roncin. — 1832 C A s’espée li copa. — 1833 A B cria, D Au pié. — 1835 A M’en irai je, B M’en fuirai je, o irai je en e. — 1836 A B omis, D chestivage. — 1837 C chier tenir. — 1838 A B Lessié vos ai, C Je vos l., D con dol anz et c., D Respont li peres. — 1840 A B Tu le f... issi, D Se tu l’as f. — 1841 A B seri. — 1843 C demoine a p. — 1844 D d’un roit e. — 1846 A B Certes molt mal le f. — 1847 A B omis. — 1848 D peres et a. — 1849 A B quis. — 1850 C en ses plaies, D C l’a mis. — 1851 A B S’il, C les f. et lo piz, D benderent d’un bliaut de samit, C ajoute : Quant ce ont fait et après un petit. — 1852 D bonz, C li cortois A., C ajoute : L’en li aporte a itant devant lui. — 1853 C li li vestent, A B Il li vestirent, D bon a. — 1854 A Si li lacent, B Et puis, C Et li metent el chief l’eaume flori. — 1855 C qui a lo b., D Puis li ont ceint un branc d’acier. — 1856 C d’azur bis. — 1857 C La hante est roide et l’acier poitevin, D Prist I espié au confanon asis, | L’ante en est droite et acier poitevin, C ajoute : A V clox d’or lo confanon assis. — 1858 C Si le montent. — 1859 A B omis, D le riche roi o. — 1860 C finit la strophe ici ; Or nos lerons del franc conte Ay., | Ci commence barnaje, puis recommence une nouvelle strophe toujours assonancée. D Or est rescox le preu conte Ay. — 1862 A B C’est a Ernaut, D Do conte H. — 1863 C D lo hardi — 1864 C lo flori, D lo marchis, C ajoute : Et au lignaje qui tant par fu hardi. — 1866 C Chascun a tot .x.m. fervestiz, B de pris. — 1868 A B Si ont gardé, C amont lez .i. c. — 1869 D le puelle c. — 1870 A B Femmes, D plus de. — 1872 C Par devant ax. — 1873 C li arrabi, D Corsuble l’a. — 1874 D qui luist et r. — 1874-5 omis dans A B. — 1875 C Tote reluist la terre.
  71. LXXI. Ce couplet manque dans D. — 1878 C es chans soz la rochiere. — 1879 omis dans A B. — 1880 A B bruiere. — 1881 C Que l’erbe fresche f. en la podriere. — 1882 C Folée fu des auferranz corsiere ; A B, dont nous avons adopté la leçon, placent ce vers après le suivant. — 1884 B les l. abessierent, C o les l. descies. — 1884 C ajoute : Et Sarr. arrangent lor mesnies. — 1885 A lor mesniée, B lor mesnie adouberent. — 1886 B A l’asembler tante lance brisierent. — 1887 B Et tant escu, tante targe froissierent. C ajoute : Et tante lance par troncon debrisie. — 1888 B tote l’erbe jonchierent, C ajoute : Li destrier fuient lor resnes traïnées. — 1889 C prist Mahon la versée, A B abatirent. — 1890 C fu par terre volée. — 1891 A esbahies, B durement s’esmaierent. — 1892 B trairent et rengierent. — 1893-5 omis dans C. — 1896 C Et li Franç. et paien as espées.
  72. LXXII. — 1899 C Franc et paien, D T. et Persant. — 1900 C Que onque .i. por p. — 1903 D fraite... croissi. — 1904 A B Et tant auberc., D faussir. — 1905 A B Tant pié, tant point. — 1906 omis dans A B. — 1909 C Jusq’au v... ont g. — 1911 A B Du c., C chacent.
  73. LXXIII. — 1913 A B du c. — 1914 A B A p. g., C A grant poine. — 1915 C tuit p. c. n. — 1916 C Que itant, A B Qui mis estoient as dames amener. — 1918 C D des lors q. — 1919 A B ferus et n., D Si sont el cors et lor destriers n. — 1920 C Et les escuz et, C D safrez, C ajoute : Ont derrompu et toz esqartelez. — 1921 C D del c., D Par .i. petit s’est. — 1922 C Voient, A B a t. — 1923 C Corsolt li amirez, D Corsuble l’a. — 1925 A B Et environ l., D Environ aux les danzeles p. — 1927 C ajoute : Et Tarvagant qui tant par fu sené. — 1928 A B pour b., C ajoute : De maintenant se furent adobé. — 1929 C Lances bessies ressont a. — 1930 D Mès nos F. — 1931 C Qi les fierent des espées des lez. — 1934 D qaser. — 1935 A B depaner, D Tant blanc hauberc... decaser. — 1937 omis dans C, D contre terre v. — 1938 omis dans A B, D L’un mort sor l’autre trebuchier et verser. — 1939 C A Sarrazin, D Au S. — 1942 A B Fors que A., C Ce est A. — 1943 A B Isnelement en est fuiant t., C est eschapé. — 1944 omis dans A B, D amblé. — 1945 A B Devers, D Desus, C sa voie. — 1946 A B De l’autre part est a destre t., C A autre v. desor d. est alez. — 1947 C Ou il q. — 1948 omis dans A B, D Molt par vet t. — 1949 A B tous abrievez. — 1950 A B Et J. Crist, D le rois de majesté. — 1951 A B son pueple. — 1952 A B ancui, D la nuit. — 1953 A B raient lor herité. — 1954 A B la cité de Narbone.
  74. LXXIV. — 1956 C estoire p. estre finé. — 1957 C ajoute : N’i veïssiez ne lancer ne ruer. — 1958 D ne hante ne l. — 1960 D Entre les mort ont fet tandre lor tref, A B Desus l’erbete. — 1962 D qui se vueille enh. — 1963 C As puceles font a m., D As demoiseles. — 1964 A B Que conquis ont. — 1965 B Molt l., C Il lor en d. — 1966 C D li orent, C amené. — 1967 C la haute mer, D Et la conduirent par haute eve de m... — 1968 C ajoute : Et mal bailli et trop mal enconbré. — 1969 A B Car d. — 1970 A B Fu a l’estor d... — 1972 A B Osté li ont, C Et desceignent., A B son b. — 1973 A Del cors, D lo bon a. ferré, C Si li tr. — 1975 D dusqu’ al b. — 1976 A B voient en ses costez, C muevent. — 1977 B s’est p. — 1978 C tel dolour, D si grand dolor mener. — 1979 omis dans A B. — 1981 C Et dant H. de Gironde sur mer | Et dant Garin d’Anseüne li ber | Et danz Bueves de Conmarchis l’osé. — 1982 C Et se clament. — 1982-3 omis dans A B. — 1983 D de nos amis charnés. — 1984 C As p. en prent grant pieté, D As demoizeles. — 1985 A B La lor mestresse. — 1986 C Seignor baron, dit la bele, or oez, D Segor, dist ele, François, ne vos dotez. C ajoute : Ice vos di par fine verité. — 1987 C Que tost l’avrai, D Je vos avrai. — 1990 omis dans A B, D et de la cruelté. — 1991 A B Si e., C estancha la p. — 1992 D De bon v. b. les li a fet. — 1993 A B doré. — 1994 A B d’une c., C Qui bien valoit l’avoir de .x. c. — 1995 A B Pour t. l’a. de la crestienté, D .ii. r. gironez. — 1996 A B enseigniez n’a. — 1997 D Q. nostre Sire. — 1998 C Et J. — 1999 C ajoute : Cel oignement orent fet acheter, | En une boiste onques n’oï sa per. — 2001 C la f. Longus. — 2003 C meciner. — 2005 C Un petitet. — 2006 C Sel fist drec... ester. — 2007 C la j. — 2010 A B Or sui. — 2011 D Ainz, C Que si l. — 2012 A B Ne tel a, D Ainz. — 2013 omis dans C, D Sanson, ne dant T. l’e. — 2014 A B ne Sarr., C contre. — 2015 A B Com ont F. ens el c., C Com li F. ont ilec conq. — 2016 Si ne le s., D Mès il no s. mie.
  75. LXXV. — 2018 C La nuit j. — 2019 C qui sovent ne se moille, D ajoute : N’i a vassal qui de l’anhan se duelle, | Et l’erbe fresche an sanc vermeill se baigne. — 2020 C qui tote la nuit veille, D Qui durement s’eslongne.
  76. LXXVI. — 2022 A B point, C qui p., D s’eslongne le p. — 2023 C qui onques ne prist fin. — 2024 A B tot droit au f. S., D Aler s’an cuide. — 2027 A B preu c., D au conte Naymeri. — 2030 A B enbuschié Aimeri et son f., D le conte et son f. — 2031 C s’en va. — 2032 C Onc... quant la dedanz fu mis, D Ainz.... tres qu’an l’ag. — 2034 C le voloient f., D vont le paien f. — 2035 A B Par M., D escrie. — 2036-7 omis dans C. — 2037 D Si lor demande. — 2038 A B Et il ont dit que n’en deignent m., C Et cil dient, D Cil responent qui n’an veilent mentir. — 2039 A B Des homes s., C au p., D lo conte Naimeri. — 2041 omis dans A B. — 2044 A B le parage A., C Tant foisonnent. — 2046 C entre ses parenz m., D Et or me s. — 2047 B mennent, C Il l’amoinent. — 2049 A B Si l’apela. — 2050 D ce li dist. — 2051 C et froé et m. — 2052 A B C Et ton elme, C et quassé et c. — 2053 D est de c. — 2054 C Si voi s. et ton cors et t. — 2055 C Home sembles qui soit d’estor p. — 2056 omis dans A B, D que demandes, que diz. — 2057 C Di verité, D Diz moi verté, garde ne me m. — 2059 C ajoute : Et te ferè de male mort morir. — 2060 omis dans A B, C ajoute : Noier en eve, afonder et perir. — 2061 D n’an sera manti. — 2062 C reperai. — 2063 C Femes menai, D dusc’a .xiiii. m. — 2065 C Descendismes, D Descendu furent desoz l’onbre d’un pin. — 2067 B C La trovai je .v. des filz A. — 2070 D Ne mès mon c., C eschapa. — 2071 A B fui je, D m’an sui ça a. — 2072 C au r. — 2073 C Vers N. — 2074 C Por sa perte, A B conter et regehir. — 2075 D Sa dolor et sa perte, C Et son duel et sa honte.
  77. LXXVII. — 2077 C abrievé. — 2079 C sire, D felon de D. — 2080 A B Au branc d’acier... coper. — 2081 A B enmenai, D J’en a. — 2083 C es estables, D de mes c. — 2084 C Or le m’a ci. — 2085 A B es. — 2086 omis dans A B, C sire, D me vost ardoir an ré. — 2087 C A N., D m’amirable. — 2088 A B Te ferai je t., C ja les m. — 2089 omis dans A B. — 2090 A B Se tu ne veuls, C ajoute : Et chier tenir, servir et enorer. — 2092 D essaucié, esprové. — 2093 C Que hui le vi. — 2095 C a b., D Or no sai tant. — 2096 A B vossist s. — 2097 D Je vorrai croire, omis dans A B. — 2098 C fist, D l’iver et l’esté. — 2099 C lo vin, A B ajoutent : Celui veull je prier et aorer. — 2100 A B Li quens r., C aoré, D vos dites verité. — 2102 A B La fontainele. — 2103 A B le seignent, C D Il la seignierent, C de Deu de majesté, D do vrai nom Damedé. — 2104 A Et li donerent, D Assez i mistrent et de c. et de s. — 2106 D Dant Nai. — 2107 D Li quens G. — 2108 C Onques son non, D ne li vostrent oster. — 2109 C conferment, A B en la c., D selonc la c. — 2111 omis dans A B, C li vassal a. — 2112 C Meillor. — 2113 A B si a. — 2114 A B Il lor a. — 2115 C S’aime chevalerie.
  78. LXXVIII. — 2117 A B ici de mes a., C A. est durement. — 2119 C En son conduit, D creance. — 2120 C Vooir irai. — 2121 C Et dant Bernart o lo guernon flori, | Hernaut lo ros de Gironde la cit, S’irai vooir d’Anseüne Garin | Buovon lo preu, celui de Conmarchis. — 2122 omis dans A B. — 2123 C sire, G. li respondi, D li rois G. a dit. — 2124 A N’irez or mie, C pas. — 2127 omis dans A B. — 2128 C Ainz v... traïnez a roncins, D detranchié et o. — 2129 C encombré.
  79. LXXIX. — 2133 A B Et de hauberc et d’e. qu’est gemé, C De blanc a. — 2134 A B D’espées bonnes, de fors escus b., C d’escuz a or b. — 2135 omis dans A B. — 2138 D Dant Nai. — 2139 D Biax filz, dist il, envers moi entendez, C escotez. — 2140 C aler, D Trestoz mes homes... torner. — 2141 A B les en fetes aler, D ma f. — 2142 A B et repondre et celer, D Toz les i f... receler. — 2144 A B issiez por les m. — 2145 A B mon olifant, C qu’il orront. — 2146 A B car je le vueil p., C je le vodrai. — 2148 C Savoir poez... de voir et sanz fausser, D de fine verité. — 2149 A B Que je porrai d., D ajoute : Dont Sarr. m’ont a grant tort gité. — 2150 A B Et vos serez sus vo cheval m. — 2152 D i seroiz a l’a. — 2153 A B partir et dessevrer. — 2155 omis dans A B. — 2157 C le prist a apeler, D li ala aïdier. — 2158 omis dans C. — 2159 C, fet li, Sire. — 2160 D qui an crois fu pené. — 2161 omis dans A B. — 2161 Qui, A B d’ocirre. — 2163 C Et vos rende Nerbone. D ajoute ce couplet : Va s’en Aucaire et Nai, le ber. | Li quens Guill. a fet monter ses ommes | Ainz ne fina desi an FIorimonde | Une forest qui est desoz Nerb. | Toz les il (sic) fist anbuschier et repondre. | Et Ay. et Auc. esperonnent. | Et trespassent la terre.
  80. LXXX. C rime en ie. — 2165 D Lessent les terres et les chemins ferrez. — 2166 D Que molt r. — 2167 A B Vet s’en A. — 2168 A B Or le lerons ci d’Aimeri ester. — 2169 A B conter, D Et ci devon de L. — 2170 A B Car dit li fu en France et raconté. — 2172 D le ber. — 2174 A B et lancié et j., D Dedanz lor chartres. — 2177 D .xl. mil. — 2178 A B li e., D Forment chevalche. — 2179 C commence ici un autre couplet presqu’entièrement rime en é., D Jusqu’a Monbrin. — 2180 D s’est. — 2181 C En la vert e., D la fresche e., A B Sor l’erbe vert. — 2182 C li rois garder. — 2183 A B est d., D ajoute : Environ aux commança a aler. — 2184 A B Nerbone, C Por soi deduire en est toz sels alé. — 2185-2187 omis dans C. — 2185 D Et vit ardoir les cierges naturés. — 2186 B des barons. — 2188 D ajoute : Tant escu fret et tant hauberc faussé. — 2189 B C Et tant vassal, C par terre craventé. — 2190 A B Tant bon destrier fuïr par mi lo pré. — 2191 A B Sire Diex pere. — 2192 D ci finé. — 2193 D Que ne fui las a ices cox doner. — 2193-2195 omis dans A B. — 2195 C poinz, D ansanglantez. — 2196 C abrivé. — 2197 A B De desus l’erbe, D Sor la fresche h. — 2198 C aceré. — 2199 C Si a... sejorné, D Son bon destrier i avoit aresné. — 2200 C en est li bers alez. — 2201 C enconbrez. — 2204 C estoient e. — 2205 C Hernauz li rox, A B Bueves son frere. — 2206 A B, C Dont li autre, D sont vaincu et m. — 2207 C el pré. — 2208 C boter. — 2209 C D Lors le connut Guillaume. — 2210 omis dans C D.
  81. LXXXI. C rime en is. — 2211 A B Sire cosins. — 2213 C li fors rois. — 2218 C fu c. et marris. — 2219 D Il a m. — 2220 A B de pris. — 2221 C Avant c., A B r. poestis. — 2223 C De lor c., D De ma c., A B orendroit me partis. — 2224 A B en d. — 2225 A vi ici, B des c. vi issir, C Por la c. que des c. — 2226 A B rumor... oï, B de vos parle roï, C de vostre jent. — 2227 C lo chanp. — 2228 omis dans D. — 2229 C decopé, D trebuchié. Et ajoute : Et maint destrier esgaré et sotif. — 2231 C D Hernaut li respondi. — 2233 D de felons S. — 2234 C Jusques au v. — 2235 C decopez. — 2236 C grant e. — 2239 D ce lor a dit. — 2241 A B que grant b. — 2242 A B Endementiers, C issi. — 2244 C trestot lo païs.
  82. LXXXII. C rime en ier. — 2247 C tantost a. — 2248 A B L’espée a ceinte, monté est el d. — 2249 A B Que il n’i volt nule autre arme b. — 2251 A B Montés i est, C son senestre e. — 2253 A B soz Monbrueil, C Par foi, sire. — 2280 A B Sarr. renoiez, D aversiers. — 2281 A B mehaigniés, A Ou les a., C Si les a. — 2282 A .i. grant e., B Molt grant e. — 2284 A B La souveraine q. — 2285 D Estoit miresse, A B la meillor desoz ciel. — 2287 A B I fu ferus el cors de. — 2288 D le nos ot mirgoié. — 2289 omis dans A B, D Que plus est s. — 2290 A B Et li r. dist, D nos g.
  83. LXXXIII. C rime en is. — 2292 D s’en vint. — 2294 B le ber de C. — 2295 D acoler et joïr. — 2296 A B Loeys fu molt p. et molt gentis, D hardiz, C Et l’e. estoit frans et j. — 2297 D Les damoiseles fist devant lui v. — 2298 D Nostre e. — 2301 D Que tot les tertres. — 2302 D l’entendent... esmarri. — 2303 D les blans. — 2304 A B baron, D Ostez. — 2306 D n’en ert, C n’i avra escu pris. — 2305 D Deci as trés.
  84. LXXXIV. C rime en er. — 2309 A B Li e., D Nos e. — 2310 A C Les puceles, D Les damoiseles. — 2311 D se gabe. — 2313 C Et A... fist a l., A B Avec A. — 2314 A B Mès molt estoient t., C Molt par sont l. — 2315 A B et las et t., C destriers... efreé. — 2317 A B noielé. — 2318 omis dans A B, D Sor la fresche herbe. — 2319 A B Et a A., C destrier. — 2320 C estoit entré el tré, D en est venus es tref. — 2321 A Qu’i ne d., D Ainz n’i d. — 2322 A B aparlé. — 2323 C n’estes mie s. — 2324 D aportez. — 2325 C pensé. — 2326 C En po d’ore m’avriez mort jeté, D la tué. — 2327 D qu’il (sic) ait mon chief voé. — 2328 A B Par poi que vous ne fas emprisonner. — 2329 D deigne mot parler. — 2331 C Et la q., D serré. — 2332 D le lese aval c. — 2333 C D Blanche ot la barbe, C comme flor en esté. — 2334 C Lors lo c., D Bien le quenut. — 2337 A B Qui le c., C acoler et b., D Il le. — 2338 omis dans A B, C A ces paroles assenble li barnez. — 2339 A B Et l’ont entr’eus, C Qui encontr’els l’ont si forment serré. — 2340 A B que il ne l’ont tué. — 2341 omis dans C, A B l’amor. — 2343 C parfondement n. — 2344 A B Dont je ne c., omis dans C. — 2345 C Sire pere. — 2346 C a O. — 2349 A B balanchié et j., D et versé. — 2350 C Et dit li q., D Respont li q. — 2351 C Il m’enmenerent deci jusqu’à la m., D molt presset de la m. — 2352 C Car, D mener. — 2353 A B Mès Guibelins, C lor vint. — 2355 A B Que il nel porent soustenir ne porter, C porter ne endurer, D n’en puent. — 2356 C confessez, D fondeez. — 2357 C preuz ne p., D Toz li plus cointes n’en puent. — 2358 A B Et dist Guill. — 2359 D Ce dist, C D de Brubant la cité : | Sire pere qui est cil adobez. — 2360 D ajoute : Ne quenois mie, car il ne s’est nomé. — 2361 D Respont li quens. — 2364 C fu p. — 2367 A B c’est Auq. le ber, A S’est mon f. — 2369 A B que demaines et p. — 2371 A B avrons... la c., D ravrai. — 2372 A B m’ont si desherité, C Dont a tel tort m’ont Sarr. j. — 2373 A B Desarmé l’ont et puis l’ont a., D Il le desarme et cil s’est a. — 2374 A B a lettres d’or bendé, D lithes. — 2375 A B Que Loeys. — 2377 omis dans A B, D Filz de b. car me d. — 2378 C Comment quides, B Comment cuidiez. — 2379 C D Ja l’ont prise. — 2380 A B Fors que la t. — 2381 C la dame H. — 2382 C Par vitaille, D afoler. — 2383 D Respont li quens : Ja’n orroiz v. — 2384 A B Ices puceles... desafubler. — 2385 omis dans A B. — 2388 A B Et de lor g. — 2390 C Que ne luisent. — 2391 omis dans A B, D abrievez. — 2392 D sejornez. — 2394 A B Et l’e... ferai. — 2395 A B roi C., D Corsuble l’a. — 2396 A B Que baillerai. — 2397 A B Portera le. — 2398 A B avrons N. — 2399 omis dans A B. — 2401 D .xxx. c. — 2402 A B et .v. nobles c. — 2403-4 omis dans D. — 2403 C Et dit li rois. — 2404 A B Que Diex vos en doinst joie.
  85. LXXXV. C rime en ie. — 2405 A B Lors monte Aquaires. — 2408 D Ensemble o lui molt grant c., A B grande chevalerie. — 2409 A B lor mesnie. — 2410 D Aclabarie. — 2411 A B La fort cité desouz le pui antie, C Une cité et fort et bien garnie. — 2412 C Mainte fort tor i ot fete et b., D ajoute : Bloies et jaunes et vermeilles et bises. — 2413 A B Car Klm. a la barbe florie. — 2414 A B L’ot enforciée quant ot N. p. — 2415 D Ainz puis. — 2416 A B Et S., D ajoute : Et Turc felon do regne d’Orcanie | De Babiloine .i. grant estoire vindrent. — 2417 A B De v. — 2418 D anz o coig de la v. — 2419 A B U. chaucie. — 2420 A B acorent et filent. — 2421 A B En la mer ch. et si portent navie. — 2423 A B Soz la chauciée. — 2424 C paienie, D Piçonnie. — 2426 D petre et regalice. — 2427 omis dans A B, C Poivre et encens et comin et rubie. | Petre, girofle i ont en lor baillie. — 2428 D bones e. — 2430 D A grant n... moinent. — 2432 D ne p. — 2433 D Don font les armes don molt bien se g. — 2434 omis dans B. — 2435 omis dans A B. — 2436 omis dans B, D par p. — 2438 A B Qu’a lor cox n’a nule arme g., D Avant lor c. — 2439 omis dans A B. — 2440 A B D’iceste jent vos dirai je la vie. — 2441 A B monnoierie, C ne gaaignent n’il n’o. — 2442 A B Il n’i ont blé car ne gaaignent mie, C Ne il n’ont blé que n’en manjoient mie. — 2443 omis dans D, C n’i orent une m. — 2444 A B gastée et essillie, A B Mès la terre, C Que la terre, D Mès lor terre. — 2448 A B Mangent la char que..., D mès ne la c. — 2449 A B Boivent le s. plus que de vin sor lie, C ainsi com vin sor lie. — 2452 C riche c., D fiere. — 2453 A B Ne reverra ch. ne mesnie. — 2456 D Se Dex n’en pense. — 2457 A B sont a. — 2458 A B concorder, C as T., D Ex a. — 2459 A B Une gent est. — 2462 D la montaigne e. — 2463 A B et si a t. — 2464-5 omis dans A B. — 2467 omis dans A B. — 2468 D une treve ont p. — 2469 A B si ne s’a. — 2470 C Onc... Turquenie, D Orturblie. — 2471 A B large la p., D gentes les p. — 2472 omis dans D, A B ajoutent : Chieent en mer et s’i portent navie. — 2474 omis dans A B. — 2476 A B et p. — 2477-8 omis dans A B. — 2479 D fierement s’esbaudissent. — 2481 C dames, D danzeles. — 2483 A B vesties. — 2484 A B Gaitier se fet. — 2485 omis dans C. — 2486 A B molt forment se dote, D fierement se dote, C forment se redote.
  86. LXXXVI. C rime en ié. — 2489 D le suer e. — 2491 B la terre si cerchierent, D Car lor vile ont et la terre carchiée, C le païs c. — 2492 A Truevent la route de la chevalerie, B Les chevaliers la rote troverent, C ou Franc ont chevalchié. — 2493 B si com cil la froissierent, C erbe vert. — 2494 B comment les defolerent. — 2495 A B que por peu n’e. — 2496-8 omis dans A B, A ajoute le petit vers hexasyllabique : Et la contrée cerchie, et recommence un autre couplet avec les mêmes assonances ie féminines. — 2498 D Sonent .v. g. — 2499 A B Li Sajetaires a., D ajoute : Trestot le suer nos François rotoierent. — 2500 omis dans A B. — 2501 A B Il queurent miex que b. — 2502 A B brachet par d. — 2503 D fu cheue par derriere (sic). — 2504-5 omis dans A B, C Sor Rochebrune out un tertre trenchié. | Desoz lo coing out un chastel drecié. — 2505 A B Et haute et grans per dessous b., C et le mur b. — 2507 A B Et desos creuse, C a cisel entaillié. — 2508 C D La sont les chambres beles. — 2509 D F. leffont qui s’en sont e. — 2511 C .x. ans. — 2512 D .xxx. g., C guivrel. — 2516 C Com ele vole, D Mès ele vole quant ele est iriée. — 2517 A B Si jiete feu. — 2518 A B enchergie. — 2519 D les g. — 2520 A B El se drecha. — 2521 A B trenchiere, D vindrent a la t. — 2522 A B En la r. est de traverse c., D En mi la roche, C Devant la r. — 2523 D lor sera la portiere. — 2525 A B Il l’ont veue, D ajoute : Li Saytaire il (sic) traient et lancierent. — 2526 D Sovant l’asauent, de sajetes la fierent. — 2527 A B Mès en la pel onques, D Mès tant est dure que la pel ne p. — 2528 A trestorne, omis dans A B. — 2529 omis dans A B. — 2530 D charrieres, A B Il s’enfuirent. — 2531 A B Et si passent les r.
  87. LXXXVII. — 2532 A B la roche, C Li Sarrazins. — 2533 D la h. — 2534 B C a d., D Tresqu’au d. — 2535 D Dant Naim., A B ne s’i atarga mie. — 2536 A B Il fit a. — 2537 D Et des hiaumes de Pavie. — 2538 A B Et ceignent sus l. — 2539 A B vont p., C les dames seignories, D danzeles et m. — 2540 A B Dras en ont trais, C d. parties, D ajoute : Tirent pailes bloz et hermin sor lie (sic). — 2542 D Dant Naim. s’en v. — 2543 omis dans D. — 2544 A B Estroitement des guinples lor chiés lient. — 2546 C Puis s., D I sont m. — 2547 A B C baillie. — 2548 C A N., D Devers N. — 2549 A et maint cers et b., C Oisiax portent., D fieres b. — 2550 D ajoute : Turtres et meles et jais qui escharnissent, | Estorniax blans, calandres d’Esgite (sic). — 2551 C D Et l’e. — 2553 A B ne s’atargerent mie. — 2554 A B avant p. — 2555 D dans Nai. le riche. — 2556 A B O tous ses filz, C D ajoutent : Li bons orfrois reluist et reflanbie. — 2559 A B Car les autres sont en la t., C sont d. — 2561 C B sont, D erent, C D ajoutent : En Paradis coronées flories. — 2562 A B si est e., C Quant vit ces jenz molt est espoorie, D s’est e. — 2564 A B qu’il lui soit en aïe.
  88. LXXXVIII. — 2567 A B El premier chief l’o. b. — 2569 C De maint oisel, D tant o. — 2570 A B et chante li m., D la turtre et la malviz. — 2571 A B Et autre oisel. — 2572 A B El premier chief. — 2573 C si fil et si ami, D Ansemble o lui. — 2574 C Desor son chief choisi. — 2575 D gehist. — 2577 A B li Sarr. — 2578 A B Il l’apelerent. — 2579 C Amiral sire, D Droiz a. — 2580 A B bien est Mahon de ci, C puez vooir, D puez dire. — 2581 omis dans A B. — 2582 A B veïr. — 2585 A B Vous d. — 2586 D n’ira neant ainsi. — 2588 A B Et s’i v., C Si v... de pris. — 2589 A B Qui plain seront..., D erent p. — 2590 A B Iluec f., D Puis lor f... lor angins. — 2591 omis dans A B, C petiz, D et des b. — 2592 A B que ne les aie pris, C Ne finerai, si les avrai toz pris, D vos avrai pris. — 2593 D jus a la terre mis. — 2594 A B S’i meterai, C m’amie au c., D Puis il (sic) metrai. — 2595 A B Avec li ses p., C Et des autres p., D meschines.
  89. LXXXIX. — 2596 C Or ferés pès, li petit et li grant, | S’orrez estoire dont li ver sont seant. D molt bien s. — 2597 A B C’est de la jeste de la plus c. — 2599 D dant Naimeri. — 2601 omis dans A B, C et Persant. — 2602 A B ont mué, D changierent. — 2603 omis dans D, C Et ont l. — 2604 D les destriers corans. — 2605  D Droit a N., C A N. — 2606 A B Et l’en l. — 2607 omis dans C D. — 2608 D i antre tot premierement. — 2609 C en est venu atant. — 2610 C lo tré C. li amir, D Corsuble l’a. — 2611 D Mist janbe a t. — 2612 C vit. — 2613 A B Sire Aq., C soiez vos bien venant. — 2614 D au gent c. — 2615 D molt s., omis dans C. — 2616 A B Sire ele vient, C ne demorra granment, D ne vos soit demorant. — 2617 A B C Tel r. — 2618 C D d’arjent, C maint. — 2620 A B dant A., C errant. — 2621 C lo m. — 2622 A B vint. — 2623 C ajoute : Quida ce fu s’amie Clarissant. — 2625 A B et la g. — 2626 A B A l’encontrer. — 2627 omis dans A, B L’espée t., D pendi. — 2628 A B feri si l’a, D fiert Corsolt l’a. — 2629 C Qui jusqu’es d., D Tresqu’al narines li f. — 2630 A B mort l’abati atant, D si l’abat. — 2631 D escrie... alez avant. — 2632 A B li preuz et li v., C a l’aduré talent. — 2634 C D Ja n’en irez sanz p.
  90. XC. — C D rimes en i et is. — 2635 A B Quant veü ont, C conte A. — 2637 A B Lor ginples getent et lor m. — 2638 omis dans C. — 2639 D Espées ceintes. — 2641 D noz F., C Et li F… preu et h. — 2642 D Toz les ont, C Qui toz les ont decopez et ocis. — 2643 C menbra a A., D Al premier c. — 2644 C De Guibelin. — 2645 A L’olif. fist par .iiii. e., B L’olif. .iiii. emp. bondir fist, D .xiiii. empointes f. — 2646 C la forest G. l’entendi. — 2647 omis dans A B. — 2648 A B ce dist li rois de pris, D mes homes. — 2649 D ajoute : Le preu, le sage, le cortois, le hardi. — 2650 D seignor, les vos merciz. — 2651 A B nos ferons vo plesir, C Et il dient, D Cil respondent. — 2652 D blanc hauberc. — 2653 A B Elmes lacier et ceindre brans forbiz. — 2654 D Maint ch. desus destriers. — 2655 D Tresqu’a N. onques ne p. f. — 2657-8 omis dans C. — 2659 A B Guill., C se força, D Forment se painne dand Guib. le merchif. — 2661 A B de pris. — 2662 A B Et lor detranche les c., C Qui lor copent, D Si lor d. — 2663 A B Ainz puis cele o., C Puis cele... que Jhu. Criz nasqui. — 2664 C ocis. — 2665 omis dans C, D i refurent traïz. — 2666 A B Itele perte, D Ainz itel g. — 2667 B ce j., C font li oir Ay., D fu le jor e. — 2668 A B rois. — 2669 A B O tot sa conpaignie, D A ses fieres conpangnes.
  91. XCI. — 2670 A B et cruel et p. — 2671 A B Li rois, D ot le j. grant a. — 2672 A B trés. — 2673-7 omis dans C. — 2673 A B conbatans, D Saradins c. — 2674 D Si lor destranchent l. — 2675 D maint p... vidant. — 2677 A Après orent, B Après ce orent, D molt grant. — 2678 A espant, D paien. — 2679 A B Par mi l’estor est venuz acorant. — 2680 C Qui n’a cure. — 2680-1 omis dans A B. — 2682 A B Le piz ot gros et le ventre devant. — 2683 A B De sa plomée va. — 2684 omis dans A B, D A grant terrées les an vet atraiant. — 2685 A B Et il crioient : Aïde, bons rois f., C Il escrient. — 2687 C va, D pongnant. — 2688 A B se drece, C s’adreça a l’e. — 2689 omis dans A B, D le tort h. — 2690 A B La mace tint et puis ala avant, D Tote la mace. — 2691 omis dans A B, D Et la. — 2692 D De bien f. se va eslargisant. — 2693 D Se or, C ataint, ja prendra .i. c. — 2694 A B Et Guib. n’a de fuir nul t., D Mès. — 2695 B jeta, C Li gloz li jete un cop en traversant, D estraiant. — 2696 A B Mès nel tocha. C que D., D N’an toche mie car Dex en ot g. — 2697 A B desus son auferrant, C Il se bessa. — 2698 C Delez lui, D Detrés le fiert J. — 2700 A B Tot abati et lui et l’a., C Qu’il abat mort. — 2701 C vit. — 2702 A B C A l’espée, D A Esgredure. — 2703 A B tant afaitieement, C par si fier maltalent, D Tant l’a feru. — 2704 A B Par son. — 2705 C escrient, D a crié. — 2707 omis dans A B. — 2709 D li fist jesir o chant. — 2710 D travers un d. — 2711 B li d., C tant d., D Desus li p. mil d. — 2712 B li froissa, C Qui l’esqachent contre terre en jesant, D Qui li debrisent. — 2713 C D Dont saillirent. — 2714-5 omis dans A B. — 2715 D Li B. et li A. — 2716 A B Qui lor enseigne alerent escriant. — 2717 A B hardiz et c. — 2718 C debonaire et frans., D hardiz c. — 2719 C Qui ne fu tex en c. — 2720 B de Cors. l’a, D Cors. li amir. — 2720-22 omis dans A. — 2722 B Et ses estours. — 2723 D car nos vas or tardant. — 2725 C la c. — 2726 C Sarr. et P. — 2727 C ot grant ruel de s., D an cort le bruit de sanc. — 2728 C En plusors lex fu li marbres sanglanz. — 2729 omis dans A B. — 2730 A B Les cors jetent aval les desrubans. | Defors Nerb. lez lesserent atant, A es chans. — 2732 D de l’anciane t., C Ce ert c. ja ancienement. — 2733 omis dans A B, D i fu g. — 2734 A B o le cors a., C Et H. — 2735 A B tout puissant. — 2737 C D Et li rende, A B Ay. lo vaillant. — 2739 C En la soe N.
  92. XCII. — 2741 D Dont sot il bien. — 2743 C i est corant a., D s’en est c. torné. — 2744 A B as a., C garniz et c. — 2745 omis dans A B, C Li e. estoit j. — 2746-7 omis dans C. — 2747 A B nel, D Et les lessa do bois a plain aler. — 2748 D Es descendirent. — 2749 A B A .m. F., C les commanda g. — 2751 C les puceles. — 2752 D en est do chanp t. — 2753 A B as a. — 2754-6 omis dans D B. — 2754 A qu’as d. — 2755 C Et Clab. — 2756 C A .xxm. h. en est de l’ost alez. — 2757 A B De l’ost en va t. — 2758 C Cels a li rois Looys encontrez. — 2759 C Or furent il. — 2760 D ne la garront. — 2761 C Sans b., A B De la b. — 2765 D lor lances, si sont a. — 2766 D Mès nos Fr. — 2767 A B Ançois les f. de l’espée du l., C Durement f. as espées des lez. — 2769 C (de même que D avec quelques variantes) ajoute : Tant hanste fraindre et tant escu quaser | Et tant auberc deronpre et despaner. — 2771 A contre lo ciel, B contre terre, C i veïssiez v. — 2773 A B Forment se sont lu S. hasté. — 2774 A B si sont otre passé — 2775 A B i est des lor remés, B Une m. — 2776 D De noz Franc., C Et des Franç. — 2777 D n’an r., C Et puis n’en r.
  93. XCIII. — Tout ce couplet est omis dans C. — 2779 D Les .ii. estoires brochent et esp. — 2780 D Piez et c... s’antr’esfondrent. — 2781 B paien passerent o., D Fierent et chaplent p. s’an pasent ostre. — 2782 omis dans A B. — 2783 A B le comble. — 2784 A Qui d’i., omis dans D. — 2785 A B Des quels ce fu domages.
  94. XCIV. — C D refont beaucoup de rimes en i, is. — 2786 A B furent des nos partis. — 2787 A B n’en ramoinent que .xm., C n’en i remest que. — 2788 C Li autre tuit, D en i remest d’ocis. — 2789 A B en va, C Corabis, D Claraby. — 2790 A Et l’e., B Et bien l’e., C li forz r., D Au dox l’anchauce. — 2791 Qui li crie, B Et li escrie, D L’aumaçor torne a mi. — 2792 omis dans A B, D Almançor ies fort roi pooteys. — 2793 B si a non, C Et je sui rois si ai n. — 2796 D grant los as aceilly, C monté sera tes pris. — 2797 A B Ja n’en s. — 2798 C Se par mon cors tot sol n’i es ocis. — 2800 D ses homes : S. estez vos ci, C Baron, e. — 2801 A B Si josterai, C Joster irai. — 2802 D ja e. — 2803 A B .x., D S’il en veult une, C li livrerai. — 2804 C Dient li sien, D Mahomet vos aïst. — 2805 A B Prennent les resnes, D Vire la r. et si monstre son vis. — 2806 C li bons destrier de pris. — 2807 C com il voit la p. — 2808 B elmes v. — 2809 A B Brisent les ais, C Copent les c., D Cope le cuir. — 2811 A B O. passerent, D c’onques nul ne c. — 2812 D Mès. — 2813 C Tire, D o il sist. — 2814 A B L’espée t., D dont li branz fu forbiz. — 2815 C Sor son eaume l’e. feri, omis dans D. — 2816 A B cercle, C li copa et, D l’an trancha. — 2817 A B Tot l’estona a po que ne c. — 2818 omis dans A B, D Mès l’e. fu molt fiers. — 2819 A B Li emperere as estriers se retint. — 2820 A B s’en est de l., D s’est de lui departiz. — 2822 A B li bons r., C Si l’enchauce. — 2823 C D estoit de grant pris. — 2824 C D dont li branz fu forbis. — 2825 C D Bones reliques i avoit el pont mis. D ajoute : De S. Morant et del cors S. Meri, C : De S. Lorenz et del cors S. Moris. — 2826 A Qui la porte, B Cil qui la p., A B honnis. — 2827 A B encombrés ne traïs. — 2828 C n’encombrez ne malmis, D ne bleciez ne malmis. — 2829 A B qui fui tout a. — 2830 A B pas ainsi, C Si li cria, D A non escrie. — 2831 A B Ainz nos lairez ostage en cest païs, D ce m’est vis. — 2832 omis dans A B. — 2833 A B Loeys hauche lo brant d’acier forbi, C un grant cop le feri. — 2834 C D Tot le porfant deci jusqu’al cervis. — 2836 A B est v.
  95. XCV. — C D refont beaucoup de rimes en é. — 2838 C L’aumaçor m. — 2839 omis dans A B, D Que l’en li a le c. — 2841 C D A l’enperere, C D ajoutent : Descendu sont del destrier abrivé. — 2843 A B le roi D. — 2844 C D porter notre avoé. — 2846 D Li rois l’antent, s’en a l. — 2847 C D Di va, fet il, a vostre volenté. — 2848 A B Et toutes gens vos. — 2849 C D doit on molt e. — 2850 A B et grant honor p. — 2851 omis dans A B, C Dont d. — 2853 D Nostre e. — 2854 A B a armes c., D adobez. — 2855 D Grant un estache. — 2856 C poignant a, D b. torné. — 2857 D ert r. — 2859 C Avoit G. — 2860 A B Et Sarr. o. — 2861 A B Que neis .i. seul n’en peüssiez t. — 2862 D Nostre e. — 2863 A B Et avec aus en a ja t., D alez. — 2864 A B ne venir ne a., C Que n’i porent, D pueent ne c. ne antrer. — 2865 A B Si s’en tornent as loges et as t., B tornerent, C en revint. — 2866 C D l’avoir et quierent p. — 2867 A B Que il orent, C Que conquis ont sor pai. desfaez, D Qu’il ont conquis sor pai. desfaez. — 2868 A B departi et donné, D Bien l’o. — 2869 A B C Li plus p. — 2870 C D Et Ay,.. la c. — 2871 A B Et aconpli son v., C son talent, D tote sa volentez. — 2873 A Du grant songe. — 2875 A B qu’il est a. — 2876 A B iert li quens devié, D Ançois .i. m. — 2877 C Et ce sera domages, D Ce fu diex et domages.
  96. XCVI. — C D refont beaucoup de rimes en ie. — 2882 C D Quens Ay. a la barbe florie, | A la contesse en la grant tor choisie. — 2883 A B li prie, C D escrie, C Aym. li e., D li bons q. li e. — 2884 C Jentil c. — 2887 D Aclabarie. — 2891 C D Ier les veïsmes de la lande enhermie, | Desoz estoit ma fiere compaignie, — 2892 A B S’il plest a D., et placent ce vers après le suivant. — 2895 C El devala, D s’en d. — 2897 D furent d. — 2899 D Les ames furent. — 2901 omis dans C D. — 2902 C D les g. — 2904 A Si li portent g. — 2910 A B Qui remestrent, C D Qui venues furent de Femenie. — 2911 A B A mil F. que plus n’en sont il mie. — 2915 A C Ne finerent, D Ainz ne f. de ci que an Cubie. — 2916 C fu, C D o sa chevalerie. — 2917 A B que n’en trouverent mie, C O. passent que, D O. s’en passent. — 2918 A B Jhesus les maleïe, D Damedex. — 2920 C T. aproch., C D que la rote choisirent. — 2921 omis dans B. — 2926 C Que li Fr., D Car F. sont pou en c. — 2927 A B mil et cil. — 2928 A A espées en. — 2929 A Les p. — 2937 C en Clabarie. — 2940 A B Qui iluec est. — 2941 D Hui mès c.
  97. XCVII. — C D refont beaucoup de rimes en é, er. — 2952 omis dans A. — 2954-5 omis dans B. — 2956 D Lors les c. — 2957 D estoit f. — 2958 A B revet. — 2959 A li r., B i r. — 2960 A B Fors que. — 2961 A B Crestiens ont la dedenz .c. t. — 2962 D furent. — 2963 A Alé furent, B Alé en furent... feste a. — 2964 A B un an d., C dura .i. mois passé. — 2965 C D Itel avoir i orent conquesté. — 2966 C D D’or et d’argent .xv. somiers trossez. — 2967 C D Et quant quidierent en doce France aler. — 2969 A B a un des porz de mer, D destroit passer. — 2970 C La les pristrent, D Trestoz les pristrent. — 2971 A B Tout l’avoir firent... mener. — 2973 D Les damoiseles. — 2974 omis dans A B, C Et demandent de. — 2975 A B Et il lor d. — 2977 C D ajoutent : Des nuiz veiller et des jors jeüner. — 2978 C estoient ajosté. — 2979 C a droit m. — 2980 A Sor les t., C Sus l... s’ont l. m. posé. — 2981 C D pain ne vin ne claré. — 2983 A B molt lor v., C Que la ch. c. qui lor estoit, D Fors. — 2984 A B Tot ce m. quar il ne veulent el. — 2985 B Et as puceles, A C As p. — 2986 A B Tos les braons de c., C La char c. — 2987 A B i ot qui furent. — 2988 A B ne la porent, C Crue la voient. — 2990 B A tant s., C La s., D Dont s., C et boz coez, D s. et vers coez. — 2991 C D Et baalais treciez et escoez. — 2992 omis dans A B, C En po d’ore. — 2993 C n’en i pot en trover. — 2994 omis dans B. — 2995 A braire et puis s., D crier. — 2996 C n’a ome. — 2997 C Les puceles, D Les damoiseles. — 2998 C Les p. tordre et les chev. tirer. — 3001 A B aïde, D les c. — 3002 A j’en dirai verité, B ne les covient doter. — 3004 A B Li rois G. li corut ajuer. — 3005 C le p. — 3006 B Sire emp., A C Emperere, D et grez. — 3007 A nos i estes, C Por nos estes. — 3009 C escotez. — 3010 A B Crestiens sui. — 3011 A B vos ai servi a gré. — 3014 C si commence a parler. — 3015 C D m’entendez. — 3016 C la requerez. — 3017 C esgarder, D la convendra g. — 3018 C D de grant p. — 3019 omis dans A B, D serez. — 3020 A B Ou vos pregniés, C Et si avrez et c., C D ajoutent : Bors et viles et riches fermetez. — 3021 A B dist il, C ice l. — 3022 C aler. — 3023 C En Esp., D convient converser. — 3024 C Molt me h., D Forment me h. — 3025 A B a vo loi atornez. — 3026 C D lor aé. — 3028 C fermer. — 3030 C soz la roche de mer, D lez la roche de mer. — 3031 C issi. — 3034 A B ot prise N. — 3035 A B l’amiral C. — 3037 omis dans C D. — 3037 omis dans C. — 3039 A B ferai. — 3040 A B ferai p. — 3041 A B Deu i ferai servir et enorer. — 3042 A B en r. — 3045 D quanquill a demandé. — 3049 C D en sont d. entrez. — 3050 omis dans A B. — 3051 A B Ja v.
  98. XCVIII. — 3054 À partir de ce vers jusqu’au vers 3086, C D ont une rédaction entièrement différente en un seul couplet que nous donnons d’après C ; D offre quelques variantes sans importance : Ceste chançon est de grant seignorie, | De bone estoire et de grant baronie : | C’est del paraje de la jeste enforcie, | Et del plus fier qui onques fust en vie, | Com Aymeri a la barbe florie, | Si fu ocis desoz Esclabarie ; | La l’ocistrent la pute jent haïe. | Ainz tex domajes en France la garnie | Ne fu por home qui onques perdist vie, | Puis lo tens K. a la barbe florie | Et puis Rollant a la chiere hardie. | La soe jeste fu toz jorz esbaudie ; | Crestienté fu par lui essaucie. | Molt l’ama Dex li filz sainte Marie... | S en fu...
  99. C. — C D rime en ie. — 3883-6 omis dans B. — 3084 A Li rois, O. — 3089 A B Dès or. — 3092 C En la ch., D En une ch., A B dolerouse et s., C D ajoutent : Qui ileuc est po puet priser sa vie. — 3093 A B Par tans, C comment o. — 3095 A B fu getée. — 3096 omis dans C D. — 3097 C D Et avuec li... Pontellie. — 3099 C jetent, A B sale p. — 3100 A B metre n’i vodrent mie, C La pucele, D La damoisele. — 3102 A Chante et n. — 3105 C La p., D La damoisele. — 3107 A B Qui par la l., C D les landes. — 3108 A B Jhesus la beneïe. — 3109 C D antie, D Que N. v. — 3111 C D Et descendi. — 3113 B Devant l. — 3114 omis dans B, C D baronie. — 3115 C D l’a veüe et choisie, A B Nostre e. — 3116 A B dist il. — 3118 D rien nule q. — 3120 C se tarde mie. — 3121 C qui sor toz a baillie, D qui tot a en b. — 3122-3 omis dans C D. — 3128 A B ne le celez vos mie. — 3129 A Par foi, sire, C D Biau sire rois, n’i ai. — 3130 A B Fors seulement du f. — 3134 A B Que tu as fet. — 3135 A B Car tu les as. — 3137 A B Enz en lor ch. — 3138 A B qu’il en rie, C si n’a t. qu’il r. — 3139 A B Li bons Auq., C Et Auq. — 3141 C D la bele et l’eschevie. — 3142 omis dans C, D Est en prison, en la chartre enhermie. — 3144 C D durement s’u. — 3145 D Molt jentement. — 3147 A B Danz A. — 3148 A B une cité antie. — 3149 A B Li S. l’ont. — 3150 A B Et en prison est C. — 3151 A B Pour l’amour D., C a sa loi relenquie. — 3153 A B Se par vos non, C D ne lor p. — 3155 A B Se m’aït D.
  100. CI. — C D riment en é. — 3165 A Par son l’a. — 3171 A B Ja ne sera si haute, D Tant s.
  101. CII. — C D refont beaucoup de rimes en i, is. — 3172 omis dans A B. — 3173 A B Auquaire apele G., D rapele. — 3174 A B dist, C par les sainz Deu m. — 3176 A B Une cité desoz un p. — 3177 A B se sont a force ens mis, D par f. — 3178 A B la bele o le c., C au c. — 3179 C dont je sui si pensis, D dont issui mot p. — 3180 A B Por a. Dieu, C ai mes dex relenquis, D ai mes jent relenquis. — 3181 C Molt m’en h., D Forment m’en h. — 3182 A B Et dist Guill. : Nous t’i serons, C D ami. — 3183 A B Li Sajetaire. — 3184 A B Que ja a., C D mon chier pere Ay. — 3186 C D hardiz. — 3187 D garra li murs ne li p., C ja mur ne plesseïz. — 3188 C decopé. — 3191 D Respont A. — 3195 A B Lors apela, D El en apele, C D bon c. — 3197 A B trop ai esté ici. — 3198 C D dit li rois L. — 3205 C D Se m’aït Dex. — 3214 A B De doce France nés furent., C D del païs. — 3215 D Ensenble o aux. — 3217 A B Ne de mes iex — 3220 omis dans A B, C Looys l’ot, si a jeté un ris. — 3221 A B dist li rois L.
  102. CIII. — C D riment en iée, ie. — 3223 A Par foi. — 3226 C Et contremont si est halte une archie, D de haut une traitiée. — 3227 omis dans A B, C a fet une, D O chief do mont ont fet une t. — 3228 A B Et .ii. eves i. — 3229 A B i descendent et filent. — 3231 C D La noise en ot bien près d’une luiée. — 3233 C D Chascune fu a c. entailliée. — 3234 A B drecie. — 3235 A B antie, C D Et par dessus a une t. d. — 3236 A B et grant, en son est b., C Haute et forte et desus b. — 3238 C Ja la vile n’i ert la nuit g., A B Ja par nuit n’ert la vile plus g. — 3239 Jusqu’à la fin du couplet, C D ont une rédaction plus développée, totalement différente.
  103. CIV. — 3245 A B du pui, D d’un t. — 3247 B .xl. toises est c. — 3248 C B est e. et rasée. — 3249 A B jusqu’à la mer betée. — 3252 C D Et d’ars turquois, de fleches barbelées. — 3253 A B la vile enorée.
  104. CV. — 3262 A B f. n’i poez mie. — 3263 A B P. et courtois. — 3264 B rent, A tient. — 3266 D a la grant baronie. — 3267 C D A Looys a. — 3269 omis dans C D. — 3270 C D A fet monter sa grant chevalerie. — 3271 C D a sa v. — 3272 omis dans C, D Conduit li livrent jusqu’a liuee et demie. — 3273 C Ainz ne f., D El ne fina. — 3274 D s’en e., C Dedenz e., A Enz entra, A B par une p. a. — 3277 C s’i g. — 3279 A B les testes et les vies, D ançois tier jor la vie.
  105. CVI. — Ce couplet est omis dans B et est réuni au suivant C D qui refont les rimes en é.
  106. CVII. — C D riment en é. — 3296 C D Que la cité li rende.
  107. CVIII. — C D ont une rédaction entièrement différente.
  108. CIX. — 3303 C D Quant G. ot ceinte sa bone espée. — 3304 A et demi pié, B et demi palme l., C et plaine paumelée. — 3305 C D mainte riche c. — 3306 C D Maint p., maint p., mainte t. — 3307 A B Et tante d., C D mainte dame en fu veve clamée. — 3308 C D Mainte p., C nomée, D apelée. — 3309 C L’eaume laça, D li lace l’e. — 3310 A .xv. pasmes, C D Une pierre, C seelée et f., D el cercle sodée. — 3311 A B En l’or... jointe et s., C assises. — 3312 C D Et une lune, C dedenz le coig p., D ot anz o coig p. — 3313 A B Ne nuit n’iert ja si oscure ne m. — 3314 A B liuée. — 3318 A B polie ne soudée. — 3319 A B Ne cuirie ne fu ne painturée. — 3320 C D Et si fu tote, D devisée. — 3321 A B premiers née, C freschement. — 3322 A B ajoutent : D’un fier poisson de haute mer betée. — 3323 A B vole par ces ondes mellées. — 3325 omis dans A B. — 3327 A B Ne dote cop. — 3328 C Molt, D Tant.
  109. CX. — C D riment en ier. — 3331 C D ajoutent : Si les faerent ce tesmoigne li briés. — 3332 C D Dex ne fist hom se il les a ch. — 3333 C D Ja ses destriers soit soz lui estanchiez. — 3338 A B Que touz jours veult il corre.
  110. CXI. — C D riment en on. — 3339 A L’h., C D vert c. — 3340 C En la place, D envoie P. ; C D ajoutent : Un vert destrier qui fu roi Justamon. — 3342 A B brochant a e., C Et s’en issi. — 3343 A B Par la poterne, C Par la porte. — 3344-5 omis dans C D. — 3346 omis dans C.
  111. CXII. — C D riment en is. — 3349 C li forz. — 3354 C Cil qui la tient si n’est pas nostre amis, D Cil qui la tienent ne sont pas noz a. — 3355 C mie p., A B ajoutent : Mès Turs felons du regne d’Orquanie. — 3356 A B Et Sagitaire. — 3360 C ne vielle b., D Ne nule vielle b.
  112. CXIII. — C D riment en ant. — 3361 A B Aquaires, B .iii. o., C D un olifant. — 3362 C D la fort cité vaillant. — 3365 B Et Aquaires tient l’Aymeri le b. — 3366 C D Icil baron. — 3367 A B Et si passerent, C trespassent. — 3368 A B que firent li J., D tirant. — 3370 C D Et de liois en i ot. — 3371 A B fu au p. .iii. a., D .ii. a. — 3372 A B Si en brisa, C D ajoutent : Et les bretesches et les entablemenz. — 3373 C Si en j., D En j. toz les S. — 3374 C D Ainz p. — 3376 omis dans B, D mordant. — 3377 C D Ne le diroit nus hom qui soit vivant. — 3378 C D Aymeri lo vaillant. — 3379 C Si L., D s’en p. — 3380 C D A la forest v... l’avesprant. — 3381 C Sus le t., C D le tertre. — 3382 C D La h.
  113. CXIV. — C D ne distinguent pas ce couplet du précédent. — 3385 A B Sus une eve. — 3390 A B forment se doterent.
  114. CXV. — 3391 C D grant bonté. — 3395 A B Qui onc plus pot b. demener. — 3398 A B sor mer. — 3400 A B et de c. mener. — 3401 A B De viles p. — 3402 A B Mès en cest siege. — 3403 A B Ne fust il ja ainz... aler. — 3404 D Ançois, C Ainz s. — 3405 C D Que il en fu par mi lo cors navrez | De .iii. espiez trenchenz et afilez. — 3406 A B Et d’autres armes fu il enpoisonnez. — 3407 A B Dont il. — 3408 omis dans A B. — 3409 A B Li gentis quens dans Ay. li ber. — 3410 omis dans A B, D dut a. — 3411 A B De ses François fit .vc. a., C deviser. — 3413-4 omis dans A B. — 3415 A B par matin. — 3416 D doivent ce jor aler. — 3418 A B Car seur li m. — 3419 A B du siege a l’am., D les fist a l’a. — 3420 A B ce fu la verité. — 3421 D a c. — 3422 C Se ne. — 3423 C lor a. — 3424 C D ice en pensé. — 3425 A B la pueent il t. — 3426 A B Dans A. fu molt gentis et ber. — 3427 A B Mil cors d’araine i avoit fet soner. — 3428 A B Qu’en retentirent li val jusqu’a la mer. — 3429 C Toutes les tors, D Et les tor hautes d. — 3430 D en sont tuit e. — 3431-7 omis dans C, D Pranent les armes. — 3432 D Fors s’en issent. — 3433 A B por la vile garder. — 3434-5 omis dans A B. — 3436 A B les coars p. — 3437 A B François lor courent, D de toz sans e. — 3439 A B se sont el chanp t., C se furent del c. — 3441 C en la m.
  115. CXVI. — C D riment en ir. — 3444 C D fier estor e. — 3445 A B l’autre. — 3446 omis dans A. — 3453 A Que il n’avoient. — 3452 D en sont toz esbahi. — 3454 C Ainz, D Avant, B et reng. de f. — 3455 A B Et d’espiés et de lances.
  116. CXVII. — 3456 A B se furent a. — 3457 A B El chief du pui. — 3459 omis dans C D. — 3460 A B fist vestir et armer. — 3461 C D ajoutent : Cele qui ot lo messaje aporté. — 3462 A B Tant ot Joifroi, D de Paris aamé. — 3464 omis dans C D. — 3466 C Qui maint home, D Qui maint saje home. — 3467-8 omis dans C D. — 3469 omis dans B. — 3470 A dist ele. — 3471 C D Quant cil l’oï toz en fu esfreez. — 3472 A B qui en croiz fu penez. — 3473-82 C D ont une rédaction entièrement différente. — 3480 A Vilenie me f. — 3482-7 omis dans D. — 3482 C Ma demoisele. — 3483 A B Ele respont. 3485 A S’il ert feme, B S’il estoit f. — 3486 A B Et vos voussist... oster, C Et vos pooit. — 3487 A B adober. — 3488 C D Prendriez la a moiller et a per. — 3490 C Il n’est feme, D Soz ciel n’est ; C D ajoutent : De foire en autre eüst son gant porté | Et a toz homes eüst son cors livré. — 3491 A B Qui me vossist d. — 3492 C Se la prendroie, D Prendroie la a m. — 3493 A B Cele respont. — 3494 D moi. — 3495 C D Et cil li a plevi et afié. — 3496 C D La pucele l’a de leenz jeté. — 3497 C Et les autres avueques li mené. — 3499 C Tant g. — 3500 A B Et cil s’a, D n’i a plus demoré. — 3502 omis dans A B. — 3503 C bouclez, D lor forz e. — 3504 C D Hanstes ont roides et e. — 3505 C La pucele les en a a., D La demoisele. — 3506 C Et lor a dit : Seignor, un p. — 3507 A B Fors de la p. — 3508 C la loée. — 3509 A B li chanus li b. — 3510 A B trestuit alé. — 3511 A B qui ceenz sont remés. — 3512 omis dans A B, C Que l. — 3513 C D Alez baron. — 3514 C D .vc. merci de Dé, | Vostre merci la porte nos ovrez. — 3515 A B Cele respont. — 3516 A B Et a la porte les a tantost menez, C A la porte. — 3519 A B As branz lor ont itel estor livré. — 3520 A B Que tuit sont mort ocis et decopé, D decopé ; C D ajoutent : Les cors en gietent contreval les fossez. — 3521 C D Puis sont alé desoz les murs ester. — 3524 D li franc quens aduré, C li jentils enorez. — 3525 C D en v. — 3527 C D Des armes vit lo bruit. — 3528 C D L’or qui reluist contre soleil levé. | Parfitement reclama Damedé. — 3530 C D Lessiez nos prendre icele fermeté. — 3532 C .VC. moines, A B Si i metrai .c. m.
  117. CXVIII. — 3535 A B La pucele, C D se fesoit forment l. — 3536 A Qui d., C aprochiée, D aprimiée. — 3538 C Si en jeta, D Fors en jeta. — 3539 A B les a celle p. — 3541 omis dans B. — 3542 C D Et Ay. si a sa jent. — 3549 A B Dont ce fu grans domage.
  118. CXIX. — 3550 A B Quens Ay. — 3551 C Il li en pese, D Forment l’en poise. — 3554 A B alerent assaillir. — 3559 C font contre terre jaïr. — 3564 D Mès la p.
  119. CXX. — 3565 C D s’en vont gloton fuiant. — 3566 C D maintenant. — 3568 C Com il voient, si en f. — 3569 C Il s’escrient par lor f., D molt f. — 3570 C felon et soduiant. — 3571 C Mar i fu close. — 3572 omis dans A B. — 3574 A car ci. — 3576 C vaillant, D ferrant. — 3577 A B Quand il l’oïrent molt en furent dolant. — 3578 C Lors s’arrestent., — 3579 D Quant ont v. — 3580 omis dans A B. — 3581 A B les F. — 3582 A B Quens A. — 3586 C D Biau sire Dex qui feistes Adant, | Porquoi ala li j., A B le preu conte vaillant, C poissanz. — 3587 D par son grant h., A B intervertissent ce vers avec le suivant. — 3588 D Mès vertez est.
  120. CXXI. — 3592 A B Enz en la p. — 3593 A B Fu emb., C li contes Ay. — 3595 D broche. — 3596 A B li preus conte h. — 3597 A B Cui il ataint. — 3600 C Bugladas, D li mestres segnoris. — 3601 A B Qui a son trere nule f. — 3603 C descoche, D anchocha. — 3604 A B le haubert li ronpi. — 3605 A B Et la sajete el cors, C Que la fleche. — 3608 C lor b. — 3611 A B l’en i ont .iiii., D l’en ont les .iiii. — 3612 A B Mès Ay. — 3613-5 omis dans C. — 3614 D dejoste un p. — 3617-26 omis dans B. — 3617 C et li hu et li cri. — 3618 A Iluec vindrent, C Entor lui sont. — 3619 C D Mès puis cele ore que Jhesus Criz nasqui, | Tele dolor nus hom mener n’oï, | Com demoinent si baron entor li. — 3620 A vint li q., D li q. jentis, C D ajoutent : Si com Deu plot qui onques ne menti. — 3622 A B amenerent iqui, D li mainnent. — 3624 C D ajoutent : Et comugnia de pain qu’ert beneïs. — 3625 C Li jentils q. — 3626 C Et vers. — 3627 A B son vis, C Son chief seigna. — 3628 C Que puis, D Ainz p. — 3629 C D q’a la fin. — 3630 omis dans A B. — 3631 A B Salus manda, C la jentils. — 3633 C Si l’enportent. — 3634 D Lasus o ciel en gloire.
  121. CXXII. — 3635 A B sa v. — 3636 C D et la noise est levée. — 3637 D Nus vit onques t. — 3638 D Com vint li quens a. — 3639 C D a la p., D Li bers Guill. — 3644 A B L. le duel quar n’i a recouvrée. — 3645 C au trenchant de l’espée, D a noz trenchanz espéez. — 3647 D Lors ert. — 3648 C A ce mot p. a une r., D A. ces mot p. tuit d’une r. ; et ajoutent : Li haut baron de plus grant renomée. — 3652 A B Tuit desrengierent a une e., D Et se desrenent. — 3654 C D Si com li fauz qui vole a recelée | Fierent entr’ax par molt grant aïrée, | Des Sarrazins ont fait grant lapidée. | Q’il consivent tote a la vie finée. | Mil en trebuchent a une randonée | En la grant eve qui fu parfonde et lée. — 3655 C D a grant esperonée. — 3656 C D Li franc dus d’Anseüne.
  122. CXXIII. — 3660 C D ajoutent : Fil Aym. a la barbe chanue. — 3661 C D Quant d’Aymeri sot. — 3662 D sor l’e. — 3665 A B ou grignor l’a. — 3666 D Cui il consuit a tost s’ire esmeüe. — 3667 A B la vie a tost p., omis dans D. — 3668 A B Molt. — 3669 omis dans A B. — 3671 omis dans B. — 3672 A B C Que sa targe. — 3673-4 omis dans A B. — 3673 C Et la b. — 3676 A B hache a. — 3680 A B Ist de la p. — 3682 A B Jouste Aymeri. — 3685 A B La m. le tient qui fierement l’argüe. — 3686 A B sont l. — 3687-9 omis dans B. — 3689 A Vers le ciel a drecie sa v. — 3692 A B retenue, C Et li ange. — 3693 A B Qui l’aportent, C Et l’e.
  123. CXXIV. — 3695 A B en ont. — 3697 A B Car il la m., C Que trop la font et o. — 3698 A B Delez le p. — 3702 D D’arz de s. — 3703 C D poissant. — 3704 A B qui ja i ait g. — 3706 B Quant il li m., A C Quant li menbre, A B Aym. lo vaillant. — 3707 A B li Sarrazin Persant, — 3708 C son f., D molt f., C D ajoutent : L’espée tret au pont d’or flanboiant. — 3713 C Li rois Guiberz a l’aduré talent, D Guibert lor frere a l’aduré talent. — 3714 C au coraje vaillant. — 3715 A B Le bon Aq., C Et A. — 3717 A B A tout. — 3722 A B lor envoient sovent. — 3723 D pluie. — 3724 A Que grant d., B A grant d. — 3725 A B n’avoit a. — 3726 A D Enz en. — 3727 A B feri par son fier maltalent. — 3728 A B de Bernart lo vaillant. — 3729 A B Li Sajetaires li est venu d. — 3730 A B C D’une hache, D et molue et t. — 3731 A B un destrier a. — 3732 A B Et uns autre fiert d’un dart en lançant. — 3733 A B Si qu’il li perce le hauberc j. — 3734 A B Par mi le c... entra m. — 3735 A B Emprès du c. — 3736 A B Au miex qu’il pot. — 3737 A B Si s’en ala, D Les pas s’en v. — 3739 A B molt angoisseusement, C Que la m. — 3740 A B Si com il pot a pié est alez t. — 3741 A B Que venuz est. — 3742 A B i vint... aïtant, D p. s’est m., C Com il. — 3743 A B Lez Aymeri. — 3744 A B Quant il se lieve. — 3745 A B De verai cuer. — 3746 A B sont et si home et sa jent. — 3747 A B Qu’il firent duel, D Si grant d. — 3748 C Li quens torna. — 3751 A B Si s’est. — 3753 A B C Et li ange. — 3754 omis dans C, D Si l’e. — 3755 A joie.
  124. CXXV. — 3758 C D Garins li dus jentils. — 3759 C D Quant li frere autre. — 3760 A B Tel duel demainent, C en ont. — 3762 A B Aler ne porent. — 3763 C Que t. — 3764 D pour rien e. — 3765 A B Or fu d. — 3766 C D s’est pris. — 3770 A tendra, C D Ne tendrez mès. — 3773 C cil l’o., D entendent. — 3774 C Lor o. — 3775 A B Qu’en retentissent, C li mont et li l. — 3777 A B Qui la v. — 3778 A B Lui et G. — 3780 A B et gentis, C D Li quens A. — 3782 C D encor en ert sesis, D Mès se Deu p. — 3783 A B en va. — 3786 A B Lors conmença. — 3787 A B li ruistes, D molt ruiste li c. — 3789 A B et des Franc. — 3790 B Et la pucele, C A La pucele. — 3792 A B vint. — 3793 D Tendrement plore. — 3794 A B nos somes, B Gentil pucele. — 3795 C granz noises et granz criz. — 3796 C D Se e, A B des d. — 3797 A B Nous alissions. — 3798 A B des mortex e. — 3799 A B ici en ch. — 3800 A B dist ele. — 3803 omis dans A B. — 3805 A B dona a J. — 3806 A B Et des a. chascun le sien a pris, C Et li a., D ra c. — 3807 A B Or s. — 3808 A Qui estoient, D Car tuit e. — 3809 A B se sont a force mis. — 3810 A B Et en l’e. si fierent ademis, D maintenant m. — 3812 A B li b. li c. et li m., C si duc et si m. — 3813 A B li chevalier de p. — 3817 A B au bon roi L. — 3819 A B poestis, C Puis s’aprocha, D Li gloz s’aproche. — 3820 A B est b., C forbiz. — 3821 A B A si feru le roi de Saint Denis. — 3822 A B Qu’il li cope le cercle sor le v., C Que lo cercle li c. — 3823 C Mès ne l’avoit, D Mès ne l’a pas. — 3824 A B Mès maintenant. — 3826 C ses jenz, A D vindrent. — 3829 C a f.
  125. CXXVI. — 3832 D Que... tenu, C la ch. — 3833 C Com... vit. — 3834 A B De sa grant h. a itant cop f. — 3835 C D Morz est a fin qui il a conseü. — 3836 C coru. — 3838 A B le hiaume. — 3841 omis dans A B. — 3842 D furent molt. — 3843 A B ainsi vaincu. — 3844 A B felon m. — 3845 C qui n’i ont atendu. — 3846 A B a force et a vertu. — 3847 A B Apres ax vont. — 3848 C Cil qui ainz ainz. — 3849-9 omis dans B. — 3849 C consivent, A est. — 3850 A ne jones ne chenuz. — 3851 A B virent... vaincu. — 3852 A l’oisel, C li oisiax a glu. — 3854 D malostru. — 3855 omis dans A B. — 3856 omis dans D. — 3857 A B M. l’eure. — 3859 A B Car... siecle n. — 3860 D Tel duel et si grant p.
  126. CXXVII. — 3862 A B garnie. — 3863 C ajostée, D S’ont ajosté. — 3867 A B Tel dolor moinent. — 3869 D s’esgramie. — 3872 C qui l’avoit. — 3873 A B Cl. a e. — 3876 A B ainz que p. la v., C qu’il p. — 3878 A B Ont C. — 3879 D Et ses conpangnes. — 3881 B Et puis r., A C Si remestrent. — 3882 C Estoré ont et f. — 3883 A B fenie. — 3884 A B grant ancisserie, C de grande s., D Moines i mistrent. — 3885 C Qui prierent. — 3886 A B ont p. la vie. — 3888 A B enfouy.
  127. CXXVIII. — 3892 A B chancel. — 3893 A B font. — 3894 A B li cuivert s. — 3899 A B si grant, C dolor grant. — 3900 A B pasmerent li ch., C pasma. — 3902 A B Ne le c., D me c. — 3904 C graindre d. — 3908 A B d’un molt bon o., C enoistrent. — 3909 A B couvert molt richement, B noblement. — 3911 D Car a. — 3913 C rois celestre poissant, A B pere omnipotent. — 3915 A B Du vaillant conte, C Del franc c. — 3916 A B El avra bien. — 3917 A B Se ele ne c. morte, C ne s’acore.
  128. CXXIX. — 3922 C a garder. — 3923 C En sa terre. — 3924 D au cler vis. — 3927 A B C Si l’enmoine, B enmena. — 3929 A B lonc l. — 3930 C De Tabarie. — 3932 omis dans C, D Car m. — 3933 C Lo h. — 3934 A B li franc c. — 3938 omis dans C. — 3941 C nel fet. — 3942 C hardis... grainz et m. — 3943 A B voient.
  129. CXXX. — 3945 omis dans A B, C A Nerbone. Tout le reste du poème manque dans D par suite de la perte du dernier feuillet. — 3948 C Qui la soloit de g. — 3949 A B seult fere l’e. — 3950 A B male b. — 3952 C Tuit fremissent. — 3955 C chevalier. — 3958 C fist. — 3960 C en alerent. — 3961 C tant cortois c. — 3965 C Cele beste. — 3966 A B Si se commence. — 3967 A B ardent a l. — 3968 C Cil lo voient. — 3969-71 omis dans C. — 3973 A B les e. — 3975 A B Il jure D. — 3978 A B si brocha. — 3979 A B ala vers l’a. — 3980 C En la g. — 3982 C se fet a. — 3984 A B i corurent.
  130. CXXXI. — 3987 A B C A merveille, A B regardée. — 3988 A B pas li b. — 3989 B porent, A Ainz que il porent. — 3990 C A N. — 3993 C alé. — 3995 A B honorée. — 3997 C tenpestée. — 3998 A B issi. — 4001 B sa c. — 4002 B d’estrée. — 4002-3 omis dans C. — 4004 A B la colour a m. — 4005 A B Si grant d... cors e. — 4006 A B de la dolor p. — 4007 A B Hé Dex ! dist ele. — 4009 A B grande r. — 4010 C ne f. — 4015 A B tant fu. — 4019 A B Et quant el ot la n. — 4020 A B issi a. — 4022 A B i ont dolor m. — 4023 A B Dame H. quant oï la criée. — 4024-5 omis dans A B. — 4026 A B parler tant par fu a. — 4027 A B est cheüe p., C En la s. — 4029 A B En la c., C En sa c. — 4030 B soit outrée, C que l’ame en soit alée. — 4032 A N’i ot c., A B Il n’i ot c. — 4033 A B honorée. — 4034 A B ont ensemble p. — 4035 C gardée. — 4037 A B Tante r. — 4038 A B Et tant p. tort. et tante cimple t. — 4039 A B A dolor. — 4040 A B Onc ne t. — 4041 C Mès par Nerbone ont. — 4042 C haute glise.
  131. CXXXII. — 4044 omis dans C. — 4045 C La ajostent. — 4046 omis dans C. — 4050 A B cri non. — 4051 A B Et cil b. escrient. — 4053-4 omis dans C. — 4053 A B et hons de g. — 4056 A B Mis a c. r. en grant destrucion. — 4061 A B Se nos i truevent li Sarrazin f.
  132. CXXXIII. — 4065 A B tel duel. — 4066 A B Qu’en n’i oïst pas D. — 4068 C Gartent lo c. Aym. lo ferrant ; B ajoute : Borjois et dame dont il y avoit tant | Entor le cors mainent .i. duel si grant | Nel vos diroit nus jougleres qui chant. — 4070 A En sa c., B menant, C fet un duel si pesant. — 4071 omis dans B. — 4072 B ajoute : Pleure et soupire et se va dementant ; | Lasse chetive se vait souvent clamant ; | Ses poinz destort, ses cheveux va tirant. | Que vous diroie ? Ytel duel vait faisant | Que nel diroit nus homs tant soit sachant. — 4073 A B Ne la lessoient. — 4074 A B en avant. — 4075 A B vaillant. — 4077 A B Quand el le voit. — 4078 omis dans C. — 4082 A B Or me rendez. — 4083-6 omis dans C. — 4088 A B Je dirai ja voirs a mon e. — 4089 C Que vendu sont a la paiene jent. — 4090 C Com il l’oent, A B de pitié ; B ajoute : Et de dolor se pament li auquant. — 4092 C Et conforta ; A B ajoutent : Et chevalier, escuier et serjant. — 4093 C P. alerent. — 4094 C Et la messe font c. h. — 4095 B ensement. — 4096 omis dans B C. — 4097 A Ce j.
  133. CXXXIV. — 4102-3 omis dans C. — 4106 omis dans C. — 4109 A B Ne fu tel duel por un home mené. — 4110-12 omis dans C. — 4113 A B menbré. — 4116 A B onc p. — 4118 A B Et v. s. et v. — 4119 A B par home raconté. — 4120-23 omis dans C. — 4126 A B Parmi F. — 4127 A B ja n’en... trestorné. — 4133 A B corage aduré. — 4134 A B dolour mené. — 4136 A B Ainc puis. — 4137 A B si s. — 4139 B tel d. — 4141 A B icil, C Grant duel firent t.
  134. CXXXV. — 4144 A B la contrée remplie. — 4145 A B perdue ; A B ajoutent : Et Hermanjarz la dame seignorie. — 4146 A B acomplie. — 4151 C Mès il en lesse une grande partie. — 4152 C Que ocis ont la pute jent haïe ; et ajoute : Guiberz li rois qui tant ot seignorie | A Andrenas a sa voie acueillie | O lui mena la soe compaignie | Molt en i a qui ont perdu la vie. — 4153 C Et G. — 4154 C la f., A B antie. — 4155 omis dans C. — 4157 C Hernaut et Bueves ne s’atargierent mie | Chascun rala en sa terre garnie. — 4165 A B a la chiere hardie ; et ajoutent : Icil en ot tote la seignorie. — 4166 C Aym. en. — 4168 A B Onc de nul p... fu o. — 4171 B Qu’o lui en sont les ames en c., B refait ensuite un couplet de transition pour relier la Mort Aymeri avec la 2e partie du Moniage Renouart. — 4173 A iceus q.