Ouvrir le menu principal

Chez la veuve Girouard (Tome 4p. 197-204).

LETTRE LXIV.


Le président de Blamont à Dolbourg.

Paris, ce 29 Mars.


Il faut que je te voie,… le croiras-tu ? Cette Augustine,… elle tremble au moment d’agir… Ne dirait-on pas qu’on exige d’elle des choses extraordinaires ?… Je lui croyais de l’esprit,… elle n’en a pas,… c’est une imbécile… On a bien raison de dire, que quand il s’agit de grandes choses, il ne faut se confier qu’à de grandes têtes : elle voudrait que je vinsse à Vertfeuille,… elle agirait, dit-elle, en ma présence, avec plus de courage… La sotte créature ! tu sens, comme moi la nécessité de remettre ce faible esprit. Il faut que tu me donnes à souper avec elle, dans ta petite maison du fauxbourg, pas plus tard que demain au soir, puisqu’on part le jour d’après, et là nous triompherons, j’espère, de ses sots scrupules. J’ai quelquefois vu la tête étroite d’une femme, avoir besoin d’être allumée par le tempérament, pour l’exécution de ces sortes de choses. Il est inoui ce qu’on obtient d’elles dans ces momens d’ivresse, leur ame plus près de l’etat de méchanceté pour lequel les a créés la nature, accepte alors plus facilement toutes les horreurs qu’on peut avoir besoin de leur proposer. Je conçois bien que ni toi, ni moi n’irons nous charger de cette besogne de crocheteurs : nos principes en volupté, nos âges, notre manière d’être, en un mot, tout cela ne s’arrange pas avec les exigéances outrées d’une fille de dix-huit ans à laquelle il faut tourner la tête… Mais j’ai un valet-de-chambre unique pour ces sortes de joutes… Il agira sur le physique sans se douter de rien, et nous,… la recevant de sa main toute embrâsée, nous travaillerons alors le moral avec fruit.

Il n’y a rien de pis que ces sortes d’occilliations ; voilà pourtant à quoi il faut s’attendre, toutes les fois qu’on emploie le sexe en pareil cas. Naturellement timide, l’esprit chez lui n’est jamais que le résultat des syncopes du cœur ? Il y a bien longtemps que je dis que les femmes ne sont bonnes qu’au lit, et encore,… hors de-là il ne faut y compter pour rien. — Fausses ou faibles, perfides ou nonchalantes, si malheureusement on les charge d’un projet,… elles le font avorter par mollesse, ou le trahissent par méchanceté ; et c’est sûrement d’elles que Machiavel a dit, ou qu’il ne fallait jamais les avoir pour complices, ou qu’il était urgent de s’en défaire aussi-tôt qu’elles avaient agi[1]. Je suis désolé que nous n’ayons pas chargé de la besogne ce vieux coquin d’aumônier qui m’a servi pendant trois ans… Entreprenant,… fourbe,… adroit,… hippocrite,… il aurait mis dans l’opération autant de vigueur que de fausseté. Je n’ai jamais rien vu de sûrs, comme les principes de ce drôle-là. Je dois à lui seul plus d’aventures qu’il n’en faudrait à moi juge,… pour envoyer trente coquins à l’échafaud : tu le sais, mon cher, grande différence chez nous, entre ce que nous sommes obligés de défendre, et ce que nous nous amusons à faire. Cette équité dont nous nous parons, n’est plus au feu de nos bouillans transports, que comme la cire aux brûlans rayons du soleil ; mais il n’en faut pas moins blâmer ce que nous adoptons, punir ce que nous chérissons ; ce n’est qu’en affichant avec scrupule cette rigidité de mœurs pour autrui, que nous parvenons à couvrir avec art, toute la dépravation des nôtres. Dans le fait il ne s’agit que d’en imposer, dès que nous ne le pouvons par nos vertus, que ce soit au moins par nos rigueurs.

Je suis désespéré qu’on ait manqué ce Valcour… des coquins, bien adroits pourtant, capables de mille autres gentillesses,… que je faisais absoudre aux conditions de celle-là… Les imbéciles !… quoi qu’il en soit, nous en voilà débarassé, il aura eu une peur effroyable, et n’osera sûrement plus reparaître avant que tout ceci ne soit décidé. Je ne te verrai point ce soir ;… c’est le jour destiné aux adieux de l’hymen, et tu sens bien pourquoi je veux qu’ils soient tendres… Quand on se quitte,… pour un certain temps,… c’est une plaisante idée que celle-là ! j’ai été ravi de la concevoir. — On est quelquefois bien aise de tâter jusqu’où peut aller son ame ; tu n’imaginerais pas comme je suis content de la mienne, je n’y sens plus,… sur tout ceci,… qu’une sorte d’émotion qui pourrait bien n’être pas sans plaisir… La drôle de chose que l’analyse du cœur humain ; je suis parfaitement sûr à présent, qu’on en fait tout ce qu’on veut ; facile à recevoir les impressions de la tête, il n’adopte bientôt plus que ses mouvemens, et l’on se gangrenne ainsi voluptueusement d’un bout à l’autre, sans que rien s’oppose à la circulation du venin.

Pressons-nous,… je te le dis,… tous les retards pourraient nous devenir funestes : je me méfie de la présidente, et malgré les clauses signées, je gagerais qu’elle agit sous main avec son adorable protecteur,… ce charmant comte,… Il prétendait m’étourdir l’autre jour. Rien ne m’amuse comme ces êtres débonnaires qui croient en imposer à des scélérats de profession, comme nous. À les entendre, l’ascendant de la vertu nous écrase ; mais si cette vertu est une chimère, si nous ne la voyons jamais que comme telle, le choc alors n’est plus très-dangéreux.

Adieu, tendre et délicat époux ! il me semble te voir déjà dans les bras de l’hymen, ravissant des baisers,… peut-être inondés de larmes, les premiers jours, mais qui, bientôt séchés par l’ardeur de ta flamme, perdront sous le délire des tiens, toute l’âcreté de la résistance.

Mais point de jalousie, je t’en conjure, il faut renoncer à cette extravagance, qui nous empêchait autrefois de mêler nos plaisirs comme nos maîtresses. Souviens-toi qu’une des clauses du contrat est, que je prête sans céder… Tu me dois bien au moins cela pour les soins que je mets depuis si long-temps à l’accomplissement de tes désirs. Tu n’imagines pas, mon ami, l’envie que j’ai de posséder cette chère Aline : je lui crois des détails d’un piquant ;… qu’elle doit être délicieuse à saisir dans les pleurs… Sophie était bien, mais Aline,… et puis nous n’irons jamais aussi loin avec celle-ci qu’avec l’autre… Il est une sorte de ménagement qu’on doit à la vertu,… au sang… Cependant ne jurons de rien, car les effets de l’égarement dans des têtes comme les nôtres, sont, tu le sais, incalculables.



Fin de la septième partie.

  1. Le président arrange ici pour les femmes seulement, une opinion abominable, avancée dans le Prince de Machiavel, généralement pour tous les complices.