Ouvrir le menu principal

Anonyme
Texte établi par Jacques Normand et Gaston Raynaud (p. 1-321).

AIOL.
Ichi commenche li droite estoire d’Aiol et de Mirabel, sa feme, ensi con vous orés el livre.

(f. 96)Signor, or escoutés, que Dieus vos soit amis
Li rois de sainte gloire qui en la crois fu mis,
Qui le ciel et le tere et le mont establi
Et Adan et Evain forma et benei !
5Canchon de fiere estoire plairoit vos a oir ?
Laissiés le noise ester, si vos traiés vers mi.
Cil novel jougleor en sont mal escarni :
Por les fables qu’il dient ont tout mis en obli ;
La plus veraie estoire ont laisiet et guerpi :
10Je vos en dirai une qui bien fait a cierir.
A tesmoig en trairoie maint franc home gentil
Et maint duc et maint conte et maint riche marchis.
N’est pas a droit joglere qui ne set ices dis,
Ne doit devant haut home ne aler ne venir ;
15Teus en quide savoir qui en set molt petit,
Mais je vos en dirai qui de lonc l’ai apris.
Il ot en douce France un boin roi Loeys,
Si fu fieus Karlemaigne qui tant resné conquist,
Qui de tant riche roi la corone abati ;
20Il ot une seror, ainc tant bele ne vi :
S’avoit a non Avisse al gent cors signori,
Il n’ot tant bele dame en .lx. pais.
Il plot a Dameldieu qui onques ne menti
Que mors fut Karlemaignes et a Ais enfouis.
25A Loeys re(s)mest li tere et li pais.
Li traitor de France l’ont de guere entrepris :
(b)Loeys ne set mie u se puisse vertir,

N’en quel de ses chastieus il se puisse garir
Enfressi que al jor que vos poés oir
30Que il sa serour done a un conte gentil :
Il ot a non Elies, molt fu preus et ardis,
Ainc mieudre chevaliers nen ot auberc vesti(s) ;
Quant il ot espousee la seror Loeys,
Son droiturier signor par qui il ert cheris,
35Les traitors de France par armes acoilli
La ou il les pot prendre, ainc raençon n’en prist
Ne avoir ne loier onques n’en requelli :
Del prendre et de l’ochire estoit cascun[s] tous fis,
Et con plus ert haus hom, plus grant justice en fist ;
40Ainc n’espargna le grant nie[n]t plus que le petit.
Ançois que li ans fust passés ne acomplis,
Ot il si bien le roi aquité son pais
Que il n’avoit nul home qui guerre li fesist.
Loeys li fieus Karle mal gueredon l’en fist :
45Il li toli sa tere et chou qu’il dut tenir,
Et le cacha de Franche a paine et a essil
Par le conseil Makaire, que ja Dieus nen ait,
Un mavais losengier, un quiver de put lin.
Es landes de Bordele s’en est li dus fuis,
50Puis furent tel .vii. an(s) c’onques ne but de vin ;
Moysès, uns hermites, le porcacha et quist,
Par dalés sa capele .i. abitacle fist.
La dame estoit enchainte quant ors de France issi :
Quant vint en l’ermitage, si delivra d’un fil,
55Issi con Dieu[s] le vaut et lui vint a plaisir.
Onques nus plus biaus enfes de mere ne nasqui,
Sel leva li hermites et crestian en fist,
Bapteme li dona en son moustier petit,
N’avoit home ne feme ne vale[t] entor l(u)i
60U peust prendre non que donner li poist ;
Mais ore m’entendés comment il li avint.
Tant avoit savagine [en ic]el bois foilli,

(c)Culevres et serpens et grans aieils furnis ;
Par de jouste l’enfant .i. grant aiant coisi,
65Une beste savage dont vos avés oi
Que tout partout redoutent li grant et li petit,
Et por icele beste que li sains hon coisi
L’apela [il] Aioul : ce trovons en escrit.
Puis fu il chevaliers coragous et ardis,
70Et si rendi son pere tout quite son pais,
Et Dameldieu de gloire de si boin ceur servi.
Quant vi(e)nt après sa mort, que en fiertre fu mis :
Encor(e) gist a Provin, si con dist li escris.

II[2]

Signor, or escoutés, que Dieus grant bien vos face,
75Li [sire] glorieus, li pere esperitable
Qui le ciel et le tere a trestout en sa garde !
Oiés boine canchon de mervellos barnage ;
Bien avés oi dire et as uns et as autres
Que .xiiii. ans estut Elies el boscage
80Courechous et dolans et povres et malades,
Qu’il ne pooit lever a Noel ne as Pasques,
Al jor de Pentecouste ne as festes plus hautes,
N’onques ne pot vestir ne cemise ne braies.
Sa mouiller le gentil molt doucement le garde ;
85Moisès li hermites le porquiert et porcache.
Par dalés son moustier li fist .i. abitacle :
D’une part fu li dus et sa mollier de l’autre.
Et Aious en la tierche, Moisès en la quarte ;
Ses cevaus Marcegai [si] estoit en une autre,
90Ses aubers en la quinte, en la siste sa targe.
Sa lance fu si longe ne pot en l’abitacle,
Ains remest par dehors al vent et a l’orage ;
Mais quant Elies vi(e)nt premiers en l’ermitage,
Dolant fu de sa lance qui ne pot estre save :
95A l’espee trenchant dont li branc [d’]achier taille
En recaupa li ber .iii. piés et une paume,

Tant qu[e] ele pot bien entrer en l’abitacle.
Quant il en ot osté et recaupé grant mase
(d)Ne trovast on en France issi longe d’un[e] aune.
100Sovent pleure li dus, plaint et soupire a larmes,
Regrete douce France, ses castiaus et ses marces :
« Mal fesis, Loeys, biaus serouges, fieus Charle(s),
« Qui me cachas de France et acointas Makaire :
« Jamais n’ert nus seus jors que [jou molt] ne t’en hace.
105« Ahi ! biaus fieus Aious ! de vos ne sai que face !
« Por manoir en ces bos ne serés jamais sages,
« Tous i deve[n]rés sos, enfantieus et savages.
« Ne voi qui vous aprenge del ceval ne des armes ;
« Mais pleust ore a Dieu, l[e pere] esperitable,
110« Que vos fuissiés en France, a Paris u a Chartres,
« S’eussiés mon ceval et trestoutes mes armes :
« Encor(e) vos aid[e]roit Dieus l[i] esperitable[s] !
— Sire, » che dist Aious, « ne sai [por vous] que fache,
« Car si vos voi destroit, angoisous et malade(s) :
115« Sel vos oisaise quere volentiers i alaise.
« Esgardés de ma dame con ele pleure a larmes ;
« Car li proiés, biaus sire, que si grant deul ne face.

« Por amor Dieu le pere esperitable,
« Se m’en donés congiet prendrai vos armes ;
120« Si m’en (a)irai en France querre vos marces.
— Biaus fieus, » ce dist Elies, « Dieus bien te face !
« Encor(e) me puisses rendre mon iretage !

III[3]

« Bele seur, douce amie, » ce dist Elies,
« Nous somes nut et povre, n’avons dont vivre ;
125« Nous fussiens piecha mort ne fust l’ermites.
« Voist Aiols a Orliens, la cit garnie,
« Al fort roi Loeys qui est nos sires :
« S’avenoit que bataille eust furnie,
« Et Dieus li donoit faire cevalerie,
130« Se l’ameroit li rois et la roine.

— Sire, » che dist la dame, « chou por coi dites ?
« Mes enfes est si jovenes n’a point de vides :
« Molt tost le torneront Franc a folie ;
« Se je perc mon enfant iere caitive :
135(f. 97)« C’est tous mes recovriers, ma joie fine.

IV[4]

— Bele seur, douce amie, » ce dist li ber,
« Ne deshaitiés l’enfant ne ne cosés :
« Mais nous li prions ore par sa bonté
« Qu’il alt en douche France al roi parler.
140« S’il venoit en bataille ne al jouster,
« Molt tost le poroit Dieus amenistrer
« Qu’il seroit a la cor des mieus amés.
— Sire, » che dist la dame, « merchi por Dé :
« Mes enfes est si jovenes, s’a poi d’aé,
145« Que il ne set encore querre .i. ostel
« Ne a un gentil home ne set parler.
« François sont orgellous demesuré :
« Laidengier le vauront et ranproner :
« Il nel poroit soufrir ne endurer ;
150« Tost respondroit folie, car petit set ;
« Si l’aroient li Franc tost afolet,
« Je remanroie lasse, mon ceur iré,
« Jamais n’aroie joie en mon aé ;
« Ne li ai que doner qu’il puist porter. »
155Quant l’entendi Aiols, s’en rist li ber :
« Taisiés, » fist il, « ma dame, plus n’en parlés :
« Mal dehait qui laira por povreté
« Que jou ne voise en France al roi parler !
« Se vos n’avés avoir, Dieus a assés,
160« Qui del sien me donra a grant plenté. »
Quant Elies l’entent, s’en rist li ber :
« Or en irés, biaus fieus, al congiet Dé :
« Jhesus vos i laist faire par sa bonté
« Dont li rois mieus vous aint et son barné.

165« As eskiés ne as tables, fieus, ne jués :
« Celui tient on a sot qui plus en set,
« Car se li uns les aime, l’autre les het,
« Lors commenche grant guerre sans nul catel.
« N’aiés cure d’autrui feme enamer,
170« Car chou est un pechiés que Dex moult het,
(b)« Et se ele vos aime, laisiele ester.
« Si vos gardés molt bien de l’enivrer,
« Et sachiés bien qu’ivreche est grant vieutés.
« Se vous veés preudome, si le servés,
175« Se vous seés en bant, si vous levés ;
« Les grans et les petis tous honorés ;
« Gardé[s] que nul povre hom[e] vos ne gabés ;
« Ançois i poriés perdre que conquester.
— Ce ferai jou, biaus pere, » che dist li ber.

180« Or en irés en France, biaus fieus Aiols ;
« Si porterés mes armes et mes adous ;
« S’en menrés Marchegai ensamble o vous.
« Quant vos venrés, biaus fiex, a le roi court,
« Assés i troverés dus et contours,
185« Vesques et archevesques et vavasours :
« Povre serés et nus et besongous,
« Et desgarnis de dras et soufraitous :
« Mais il n’i ara certes plus franc de vous,
« Car vos estes li niés l’enperreour,
190« Je[l] sai bien a fiance, fiex sa serour.
« Celés vostre corage tout a estrous,
« Tant c’aiés fait bataille et grans estours,
« Et guerres afinees voiant aus tous.
« Quant li rois le sara si arés prous.
195— Si ferai jou, biaus sire, » che dist Aious.

VI[6]

« Biaus fiex, » che dist Elie[s], « entendés moi.
« Je vos castierai : faire le doi ;

« Si vos donrai conseil par boine foi :
« Vos en irés en Franche servir le roi.
200« Tel dame a en Orliens, s’ele vivoit,
« Qui vos feroit aie se vous veoit :
« Ele est seur vostre mere, si aroit droit.
« Celés vostre corage tout a estroit
« Tant c’aiés fait bataille et grant tornoi,
205« Et guerres afinees voiant François :
« Vous i arés grant preu, sel set li rois.

VII[7]

(c)« Or en irés en France, » che dist Elie[s] :
« Je vos commanc a Dieu le fil Marie,
« Qui le ciel et le tere a establie.
210« Quant vous venrés en France le signorie,
« Gardez vos de Makaire, Dieus le maudie !
« Le sien acoi[n]tement ne tenés mie,
« Car quivers est et fel et plains d’envie :
« Il me cacha de France par felonie.
215« Traiés as boins osteus d’anchiserie ;
« Mangiés a grant plenté par signorie,
« Ne bevés mie trop de vin sor lie,
« Car nel tient on a sage, coi que nus die :
« Ains en est asottés qu’il soit complie.

VIII[8]

220« Or en irés en France, a Dieu congié :
« S’en menrés Marchegai, mon boin destrier.
« Par le foit que vos doi vostre bel cief,
« Il n’en a nul millor en nul resnié :
« Mais il est mal gardés, mal porsoingié[s] ;
225« Li chevaus est molt maigres et deshaitié[s]
« Et si est defferés de[s] .iiii. piés.
« Mais pensés del ceval c’ait a me[n]gier :
« Del feure et de l’avaine ne soit dangier.
« Ja ne venrés, biaux fiex, .i. mois entier
230« Que trestous ciaus de France porés gaingier :

« Por une liewe core et eslaissier,
« Ne l’esteut d’esperon .iii. fois touchier.
« Gardés ne le vendés ne engagiés :
« Tost samblera plus biaus c’autres nen iert.
235« Ma lanche s’est molt torte, mes escus viés,
« Et mes haubers ne fu piecha froiés,
« Ne mes elmes forbis ne esclairiés.
« Povrement en irés a ce premier,
« Que ne menrés sergant ne escuier ;
240« .iiii. saus porterés, fieus, de deniers
« Ceus ferés a vostre oste sempre cangier :
« S’arés de Colongois .v. saus u mieus.
(d)« L’ostes ert senecaus et despensiers ;
« Vous serés larges ber, boin[s] vivendiers,
245« Autressi con .c. mars [vous] eussiés.
« Fiex, quant iceus fauront, Dex est es cieus,
« Li rois de sainte gloire, li droituriers,
« Qui vous envoiera que mestiers iert. »
Quant l’entendi Aiols, moult en fu liés
250Qu’il s’oi a son pere si castoier.
Trestoutes ses parolles retient il bien ;
En son ceur les frema et mist el brief.
E Dieus ! eles li orent puis tel mestier !

IX[9]

Signor, che savés vous que c’est vertés :
255Li oiseus deboinaires del bos ramé(s),
Il meismes s’afaite, bien le savés :
Autresi fait el bos Aiols li bers ;
Les consaus de son pere mist si en grés,
Il n’ot valet en France mieus dotriné(s),
260Ne mieus a .i. preudome seust parler.
Del ceval et des armes seut il assés,
Si vos dirai comment, se vous volés :
Car ses peres l’ot fait sovent monter
Par la dedens le bos ens en .i. pré

265Et le boin ceval core et trestorner,
De dit et de parolle l’en a moustré,
Aiols le retient bien comme senés ;
Et des cours des estoiles, del remuer,
Del refait de la lune, del rafermer,
270De chou par savoit il quanqu’il en ert :
Avise la ducoise l’en ot moustré ;
Il n’ot plus sage feme en .x. chités.
Et Moisès l’ermite l’ot doctriné,
De letres de gramaire l’ot escolé :
275Bien savoit Aiols lire et enbriever,
Et latin et romans savoit parler,
Ne en tere u il sache ja tant esrer.
Il apela son pere par amisté :
(f. 98)« Sire, por amor Dieu or m’entendés.
280« Vos m’envoiés en France por conquester :
« Au fort roi Loeys irai parler ;
« Si n’ai apris mes armes a porter,
« Quant onques encore home ne vi joster
« Vers autre chevalier qui fut armé[s] :
285« Sire, por amor Dieu, m’en aprendés
« De dit et de parolle, se vos savés,
« Se je sui en bataille n’en camp entrés,
« Et chevalier[s] me vient por agrever,
« Comment le porai jou mieus adamer ?
290— Biaus fieus, » che dist Elie[s], « molt estes ber,
« Cortois et preus et sages et porpensés.
« Certes chou est grant sens que demandés,
« N’en devés de nul home estre blamés,
« Et je vos en dira la verité :
295« Bien brochiés le destrier par les costés,
« Et baisiés vostre espiel, si le branlés,
« Tant com ceval[s] peut rendre vers lui venés,
« Grant cop sor son escu se li donés
« Que lui et le ceval acraventés,

300« Al recerqier des rens sovent tornés,
« Monjoie le Karlon haut escriés,
« Et sovent et menu grans cos ferés.
« Par che serés cremus et redoutés ;
« Autretel fist vos peres que chi veés.
305 — Sire, » che dit Aiols, « c’est verités :
« Bien conoi que c’est voir que dit avés.
« Or vous plevi ge bien ma loiauté(s),
« Ne ferai couardie en mon aé,
« Ne felonie, traison porpenser,
310« Ne ja a mon linage n’iert reprové
« C’on i truisse boisdie ne lasquetés.
— E dieus ! » che dist Elie[s], « molt par es ber !
« Bien sai qu’encore arai mes iretés
« Par mon enfant Aiol(s) c’ai engenré.
315(b)— Ch’arés mon, » dist Aiols, « vos les rarés,
« De chou soiés vos tous raseurés :
« Se Dieus me maine en France a saveté
« Que al roi Loeys puisse parler,
« Ançois que vos voiés (tout) cest an passer,
320« Les vos voil toutes rendre et aquiter. »
Quant Elies l’entent, liés fu li ber.

« Or en irés en Franche, Aiols, fiex gens ;
« Je vos commanc a Dieu omnipotent
« Qui fist et mer et ciel et tere et vent,
325« Qui de mort vos deffenge et de torment !
« Biaus fieus, or soiés sages et de cler sens
« Et se retenés bien castiement.
« De Dieu(s) de sainte gloire, fiex, te deffenc,
« La ou(ques) tu le saras en ton vivent,
330« Ne pren a mavais home acointement :
« Tost en aroies honte, mien ensient.
« Un neveu ai en France qu’es[t] tes parens,
« Il est fiex ma seror dame Hersent :

« S’a [a] non Gilebers o le cors gent,
335« Si guerroie le roi u France apent :
« Tout chou fait il pour moi, dont est dolent
« Que il me taut me tere, mon casement.
« Biaus fieus, alés a lui premierement ;
« Se il vos conissoit par nesun sens
340« Il ne vos fauroit ja, mien ensient.
— Sire, » che dist Aiols, « c’est por noiant :
« Ains irai a mon oncle u France apent,
« De lui terai me tere, mon casement ;
« Je ne querrai ja autre en mon vivent
345« Jusques j’orai de lui le covenent,
« Car chou est li plus riches de mes parens. »
Quant l’entendi Elies, molt fu joians :
« Biaus fiex, molt m’enmervel u tu chou prens,
« Dont te vient cis memoires et chis grans sens.
350— Lasse ! » che dist Avisse o le cors gent,
(c)« Certes c’est grant mervelle que ne me fent
« Li ceurs que j’ai el ventre tout esranment,
« Quant or s’en va mes enfes si povrement
« Qu’il nen a chieres armes et garniment :
355« Ja ne venra en tere n[e] entre gent
« Qu’il ne soit escarnis molt laidement.
— Dame, » che dist Elies, « c’est por nient,
« Que vous vous desmentés si faitement
« Encore en arés joie, mien ensient :
« Anuit songai .i. songe molt avenent
360« Dont li ceurs me va molt esbaudissant.
« La u Aiols aloit, vos fiex li frans,
« Li bos et les gaudines, les forès grans
« Aloient contre lui tout aclinant ;
« Ors, lion (s) et lupart, sengler, serpent,
365« Devant lui se coucoient en chemin grant ;
« A lor langues aloient ses piés lechant,
« Et Aiols les prendoit as mains devant,

« Ses ploncoit en un[e] aigue et lee et grant ;
« Tout li oisel de France, mes iex v[o]iant,
370« Venoient contre lui a piet esrant
« Que il n’avoient eles ne tant ne quant ;
« Aiols lor rendoit plumes de maintenant,
« En peu d’eure les fist lié[s] et joians.
« Dont revenoit [uns] aigle[s] fors et poissans
375« Qui les autres oiseus va justichant ;
« A lui se compaingoient .ii. ostoir blanc,
« S’aloient en Espainge leus maintenant,
« Tout droit a Pampelune la chité grant :
« Li mur de la chité de la avant
380« Aloient contre lui tout aclinant ;
« La conquist une ymage Aiols li frans,
« Nus hon ne vit plus bele en son vivant,
« Qu’il amena en France le cemin grant :
« Al moustier Sainte Crois [s’en] vi(e)nt esrant.
385« Prestre, moigne, canoine [et] clerc lissant
(d)« L’ymage baptisierent de maintenant :
« Ençainte me sambla veraiement,
« Puis vi de li issir .ii. colons blans.
« Dont m’esvellai del songe, n’en sai avant.
390— Sire, » dist Moysés, li clers sachans,
« C’est [uns] boins qui vous vient si aprochant :
« J’ai hermites esté .xxxvi. ans :
« Si sai d’astrenomie le covenant ;
« Je vos dirai del songe par avenant,
395« Si que [jou] n’i faurai ne tant ne quant.
« La u Aiols aloit, vos fiex li frans,
« Li gaus et les gaudines, les forès grans
« Qui contre lui aloient tout enclinant,
« Che sera un[s] roiaumes plenier[s] et grans
400« Qui sous Aiol sera tous apendans ;
« Si avera corone el cief portans.
« Ors, lion et [lupart], saingler, (et) serpent

« Qui devant lui aloient le cemin grant
« Et vos fieus les plongoit en l’aigue grant,
405« Che seront Sarrasin, Turc et Persant
« Qui por lui querront Dieu omnipotent
« Et prendront baptestire veraiement.
« Tout li oisel de France petit et grant
« Qui contre lui venoient a pié esrant
410« Que il n’avoient eles ne tant ne quant,
« Aiols lor donoit plumes de maintenant,
« En peu d’eure les fist liés et joians,
« Che seront chevalier et boin sergant
« De la tere de France la de devant
415« Qui perdu ont lor tere, lor casement :
« Par Aiol les raront delivrement.
« Ce senefient, sire, li ostoir blanc
« Que prendront compaingie a vostre enfant :
« S’en iront en Espaigne tout droitement,
420« Dessi a Panpelune le chité grant.
« L’ymage que veistes, frans dus vaillans,
(f. 99)« Che ert une pucele molt avenant :
« Aiols l’ara a feme, vos fiex li frans ;
« Ele si ert ençainte de .ii. enfans
425« Qui d’Espaigne feront tout leur talent.
« Si li songes est voirs, qui pas ne ment,
« Encore seront (il) roi li doi enfant,
« Cascun[s] ara corone el cief portans.
— E Dieus ! » che dist Elies, « pere poissant,
430« Dame sainte Marie, qui vivra tant,
« Que jou aie tel joie de mon enfant ?
« Je ne querroie vivre plus en avant.
— Sire, » dist Moysès, li clers sachans,
« Ne vos [en] alés pas esmervellant ;
435« Vos estes jovenes hon, mien ensiant,
« Vous n’avés encor mie .xxxvi. ans :
« Tout chou porés veir et plus avant.

« Sire, » dist Moysès, li sains hermites,
« Je vos ai dit del songe la profesie ;
440« Que chou que il tesmoigne tout senefie :
« Encore ert vos fiex rois, n’i faura mie. »
Aiol son fil baisa li france Avisse
Et les iex et la bouche et la poitrine,
Et trestout en plourant li prist a dire :
445« Or en irés en Franche, fieus gentiex sire,
« Je vous commanc a Dieu le fil Marie
« Qui le chiel et la tere a establie
« Qu’il deffenge vo cors de vilenie.

XII[12]

— Filleul, » dist li hermites, « je te lairai.
450« Volentiers te fis(t) bien et te levai ;
« Je te mis non Aiol : si t’apelai
« Por amor de l’aiant c’o toi trovai ;
« Or te lairai veir s’onques t’amai :
« Quant jou estoi[e] jovenes, .i. brief portai :
455« Ne fu onques nus mieudres ne n’ert jamais,
« Li non de Jhesu Crist i sont tout vrai.
— Sire, » che dist Aiols, « trés bien le sai,
(b)« Car par mai[n]tes foi[e]s esgardei l’ai ;
« Dameldieu[s] le vos mire quant je l’arai.
460— Filleul, » dist li hermites, « jel te donrai. »

XIII[13]

Moysès prist le brief, se li dona ;
De sor le destre espaule li saila.
Aiols li fiex Elie se regarda,
Ançois qu’il [l’]ait ploié si l’esgarda,
465Bien et cortoisement se desresna :
« E Dieus ! » che dist li enfes, « quel brief chi a !
« Makaire[s] de Losane le comperra ;
« Se il m’atent a cop, le chief perdra !
« Mes honors et mes teres me rendera

XIV[14]

470— Filluel, » dist li hermites, « tu as le brief ;

« Il ne fu onques mieudres ne jamais n’iert.
« Tant con l’aras sor toi ne doute rien :
« Fus ne te peut ardoir n’eiwe noier.
— Sire, » che dist Aiols, « gardés ert bien. »
475Il apela son pere par amistié :
« Vous m’envoiés en France por ga[a]ignier,
« Al fort roi Loeys pour acointier.
« Bien savés que valès ne escuier[s]
« Ne doit aporter armes s’ert chevalier[s] :
480« Sire, por amor Dieu m’aparelliés !
« Quant je venrai al roi qui Franche tient
« Que ne soie entrepris por escuier. »
Quant l’entendi Elies, molt en fu liés :
« Biaus fiex, molt estes sages et afaitiés :
485« Les armes arés vos molt volentiers. »
Isnelement le fist aparellier :
El dos li ont vestu l’auberc doublier,
Et Avisse li lache l’elme ens el cief ;
Puis l’apela Elies par amistiés,
490Qu’il li vaudra ja çaindre le branc d’achier
Et doner la colee, s’ert chevalier[s].

« Or en irés en France, fiex, » dist li mere,
« Servir roi Loeys nostre enperere.
(c)« Jhesu vos i laist faire tele saudee
495« Dont li cors soit garis, (et) l(i)’ ame savee.
« Por Dieu n’obliés mie vostre chier pere
« Qui chi remaint (mait) malades en tel contree :
« Ne l’i regardera parens ne frere.
— Dame, » che dist Aiols, « Dex li saveres,
500« Qui fist et ciel et tere et mer betee,
« Garisse moi et vos et mon chier pere !
« Molt par fist grant pichié cil vostre frere
« Qui si vous a de France escaitivee.
« Mais se [je] puis venir en la contree

505« A bataille furnie ne ajoustee,
« Tant i fer[r]ai de puin et de l’espee,
« Enfressi c’a .i. an, ma douce mere,
« Vos quic avoir vo tere si aquitee,
« Qu’encore en esterés dame clamee.
510« Or en irai huimais, (car) l’aube est crevee. »
Il est venus al lit u gist ses peres,
Et Elies l’apele, çaint li l’espee
Qui tant estoit tranchant et longe et lee :
Moysès li hermites l’ot aportee,
515Qui .xv. ans tous entiers l’avoit gardee,
Sovent l’avoit forbie et ressuee
Qu’el ne fu enrunjie ne tre(s)salee ;
Et Elies li a al flanc seree ;
Mais la resne ert rompue et renoee.
520Elies a la paume amont levee :
Si en dona son fil une colee :
« Biaus fiex, » che dist li dus, « Dex li saveres
« Te doinst pris et barnage longe duree !
« Armes as tu molt boines, [et] molt m’agree.
525« La bronge c’as vestue est si seree
« Onques por caup de lance ne fu fausee ;
« Li elmes dont avés le teste armee
« Si m’a gari de mort en grant mellee :
« Ains ne fu enbarés por caup d’espee ;
530(d)« La vostre qu’avés çainte est si tempree
« Qu’il ni nule millor en .vii. contrees,
« Se Dex vos done avoir et grant saudee,
« Por Dieu n’obliés mie [la] vostre mere
« Qui chi remaint si seule et esgaree. »
535Li hermites s’en torne sans demoree :
En sa capele en entre qui est sacree,
Les armes Dameldieu a recovrees,
Si a l’enfant Aiol messe chantee :
Aiols trestout armés l’a escoutee ;

540En Marchegai monta quant fu finee,
Et pendi a son col sa targe lee,
Et prist se grosse lanche viese enfumee :
A Dameldieu commande et pere et mere.
La ot al departir tel doulousee,
545Por l’enfant est la dame .iii. fois pasmee.
Et Aiols s’en torna sans demoree,
Et trespasse les bos et les contrees,
Les puis et les montaignes et les valees ;
Or ira reconquere l’onor son pere
550Dont sa mere est a tort escaitivee :
Jamais n’avra repos s’ert aquitee
Et si l’avra en Franche ains ramenee ;
Mais il l’ara ançois molt dessiree
Et si l’ara ançois chier comperee.

XVI[16]

555Des or s’en va Aiols, s’a pris congié.
En un bos en entra grant et plenier ;
(f. 100)De .v. lieues plenieres n’avoit plaisié,
Ne vile, ne recet por herbergier
For[s] seul a l’ermitage c’avoit laisié ;
560Dameldieu reclama le vrai del ciel :
« Dameldieus, sire peres, voir[s] droituriers,
« Qui la mer et le mont as a jugier,
« Tu me garis de mort et d’encombrier ;
« J’ai men pere malade el bos laisié,
565« Peu m’a apris d’estor et ensaignié :
« Se je fuirai por home s’il me requier[t] ?
« Quant l’un[s] ne connoist l’autre et il li vient,
« Molt l’ai oi conter des chevaliers,
« Quant il sont bien armé sor les destriers,
570« Il brocent lor cevax qui molt vont bien ;
« Cascun[s] al miex qu’il peut l’autre requiert ;
« Grans cos s’en vont doner sans atargier,

« Qui ne ciet ne ne verse cil le fait bien,
« S’il ne brisent lor lances si sont irié :
575« Il jetent lor tronchons jus a lor piés,
« Puis traient les espees as brans d’achier ;
« Mervelleus cos se donent par mi les chiés.
« Dameldieu, sire pere, je n’en sai riens,
« Ne onques ne vi jouste de chevaliers
580« Ne cenbel ahastir ne commenchier. »
Dont broche Marchegai son boin destrier,
Et Marchegai li saut .xiiii. piés :
« E Dieus ! » ce dist Aiols, « or l’a je chier :
« Jamais jor de ma(i) vie nel quier cangier. »

XVII[17]

585Des or s’en va Aiols, l’enfes gentis,
Le sentier par le bos molt esmaris ;
Dameldieu reclama de paradis :
« Glorieus, » fet il, « [pere], qui me fessis,
« Et le ciel et le terre as a baillir,
590« Tu me garis de mort et de peril.
« Ainc ne vi chevalier autre ferir,
« Ne cenbel commenchier ne maintenir.
(b)« Ja Dameldieu ne plache qui le mont fist
« Que puisse entrer en France le Loeys
595« S’aie veu joster par devant mi
« Issi c’aucune cose en aie appris. »
E Dieus ! si ne fist il, che m’est avis,
Ne fuissent les proiere[s] q’Avisse fist
La soie vaillant mere al cors gentil,
600Et Elie ses peres en proie aussi
Jhesu de sainte gloire qui ne menti,
Senpre fust retenus u mors u pris,
Q’a l’issue del bos ens el chemin
Ot .iiii. chevaliers tout Sarrasin[s],
605Et vien[en]t de saudee, molt ont conquis,
Assés portent avoir et vair et gris,

Et argent et denier[s] et boin or fin.
De l’ost roi Mibrien furent parti,
Torné de Pampelune, le riche chit,
610Et cherkent les fourier[s] et les lairis,
Et furent dessendu en droit midi
Por lors cors aaisier et refroidir :
En l’ombre se couchierent d’un ramé pin ;
Lor escuier bohordent sor lor roncin[s],
615Les escus lor signor a lor caus mis
Por eus esbanoier par le lairis.
L’uns s’eslaisse vers l’autre, sel vait ferir,
Toute plaine sa lance jus l’abati,
Et cil resaut en piés, monte el roncin.
620Aiols les regarda qui del bos vint
Volentiers et de gré, et si s’en rist,
Et jure Dameldieu qui ne menti
Sil l’atendent a cop qu’il fera si.
Il broche Marchegai sor coi il sist :
625Li cevals le senti, si tressailli,
Des esperons a or tous en fremi,
Car molt avoit grant pieche [que] nes senti
Fors al premier eslais que el bos fist ;
(c)Il est issus del bos, vint el lairis,
630Galopant vait vers aus tou[t] le cemin.
Li escuyer l’esgardent, si l’ont coisi,
L’uns s’eslaisse vers l’autre tous aati[s],
Grant cop li vait doner sor l’escu bis :
Mais tant est fors et durs ne l’a maumis
635Que il n’avoit milleur en nul pais :
Sa lanche pechoia, n’a plus conquis.
Aiols fu chevaliers preus et gentis :
Bien s’afiche el destrier, n’est pas guencis ;
Le glouton regarda, sel fiert aussi.
640De l’escu li percha tain et vernis,
Grant cop li a doné en mi le pis ;
Le fer de son espiel el cors li mist,
Toute plaine sa lanche mort l’abati.

Encore estoit Aiols si enfantis
645Ne li quida mal faire, se li a dit :
« Remontés tost, vallet, sor vo ronci :
« Demain vos tenés miex se estes ci !
— Cuivers, » che dist li autres, « tu l’as oci[s] !
— N’en puis nient, » dist Aiols, « se Dieu[s] m’ait !
650« Ansi quidai juer con tu fesis.
« Puis que cestui ai mort, or garde ti !
« Encor(e) sara je bien tel cop ferir
« U plus grant s(e)’ il se peut adevenir.
« Sire Dieus, boine estrine, » Aiols a dit.
655« Chou est li premier[s] hon c’onques feri.
« Or m’est il bien avis je l’ai ochi[s] :
« Or doinst Dex que che soit .i. Sarrasins !
« Desor gent chrestiane ne quir ferir.
— Cuivers, » che dist li autres, « si estoit il,
660« Mais tu le comperas, par Apolin ! »
Quant l’entendi Aiols, lié[s] en devint.

XVIII[18]

Or fu Aiols li enfes en mi le pré,
Et li .iii. escuier sont molt iré
Que lor compains gist mors en .i. fossé.
665(d)L(i)’ uns s’en vient vers Aiol tous [a]irés ;
Il a brandie l’anste al fer quarré,
Vait ferir en l’escu viés enfumé :
Tant estoit fors et durs n’est pas troés.
Aiols fu chevaliers preus et menbrés :
670Bien s’afiche el destrier, n’est pas versés,
Et cui Dieus veut aidier il est savés !
Le glouton esgarda, si fist autel,
En mi le pis li ra tel caup doné
Que trés par mi le cors li fist passer
675La boine lance toute al fer quaré,
Que mort l’a abatu en mi le pré.
Comme li doi le virent, si sont iré,

Isnelement fuiant s’en sont torné,
Vinrent as Sarrasins, si ont crié :
680« Por Mahomet, signor, car secourés.
« Chi traverse .i. vallès par mi che pré,
« Nos compaingons a mors et afolé[s] :
« Des armes que il porte sanble maufé. »
Li .iiii. paien l’oent, si sont iré ;
685Il saillirent en piés, si sont levé,
Et vinrent as chevaus, si sont monté,
Et prendent les escus a or bendé.
Et saisirent les lances as fers quaré[s] :
Vers le dansel s’eslaisent tout abrivé.
690Et Diex garisse Aiol par sa bonté
Qu’il ne soit mors ne pris ne afolé[s] !
S’or ne se peut deffendre par sa bonté
Ja l’averont ochis et afolé,
Car parent ne cousin n’i ot mené.

XIX[19]

695Or fu Aiols li enfes en mi le pre[e]
Et li .iiii. paien lés le ramee ;
Monté sont es chevaus de lor contree,
Mais n’orent que .ii. targes a or bendees ;
S’orent .ii. groses lances longes, ferees,
700Et les autres estoient el camp remeses
(f. 101)As escuiers qui erent en mi la pree.
Et li paien chevaucent, n’i aresterent ;
Vers le dansel s’eslaissent grant alenee :
L’un[s] des paiens li crie : « Traitre, leres,
705« Fieus a putain, garçon, traiés l’espee,
« Se le me bailliés tost se ele est clere :
« Mon escuier as mort, s’estoit mes frere. »
Aiol[s] a juré Dieu qui est saveres :
« Se tu nen es plus durs que li autre ere
710« Tu comperas anqui ceste criee. »
Il broche Marchegai sans demoree ;

Li paien[s] li trestorne de randonee,
Grans cos se vont doner es targes lees.
Li Turs brise sa lance de neuf fere[e],
715Mais li Aiol se tient qu’est enfumee
Que la targe li a frainte et troee
Et la bronge del dos li est fausee ;
Par mi outre le cors li est passee
La lanche a tout le fer ensangle[n]tee
720Que mort l’a abatu en mi le pree.
A haute voix escrie : « Diex saut mon pere !
« Toutes ses vieuses armes bien ai gardees.
« Fiex a putain, paien, avés soudee ;
« Pire est vo neve lance de l’enfumee.
725« Qui me donroit des neuves une caree,
« Ne donroie la moie, car molt m’agree. »
Puis a le grosse lance tost recovree,
Contremont vers le ciel si l’a levee.
« Dameldieu, » dist il, « sire, [glorieus] pere,
730« Garissiés hui mon cors, v[e]rais saveres ! »
Et va ferir .i. autre qui s’apresteve
Que la targe li a par mi trouee ;
Li Sarrasins trestorne qui l’a doutee ;
A Aiol(s) est sa lanche droit escapee :
735Ens el treu de la targe en est remese,
Et li paien[s] s’enfuit par mi la pree :
(b)Si traine la lance viese enfumee.
Aiols gete la main, si trait l’espee,
Si vait ferir le Turc une colee
740Que la teste li a du bu sevree.
Li quars s’en va fuiant de randonee,
Et quant le voit li ber, ne li agree.
Si aquelli celui par mi l’estree
Qui trainoit la lance viese enfumee ;
745Après lui est venus sans demoree ;
Hautement li escrie : « Amis, biaus frere,

« Car me rendés ma lance, s’il vos agree.
« N’en voil nule de vos neve(s) planee,
« Car la moie est plus roide et enferee.
750« .iiii. sous vous donrai de ma contree :
« Par foi, ceus me carga l’autrier mes peres. »
Li paiens l’entendi qui se desree,
Il regarde la lanche qu’(il) a trainee ;
Il trestorne la main, jus l’a jetee ;
755A esperons s’enfuit par mi la pree,
Et Aiols a se lance tost recovree ;
Contremont vers le ciel si l’a levee :
« Dameldieu, » dist il, « sire, glorieus pere,
« Or a jou bien veu jouste membree :
760« Ahi ! c’or nel savés, Elies peres,
« Que j’ai si grant bataille chi afinee !
« Dieus ! si lie en fuisiés. Avise mere !
« Je ne sai qui cil sont, de quel contree.
« Dameldieu[s] me confonge, li voir[s] saveres,
765« Se ja de lor avoir en porc desree.
« Ne fui pas marcheans qu’aie borsee,
« Ains m’en vois reconquerre l’onhor mon pere,
« Dont ma mere est a tort escaitivee. »
Il entra en sa voie grant et feree
770Et trespasse les mons et les valees.
Adonc fu il molt prè(e)s de la vespree ;
Aiol[s] reclaime Dieu le v(e)rai savere
(c)Que boin ostel li doinst li nostre pere.
Il trova .i. ostel en selve clere :
775De sain[s] moines i a de sa contree
Qui por l’amor de Dieu bien l’ostelerent :
Pain et vin a l’enfant por Dieu donerent ;
Marchegai son destrier li establerent,
Trés en mi le maison li assenerent,
780De l’avaine et del feure se li don[e]rent :
E Dieus ! si ber le fissent ! cose est provee.

Il avoit .vi. larons en la contree :
Sovent les assailloi[en]t as ajornees ;
Ançois la mienuit laiens entrerent,
785Les moignes de laiens enkenbelerent,
Lor escrin et lor arces tous deffremerent,
Les livres et les dras tous en jeterent
Et trestout l’autre avoir qu’il i troverent,
Et de sor Marchegai trestout torserent ;
790Aiols dort d’autre part ; ne l[e] troverent.

Li laron ont les moine[s] enkenbelés
Et les serjans loiés et encombrés ;
Les escrins et les arces ont deffremés,
Les livres et les dras ont fors jetés,
795Et desor Marchegai trestous torsés.
Aiols en une cambre d’autre part ert :
La se dormoit li enfes qui mot ne set.
Celui n’ont li laron mie trové :
Signor, n’est pas mençoinge, c’est verité ;
800Cil cui Diex veut aidier il est trovés.
Aiols est esvelliés, vit le clarté,
Car li laron avoient fu alumé ;
Les sergans ont loiés et encombré[s] :
Si a veu les moines enkenbelés,
805Les escrins et les arces vit deffremés ;
Si en a son ceval veu mener :
Or ne demandés mie s’il fut irés ;
Dameldieu reclama de majesté :
(d)« Dame sainte Marie, or secourés :
810« Se mon ceval enmainent mal ai esré.
« Jamais en douche France ne quir entrer
« Ne ne rendrai mon pere ses iretés. »
Il sailli fors del lit, si est levés ;
Près estoit de ses armes, si s’est armés :
815Il a l’auberc vestu, l’elme fremé,

Et a çainte l’espee a son costé,
L’escu par les enarmes al pis seré.
Il saut fors de la cambre a le clarté,
A sa vois qu’il ot haute lor a crié,
820Si lors dist fierement : « Signor, estés !
« Por qu’avés vos ces moines e[n]kenbelés
« Et ces serjans loiés et encombrés ?
« Cel ceval, s’il vos plaist, me renderés :
« Vos n’i avés nul droit, car Dex le set :
825« Mes peres le nori quil m’a doné ;
« J’en averai soufraite sel me tolés. »
Et respondi li maistres : « Avant venés !
« Si serés or en droit tondus et rés :
« Nous vos ferons corone al desevrer ;
830« Ensamble avoec ces moines demo[re]rés :
« Matines et complie [si] canterés. »
Quant l’entendi Aiol[s], molt fu irés.
Quant il ot que merchi ne pot trover,
De Dieu les desfia par grant fierté :
835Puis a traite l’espee qu’iert a son lés.
Si vait ferir le maistre qu’il ot parler :
Amont par mi le cief l’a encontré
Que la teste del bu li fait voler ;
Puis reva ferir l’autre ; si l’a coupé,
840Et escrie : « Montjoie ! » par grant fierté.
« Fiex a putain, larons, n’i du[re]rés.
« Chou est Aiols li enfes c’avés trové,
« Qui fu noris el bos, qui rien ne set :
« Mais il vaura aprendre tout chest(i) esté
845(f. 102)« Comment chevaliers autre doit encontrer
« Et en ruiste bataille armes porter.
« Tout estes mort et pris se m’atendés,
« Ja devant cheste espee ne garirés,
« Ains en serés tout mort et afiné(s).
850« Car mes peres me dist al desevrer

« Que il n’avoit millor en .x. chités :
« Et tout chou qu’il me dist ai jou trové(s). »

XXI[21]

Aiols ot des larons les .ii. ochis :
Il escria as .iiii. : Rendés vos pris !
855« Del pendre u de l’ardoir ert mes plaisirs. »
Li laron respondirent : « Fel Dieu menti,
« Nos compaignons avés mors et ochis ;
« Vous le comperés chier ains l’esclarcir. »
Grans maçues avoient, bien l’ont requis :
860Aiol[s] leva l’escu desor son vis,
Et fiert .i. des larons qu’il consui
Que la teste li fist del bu partir.
Puis s’escrie : « Monjoie ! » par grant air,
« Fiex a putain, laron, tout estes pris ! »

XXII[22]

865Aiol[s] ot des larons les .iii. tués,
Il referi le quart par grant fierté(s)
Que la teste li fist del bu voler.
Li dui tout en fuiant s’en sont torné,
Et Aiols les encauche par grant fierté.
870S’en a l’un retenu, l’autre tué.
A l’abie revient tout le (cemin) feré,
Puis desloia les moines par [grant] bonté.
Hautement escria : « Cestui prendés,
« A le brance d’un caine si le pendés,
875« Car tout issi doit on laron mener. »
Et cil si fissent sempre sans demorer.
La commencha justiche Aiol[s] li ber ;
Puis le mainti[e]nt il bien tout son aé.
Huimais porés oir la verité
880Com il rendra sen pere son ireté,
(b)Car par grant traison en fu jetés.
La nuit i sejorna jusc’au jor cler :
Congiet a pris as moines, si s’est armés.

Aiol[s] monte el ceval, s’en est tornés ;
885En son maistre cemin en est entrés.

XXIII[23]

Des or s’en va Aiol[s] lance levee
Et trespasse les plains et les contrees,
Et les grans desrubans et les valee[s] ;
Venus est a Poitiers a .v. jornees.
890Che fu par .i. joidi a la vespree :
Aiols entra es rues par mi l’estree ;
Sa lance estoit molt torte et enfumee,
Et ses escus fu vieus, la boucle lee.
Et sa resne ronpue et renoee,
895Et les piaus de son col sont descirees.
Li ceval[s] vit les armes mal atirees :
Il fronche des narines, la geule bee ;
Aiols li tient le resne estroit seree,
Ausi porte [la] teste en haut levee
900Que li cers que on cache a la menee,
Quant li bracet le cacent a la ramee.
Chevalier et borgois l’en esgarderent,
Et dames et puceles es tors monterent,
Et dist li un[s] a l’autre : « Voiés, compere,
905« Par la foi que vou[s] doi, qui est chis leres ?
« Ces armes que il porte a il enblees,
« Mais molt par a le chiere [et] bele et clere,
« Et bien resamble fiex de france mere. »

XXIV[24]

Des or s’en va Aiol[s] molt irascu[s]
910Quant tout le vont gabant, grant et menu.
E vous .i. lecheor corant venu :
D’un celier ist tous ivres, qu’il ot beu,
Et ot jué as deis, s’ot tout perdu ;
Corant vint a Aiol, si l’arestut,
915Par le frain le sacha par grant vertu.
« Maistre, » dist li lechieres, « estes venu[s] ?

(c)« Qu’avés tant demoré al boin eur ?
« Mi compaignon vos beent, tout ont perdu.
« Cis chevaus est moult maigres et confondu[s] :
920« Il estera anqui al vin beu,
« Et cele lance roide et cis escu[s].
« Qui vous dona che frain a or batu ?
« Les resnes en sont routes, mais [molt] boin[s] fu. »
Par le frain le saisi, si l’arestut.
925Marchegai le regarde, si nel connut :
Il hauce le pié destre, si l’a feru,
Par desous le braioel ens el vui bu,
Que tout son pié li a el cors repu[s] :
Joste lui l’abat mort tout estendu.
930« Cuivers, » chou dist Aiols, « a (il) vous feru ?
« Que gisiés vous illeuc ? car levés sus !
« Racatera mon gage .v. sous u plus. »
Et cil borgois s’en gabent qui l’ont veu,
Et dist li uns a l’autre : « Trai toi en sus !
935« Cis est de la taverne trop tost issus ;
« Che samble des cevaus le roi Artu :
« Ne peut consentir home que tout ne tut.
« E Dex ! com a loer fait cis escus !
« Che resamble des armes dant Esau
940« Qui vesqui par cage .c. ans u plus. »
Quant l’entendi Aiols, dolans en fu,
Parfondement reclaime le roi Jesu.

XXV[25]

Des or s’en va Aiol[s] par le marchié,
Lui ne chaut s’est ocis li pautoniers,
945Car molt l’avoit gabé et laidengié ;
Molt le vont porsivant trestout a pié
Et serjant et borgois et escuier
Et dames et puceles et ces molliers ;
Ains mais n’entra tel joie dedens Poitiers.
950Et dist li uns a l’autre : « Cousin, voiés :

« Tout avons de novel regaig[n]ié,
« Car chi nous est venus un[s] chevaliers
(d)« Qui samble del parage dant Audengier. »
Li borgois sont felon et malvoisié :
955Molt li aront lait dit et reprovier :
« Dites, sire, u menrés [i]cel destrier ?
« Bien ait qui vous aprist a cevauchier.
« Vous vengerés Fouré quant tans en [i]ert.
« De la cose a nos moines aiés pitié ;
960« Ne vous caut aparmain, [si] le laisiés :
« Il prieront pour vos en lor sautiers,
« Quant il canteront [messe] en lor moustier :
« De rober ordené c’est grans pichiés.
« Faites nous un eslais par che marchié.
965« Li chien de ceste vile s’en sont gagié
« Qu’il mengeront le car de cel destrier.
« Chiés Pieron le sue[u]r vos herbergiés ;
« Se li donés .v. sous de vos deniers :
« Il vous aprend[e]ra quir a taillier ;
970« Vos viverés molt bien de cest mestier :
« On ne doit avoir honte de gaingier. »
Quant Aiols l’entendi, si fu irié(r)s.
Bel et cortoisement lor respondié :
« Signor, » che dist li enfes, « car vos targiés :
975« Dameldieus vos pardoinst tous vo[s] piciés !
« Alés a vos osteus, si me laisiés,
« Ja ne me tieng [jou] mie a gui[n]lechier :
« Caitis sui d’autre tere, nel quier noier ;
« Qui qui me tiegne a vi(e)l, je me tieng chier. »
980Alquant s’en retornerent qu’en ont pitié.

XXVI[26]

Signor, ja savés vous, s’est verités,
Il nen a sous siel home de mere né(s),
Tant soit jovenes et fors et adurés,
S’estoit en autre terre escaitivés

985Qu’il fust povre de dras et desnués,
Que ne soit laidengiés et molt gabés,
Et qu’il ne soit tenus en grant vieuté(s) ;
Ausi fu en Poitiers Aiol[s] li ber(s),
(f. 103)Que trestout le porsievent par la chité :
990« Vasal, chevalier, sire, a nous parlés :
« Furent ces arme[s] faite[s] en vo resné ?
« Fu Audengier[s] vos peres qui tant fu ber
« Et Rai[m]berghe vo mere o le vis cler ?
« Iteus armes soloit toudis porter.
995« Car remanés o nous en cest esté ;
« A ceste Pentecouste nos ju[s] ferés :
« Vo[s] chevaus ert torchiés et abevrés,
« Si nous en juerons par la chité. »
Quant Aiol[s] l’entendi, molt fu irés :
1000Il s’oi blastengier, si fort gaber ;
Et ire et mautalent, bien le savés,
A de hardement home tost enbrassé.
Il li vint en talent et en pensé
Que il traisist del feure sen branc let[r]é,
1005Et qu’il lor courust sus tout abrivé[s],
Quant del consel son pere li est menbré,
Et del castiement del gaut ramé.
Por tant si a son sens ramesuré :
Belement lor respont par humleté :
1010« Signor, Dieus le vos mire, laisiés m’ester ;
« Vous faites vilonie que me gabés ;
« Et tort et grant pichié et mavaistés :
« Ainc ne vos mesfis riens en mon aé.
« Se je suis povres hom, Dex a assés,
1015« Li rois de sainte gloire de majesté
« Qui le ciel et le tere a a garder,
« Et del sien me pora grant part doner :
« Quant Dameldieu[s] vaura, j’arai assés. »
Li auquant s’en tornerent qu’en ont pité ;
1020Por chou que belement l’oent parler.
Es vous .i. lecheour tout abevré,

Qui en .i. celier ert tous enivrés,
Et s’estoit de ses dras tous desnués.
Par le frain le saisi, si l’a tiré,
1025(b)Que .iiii. piés ariere le fist passer.
« Vasal, » dist li lechieres, « a moi parlés !
« Anuit herbergerés a mon ostel :
« Une de nos mescines al lit arés,
« Trestoute le plus bele que quesirés,
1030« U toute la plus laide, se miex l’amés.
« Li vostre haubers sera au pain portés,
« De vostre elme arons vin a grant plenté,
« De vos cauchiers arons poison assés. »
Isnelement en est avant passés,
1035Se li ala le frain del cief oster,
Atout vers le taverne en est tornés.
Quant Ma[r]chegai se sent si delivrés
Del frain que de la bouche li ont osté(s),
Onques si fais chevaus ne fu trovés :
1040J’oi le mestre dire qu’il fu faés.
Après le glouton va tous abrivés,
Il cluinge de l’orelge, si l’a hapé,
Amont el ateriel si l’a combré
Que .iiii. piés de tere l’a souslevé,
1045S(e)’a escouse la teste, sel laist aler :
Li glous chei a tere, si est pasmés
Que par mi les narines saut li sans cler[s].
Aiols le retorna tout de son gré,
As piés de son ceval l’a defoulé
1050Que .iii. costes li a el cors froé.
De son ceval s’abaise li baceler[s],
Se li ot tout del puin le frain osté,
Et chief de son ceval l’a refremé :
« Vasal, » che dist Aiols, « car vos levés :
1055« Se vous volés del mien, si en arés.
« Certes je ne vieng pas por marier. »

Adonc s’en gabent tout par la chité,
Borgois et damoisel et bacheler.
Et dist li uns a l’autre : « Por Dieu ! veés :
1060« Onques [mès] tés chevaus ne fu trovés :
(c)« Che peut bien estre voir qu’il est faés. »

XXVII[27]

Des or chevauce Aiols grains et plain[s] d’ire,
Car tout le vont gabant aval la vile,
Borgois et damoiseles et [les] mescines :
1065« Vasal, parlés a nous, chevalier sire :
« Furent ces armes faites a vostre guise ?
« Ains en [tous] nos aés teus ne veismes. »
Aiols lor repondi grant cortoisie :
« Signor, laisieme ester, Dex le vos mire :
1070« Frans hom(e) qui ra[m]prone autre par estouthie
« Il doit sa tere perdre et sa franchise ;
« Laron doivent gaber, gent s’il le triche,
« Cil qui sont engenré par iresie. »
Li auquant s’en tornerent, si s’umelient,
1075Et vienent au glouton, se li escrient
Qu’il s’en fache porter a ses mescines.
Li glous s’en va plaingnant, du ceur sopire,
Et demande le prestre, ne pot plus dire.
Et garçon et ribaut tout li escrient :
1080« Tu as hapé le frain, si n’en as mie. »
Atant es .i. borgois manant et riche :
Cil ot a non Gautiers de saint Denise ;
Senescaus fu .v. ans le duc Elie
Et por son droit signor Aiol avisse :
1085Il le resamble miex qu’home qui vive.
Il vaura ja parler de grant franchise.

XXVIII[28]

« Signor, » dist li borgois, « laissiés ester :
« Cascuns se deveroit bien porpenser
« Que il n’a .i. tout seul en cest(e) resné,

1090« Tant soit et fors et jovenes [et] bacheler[s],
« S’ert ore en autre tere escaitivés,
« Qu’il fust povre de dras et desnués,
« S’il s’ooit laidengier et si blamer,
« Ne fust ja plus honteux et abosmés
1095« Courechous et dolans et airés ;
« Vos veés qu’il est enfes et bachelers,
(d)« N’a pas apris les armes bien a porter,
« Et si n’a home mort n’autrui navré,
« Ne nule rien tolu n’autrui enblé,
1100« Et vous le laidengiés et ranpronés !
« Ançois le deusiés o vous mener,
« Et por Dieu herbergier et osteler. »
Li preudom(e) l’apela par amistés :
« Damoiseus de boin aire, cha entendés,
1105« Se vous volés ostel, nel me celés :
« Se vous herbergerai par carité
« Por amor mon signor que resamblés,
« Le gentil duc Elie qui tant fu ber.
« Il fu cachiés de France par poesté
1110« Par le conseil Makaire le deffaé :
« Vous le resamblés plus que home né ;
« Por le soie amisté(s) avrés ostel.
« Se vos chevaus ne fust si descarné[s],
« Miex samblast Marchegai que riens soz Dé.
1115« Por l’amor del destrier que j’ai nomé,
« Avra cis de l’aveine a grant plenté. »
Et Aiols respondi comme senés :
« Sire, Diex le vos mire qui nous fist né[s] ! »
Li preudom l’enmena a son ostel :
1120Si a la nuit Aiol bien ostelé(s),
E si fist Marchegai bien establer ;
Trestous les .iiii. piés li fist ferer.

XXIX[29]

Aiols li fiex Elie fu herbergiés ;

L’ostes qui l’herberga ot non Gautiers,
1125Senescaus fu Elie .v. ans entiers
Et fu de mainte cose bien aaisiés.
Aiol en amena en sen sollier ;
Par amor l’a assis lés sa mollier
A une ceminee de marbre chier,
1130Joste .i. fu de carbon grant et plenier.
Li ostes l’en apele par amistié :
« Dont estes ? de quel tere, biaus amis chiers ?
(f. 104)— Sire, jou de Gasconge, » cil respondié ;
« Mes pere fu grans hon, bien le sachiés,
1135« Ja fu riche[s] d’avoir et enforciés ;
« Mais il est par grant guere tous essiliés
« Et si est par malage afebloiés.
« Jel laisai de l’avoir si entrepiés
« Qu’il n’en avoit vallant .iiii. deniers,
1140« Ne mais que .iiii. sous qu’il m’a cargiés.
« Or m’a balliet ces armes et ces[t] destrier :
« Si m’envoia en Franche por gaingier,
« Al fort roi Loeys pour acointier.
— Amis, Dieus te consaut par sa pitié ;
1145« Ançois avrés grant paine que i v(i)engiés. »
Puis demanderent l’aigue, si vont mangier ;
Issi comme en quaresme sont aaisié :
Assés orent poison, pain et vin vié.

XXX[30]

Quant il orent mengié a grant plenté,
1150Li ostes le rapele par amisté :
« Damoiseus de boin aire, a moi parlés.
« Aler devés en Franche, ce me contés,
« Al fort roi Loeys por conquester :
« Vos armes sont molt laides que vos portés
1155« Et vos escus est viés et enfumés ;
« Vos chevaus est [molt] maigres et descarnés ;
« François sont orgellous desmesuré(s)
« Et si sont coustum[i]er de lait parler :
« Laidengier vos vauront ci ranproner.

1160— Sire, » che dist Aiols qui molt fu ber,
« [A] soufrir m’estevra et endurer,
« Et toutes les parolles a escouter,
« Les boines et les males laisier aler,
« Tant com Jesu plaira de majesté,
1165« Et jou ere d’avoir plus amontés.
— Amis, » che dist li ostes, « molt bel parlés :
« Se vos poés chou faire, vos vainterés.
« Les chemins verés gastes et encombrés :
(b)« Il i a des larons a grant plenté :
1170« Se vo ceval vos tolent, que deverés,
« Et trestoutes vos armes que vos portés ?
« Jamais en douche Franche nen enterés.
— Sire, » che dist Aiol[s], « laisiés ester :
« Teus les vaura avoir et conquester,
1175« Nes avra mie tot a (sa) volenté,
« Et chier le compera ains le porter !
— Amis, » che dist li ostes, « or m’entendés.
« Il i a un lion d’antiquité,
« De la prison le roi est escapés.
1180« Tramis li fu de Rome par [grant] chierté :
« Il a mengiet son maistre et devouré.
« Or est si en parfont el bos entré ;
« A paine [i] ose bons tout seus aler.
« Il en a .c. ochis et afolés :
1185« Le chemin a senestre, frere, tenés,
« Et l’autre voie a destre celui lairés ;
« Car se il vous encontre n’i garirés,
« Ne vous ne vo[s] ceval[s] n’i durerés,
« Que ne soiés mengiés et devourés.
1190— Sire, » che dist Aiol[s], « laisiés ester,
« Que ja par lion n’ere [jou] encombrés,
« Se Dieus garist l’espee que j’ai au lés.
« Toute ma droite voie vaurai aler :
« Cil cui Dex veut garder bien est gardés.
1195« Volentiers dormiroie s’estoit vos grés. »
Quant li borgois l’entent, si est levés,

Se li fait son lit faire par amisté,
Et Aiols se coucha qui ert lassés.
Li borgois lés sa feme va reposser ;
1200En sa cambre perine en est entrés.
Quant il se fu couchiés, si a parlé :
« Douche seur, bele amie, cha entendés :
« Ai ! Dieus ! cis enfes est escaitivés ;
« Voiés com il est biaus et gens et clers ;
1205(c)« Se il fust bien vestus et acesmés,
« N’eust plus bel enfant en .x. chités.
« Mais il [par] est si povres et desnués.
« En plus de .xiii. lieus li cars li pert
« Que il a ausi blanche com flors en pré.
1210« Diemenche arons Pasque, bien le savés,
« Que toutes gens soi doivent bel atorner,
« Blanches braies vestir et endosser :
« Se nous poiemes ore por Dieu penser
« Que il eust uns dras a son lever,
1215« De cote et de mantel fust afublés,
« Che seroit grant aumoine(s) et carités.
« Encor(e) nous poroit estre gueredoné. »
Adonc a la borgoisse son ceur iré,
Se li a respondu par cruauté.
1220« Sire, » che dist la dame, « laisiés ester.
« Diables ! dont vient ore ités bontés ?
« Se tu as ton avoir grant amassé,
« Par ta marcheandise l’as conquesté,
« Et jou con sage feme l’ai bien gardé.
1225« Ja est chou .i. ribaus escaitivés
« Qui n’ot onques encore en son aé
« Qui vausist un mantel de neuf foré :
« Je cuic ches garnimens a il enblé
« Qu’il a ansanble o lui chi aporté,
1230« Et che maigre cheval a il trassé. »
Adonc a li borgois son ceur iré,

Mais ne vaut a sa feme point estriver ;
N’ot cure de tenchier ne de coser :
De si a l’endemain le laisse ester,
1235C’Aiols fu revestus et conreés,
Et de ses povres dras ratapinés.
Rout sont et despané, mal atiré.
Li ostes les regarde, s’en ot pité :
S’il eust a se feme consel trové
1240De neuf l’eust vestu et conraé(e).
(d)Neporquant ses consaus a trespassé :
A son escrin en vient por desfremer.
Chemise et braie blance en a geté
D’un cainsil delié et aflouré ;
1245Aiol le fil Elie le va doner.
De Dieu de sainte gloire l’a merchié ;
Prochainement li ert gueredoné
Con vos porés oir et escouter
Ançois que la canchon doie finer.
1250Puis ala au mostier por Dieu orrer,
Car le serviche Dieu n’ot oblié,
Car ses peres li ot bien commandé ;
Puis retorna ariere a son ostel,
Et li preudom fu sages et porpensés :
1255Ançois qu’il s’en alast l’a fait disner.
Donc prist Aiol[s] ses armes, [si] s’est armés,
Et vint a Marchegai, si est montés,
Il prist congiet a l’oste, s’en est tornés ;
Et li borgois fu sages et apensés :
1260Sor .i. boin palefroi en est montés,
Son escu et sa lanche li a porté,
Des gas et de la vile l’a fors jeté :
.iii. lieues le convoie tout de son gré.
Dont l’apela li ostes par sa bonté :
1265« Damoiseus de bon aire, vos en irés ;
« A Dameldé de gloire soit commandés

« Tes cors et ta proeche et ta bontés !
« Vos en irés molt sens et esgarés,
« Et molt povre de dras et desnués.
1270« Certes j’en ai mon ceur molt adolé :
« Tenés chest anel d’or par carité,
« Se besoinge vos croist ne povertés
« Sel poés metre en gage a vostre ostel.
— Sire, » che dist Aiol[s], « bien vous provés,
1275« Quant por vo droit signor si m’onorés :
« Beneoit[e] soit l’ame de Dameldé
(f. 105)« Qui vous aprist a faire tel largeté.
« Or vous plevi ge bien ma loiauté
« Que se Jhesu franc home me laist trover
1280« Qui voille mon serviche rechoivre en gré,
« Chest honor vos ferai gueredoner. »
Molt douchement le baisse al desevrer ;
A Dieu de sainte gloire l’a commandé.
Donc s’en torna Aiol[s], l’oste remest :
1285« E Dieus ! » che dist li enfes, « par ta bonté,
« Al premerain rechet u sui entrés
« Com il m’est hui ce jor bien encontré(s) !
« Ahi ! Elies pere, c’or nel savés,
« Et Avisse ma mere al gaut ramé(s) !
1290« Je ne fuisse si liés par verités,
« Qui tout l’or me donast d’une chité ! »
En son maistre chemin en est entré[s],
Jusques a none base a il esré.
Ainc n’encontra nul home de mere né,
1295N’ermite ne convers u puist parler.
Par des(o)us .i. haut tertre en est montés
Et puis si a un val adevalé.
Il garde devant lui parmi un pré,
D’autre part une haie en .i. bos cler,
1300S’a veu le lion adevaler
Que li avoit li ostes au soir nomé.
Chel jor avoit ochis un grant sengler ;
Si en avoit mengiet a grant plenté :

Boivre venoit a l’aigue, car bien le set.
1305Quant il coisi Aiol, si s’est tornés
Vers lui geule baee comme maufés
Qu’il le voloit mangier et estranler :
Jamais plus fiere beste vos ne verés.
Aiols le voit venir, si l’a douté ;
1310De son cheval dessent comme senés,
A le branche d’un caine l’a aresné,
Qar il se redoutoit de l’afoler,
(b)Et a traite l’espee de son costé :
Encontre le lion en est alés.
1315A grant geule baee comme maufés
Se vient contre l’enfant comme dervés
Qu’il le voloit mengier et devourer.
As .ii. poes devant le va combrer
Amont par son escu viés enfumé
1320Que les ongles li fait par mi passer
Et enprès lui le sache, si l’a tiré,
Por un poi qu’il nel fist jus craventer.
Mais Aiol[s] le feri del branc letré :
Si achemeement l’a encontré
1325Que le pié et le poe li a copé.
Li lion[s] gete .i. brait, qu’il fu grevés ;
Mais Aiols le rehaste comme senés
Que par devant les ars l’a tout copé,
Que mort l’a abatu et craventé.
1330Ains mais n’en fist tant hom(e) de mere nés :
S’en avoit .c. mangiés et estranlés.

XXXI[31]

Aiols a fait bataille pesant et dure :
Molt l’en est avenu bele aventure ;
Le poe del lion a retenue,
1335Si l’a a son archon devant pendue.
Ja ne le laira mais si ert veue
Et par aucune gent reconneue ;

Encor(e) li fera ele molt grant aiue.
Puis monte en Marchegai tout a droiture
1340Et si a trespassé le selve oscure,
Et Marchegai li anble a desmesure
Et el Castel Esraut vient a droiture
Et trespasse del bourc le maistre rue.
Molt i trova grans fous de gent menue
1345Qui trestout le gaboient par aventure.
Quant il ont le grant poe reconneue
De la beste savage qui tant est dure,
Qui tornoit le pais a desmesure,
(c)Sel laissent a gaber por l’aventure.

XXXII[32]

1350Des or chevauce Aiol[s] li gentiex hom.
Par mi Chastel Esraut vint a bandon :
Molt i trova de fols et de bricon[s]
Qui trestout le gaboient par contenchon.
Quant il virent le poe del grant lion
1355Qui del pais faisoit destruision,
Car en cel bos n’osoit entrer nus hom,
Por tant ne gabent mie le franc baron.
Belement l’en apelent en lor raison :
« Dont venés ? de quel tere, biaus jovenes hom ?
1360« U presistes le poe de cel lion ?
— Signor, je le trovai des(o)us cel mont.
« La me voloit mengier par contenchon,
« Quant Dameldé[s] m’en fist garantison.
« A l’espee que porc a mon geron
1365« Li copai jou le pié, par saint Simon :
« La le lasa ge mort ens el sablon. »
Quant cil l’ont entendu, grant joie en ont :
Cel jor ot de maint home beneiçon.
Evous .i. chevalier(s) c’ot nom Raoul,
1370Vavasor de la tere, [molt] gentiex hom ;
Le pié li demanda del grant lion,

Et cil le herberga en sa maison :
La nuit li donc assés vin et poison.
Aiol[s] fu la assis lés le carbon :
1375Quant il orent mangiet a grant fuison,
Et Marchegai avoit sa livrison
Si com fain et avaine a grant fuison,
Li ostes l’en apele, mist le a raison :
« Dont venés ? de quel tere, biaus jovenes hom ?
1380« Dont venés ? de quel part ? u irés vous ?
— Biaus sire, en douche Franche, » che dist Aiols,
« Al fort roi Loeys le fil Charlon ;
« S’il me done del sien si remanron, »
Et respondi li ostes qui fu preudom :
1385(d)« Amis, Diex te consaut par son vrai non,
« Qu[e] il a en le cort (Loeys) un mal glouton :
« Makaire de Losane l’apele on.
« Il n’a en nule tere nul plus felon ;
« Il est dus de Losene, chou est grans douls ;
1390« Molt set bien losengier (le) roi de Loon,
« Il cache les preudomes a deshonor.

XXXIII[33]

« Amis, » che dist li ostes, « or m’entendés :
« Aler devés en France, dit le m’avés,
« Al fort roi Loeys por conquester.
1395« Se vous me volés croire, aillor irés :
« Al chastel de le Haie droit vos tenés,
« Cha devant en Pontieu vos tornerés :
« La troverés Rainier et Aimer,
« Et Gilemer l’Escot qui molt sont ber,
1400« Le signor de Boorghes o le vis cler
« Qui guerroie le roi par grant fierté
« Por chou qu’il a lor oncle desireté
« Elie le franc duc qui tant fu ber. »
Quant Aiols l’entendi, li bacheler[s],
1405Qui bien l’avoit oi et escouté,

Contreval vers le tere est aclinés
Quant il de ses parens oi conter ;
Il dist entre ses dens, que nus nel set,
Ja n’i querra cousin ne parenté
1410Dessi c’a Loeys avra parlé.
Che vaura il savoir et demander
Et de sa bouche oir la verité,
Por coi il a son pere desireté.
La nuit i sejorna jusc’al jor cler.
1415Aiols reprist ses armes, si s’est armés,
Et vint à Marchegai, si est montés.
Il prent congiet a l’oste, s’en est tornés,
En son maistre chemin en est entrés.
Toute jor a Aiol[s] esperoné,
1420Et garde devant lui en mi .i. pré
(f. 106)Desous l’ombre d’un arbre en haut ramé :
Si a veu .ii. moignes grant deul mener,
Et estoient de dras tout desnué.
Aiols s’i aresta por demander :
1425« Signor, por amor Dieu, et vos qu’avés ? »
Et cil li respondirent : « Par tant l’orés :
« Car vés la .iii. larons en mi ces prés
« Qui or en droit nous ont tous desreubés :
« Ne froc ne estamine n’i a remés
1430« Ne peliche ne bote, bien le veés.
« Sire, ceste autre voie por Dé(x) tenés :
« Se il vos i encontrent, n’i garirés,
« Ne vos ne vo[s] cheval[s] ne durerés :
« Or en droit vos aront tout desreubés. » 
1435Et respondi Aiols : « Mais n’en parlés :
« Ja Dameldé ne plache de majestés
« Que li miens cemins soit par eus mués.
« Ains vos rend(e)rai vos dras, se vos volés.
— Sire, » che dist li maistres, « ne nos gabés. »
1440Adonc quidierent il par verités

Qu’Aiols fust lor compains, s’eust trufé(s).
Aiol[s] point le çeval par les costés :
Par devant les larons s’est arestés ;
Fierement lor escrie : « Signor, estés :
1445« Por qu’avés vos ces moines si desreubés ?
« Lor froc et lor peliches car lor rendés,
« [Et] estamine et botes que vous avés. »
Et respondi li maistres : « Avant venés :
« Cel hauberc et cel elme tost me rendés
1450« Et l’escu et l’espee que vous portés :
« Un de mes compaingons en voil armer.
— Sire, » che dist Aiols, « or les prendés,
« Car vers vous su je tous abandonés.
« Se je nes puis desfendre, vos les arés :
1455« De Dé(x) le desfendrai par sa bonté(s). »
Il broche Marchegai par les costés
(b)Et vait ferir le maistre qu’il ot parler :
Par mi le cors li fist le fer passer,
Que mort l’a abatu et craventé.
1460Puis a traite l’espee de son costé :
Si referi un autre c’a encontré
Que la teste li fist del bu sevrer ;
Li tiers li escapa el gaut ramé,
Il s’en torna fuiant, molt l’a douté.
1465Aiols nel vaut cachier car il ne set
Nient de la contree ne del resné :
Son chemin ne voloit laisier li ber.

XXXIV[34]

Aiol[s] ne vaut se voie pas eslongier ;
Il ne set le contree ne le resnié(r).
1470L’avoir reprist as moines sans atargier ;
Si lor raporta tout molt volentiers,
Si se sont revestu et recauchié,
Puis afublent les capes, molt en sont lié.
« Sire, » che dist li maistres, « por Dé(x) del ciel,
1475« Car venés avoec nous por herbergier. »
Et respondi Aiols : « Molt volentiers.

« Se ch[ou] est el cemin droit vers Orliens,
« Car celui ne vauroie mie eslongier.
— Oil, par ma foi, sire, bien vos en chiet :
1480« Droit par devant no porte va li sentiers. »
Venu i sont al vespre a l’anuitier
Et font mander un fevre sans atargier.
Marchegai font ferer et bien sainier.
Bien a son estavoir tout sans dangier.
1485Al matin est Aiol[s] cumeneiés
Ensamble avoec les moines par amistiés.
Toute jor sejorna por le jor chier,
Que il ne vaut esrer ne chevauchier.
Al lundi s’en parti sor son destrier ;
1490Des moines se depart, si prent congié.

XXXV[35]

Des or s’en va Aiol[s] lance levee
Et trespasse les tertres et les valees.
(c)Huimais porés oir quel destinee
Jhesu a a l’enfant le jor donee.
1495Makaire de Lossane avoit .i. frere :
Rustans avoit a nom en sa contree :
Si va por armes querre a l’enperere ;
Doi vaillant chevalier avoec lui erent ;
Quant il virent Aiol, molt le gaberent :
1500« Or en venrés en France, grans est et lee ;
« De vous ferons no sot en no contree :
« Si en ara grant joie nostre enperere,
« Makaire de Lossane li mien[s] chier[s] frere.
« Amis, engenré(s) fumes tout d’un [seul] pere
1505« Et si fumes porté tout d’une mere.
— Hé Diex ! » che dist Aiol[s], « quel destinee,
« Makaire de Lossane quant est vo frere !
« Maleoite soit toute l’ame vo pere,
« Car tout desireta ma france mere :
1510« Des or vous defi jou de Dieu mon pere. »
Il broche le cheval sans demoree
Et a l’anste brandie viele enfumee

Et va ferir Rustant a l’encontree
Que trés par mi le cors li a passee,
1515Que mort l’a abatu en mi le pree.
Puis retendi la main, si trait l’espee :
Del feure l’a sachie [et] bele et clere,
As .ii. escuiers a fait la mellee :
Andeus les geta mors en mi la pree.
1520« E Diex ! » che dist Aiol[s], « quel destinee !
« Dame sainte Marie, vierge honoree,
« Or a je bien trové joste membree !
« Hai ! c’or nel savés, Elies pere !
« Un pan de vo[stre] guerre a jou finee.
1525« Je ne sai se Makaire a plus de freres :
« Par cestui n’ert jamais terre gastee. »
Il entra en sa voie grant et feree
Et laissa lor chevaus en mi la pree.

XXXVI[36]

(d)Des or(e) s’en va Aiol[s] tout son chemin.
1530Quant del frere Makaire se fu partis,
Toute jor a esré tros c’a midi.
A l’issue del bos, près del chemin,
En l’onbre d’un lorrier grant et foilli,
Sor l’erbe se gisoit uns pelerin[s]
1535Qui vient de Jhersalem de Dieu servir.
Bordon ot et escarpe, paume et espi,
Et boin mulet anblant a son plaisir,
Et vaillant escuier a li servir.
A loi de gentil home se fu vestis
1540Et ot blanche le barbe, le poil flori :
Bien sembloit gentil home, duc u marchi[s]
Qui chastel u chité ait a tenir.
Contre Aiol se drecha quant il le vit ;
Premerains le salue li pelerins :
1545« Damede[x] vos saut, sire, qui ne menti !
— Et Dieus benie vos ! » Aiol[s] a dit ;

« Dont venés ? de quel part, biaus dous amis ?
— Sire, de Jhersalem, de Dieu servir.
« Je fu la al sepulcre u surexi,
1550« Et el mont de Calvaire u mort soufri
« Et au saint flun Jordan la Dieu merchi ;
« La me baingai awan tierc jor d’avril ;
« En l’ort saint Abraham pris cest espi.
— Par u en repairastes, franc pelerin ?
1555— Sire, trés par mi Franche tout droit chemin.
— Dites de vos noveles, biaus dous ami[s] ;
« Avés de nule guere parler oi ?
Oie, » dist li paumiers, « se Dieus m’ai(u)t :
« En la chité d’Orliens vi Loey
1560« L’enpereor de Franche grain et mari :
« Beruier l’ont de guerre si entrepris
« Qu’il nel laissent des portes d’Orliens issir.
— Retient il saudoiers ? qu’avés oi.
— Oil, » dist li paumiers, « s’il en venist.
1565(f. 107)— Sire, » che dist Aiol[s], « retenroit mi ? »
Li paumier[s] le regarde en mi le vis :
Molt le vit nu et povre, descolori ;
Si drap sont despané, s’est mal vesti,
Et sa grant lanche torte, ses escu[s] bis,
1570Les estriers renoés et mal assis,
Et li ceval[s] fu maigres sor coi il sist.
Sor son bordon s’apoie, si s’en sourist :
« Sire, ne sai que dire, se Dieu[s] m’ait ;
« Tant vi entor le roi et vair et gris,
1575« Et riches garnimens, cevaus de pris :
« Je ne quic que li roi[s] conte en tenist. »
Quant l’entendi Aiol[s], s’en est marris ;
Mais il fu preus et sages et bien apris :
Del ceur qu’il ot el ventre fist .i. soupir
1580Et plora tenrement des iex del vis :
« Sire, » che dist li enfes, « mal avés dit.

« Ja n’est mi[e] li ceurs n’el vair n’el gris,
« N’es riches garnimens, n’es dras de pris,
« Mais (il) est el ventre a l’home u Dex l’asist
1585« Qui bien me peut aidier par son plaisir. »
Quant li paumier[s] l’entent, pitié l’en prist,
Por che que belement li respondi
De chou qu’il [l’]ot gabé se repenti.

XXXVII[37]

Li paumiers fu frans hon de boine part :
1590Il regarda Aiol, pitié end a.
Il le vit nu et povre a mavais dras :
De chou se repenti que gabé l’a,
Por chou que belement respondu a ;
De grant afaitement se porpensa ;
1595De bien et de franchise la se prova.
Mist le main a l’escerpe que il porta,
S’en traist un[e] aumouniere qu’il i bouta
Et prist .i. besant d’or que mis i a.
Venus est a Aiol, se li dona,
1600Bien et cortoisement l’araisona :
(b)« Gentiex damoiseus sire, entendés cha :
« Por amor de celui qui vous fourma,
« Del grant peril de mer qui m’en geta,
« Al port et al droit avene [si] m’amena,
1605« Tenés che bessant d’or, bien vos plaira,
« En tel lieu poes venir mestier ara. »
Aiol prist le bessant, si l’acola :
« Sire, Dieus le vos mire qui tout cria !
« Jhesu Crist le vos range l’esperital !
1610« Si fera il encore quant li plaira. »
Puis en ot vair et gris et boin ceval,
Com vos porés oir, quil vous dira.

XXXVIII[38]

Aiol[s] l’en apela, mist le a reison :
« Sire franc pelerin, com avés non,
1615« [Que] se je (mais) vos trovoie (que) vos connison ?

— Reinier le fil Gerart m’apel[e] on ;
« Je sui dus en Gasconge, s’i ai maison.
« .ii. fiex ai chevaliers de grant renon.
« Et vous, franc damoiseus, com avés non ?
1620— On m’apele, biaus sire, l’enfant Aiol ;
« Se repairiés en Franche, parlés a nous
« Et nous vos serviron par grant amor. »
A Dieu le commanda le glorious.

XXXIX[39]

Aiol[s] li fiex Elie vaut prendre le congié
1625Al vaillant chevalier qui tant fait a proisier.
Ançois que il s’en parte l’a encore areinié :
« Por amor Dé(x), biaus sire, et car me conselliés ;
« Vous i arés amoine, j’en ai [molt grant] mestier.
« Qui geroient le roi qui [douche] Franche tient ?
1630« Savés i duc u prinche qui tienge chevalier ?
« Et li quens de Bohorges ne l’aime mie bien.
« Si j’aloie, biaus sire, a la chit a Orliens,
« Retenroit moi li rois qui France a a baillier ?
« De gaingier, biaus sire, aroie grant mestier. »
1635Li pelerins l’oi, si a crolé le cief :
« Sire, ne sai que dire, se Dieus me puist aidier ;
(c)« J’ai en Orliens esté .viii. jors trestou[s] entier[s]
« Illeuc vi ge le roi qui Franche a a baillier
« Et eust ensamble lui plus de .m. chevaliers
1640« Qui de vair et de gris sont tout aparelié
« Et ont moult boines armes et boin[s] corans destriers.
« Dirai vos une cose que vous voil acointier :
« Il n’a si gentil home dessi a Monpelier,
« S’il venoit ore entr’aus en la chité d’Orliens
1645« Adoubé(s) de ses armes sor .i. corant destrier,
« Qu’il ne fust des auquans gabés et laidengiés :
« Je sai que a saudee po[r]oit il faillir bien.
« Por vous l’ai dit, biaus sire, si ne vos anoit rien :

« Car vos armes sont laides et vo[s] destrier[s],

1650« Et vo garniment font poi a proisier,
« Et vos cauches sont routes jusques as piés.
« J’ai encore un castel que j’ai molt chier :

« Il a a non Biaufors et en la Marche siet,
« Et si ai .iiii. fieus ; li doi sont chevalier,
1655« Se je la vos tenoie, par les sains desosiel,
« Je vous feroie anqui molt bien aparellier :
« Mais trop en somes lonc, tot che n’a chi mestier.
« Damedie[x] vos porvoie, li glorieus del ciel ;
« Li rois des autres rois si ait de vos pitié :
1660« Onques mais ne vi je si povre chevalier. »
Dont sospira Aiols li fiex Elie al viel,
Quant de sa povreté li a oi plaidier.

Aiol[s] li fiex Elie a del ceur souspiré,
Et dist al pelerin : « Je vous commanc a Dé :
1665« Bien m’avés aconté me ruiste poverté
« Et jou en ai mon ceur molt forment airé. »
Et dist li paumiers : « Sire, trop vos poés haster :
« Je voil a vos por che un petitet parler. »
Son escuier apele : « Biaus amis, cha venés :
1670« Aportés cele male et si le desfremés. »
Et cil (li) respondi : « Sire, si com vos commandés. »
Le male l’i corut esraument aporter ;
(d)A une clef d’argent le corut desfremer.
Unes cauches en trait, ja millors ne verrés,
1675De plus fine escarlate n’orés jamais parler,
Et uns chiers esperons a fin or noelé[s] :
Li paumiers les avoit aportés d’outre mer,
Devant le temple dome les avait acatés ;
Un marc de blanc argent en avoit fait peser
1680Pour l’ainé de ses fiex qu’il voloit adouber.
Or poés dire et croire, molt est li paumiers ber
Quant il les garnimens qu’il avoit acatés
Pour son enfant demaine cui les voloit doner,
Quant il voit l’estrainge home, se li a presenté.

1685Bel et cortoisement le prist a apeler :
« Sire, tenés ches cauches por sainte carité
« Et ces chiers esperons : ja millor[s] ne verés.
« Par icele grant foi que je vous doi porter
« Hom qui est bien cauchiés n’est mie denués. »
1690Quant l’entendi Aiol[s], grant joie en a mené :
« Sire, cil le vous mire qui en crois fu penés :
« Diex me laist encor rendre gueredon et bontés. »
E Dieus ! si fera il, ja n’en ert trestornés.
Il dessendi soz l’arbre, si s’en est atornés.
1695E Dex ! com or li sisent li esperon doré(s) !
Il vint a Marchegai, s’est par l’estrier montés,
En son cemin en entre, sel commanda a Dé.
Baron, a icel tans dont vous m’oés conter
N’estoient mie gens el siecle tel plenté :
1700Li castel ne les viles n’erent pas si puplé
Com il sont orendroit, ja mar le mesquerés,
Mais les forés antives, li bos grant et ramé
Qui puis sont detrenchié, essillié et gasté ;
Nus hom ne prendoit feme, s’avoit .xxx. ans passé
1705Et la pucele encontre aussi de bel aé ;
Quant venoi[en]t al terme qu’aloient espouser,
Avoient il tel honte, ce sachiés par verté,
Quidoient tous li puples les deust esgarder.
(f. 108)Dont estoit fois el siecle, creanche et loiautés :
1710Mais puis est avarisse et luxure montés,
Mavaistiés et ordure, et faillie [e]s[t] bontés ;
L’uns compere ne vient a l’autre foi porter
Ne li enfes al pere, tant est li maus montés !
On fait mais .ii. enfans de .xii. ans asanbler :
1715Prendés garde qués oirs il peuent engenrer !
Por chou est tous li siecles a noiant atornés
Et si amenuisiés com chi oir porés.
Aiol[s] li fiex Elie fu durement penés,
Car il ot toute jor chevaucié(s) et esré(s) ;

1720Vit le soir aprochier et le vespre acliner :
Dameldé reclama qu’il li doinst boin ostel.
Il cevaucha avant, n’est mie aseurés.
Devant lui el boscage a oi gent crier,
Et regarde sor destre, vit .i. balle levé
1725Et unes hautes portes et .i. parfont fossé :
Uns forestiers i maint qui bien est ostelés ;
Il ot a non Tieri, molt fu gentiex et ber :
Il avoit le foriest entor lui a garder.
Aiols vit le maison, molt s’est reconfortés :
1730Il a tiré son rene, cele part est tornés ;
Dessi a le maison ne s’est pas arestés.
Le forestier trova a un fu alumé :
Gentement le salue com ja oir porés.
« Damelde[x] vous saut, sire, » che dist Aiols li ber.
1735Li forestier[s] saut sus quant celui vit armé :
« Sire, cil vos garisse que ramentu avés !
« Avés vos de gent garde, que si estes armé ?
« Par ces forès antives si faitement alés ;
« Piecha je ne vic home qui si fust acemés.
1740— Je suis uns chevaliers, plus povre ne verés ;
« N’a pas encore .i. mois que je fui adobés :
« Si n’ai point d’escuier, che sachiés par verté,
« Par besoing porc mes armes, si com chi [le] veés :
« Je n’ai frabaut ne cofre u les puisse bouter,
1745(b)« Neis tant d’autre[s] dras u les puise celer,
« Ne je(s) les voil laisier n’en chastel n’en chité,
« Car tost m’aront mestier, tex me peut encontrer.
« Li rois de Franche a guerre, ce ai je oi conter :
« Le matin m’en irai vers Orliens la chité
1750« Veoir se la pooie saudees conquester.
« Anuit mais, s’il vos plaist, vo[s] requir vostre ostel
« Por amor Dameldé, se il vos vient a gré ;
«  Et je sui povres hom : grant amoine ferés.
— Sire, » che dist Teris, « volentiers et de grés.

1755« Mes ostex ne fu onques a franc home veés :
« Ausi n’ert il jamais en trestous mes aés. »
Aiols est dessendus, cil le fist desarmer,
Et des(o)us une table ses garnimens porter,
D’une part en la sale son ceval establer,
1760De fain et de l’avaine a grant plenté doner ;
Puis a fait son afaire et son mangier aster.
Al mengier sont assis sans plus de demorer :
Assés ont venison de car et de seingler.
Quant il orent mangié et beu a plenté,
1765Teris regarde Aiol, si l’a araisoné :
« Gentiex damoiseus sire, vers moi en entendés.
« Aler volés en Franche saudees conquester,
« Car li rois a grant guerre, che nous a on conté.
« Vos estes povrement garni et apresté,
1770« Que vos armes sont laides, vo[s] cheval[s] descarné[s] ;
« François sont orgellous et molt demesuré(s) :
« Si criem que ne vos voillent laidengier et gaber
« Et vous nel poriés mie sofrir ne endurer ;
« Tost vos aroient mort, ochis u afolé.
1775« Se vous voliés, sire, avoec nous demorer
« Par mi ces bos iriemes a nostre volenté,
« Si prenderions des cers, des dains et des senglers
« Et (je) vos aprenderoies richement a berser ;
« Ma fille vos donroie al gent cors honoré :
1780« Sachiés qu’il n’a plus bele en tout nostre resné.
(c)— Sire, » che dist Aiol[s], « onques mais n’oi tel :
« Ja me dou ge forment que vos ne me gabés.
« Je n’ai en nule tere ne chastel ne chité,
« Ne maison, ne recet, ne dongon, ne ferté,
1785« Ne tant de tous avoirs, che saciés par verté,
« Dont on pressist .x. sous de denier monaé,
« Fors seul ces povres armes que vos ichi veés,
« Et ce ceval estraint que m’avés ostelé :
« Trop povre mariage avés or esgardé.

1790— Sire, » dist la pucele, « trop par vos desmentés.
« Se vous n’avés avoir, Dex vos donra assés ;
« Mais se voliés, sire, avoec nous demorer,
« Toudis vos serviroie a vostre volenté.
— Bele, » che dist Aiol[s], « .vc. merchis de Dé :
1795« Par le foi que doi Dé(x) vous me dites bonté,
« Mais ne plache a Jhesu qui en crois fu penés
« Que [je] ja aie feme dont soie mariés
« Tant qu’aie par mes armes autre honor conquesté :
« Qu’a tout le mien linage seroit mais reprové. »
1800Quant l’entent la pucele, près n’a le sens dervé ;
En la cambre s’en entre, prist soi a desmenter :
« Tote lasse caitive, com m’est mal encontré
« Del plus bel chevalier qui onques mais fu nés !
« Com fuisse ore garie s’il me daingast amer !
1805« Malleoite soit l’eure qu’il vint en cest ostel,
« Car ja n’i arai preu en trestout mon aé ! »
Et Tieri[s] se repose, si l’a laisié ester,
Bien voit que ne li vient a talent ne a gré :
Un boin lit li fist faire u se va reposer,
1810Et Aiols se dormi dusqu’au demain jor cler.
Quant li ber coisi l’aube, s’est par matin levés.
Il est saillis en piés, si se saina de Dé,
Et prist ses garnimens, si s’en est atornés,
Et Tieri[s] li a fait son ceval amener.
1815Aiol[s] li fiex Elie est par l’estrier montés :
En son cemin en entre, l’oste commande a Dé

XLI[41]

(d)Des or s’en va Aiol[s] tout son chemin plenier
Et trespasse les teres et les desrube[s] fier[s]
Dusqu’a plain miedi a le jor chevauchié ;
1820Et trova .iii. laron[s], que Dex doinst encombrier,
Qui gardoient les voies, les cemins et sentiers.
Ne peut nus hom passer, pelerin[s] ne pamier[s],

Marcheans ne borgois, ne soit a mort jugiés,
Se il a bele feme bonis et vergogniés.
1825« Signor, » che dist li maistres, « je voi .i. chevalier
« Armé et fervesti sor .i. ronchi trotier.
« Ainc mais n’en vi [j]e nul si bien aparellié ;
« Cel boin ceval donrai a mon oste Gautier,
« Si en mera sa cendre al borc et al marchié. »
1830Et respondi li autres : « Molt par avés dit bien,
« Quar .i. l’en promesistes, bien a .i. mois entier.
— Il l’ara, » dist li leres, « ja trestorné nen iert. »
Atant evos Aiol qui les salue bien
De Dé(x) de sainte gloire qui la sus maint el ciel.
1835« Par mon cief, » dist li leres, « chou ne vos a mestier :
« Vos ne vostre salu ne pris jou .i. denier.
« Avec vos m’en irai en cel grant bos foilli[é],
« Donrai vos tel offrande dont n’eussiés mestier :
« Ja quant m’escaperés n’esterés chevalier[s]. »
1840Il saisi Marchegai par le resne a or mier
Que s[i] le vaut mener el parfont gaut ramier
Por lui tout despollier, onnir et vergongier.
Et quant le vit Aiol[s], si s’en est corechiés :
Ne pot a lui joster, trop s’estoit aprociés :
1845Contreval a la tere laissa cair l’espiel,
Il trait nue l’espee qui al costé li siet ;
Si feri le laron amont par mi le cief,
Dessi en la cervelle l’a fendu et froisié,
Et a estort son cop, si l’a jus trebuchié.
1850Li doi tornent en fuie, molt se sont esmaié
Par le grant caup qu’il virent del riche branc d’achier :
Ne l’atendissent plus pour tout l’or desosiel.
(f. 109)Mais Aiol[s] les escauche, si ataint le moien :
Tel cop li a doné de l’espee d’achier
1855Par des(o)us les espaule[s] li a caupé le cief.
Li tiers li escapa qui ens el bos se fiert
Qu’est espès el ramés, c’est dolor et pechiés.

Aiols ne le vaut mie plus [en avant] cachier,
Ains retorna ariere, si a pris son espiel.
1860Bien erent li laron de dras aparellié :
Mal ait s’onques Aiol en vausist .i. baillier,
Ains jure Dameldé le pere droiturier
Que des dras a laron n’ert ja aparelliés
Ne d’autres se nes peut par honor gaingier :
1865Tost venroit en tel lieu qu’il seroit enterciés,
Si en poroit bien estre onnis et vergongiés.
Puis se fiert el boscage, dedens l’aire se fiert :
Dusqu’al chastel de Blois ne s’est mie atargiés.
La nuit si s’est Aiol[s] al vespre herbergiés
1870Chiés un riche borgois qui ot a non Gautiers,
Qui assés li dona a boire et a mengier,
Del feure et de l’avaine Marchegai son destrier.
Et Aiols li offri .iiii. sous de deniers
Que ses peres li ot al departir cargiés,
1875Mais li borgois nes vaut prendre ne manier :
Por sainte carité li dona a mengier.
La nuit se jut Aiol[s] dessi a l’esclairier
Que il reprist ses armes et monta el destrier.
Isnelement s’en torne, si a pris le congié ;
1880De Blois s’en est tornés, ne se vaut atargier,
Joste l’aigue de Loire commenche a cevaucier.
Ains le jor ne fina desqu’il vint a Orliens :
La trova il le roi qui Franche a a baillier ;
Si fu molt por ses armes gabés et laidengiés.

XLII[42]

1885Des or chevauche Aiol[s] lés Loire sous :
De Poitiers a Orliens vient en .v. jors.
Che fu un markedi devant Pascor
Qu’Aiol[s] entra es rues d’Orliens tous sous.
(b)Mais de che fist il bien que gentiex hons
1890Qu’il vint a Sainte Crois aourer le jor.
Par de fors le mostier ot .i. peron ;
Un anel i ot d’or grant et reont
Que fisent saieler li ancissor :

Son destrier i aresne li frans Aiols,
1895Et l’escu et le lanche drecha desous.
Puis entra el moustier de Sainte Crous,
Devant l’autel se mist a genollons,
Dameldé reclama par ses sains nons :
« Glorieus sire pere, » che dist Aious,
1900« Qui el cors de la Vierge fustes tan[s] jors
« Et venistes en tere, che fu por nous ;
« De li fustes vos nés, bien le savons,
« Par dedens Beleem sor .i. peron ;
« Issi com che fu voirs, bien le creons,
1905« Que rois estes et sire de tout le mont,
« Si faites a mon pere procain secour
« Que je laisai malade(s) et besongous
« Et molt povre de dras et soufraitous,
« Qui est avoec l’ermite el gaut parfont :
1910« Sainte dame benoite, je en pri vous ! »

XLIII[43]

Or fu Aiol[s] li enfes [ens] el moustier
Devant le maistre autel agenolié[s],
Dameldé reclama le vrai del ciel :
« Dameldé, » dist il, « pere [le] droiturier,
1915« Qui la mer et le mont peus justichier
« Et le ciel et le terre as a baillier,
« Tu me garis de mort et d’enconbrier,
« Et me done aventure par te pitié,
« Que je puisse mon pere encore aidier
1920« Et resvider ma mere qu’en a mestier :
« Dame sainte Marie, vous m’en aidiés ! »
Quant Aiols ot Jhesu trés bien proié,
Puis sacha de sa borse .iiii. deniers :
Sor l’autel les a mis li chevaliers
1925(c)Par non de sainte offrande molt volontiers.
Or sont li .iiii. sol desparellié(s)
Que Elies ses peres li ot bailliés.
Encore ot il .iii. sous et .viii. deniers
Et un bessant d’or mier bien enforcié

1930Que por Dé(x) li dona li boins paumiers
Qu’encontra el cemin devers Poitiers ;
Puis en ot il merite et boin loier :
Il en ot vair et gris et boin destrier.
Aiol[s] lieve sa main, si s’est sainiés :
1935« Sainte Crois beneoite, vostre congié !
« Jou irai querre ostel dont j’ai mestier :
« Or vos pri qu’envers Dé(x) que m’en aidiés ! »
Par grant humilité ist del moustier,
Et trova son ceval aparellié
1940Qu’il avoit al peron bien atachié.
N’avoit o lui sergant ne escuier,
Ains saisi son escu et son espiel ;
Puis a toutes les rues d’Orliens cherkié :
Molt i trova serjans et cevaliers,
1945Et dame et puceles par ces soliers.
Il ne parla a eles ne nes requiert,
Ne ne demande ostel, qu’il n’en set nie[n]t :
Il n’estoit de che querre pas coustumier[s].
Sa lance fu molt torte, ses escu[s] viés,
1950Ses elmes n’ert pas clers mès esrungiés,
Li las en sont rompu et alasquié :
D’une part li souscline, por poi ne ciet ;
Et Marchegai li trote, haut tient le cief.
Forment le vont gabant cil chevalier,
1955Et dames et puceles des haus soliers,
Et cil riche borgois, cil macheclier.
Li uns en a pris l’autre a araisnier :
« Soions aseuré, joiant et lié :
« Ne caut mais un(s) des nos a esmaier :
1960« Tout avons de novel regaingié.
(d)« Vés en chi un venu des saudoiers
« Aduré de bataille, ardi et fier,
« Et servira le roi qui Franche tient,
« S’aquitera sa tere et son resnié ;

1965« Cis vaura de sa guerre bien traire a cief :
« Riche[s] hom l’a nori et ensengié,
« Si l’a por grans saudees chi envoié(s) :
« Il les conquerra bien a son espiel.
« Bien pert as bele[s] armes et al destrier,
1970« As riches garnimens que il a chier[s]
« Qu’il n’a en nule tere tel chevalier.
« S’il or treve en bataille les Beruhier[s],
« Tout seront mort et pris et detrenchié.
« Par le mien ensiant n’en ira piés
1975« S’il estoient ensamble .xv. millier(s).

XLIV[44]

— Par la moie foi, sire, » che dist uns autres,
« Vous parlés de folie, che est outrages.
« Li chevalier[s] n’est pas de tel folage ;
« Mal pert a son ceval ne a ses armes
1980« Que il ait en son ceur tel vaselage
« Que il aquitast Franche par son barnage ;
« Et sa lanche est molt torte, il le tient basse,
« Li escu[s] de son col molt le travaille. »
Ysabiaus la comtese qui molt fu sage
1985Se seoit as fenestres sor un brun paille
Et vit l’enfant Aiol qui bas chevauche :
Ch’estoit fiex sa seror, de son linage ;
Molt grant pitié l’en prist en son corage.
Lusiane sa fille s’en est pris garde
1990Qui molt estoit cortoise et preus et sage :
Corant vint a sa mere, si l’en aresne.

XLV[45]

Lusiane fut molt gentiex mescine,
Cortoise et avenant et afaitie,
Et fu nieche le roi de Sain[t] Denise.
1995Sa mere en apela, prist li a dire :
« En la moie foi, dame, » dist la mescine,
(f. 110)« Chis hon qui la chevauce n’est pas bien rice[s] :

« Des hui matin va il par ceste vile,
« Il a .iii. fois passé le bare antive :
2000« Chevalier et borgois molt l’escarnisent,
« Che me [re]samble enfanche et vilenie.
« Je quic qu’il quiert ostel, qu’il n’en a mie. »
Et respont Ysabiaus : « C’or i va, fille :
« Par le foi que tu dois sainte Marie,
2005« Se tu povre le vois, nel gabe mie,
« Car che seroit pichiés et vilenie ;
« Et se il vieut ostel, souef l’en guie
« Por amor Jhesu Crist, le fil Marie,
« Et por l’arme del pere qui m’a norie.
2010— Dame, » dist Lusiane, « n’i faura mie. »
Par milieu de la presse s’est aquellie :
Qui la veist le cors de la mescine
Et la car blancoier, le bouce rire
Jamais ne li membrast de couardise.
2015Ele ot vestu un paile des(o)us l’ermine,
Li giron bleu et vert furent et inde,
Chauches ot de brun paile, soulers a liste.
Aiol prist par le rene, vers lui le guie :
« Parlés .i. poi a mi, damoiseus sire :
2020« Molt avés hui alé par ceste vile,
« .iii. fois avés passé le bare antive :
« Chevalier et borgois s’en escarnissent,
« Che me resamble orgeul et grant folie.
« Se vos ostel volés, nel celés mie :
2025« Anuit mais vous ferons herbergerie
« Por l’amistiet de Dieu le fil Marie :
« Por autre gueredon nel fa ge mie. »

XLVI[46]

Lusiane fu molt de grant renon
Et vit l’enfant Aiol qui biaus fu mout ;
2030Mais il ert nus et povres et besongous :
Poverte si fait home molt angoisous.

Ele l’en apela par grant amor :
(b)« Damoiseus de boin aire, dont estes vous ?
« U alés ? en quel tere ? que querés vous ?
2035« Se vos volés ostel, dites le nous ;
« Anuit mais a grant joie vos retenrons
« Por amor Dameldé le glorious.
— Grant merchi, damoisele, » che dist Aious.
« Por autre gueredon nel querons nous. »
2040Puis l’a pris par le resne, mist se el retour.
A mervelle l’esgardent François le jor
Et dames e pucheles et [li] garchon.
Onques ne tresfina jusc’a la court :
La dessendi Aiol[s] al grant peron.
2045El le prist par l’estrier par grant amor :
« Amis, ostés vostre elme, donés le nous,
« Et monterés la sus en cele tor ;
« Del ceval qui remaint n’aiés paour,
« Car bien sera gardés se nous poons.
2050« Ma dame est veve feme, n’a pas signor,
« Mais servir vos fera par grant amor
« Dessi que Dex vous doinst serjant millour.
— Grant merchi, damoisele », che dist Aious.

XLVII[47]

Aiols en est montés ens el solier.
2055La bêle Lusiane al cors legier
Un escuier commande le sien destrier :
Si l’a trop bien froté et estrillié,
Torchié et abevré et aaisié ;
En l’estable le maine por herbergier ;
2060Le frain li abati qu’il ot el cief,
Al kavestre de cerf l’a atachié ;
Del fain et de l’avaine a al mengier.
Puis en vient droit esrant al chevalier :
Un escamel d’ivoire mist a ses piés,
2065Andeus ses esperons a resachiés,
Puis les a bien forbis et essuiés,
Al renge de l’espee bien atachiés,

Ja les pora reprendre li chevalier[s]
(c)Quant il vaura monter sor son destrier.
2070Il n’avoit nul serjant pour lui aidier :
« E Dieus, » che dist Aiols, « quel[s] escuier[s] !
« De che serviche avoie [molt] grant mestier. »
S’or seust Ysabieus qu’il fust ses niés,
Molt par fust ses serviches bien enforciés.

XLVIII[48]

2075Ysabiaus fu molt gente, se fille plus ;
Ele ot Aiol l’enfant molt bien veu.
Mais il est nus et povres, s’en est plus mus :
Poverte si fait traire maint home en sus.
« Amis, » dist Ysabiaus, « et dont es tu ?
2080« U vas ? et en quel terre ? qui te conduist ?
« Ne maines escuier, seul t’ai veu.
— Dame, » che dist Aiol[s], « li cors Jesu ;
« Je n’ai autre garant certes que lui :
« Qui mal me vaura faire, tous sui segurs.

XLIX[49]

2085« Par le moie foi, dame, je sui gascon,
« De la marche freconde le roi Yon :
« Mes peres gist malades en sa maison.
« Gautier de Pont Elie l’apele on ;
« .vii. ans a a le feste le Rovison
2090« Que il ne pot cauchier ses esperon[s] :
« Faillis li est avoirs et garison[s] ;
« Or m’a bailliet ses armes et ses adous,
« Si m’envoia en France tout besongous.
« Tant avons quis l’ostel que nous l’avons :
2095« De Dameldé de gloire qui fist le mont
« Et en la sainte crois prist passion
« En aiés vos merite et gueredon !
— Por Dé(x), » dist Ysabiaus, « pensés en dont. »
Lusiane la bele mist a raison :
2100« Par la foi que tu dois a saint Simon,

« Quir nous bars et angilles, [luz] et saumons,
« Et puiment et claré et venison.
« Cis valès me samble estre de grant renon
« Et por son cors la feste en avanchon. »
2105(d)Adont vint la pucele par le maison
Rebracie d’un cai[n]se fait a boton :
Qui li veist aler si a bandon
Sambler li poroit feme de [grant] valor.

Qui veist la pucele al cors menbré,
2110De feme de boin aire li deust menbrer.
Le maistre senescal a apelé ;
Se li fist le mengier bien conreer,
De car, de venison et de sai[n]gler ;
Vin orent et puiment a grant plenté.

2115Chele nuit fu Aiols bien herbergiés :
Car il orent assés aparelliés ;
Si orent boins sergans et despensier
Et keu et senescal et boutellier.
Signor, cui Damelde[x] savra aidier
2120Li voirs de sainte gloire par sa pitié,
Ja nus bon nel pora puis enpirier.

LII[52]

Ysabiaus prist sa fille par le main destre,
En sa cambre l’en maine, si l’en apele :
« Fille, cis enfes samble de fiere geste ;
2125« Cil Damede[x] de gloire, li rois chelestre,
« Qui fist et mer et monde, oisel et beste,
« Li doinst icho trover que il va quere :
« Por Dieu te prie, fille, que bien le serves,
« Ne li faille nus biens qui soit en tere.
2130— Dame, com vous plaira, » dist la pucele.

LIII[53]

Lusiane la bele le sert a gré ;

Quant qu’ele pot le sert a volenté.
La pucele vaillant al cors sené
Del solier avala tous les degrés
2135Et vint a Marchegai por esgarder,
S’aplanoie ses crins et ses costés ;
Et a un escuier o lui mené :
Garder li fait les piés s’il sont feré,
Et on le trova bien encor(e) clavé.
2140Lors s’en torna la bele al cors molé
(f. 111)Et laise le ceval bien ostelé,
Del feure et de l’avaine li done assés.

LIV[54]

La pucele s’en torne al cors gentil
Et laisse le cheval trés bien servi.
2145En une cambre en entre de marbre bis :
La fist le lit Aiol par grant delit ;
Les kieutes sont de paile que desous mist
Et li linceul de soie, n’i ot pas lin ;
Li covertoir de martre grant et furni
2150Li l’oreillier[s] fu fais d’un osterin.
Aiol en apela, se li a dit :
« Damoiseus, venés ent huimais dormir. »
Par le puin le mena dessi al lit.
Garins tient le candeile et sert del vin :
2155Bien en ont andoi but par grant loisir.
Puis le fist descauchier, nu desvestir,
Et quant il se coucha, bien le covri :
Douchement le tastone por endormir.
Il s’en torne, et regarde, et fait soupir :
2160Onques mais gentil home ne vit servir,
Car il avoit esté el bos nori[s] ;
Le deduit de puchele n’ot pas apris.
Dameldé depria qui ne menti
Que il fache a son pere boine merchi
2165Que il laisa malade et entrepris

Entre lui et sa mere el gaut foilli(s) ;
Mais bele Lusiane bien le servi :
Autressi se contient com s’il fust pris.

Douchement le tastone la damoisele :
2170Ele li mist la main a la maisele ;
Oiés con faitement ele l’apele :
« Car vous tornés vers moi, jovente bele ;
« Se vous volés baisier, n’autre ju faire,
« J’ai trés bien en talent que je vos serve.
2175« Si m’ait Dieus del ciel, je suis pucele,
« Si n’euc onques ami en nule tere.
(b)« Mais moi vient en penser, vostre voil estre,
« S’il vos vient a plaisir que je vos serve.
— Bele, » che dist Aiol[s], « li rois chelestre
2180« Qui fist et vent et mer et ciel et tere
« Vous merite les biens que vous me fetes !
« Car vos couchiés huimais, bien en est terme,
« Laiens en vostre cambre o vos pucheles.
« Enfressi a demain que l’aube pere
2185« Sarés de mon corage, jou de vostre estre :
« Bien ermes acointié demain al vespre. »
Del respit n’eust cure la damoisele.

LVI[56]

La puchele s’en torne toute dolante
Et a laisiet Aiol dedens la cambre.
2190Plus tart qu’ele onques pot en la soie entre,
En un lit se coucha, molt se tormente.
Mais ele n’i dormist por toute Franche,
Tant i ot mis son ceur et s’esperanche.
Longuement se regrete, après [s]i pense :
2195« Lasse ! » dist la pucele, « com laide cance
« Quant je le voil amer et lui n’en menbre !
« E Dieus ! c’or me consele, vraie poissance !
« Saint Denise en ferai molt bele offrande,
« .xiiii. mars d’argent tout en balance. »

LVII[57]

2200La puchele s’en torne al ceur iré,

En sa cambre s’en entre, l’uis a fremé ;
Mais el(e) n’i pot dormir ne reposser,
Toute nuit en parolle en son pensé :
« Damoiseus, molt par estes gentiex et ber !
2205« Onques ne vi [je] home de vostre aé
« Qui feme ne vausist vers lui torner.
« Bien poés estre moines, se vos volés ;
« Alés prendre les dras : porqu’atendés ?
« De vostre amor m’esteut a consirer :
2210« Quant je n’en puis plus faire, lairai ester.
« Je vous ai en mon ceur si enamé
« Qu’a paines vos porai entroblier. »
(c)Et Aiols s’endormi jusc’au jor cler
Qui cesti ne nule autre ne vaut amer :
2215Li gentiex chevalier[s] pensoit a el ;
Ançois rendra son pere ses iretés
Que amisté de feme voille user.
Il set tout a fianche par verité
Que il poroit son pere tost oublier :
2220Car amistet de feme fait tout muer
Le corage de l’home et trestorner.

LVIII[58]

Toute nuit gist Aiol[s] jusc’al matin.
Quant l’enfes coisi l’aube, si s’esbaudi,
Isnelement se cauche quant fu vesti[s],
2225Et vait a Sainte Crois le messe oir
Et sieut porsession jusc’au midi ;
Quar Elies ses peres li avoit dit
Qu’il se penast toudis de Dé(x) servir :
Chil cui Dex vieut aidier n’ert ja honi[s].
2230A l’ostel s’en repaire quant tout fu dit ;
Li mangier[s] fu tout prest quant il revint.
Aiols et se boine oste i sont asis :
Li senescaus les sert molt bien del vin.
Quant assés ont mangiet par grant delit,

2235Les deniers de sa bourse a Aiol[s] pris ;
U que il voit s’ostesse, se li a dit :
« Dame, » che dist Aiol[s], « vo grant merchi
« Del bien que m’avés fait puis que vi(e)ng chi ;
« Damede[x] le vos mire qui ne menti.
2240« Or tenés .iiii. sous que jou ai chi :
« Je quic .iiii. denier en sont failli
« Que j’ofri Sainte Crois, soie merchi :
« Se plus ai despendu, tous sui garni[s]
« Que je meche mon gage et fache fin.
2245« Encore ai un hauberc et un roncin
« Et un elme d’achier, n’est pas bruni[s],
« Et chil quil me dona ne l’ot si vil
« Que il n’en presist mie son pois d’or fin :
(d)« Il l’a en maint estor de mort gari ;
2250« Et s’ai .i. branc d’achier, n’en quier mentir,
« Ne quic qu’il ait millor en ces pais ;
« Et s’ai .i. besant d’or, veés le chi,
« Que por Dieu me dona un[s] pelerins ;
« Et s’ai un anel d’or grant et furni
2255« Que me dona mes ostes al departir,
« Un[s] borgois de Poitiers que Dex ait ! »
Et respont Ysabiaus : « Molt es gentis !
« Estoie tes deniers, biaus dous amis ;
« Se Dieu[s] m’ait de gloire qui ne menti,
2260« Je n’en prendroie nul devant avril :
« Je ne sui pas borgoise de cheste chit ;
« Ainc ne vendi encore ne pain ne vin,
« Ançois sui gentieu feme, seur Loeys,
« L’enpere[or] de Franche de Saint Denis,
2265« Qui toute cheste tere a a tenir. »
Quant l’entendi Aiols, liés en devint.
Or set bien que ch’est s’ante près de son lin,
Car Elies ses peres li avoit dit ;
Et dist entre ses dens c’on ne l’oi :
2270« Dameldé, sire pere(s), grés et merchis
« Vos en puisse jou rendre a vo plaisir

« Que de chest grant pichié m’avés gari,
« Que Lusiane m’ot près escarni :
« Ersoir se vaut couchier ensamble mi :
2275« Ma cousine est germaine, jel sai de fi ;
« Cui Dieus vaura aidier ja n’ert honi[s] !

LIX[59]

— Amis, » dist Ysabiaus, « molt estes ber :
« Estoiés vo[s] deniers, mais n’en parlés.
« Encor(e) nen a il mie .ii. mois passés,
2280« S’ensi fuisiés venu por conquester,
« Ja ne vos esteust avant aler,
« Car Berruier nos ont tous desherté :
« Il nous gastent et proient par lor fiertés.
« Je ne sui pas borgoise de la chité,
2285(f. 112)« Ains sui seur Loeys qui cest rené
« Et toute ceste terre a a garder.
« Li dus Miles d’Aiglent qui molt fu ber,
« Cil tenoit .x. chastieus et .iii. chités,
« Si me quist a mon pere par sa bonté :
2290« Mes sires ne me pot mieus marier,
« Volentiers me dona et de boin gré :
« N’euc d’oir que ceste fille que chi veés.
« En traison l’ochisent .xiiii. per :
« Li uns en fu Makaires li desfaés,
2295« De maintes traison[s] est il provés ;
« Puis a il les François si enbevrés
« Et lois et jugemens (est) a lui tornés
« Qu’il a tous les frans homes mal atiré ;
« Elie, mon serouge, qui molt fu ber
2300« A il par traison desireté(s) ;
« Or en tient les chastieus et les chités.
« Ma seur en est kaitive, jel sai assés,
« S’en ai mon ceur dolant, grain et iré. »
Quand l’entendi Aiol[s], s’en est clinés.
2305Se or(e) vausist li enfes avant parler,

Ja fuissent acointié par amisté.

« Amis, » dist Ysabiaus, « molt sui marie
« D’une seror que j’ai, que sai kaitive :
« Ele est en autre terre et li sien[s] sires.
2310« Makaire[s] de Losane les deserite :
« Mais molt m’aime li rois de ceste vile,
« Car chou est li miens frere et li miens sire.
« Cil Dameldex de gloire, li fieus Marie,
« Qui le ciel et le tere a en baillie,
2315« Li renge, se lui plest, ses honors quites,
« Et confonge Makaire le mal traitre
« Qu’a tort et a pichié les desherite ! »
Quant l’entendi Aiol[s] li frans nobile[s],
Contreval envers tere s’en humelie,
2320Et dist entre ses dens c’om ne l’ot mie :
(b)« Par le foi que je doi sainte Marie,
« Ja ne verés passer Pasque florie,
« Se j’encontre Makaire le mal traitre,
« Qu’a l’espee trenchant d’achier bornie
2325« Cuic envers lui moustrer tele estouthie
« Dont li gira sanglans li cors sans vie !

LXI[61]

— Sire, » dist Ysabiaus o le cors gent,
« Damoiseus de boin aire, a vo talen :
« Vaurés vos i parler prochainement,
2330« Al fort roi Loeys u Franche apent ?
— Dame, » che dist Aiols, « n’en sai nient :
« Ne m’os abandoner si faitement ;
« Bacheler[s] qui est enfes de mon jovent
« Ne doit aler a cort si prestement,
2335« S’il nen a gentis armes et garniment :
« Senpre le gaberoient toute li gent.
« Mais pleust ore a Dieu omnipotent
« Qu’or venist a la porte torniement :

« Ja m’en istroie fors premierement,
2340« Mon ceur essaucheroie et tout mon sens,
« Se j’estoie couars u fel u lens.
— Amis, » dist Ysabiaus, « ch’ert a tout tens,
« Quar Beruier nous vienent ichi sovent
« Et Sarrasin nous mainent molt malement :
2345« Panpelune nous tolent a ensient. »

LXII[62]

Che fust après le Pasque el mois d’esté
Que li quens de Boorges s’est porpensés.
Il a trestous ses homes a lui mandés,
.viixx. chevalier furent tout adoubé.
2350Beruier sont en Franche par nuit entré
El val de Suberie de sous Valcler :
La ont mis lor agait a rechelé ;
Tel .iiii. chevalier s’en sont torné
Qui le cembel en portent a le chité
2355U Aiols se pora ja esprover
Et son grant vaselage bien demoustrer.

LXIII[63]

(c)Des .iiii. robeors qui la iront
Par le mien ensiant sai bien les nons :
C’est Nivars et Aliaumes, Foucars, Sansons ;
2360Il orent cleres armes et [biax] poignons
Et boins destriers corans, fors et Gascons.
Il vienent a Orliens, passent le pont,
Et fierent en le bare tout a bandon,
Et crient lor enseinges a [molt] haut ton :
2365« U estes, Loeys li fieus Charlon ?
« Issiés vos ent cha fors, si vos veron :
« L’onor que conquist Charle[s] vos calengon.
« A tort portés corone, nous le dison ;
« Jamais de ceste guerre fin ne prendron
2370« Dessi que t’arons mort u en prison. »
Quant l’entent l’enpere[re], pesa l’en mout :

François corent as armes et as adous.
Aiol[s] li fiex Elie en ot le ton :
Grant joie ot de la guerre, molt li fu boin
2375Qu’il vaura essauchier s’il peut son non.

LXIV[64]

Li cenbiaus fu rendus, li noise est grans :
François corent as armes communalment,
Et Loeys de Franche a fait son ban :
N’en istra chevaliers ne nus serjans
2380Dessi a icel[e] eure qu’il le commant.
Aiol[s] fu a l’ostel grains et dolans,
Que il n’avoit ami ne nul parent
A qui il ossast dire son erement ;
Ains reclaime Jhesu escortrement :
2385« Ahi ! glorieus pere, sire poissans,
« Qui fesis Lasaron de mort garant
« Et li vostre saint cors fu sussitans,
« Solel fesis et lune, vens tornians,
« Issi com chou est voir, jel sui creans,
2390« Car faites, s’il vos plaist, hui por moi tant
« Que chevalier conquerre tout sens el camp
« Que renge mort u pris u recreant,
(d)« Que Loeys le sache et tout li Franc :
« Ne m’iroient huimais François gabant.
2395« Hé ! las ! comme il me vont escarnissant !
« Dont s’aroie [je] bien dorenavant,
« Mieus esteroit mon pere de son enfant ! »
Quant Jhesu ot proié par avenant,
Il vint à Marchegai son auferant.
2400Li ber i mist le sele, le frain avant ;
Puis a vestu l’auberc fort et tenant
Et a lachiet son elme, n’est pas luisant,
Et chaint l’espee Elie al gentil flanc :
El roiaume de Franche n’ot plus trenchant.
2405Lusiane la bele li vient devant :

Si l’en a apelé cortoisement.
Chele fu preus et sage, de bel samblant :
Molt l’amast en son ceur veraiement
Plus que nul home en terre qui fust vivant ;
2410Mais il n’i pensoit pas ne tant ne quant,
Ains avoit de son pere le ceur dolant
Qu’avoit laisié malade et besoignant
Et desgarni d’avoir et desirant
El plenier hermitage a Mongaiant,
2415Et Avisse sa mere al cors vaillant
Qu’avoit desireté par son engan
Makaire[s] de Losane li souduiant.
« Amis, » dit la puchele al cors vaillant,
« Remetés jus vos armes, laisiés atant,
2420« Car li roys Loeys a fait son ban,
« N’en istra chevaliers ne [nus] sergans
« Nes uns hon en ces[t] siecle qui soit vivans,
« Dessi a icel[e] eure qu’il le commant.
« Vos armes sont molt vieles, mal avenant,
2425« Ne sont beles ne cleres ne reluisant :
« Cil chevalier s’en vont escarnissant.
« S[e] or fuisiés issus la fors el camp
« Et se pris vos avoient li souduiant,
(f. 113)« Ochire vous poroient de maintenant ;
2430« Ne vous iroit secore nus hon vivant :
« Ains i avroit tel noise, mien ensiant,
« C’on n’i poroit oir nes Dieu tonant.
— Bele, laisiés m’ester, » che dist Aians :
« Cheste gent me vont molt escarnisant,
2435« Petit sevent mon ceur ne mon talant :
« Car se Jhesu me done par son commant
« Que je m’en puise issir sor l’auferant,
« Passer le pont de Loire qui si est grans,
« Et je truis le cembel la fors es cans,
2440« Ne lairoie por home qui soit vivant

« Que n’i voise ferir de maintenant.
« Se n’abac chevalier de l’auferant
« Et nel renc mor[t] u pris u recreant,
« Que Loeys le sache et tout li Franc,
2445« Ja Dameldé ne plache, le roi poissant
« Qui fu né de la Vierge en Beleem,
« Que je chaiens repaire en mon vivant. »
Dont ot la damoisele le ceur dolant,
Quant por lui ne vieut faire ne tant ne quant.

LXV[65]

2450« Amis, « dist Luisiane, « frans damoiseus,
« Remetés jus ces armes et cel auberc :
« N’istra hui chevalier[s] de cest recet :
« Li rois i a mis ban par saint Marcel. »
Et respondi Aiol[s] : « Or m’est molt bel :
2455« Se chevaliers s’en ist, g’irai après.
« N’ai riche garniment ne vair mantel
« Ne ne porc lanche pointe ne pingoncel :
« Cil viel home me gabent et cil dansel ;
« Se ne fier par effors en ce cembel,
2460« J’ai mavais repairier en cest chastel.

LXVI[66]

— Sire frans damoiseus, » dist la mescine,
« Remetés jus vos armes que avés prises ;
« N’istra hui chevalier[s] de cheste vile :
« Li rois i a mis ban, ses cors meismes.
2465(b)« Esgardés de ces rues com sont porprisses,
« Et ces tors grans et hautes qui sont antives :
« Molt i a chevaliers et dames riches :
« S’or estiés la fors, vos armes prises,
« François ont lor ceurs plains de felonies ;
2470« Quant il voient povre home, si l’escarnissent,
« Il ne laissent por Dieu riens a [li] dire.
« N’estes pas conreé a le lor guise,
« N’avés pelichon vair, gris ne hermine ;

« Ja avroit tel tabor par ceste vile,
2475« Mieus vauroie estre morte et enfoie
« Que noise ne orgeul vos i fesissent.
« De tant com jou en voi sui jou marie. »

LXVII[67]

Aiol[s] ne laisse mie por chou li ber,
Ains vint a Marchegai, si est montés.
2480« Damoisele, l’escu car me donés :
« S’isterai en ces rues por deporter ;
« Se chevaliers s’en ist, j’ai enpensé
« Que je vauroie senpre après aler :
« Se venoit a bataille ne a joster,
2485« Mieus vauroie estre mors que chi remés !
— Amis, » dist Lusiane, « molt estes ber !
« De t’amor me convient a consirer :
« Quant je n’en puis plus faire, larai aler.
« A Dé(x) de sainte gloire soit commandés
2490« Tes cors et ta proeche et ta biauté,
« Que de mort te deffenge par sa bonté ;
« Ne soies mors ne pris ne afolé[s] ;
« Sain et sauf te ramaint en la chité
« Et que je puise encore a toi parler :
2495« Plus vos aim que nul home de mere né. »
Ele li rent l’escu, si l’a combré,
Si l’a tost par le guiche al cors seré,
Et son trenchant espiel li a doné :
« Bele, » che dist Aiol[s] li gentiés ber,
2500« Jhesu de sainte gloire de majesté
(c)« Qui le chiel et le tere [a] a garder
« De vostre gent serviche vos sache gré
« Et me doinst aventure par sa bonté,
« Qu’il soit astivement guerredoné ! »
2505Par miliu d’une rue s’en est tornés :
.c. chevalier l’esgardent jovene et barbé
Et dames et pucele[s] et bacheler ;

Le cembel esgardoie[nt] por deliter :
Chou est molt bele cose a esgarder.
2510Es les vous a Aiol si atorné :
Onques puis de cembel n’i ot parlé,
Et dist li un[s] a l’autre : « Laisiés ester.
« Hé ! Dieus ! u a il ore tant conversé ?
« Quel diable l’ont fait tant demorer ?
2515« Il vauroit orendroit estre al joster,
« Ja (en) aroit .v. ochis et afolé[s] :
« Chis vengera anqui le mor[t] Fouré ! »
Quant Aiol[s] l’entendi, s’en fu iré[s] ;
Par [mi]liu d’une rue s’en est torné ;
2520Par devant .i. chelier est trespassé[s],
Lecheor[s] i avoit molt assamblé[s] :
As mains sont combatu et racordé.
Molt furent laidengié et despané :
Li ostes les ramaine, si prist les dés ;
2525Son plus grant eskekier a aporté,
Ses compaignons en a araisoné :
« Signor, » che dist li ostes, « or entendés :
« A (i)cest cop a il lot bien mesuré
« De tout le millor vin de cest ostel ;
2530« Et qui ne vient a nous al vin geter,
« Si me vuit mon celier et laist ester
« La noise et le tenchon que vos menés :
« N’ai cure de tenchier ne d’estriver,
« Ains voil grant pais tenir en mon ostel. »
2535Et cil li respondirent sa volenté :
Atant s’en sont rasis al ju del dé.
(d)Atant evous Aiol qu’est trespassés
Par devant le chelier trestout armés.
Li ostes le regarde, si a parlé,
2540Dist a ses compaignons : « Baron, veés :
« Je voi un chevalier qui est faés :
« Je li dirai ja auques de mes pensés. »

Devant lui est venus tous effreés,
Se li dist fierement : « Sire, entendés :
2545« On vent chaiens boin vin et boin moré(s) ;
« Doi serjant orent ore chi tremellé :
« Li uns a molt perdu(s), s’est adampnés.
« Che dist, de mavais giu li ai gué(s) ;
« On me tient por preudome en la chité :
2550« Si n’en vauroie mie estre blamés.
« Vasal chevalier, sire, veschi les dés :
« Li uns est menuier[s], l’autre quarés,
« Et li tiers est pleniers por bien juer ;
« Tenés les en vo main, ses esgardés :
2555« Sire, se il sont boin sel me dirés
« Et le droit jugement nous en ferés,
« Car sor vos l’avons mis et atiré. »
Et respondi Aiol[s] : « Laisiés ester :
« Onques en mon eage ne vi juer ;
2560« Vos compaignons arriere le demandés,
« A che qu’il en diront vos en tenés,
« Car voir nul jugement ne sai trover
« Quar onques ne soc riens de ju de dés.
— Vasal, » dist li lechiere, « vos n’en irés ! »
2565Par le frain l’a saisi, si l’a tiré,
Trés devant le chelier l’a reculé :
Marchegai le regarde, si lait aler
Le pié destre qu’il ot gros et quaré :
Devant en mi le pis l’a encontré ;
2570Un si mervilleus cop li a doné
Que .iii. costes li fait el cors froer ;
Por un poi que le ceur n’en a crevé :
(f. 114)Trés en mi son celier l’a fait voler,
Mal soit de l’escallon qu’il a conté !
2575Li lechieres se pasme, ne pot durer,
Et quant il se redreche qu’il pot parler,
A .c. mile diable[s] l’a commandé,
Aiol et son ceval, n’en pot faire el.
Aiol[s] li fieus Elie a tant alé

2580Qu’el grant marchiet d’Orliens en est entré[s] :
Borgois et macheclier l’ont molt gabé,
Des pomons de lor vakes l’ont il rué :
« Voié(n)s, compere Pieres, » che dist Eldré[s],
« E Dieus ! cis avoit ore trop demoré !
2585« S’il ore avoit ja fors l’estor trové
« Il ne donroit mais trieves devant Noel ;
« Car fust chi Hageneus li enivrés
« Et Hersent, sa mollier al ventre lé !
« Toutes gens set lait dire et reprover ;
2590« Chele ne voit nul home par chi passer
« Que maintenant ne sache un gab doner ;
« S’ele avoit son coutel grant acheré,
« Son ronchi li aroit ja escoué,
« Dont seroit il plus biaus a amener. »
2595Et respondi Aiol[s] : « Laisieme ester :
« Vos faites vilonie que me gabés,
« Et tort et grant pichié et mavaisté :
« Ains ne vos forfis riens en mon aé.
« Quant Damelde[x] vaura, j’arai assés
2600« Qui del sien me donra a grant plenté. »
Li auquant l’ont laisié qu’en ont pité
Por chou que belement l’oent parler.

LXVIII[68]

« Sire, » che dist Houdrés, « ce est folie
« Que si matin avés vos armes prises
2605« Et no gent crestiene volés ochire ;
« Vos parens est Forés, que que nus die :
« Devant Paris fu mors par estouthie,
« Et vous le vengerés après complie :
(b)« A l’espee d’achier ferés martire.
2610« Molt alastes ersoir par ceste vile,
« Mener quidiés no gent a le folie :
« Ches armes que portés sont molt pories ;
« Por voir les entorchierent gent Sarrasine :

« Qui navrés en seroit ne poroit vivre. »
2615Quant l’entendi Aiol[s], molt s’en aire.

LXIX[69]

Des or chevauche Aiol[s] grains et iriés
Por chou qu’il s’ot gaber et laidengier.
Molt le gabent serjant et escuier,
Meismes Loeys qui Franche tient
2620Qui fu en son palais grant et plenier.
Al matin s’est levés de son mengier,
Et vit l’enfant Aiol ens el marchié
Et les gens qui tant l’orent contralié.
Li rois en apela ses chevaliers,
2625A haute vois s’escrie : « Baron, voiés :
« Chi vient un[s] chevaliers aparelliés
« Qui vaura anqui estre as cos premiers,
« S’aquitera ma tere et mon resnié ;
« [Quar] il vaura ma guerre bien traire a chief.
2630« Riches hom l’a nori et ensengié(s) ;
« Si l’a por grant saudee cha envoié(s) ;
« Il les conquerra bien a son espiel. »
Quant Aiols ot le roi, molt fu iriés :
Un borgois en apele quenu et viel
2635Qui devant lui estoit en cel marchié :
(c)« Amis, » che dist Aiols, « bien ait vos ciés !
« Qui est chis qui me gabe en ces[t] sollier ?
— Sire, chou est li rois qui Franche tient,
« Et si vos a gabé et laidengié. »
2640Quant l’entendi Aiols, molt fu iriés
Et dist entre ses dens c’on ne l’ot nie[n]t :
« Hé ! Dieux ! chou est mes oncles, je sui ses niés ;
« Si ne me deust mie contralier. »
Sel seust l’emperere qu’il fust ses niés,
2645Ja n’i fust plus gabés ne laidengiés,
Ains fust [molt] richement aparelliés.

Por quel gabe li rois ne fait pas bien :
Anqui en ert Aiol[s] si bien vengiés
Qu’il l’abatra a joste de son destrier,
2650Si quel veront serjant et chevalier.

LXX[70]

[Des] or chevauce Aiols grains et dolans,
Por les gens qui le vont escarnisant.
Li marchiés estoit plains de toute[s] gens,
Et li un et li autre vont poursivant
2655Aiol le fil Elie, sel vont gabant.
Atant evos Hersent al ventre grant ;
Ch’ert une pautoniere [molt] mesdisant,
Feme a un macheclier d’Orli[e]ns le grant :
Né furent de Borgonge la [de] devant ;
2660Quant vinrent a Orliens la chité grant,
Ni aporterent il, mien ensiant,
De tous avoirs en tere .v. sous vaillant ;
Ains estoient kaitif et mendiant,
Dolant et mort de fain et pain querant :
2665Mais par lor esparenge fissent il tant
Que .xx. sous de deniers vont espargnant,
A mont[e] et a usure si vont prestant :
Ainc que fuissent passé plus de .v. ans
Les vont si li diable montepl[i]ant
2670Ces .xx. sous de deniers qu’il vont prestant,
Un si trés grant avoir vont amassant
(d)Que les .ii. pars d’Orliens vont engagant,
Fours, molins et rechès vont acatant
Et vont tous les frans homes desiretant.
2675Quant il furent venu en l’avoir grant
Qu’il sont venu a auques de droit niant,
Lors ceullent un orgeul de maintenant,
Ne laisoient durer home vivant.
Ele ert si felenese et mesdisant,
2680Cuiverte et orgellouse et mal parlant :

Li borgois de la vile [s’]en vont gabant,
De chou que ele dist font joie grant.
Quant le virent venir, si vont criant :
« Et car laisiés aler dame Hersant
2685« Dessi al chevalier a son talant :
« Ele li dira ja de son romant. »
Envers Aiol s’en vient de maintenant ;
Par le frain le saisi, s’estut devant.
Ele ot le panche grose et le cul grant,
2690......... mal avenant.
Ele dist a Aiol en ranpronant :
« Vasal chevaliers sire, car faites tant,
« Soiés de ma maisnie d’ore en avant,
« Donrai vous une offrande molt avenant :
2695« Ch’ert une longe andoile grose et pendant,
« Fermee ert en vo lanche al fer trenchant :
« Adonc saront trestout petit et grant
« Qu’estrés de ma maisnie d’ore en avant.
« Si vos iront por moi tout redoutant,
2700« Car je sui marchecliere, je vos creant ;
« Mais je ne vendi car bien a .xv. ans :
« Neporquant le sornon en ai tous tans. »
Aiol[s] li respondi par avenant :
« Dame, » dist (li) li valès, « laisieme atant :
2705« Vous m’avés bien gabé, s’en sui dolant ;
« Mais [i]che me va auques reconfortant
« Que vous avés cel cors mal avenant :
(f. 115)« Hideuse estes et laide et mal puant,
« Et le vostre serviche pas ne demanc.
2710« Molt vous aiment ches mousques par Dé le grant,
« Car vos estes lor mere, mien ensiant :
« Entor vos trevent merde, j’en sai itant,
« Que a molt grans tropiaus vos vont sivant. »
Dont ot li pautoniere le ceur dolant,
2715Mais ne set que respondre [ne] tant ne quant.

Trés par mi le grant presse s’en va fuiant :
Li borgois de la vile le vont huant,
Et li un et li autre le vont criant :
« Trové avés vo maistre, dame Hersent,
2720« Onques mais ne veimes home vivant,
« Qui vos ossast respondre [ne] tant ne quant. »
Atant es Hagenel le souduiant,
Baron estoit Hersent le mal parlant :
U que il voit Aiol, se li dist tant :
2725« Vasal, vous n’estes mie trop [par] sachant,
« Que vous alés les gens si esmaiant ;
« S’avoie mon coutel le miex trenchant,
« Molt tost le comperiés [de] maintenant,
« Car je vous en feroie ja en lanchant ;
2730« La plus gente bouchiere alés blamant
« Que on trovast en Franche qui est [si] grant. »
Dont lieve la risee el marchié grant,
Que n’i oiessiés mie nes Dieu tonant.

LXXI[71]

Quant Aiols fu partis de la tripiere,
2735Contreval s’en torna lés la riviere
Selonc une maison qui ert de piere :
Femes i a oies qui sont noisi[er]es,
Qui coisirent Aiol lés la maisiere.
Li une huce a l’autre : « Compagne chiere,
2740« Raiborc et Holduit et Geneviere,
« Vés la le chevalier qui est songiere :
« Il a prises ses armes, si fait grant chiere ;
« Par son grant vaselage rarons no kievre. »
(b)Raiborghe li escrie a vois pleniere :
2745« Entendés cha a moi, gentiex poingiere :
« Çaiens gist uns hons mors sor la litiere ;
« Bien poés en lui faire amoisne chiere.
« Prestes nous vostre escu, s’en ferons biere
« Tant que l’aions porté jusc’a Saint Pierre,

2750« La u nous l’enforons en la litiere. »
Quant l’entendi Aiol[s] li frans poingiere,
Belement lor respont a simple chiere :
« Car me laisiés en pais, putains sorchieres,
« Que Jhesu vous confonge li droiturieres ! »
2755Lors s’en torna Aiol[s] lés la riviere,
Dameldé reclama et puis saint Piere.

LXXII[72]

Des or chevauce Aiols grains et maris,
Por chou qu’il s’ot gaber et escarnir ;
Mais il fu chevalier[s] preus et gentis :
2760Si ne li caloit mie de tous lor dis.
En endurer le met et en soufrir,
Car Elies ses peres li avoit dit,
Si l’en ot castoié et bien apris,
Que li hom qui plus tenche plus est honis.
2765Cent garchon(s) le porsievent grant et petit,
Et li getent chavates et caillaus bis,
Et pomon et caronge et merde ausi.
« Enfant, » che dist Aiols[s], « tornés de chi :
« Ne vos caut a gaber hom[e] entrepris.
2770« Je sai a ensiant que sui mendis :
« Si n’ai en ceste tere parent n’ami.
« Alés a vos osteus, les vos merchis :
« Jhesu le vos pardoinst qui ne menti.
« Certes je m’ai molt chier, qui qui m’ait vil.
2775« Ahi ! biaus sire pere, tu me desis :
« Caitif d’autre contree convient tapir. »
Li auquant s’en tornerent que pités prist,
Por chou que belement lor respondi.
Aiols vint a le porte devers Berri ;
2780(c)Si fesist il a l’autre se il vausist,
Car il n’estoit [ne] ivres ne estordis.
Et trova le portier quil dut servir
Sor un peron de marbre u il se sist.

Li lechieres fu fel et faus et bris.
2785Il est saillis en piés, devant lui vint ;
Le pan de son mantel se li tendi,
El puin destre li ploie, se li a dit :
« Sire, tenés mon gage, je me renc pris ;
« Si en ferés justiche a vo plaisir. »
2790Quant Aiol[s] l’entendi, s’en fu maris
Quant il set et entent qu’il l’escarnist :
Talent ot de l’espee l’alast ferir,
Quant li menbre del sens et des boins dis
Que Elies ses peres li avoit dit
2795El bois en Mongaiant quant s’en parti
Que li hon qui plus tenche plus est honi[s] :
Il rebati el feure le branc forbi :
« Amis, » che dist Aiols, « se Dex m’ait,
« Tu te jues a moi, jel sai de fit :
2800« Et je voil que tu dies tout ton plaisir ;
« Mais ovre cele porte, lai m’ent issir,
« Si sievrai le cembel que je vic chi.
« Se gaing palefroi ne boin ronchin,
« Baille cha ta main destre : je te plevi
2805« Que je te donrai tant al revenir,
« L’acordanche en ert faite a ton plaisir :
« Ne sui pas chevaliers de riche pris. »
Et respont li portier[s] : « Laisieme oir :
« Par la foi que vous doi, biau[s] dous amis,
2810« N’istra hui chevalier[s] de cheste chit.
« Remetés en l’estable vostre ronci ;
« Poi a mangiet avaine en cest avril.
« Vous feriés la fors le malfé vis :
« Cil qui bien sont armé et bien garni
2815« Ne lor poriés forfaire un Angevin. »
(d)Quant Aiol[s] l’entendi, molt fu maris.

LXXIII[73]

Or sist Aiol[s] li ber sor son destrier,
Desore Marchegai qu’il ot molt chier.
Le portier apela par amistié :

2820« Oeuvre moi cele porte, par le tien cief :
« Si sievrai le cembel por encauchier.
« Done cha ta main destre, je t’afi bien,
« Se gaing palefroi ne boin destrier
« Je t’en donrai ta part al repairier.....
2825— Diable vos feroient riens gaingier. »
Quant Aiol[s] l’entendi, molt fu iriés :
Si dist entre ses dens c’on ne l’ot nient :
« Dieus, » dist il, « pere qui tout as a baillier,
« Tant m’aront hui gabé chil renoié !
2830« Se je fierc ces[t] gloton del branc d’achier,
« Assés tost li aroie le cief trenchié.
« Mais encor ne seroie pas bien vengié[s]
« De tou[s] ciaus qui m’ont hui contraloié ;
« Et je voi c’es[t] borgois mal afaitié[s] :
2835« Mieus me vient a soufrir tout son plaidier
« Et toute sa parolle qui ne vaut riens
« Que fesise tel cose al commenchier
« Dont je fuisse honis u vergongiés. »
Atant le rapela li fel portiers :
2840« Entendés, » fait il, « cha, biaus amis chiers ;
« Por chou que je vos voi desconsellié,
« Vos vaurai ja aprendre molt bel mestier,
« Car de chevalerie ne savés nient.
« Prendés de chele lance .iiii. deniers :
2845« A filet esuer le[s] vaura bien,
« Et ma feme m’en a d’une proié,
« Si les vous en donrai molt volentiers ;
« Et de cel vostre escu .xii. deniers :
« Se fu lieve en la vile s’avra mestier ;
2850« De vostre elme .iii. sous, tous i est chiers ;
« De vostre hauberc .x. sous, ses vaura bien.
(f. 116)« S’en acatés d’avaine .iiii. sestiers,
« Sel donés ce ronchi tout a mangier :
« Il seroit grans et fors s’ert encraisiés,

2855« Boin ronchi i aroit a caretier ;
« S’amenés de le laine en cel(e) markiet,
« Nous en acaterons molt volentiers,
« U vous portés carbon a vo somier :
« Vos resamblés bien hom[e] de tel mestier. »
2860Quant Aiols l’entendi, s’en fu iriés.
Et uns borgois l’esgarde de son solier :
Cil ot non Quikenars li panetiers ;
Cil Damede[x] de gloire qui fu et [i]ert
Trameche a celui [home] mal encombrier.
2865Car fel estoit [et bris] et mal parliers ;
Il fu parens Makaire le losengier.
Trés par matin fu ivres, si ot mangié
Et le fort vin beu qui monte el cief,
Qui les grandes folies fait essauchier.
2870Et ot l’enfant Aiol contraloie[r] :
A ses maistres fenestres est apoiés,
Au portier commencha fort a hucier :
« Di, va, lai l’ent aler sans delaier :
« Oeuvre li tost la porte por encauchier,
2875« Car il nous vengera de l’aversier :
« Se il i est ochis grans honors iert.
« Tu avras de ma borse .iiii. denier[s]
« Et de mon millor vin un boin sestier :
« Loeys le ferai tout otroier,
2880« Ja n’en eres batus ne laidengiés. »
Or oiés del quivert, del losengier :
Pour mal le quida dire, mais il dist bien.
Quant li portiers l’oi, molt en fu liés :
« Vasal chevalier sire, » dist li portiers,
2885« Or t’overai la porte molt volentiers,
« Car cis borgois m’en a doné congié :
« Si avrai de sa bor(o)se .iiii. deniers,
(b)« Et de son millor vin .i. boin sestier ;
« Loeys le fera tout otroier,

2890« Ja n’en ere batus ne laidengiés.
« Or t’overai la porte molt volentiers,
« Car por la toie amor ai gaiengié.
« Done moi de la ceue de ton destrier :
« S’en ferai une laise a .i. levrier ;
2895« Mes ostes m’en proia des avant hier,
— Volentiers, » dist Aiol[s], « vien le sachier. »
Li lechieres s’aproche vers le destrier,
Li cuivers, li lechieres, mal ait ses ciés !
Il ne le faisoit mie por esrachier,
2900Ains le voloit abatre de son destrier,
Qu’il cuida le vallet jus trebuchier,
Por les grandes risees recommenchier.
Marchegai nel connut, lieve le piet,
Merveilleus coup en done le pautonier :
2905De desous la maiselle le consuié
Que .iii. des mestres cosstes li a brisié ;
Tout envers l’abati sor .i. fomier.
« Cuivers, » che dist Aiols, « a vous blecié ?
— Oil, » dist li lechieres, « et mahangié :
2910« Ne m’en donoie garde del regibier.
« As diables voist hui vostre destrier[s] !
« Ersoir manga avaine, s’est plus aitiés. »
Et respondi Aiol[s] : « Jel quic trés bien. »
Dameldé en jura le vrai del ciel :
2915« Se ne m’[o]evres la porte molt volentiers,
« Tu perdras ja la teste al branc d’acier :
« Ne t’en ga[ri]roit hon qui soit sousiel,
« Quant je voi que proiere n’i a mestier. »
Il l’a sachié del feure grant demi piet.
2920Quant li glous vit le branc reflamboier,
Al pooir que il ot s’est redrechiés,
S’est venus a la porte sans atargier.
Quant il ot le vereil a lui sachié,
(c)Del flaiel de le porte li fiert el cief,

2925Que tout envers le fist près tresbuchier :
Mais ainc ne s’en senti li chevaliers,
Car li ber s’en issoit molt volentiers.
Li glous vait a l’ostel, si s’est couchiés :
N’en liet il mais des mois ! Aiol n’en chiet ;
2930Et Aiol[s] s’en issi sor son destrier.
Or le garise Deus li voir[s] del ciel
Qu’il n’i soit mors ne pris ne vergongiés,
Et Dex doinst a tous cheus mal encombrier
Qui tant l’ont ranproné et laidengié !
2935« Hé ! Dieus ! » che dist Aiol[s], « par ta pitié,
« Tant m’aront hui gabé et laidengié !
« Et il seroit mon pere molt grans mestiers
« Que fesisse tel cose vers chevalier[s],
« Dont je fuise honorés et essauchiés.
2940« Or ne lairai por home [nul] desosiel
« Que ne voise ferir tout le premier
« Des .iiii. robeors sans plus targier.
« Se nes puis par mes armes bien justicier,
« Se le lairai ester dont s’il me siet :
2945« N’encaucherai mais home [nul] desousiel,
« Car je n’en sui apris ne ensengiés.
« Dame sainte Marie, » fait il, « aidiés :
« D’ore en avant voil estre vos chevaliers ! »

LXXIV[74]

Li robeor repairent tout a bandon :
2950Tout droit a lor agait arier s’en vont ;
Les lances portent droites encontre mont
Et ont al vent destors les confanons.
De Loeys s’en gabent le fil Charlon
Et bien l’ont escrié desor le pont :
2955N’en osa uns issir de ses barons
Qui s’en alast combatre vers les glotons.
Mais ançois que solaus traie a escons,
Lor convenra parler d’autre raison :

Li plus ardis des .iiii. qu’el cembel sont
2960(d)Por Rains n’i vausist estre ne por Soison[s]
Ne por tout le roiaume al roi Charlon,
Car Aiols est montés li gentieus hon
Par desor Marchegai a esperon.
Issus est de la porte tout a bandon,
2965Si lor a ja de Loire passé le pont ;
O lui n’en maine per ne compaignon.
Dameldé reclama par son saint non,
Entre ses dens commenche une orison :
« Ahi ! glorieus sire, » dist li frans hon,
2970« Qui presis en la Vierge anoncion,
« Et tu fus de lui nés, bien le sait hon,
« S’en fist li clere estoile parition :
« Li troi roi le coisirent de leur roion,
« Adont s’esmut cascuns de sa maison.
2975« Tous .iii. les assemblastes sans mesproson ;
« Il vinrent a Erode le roi felon ;
« Il demanda qu’il quisrent et u iront :
« Onques ne li chelerent, mais dit li ont
« Que nés est li profetes, querrant le vont,
2980« Qui sera rois et sires de tout le mont.
« Deul en ot et grant ire al ceur felon,
« Qu’il n’i voloit signor nul se lui non ;
« Bien qui doit estre rois de tout le mont.
« Son corage lor chele par traison :
2985« Alés le donques querre, signor baron,
« Puis repairiés par moi leus a bandon :
« Je l’irai aourer, s’ere ses hon.
« Li troi roi respondirent qu’ansi feront,
« Mais ne connoisent mie la mesprison
2990« Ne le felon corage del mal gloton
« Qu’ochire les quidoit par traison.
« Savement les guiastes, pere del mont :
« Tant vos quisent li roi, trové vos ont.

« Trois offrandes porterent par devison,
2995« Or et mire et encens ; por chou le font
(f. 117)« Que par ces .iii. ofrandes nous connistrons :
« S’estes rois teriens, l’or vos donront,
« L’encent s’estes provoire, si connistront.....
« Le corage seustes des .iii. barons,
3000« Car vers vous ne se peut cheler nus hons ;
« Toutes les requellistes sans mesproison,
« Des offrande[s] ont il gent gueredon :
« Savement les guiastes, pere del mont ;
« D’Erode les gardastes le roi felon
3005« Qui les quidoit tuer par traison.
« Et quant che vit li fel qu’alé en sont,
« Par lui ne repairierent, escarni l’ont,
« Deul en ot et grant ire el ceur felon :
« Tous les enfans fist querre de son roion
3010« Mainte communalment et près et loin :
« S’en fist trestous eslire les valeton[s]
« De .ii. ans et demi que plus n’en ont :
« Puis les fist decoler, inocent sont :
« Si voirement, voirs Dex, con che creons
3015« Que rois estes et sires de tout le mont,
« Garisieme hui de mort et de prison
« Et donés aventure par vo saint non
« Que secore mon pere a son besoin
« Et ma mere la gente el gaut parfont.
3020« Molt m’aront hui gabé tout chi gloton
« Et si ont fait lor gas de mon blason :
« Se ne combac as .iiii. qui chi en vont,
« Dont ne pris jou mon cors .i. esperon. » 

LXXV[75]

Quant Aiol[s] fu des rues d’Orliens issus,
3025N’a pas gaires alé, quant a veus
Les .iiii. robeors a destre en sus.
Et quant Aiols les vit, ses a connus

Car il n’estoit couars ne esperdus ;
Ains dessent del cheval a tere jus,
3030Estroitement le çaint par grans vertus.
.c. chevalier l’esgardent jovene et kenu,
(b)Et dames et puceles qui sont as murs ;
Et dist li uns a l’autre : « Or l’ai veu !
« La bataille est remesse, n’en veré[s] plus :
3035« Li bachelers est ivres, trop a beu.
« Sire, venés vos ent al boin eur ;
« Laisiés les ent aler, nes touchiés plus,
« D’ome ochire est pichiés grans et isd(e)us.
« Onques mieudres vasaus de vos ne fu :
3040« Vous arés vos saudees deriere l’uis :
« A cheste Pentecoste serés vestus
« De peliçon hermine et d’ors pelus.
« Che sont .ii. parteures, de tex n’est plus :
« A qui que avoirs faille soiés seurs. »
3045Quant l’entendi Aiol[s], dolans en fu ;
Parfondement reclaime le roi Jesu :
« Ahi ! glorieus sire qui mains la sus,
« Et venistes en tere por nous cha jus,
« Et fustes mis en crois et estendus
3050« Et ferus de la lance par mi le bu(s)
« Que li sans et li aigue en coula jus :
« Longis en t(r)ert ses ieus, si a veu(s),
« Et si bati sa coupe, verités fu,
« Et vous li pardonastes, pere Jesu,
3055« Mal gueredon en ont li mescreu,
« En infer en giront el parfont bu,
« Si voirement, dous Dieus, com che voirs fu ;
« A vous me comma[n]c jou, nie[n]t a autrui. »
Les consaus de son pere a (bien) retenus,
3060Que ja qui le kerra n’ert confondus.
Puis acourcha la guiche de son escu
Et a toutes ses armes trait envers lui.

Plus bel cor nen ot onques ne quens ne dus,
Et jure Dameldé et sa vertu,
3065Mieux vauroit estre mors et confondu[s]
Que il n’en fiere .i. u autre lui.

LXXVI[76]

Aiols fu remontés sor Marchegai ;
(c)Un[s] lechieres li crie par .i. gavai :
« Amis chevalier sire au cheval bai,
3070« Assés avez alei, trés bien le sai :
« Car me bailliés ces armes, si josterai :
« Cheste premi[e]re jouste pour vos ferai. »
Et Aiols reclama saint Nicolai :
« Si voirement, biau sire, ma creance ai,
3075« Les pucheles salvastes del vilain plait,
« Les .iii. clers sussitastes, por voir le sai,
« Donés moi aventure, desiré l’ai,
« Que secore mon pere qu’el bos laissai
« Et Avisse ma mere als cors verai
3080« Qui se pasma por moi quant desevrai.
« Cil borgois m’escarnisent, [trop] bien le sai,
« Por riche garn[i]ment que n’aportai ;
« Mais se Dieu(s) plaist de gloire u creance ai
« Ja ne veront passer le mois de mai
3085« [Que] teus m’escarnist ore dont me vengrai :
« Cil borgois me porsievent, esgardei l’ai. »

LXXVII[77]

Li robeor repairent tout lor esclos,
Voient l’enfant Aiol ques sieut au dos :
Belement les encauche tous les galos,
3090Ne se vaut pas aster, car trés bien sot
Qu’il feroit chevalier par son esfors :
« Signor, » che dit Nivars, « estés .i. poi :
« Cis borgois nous porsieut, si fait que faus :
« Avés l’escu veu qu’il a al col ?
3095« Jo avrai le ceval qui si vient tost

« Et Sanses en prendra l’escu del col.
— Et je, » che dit Aleaumes, « l’auberc del dos.
— Et je avrai, » dist Foukes, « l’elme sans or :
« Se il se vient desfendre, ja l’avrai mort ;
3100« Cui chaut s’en che fossé remaint li cors ? »

LXXVIII[78]

Nivars torne le resne vers le mescin :
Mais Aiol[s] point et broce, sel vait ferir ;
Desor la boucle d’or qu’il vit luisir,
(d)Perchié li a l’auberc et molt mal mis ;
3105Par mi le gros del ceur l’espiel li mist,
Toute plaine sa lanche mort l’abati.
.c. chevalier l’esgardent grant et petit
Et dames et puceles as cors jentis
Qui trestout le gaboient gehui matin ;
3110Et si font il encore, n’en prendent fin :
« Hé ! Dieus ! li qués fu che qui or chei ?
« Encor(e) voi tout entier vostre escu bis
« Et sor ses .iiii. piés le bai ronchi. »
Lusiane la bele sot bien et vit
3115Que c’ert Aiols li enfes qui jus l’a mis :
Dameldé reclama de paradis :
« Sire pere propisses qui tout fesis,
« Vos puissiés hui cest jor avoir merchi
« De l’enfant d’autre tere qui est mendis,
3120« Qu’il n’a en ceste tere parent n’ami !
« Sain et sauf le ramaine par ton plaisir
« Que il repuist encore parler a mi,
« Car plus l’aim que nul home que Dex feist,
« Ne ja, se je ne l’ai, n’arai mari. »

LXXIX[79]

3125Foucars en apela ses compaignons :
« Estes un poi ichi, signor baron ;
« Che me samble gran[t] honte(s) de cel glouton
« Qui nous a mort Nivart no compaignon :
« Mieus vauroie estre mort que nel vengon. »

3130Il broche le destrier des esperons
Et vait ferir Aiol tout a bandon,
Lés l’alve de la sele près de l’archon
Que sa lanche il mist ens el braon
Par miliu de la quisse .i. poi amont ;
3135D’autre part li fist fendre lés le giron :
Durement est navrés li gentiex hom,
Li sans vermaus li coule sor l’esperon ;
Mais Aiol refiert lui de tel randon
Qu’il li ronpi l’auberc et l’auqueton :
3140(f. 118)Le fie li caupa et le pomon,
Se li trencha le ceur tout a bandon
Que mort l’a abatu jus des archons.
Loeys est as estres li fiex Charlon
Sus el palais plenier en son dongon :
3145Il escrie a ses homes : « Voiés, baron,
« Del povre chevalier que gabion :
« Par saint Denis de Franche, il est preudon.
« Alés vous adouber, sel secorons ;
« Ne voil pas qu’il i muire par mesproison :
3150« Mieus ameroie a perdre Rains et Soison[s]
« Que si boin chevalier i perdison. »
François corent as armes et as adous :
Meismes l’enperere s’arma le jor.
Anqui vaura veir de près Aiol.

LXXX[80]

3155Li cenbiaus fu rendus et li tornois :
François corent as armes tot demanois ;
Meismes Loeys s’arma li rois,
Anqui vaura Aiol de près veoir,
Mais il ne sara mie que ses niés soit.
3160[Et] Sanses et Aliaumes sont a l’estroit,
Il encauchent Aiol a grant esfroi :
Il ne peut de sa lanche mie ravoir :
Il a traite l’espee, fiert demanois,
Et escrie « Monjoie » a haute vois :
3165« Fil a putain, traitre(s), felon revoi(s),

« Vos gastés ceste terre, n’i avés droit.
« Hui est venus li jors quel comperois.
— Sanses, » [ce] dist Aliaumes, « vien ent, je vois :
« Maleoit soit tex entes et ses bufois !
3170« Ha ! Dieus ! quel[s] chevaliers nous a tolois !
« Alon nous ent fuiant tant com nos loist. »

LXXXI[81]

[Vont] Sanses et Aliaumes tornant les dos
Et Aiol[s] les encauche tous les galos :
Sa lanche a recovree en .i. des mors.
3175On blamoit Marchegai, mais il va tost ;
(b)Il ot maigre le crupe et lons les os,
Les .iiii. piés coupés bien fais et gros :
Aiols le laise core par grant esfors.
Desor l’escu Sanson feri tel cop
3180Que il li a perchié l’auberc del dos ;
Sa grant anste li mist par mi le cors :
Devant lui a la tere l’abati mort.
Aliaumes s’enfui dessi al bos
Et Loeys l’encauche a son esfors ;
3185.vii. cens et .iiiixx. et quinse i ot
De noble[s] chevaliers as escu[s] fors,
Et puis la gent a pié quil sieut au dos.

LXXXII[82]

Aliaumes s’en revait el bos fuiant,
Et Aiol[s] l’en encauche esperonant.
3190Il tient nue l’espee qui fu trenchant
Et vait ferir Aliaume en ataignant ;
Tel coup li a doné en trespassant
La teste en fist voler en mi le camp.
A tant es Loeys esperonnant ;
3195Les Beruiers trova el val gissant.
De maisnie sousprise n’en sai niant :
François les vont ferir de maintenant
Des lances qui sont roides as fers trenchans.

La veissiés tant sor et tant bauchant
3200Fuir par le campaigne frains trainant,
Et tans boin[s] chevalier[s] mors et sanglans
Qui remessent gissant par mi les cans.
E Dieus ! quel commenchaille por .i. enfant !
Ne doit estre gabés d’ore en avant,
3205Mais richement servis a son talent.

LXXXIII[83]

Molt fu grans la bataille et li estris.
Quant li quens de Boorges vit Loeys
Et sa gente maisnie vit entrepris,
Or poés dire et croire qu’il fu maris.
3210Signor, chis gentiex quens que je vos di,
Dont ne savés qu’il fu ne dont il vint.
(c)Poi est de jougleor[s] quil vous desist :
Il ne sevent l’estoire ne n’ont apris ;
De chou sont li auquant molt escarni
3215Et li plussor s’en font por fol tenir,
Quant le verai[e] estoire n’en ont coisi :
Hon qui raison commenche, jel sai de fi,
Quant il al da[e]rain n’en set issir,
Por fol et por musart s’en fait tenir.
3220Mais je vos dirai bien dont li quens vint
Et de con faite gent : je l’ai apris.
Ja fu che niés Elie le duc gentil
Qui a tort fu cachiés de son pais,
Fieus Marsent sa seror o le cler vis,
3225Cousin[s] germain[s] Aiol dont je vos di.
Por chou guer[e]oit il roi Loeys
Qu’il encacha son oncle fors del pais.
Aiol[s] nel connissoit n’ainc mais nel vit,
Car si le conneust ne li nuisist,
3230Ains li aidast sa guerre a esbaudir.
Quant li quens vit ses homes mors et ochis,
Or poés dire et croire molt fu maris ;

Il escria ses homes ciaus qui sont vif :
« Garissiés vos, signor, qui peust fuir,
3235« Car je ne vos puis ore plus maintenir,
« Ne vos puis aidier ne garantir. »
Par miliu de la presse fuiant s’en vint ;
Onques n’i ot François ne Poitevin
Ne Normant ne Mansel ne Angevin
3240Qui un seul pas ossast avant suir,
Tant par sevent le comte preu et ardi,
Fors seulement Aiol dont je vos di.
Quant il en vit le comte tout seul fuir,
Il broche Marchegai, après s’est mis ;
3245Il le vint ataingant en .i. lairis ;
Se li a escrié : « N’ert mie ensi ;
« Bien voi qu’estes li maistres a l’esbaudir :
(d)« Vous me lairés ostages al departir ;
« Quant vous m’escaperés bien seré fis
3250« Jamais ne ferés guerre roi Loeys. »
Quant entendi li quens ne pot garir,
Il regarda Aiol, quant il le vit,
Trés bien le reconnust a l’escu bis,
En la ruiste bataille as cos ferir :
3255« Dameldé, » fait il, « pere qui ne menti,
« Ja est chou li vallès al bai ronci
« Qui si m’a hui mes homes mors et ochis :
« Dieus, donés m’en vengance par vo plaisir !
« Certes je li vaurai grant caup ferir. »
3260Vers Aiol s’en retorne tous aatis,
Et Aiol[s] contre lui molt tost revint.
Anbedoi s’entrefierent par grant air.
Or en penst Damelde[x] qui ne menti
Des .ii. cousins germains par son plaisir,
3265Que li un[s] ne li autre n’i soit ochis !
Mervelleus cos se donent al parvenir
Que les escus des cos s’en font partir ;
Li quens brise sa lanche, n’a plus conquis ;
Mais la viele enfumee ne peut guencir,

3270Car il n’avoit plus forte en nul pais.
Aiols l’enpoint par forche, qui bien se ti(e)nt,
Que l’escu de son col li a malmis
Et l’auberc de son dos li desronpi :
De joute le costé l’espiel li mist.
3275Molt fu grans aventure qu’en car nel prist
Al grant cop del vasal qui bien feri,
A l’esfors del destrier qui tost li vint,
Et al fort chevalier qui l’enpoint si :
Le poitral de devant li desronpi
3280Et les çaingles desronpent tout autressi ;
Le da[e]rain archon a fait croisir
Et andeus les estriers li a mal mis
Que del corant destrier jus l’abati :
(f. 119)Li quens jut a la tere trestous sovin[s],
3285Del grant coup qu’ot eu fu estordi[s] :
Ne vous en mervilliés s’il fu maris.
Aiols a trait l’espee, si l’a requis :
Amont par mi le cief l’ala ferir
Que les flours et les pieres en abati.
3290S’il ferist autre coup del branc forbi,
Ja li eust del bu le cief parti,
Quant li quens li escrie : « Frans hom, merchi !
« Ja te renc jou m’espee que je tieng chi :
« Mais garde que n’i muire, se Dex t’ait.
3295— Ne sai que vous ferés, » Aiols a dit,
« Car je vos renderai roi Loeys
« L’enpereor de Franche de Saint Denis.
« Vous li avés gasté tout son pais :
« Or refera de vos tout son plaisir,
3300« Si quel veront li grant et li petit. »
Par le nasal de l’elme le va saisir :
Sel delivre Gerart et Amauri,
Hugon et Nevelon et Ahenri ;
Cil sont de la maisnie al roi gentil :

3305« Signor, gardés le nous, » Aiol[s] a dit,
« Si en fera li rois tout son plaisir. »
Et cil ont repondu si feront il.
« E las ! » che dist li quens, « com sui trais !
« Elies, biaus dous oncles, je sui honis.
3310« A tort fustes cachiés de ces pais :
« Si vous desireta roi[s] Loeys.
« Je sui fieus vo seror, se Dex m’ait,
« Dame Marsent la bele o le cler vis.
« Si [ne] peuc cel hontage nient soufrir :
3315« Ains manda mes parens et mes amis,
« Les saudoiers de Franche que poc quelir,
« Si lor fis mes tresors tous departir,
« Si aati de guere roi Loeys :
« Plus de mil de ses homes ai puis ochis :
3320(b)« Ne li fausist la guerre tant com fust vis,
« Mais ore est afinee quant je sui pris.
« Bien sai que se li rois me peut tenir
« C’a nule raenchon n’en puis venir,
« Que ne me fache pendre u mal baillir. »
3325Aiols li fiex Elie tout chou oi,
Car près estoit de lui, si l’entendi :
Trestout li sans del cors li est fremis.
« Dameldé, sire pere, » Aiol[s] a dit,
« Qui si faite aventure onques mais vit ?
3330« Bien voi que cis hons est près de mon lin :
« Se il a le parole ne ne menti,
« Fiex fu Marsent (Marsent) m’a[n]tain, bien l’ai oi ;
« Ele fu seur mon pere, jel sai de fi.
« Cis frans quens de boin aire que je voi chi
3335« Por moi a gueroiet roi Loey
« Et ceste ruiste guere a fait por mi.
« Mal gueredon l’en ai, che m’est avis,
« Al da[e]rain rendu quant je l’ai pris :
« Mais je nel connisoie, se Dieus m’ait.
3340« Dex, done m’ent consel par ton plaisir,
« Car se je le retieng mal est baillis,

« Et si jel laisse aler, j’ere entrepris :
« Car che dira li rois de Saint Denis
« Que j’avroie del conte grant loier pris ;
3345« De traison seroie retés toudis.
« Je ne voil mon corage nient jehir
« Tant c’arai fait bataille et contes pris
« Et cenbiaus maintenus et envais.
« Toutevois l’iert rendus, n’en peut garir ;
3350« Mais g’i avrai ançois boin convent pris
« Qu’en prendra raenchon de boin or fin,
« Chevaus et palefrois, destrier[s] de pris ;
« Et se a l’acordanche ne puis venir,
« Tout atant li porai mal plait bastir.
3355« Par icel saint signor qui le mont fist,
(c)« Ains que li quens i soit mors et ochis
« I ferai jou mil cos del branc forbi,
« Car mon cousin germain ne puis faillir. »

LXXXIV[84]

Aiols ot pris le conte par vigor,
3360Sel delivra Gerart .i. vavasor
Et Gautier et Hugon et Nevelon.
« Signor, » che dist Aiol[s], « gardés le nous :
« G’irai en la bataille tout a estrous :
« S’auques i puis conquerre, s’i (i) arés prous. »
3365Il garda en la presse selonc l’estor
Et coisi Loeys l’enpereour ;
Cuida as chieres armes qu’il fust des lor :
Encor(e) n’i connoist lance ne gonfanon,
Ne set qui est Flamens ne Brabençon,
3370Ne ki est Poitevins ne qui Gascon :
Mais as plus beles armes se prent le jor ;
La u voit les plus riches et les millors,
Esperone ses cors, a[s] belissor[s] :
N’a cure de jouster as noelor[s].
3375Belement vi(n)t armé(s) (sor) l’enpereor :

Il broche Marchegai, sore li cort
Et vait ferir son oncle par grant vigor
Que de l’escu li trenche le maistre flour,
A tere l’abati devant aus tous :
3380Li auberc le gari de mort le jor.
Il a traite l’espee, sore li court :
Loeys saut en piés par grant vigor ;
Il ot molt grant paour, sel douta molt,
Car bien quida morir tout a estrous.

LXXXV[85]

3385Loeys fu a piet entre ses drus,
Li fieus de sa seror l’ot abatu :
Il a traite l’espee, se li cort sus.
Li rois l’a vu venir, molt l’a cremut :
Il geta sor son cief son boin escu.
3390Aiol[s] del branc d’achier l’a si feru
(d)Enfressi qu’en la guiche li a fendu :
Il [le] reust a tere jus abatu,
Quant .xiiii. François i sont couru
Qui por lor signor sont molt irascu.
3395Aiol le fil Elie ont sus coru,
Quant Loeys escrie : « Estés en sus !
« Mar i sera touchiés ne abatus
« Enfressi que jou aie parlé a lui.
« Damoiseus de boin aire, molt as vertu :
3400« J’ai a non Loeys de Monleu[n] :
« Voiant tout mon barnage m’as abatu,
« Durement m’as grevé et confondu ;
« Se par .i. chevalier sui retenus,
« Perdre doi ma corone et mettre jus.
3405« Mais ce n’est pas encore, che saches tu,
« Que je me renge pris ne si vencu :
« Tu i aras ançois maint caup feru
« Et si avras des miens maint receu.
« Je m’afi tant en Dieu le roi Jesu

3410« Que ja par .i. seul home n’ere vencu[s] ;
« A la rike bataille ne fauras tu.
« Mais or me di ançois dont es venu[s]
« Et de con faite gent tu es issus,
« Que si as mon barnage hui maintenu :
3415« Tu m’as les Beruiers tous confondus,
« Le conte de Bohorges m’as retenu ;
« Por Rains ne por Biavais ne por Leun
« Ne fusse jou si liés, che saces tu ;
« Moi qui sui rois de Franche as abatu
3420« Et d’une part et d’autre m’as tu feru.
« Desqués vauras tu estre, diras le tu ? » 
Quant l’entendi Aiol[s], dolans en fu :
Il a mis piet a terre, s’est dessendu :
« Sire, por Dieu, merchi, car vostre hon sui ;
3425« Nel fac a ensiant, merchi Jesu !
(f. 120)« Montés isnelement par grant vertu.
« Beruier sont destruit et confondu :
« Grans eskiés nous i est chi remansu[s]
« Quant li quens de Boorges vos est rendu[s]. »
3430Quant l’entendi li rois, molt liés en fu.

LXXXVI[86]

Vencue est la bataille et li tornois.
Le conte qui la guerre dut maintenoir
Par le puin le rendi Aiol[s] al roi :
« Vous estes mes drois sires, jel sai de voir ;
3435« Je vos renc or che conte sor vostre foi
« Que nel menés a tort ne a belloi :
« Raenchon en prendés, jel vos en proi.
— Si fera jou, biaus sire, » che dist li rois.

LXXXVII[87]

Le conte de Boorges a li rois pris :
3440Hugon et Nevelon tost le rendi :
« Signor, gardés le nous, » li rois a dit ;
« Menés l’ent a Orliens, ma boine chit,
« Et soit mis en la cartre el font gesir :
« Car me guerre est finee, Dieu merchi,

3445« Par che franc damoisel que je voi chi. »
Quant l’entendi Aiol[s], avant sailli,
Si parla hautement tant c’on l’oi :
« Empereres de Franche, parlés a mi.
« Je parlerai por lui puisque l’ai pris.
3450« Ja se Dieu(s) plaist de gloire qui ne menti
« Che n’ert ja esgardé en nul pais
« Que issi gentiex quens soit mal baillis,
« N’en buie n’en carcan n’en cartre mis,
« Mais prendés boins ostages del revenir :
3455« Si l’en laisiés aler en sen pais
« Tant qu’il resoit d’avoir trés bien garnis,
« Et qu’il ait auné de ses amis :
« Et si revienge ariere a vo merchi,
« Si devienge vostre hon et vostre ami[s].
3460« Molt devés estre liés, roi Loeys,
« Se vous a l’acordanche poés venir
(b)« Et reçoivre poés .i. tel ami
« Com li quens de Boorges que je voi chi.
« Ne devés pas vos homes mal baillir,
3465« Ains les devés aidier et maintenir,
« Et tenir a droiture grans et petis. »
Quant Loeys l’entent, liés en devint.
« Damoiseus, molt par estes frans et jentis,
« Et je ferai del tout a vo plaisir.
3470— Sire, » che dist Aiols, « vostre merchi.
« Quant sor ma volenté l’avés tout mis,
« Dont ert li quens tous quites, par saint Denis ;
« Ja ne li coustera deus paresis
« Fors que de vos tenra tout son pais. »
3475Quant l’entendi li rois, s’a fait .i. ris,
Et quant che vit li quens, liés en devint,
Car trés bien quidoit estre de la mort fis.
Il est passés avant et si s’est mis
As piés l’enpereor ; se li tendi

3480Andeus jointes ses mains, ses hon devint ;
De lui reçut se tere et son pais.
L’enperere de Franche l’omage en prist ;
Es les vos acordé[s], si sont ami(s)
Par si faite maniere com vous ai dit.
3485Li traitor de Franche en sont marit.
Makaires de Lossane, li Dé(x) mentis,
Li malvais losengier[s], quant il chou vit,
Por .i. petit de deul n’esrage vis.
Molt tost s’en vint corant a Loeys :
3490De ses losengeries vaura servir.

LXXXVIII[88]

Li quens fu delivrés et clamés quites :
En sa tere s’en va trestout delivres ;
Avoec lui en remaine de son enpire
Chou qu’en l’estor en fu remés en vie.
3495L’enperrere de Franche conduit l’en livre
Enfressi c’a Orliens la chité riche.
Aiol[s] remest al roi de Saint Denise ;
(c)Loeys l’en apele, prist lui a dire :
« [Biaus] amis, dont es tu ? ne mentir mie.
3500— Sire, jou de Gasconge, de Mont Olive.
« Mes peres gist malades en fremerie ;
« Faillis li est avoir[s] et man[an]tie :
« Bien a .xv. ans ne fist chevalerie,
« On l’apele Gautier de Pont Elie.
3505« Il m’envoia en Franche por querre aie,
« Et ving ersoir a prime en ceste vile,
« Ciés Ysabel le franche et le nobile :
« Por amor Dieu me fist herbergerie ;
« Damelde[x], se li plaist, il li merisse !
3510« Mais d’aler a la court ne sai que dire,
« Por riches garnimens que nen ai mie ;
« Je n’ai pelichon vair ne gris hermine :
« Si crien que vo François ne m’escarnissent.

« Car me retien(t), boin[s] rois, par ta francise :
3515« Jamais n’aras d’un home millor service.
— Par mon cief ! » dist li rois, « n’i faurés mie
« Que je vous doing Estanpes trestoute quite,
« Le borc et le marchié et l’abeie,
« Les lois et les coustumes et les justiches.
3520— Vostre merchi ! boin[s] rois, Loeys sire.

LXXXIX[89]

— Sire, franc damoiseus, » ce dist li rois,
« Je voi bien que molt estes preus et cortois.
« Vencue as le bataille et le tornoi ;
« Molt i a pris chevaus et palefrois :
3525« Jamais n’ert un[s] seus jors miex ne t’en soit :
« .iic. et .iiiixx. je t’en otroi,
« Et Monleun en France et Estanpois.
— Vostre merchi, biaus sire, Loeys rois.
« Les chevaus prendrai jo ; mès ne vos poist
3530« Quant boinement m’avés fait cest otroi
« Et les .ii. chastieus, sire, je vos recroi :
« Car n’en baillerai nul a ceste fois
« Tant qu’avrai fait batailles et tornoi[s]
(d)« Et guerres afinees, voiant François.
3535« Et se j’en forceur cose sai moustrer droit,
« Si que creantent tout vostre François
« Et que die li siecles que c’est mes drois,
« Vostre merchi, biaus sire, rendeles moi.
— Par foi, n’i faurés mie, » che dist li rois :
3540« Tout voiant mon barnage, le vos otroi. »
Et Aiols respondi comme cortois :
« Et je vos servirai par boine foi(s). »
Quant l’entendi Makaires, s’en ot anoi ;
Il fu molt fort traitre de pute loi :
3545Molt tost s’en vint ester devant le roi,
A une part le trait a .i. recoi.

Makaire[s] de Losane fu mal parliers,
Fols fu et fel et malvais losengiers :

Il cort a Loeys por conseiller.
3550Si l’en a apelé et araisnié :
« Sire drois enpereres, ne fais pas bien
« Qui cel garçon dones tous ches destriers.
« S’il en a .ii. u .iiii., assés en [i]ert.....
« Caitis d’estrange tere enorgelliés
3555« Qui demain s’en ira si com vint hier.
— Tais, glous, » dist Loeys, « mais n’en plaidiés.
« Fieus a putain, traitres, fel losengiers,
« Onques en ton vivant ne fesis bien.
« Tel home(s) m’as tolu dont sui iriés ;
3560« Elie, mon serouge, le franc guerrier,
« Me fesis tu de Franche a tort cachier
« Et desevrer del resne et essillier.
« Ma seur en est kaitive, mains en sui chiers.
« A tort en tiens la tere et a pichié :
3565« Je ne l’otroi mès mie, par le mien chief !
« Car s’il issoit nus hoirs de sa mollier,
« Assés saroit li siecles c’estroit mes niés. »
Aiol[s] le regarda, molt fu iriés :
Quant il oi parler le losengier,
3570(f. 121)Et il l’oi nomer, sel connut bien.

XCI[91]

Aiol[s] li fiex Elie l’a regardé
Et vit qu’il ot son pere desireté,
Et il li avoit bien tout aconté
Quant il parti de lui el gaut ramé
3575Qu’ensi l’a voit Makaires li fel mené.
Quant Aiol[s] l’entendi, s’en fu irés :
Trestous li sans del cors li est mués.
S’il le peust esploitier, il a pensé
Qu’il li vaura le cief del bu sevrer.
3580Portant si l’en convient par tans ester :
Ne se vaut acusser ne trop aster.
« Sire, » che dist Aiols, « laisiés ester.

« Puisqu’il quiert [vostre] boin, ne le blamés.
— Amis, » dist Loeys, « je pens tout el :
3585« Il quiert mon grant damage et ma vieuté.
« Tel home m’a tolu j’en sui irés :
« Elie, mon serouge, qui tant ert ber,
« Fist il par traison desireter,
« Et si tient ses chastieus et ses chités.
3590« Ma seur en est kaitive, jel sai assés ;
« S’en ai mon ceur dolant et airé.
« Jamais jor de ma vie ne l’arai cler.
— Sire, » che dist Aiol[s], « car me donés
« Les chevaus que vous dites que pris avés :
3595« Conduire les ferai a mon ostel :
« Car je sui en la quisse auques navrés,
« Si m’en ferai garir et respasser.
— Amis, » dist Loeys, « or les prendés.
« Cui qu’en poist ne cui non, vous les arés,
3600« Car par vostre proeche sont conquesté. »
Il les fit en la plache tous amener :
.iic. et .iiii. vins en a sevrés,
De trestous les millors qu’il pot trover.
Aiol[s] les fait conduire a son ostel :
3605Dont fu il par la vile molt esgardés ;
(b)Tout li saint en sonerent en la chité.
Ne sara laidengiés plus ne gabés,
Mais richement servis et honorés ;
Encor(e) rendra son pere ses hiretés.

XCII[92]

3610Or se metent François el repairier.
Encontre vont sergant et escuier ;
Li uns se prist a l’autre a conseillier :
« Di, va ! car voi venir le cevalier
« Qui nous a de no guerre si trait a cief !
3615« Aine mais si fais vasaus ne fu sousiel. »
Hageneus [en] apele dont sa mollier :

« Dame Hersent, » dist il, « mal sons baillié.
« Vous gabastes jehui che chevalier :
« Sachiés que ces ranprones vous vendra chier.
3620— Sire, » che dist Hersent, « car vos targiés :
« Je m’acorderai bien au chevalier. »
Ele s’en va corrant com aversier,
Par la porte s’en ist, après s’en vi[e]nt :
Par de jouste le roi qui France ti[e]nt
3625Ala saisir Aiol par son estrier,
A sa vois qu’el ot haute prent a huchier :
« Sire, merchi por Dieu vos voil proier.
« Je vos gabai gehui al commenchier ;
« Or vous en ferai droit molt volentiers
3630« Par .xiiii. toniaus de nos cheliers
« Tout plain[s] del vin d’Auçoire qui sont molt chier,
« Et .xiiii. bacons grans et pleniers
« Qu’ai fait ciés Ysabiau ja caroier. »
Ançois qu’Aiols i vienge, sont descargié.
3635Quant Aiols entra primes dedens Orliens
Meismes Loeys qui France tient
De jouste lui chevauce par amistié :
Sos lui trait son brac destre, al col lachié ;
Plus l’aime que nul home qui soit sousiel,
3640Qu’il li a de sa guerre bien trait a cief.
Aiols se regarda, vit le portier
(c)Qui si l’ot a l’issir contraloié.
Il [l’]en [a] apelé et araisnié :
« Vous m’ovristes la porte, miex vos en [i]ert. »
3645Par le resne li done .i. boin destrier,
Et cil l’a encliné jusques as piés.
Et quant li rois le vit, molt en fu liés.
Il apela Aiol par amistié,
Si l’a par grant amor contralié :
3650« Gentiex damoiseus sire, par le mien cief,

« Onques mais ne vi jou home sosiel
« Mautalent pardonast si volentiers :
« Qu’a ceus qui vous gaboient al commencier
« Vous voi ore doner les boins destriers,
3655« Et si lor pardonés trop volentiers.
« Ses peusiés de Franche trestous cachier
« Et banir de ma tere et essillier :
« Et je l’otrieroie molt volentiers. »
Aiol[s] respont com sages et afaitiés
3660Et com hom qui estoit bien ensegniés :
« Sire, » che dist il enfes, « bien le saciés :
« Se je voloie ceus tous guerroier
« Qui gehui me gaberent al commencier,
« Dont ne me fauroit guerre jor desosiel.
3665« De vostre cors meismes fui laidengiés :
« Bien vous oi parler de vo solier :
« Encontre vos aroie mal gueroier. »
Quant li rois l’entendi, molt en fu liés :
Il acola Aiol par amistiés
3670Et puis l’a par amor assés baisié(s).
Aiol[s] s’en part del roi et prent congié :
A son ostel ariere est repairiés
Ciés Ysabel s’antain, nel vaut laisier,
Qui a la poverteit li ot aidiet,
3675Et il a la ricoise nel vaut laisier.
Quant Aiols dessendi de son destrier,
.v. chevalier li saillent a son estrier
(d)Qui le sievent de gré et volentiers :
Desor(e) mais ara il des escuiers,
3680Et keus et senescal et boutelliers.
Lusiane la bele devant lui vient,
Et quant ele le vit si fort sainier,
Del grant deul qu’ele en a pasmee ciet.
« Fille, » dist Ysabiaus, « car vos targiés,
3685« Trop i avés torné vo(u)s amistiés :

« Pensés tost, bele fille, qu’il soit couchiés.
— Dame, » dist Lusiane, « molt volentiers. »
L’enperere de Franche qui molt l’ot cier
Li envoia .c. livres de boin[s] deniers
3690Et vint anas d’argent et dis d’or mier ;
Car salee et forment et boin vin viés
Li fist tant a l’ostel acaroier
Dont il pora bien paistre .x. chevalier[s]
Et tenir de maisnie et costengier ;
3695A son oste delivre tant gent loier
Qui l’avoit honoré et herbergié :
.xxx. chevaus li done tous des plus chiers
Et vint anas d’argent et dis d’or mier ;
Tous les bacons fist metre en son lardier
3700Et tout le boin forment en son grenier
Et les toniaus de vin en son celier,
Et si mist en s’estable ses boins destriers.
« Dame, » che dist Aiol[s] li frans guerriers,
« Faites moi la chité toute cerkier,
3705« La contree environ et le resnié
« S’il i a gentil home ne chevalier
« Qui poi aient avoir et gaingié
« Par prison despendu et engagié :
« Faite le a moi parler par amistié.
3710« De l’avoir li donrai qu’ai gaignié.
— Sire, » che dist la dame, « molt volentiers. »
Per son consel envoie les messagiers,
Manda les gentiex homes, les chevaliers,
(f. 122)Les naturaus serjans bien afaitiés :
3715Cil i vienent de grei et volentiers,
Ains le vespre en i vient .cc. et miés.
.xxx. borgois manda des plus prisiés :
Si acroit les mantieus et le[s] dras chiers,
Les bliaus trainant jusques as piés,
3720Que li damoiseus donc as chevaliers ;

Et en après dona les boins destriers.
Or tient Aiol[s] meisnie de chevalier,
S’en servira le roi qui Franche tient :
Encore en ert Elie[s] ses peres liés,
3725Si en sera Makaires grains et ir[i]és.
Les noveles en vont par le marchié,
Et la sus el palais grant et plenier
Le va un[s] mes[agiers] le roi nonchier
Que tel largeche maine li chevaliers.
3730Quant l’entendi li rois, s’en fu molt liés :
Son senescal (en) apele par amistiés,
Se li a fait el bourc un ban noncier.
« Or m’entendés, » fait il, « franc chevalier,
« Marceant et borgois, vos del marchié
3735« Qui les march[e]andies savés cachier
« Et vendés vair et gris, hermine chier,
« Les haubers et les elmes et les espieus,
« Et les boins palefrois et les destriers,
« Et l’or fin et l’argent et les deniers,
3740« Les bacons et les vins, les poisons chiers !
« Quanc’ Aiol[s] vient avoir li frans guerriers
« Enfressi a .i. an trestout entier
« Li faites a l’ostel tout envoier,
« Et contés as sergans, metés en brief :
3745« Ne demandés Aiol .i. seul denier :
« Li rois paiera tout molt volentie[r]s. »
Quant li borgois l’entendent, s’en sont lié ;
Or sevent qu’il vauront bien gaingier.
Aiols a pris .c. marcs de boin[s] deniers,
3750(b)Ses bailla .i. message, et .i. destrier
Et uns dras d’escarlate riches et cier[s],
Foré furent d’ermine jusques as piés :
Son oste les envoie droit a Poitiers
C’un anel li dona par amistiet,
3755Le chemise et les braies dont ot mestier.

Li mesages s’en torne sans atargier
Qui fu preus et cortois et afaitiés.
Or a il tant esré et chevaucié(s)
Que il vint en .v. jors droit a Potiers.
3760Forment s’en est penés et travilliés,
Tant a quis le borgois quel trova bien :
Aiol[s] li ot nomé et ensengié.
De Dieu le salua le voir del ciel
Et d’Aiol son signor qui molt l’ot chier.
3765De soie part li done le boin destrier
Et après les .c. mars des boins deniers,
Et les dras d’escarlate qui molt sont chier.
Li borgois les rechut, molt en fu liés.

XCIII[93]

Li borgois de Poitiers les deniers prist
3770Et les dras d’escarlate, si les vesti.
Puis mande ses parens et ses amis ;
Quant il furent ensemble, si lor a dit :
« Signor, por amor Dieu qui ne menti,
« Remembre vos encore del bel mescin
3775« A le lanche enfumee, a l’escu bis
« Et a l’elme enrungié, al bai ronci,
« Que veistes passer l’autrier par chi ?
« Molt ert povre de dras, nus et despris,
« Qar les gens le gaboient de son ronci ;
3780« Jel vous oi gaber et escarnir.
« Gentieus hon me sambla, pitié m’en prist :
« Çaiens le herbergai, por bien le fis ;
« Chemise et blanches braies li fis vestir,
« Mon anel li donai al departir.
3785« Molt est boins chevaliers, preus et ardis :
(c)« Or a [a] grant plenté et vair et gris,
« Et vaillans saudohiers a lui servir.
« Le conte de Boorges l’autre jor prist,
« Et .iiii. chevaliers tous seus ochist

3790« Et fina une guerre roi Loeys
« Dont onques mais ne pot a fin venir.
« .c. mars m’a envoiés de paresis
« Et ceste riche reube que j’ai vesti
« Et che corant destrier que veés chi.
3795« Signor, je le vous moustre, si le vos di :
« Qui a preudome sert, tous est gari[s]. »
Et cil ont respondu : « Bien avés dit. »
Et Makaires s’en va a Loeys,
Coiement l’araisone, se li a dit :
3800« Mavais consel avés, boins rois gentis,
« Que ce garçon avés mis en tel pris :
« Tout le premerain jour que il vint chi
« De chevaus li donastes .[x]iiii. vins
« De trestous les millors, des plus eslis
3805« Que vo François avoient en l’estor pris.
« Mais tant est souduiant et de mal vis
« Mal ait quant il en daigne un retenir :
« Mandés a les frans homes de cest pais,
« Si lor a tous donés et departis.
3810« Or mande les borgois de vostre chit,
« Si acroit et manteus et [vair et] gris,
« Et piaus et peliçons a grans estris :
« Ses fait communalment tous departir ;
« Ains n’en veut a son eus nul detenir.
3815« Ja n’ert chis ans passés ne acomplis
« Qu’il les fera venir si a merchi
« Qu’il sera rois de Franche poestis,
« Et vous desiretés povres mendis.
« Se vos me creés, roi, par saint Denis,
3820« Demain l’encacherés de vos pais.
« Qu’en avés vos a faire ? que fait il chi ?
(d)« — Tais, glous, lai moi ester, » dist Loeys ;
« Fieus a putain, parjures, Dieu menti[s] !

« Onques en ton vivant bien ne fesis.
3825« Che li vient de nature et de boin lin
« Que il aime frans homes et met en pris.
« Tel home m’as tolu dont sui maris :
« Elie, mon serouge, le duc gentil
« Me fesis tu cachier de ces pais.
3830« Or est en autre tere remés caitis ;
« Ma seur en est kaitive, s’en sui plus vis.
« Je ne sai en quel tere il est fuis ;
« Cis est de son linage, si com je quic,
« Que il m’a de ma guerre bien trait a fin ;
3835« Car pleust ore a Dieu qu’il fust ses fis
« Et qu’il fust acointiés ore envers mi !
« Ses honors li rendroie ja a tenir :
« Gonfanonier[s] seroit de mon pais,
« Si aroit mon roiaume tout a baillir. »
3840Adont par fu Makaires forment maris :
A poi que il de deul n’esrage vis.

XCIV[94]

Aiol[s] a pris .c. livres d’orlenois
Et deus paire(s) de reubes fait a orfrois,
Ses mist en une male qu’iert de corvois ;
3845Assés i mist velous et covertoirs,
Et riches dras en lit que il avoit
Et or fin et argent et autre avoir(s).
Sor .i. ceval le torse corant norois ;
Son pere les envoie par .i. borgois.
3850Il li a fait jurer sor sains .iii. fois
Pardes(o)us les reliques de sainte crois
Ja nel descovera de son consoil,
Ne ne dira parole dont pis li soit.
Li mesagiers s’en torne qui fu courtois :
3855Aiol[s] le convoia dessi a Blois.
Tant a fait par la tere de ses voloirs
Que molt durement l’aiment tout li François.

XCV[95]

(f. 123)Li messagiers s’en torne tost et esrant.
Il fu preus et cortois et molt vaillant ;
3860Torsé ot les .c. livres sor l’auferant.
Il a trespassé Blois premierement
Et est venus a Tours la chité grant.
Si a fait ses journees, je nen sai quant ;
Tout son chemin esra plenier et grant,
3865Et vint a le capele de Mongaiant :
Ileuc trova Elie le gentil franc
Et se gente mollier al cors vaillant ;
L’ostel li demanda de maintenant :
« Sire, herbergiés moi por Dé(x) le grant,
3870« Por le premiere joie de Belleant
« Dont nostre sire fu aparissant.
— Volentiers, » dist Elies, « venés avant. »
Li messagiers dessent de maintenant :
Jouste le duc s’asist desor .i. banc.
3875Ja li dira noveles de son enfant
Dont il ara son ceur lié et joiant.

XCVI[96]

Li messagier[s] dessent qui fu preudom.
Elies l’apela, mist le a raison :
« Maistre, » che dist Elies, « dont estes vous ?
3880— Sire, je suis d’Orliens, le maistre bourc.
— Veiste[s] .i. mien fil, biaus amis dous,
« Un enfant de boin aire, s’a non Aiols ?
« Je li cargai mes armes et mes adous :
« Si l’envoiai en Franche a le roi court,
3885« Mais molt i ala povres et besoignous
« Et desgarnis de dras et soufraitous.
« Ne sai se a nul jor mais le verons.
— Certes, » dist li messages, « che savons nous.
« Molt est boin[s] chevaliers vos fiex Aiols :
3890« Le conte de Boorges prist l’autre jor ;
« .iiii. chevaliers autres ochist tous sous ;

« Bien l’aime Loeys l’enperreour
« Plus que nesuns des autres de sa maison.
(b)« Ches[t] destrier vous envoie de grant valor,
3895« Et de deniers .c. livres que jou ai tous. »
Quant l’entendi Elies, li gentiex hon,
Ne se tenist de plor por tout le mont.
Il ploura de pitié et de douçor ;
Entre lui et Avisse grant dolor font.

XCVII[97]

3900Quant la dame ot parler de son bel fil,
Del ceur qu’ele ot el ventre jete .i. souspir,
Et ploura tenrement des iex del vis :
« Di moi, frere message, se Dex t’ait,
« Parla onques mes enfes a Loeys,
3905« Et s’en la maistre court onques se mist ?
« Il s’en ala molt povres, nus et mendis.
— Oil, » dist li messages, « se Dex m’ait :
« Molt est boins chevaliers Aiols vo[s] fis ;
« Le conte de Boorges l’autre jor prist,
3910« .iiii. chevalier[s] autres le jor ochist
« Et fina de sa guerre roi Loeys
« Dont onques mais ne pot a chief venir.
« Che destrier vous envoie corant de pris
« Et de deniers .c. livres de paresis,
3915« Et de dras plaine male pour revestir
« Et vos et son chier pere, le duc gentil. »
Il prent le grant avoir, se li rendi :
Avisse la ducoisse le requelli.
Li mangiers fu tous prest si com s’en vint ;
3920Assés orent pain d’orghe, aigue del riu :
Il ne vivoient d’el en ces pais.
Quant il eurent mengié, si font les lis ;
Mais si grande poverte les ot souspris,
Li messages n’o[t] kieute, neis un cousin,
3925Fors la mosse del bos qu’il estendi,
Et a saisi .i. grés c’a son cief mist :
Il se torne et retorne, ne pot dormir

Dessi a l’endemain qu’il esclairi.
Li messages saut sus tous estordis,
3930(c)Molt li deulent les os por le dur lit.
Il jure Dameldé qui ne menti :
« Si j’estoie ore en Franche en mon pais,
« Jamais en ceste tere ne quier venir.
« Molt a lonc tans esté cis dus kaitis ;
3935« Bien devroit trestout ceus de mort air
« Qui si l’ont de son resne a tort fors mis.
« Ne vous esmaiés mie, frans dus gentis :
« Ja n’ert cis ans passés ne acomplis
« Que vous arés tout quite vo pais. »
3940Il ist de l’hermitage, s’a congiet pris,
Enfressi c’a Orliens tost s’en revint.

XCVIII[98]

Or fu Elies riche et sa mollier(s),
Et li mès est en France repairiés :
Aiol[s] le voit venir, molt en fu liés ;
3945Il est alés encontre, se l’a baisié,
Demande de son pere com se contient,
Et cil respondi : « Sire, en nom Dieu, bien ;
« Mais forment est li ber afebloiés :
« Por amor Dieu vous prie que li aidiés.
3950— Volentiers, » dist Aiol[s], « par le mien chief ;
« Mais je te voil desfendre, dire et proier,
« Si com tu viens johir de m’amistié,
« Ja com vive mon pere ne dites nient
« A borgois n’a sergant n’a chevalier
3955« Ne a nul home en tere qui soit sousiel.
— Non ferai jou, biaus sire, par le mien cief :
« Ja nel dirai a home qui soit sousiel,
« A neveu ne a oncle ne a mollier :
« Ançois me laisseroie mal atirier. »
3960Aiols fu preus et sages et ensengiés ;
Sa deserte ne vaut pas oublier :

.ii. mars d’argent li done et .i. destrier ;
Or a de sen serviche molt gent loier.

XCIX[99]

Or fu Elies rices et asasés.
3965Aiol[s] fu a Orliens la fort chité,
(d)Forment l’aime li rois, nient nel het ;
Makaires de Losane nel pot amer :
Fel fu et fiers et fors, grains et irés ;
Ne sai quel[s] vis diable[s] li fist penser
3970Qu’autressi ot son pere desireté.
Che fu a Pentecouste el tans d’esté
Que li rois tint sa court a grant barné :
Assés i ot demaines, princes et pers.
Aiol[s] li fieus Elie sert au disner :
3975Makaires de Losane en fu irés,
Quant il voit le vallet si amonté.

Molt par fu grant la court que li rois tint :
Assés i ot demaisnes, dus et marcis ;
Aiols li fiex Elie les sert del vin.
3980Atant es vous .i. mès des Sarrasins
Que li rois de Nubie i ot tramis ;
Tornebeuf l’apeloient en son pais.
Onques plus hideus hom[e] nus hon ne vit :
Il avoit l’un oel grant, l’autre petit,
3985N’avoit nul drap sor lui, n’ert pas vesti[s] ;
Il cort plus tost a pié que un[s] roncins ;
Il portoit une mache de fust cainin,
.ccc. claus i avoit de fer massis :
Onques Dieus ne fist home grant ne petit,
3990Se le mache trovast en .i. lairis
Qu[e] a paine a .ii. mains le remuist.
Venus est a Orliens, le maistre chit ;
Qui dont veist les gens por lui fuir :
Et dames et pucheles as cors gentis

3995S’apuioient al mur por lui veir,
Et Tornebeuf s’en torne, ainc n’i prist fin
Jusc’a le maistre sale roi Loeys.
Onques n’i ot portier n(e)’ huissier de pris
Qui les huis li ossast contretenir.
4000L’enperere de France al mangier sist ;
Lors a pris[e] le make li glous qu’il tint,
(f. 124)Si le fiert a .i. marbre quel fait croisir.
Ains n’i ot chevalier ne tressaillist,
Meismes l’enperere qui Franche tint :
4005Quant il regarde Aiol en mi le vis,
C’est cil de ses barons u plus se fit.

Molt est grande la cort, plaine la sale :
Assés i ot de princes et de barnage.
Atant es le gloton cui Dex mal face :
4010Il a levé en haut sa grande mace,
Si le fiert a .i. marbre qu’en croist la sale.
Ains n’i ot chevalier qui n’en tressaille ;
Aiol[s] devant le roi tenoit .i. madre :
Isnelement l’asist desor la table.
4015Venus est au glouton, dist lui en haste :
« Trai toi en sus, lechieres, Dex mal te face !
« Ne faire nul desroi par ceste sale :
« Ja t’aroi[e] batu si com un asne. »
Et respont Tornebeuf : « Je sui message
4020« Al fort roi Mibrien, celui d’Arabe,
« Qui m’a chi envoié a ceste marche :
« Ja dirai, par mon cief, tout mon message.

— Amis, » che dist Aiols, « es messagiers ?
« Di dont de tes noveles : que vieus ? que quiers ?
4025— Je suis mès de Nubie roi Mibrien ;
« Je ne doi avoir garde ne mal ne bien,
« Ne doi estre batus ne laidengiés.
« Il m’a a Loeys cha envoié(s) :

« Si dirai mon message de cief en cief :
4030« Ne lairoie por home qui soit sousiel.
— Amis, » che dist Aiols, « vieus ains mengier ? »
Et respont li messages : « J’en ai mestier. »
Il jete jus sa make, puis si s’asiet.
Aiols le fist servir .ii. chevaliers :
4035Li uns li porta l’ague tout de premier,
L’autre porta toialle por essuier ;
Aiol[s] li fist porter .v. pains entier[s],
(b)De trestout le menor, sans nul dangier,
Se peust .i. vilains bien aaisier,
4040Et .ii. hastes de porc lonc de .ii. piés,
Une grue et .ii. gantes et .iii. ploviers ;
Et un anap de madre d’un sestier
Li fist Aiol[s] porter plain de vin viés ;
Dont manga li lechieres, qu’en ot mestier,
4045Si a son grant anap trestout vuidié :
Deus oes ne valut mie tous li reliés.
« Amis, » che dist Aiol[s], « veus tu mais riens ? »
Et respont li paiens : « Il m’esta bien. »
Il saisi sa grant make et saut en piés :
4050Ja dira son message sans atargier.

CIII[103]

Quant li glous ot mangié, en piés sailli ;
Venus est a se mache, si le saisi.
Aiol en apela, se li a dit :
« Dites, frans damoiseus, u’st Loeys,
4055« L’enperere de Franche, de Saint Denis ?
— Amis, » che dist Aiols, « voi le [i]chi
« A ces grans piaus de martre, a cel hermin :
« Cil franc baron le servent que tu vois chi. »
Esraument li escrie quant il le vit :
4060« Sire, » dist Tornebeuf, « fai moi oir,
« Entendre el escouter par ta merchi,
« Tant qu’aie mon message conté et dit.
« Oiés et escoutés que je chi quis :
« Che mande Mibrien[s] li Arabis

4065« C’a tort portes corone, jel contredis ;
« Et mieus vaut Mahomet et Apolins
« Que ne fait li tien[s] Dieus que vieus servir :
« Et a tort tiens la terre que Karles tint.
« La bataille te mande, s’en es garnis,
4070« A l’issir de Gasconge a Mont Olis :
« Ne te laira chastel ne bour ne chit
« Ne maison ne recet ne planteis. »
Quant l’entent l’enperere, s’en fu maris ;
(c)Honte en ot por François qui l’ont oi.
4075.iiii. sergans apele, si lor a dit :
« Prendés tost cel gloton, cel foi menti,
« Copés li tost le nés en mi le vis,
« Le destre oel li crevés, si soit honis
« El despit Mahomet et Apolin. »
4080Quant li François l’entendent, si l’ont saisi ;
Par le commandement roi Loeys
L’abatent contre tere trestout sovin ;
Un grant huis li geterent desor le pis ;
A lor tranchant coutiaus d’achier bruni(s)
4085Li copassent le nés en mi le vis
Et crevaissent .i. oel pour lui honir :
Entr’eus se fiert Aiols, si lor toli.
A son ostel l’en maine, si l’a guari,
Bien l’a fait et baignier et revestir
4090De chemises, de braies, de blanc cai[n]sil ;
Un mulet afeutré trés bien garni
Li a fait amener a son plaisir :
Se li dona .c. sous al departir ;
Se li a fait jurer et bien plevir
4095Quant il venra el resne as Arabis
Que ja ne mesdira de Loeys.
Il se met en la voie tout son chemin,
Dessi a Panpelune se reverti :
Tant a fait de jornees que il i vint.
4100Lié en furent paien quant il parvint,
Après la joie furent grain et mari.

Mibrien[s] l’en aresne, se li a dit :
« Tu viens molt achesmés et bien garnis :
« Por Mahomet, qui t’a si revesti ?
4105« Fus tu en douche Franche ? c’or le me di ;
« Comment se contient ore roi[s] Loeys ? »
Et respont li messages : « Molt est gentis ;
« A mervelleus barnage se fait servir :
« Ne peut nus hom en tere son coust sofrir.
4110(d)« Je li dis mon message sans contredis :
« A François me fist prendre tost et saisir
« Et contre tere abatre trestout sovin ;
« Un grant huis me geterent desor le pis ;
« A lor coutiaus trenchans d’achier bruni(s)
4115« Me trenchasent le nés en mi le vis
« El despit Mahomet et Apolin,
« Ne fust uns damoiseus frans et gentis
« Qui novelement a garnimens pris :
« Franc l’apelent Aiol, jovene mescin ;
4120« Mieus [est] que tout li prinche qui or sont chi :
« Le conte de Boorges l’autre jor prist
« Et afina la guerre roi Loeys
« Dont onques mais ne pot a fin venir :
« François en font signor en lor pais
4125« Par le commandement roi Loeys.
« Il jure Dameldé qui ne menti
« Qu’il mandera ses homes et ses amis ;
« Si te venra requerre en ces pais,
« Ne te laira chasiel nul a tenir
4130« Ne maison ne recet ne plaisceis ;
« Un grant carcan de fer a claus massis
« Te fera metre el col, si com il dist ;
« Puis t’en menra an Franche a Saint Denis,
« La te fera ardoir a grant essil
4135« Se ne viens en Dieu croire de paradis
« Qui fu nés de Marie, et hom nasqui(s). »

Honte en ot Mibrien[s] li Arabi[s]
Por l’amor des paiens qui l’ont oi ;
Il tenoit en sa main un dart forbi :
4140Ja l’en eust feru et mal bailli
Quant paien li tolirent, si l’ont saissi.
« Signor, » che dist li rois, « bien m’a trai ;
« Or oiés del glouton com a menti :
« Por nient ne l’a on mie si bien vesti :
4145« Il n’a [pa]s son message a droit furni.
(f. 125)« Or jure Mahomet et Apolin
« Ne garira en Franche rois Loeys ;
« Ains manderai mes homes et mes amis
« Tant qu’en aie asamblé .cccc. mil ;
4150« Si m’en irai en Franche a Loey,
« Si prenderai Orliens et puis Paris,
« Estanpes et Biavais et Saint Denis,
« Hainaus et tout Braibant et Canbresis :
« Quant le val de Soison[s] arai conquis,
4155« A Ais a la chapele que Karles tint
« Me ferai coroner a mes amis. »
Or oiés del glouton, del Dieu menti :
Vantés est de folie, che m’est avis :
Se Dieu[s] garist Aiol l’enfant gentil,
4160Ja n’ert li mois passés ne acomplis,
Tel cenbel li fera en son pais
Dessi a Panpelune sa boine chit
Dont il ara son ceur grain et mari ;
S’en amenra sa fille o le cler vis.
4165Chi le lairons ester des Sarrasins
Et des fieres vantanches que li glous dist ;
Si vos dirons avant de Loeys,
D’Aiol et de Makaire le Dieu menti.
Molt par est grans li court que li rois tint
4170Droitement a Orliens sa boine chit :
Assés i ot demaisnes, dus et marchis ;

Un cor[s] i ot wagié et arami
Dont le jor tu Makaires molt entrepris,
Com vous porés entendre se jel vos di.

4175Che fu a Pentecouste a le roi court
Que Loeys de Franche fist faire .i. cor[s].
E Dieus ! tant boin destrier i ot le jor !
Marchegai ne fu mie de[s] noellors :
Aiols i mist le frain, qui l’ama mout ;
4180Il le traist en la plache voiant aus tous ;
Al pan de son hermine li tert le front,
(b)Le col et les espaules et le crepon.
« Amis, » dist l’enperere, « molt estes prous ;
« Venés ent cha seoir de joste nous. »
4185Makaires de Lossane en fu irous :
Fel fu et fier[s] et doines et traitors ;
Loeys apela par grant iror :
« Sire drois enpereres, ne faites prou ;
« Or sont li avolé miex en vo court
4190« Que ne sont vo neveu ne li millor :
« Cis garchons vint en France povres et lous ;
« Sachiés qu’il s’en ira un(s) de ces jors :
« Se d’aucun de vos pers paine vos sort,
« Si remandra li paine toute sor nous.
4195« Se François m’en creoient a icel jor,
« Il vos lairoient Franche toute par vous,
« Ja n’en arés aie ne nul secors,
« Qu’en tel point avés mis cel leceour :
« .xiiii. [vins] chevaus tous des millors,
4200« C’orent François conquis en cel estor,
« Li donastes vos, sire, le premier jor.
— Tai, glous, »  dist Loeys l’enpereor,
« Fil a putain, traitres, fel envious.
« Ja ne tramerai mais a nes .i. jor ;
4205« Tu encachas Elie de ses honors :

« Or est en autre tere, je ne sai hou,
« Escaitivés del resne o ma serour. »
Aiols le regarda, s’en ot irour.

Aiols li fieus Elie fu molt dolans
4210Des contraires Makaire le souduiant :
Plus le het que nul home qui soit vivant ;
Volentiers s’i mellast de maintenant :
Mais n’ert pas acointiés a ses parens,
Ne nel connoist encore li rois des Frans,
4215N(e)’ il ne vieut son corage jehir de niant
Tant qu’il ait fait bataille et estor grant
Et guerres afinees devant le[s] gens.
(c)Porquant il li respont cortoisement :
« Sire, porcoi m’alés si fort blamant ?
4220« Se je vous ai forfait ne tant ne quant,
« Je vous en ferai droit par avenant :
« Prest en sui et garnis, voian[t] les Frans ;
« Et se vos envers moi d’ui en avant
« Me dites nule cose qui soit nuisant,
4225« Il m’en pess[er]a molt, jel vos creant.
— Tai, glous, » che dist Makaires, « ne parlés tant :
« Car molt tost te feroie grain et dolant.
« Vostre chevaus n’est mie des miex corans :
« L’autre jor nen ert mie si rabiant,
4230« Ains resambloit ronchin a paisant,
« Destelé de kerue, las, recreant,
« Et si vos en gaboient .ccc. enfant :
« Anqui sera au cour[s] des plus taisans. »
Quant l’entendi Aiol[s], s’en fu dolant.

4235Aiol[s] li fieus Elie fu molt maris
Des contraires Makaire qu’il ot ois :
« Sire, porcoi blamés a tel loisir
« Ne moi ne mon cheval ? che poise mi ;
« Et quanque vous mesdites m’esteut oir.

4240« Vos estes riches hom, je sui un[s] bris ;
« Mais del ceval me poise c’avés laidit :
« Il est et biaus et cras et bien garnis,
« Si n’en a nul millor en ces pais
« Fors seulement le vair roi Loeys.
4245« Sire, chelui ne voil mie aatir :
« Chou est mon droit signor, nel voil laidir ;
« Mais encontre le tien bien l’aatis
« Por une liewe corre tout .i. chemin ;
« Et se li miens peut vaintre, si me plevis
4250« .m. mars de blanc argent et .c. d’or fin,
« Et del destrier a faire tout mon plaisir ;
« Se li tien[s] vaint le mien, jel fac ausi.
— Par mon cief, » dist Makaires, « je l’otri
(d)« Sor tel crestienté com Dieus me mist. »
4255Es vos le cour[s] gagié et arami
Dont puis mut en la court si grans estris
Dont furent mort .c. home(s), voire .vii. vint.
« Par foi, or esta bien, » dist Loeys :
« S’Aiol[s] pert Marchegai, tous sui garis,
4260« Que je l’en donrai senpre u .v. u sis
« De trestous les millors de ces pais :
« Il m’a de ma grant guerre bien trait a fin. »
Adont par fu Makaires forment maris.

CVII[107]

Or fu li cors gagiés et afiés,
4265Et Loeys a fait ses cors soner,
Ses olifans bondir et acorder.
Hé ! Dieus ! tant boins chevaus i ot mené
Sor[s] et bais et bauçans et pumelés ;
Marchegai ne fu mie des mains loés.
4270Aiols i mist le frain, si est montés :
Molt tost en est venus a son ostel ;
Ciés Ysabel s’antain en est alés,

Lusiane sa fille l’a apelé.
Ele li court encontre por demander :
4275« Comment est del cors fait que pris avés ?
— Bele, » che dist Aiol[s], « bien le verés
« Ançois que li solaus soit esconsés. »
Aubregon et cuirie a leus combrés :
De traison se crient li bachelers ;
4280Maintenant l’a vestu et endossé,
Et après une cote de grant cierté
De vermel escarlate, li pan sont lé ;
Çaint une grant espee al puin doré
Si par desous le cote que point ne pert,
4285Et jure Dameldé de majesté :
« Teus me pora anqui orgeul moustrer,
« La aval a cel cors en mi che prei,
« Vos m’i serés compaing al desevrer. »
Au cors en est venus tous abrivés ;
4290(f. 126)Par de joste Makaire s’est arestés
Tant que Loeys fist les cors soner,
Ses olifans bondir et acorder.
Qui dont ot boin ceval nel pot celer :
Cascuns voloit le sien mieus esprover.
4295L’enperere meismes estoit es prés :
Quant il les vit de core bien aprestés,
A haute vois s’escrie : « Baron, montés !
« Cil qui ançois venra en la chité
« Et sor le pont de Loire pora monter,
4300« S’il en a tesmongaje de mon barné,
« Ill avra gaingié et conquesté
« .m. mars de blanc argent et .c. d’or cler,
« Et des chevaus fera sa volenté. »
Adont parla Aiol[s] comme senés :
4305Il a dit a Makaire : « Vous moverés :
« Vous estes riches dus de parentés,
« Je sui uns hom(e) estrange d’autre resné,
« Si sui venus al roi por saudoner ;
« Et por chou, s’il vos plaist, que miex valés

4310« Vous ferai avantages par ma bonté(s)
« Un grant arpent de terre mesuré
« Ançois que je m’en meue d’en mi che pré.
« S’adont vos puis ataindre ne trespaser,
« Si diront chevalier et bacheler
4315« Que je vos arai fait molt grant bonté.
— E glous, » che dist Makaires li desfaés,
« Com tu par es traitre et parjurés !
« Bien sés honir franc home(s) et vergonder. »
Adont parla Aiol[s] comme senés :
4320« Sire, » che dist li enfes, « grant tort avés :
« Trop laidement vos ai oi parler,
« Si ne vos volés onques amesurer ;
« Ne porquant l’avantage vos ai doné :
« Ja nel vos retaurai, mais ore alés. »
4325Dont s’en torna Makaires li desfaés,
(b)Al bruit esperonant tout abrivés :
Aiol[s] se tient tous cois en mi les prés
Tant c’un arpent de tere ait trespassé,
Voire plus s’il venist al mesurer.
4330Et quant le voit li rois, molt fu irés ;
Il apela Aiol par grans fiertés :
« Vasal, » dist l’enperere, « quel en ferés ?
« Lairés vos ent Makaire ensi aler ?
« S’il peut ançois venir en la chité
4335« Et sor le pont de Loire puisse monter,
« L’avoir vaura avoir tout conquesté,
« Et j’ere molt dolant se le perdés.
— Sire, » che dist Aiol[s], « ne vos doutés :
« Tant m’afi jou en Dieu de majesté
4340« Et en che boin ceval que chi veés
« Que tost l’arai ataint el trespasé. »
Il broche Marchegai par les costés
Des esperons a or bien amorés
Si que le sanc vermel en fait voler :

4345Et Marchegai l’enporte par grant fierté :
Qui li veist les autres tous trespaser !
Il fait les pieres fendre et fu voler
Que les esclos en fait estincheler,
Les grans et les petis tous trespasser :
4350Venus est a Makaire, si l’a outré.
Et quant Aiol[s] vint outre, qu’il ot passé,
Fierement le regarde, si a crié :
« Sire, » che dist Aiols, « car vos astés,
« Vostre corant destrier(s) esperonés !
4355« Venés .i. poi plus tost, se vos poés,
« Car che vous di je bien par verité
« Se vous venés si lent, vos perd[e]rés. »
Aiol[s] li fiex Elie a tant alé
Que il vint a le porte de la chité :
4360Desor le pont de Loire s’est arestés,
Et regarda ariere devers les prés :
(c)Vit les chevaus de Franche tous arestés ;
Mais li destrier[s] Makaire est si menés
Qu’il ne se peut movoir ne remuer :
4365Par gas i sont venus cis baceler,
Sel vont batant de fust et de tinés,
La coe li manachen[t] a recoper
Et recreant ronchi l’ont apelé.
Aiols fu a Orliens la fort chité :
4370Chevalier et borgois l’ont esgardé,
Et dist li uns a l’autre : « Molt est chis ber !
« Molt par l’a bien Jesu enluminé.
« Mieus samble Karlemaigne que home né :
« Je quic qu’est del linage, del parenté ;
4375« Car pleust Dameldé de majesté
« Que Makaires eust le cief caupé
« Et fust as vis diables tous commandés,
« Et cis eust de Franche la duceté
« Que tint li dus Elie qui tant fu ber.
4380« E Dieus ! com il seroit bien recetés
« Quant il si par tans maine tel barné. »

Atant evous Makaire tout airé,
Et tenoit .i. baston grant et quarré,
S’en vaut Aiol l’enfant .i. cop doner ;
4385Mais Aiol[s] trait l’espee al puin doré
Qu’avoit desous sa cote estraint li ber :
Sore li est courus par grant fierté :
Ja li eust del bu le cief sevré
Quant l’a rescous Bernars et Guinemer[s],
4390Sanses et Amori[s] et dans Quarés :
« Tornés, sire, ne faites, laisiés ester.
« Makaires est forment enparentés,
« Il est dus de Losane, le fort chité :
« Vessi son grant linage tout asamblé.
4395« Ja vos aroient mort et afolé,
« Vos n’en poriés mie vis escaper. »
Quant l’entendi Aiol[s], molt fu irés.
(d)Il set bien qu’il li dient la verité ;
Un poi s’est trais ariere li bachelers
4400Quant des consaus son pere li est membré(s)
Et des castiemens del gaut ramé.
Uns des neveus Makaire i est alés :
Fieus fu de sa seror, ch’oi conter ;
Chevalier[s] fu noviaus et adoubés :
4405Manechier ot son oncle, s’en fu irés ;
N’osa envers Aiol as puins aler ;
Quant il le vit tenir le branc letré,
Il saisit un espiel gros et quaré
C’uns escuiers tenoit en mi le pré ;
4410Si en ala Aiol .i. caup doner :
Devant en mi le pis l’a encontré,
La cote d’escarlate a despané :
Mais li haubers l’a [bien] de mon tensé
Que il avoit vestu et endossé :
4415Il brise son espiel, si l’a froé.
Aiols li fieus Elie se lient li ber ;

Encore tenoit il son branc letré :
S’en ala le glouton .i. caup doner,
Amont par mi le cief l’a encontré,
4420Enfressi que es dens li fist couler,
Que mort l’a abatu et craventé :
« Outre, » fait il, « lechieres, n’i garirés ;
« Comment que li plait prenghe, chi remanrés :
« Jamais s’o[n] ne vos porte ne leverés.
4425« A vos me sui paisiés et acordés :
« Or ai mains d’anemis en ce resné :
« Dieus me consaut des autres par sa bonté ! »
Et quant che voit Makaires, s’en fu irés ;
A sa vois qu’il ot haute prist a crier :
4430« Ou estes vos, » dist il, « mes parentés ?
« Vos qui de moi tenés bours et chités,
« Dont n’avés vous veu cest avolé,
« Qui mon neveu m’a mort et afolé
(f. 127)« Et a mes ieus voiant l’a chi tué ?
4435« Se il vis en escape bien peut vanter,
« Tous les jors de sa vie s’en peut gaber. »
Et cil ont respondu : « N’en peut aler. »
Plus furent de .l. d’un parenté
Des neveus Guenelon et de Hardré
4440Et des pare[n]s Makaire le desfaé.
Aiol corurent sus par grant fierté :
Mais il n’eurent nul[e] arme la aporté,
Qu’il quidierent Aiol as puins combrer :
Mais il tenoit encore le branc letré.
4445Ens es parens Makaire s’est mellés,
A destre et a senestre prist a capler :
Cui il consieut a cop ne peut durer,
Ja mar mandera mire pour lui saner.
Plus en a de .xiiii. ileuc tués :
4450Li saudoier Aiol l’ont esgardé
Cui il avoit l’avoir abandoné,

Et dist li uns a l’autre : « Car esgardés
« De cel franc chevalier de grant bonté,
« Com il a le ceur plain de grant fierté :
4455« Molt desfend bien son cors a saveté ;
« Et ja li somes nous sor sains juré
« Que ja ne li faurons en notre aé.
« Par foi, nous somes ja tout parjuré
« Quant si li corent sus devant no nés :
4460« Car li alons aidier, se vos volés. »
Plus furent de .l. des bachelers
Qui saillent as maisons et as ostés,
Et requirent bastons, fus et tinés
Et rois espieus trenchans et brans letrés.
4465A l’estor repairierent tout abrivé(s),
Grans cos et me[r]vellous i ont donés,
La secourent Aiol par grans fiertés :
La ot maint chevalier mort et navré(s) ;
Li rois i vint corant por desmeler.

CVIII[108]

4470(b)Loeys ot la noise si grant et voit.
Il escrie ses homes : « Prendés le moi !
« Gardés que cis traitre ne me foloit :
« J’en ferai me justiche, se vous n’en poist,
« Selonc chou qu’il se maine a tel desroi. »
4475Et François li ont dit : « Vous avés droit. »

François i sont venu communalment
Et saisirent Makaire de maintenant :
Tous li ont desronpu ses garnimens.
Loeys jure Dieu omnipotent :
4480« Ja n’istra de prison en son vivant
« S’Elie mon serouge vif ne me rent.
« Fieus a putain, lechieres, fel souduiant,
« Delivrés lost Aiol .m. mars d’argent
« Et l’or que li eus mis en covent,

4485— Sire, » che dist Makaires « qui le desfent ?
« Tant li donrai destriers et garnimens
« L’acord[anch]e en ert faite a son talent. »

— Sire, » che dist Makaires, « por Dieu, merchi !
« Tant li donrai destrier et vair et gris,
4490« L’acordanche en ferai a son plaisir.
« Puis irai a Lossane dont je vi(e)ng chi ;
« Jamais ne quirc entrer en ces pais.
— Tais, glous, » dist l’enpereres, « n’ert mie ensi :
« Jamais en ton vivant n’iras de chi,
4495« S’Elie mon serouge ne me rens vif.
« Fieus a putain, parjures, fel Dé(x) menti[s],
« Tu l’encachas a forche de ces pais,
« Si le fesis de Franche a tort banir. »

Loeys apela contes et dus ;
4500Si lor a escrié a molt grant hu(s) :
« Prendés moi che glouton, che Dieu parjur,
« Sel jetés en ma cartre el font la jus. »
Et il si fissent senpre, n’atargent plus.
Li saint sonent as vespre[s], si i vont tuit :
4505Par toute la chité leva li bruis :
(c)Che dient qu’ai cor[s] furent, qui l’ont veu,
Li boin[s] destrier[s] Aiol a tout vencu.

CXII[112]

Li rois ist del moustier, se gent après.
Et prist l’enfant Aiol par le mantel.
4510Che dist roi[s] Loeys al damoisel :
« Des chevaus c’as vencus m’est il molt bel ;
« Or serés compaignon, vous et Jobert,
« Ylaires ert li tiers de Saint Lambert :
« L’autre jor m’en proierent a saint Marcel.
4515— Sire, » che dist Aiol[s], « si com vous plest ;
« Des que vous le volés, molt m’en est bel. »

CXIII[113]

Aiols fu chevaliers preus et cortois :
Ylaires et Jobers fu molt adrois,
Si se sont compaignié devant le roi ;
4520Sor sainz se sont juré, plevi par foi,
Que l’uns ne faura l’autre por riens qui soit.
« Baron, » dist l’enperere, « or estes troi :
« Or poés vos ma guerre miex maintenoir
« Et faire par ma tere tout vo voloir.
4525« A vous m’an cleim, » fait il, « baron François :
« Sarrasin me demainent a grant belloi
« Et sont a Panpelune, jel sai de voir.
« Un[s] paien[s] le dist chi, que bien en croi,
« Si me vi(e)nt desfier devant François :
4530« Cuidés vos dont, signor, que ne m’en poist ?
« Signor franc chevalier, qui m’i iroit,
« Certes qui cest message me furniroit,
« Tous les jors de ma vie mon gré aroit,
« Et desist Mibrien qu’il m’atendroit
4535« Et laisast moi ma terre, bien feroit. »
Dont se teurent Normant et Hurepois
Et Flamenc et Berton et li François ;
Mal ait cil qui s’osast lever des dois,
Tant doutent Mibrien cel riche roi.
4540Aiols li fieus Elie fu molt cortois,
Qui ses compaignons traist en .i. recoi.

CXIV[114]

(d)Aiols en apela ses compaignons :
« Entendés, » fait il, « cha, signor baron.
« Dont n’avés vous oi del fil Karlon,
4545« Qui s’i s’est dementés voiant aus tous,
« Que Sarrasin li tolent tout a bandon
« L’onor que conquist Karles a esperon ?
« Et sont aparellié : car i alons.
« Des crestiens ochient a grant fuison,
4550« Et dames et puceles ci enfançons.
« Signor, por l’amor Dieu, car i alons ;

« Nos cevaus et nos armes i conduisons
« Et soions en la tere, s’i sejornons.
« Par le mien ensiant ja n’en venrons
4555« Tant c’arons fait bataille vers les felons
« Dont par la tere ira molt grans renons. »
Et cil li respondirent par grant amor :
« Sire, a vostre plaisir nos en ferons,
« Car ja por nule riens ne vos faurons :
4560« Mais faites vo voloir, nous l’otrions. »

Li troi baron repairent quant orent consellié :
Si sont assis es rens des barons chevalier[s].
Encore se demente li rois qui Franche tient :
« Baron, » dist l’enperere, « por les sains desosiel,
4565« Dont ne troverai jou en ma cort chevalier
« Qui voist a Panpelune mon message nonchier ? »
Encor se teurent tout Alemant et Baivier,
Et Normant et Breton et Flament et Pohier :
Mal de(l) cel qui osast ne lever ne drechier,
4570Tant doutent Sarrasins et cel roi Mibrien.
Aiol[s] li fieus Elie est sailis sus en piés :
En trestoute la cort n’ot plus bel chevalier
Ne nul miex acesmé ne mieus aparellié
Ne mieus sache parolle a preudome nonchier.
4575Devant le roi de Franche s’en vint ester en piés,
Si hautement parla que on l’entendi bien :
« Sire drois enpereres, faites pais, si m’oiés ;
(f. 128)« Sarrasin vos gueroient, si en estes iriés,
« Et sont a Panpelune par forche hebergié(s).
4580« Jou et mi compaignon qui molt font a prosier
« Que vos m’avés, biaus sire, donés et fianciés,
« Irons a Panpelune vo message nonchier
« Et de la vostre part vo tere calengier.
— Amis, » che dist li rois, « ne peut estre otroié(s) :
4585« Vos m’avés de ma guere richement trait a cief,
« Ne vos vauroi[e] perdre por la chité d’Orliens ;

« Assés troverai mès qu’i vaurai envoier.
— Sire, » che dist Aiol[s], « ne plache a Dé(x) del ciel
« Que ja en lieus de moi i soit autre envoiés :
4590« Car nus ne se doit faindre de son signor aidier
« A cel[e] eure qu’il voit qu’il en a le mestier.
— Amis, » che dist li rois, « tant su je plus iriés.
« Or me poés dont dire le fort roi Mibrien
« C’a grant tort tient la terre dont je sui iretiers,
4595« Que conquist Karlemaignes, mes peres li proisiés ;
« Mais vienge a moi droit faire [u i]ci a Orliens,
« A Paris u a Cartres u al bourc Saint Michiel
« U la u je serai et ma cort plus grant [i]ert ;
« Fache lui et ses homes lever et baptisier ;
4600« Et se il nel veut faire, ne li celés nient
« Que je l’irai requerre en cest esté premier,
« Ne li larai chité ne borc a desrochier
« Ne haute tor de piere ne castel a brisier ;
« Et se jel puis tenir ne a mes mains baillier,
4605« Ains de si laide mort ne fu nus essilliés
« Con ge ferai son cors honir et vergongier.
— Sire, » dist li Aiols, « che li dira ge bien
« Et encore assés miex, se Dex l’a otroié. »
Del palais en avale quant il ot pris congié ;
4610A l’ostel Ysabel sont la nuit repairié,
A molt grant joie sont la nuit esbanoié
Et après le souper se sont alé couchie[r] ;
S’Aiol[s] dort en son lit, a ente peut songier,
(b)Car li parent Makaire se furent porcachié,
4615Et furent jusc’a .x. li quivert renoié.
En .i. escons se misent dedens .i. mostier viés ;
Dist Ferans de Losane qui Makaire estoit niés :
« Entendés cha vers moi, nobile chevalier,
« Con nous somes trestout honi et vergongié,
4620« Par un glouton estrainge cliné et abaisié :
« Car par lui est mes oncles en cartre trebuchié[s]

« Et tous nos grans linages honni[s] et vergongié[s] ;
« Et or est dru[s] le roi et maistre conseillier[s]
« Et vait a Panpelune son message nonchier.
4625« Le matin s’en ira, ne(n) n’estra que il tiers ;
« Mais qui or se poroit anuit mais porcachier,
« El bos de Quintefeulle fuisiemes enbuscié :
« La li poriens demain tous les membres tranchier :
« Il ne seroit jamais par nul home vengiés ;
4630« Ne savons dont il est ne de quel terre vient. »
Li .x. s’entrafierent, grant et fort pautonnier,
Que l’uns ne fauroit l’autre por les membres trancier :
La mort Aiol jurerent sor les sains del mostier ;
Puis monterent es sele[s] des auferans corsier[s]
4635Et pendent a lor caus les escus de quartier
Et eurent en lor puins les rois tranchans espiels
Et ont es roides lances les confanons tachiés.
Bien furent il armé li quivert renoié
D’auberc et de brun elme et d’espee d’achier.
4640Par nuit s’en sont issu de la chité d’Orliens ;
Toute nuit ne finerent le chité eslongier ;
El bos de Quintefeulle se furent embuissié :
Cil sires les confonge qui tout a [a] jugier !
Toute la nuit i furent dessi a l’esclarier.
4645Al matin par son l’aube lievent no messagier :
Lusiane se paine d’aus molt aparellier ;
Ysabiaus lor carga .iii. vaillans escuiers,
C’est Ponces et Bernars et Rainaus li prosiés ;
Né furent de Soison[s], fil al conte Gautier,
4650(c)Cousin germain Aiol, n’en savoit [onques] nient :
Ançois que il soit vespres li aront grant mestier.
Il metent as almaries les bruns elmes d’achier,
Et avalent es coufres les blans aubers doublier[s],
Et menerent en destre les boins corans destrier[s],
4655Et portent les escus et les tranchans espieus ;
Et li baron monterent sor les mulès prosiés ;

A molt grant joie issirent de la chité d’Orliens.
L’enperere de France les ala convoier :
Si ot en sa compaigne .lx. chevaliers.
4660Il appela Aiol par molt grant amistiet :
« Amis, » dist l’enperere, « je vous ai forment chier :
« Se Damede[x] che done que vos sain reperriés,
« .iiii. chastieus en Franche vos donra jo en fief.
— Sire, » che dist Aiol[s], « grant merchi en aiés ;
4665« Mais de vostre contree ne vos voil abaisier,
« Ançois vous vaurai bien servir et avancier.
« Se Damede[x] che done que puise repairier
« A los de vos barons que vous avés plus cier[s],
« Se vos chou me donés qu’il oseront jugier,
4670« Certes vos en serés molt durement carciés. »
Atant se departirent, si demandent congié :
Li rois les commanda al pere droiturier
Qu’il desfenge lor cors de mort et d’encombrier.
S’il seust l’aventure des mortex losengiers
4675Qui el bos les atendent pour eus adetrencier,
Molt envis les laissa[st] issi seul[s] chevacier.
Ysabiaus en plora(st) des biaus iex de son cief ;
Lusiane sa fille ne se seu(s)t conseillier
Qu’ele ne se pasmast sor l’arçon a or mier.
4680« Fille, » dist Ysabiaus, « cest deul estent laisier. »
Sa mere le redreche o le viaire fier.
Aitant se departent, prendent a cevalcier :
Li baron et les dames repairent a Orliens,
Et li mesage en vont, que Dex puist conselier.

CXVI[116]

4685(d)[Des] or chevauce Aiol[s], li troi baron gentil,
Et li .iii. escuier, a ces furent il sis.
Une pleuete chiet, si faisoit molt seri :
Aiols canta un son por eus a esbaudir ;
Quant li son[s] fu finés, a porpenser se prist.

4690« Signor, » che dist Ylaires, « entendés en vers mi :
« Anuit songai un songe dont forment sui mari[s],
« Qu’el bos de Quintefoille nos estiemes tout mis :
« La vi ge .ii. broions fors del breulet issir,
« Les menbres nos volloient desmembrer et tolir
4695« Quant Diex nous en aida par la soie merchi ;
« S’aviés avoec vos .iii. brakès de grant pris
« Qui tout les nos aidoient molt tost a departir.
« Ja li parent Makaire n’erent Aiol ami :
« El bos de Quintefoille se seroient tost mis.
4700« Se mes consaus estoit ne creus ne ois,
« Nous p[r]enderons nos armes sor nos destriers de pris,
« S’en seromes plus baut, plus seur et plus fit ;
« Et se nous passons outre que ne soions requis,
« Par Dieu del desarmer ne poons faire pis.
4705— Amis, » che dist Aiols, « or avés vos bien dit :
« Qui consel ne vieut croire bien doist estre honis. »
Il dessendent a terre el pendant d’un lairis
Et li franc escuier les servent a plaisir :
En lor dos ont vestu les blans haubers trellis,
4710Puis fremerent es ciés les vers elmes brunis
(f. 129)Et çaingent les espees dont li branc sont forbi(s)
Et pendent a lor caus les fors escus vautis
Et montent es cevaus corans et arabis.
Quant Aiol[s] fu montés, a regarder s’est pris,
4715Et dist entre ses dens que nus ne l’entendi :
« Pleust a cel signor qui les paines sofri
« Que chi fust or(e) Makaires et de ses parens sis !
« Anqui lor venderoie a branc d’achier forbi
« Le grand dolor mon pere qu’il cacha el essil. »
4720E Dieus, por coi se vante li chevaliers gentis ?
Ja ançois n’en ert vespres ne li jor[s] a declin
Se il par sa proeche ne s’en peut departir
Molt en sera dolant ains que soit avespri.

CXVII[117]

Or sont tout .iii. armé li nobile baron
4725Et ont al vent destort les vermel[s] confanon[s].
Aiols se ragarda, s’apuia sor l’arçon,
Rainalt son escuier en a mis a raison :
« Or pensés de bien faire, » dist Aiol[s], « gentix hon !
« Se che vient a bataille que vos veés l’estor,
4730« Gardés bien vo arnas, que ne soiés bricon.
— En la moie foi, sire, » li escuier[s] respont,
« Se che vient a bataille que voie le besoing,
« Ja de garder arnas ne tenrommes raison :
« Mainte communalment tout ensamble feron
4735« Entre moi et mes freres andeus ces danselons.
« Nous fumes fil Gautier le conte de Soison[s],
« Et cil fu frere Elie le nobile baron
« Qui fu caciés de France par mortel traison.
« Bien nous vient de linage que cascun[s] soit prudom. »
4740Quant Aiols l’entendi, grant joie ot li frans hom.

CXVIII[118]

Or sont tout .iii. armé li nobile vasal,
Et ont al vent destort les pengons de cendal.
Aiols li fiex Elie sor destre regarda,
Dameldé et son non duremement reclama.
4745Li .x. furent el bos cui Dex tramace mal.
Cis Ferans de Losane Agenon apela,
(b)Et Garin et Richart et Hugon de Monbart
Et Jofroi de Verson et son frere Foucart
Et Guillaume le Brun et son frere Reinart
4750Et de(l) Roimorentin a apelé Bernart :
« Or para del vengier, » fait il, « baron vasal :
« Vés la les .iii. armés, cascun[s] a son ceval.
« Et Jobers et Ylaires sont chevalier loial :
« Se nous les ochions, picié ferons et mal ;
4755« Il sont de grant linage, molt grant guere en naistra ;
« Mais alons i nos .iii. le pendant de che val,
« Si faisomes marchié as nobile[s] vasal[s]

« Qu’entre nous lor donrons tout cargié .i. ceval
« Entre or fin et argent, et s’ai[en]t maint cendal,
4760« Mais que vengier nous laisent del quivert desloial.
— Jo irai, » dist Richiers, « et Hues de Monbart,
« Et de(l) Roimorentin ensemble nos Bernars,
« Et vos, Reinart, [i]chi, cascun[s] sor son ceval.
« Se nous avons besoing, ne vos atargiés ja,
4765« Mais venés nos secoure isnelement le pas. »
Et cil ont respondu : « Ne vos esmaiés ja :
« Alés seure(e)ment, ja nus ne vous faura ! »
Li troi s’en avalerent le pendant d’un costal :
Aiols les voit venir qui reconnus les a :
4770Trés bien vit a lor armes que de riens nes ama ;
Ses compaignons apele, douchement lor mostra :
« Quel le vaurés vos faire, franc chevalier loial ?
« Volés me vos aidier u cascun[s] me faura ? »
Et il ont respondu : « Onques ne parlés ja !
4775« .c. dehès ait el col qui ja s’en pensera,
« Por nule riens en tere le vostre cors faura. »
Quant Aiols l’entendi, onques ne se targa,
Mal ait onques parole ne dit i escouta :
Il broche Marchegai qui molt tost l’enporta,
4780Et a brandie l’anste de l’espiel qu’il porta :
Devant en son escu fiert Huon de Monbar,
Desor la boucle d’or li fraint et pechoia
(c)Et l’auberc de son dos desront et desmailla,
Par mi outre le cors la lanche li passa,
4785Toute plaine sa lanche l’abati del ceval,
Et escrie Monjoie a loi d’ome vasal :
« Fil a putain, glouton, vos n’i garirés ja.
« Chou est Aiols meismes qui reconnus vos a :
« A l’espee tranchant a vos s’acordera ! »

CXIX[119]

4790Aiols li fiex Elie abati le premier ;
Et Jobers et Ylaires furent boin chevalier,

Coragous et ardit por les armes baillier.
Ambedui laisent core, ne se vaurent targier,
Quanque chevaus peust rendre, des esperons d’or mier,
4795Cascun[s] feri le sien, ne l’a mie espargniet :
Onques toutes lor armes ne lor orent mestier
Que mors nes aient fait a tere trebuchier.
Huimais porés oir des .iii. frans escuiers :
Quant virent les .iii. mors, ainc ne furent si lié ;
4800Chele part sont venu esrant sans detrier,
Des ronchins dessendirent isnelement a pié,
Si lor ont les vers elmes des testes esraciés,
Si lor traient des dos les blancs aubers doubliers ;
Isnelement les vestent, s’ont les elmes lachiés,
4805Et çaingent les espees as brans forbi[s] d’achier,
Et pendent a leur caus les escus de quartier,
Puis laisent les roncins ens el pré estraier[s].
Si saillirent es seles des auferans corsiers :
Huimais seront il .vi. a l’estor commenchier.
4810Li .vii. furent el bos dolant et courechié :
Volentiers s’en fuissent, mais ne lor vaura nient,
Car il n’ont nul recet u puisent herbergier.
Fors del bos s’en issirent li quivert renoié :
Par proeche s’avalent li .iii. franc escuier,
4815Devant sor les escus fierent les .iii. premiers
Que çaingle ne poitral ne lor ot ainc mestier
Que par tere nes facent contreval trebuchier.
(d)Et Aiols et Ylaires et Jobers li guerriers
Laissent core a eslais les boins corans destriers
4820Et vont ferir les .iii. es escus de quartier :
Desor les boucles d’or les ont frains et perciés,
Les haubers de lor dos desrous et desmailliés,
Et les fers et les fus lor font es cors baignier,
Com mors les trebuchierent el pendant d’un sentier.
4825« E Dieus, » che dist Aiols, « par ta sainte pitié,
« Com je sui richement de ces gloutons vengiés ! »

Un en prisent tout vif, les poins lui ont liés,
Les autres ont molt tost des aubers despolliés :
Cele part les trainent as ceues de destriers :
4830Tous .x. les i pendirent, ains n’en prisent loier.
La fu Bernars pendus, .i. molt riche terriers :
Il tient Roimorentin, .i. grand castel plenier,
Qui siet a .vii. jornees la grant chité d’Orliens :
Par devers le Berri est fors et batelliés ;
4835Cil estoit niés Makaire et fu frere Reinier ;
Puis en avi(e)nt Aiol .i. si fort encombrier
Ains qu’il entrast en Franche ne qu’il veist Orliens
Qu’il en ot tel paor de la teste trenchier
Que il n’i vausist estre por le chité d’Orliens.
4840Aiols li fieus Elie al duc parla premier[s] :
« Signor franc compaignon, faites pais, si m’oiés :
« Dont n’est de sor nous .iii. li mesages cargiés ?
« Se n’i devons mener plus autres chevaliers :
« Puis que cis .iii. valet se sont aparellié,
4845« Mal dehait ait el col, en la barbe et el cief
« Qui jamais lor taura le non de chevalier.
« Et se plus nous servoient, voir che seroit peciés :
« Il ne le doivent faire puisqu’il sont chevalier ;
« Mais or prengent l’eskiec qu’avons ci gaingiet,
4850« Si revoisent ariere en la chité d’Orliens :
« Si diront Loeys com avons esploitiet. »
Et cil ont respondi : « Molt par avés dit bien. »
(f. 130)Quant li enfant l’oirent, molt en furent iriet :
Mais lor signor le vaurent, si ne l’ossent laisier.
4855Ariere s’en revont dolant et courechié,
Si remainent l’eskiec que il ont gaingié,
.x. ha[u]bers et .x. elmes et .x. escu[s] quartier[s].
Ains le jor ne finerent, si vinrent a Orliens,
Et vont a Loeys le message nonchier.
4860Quant les ot l’enperere forment en fu iriés
Et de l’autre partie en ot le ceur si lié

De chou que li glouton sont mort et detranchié.
Or fut li pleit Makaires durement empiriés.

Des or chevauche Aiol[s] li frans guerriers,
4865Et si doi compaignon joiant et lié
Por l’estor c’ont vencu as brans d’achier ;
Et mainent avoec aus .i. fort somier
Cargié de garniment et de deniers.
Signor, bien doit tel home Jesu aidier
4870Qui la venganche Dieu si lonc requiert.
D’Orliens a Panpelune, .v. jors entiers,
Ne sai de lor jornees conte nonchier :
Vien[en]t a Belquare[l], sont hebergiet :
.ii. jors i sejornerent et tout le tierc.

4875Troi[s] jor[s] sejorne Aiol[s] a Belquare(i)l,
Ensamble o lui Ylaires et dan[s] Jobers ;
Et forbisent lor elme et lor hauberc,
Regardent [as] destriers, si metent fers.
Au matin s’en issirent li .iii. dansel :
4880Foucars ot non li ostes de cel castel.
Entre midi et none vien[en]t molt près
De la chité ou vont li damoisel,
Et trevent .i. bosket flori et bel :
Mibrien[s] l’ot fait clore de pel novel,
4885Assés i avoit pors et dains et cers :
« Signor, » che dist Jobers, « franc damoisel,
« Près sons de Panpelune le fort recet :
(b)« Qu’avés vos enpensé ? comment ert fait ? »
Et Aiols qui fu sages li dist après :
4890« Huimais sejornerons, sire Jobert,
« Enfressi c’a demain que jor[s] ert bel[s] :
« Ne poons faire agait ne nul cembel. »

CXXI[121]

Or sont ensamble el bos li baron franc :
Virent de Panpelune les larges pans,

4895Les murs et les soliers, le[s] abat vens,
Et par defors paiens et Nubians
Qui se vont par defors esbaniant.
« Signor, » che dist Ylaires li avenans,
« Comment le ferons nous vers les Persans ? »
4900Et Aiol[s] qui fu sages respont avant :
« Huimais sejornerons, mien ensiant,
« Enfressi c’a demain que jors soit grans,
« S’irons a Panpelune tout droit avant
« Querre chevalerie et joste grant :
4905« Damede[x], se lui plest, nous en avant !

CXXII[122]

— Signor, » che dist Ylaires, « nos somes chi,
« Se Damelde[x] n’en pense, près de no fin.
« U vous alés avant u estes chi,
« Che[s] chevaus vos convient a departir :
4910« Atachi[é]s Marchegai desous cel pin
« Qui mort et brait [toujours], fiert et henist,
« Ne peust autres chevaus lés lui sofrir.
« Nos ne garderons l’eure que soions pris :
« Se paien nous perçoivent, mal sons bailli.

CXXIII[123]

4915— Signor, » che dist Aiols, « vos remanrés,
« Que ja por mon ceval ne vos movés.
« Je m’en irai avant se vous volés
« A cel abateis que vous veés.
« Par matinet soiés tout apresté(s) :
4920« Si aiés vo[s] destriers estroit ceinglés ;
« Un cembel trametrons a la chité.
« Se Sarrasin s’en issent par lor fierté,
(c)« Faites qu’il ne s’en puisent mie gaber.
« Se nous en poions .iii. d’eus [mors] porter,
4925« Che sambleroit ricese et grans bontés :
« Si seriemes en Franche miex alossé. »
Il broche le destrier par les costés ;

Lors s’est [de]partis d’aus et dessevrés.
Grans .iiii. pars del bos est trespassés,
4930Trova une fontaine, li ruis est clers :
A pié est dessendus el bos ramé(s)
Et si a Marchegai bien aresné(s)
Al cavestre del quir estroit seré(s) ;
De l’avaine li done c’ot aporté
4935Et l’escu et le lanche drecha de lés.
Il se coucha sor l’erbe el bos ramé,
Car molt est travilliés et fort penés
De l’escu et des armes qu’il ot porté.
Molt tost s’est endormis li bachelers
4940Dessi a l’endemain que jors est clers :
Dont par fu de dormir si apressés
Ne s’esvellast por l’or de .x. chités.
Ylaires et Jobers sont esfreé(s) :
Virent le soleil luire et le clarté,
4945S’ont oi les oiseus sor aus crier,
Et regardent ariere el bos ramé :
Virent .vii. chevaliers de la chité,
Et vi[n]rent bohordant par mi ces prés :
Cil doi furent de guere si atorné
4950Qu’il vien[en]t as cevaus, si sont monté,
Et prendent les escus a or listés,
Vers les paiens s’eslaissent tout abrivé.
Hé ! Dieus, com grant damage c’Aiols nel set
Qui s’estoit endormis el gaut ramé !
4955Se Damede[x] n’en pense par sa bonté,
Ja nes revera mais si ert iré[s].

CXXIV[124]

Li doi baron chevauçent par grant fieror,
Et dist li uns a l’autre : « U est Aiols ?
(d)« Par foi, il dort encore el bos tous sous.
4960« Jamais en s’amisté(s) nen arons prous :
« V(e)és ichi la bataille et prest l’estor,

« Se retornons ariere por son secors,
« Ja perdrons nostre afaire tout a estrous ;
« Mais faisons de Jesu nostre signor,
4965« De Dameldé le pere glorious ;
« Et se Dieus nos vient faire si grand secor[s]
« Qu’il nous doinst la bataille vaintre et l’estor,
« Si retornons ariere droit a Aiol :
« Sel faisons de l’eskiec cief et signor. »

CXXV[125]

4970Dist Jobers et Ylaires : « Issi peut il bien estre
« Qui de chou vos faura ja n’ait honor en terre. ».....
Ingresain et Ingrant Ingernars en apele :
« Faites venir Tabrin et Haston de Tudele,
« Et Tabor[s] ert li sistes et Nustrans ert li semes.
4975« Je voi .ii. chevalier[s] qui nostre gent enserent :
« Par la loi Mahomet qui le siecle governe,
« De Franche me resanblent la glorieuse terre.
— J’en ferai senpre[s] .i., » dist Astes de Tudele ;
« De lui ira en France dolorouse novele ! »
4980Puis broche le destrier, se li lasque le resne,
Et Ylaires le sien, fierement le desere :
El cors li mist l’espiel entre les .ii. mameles,
Toute plaine sa lanche l’abati mort sor l’erbe,
Puis escrie s’enseinge, Monjoie, aute et bele :
4985« Sire compains Aiols, dous amis, c’or n’i estes !
« S’il fuisent .[x]xxiiii. n’en portaisent il teste. »

CXXVI[126]

Tabrins point le ceval qui de Dieu nen ot cure,
Et Jobers point le sien(t) qui li cort a droiture :
Le paien vait ferir en l’escu a painture,
4990Desor le boucle d’or a le targe fendu[e]
Et la bronge del dos desroute et desrompue ;
Par mi le gros del ceur li mist l’ensinge nue,
Toute plaine sa lanche del ceval mor[t] le rue.
Puis escrie s’ensainge : « Montjoie ! Dieus aiue !

4995(f. 131)« Sire compains Aiol[s], dous amis, c’or n’i fustes ! »

CXXVII[127]

Tabors poinst et brocha le destrier u il sist,
Un[s] paiens de put aire qui ainc Dieu ne crei,
Et Ylaire[s] le sien fierement ademis ;
Vait ferir le paien, mie nel mescoisi
5000Que l’escu de son col li quassa et fendi,
Et l’auberc de son dos desmailla et rompi ;
Par mi le gros del ceur son boin espiel li mist,
Toute plaine sa lanche l’abati mort sovin,
Puis escrie Monjoie, l’ensenge saint Denis :
5005« Sire compains Aiols, car n’i fustes vos chi !
« S’ils fuissent .xxxiiii., n’en escapast .i. vis. »
Et Jobers fiert le quart del branc d’acier forbi
Pardes(o)us les espaules si que la teste prist.
Ingresains, Ingernars et Ingrans l’ont guerpi ;
5010Cil s’en tornent fuiant tout .i. feré cemin
Tout droit a Pa[n]pelune la cité por garir.
Si s’en entrerent ens corechous et mari(s) :
Li Sarrasin dedens sont trestout estormi.
Il s’en vont adouber enfressi c’a .vii. vins ;
5015Il vestent les aubers, lacent elme[s] brunis,
Et çaingent les espees dont li branc sont forbi,
Et pendent a lor caus les escus [a flours] bis,
Et montent es chevaus corrans et ademis ;
Par la porte s’en issent fierement a .i. brin.
5020Les nos ont encauchiés tout .i. feré cemin ;
Quant il vinrent el bos, si sont arier verti :
Il se criement d’agait que por aus ne soit mis.
Agait i avoit il, mais molt estoit petis :
N’i avoit fors Aiol qui s’estoit endormis.
5025Et Jobers et Ylaires li chevalier(s) gentil,
Quant il virent paien ariere revertir,
Fierement lor trestornent le pendant d’un lairis :

Par devant Mibrien ont .ii. paiens ocis.
Mibriens les apele, ses a a raison mis :
5030« Dont estes, chevalier qui m’avés envais ?
(b)« Molt m’avés fait dolant et mes homes ocis.
— Sire, » che dist Ylaire[s], « nous ne querrons mentir.
« Nous somes né de France del resne Loeys ;
« De soie part avons calengié ces pais.
5035« A tort tenés la tere que Karlemaignes tint :
« Ce vos mande par nous li rois de Saint Denis
« C’a Rains u a Orliens le venés la servir,
« A Biavais u a Cartres u au borc Saint Denis,
« Si vous faites en fons baptisier et tenir,
5040« Sainte krestienté aorrer et servir ;
« Et se vos chou ne faites, bien poés estre fis
« Qu’il vous venra veir en mai après avril
« Atout .lxm. de chevaliers gentis :
« S’il vos treve en sa tere, vos serés escarnis,
5045« Que il vous fera pendre et tous metre a essil.
« Se vos volés bataille, n’i poés pas faillir :
« La outre est nos agais en cel breulet foilli ;
« Se plus venés avant tout estes mors et pris. »
Quant l’entent Mibrien[s], tous en fu esmaris ;
5050Il en a apelé paien[s] et Sarrasins :
« Signor, tornés bataille, por la loi Apolin !
« Sa gent a asamblee li fors rois Loeys ;
« Je cuic en cel boscage sont asamblé et mis :
« Par le mien ensiant il sont bien .xxx. mil.
5055« Se li rois nos ataint, nous somes mort u pris :
« Vers les caus des François ne peut nus hon garir. »
Quant paien l’entendirent, si se sont reverti,
Dessi a Panpelune ne prisent onques fin :
Si s’en entrerent ens por lor vies garir.
5060Li paien de laiens se sont tout estormi :
Si fissent enterer et portes et postis.
Aiol[s] dormoit encore desous l’arbre foilli ;

Marchegai ot la noisse des quivers Sarrasins,
S’ot les escus as elmes et as lances tentir :
5065Tel deul fait li chevaus a poi n’esrage vis,
Del destre piet grata et durement heni,
(c)Et demaine tel noise q’Aiols s’en esperi.
S’a veu le soleil desore soi luisir,
S’oi les oiselons chanter et esbaudir ;
5070Ses compaignons apele : « Nous somes mal bailli !
« Alés tost as cevaus, près est de miedi. »
Il a vestu l’auberc, laché l’elme bruni,
Et a çainte l’espee, le fort escu saisi,
Et monte en Marchegai que ses peres nori,
5075Et prist en son puin destre le roit espiel bruni,
Et par mi le forest a adrechier se prist.
Onques n’i prist li ber ne voie ne cemin
Enfressi que il vint sous les arbres foilli[s]
U il avoit laisiés ses compaigno[n]s jesir.
5080Quant il ne les trova, le sens quida marir ;
Forment en son corage a dementer se prist,
Si se claime dolant, maleurés, caitis :
« Ahi ! mi compaignon, com m’avés escarni,
« En cel[e] ter(t)re estrainge laisiet et deguerpi !
5085« Ja mais ne soit nus hom qui en autre se fit ! »
Al grant deul que il maine et as mervelleus dis
Evous ses compaignons et l’eskiec qu’il ont pris :
.iiii. chevaus amainent corans et ademis,
Et deseure les testes des .iiii. Sarrasins
5090Qu’il avoient tranchies as brans d’achier forbis.
U qu’il voient Aiol, si l’ont a raison mis :
« Por Dieu, sire compains, ne vos desmentés si !
« Ja vos jurons sor sains .v. foies u dis
« A Paris u a Cartres u al bourc Saint Denis
5095« Onques a ensiant n’en fesimes obli.
« Or prendés cest eskiec que vos veés ichi ;
« S’en soiés ciés et sires tout a vostre plaisir.

« Nous ferons bien acroire as grans et as petis
« Par vo chevalerie avés trestout conquis. »
5100Quant l’entendi Aiol[s], a poi n’esrage vis :
« Signor, ne plache a Dieu qui onques ne menti
« Que ja por vos avoir[s] en soit mençoinge dit :
(d)« Je prend[e]rai les miens se Dieu plaist et je vif.
« Mais nostre compaignie convient a departir :
5105« Vos en irés en France dont vos venistes chi ;
« Si dites Lusiane la bele o le cler vis
« Que Dieus le saut et gart qui onques ne menti ;
« Et Ysabel sa mere les biens qu’ele me fist
« Li renge Dieus de gloire qui onques ne menti.
5110« Quant je primes i ving, molt estoie apovri[s],
« Car je n’avoie cote ne peliçon hermin.
« Salués moi le roi qui Franche a a tenir :
« Jo li ai aquité sa tere et son pais ;
« Car je remanrai chi entre mes anemis
5115« En cest large boscage entre les Sarrasins.
« Je l’ai plevi par foi, si le sachiés de fi,
« Que je n’en partirai jamais a nes .i. di
« S’arai faite bataille et tel eskiec conquis
« Que porai bien mostrer al fort roi Loeys. »
5120Quant li baron l’entendent, si en sont esmari,
Et dist li uns a l’autre : « Nos somes mal bailli. »

CXXVIII[128]

Dist Jobers et Ylaires : « Por Dé(x), merci, biaus sire !
« Ne mostrés envers nos, s’il vos plaist, si grant ire.
« Nos vous jurons sor sains .x. foi[e]s u quinse
5125« A Paris u a Cartre u a bourc u a vile
« Onques a ensiant ne fesimes oublie ;
« Mais prendés cet eskiec, s’en soiés ciés et sire :
« Nous ferons bien acroire as barons de l’empire
« Tous seus l’arés conquis par vo chevalerie. »
5130Quant l’entendi Aiols, si en ot molt grant ire :
« Signor, ne plache a Dieu le fieu sainte Marie

« Que ja por vos avoirs en soit mençoinge dite :
« Je reprendrai les miens se Dex me donne vie.
« Mais departir convient la nostre compaignie. »

CXXIX[129]

5135Dist Jobers et Ylaires, li gentiex et li ber :
« Gentiex hon de boin aire, mal baillis nos avés.
« Or dira Loeys et querra par vertés
« Que nos vous avrons mort, murdri et estranlé,
(f. 132)« Et pris par traison et as paiens livré(s).
5140— Signor, » che dist Aiol[s], « por nient en parlés,
« Que je ne le feroie por l’or de .x. chités :
« Je remanrai ichi et vos vous en irés. »
Dist Jobers et Ylaire[s] : « Sire, car en venés :
« Quant vos nel volés faire, nos n’en poons faire el. »
5145Atant s’en retornerent coureçous et iré.
Li dui baron s’en tornent cor(e)ços et abosmé
Isnelement ariere tout le chemin ferré :
Ils sorent bien la voie, car del pais sont né.
Tant ont par lor jornees exploitiet et esré
5150Qu’il vinrent a Orliens la mirable chité.
Li rois i tient sa court o son rice barné ;
Quant il les vit venir, si lor a demandé :
« Dites, signor, d’Aiol com estes dessevré ? »
Cil ont molt [boin le] ceur, ne le vaurent blamer,
5155Ains l’ont quanques il peuent essaucié et levé :
« Il est teus chevaliers onques ne fu ses pers ;
« .iiii. paiens ochist l’autre jor al jouster :
« Vés ent chi les chevaus qu’il nos en a donés,
« S’en aportons les testes que vos miex le creés.
5160« Mais a .i. gentil home l’a Jesu asené
« Qui doit faire une guerre en[con]tre .i. de ses pers ;
« Si est remés a lui del premier jor d’esté
« Tant qu’il ait son pais et son resne aquité,
« Puis vous venra servir volentiers et de gré. »
5165Quant l’entendi li rois, por poi qu’il n’est dervés :
« Fil a putain, glouton, ains le m’avés emblé,
« Et pris par traison et as paiens livré ! »

A haute vois s’escrie : « Baron ! or le[s] prendés ! »
Li rois les a fait prendre, loier et estreper,
5170Et grans carcans de fer lor fist as cols fermer,
A cascun une buie en ses jambes cloer ;
En sa cartre perine les a fait avaler :
Ses fesist pendre as forques s’on ne l’eust blamé,
Mais c’estoient riche home et de grant parenté.
5175(b)N’istront mais de prison s’ert Aiol[s] retorné[s].
Qui dont oist le deul par [toute] la chité !
Et dames et puceles [se prisent] a plorer ;
Lusiane [la bele] fu près del forsener.
« Ahi ! biaus sire Aiols, qui s’an deust penser
5180« Que no grans amistés [se] deust desevrer !
« Se ne vous doi avoir, ne place Dameldé
« Que j’aie mais signor en trestout mon aé !
« Ançois serai rendue a .i. de ses ostés :
« De toute honor terestre m’estevra consirer. »

CXXX[130]

5185Signor, grans fu li deus par mi Orliens la riche :
Pleurent i chevalier, puceles et mescines,
Li moigne et li canoine et clerc en abeie ;
Tel deul a Lusiane a poi n’esrage d’ire :
« Ahi ! biaus sire Aiols ! franc chevalier nobile !
5190« Com vos avés laisiet la tere toute quite
« Des felons Beruiers qui l’avoient gastie !
« Vos l’avés aquité par vo chevalerie,
« Si deusiés rois estre de France le garnie.
« Car pleust ore a Dieu le fil sainte Marie
5195« Que j’en fuisse remese enceinte et engrossie !
« Ahi ! lase kietive, com je sui mal baillie !
« Onques n’en poc avoir amor ne druerie. »
Del doel qu’ele demaine ciet pasmee sovine.

CXXXI[131]

Assés l’avés oi, tex deus gaires ne dure :

5200Tost l’orent oblié cil qui riens ne l’en fu(re)rent.
Aiols estoit el bos qui soufre et si endure :
Montés en est li ber sor une roche brune,
Contreval a gardé, s’a veu Panpelune,
Les murs et les soliers et les autes pointures :
5205« Hé ! Dieus, tant mar i fustes, » dist Aiols, « Panpelune !
« Si mar vous conquist Karles a la barbe quenue,
« Quant nostre chrestian vos ont la si perdue !
« Las ! ne ferai mais cose dont frans hon ait aiue ? »
Del mautalent qu’il ot tous li sans li remue.

CXXXII[132]

5210Aiol[s] estoit el bos dolant et irascus :
(c)Toute jor a souffert qu’il onques ne s’en mut,
Tant que il vint al vespre al soir et a l’oscur.
Il a çainte l’espee et prist le fort escu,
Et vi(e)nt a Marchegai, par l’estrier monta sus,
5215Et prist en son puin destre .i. roit espiel molu.
Ensi s’en est entrés en son chemin herbu ;
Dessi a Panpelune ne s’est aresteu.
Quant il vint a le porte, devant torna l’escu
Que dedens ne li lancent quarrel ne pel agu ;
5220Esgarda le palais qui Karlemaigne fu :
« E las ! » che dist Aiol[s], « com m’est mal avenu !
« Ahi ! mi compaignon, com m’avés decheu,
« En ceste estrange tere laisiet molt irascu !
« Bien i porai tant estre que tous serai kenu[s],
5225« Par le mien ensiant .iiiixx. ans et plus,
« Ains que fesise cose c’om en France seust. »
Entor la chité vait si qu’il n’i parla plus,
Et trova un vergier qui Karlemaigne fu
De ciprès et de pins et de loriers menus.
5230Et Aiol[s] i entra trés par mi un gaste huis :
Quant il vint el vergier s’est a pié dessendus,
Marchegai atacha a un arbre de fust ;
Haut li loia la teste, n’estoit mie aseur :
Il crient qu’il ne henisse u qu’il soit perceus :
5235Se Sarrazin le sevent mal li est avenu(s).

Son escu et se lanche mist a le tere jus,
Puis va par le vergier dolant et irascu[s].
Durement se demente li fieus Elie al duc
Et regarda sor destre tout .i. cemin batu :
5240Coisi .ii. Sarrasins maus gloutons mescreus.
L’un[s] en ert Kinkernars [et] l’autre Barbarus :
A lor coutiaus d’achier trenchans et esmolus
Ont le mur effondré, fait i ont grant pertuis :
Laiens voilent entrer li glouton mescr[e]u
5245Enbler une pucele, ainc si bele ne fu ;
Uns rois les i tramist qui por li est venus :
(d)Si ot a nom Gorhan, sire d’Aufrike fu ;
Ses atent d’autre part en .i. breulet foillu
Atout .c. Sarrasins les blans aubers vestus ;
5250Ele li ot mandé tout en soit aseur,
Ja li consaus son pere n’i sera atendus
Mibrien de Persie le viel et le kenu :
Comment que li plait prenge, ele ira a son dru.
Bien a le fiex Elie tout lor sens entendu ;
5255Puis (si) s’en est la dedens après paiens feru,
Et jure Dameldé et la soie vertu
Que s’il peut esploitier il ont fol pleit meu :
Bien sont a mort jugié li quivert mescreu,
Il lor taura la dame ains que jors soit venus.
5260Il se mist d’autre part entre cambre et le mur
Par delés .i. piler dejoste .i. arc volu :
Les dis as Sarrasins a molt bien entendus,
S’oi bien de la dame chou qu’ele a respondu.
Quant Aiol[s] l’entendi, ainc si joiant ne fu.

CXXXIII[133]

5265Li doi paien s’esturent en l’onbre de la cambre
A le maistre fenestre por le mesage rendre.
Aiols fu d’autre part desous l’ombre d’un[e] ente,
Et coisi la clarté des cierges et des lanpes,
Et voit la damoiselle qui tant par estoit gente :

5270En la crestienté n’avoit plus bele feme.
Li paien le salue[nt] en la loi dont lor menbre :
« Mahomet soit o vos, seur douche, amie gente !
« De par le roi d’Aufrike somes message, dame.
« Si vos a chi mandee par briés et par fianche
5275« A lui vos en viengiés ; tous est prest qu’il vos prenge.
« Mesire est rice rois, ne vieut se loi offendre :
« Il vos atendra bien toutes vos convenences ;
« Mieus vauroit estre mors c’a feme ne vos prenge. »
La pucele respont par molt grant essianche :
5280« Voir molt le doi amer quant il chou me [de]mande.
« Va tost : di ton signor que .i. petit m’atenge :
« Bien m’en poés porter par le rue d’Otrente.
(f. 133)« Mal grei en ait mes peres, estre peut a fianche. » 
Quant Aiol[s] l’entendi, grant joie en ot el ventre,
5285Et jure Dameldé a le fiere poissanche
Souef entre ses dents que nus d’aus ne l’entende,
Que s’il peut esploitier, il lor taura la feme.

CXXXIV[134]

Aiols s’en est tornés qui la covine sot :
Par le pertrui[s] s’en ist, c’atargier ne se vaut.
5290Venus est el vergier, si prist ses armes tost :
A loi de hardi ome aparella son cors,
Puis monte en Marchegai son ceval qui va tost.
Del vergier s’en issi, al plain se mist defors.
Li doi paien s’en issent, Dieus confonge lor cors !
5295Vien[en]t a lor signor ques atent el breullois.
Kinkernars parla primes qui la covine sot,
Et dist a son signor : « Faites vos fier et fort :
« La fille Mibrien aparelle son cors.
— Alés dont, » dist li rois, « chevauciés a esfors :
5300« Vos dui le m’amenés seul a seul, cors a cors,
« Car Mibrien[s] me het et je lui jusc’a mort :
« Issir voil de sa tere que ne truist mes esclos.
« Mirabel le vaillant qui tant a gent le cors

« Che palefroi li maine, onques millor n[en] ot :
5305« N’en donroi[e] la sele por .lx. mars d’or. »
Li Sarrasin s’en tornent isnelement et tost :
Dessi a lor pertruis ne cangierent esclos ;
La fille Mibrien troverent ça defors :
El palefroi le lievent isnelement et tost.
5310Mais Aiols après vait qui la convine sot :
Damede[x] le garisse et conduie son cors !

CXXXV[135]

Li dui paien en mainent le france Mirabel,
Si sist en la sanbue del palefroi isnel :
La sele de son dos vaut l’onor d’un castel ;
5315Li frains c’ot en la teste fu tous fais a noel
A pieres presieuses, ains mais ne vi tant bel.
Et Aiol[s] qui fu sages va porsivant après
Tant que trespassé orent le pui de Montinel,
(b)Et trespassent [après] une aigue et .i. poncel.
5320Lors point Aiol[s] et broce, ne se vaut targier mès :
Si se mist a bandon entr’aus et le castel.
Hautement lor escrie : « N’i garirés, quivert !
« Tart menrés la pucele a bourc ne a chastel ! »
Il fiert l’un des paiens trestout de plain eslais
5325Que l’escu lui peçoie et desronpi l’auberc ;
Par mi le gros del ceur li fist passer le fer ;
Toute plaine sa lanche l’abati mort envers.
Et quant le voit li autres, ne li fu mie bel,
Qu’il set bien et espoire que la mort li est près.

CXXXVI[136]

5330Quant li Sarrasins voit son compaignon a tere
Qui fu mors et ocis, sanglent sor la vert herbe,
Lor[s] a tel deul al ceur por poi que il ne derve.
Volentiers le vengast li glous si l’ossast faire,
Mais il vit le vasal tant aduré de guerre......
5335Et sist sor .i. destrier, il n’ot millor en tere,
Et li coroit plus tost sor la montaigne bele

Que ne cort cers ne dains, saingler[s] ne beste.
Li glous s’en va fuiant par mi le tertre :
Aiol[s] point le ceval, (se li) lasque le resne,
5340Et a brandie l’anste, l’ensenge bele ;
Vait ferir le paien en la roele,
Desor la boucle d’or li esquartele,
Et la bronge del dos toute dessere :
Par mi le ceur li met l’anste novele,
5345Tout estendu l’abat mort [de]sor l’erbe :
Puis a traite l’espee que il ot bele,
As .ii. mors Sarrasins trencha les testes,
Puis dist une parole qui molt fu bele :
« Qui ces mors fouira, miex l’en doit estre ;
5350« S’en prenge les aubers, les armes beles :
« Les destriers en menrai ens en ma tere. » 
Il rekevre sa lanche, (et) vint a (la) pucele.
Aiol[s] tendi le main, sel prist al resne,
En riant li a dit : « Pris[e] estes, bele.
5355(c)« Vos n’irés mais avoec la gent averse :
« O moi venrés en France la boine terre ;
« Si serés baptisie et Dieu converse,
« Puis vous prendrai a feme, ne sai si bele. »
Quant Mirabiaus l’entent, por poi ne derve.

CXXXVII[137]

5360Des or chevauche Aiols vers sa contree :
S’en maine la pucele de Dieu donee.
Oiés com faitement s’ert dementee ;
Molt se claime souvent mal euree :
« Or puis [jou] molt bien dire mal sui menee ;
5365« Mar me noristes onques, sire chier pere !
« A tort et a pecié m’en sui sevree :
« Jamais le roi d’Aufrike n’ere espousee !

« Sire, car me laisiés por l’ame vostre pere,
« Si m’en irai ariere en la moie contree :

5370« Demain ains eure none quic estre recovree. »
— Par mon cief, » dist Aiols, « n’en irés mie a tele ;
« O moi venrés en Franche en la tere honoree,
« Si serés baptisie et en sains fons levee ;
« Puis vous prendrai a feme, si serés m’espousee. »
5375Quant Mirabiaus l’entent, por poi que n’est dervee,
Et respont la pucele : « N’en sui pas porpensee.
« Dessi a molt grant pieche n’i serai atornee :
« Ja la loi Mahomet n’ert par moi vergondee :
« Molt ameroie miex que je fuise tuee,
5380« A keues de ceval destruite et trainee ! »

CXXXVIII[138]

Des or s’en va Aiol[s], s’en maine la meskine :
Toute nuit cevauchierent que il onques ne finent,
(d)Dessi c’a l’endemain que l’aube est esclairie.
La fille Mibrien fu auques rebaudie ;
5385Ele vint a Aiol, se li commenche a dire :
« Qui estes vos, vasal, c’a forche m’avés prise ?
« Ainc mais si riche eskiec de vos iex ne veistes,
« Car fille sui de roi et ma mere est roine.
— Bele, » che dist Aiols, « ne vos celerai mie :
5390« Je vos en dirai tant, se Dieus me beneie,
« Ainc mais nel di a feme ne a home qui vive.
« Voir on m’apele Aiol : mes peres est Elie ;
« Niés sui l’enpereor qui Franche a en baillie ;
« Je suis fieus sa seror la gentil dame Avisse :
5395« Mais cachie(s) est de Franche et del resne formisse
« Par le consel Makaire, que li cors Dieu maudie,
« Un malvais losengier, .i. glouton, .i. traitre :
« Morir l’en covera se Dieus m’en done vie.
« Tant ai je esploitié par le Jesu aie
5400« C’a Orliens l’ai fait metre en la cartre perine
« Dont il n’istra jamais en trestoute sa vie,
« Ains sera vergongiés et livré[s] a martire.
« Ne por mon grant parage n’i perderés vos mie :

« O moi venrés en Franche en la terre garnie,
5405« Puis vous prendrai a feme, se Dex le me destine. »
Et respont Mirabiaus : « Ce ne vos otroi mie ;
« Car Mahons est mes dieus, si maine grant justice,
« Et por nient s’esmaie qui en lui bien se fie. »
Quant l’entendi Aiol[s], si en ot deul et ire,
5410Et respondi .ii. mos, par mautalent s’aire :
« Mal dehès ait Mahons et qui en lui se fie !
« Car ses vertus ne valent une pume porrie ;
« Et jure Dameldé le fieu sainte Marie
« Se jamais en parlés, tost en perdrés le vie. »
5415Quant l’entent la pucele, molt en fu asouplie.

CXXXIX[139]

Des or s’en va Aiol[s] en Franche son pais,
Se maine la pucele al gent cors signoris ;
De mangier et de boire li estoit talent pris :
(f. 134)Se la bele n’en a, la cuidera morir.
5420Ele su[t] bien parler de .xiiii. latins :
Ele savoit parler et grigois et hermin,
Flamenc et borgengon et tout le sarrasin,
Poitevin et gascon, se li vient a plaisir.
Ele vint a Aiol, par le resne l’a pris,
5425Cortoisement l’apele, si l’a a raison mis.
« Savés, franc damoiseus, que je vos voil jehir ?
« Molt volentiers mangaise et beusse .i. petit.
« Je ne mengai hersoir qui valut molt petit,
« Non, hui est li tiers jors, vaillant .i. paresis,
5430« En tel freor estoie por cel roi mon ami :
« Avoir me dut a feme et je lui a mari ;
« Nel reverai mais, lasse, ne il moi a nul di,
« Tant a je plus mon ceur corechou[s| et mari.
— Bele, » che dist Aiol[s], « onques mais tel n’oi :
5435« Ne vos ai que doner se Damede[x] m’ait :
« Nous ne trovons a vendre ne pain ne car ne vin.

« Bele, » che dist Aiol[s], « sofrés et endurés.

« Par la foi que vos doi ne vous ai que doner :
« Vés la tere gastee et le pais reubé ;
5440« Nous ne somes a borc, n’a vile, n’a chité
« U nos truisons a vendre ne pain ne vin ne el. »
A iceste parolle entrerent en .i. prei,
Trovent une fontaine sous .i. arbre ramé :
Aiols i dessendi de son ceval li ber,
5445Et mist jus la pucele al gent cors honoré ;
Ses cevaus enpasture, si a les frains ostés,
Si lor lait boire l’aigue et l’erbe pasturer ;
Puis se coucha sor l’erbe qui verde estoit el pré.
La pucele se couche delés le bacheler :
5450Ele ot molt gent le cors et le viaire cler,
Et la color vermelle, plus bele ne verés.
Aiols li fieus Elie le prist a regarder,
Ens en son ceur le prist forment a enamer :
Ja le vausist baisier s’eust kerstienté,
5455(b)Mais por chou qu’ert paiene, ne le vaut adeser :
La loi au roi Jesu ne voloit vergonder,
Ançois le voloit faire baptisier et lever,
Si le prendroit a feme, a mollier et a per.
Il estoit molt forment travilliés et penés
5460De l’escu et des armes que il avoit portés,
Et avoit toute nuit chevauciet et esré :
Senpre s’est endormis, si a tout oublié.
La pucele vella qui a le ceur iré,
Qu’ele ne se dormist por les menbres coper :
5465Ains regarda ariere tout le cemin feré,
Se la veist nul home ne venir ne aler
Qui après li venist por ariere mener.
Dieus, por coi se coucha li chevalier[s] menbrés ?
S’or n’en pense Jesu qui a mort fu livrés,
5470Anqui sera del cors bonis et vergondés !
La chité s’estormist dont il furent torné,
Et kierent la pucele, mais nel peuent trover :
Ains ont trové le mur perchié et effondré.
Lor veissiés paiens .i. grant deul demener,

5475Mibrien et se feme lor ceveus deskirer ;
Sarrasin et paien secoururent armer :
En avant de .viim. ont les elmes fremés ;
Par la porte s’en issent de la boine chité,
A bandon s’espartissent tout par tout le resné
5480Qu’il ne savent quel part (il) le peusent trover.
Les esclos la pucele se sont li .iiii. alé
De tous les plus ardis et les plus alosés :
Ja nel guerpiront pas s’aront Aiol trové
Qui s’estoit endormis desous l’arbre ramé.
5485La pucele vella qui son ceur ot iré,
Et regarda ariere con il erent alé :
Vit les .iiii. paiens de Panpelune nés ;
As chevaus et as armes les reconnut assés :
Se ele en ot grant joie ne l’esteut demander,
5490Car li un[s] fu ses freres de novel adoubé[s] :
(c)N’avoit que .xv. jors ses garnimens portés ;
Li autres ert ses oncles, si l’ot en grant cierté,
Et li dui si cousin et de son parenté.
« E Mahomet, » dist ele, « con vos par estes ber !
5495« Qui vous croit et aoure plus a ses volentés
« Que ne savroit ceur d’ome ne dire ne penser :
« Or m’avés vos rescousse par la vostre bonté. »
En après se porpense de grant nobilité,
Jamais de Sarrasine n’orés de tel parler :
5500« Lase ! » dist la pucele, « c’ai eu enpensé ?
« Comment porai jou faire si grant desloiauté
« Que lairai ce baron en dormant afoler ?
« Ja m’avoit il conquise par son rice barné,
« Et boins chevaliers est et vasaus adurés.
5505« Puiske je sui rescousse, je l’en lairai aler :
« Mahons li doinst en Franche sa vie recovrer ! »
Ele se trait vers lui al senestre costé ;
Se li dist en l’orelle coiement et celé :
« Gentiex damoiseus sire, trop poés reposer :

5510« Par icele grant foi que je vos doi porter,
« Veschi .iiii. paiens de Panpelune nés :
« Che sont li dru mon pere, car jes connois assés.
« Il vos ochiront ja, jel sai de verité :
« Alés tost al ceval, sus a bandon montés ;
5515« Tornés vos ent ariere ce grant cemin feré,
« Car par icele foi que doi Mahon porter,
« Miex vaut un[s] boins fuirs que melement esrer.
« Quant il veront a moi jes ferai arester ;
« Tant lor dirai paroles, mençoinges et vertés,
5520« Que bien poés garir, se croire m’en volés.
— Bele, » che dist Aiol[s], « .vc. merchis et grés !
« Par la foi que vos doi, dit avés grant bontet.
« Jamais n’ert .i. seus jors ne vos en doie amer,
« Mais ne place a Jesu qui en crois fu penés,
5525« Por .iiii. paiens fuie tant que j’aie josté :
« A tout mon grant linage seroit mais reprové. »
(d)Il est saillis en piés, si se seina de Dé,
Et prist ses garnimens, si s’en est aprestés,
Et vint a Marchegai, ne s’est asseurés :
5530Le frain li met el cief, s’est par l’estrier montés ;
De desfendre son cors s’est molt bien aprestés.
Evous .i. des paiens de Panpelune nés,
J’oi dire mon maistre que che fu li ainés,
Oncles ert la pucele al gent cors honoré :
5535Plus vint devant les autres qu’uns ars ne peust jeter,
Qu’il siet sor boin ceval corant et abrivé,
A haute vois escrie : « Quivers, n’i garirés !
« La fille Mibrien a grant tort en menés,
« Sans le los de ses homes que garant n’en avés ;
5540« Hui est venus li jors que chier le comperrés :
« Ja n’i metrés escange de le teste a cauper. »
Aiols li fiex Elie n’ot cure d’estriver,
Car onques de tenchier ne fu acostumés ;
Ains broche Marchegai par grant nobilité,
5545Et a l’anste brandie del roit espiel quarré.
Vait ferir le paien, nel soufri plus parler

Que l’escu de son col li a fraint et froé
Et l’auberc de son dos desmalliet et fausé :
Par mi outre le cors li a le fer passé :
5550Toute pleine sa lanche l’abati mort el pré :
« Cuivers, » che dist Aiol[s], « vous l’avés comperé !
« De vostre part ai bien cest eskiec aquité :
« Dieus me consaut des autres par la soie bonté ! »
Et li .iii. Sarrasin l’ont si de près hasté
5555Ne pot li gentiex hom a l’espiel recovrer,
Ne a lui resachier ne del paien jeter.
Puis a traite l’espee dont li puins fu dorés :
S’en va ferir .i. autre que il a encontré :
Par des(o)us les espaules li fait le cief voler :
5560Les .ii. paiens eslonge .i. arpent mesuré ;
Il vit les .ii. ensanble, tant les a plus doutés.

CXLI[141]

Aiol[s] point le ceval, fierement s’eslaissa,
(f. 135)Un grant arpent de tere les paiens eslonga.
Il vit les .ii. ensamble, forment les redouta :
5565N’avoit espiel ne lanche li nobile[s] vasal[s] ;
Li dui paien quidoient que fuiant s’en alast,
La pucele en menaissent que nus nel calengast ;
Folie ont enpensee, car corage n’en a :
Ançois que lor guerpisse molt chier lor vendera.
5570Aiols point le ceval, fierement retorna :
Al tor françois qu’il fist son espiel recovra ;
Par son fier ardement del paien le geta.
Ferir en vait .i. autre que li ber encontra
Que l’escu de son col li fraint et peçoia,
5575Et l’auberc de son dos ronpi et desmailla ;
Par mi le gros del ceur son espiel li passa.
Toute plaine sa lanche l’abat mort del ceval :
« E Dieus ! » che dist Aiol[s], « or somes paringal :
« Dehait qui por cesti la pucele laira
5580« Dessi a icel[e] eure que comperé l’avra. »

CXLII[142]

Aiol[s] point Marchegai, les .ii. renes li lasque,

Et vait ferir le quart en la doree targe.
Mervelleus cop li done, que de riens ne l’espargne,
Que l’escu de son col li peçoie et dequasse,
5585Et l’auberc de son dos li desront et desmaille :
Son boin espiel trenchant par mi le cors li pase,
Devant lui a la terre l’abat mort en la place.
La fille Mibrien en un tertre l’agarde,
Molt se claime kaitive [et molt] dolante et lasse :
5590« Que folie fesis quant che franc esvellastes !
« Molt est boins chevalier[s] et coragous as armes :
« Or m’a ocis mon frere, toute kaitive lase,
« Mes cousins et men oncle, miens en est li damages !
« Par le mien ensiant, s’il fuissent .xx. et quatre,
5595« Ses eust il tous mors, car molt a vaselage. »
Bien avés oi dire et as uns et as autres
Que feme aime tost home qui bien fiert en bataille :
Ele li escria, qu’il l’entent en l’angarde :
(b)« Sire, venés vous ent qui preus estes as armes ;
5600« Por vous querra je Dieu l[e pere] esperitable. »
Quant Aiol[s] l’entendi, molt grant joie en a faite.

CXLIII[143]

Aiols[s] li fieus Elie a le dame entendue.
As .iiii. Sarrasins a les testes tolues ;
Sor les chevaus les torse, n’en vieut laisier [nes] une,
5605Ains les a a l’archon par les cevieus pendues.
La fille Mibrien la bataille a veue,
Si set molt bien c’Aiols par forche l’a vencue ;
Ele li escria, que bien l’a entendue :
« Sire, venés vous ent, car je sui vostre drue :
5610« Por vos querra ge Dieu qui fu mis el sepulcre ;
« Si serai en sains fons baptisie et tenue,
« Car les vertus Mahon sont a tere keues,
« Quant par ton cors tout seul as les testes tolues
« As .iiii. Sarrasins qui de Dieu nen ont cure.

5615« Molt me nuist cil dessers et la selve ramue ;
« Nous ne tenons chemin ne grant voie batue :
« Or nous consaut cil sires qui maint ens en la nue !
« Molt desir qu’en vo terre fuisse a joie venue :
« S’il vos vient a talent, quitement sui vo drue. »
5620Et Aiol[s] s’escria : « Monjoie ! Dieus aiue ! »

CXLIV[144]

Des or s’en va Aiol[s], s’en maine son eskac.
La pucele fu lasse, se li greva li caus ;
Ele vint a Aiol, si l’en araisona :
« Gentieus damoiseus sire, et de moi que sera ?
5625« Je ne mengai her soir ne hui trois jors [i] a !
— Bele, » che dist Aiol[s] li preus et li loial[s],
« Ne vos ai que doner, foi que doi saint Tumas !
« Vés la tere gastee et le pais tout ars. »
Aiol[s] li fieus Elie devant lui regarda :
5630Coisi .i. pelerin qui a saint Jake ala,
Et vi(e)nt de douche Franche : molt forment se pena.
Aiol[s] point le ceval, contre lui cevaucha ;
Li pelerin[s] le vit, forment le redouta :
Crient ne fust mavais hon qui venist por son mal.
5635(c)Atant es lui Aiol qui bien le salua
De Dieu de sainte gloire qui le mont estora.
Cil ot de Dieu parler, molt se reconforta :
« Icil sires vos gart qui tout le mont forma !
— Amis, » che dist Aiols, « dont viens ? et de quel part ?
5640— Sire, je vieng d’Orliens la fort cité roial.
« La laisai jou le roi molt coreciet et mat
« Por un sien dru Aiol qu’en Espainge envoia :
« Si compaignon l’ont mort cui il le commanda,
« Et li rois les a pris et avalé les a
5645« Ens el font de sa cartre : si dist qu’il les pendra ;
« Se Aiol[s] ne repaire, justices en fera. »
Quant Aiol[s] l’entendi, forment s’en esmaia ;
Pour ses .ii. compaingons en grant freor entra.
Bien et cortoisement Dameldé reclama

5650Que de mort les desfenge tant qu’en France venra ;
S’a tans i peut venir, bien les delivera,
De la prison le roi andeus les jetera,
Quant il en douche France et a Orliens sera.

CXLV[145]

« Amis, » che dist Aiol[s], « Dex te gart d’enconbrier !
5655« Pelerins, biaus amis, ses me tu consellier ?
« Avroies tu o toi a boire n’a mengier,
« Ne nule creature dont me peusse aidier ?
« Je maing chi une dame, lase est de cevacier :
« Ele a tel fain al ceur vive quide esragier. »
5660Dist li pelerins : « Sire, ja celer ne vos quier,
« J’ai chi un demi pain et .i. grant tout entier :
« Prendés ent a plaisir, quar jel voil otroier,
« Car onques a franc home ne veai mon mengier.
— Hé ! Dieus, » ce dist Aiol[s], « t’en soies grasiés !
5665« Por .xxx. mars d’argent ne fuisse jou si liés ! »
Aiols dessent sor l’erbe, li gentix chevaliers,
Et vint a la pucele, jus l’a mis sans targier :
Andoi se sont assis soz .i. arbre foillié.
Li pelerins fu sage[s], cortois et ensengiés :
5670A bandon lor a mis son pain molt volentiers ;
(d)Aiols et la pucele en ont assés mangiet,
Mais il n’i ot que boire, de chou fu li mesciés.
Li pelerin[s] ot aigue puissie en .i. vivier
Qu’il porte en un bochel por se(n) soif refroidier :
5675Aiols et la pucele en burent sans dangier.
« E Dieus, » che dist Aiol[s], « com ore ai mon ceur lié
« Por amor ceste dame qui un poi a mangié !
« Pelerin[s], biaus amis, molt as bien esploitié :
« Onques mais nus disner[s] ne fu miex enploié[s] !
5680« Car je te baillerai un boin corant destrier ;
« Vois ent chi .vi., biaus frere, molt bien aparelliés :
« Or prent tout le millor, coisi a ton congié,
« Et pren en cele male .c. sous de mes denier[s]
« Por porter avoec toi al coroi del destrier :

5685« Por esploitier ta voie t’aront molt grant mestier. »
Dist li pelerins : « Sire, por noient en plaidiés ;
« N’ai soig de vostre avoir, car del mien sui cargiés :
« J’en aporc a plenté por ma voie esploitier ;
« Ne vo corant destrier ne m’aroient mestier,
5690« C’ançois demain al vespre que solaus fust couciés
« Poroie par tel lieu esrer et chevaucier
« Que je seroie tost ocis por cest destrier.
« Vos estes près des marches u mainent li paien :
« Pensés d’esperoner et de vos eslongier,
5695« Car s’il vos aperçoivent, vo vie n’a mestier. »
Atant s’entrencommandent a Dameldé del ciel.

CXLVI[146]

Des or s’en va Aiol[s], del pelerin s’en part.
Li gentiex chevaliers toute jor chevauca,
Vit le vespre aprochier et le jor declina,
5700Le solail abaiscier, vers l’esconser torna :
Bien et cortoisement Dameldé reclama
Que boin ostel li doinst, car grant mestier en a.
Aiol[s] li fieus Elie sor destre regarda
Entre .i. bos et un pré que li frans hon trova ;
5705Dejoste la forest droitement regarda,
Et vit une maison u .vii. larons trova.
(f. 136)A grant pont torneis hautes portes i a,
Et grant fossé parfont, u on a fait maint mal :
Quant frans hon i passoit qui a saint Jaque ala,
5710Chevalier[s] u borgois qui la s’achemina,
Cil faisoient acroire qu’erent d’un ospital :
Ne pooit nus passer que on nel desreubast.
Aiol[s] point cele part, le ceval avancha,
Cha defors sous .i. arbre les .vii. larons trova.
5715Atant evous Aiol qui bel les salua
De Dieu de sainte gloire qui tout le mont forma :
Nus ne li respondi, l’un[s] l’autre regarda.
El quant che vit Aiol[s], forment se corecha ;
Mirabiaus la pucele forment s’en mervella.

CXLVII[147]

5720Aiols a les larons ensamble salués :
Ains ne li respondi nus des gloutons faés.
Et quant che vit Aiol[s], molt s’en est airés ;
Fierement les rapele, si com oir poés :
« Signor, » che dist Aiol[s], « molt grant tort en avés,
5725« Qui de Dieu vos salue, si ne me respondés.
« Gardés que vous n’aiés vers moi nul mal pensé(s) :
« Par icel saint apostle c’on quiert en Noiron pré,
« A ceste moie espee qui me pent a mon lés
« Vos quic si estormir ains qu’il soit avespré(s),
5730« Ja li mieudre de vous ne s’en pora vanter
« Que vos n’aiés les ciés et les membres copés. »
Quant li laron l’oirent si faitement parler,
Trestous li plus ardis a de paor tranblé.
Robaus qui fu li maistres en est en piés levés ;
5735Cis ert maistres des autres, ses avoit a garder,
Et ot en son eage .iiiixx. ans passés :
Molt ot longe le barbe dusqu’al neu del baudré ;
Maint pelerin avoit mordri et estranlé,
Dont li pecié li furent dedens le cors remés.
5740Venus est a Aiol, si l’a araisoné :
« Gentieus damoiseus sire, molt grant tort en avés :
« Ainc ne vos mesfesismes .i. denier moneé,
(b)« Et si nous manechiés de la teste a cauper.
« Ja somes nous convers [et] rendu et rieulé ;
5745« Si ne devons a home ne plaidier ne parler :
« Il nous est en capitle desfendu et veé,
« Ne nostre obedienche ne volons trespasser.
— Sire, » che dist Aiol[s], « bien peut estre vreté :
« Se je vous ai mesfait, or le me pardonés.
5750« Je sui uns chevaliers nés d’Orliens la chité,
« Si sui hom Loeys le fort roi coroné ;
« Je vieng de Panpelune la mirable chité.
« Anuit mais, s’il vos plaist, me prestes vostre ostel,
« Enfresi a demain que il soit ajorné :
5755« Un(s) des millors chevaus que vous ichi veés,
« Sire, por vostre ostage, se il vos plaist, prendés,

« Fors seulement le mien dont je sui adoubés,
« Car ne donroie cel a home qui soit né[s]. »
Quant l’entendi Robaus, grant joie en a mené,
5760Et dist entre ses dens coiement a celé :
« Par le mien ensiant, quant de moi partirés,
« Onques mais a nul home s’amie ne taurés. »
Dieus ! c’Aiol[s] ne l’entent, li gentiex bacelers !
Ja li trenchast le teste a son branc aceré.
5765« Vasal, » che dist li leres, « or ne vous desmentés ;
« Herbergiés serés vous a vostre volenté :
« Ainc ne le vi faire home de tout mon parenté
« S’il herbergast franc home, ne eust ostelé,
« Que ja por une nuit li contast son souper ;
5770« Et non fera ge vos, car vous me samblés ber.
« Mais chevaciés avant, vostre cors desarmés.
— Sire, » che dist Aiol[s], « .vc. merchis et grés. »
Hé ! Dieus ! qu’il ne sot mie son ceur et son pensé !
Il ne s’i arestast por l’or de .x. chités :
5775Se Damede[x] n’en pense par la soie bonté,
Ainc mais li fiex Elie n’ot .i. si mal ostel
Com cil li venderont ains qu’il soit ajorné.

CXLVIII[148]

Aiol[s] point Marchegai, si cevaucha avant,
(c)Dessi a le maison ne fist arestement :
5780Ne vit fu alumé ne feme ne enfant
Ne de quisine faire nul aparellement.
« Hé ! Dieus ! » che dist Aiol[s], « par le vostre commant,
« Quel gent peuent che estre, pere de Belleant,
« Qui mainent en che bos çaiens si soutiement ?
5785— Sire, » dist Mirabiaus al gent cors avenant,
« Ja ne me querrés mais en trestout mon vivant
« Se che ne sont laron, traiter souduiant :
« Gardés ne vous souprengent, franc chevalier vaillant ;
« Puis que hon est souspris il ne vaut mie .i. gant.
5790— Bele, » che dist Aiol[s], « porqu’en parlés vos tant ?

« Par icel saint apostle que quierent peneant,
« N’arai deslaciet helme ne osté garniment,
« Ains arai toute nuit çainte l’espee al flanc :
« S’il meuent contre nos ne orgeul ne beubant,
5795« Jes quic si atorner a mon acherin branc
« Vers les cos de m’espee n’aront de mort garant. »
Il dessendi a terre del destrier auferrant,
Puis vint a la pucele al gent cors avenant ;
Entre ses bras le prent, tout soef le dessent,
5800Trés en mi le maison l’asist desor .i. banc,
Puis vi[n]t a ses chevaus, si les va atachant,
As kevestres de quir les va bien atenant :
Il a trové del feure, si lor en met devant.
Dejoste Mirabel se rasist maintenant.
5805Encor(e) furent soz l’arbre li quivert souduiant ;
Je les vos nomerai, s’il vos vient a talent :
Cest Estous et Harpins et Piniaus li Normans,
Magegos et Henris et li siste[s] Sorans,
Et li semes Robaus, li cuivers souduiant :
5810Cil est maistres des autres, a lui vont apendant
Et font ses volentés et trestout sen commant,
Que il ne li fauront por les menbres perdant.
Li lere les apele, si les va consellant :
« Entendés cha vers moi, franc chevalier vaillant :
5815(d)« Par Dieu (s), cis chevaliers nos va molt redoutant,
« Neporquant si est il chevalier[s] molt vaillant :
« Avés veu l’espee que il a çainte al flanc ?
« Les testes des paiens qu’il a ocis en camp ?
« Nos ne l’asaurons mie, par le mien loement,
5820« Tant qu’il avra mangié et beu a talent.
« Quant il ert endormis en son lit belement
« Dejouste la pucele al gent cors avenant,
« Si en prendrai la teste a mon acherin branc ;
« Puis partirons l’eskiec mainte communalment,
5825« Et ferons de la dame trestout a no talent.

« Tout somes compaignon juré par sairement,
« Ne nus de l’un a l’autre ne doit faillir noiant. »
Et cil li respondirent : « Nos ferons vo talent
« Et trestout vo plaisir et le vostre commant :
5830« Nos ne vos faurons mie por les menbres perdant. »
Atant s’en sont entré en l’ostel maintenant :
Del mangier aprester s’en va cascuns astant,
Del fain et de l’avaine donent as auferans.
Oster voilent les seles, mais Aiol[s] lor desfent,
5835Qu’il soient apresté s’il en a besoing grant.
Ens el lieu de Judas se metent maintenant,
C’Aiol quident ochire cele nuit en dormant.

CXLIX[149]

Aiol[s] se fu assis dejouste Mirabel,
Et li laron entrerent dedens l’ostel tout se(e)t.
5840Robaus qui fu li maistres s’aprocha del dansel :
« Gentiex damoiseus sire, de vo venir m’est bel ;
« Car deslaciés cel elme, si desvestés l’auberc :
« S’estiés desarmé, il m’esteroit plus bel. »
Et Aiol[s] respondi : « Par mon cief, non ferai :
5845« Quant je parti d’Orliens, del plus maistre recet,
« Je plevi Loeys et sor sains li jurai
« Enfressi c’a cel[e] eure c’ariere revenrai
« N’avra[i] (ge) deslaciet l’elme ne desvestu l’auberc :
« Ains girai tous armés, si souferai le fer. »
5850Quant l’entendi Robaus, por poi le sens ne pert :
(f. 137)Il prent l’espiel Aiol et son escu novel,
Dameldé en jura qui sauva Daniel :
« De cestui ne movrés huimais vers moi cembel ! »
Quant l’entendi Aiol[s], por poi le sens ne pert ;
5855Par mautalent en jure le cors saint Daniel :
« Ne me querroie en vos por l’onor d’un castel. »
Il a traite l’espee dont trenche[nt] li coutel,
Dameldé en jura et le cors saint Marcel :
« S’or ne mès jus l’escu, ja prendrai tel bendel

5860« Dont mes brans acerins te bevra el cervel ;
« Cuivers, met jus mes armes, n’ai cure de revel. »

Aiol[s] li fieus Elie saut en piés maintenant ;
Venus est a Robaut, le quivert souduiant :
Il jure Dameldé le pere raiemant :
5865« Fil a putain, lechieres, fel viellart souduiant,
« Se ne mès jus mes armes ore[n]droit maintenant,
« Tu perdras ja la teste, n’aras de mort garant. »
Quant li leres le voit lever par mautalent,
Dusqu’a l’ongle del pié li va li cors tramblant ;
5870Li boin[s] espiel[s] Aiol li cai maintenant :
« Vasal, » che dist li leres, « molt par estes vaillant
« Et hardis de corage et preus et removans :
« Vessi toutes vos armes, faites ent vo talent ;
« Ja nes quier mais baillir en trestout mon vivant. »
5875Li laron d’autre part peureus et tramblant
Aiol en apelerent, si le vont losengant :
« Gentiex damoiseus sire, merchi por Dieu le grant !
« Onques mais ne veismes .i. seul home vivant
« Qui si alast son oste fierement destraingant
5880« Com vos alés no maistre asprement justichant :
« Ja ne vos ferons cose qui vos voist desplaisant,
« Ançois vos servirons tout a vostre talent. »
Dont ramembra Aiol de Dameldé le grant :
Por chou qu’il sont si oste, l’a laisé aitant ;
5885Quant il les a oi parler si belement,
Il renbati s’espee el feure maintenant :
(b)Dejouste Mirabel se rasist sor le banc.
Onques si grant folie ne fist en son vivant,
Se Damelde[x] n’en pense par son dinge commant !
5890Car li laron s’en tornent, cui li cors Dieu cravent ;
Le mengier aporterent en la sale laiens ;
Quant le durent drechier, si se vont aprestant :
N’orent auberc ne elme ne nul espiel trancant,

Ains s’en vont adouber a loi de paissant :
5895Capieus orent de fer et quiries devant,
Et çaingent les espees dont povre sont li branc ;
N’orent escu ne lanche, mès maçues pessant.
Mirabiaus la pucele s’en va aperchevant,
Car ele est preus et sage et de boin ensiant ;
5900Ele apela Aiol, se li dist maintenant,
Ens en la destre orelle li consella esrant :
« Ja mar me kerés mais en trestout mon vivant
« Se cil laron ne s’arment en la cambre laiens :
« Gardés ne vos sousprengent, franc chevalier vaillant ! »
5905Et Aiol[s] saut en piés tost et isnelement,
Et vit derier le feu une hace pendant :
Grant plain pié mesuré ot de lonc li tranchant,
De fer loié[s] el manche dusqu’es poins de devant ;
Icele estoit Robaut le quivert souduiant.
5910Aiols vint cele part, a ses .ii. mains le prent ;
Desor l’espaule lieve contremont le trenchant ;
Il l’estraint et manie, si le va paumoiant ;
Venus est a Robaut le maleoit tirant :
Il jure Dameldé le pere roiamant,
5915Se tous ses compaignons ne fait venir avant
Et porter le mengier orendroit en present :
« Tu perdras ja la teste, n’en averas garant,
« A le hace danoise que chi tieng en present. »
Quant li leres l’entent, sel va molt redoutant ;
5920.iiii. mos s’escria hautement en oiant :
« Baron, issiés cha fors, c’alés vos atendant ?
« Aportés le mengier, car jel voil el commanc :
(c)« Par Dieu, cis chevaliers se va molt redoutant ;
« Il n’estroit aseur por les menbres perdant. »
5925Quant li laron l’entendent, si se vont desarmant ;
Et portent le mangier, entr’aus vont consellant,
Se Aiol peuent prendre a la table seant,
Les puins li loeront, de mon n’ara garant :

En prison le menront en la forest plus grant.
5930Cil sire le garisse qui forma toute gent,
Et de la sainte Vierge nasqui en Beleant !

La grant table fu mise et Robaus se leva ;
U que il voit Aiol, si l’en araisona :
« Gentieus damoiseus sire, a moi entendés cha :
5935« A ceste haute table li vostre cors sera,
« Dejoste vos la dame : cascuns le servira. »
Et Aiol[s] en jura son cief que non fera :
« Quant je parti d’Orliens la fort chité roial,
« Je plevi Loeys, mon signor natural,
5940« Ne mangerai a table tant qu’il me revera :
« Entre moi et ma dame mengeron par decha. »
Prist l’escu as enarmes que durement ama,
Et son espiel forbi u forment se fia,
Et la hace danoise que mie n’eslonga ;
5945Par devers ses chevaus en l’ostel s’en torna.
Mirabel la pucele delés lui apela :
« Bele seur, douche amie, traiés vos par decha :
« Si serés ma compaigne tant com Jhesu plaira. »
Ele fu preus et sage, maintenant i ala.
5950Et quant ce voit Robaus, por poi qu’il ne derva.
Par molt fier mautalent Dameldé en jura :
« Je cuic cis chevaliers nos tient tous a musars :
« Honis soit ses dangiers ne plus le soufera ;
« Alés vos adouber, s’asalons d’ambes pars. »
5955Cil saillent en la cambre, si s’arment a estal,
Et dan[s] Robaus s’enfui, ses compaignons laisa :
Tout aval le grant pont ens el bos se ficha ;
Tout droit a Malrepaire son recet s’en ala
(d)U ot laisiet ses armes et son corant ceval ;
5960Et jure Dameldé qui le mont estora,
Puis qu’il ert adoubés, le vasal porsievra.
Mais tant qu’il ert delivres ja ne l’adesera ;

Si le voit encombré, volentiers i fera ;
La pucele covoite, forment le dessira.
5965Mais ains qu’en soit saisis, molt chier le conpera.

CLII[152]

En moie foi, signor, a celer nel vos quier
Que mainte conpaignie fait molt a blastengier.
Jel vos di por Robaut le cuivert losengier :
Bien a ses compaignons en la trape laisiés ;
5970Par lui n’erent jamais secouru ne aidié(s).
Or conterons d’Aiol le gentil chevalier
Et de la demoisele al gent cors afaitié
Qui sont o les larons la dedens herbergié.
S’envers les .vi. larons ne se peut desrainier,
5975Malvais ostel aront aquenuit al couchier.
Mirabiaus la pucele l’en aresna premier :
« Gentiex damoiseus sire, por les sains desousiel,
« Prestés moi cele hace, que je vous voil aidier :
« Vos savés bien ferir de l’espee d’achier.
5980— Bele, » che dist Aiol[s], « com vous plaira s[i] iert,
« Mais gardés que nul home ne le laisiés baillier !
— Sire, » dist la pucele, « por nient en plaidiés :
« Je me lairoie ançois tous les menbres tranchier
« Que je ja le laisaise a home manoier, »
5985Par le manche planee li vait Aiol[s] baillier,
Et cele le reçut de gré et volentier[s].
Atant es les larons trestous aparelliés,
Et issent de la cambre et seré(s) et rengié(s).
Mirabiaus s’avancha la pucele al vis fier,
5990A l’issir de la cambre les prist a avanchier :
De la hace danoise vait ferir le premier :
Sor le senestre espaule li a tel cop paié
Enfressi al braier l’a pardevant trenchié,
La boele en espant devant lui a ses piés :
5995(f. 138)Ele a estort son cop, si l’a mort trebuchié.
« E Dieus, » che dist Aiol[s], « tu soies grasiés !

« Or ai boin compaignon qui bien se set aidier ;
« Et se Jesu en Franche me laise repairier,
« En douaire en ara le fort chité d’Angiers.
6000— Sire, » dist la pucele, « .c. mercis en aiés ! »
Aiol[s] alonge l’anste del roit tranchant espiel ;
Si va ferir un autre, ne l’a mie espargniet,
Que trés par mi le cors li fist passer l’achier,
Par milieu de la cambre l’a jus mort trebuciet.
6005Puis a traite l’espee al branc forbi d’achier ;
Si vait referir l’autre qui de la cambre vient,
Par les las de son elme li fait voler le cief ;
Puis referi le quart qu’en a fait .ii. moitiés.
Li doi sont en la cambre dolant et courecié :
6010Par une grant fenestre qui siet lés .i. vergier
Se tornerent en fuie li quivert renoié ;
Contreval le grant pont el bos se sont fichié.
Mais Aiol[s] nes vaut mie longuement encauchier ;
Ains refrema la porte, s’a le pont sus sachié,
6015A caines de fer seré et atachié.
Dessi a le maison ne se sont atargié :
Vint as .iiii. larons qui furent detranchié ;
De le maison les trait un et un par les piés,
Ses a jus del grant pont en l’aigue trebuciés.
6020En le maison retorne, ne se vaut atargier.
Cele nuit fu Aiol[s] en tel point herbergiés :
Mais onques ne s’oserent reposer ne couchier.
Mirabiaus la pucele l’en aresna premier :
« Gentiex damoiseus sire, por les sains desousiel,
6025« Ne deslaciés cel elme, nobile[s] chevaliers,
« Ne ostés les manicles de cel auberc doublier :
« Che seroit grant folie se si tost le traiés :
« Nous ne savons encore u somes herbergié(s).
« Et je vos donrai l’aigue ; s’aseons al mengier.
6030« Vés ent chi grant plenté de bien aparellié :
(b)« No part nous en quidierent li laron vendre chier ;

« La merchi Dameldé, bien l’avons esligié :
« Mangons seurement, nos escos est paiés !
— Bele, » che dist Aiols, « com vou[s] plaira s[i] iert. »
6035Por le cop de le hace le courut enbrachier :
S’eust krestienté ja le vausist baisier,
Mais por chou qu’ert paiene ne le vaut atoucier ;
La loi al roi de gloire ne voloit vergongier,
Ançois le vaura faire lever et baptisier :
6040Si le prendra a feme, a per et a mollier.
Tant fist Aiols en tere que il est sains el ciel.

CLIII[153]

Aiols li fiex Elie fu molt preus et gentis :
Il deslacha son elme, sor le table le mist,
Et oste les manicles del blanc auberc trellis.
6045Mirabiaus la pucele se pena del servir :
Se li dona de l’aigue, al mangier sont assis.
Aiol[s] manga assés, mais de vin but petit ;
Car durement se gaite li chevalier[s] gentis.
Quant il orent mangiet et beu par loisir,
6050Mirabel la pucele fist couchier en .i. lit,
Et il a fait grant feu ; en lit ne vaut dormir
Dessi c’a l’endemain que li jor esclairchi
Que il remet les frains es auferans de pris :
Puis a traite l’espee, s’a l’escu avant mis.
6055Trestoute la maison recierka et enquist :
Assés i a trové [et] argent et or fin
Et pailes et cendaus et peliçon hermin ;
Plus valut li eskiés de .xxx. mars d’or fin.
Sor les cevaus le torse li chevaliers gentis ;
6060Mirabiaus les conduist jusqu’al pont torneis.
Aiol[s] fu en l’ostel, de .iiii. pars l’esprist ;
Il a fait son atrait sor le pont torneis,
Le fu i a bouté ains qu’il s’en departist :
Durement venta bise, tost fu ars et bruis.
6065Li laron(s) l’esgarderent qui el bos furent mis ;

Tant redoutent Aiol ne l’osent envair.
(c)Plorant s’en sont torné, Dex les puist maleir !
Dessi a Malrepaire ne prisent onques fin.
Robaus les voit, lor maistres, a l’encontre lor vint :
6070Il les [a] apelés com ja porés oir :
« Com avés vos ovré, franc chevalier gentil ? »
Et cil li respondirent : « Tout somes mal bailli,
« Et en vo compaignie nos fiomes petit :
« Tout est vo maison arse et vo pont leveis,
6075« Et no compaignon sont detranchiet et ocis. »
Quant l’entendi li leres, a poi n’esrage vis :
Il a prises ses armes, s’a son ceval saisi ;
Trés par mi le grant bos a adrechier se prist :
Dessi a le maison ne prist il onques fin,
6080Si le trova toute arse et son grant pont brui ;
Il vit ses compaignons ens el fosé gesir ;
Et quant le voit li leres, a poi n’esrage vis.
Il repaira as autres, ses a a raison mis :
« Venrés vos avoec moi, franc chevalier gentil ?
6085« Si sievrai le glouton qui si m’a escarni :
« Se je le puis ataindre a pui ne a lairis,
« A fossé u a ter[tr]e u il soit endormis,
« Je n’en prendroie mie trestot l’or que Dex fist
« Que n’en prenge la teste al branc d’achier forbi ! »
6090Li laron respondirent : « Mervelles avés dit :
« Maistre Robaut, biaus sire, vos nos este[s] failli ;
« A che premier besoing vos estes foi menti :
« De vostre compaignie somes tout departi,
« N’irons mais avec vos tant com nos soions vif. »
6095Quant l’entendi li leres, le sens quida marir :
« Comment, fil a putain, si m’estes defailli !
« Vos l’esteut comperer, par les sains que Dex fist ! »
Molt bien se fu armés, cil erent desgarni :
Il broche le cheval et son espiel brandi ;
6100Il fiert le premerain par mi le gros del pis,

Devant lui a la terre l’abati mort sovin ;
Puis a traite l’espee, si va l’autre ferir
(d)Par des(o)us les espaules si que la teste en prist :
Si faite compaignie li mavais hom lor fist.
6105Après Aiol s’akieut tout le feré cemin ;
Encor(e) le fera il coureçou[s] et mari
S’Aiols ne s’en prent garde qui oire son chemin.

CLIV[154]

Des or s’en va Aiol[s] tout son chemin plenier ;
S’en maine la pucele et les corans destriers.
6110Toute jor a li ber esré et chevalciet
Tant que il refu vespre et près de l’anuitier :
« Hé ! Dieus ! » dist Mirabiaus o le cors afaitié,
« Molt est lonc cele Franche ou devons repairier !
— Bele, » che dist Aiol[s], « or ne vos esmaiés :
6115« Chi devant a un pui et un castelet viés
« Et une vile gaste, li mur sont desrochié ;
« Mais il n’i maint nus hon né[s] de mere sousiel.
« Cele part, se je puis, me metrai volentiers :
« Bien i porons huimais lés le mur herbergier ;
6120« Demain arons secor[s], se Dieus l’a otroié.
— Sire, » dist la pucele, « che soit al dieu congié. »
La vile trovent gaste u durent herbergier,
El chief d’une montainge lés .i. desrube fier :
Desous ot .i. praiel et .i. large vivier.
6125A pié sont dessendu des auferans destrier[s] :
Aiol[s] les enpasture, li gentieus chevaliers ;
Li ceval peurent l’erbe et burent el vivier.
La pucele se couche dalés le chevalier :
Hestes vos gentil home povrement herbergiet,
6130C’Aiol[s] ne la pucele n’ont la nuit que mangier :
Ja donast por un pain tout le millor destrier
Des .vii. que il avoit conquis el gaingié.
Il ot l’auberc vestu et son elme lachié,
La grant espee çainie, son escu sor son chief,

6135Sa lanche joste lui, ses esperons es piés,
Se bataille li sort qu’il soit aparelliés,
Car molt crient les larons qu’el bos avoit laisiés.
Il estoit molt forment penés et travelliés,
(f. 139)Car il ot toute jor esré et chevaucié
6140Et la nuit a l’ostel as maus larons vellié,
Et l’autre nuit devant tout adès chevaucié.
Aiols n’avoit dormi bien ot .iii. jors entiers
Tant que demie liewe alast uns hom(e) a pié :
Senpre s’est endormis li gentiex chevaliers,
6145Et il et la pucele al gent cors afaitié ;
Mais la nuit li avi(e)nt tant orible pechié :
Ains n’avi(e)nt issi aspre a .i. seul chevalier,
Car diables le vaut tout enfin engingier.
Uns serpens de put aire est issus del rochier
6150Qui bien avoit de lonc une ausne et .xv. piés ;
Molt noir[s] et molt isdus, mirabellous et fiers,
Et ot entre .ii. iex largement demi pié.
Les paiens de la terre avoit tous essilliés ;
Onques ne trova beste ne vausist justicier :
6155Hastivement se lanche contreval le rochier
Dessi que a Aiol le gentil chevalier.
La jambe li engoule ensamble atou[t] le pié,
La quisse et le genoil dusqu’al neu del braier
Souavet li estraint, n’a cure del mengier ;
6160Par la vertu del ciel ne l’osse plus touchier :
Contredit li avoit nostre sires del ciel,
Et por la trieve Dieu nel pot mie enpirier :
Ne peust estre honis cui Dieus vaura aidier !
Che fu par un devenres que Dex fu laidengiés,
6165Et qu’il fu mis en crois por nos d’infer sacier :
Dessi a l’endemain ne s’i pot esvellier.
La fille Mibrien le coisi tout premier,
Et vit le serpent grant, parcreu et entier :
Tel hisde en ot la dame le sens quide cangier,

6170Que ne s’ose movoir ne parler ne hucier.
Mais a Aiol se traist a droit selonc le cief,
Et li dist en l’orelle cortoisement et bien :
« Gentiex damoiseus sire, mal somes engingié !
« El cors a un serpent tenés tout vostre pié,
6175(b)« La quisse et le genoil jusqu’al neu del braier.
« Por Dieu, damoiseus sire, ne vous caut de noisier :
« Ja ne movrés tant poi que ne soiés mangiés. »
Quant l’entendi Aiol[s], molt en est esmaiés :
Puis regarda sa jambe, s’a coisi l’aversier,
6180N’ot tel paor de mort a nul jor desousiel :
Une orison commenche que li ot grant mestier ;
Dameldé reclama le glorieus del ciel :
« Glorieus sire pere qui fu et tous tans [i]e[r]s,
« Et car et sanc presis en la dinge mollier
6185« Et de li fus tu nés, ja mescroire nel quier,
« Et en la sainte crois te laisas cloficier,
« Al jor al lonc devenres pener et travillier,
« Quant Longis te feri, qui ne s’i sot gaitier,
« De la lanche el costé qu’en fist le sanc raier,
6190« Tout aval le grose anste jusques as puins glachier ;
« Il le tert a ses iex, sel fesis esclairier,
« Et il bati sa coupe, si se repenti bien :
« Dieus, vos li pardonastes boinement sans dangier ;
« Dessi qu’a Golgatas fesis ton sanc raier
6195« Et del mont de Calvaire la piere peçoier :
« Li pelerin le voient qui la le vont baisier ;
« Sire, por vostre mort, che savons sans quidier,
« Crola par tout le mont li terre et li herbier,
« Et les hautes montaignes et trestout li rochier :
6200« Oisiaus ne pot voler cel jor n’esleechier,
« Ne nule beste vive, che savons nos trés bien ;
« Tristre furent et morne, n’i ot que courecier ;
« El saintisme sepulcre vos fesistes coucier :
« Gaitier vos fist Pilate, si ot maint saudoier,

6205« Mais tout lor gaitement ne valut .i. denier :
« Al tierc jor sussitastes, biaus pere droiturier ;
« En infer en alastes tout .i. antieu sentier ;
« Les portes et les huis en fesistes brisier ;
« Vos ne cremiés nient le pooir l’aversier ;
6210« Vos amis en getastes que tant aviés chier[s].
(c)« Issi com che fu voirs, verai[s] Dex justichier[s],
« Garissiés hui men cors de mort et d’essillier,
« Et si me delivrés de che put aversier,
« Que je m’en puisse aler sain[s] et saus et entier[s]. »

6215Aiols avoit sa jambe ens el cors de la wivre :
S’il ot paor de mort ne vos mervelliés mie ;
Molt douchement reclaime le fil sainte Marie :
« Glorieus sire pere, qui tout le mont fesistes,
« Et le ciel et le terre et le siecle establistes,
6220« Et Adan et Evain al primerain fesistes
« Qui mangierent le fruit que lor contredesistes,
« Issi com che fu voirs, glorieus pere sire,
« Garisiés hui mon cors, mes menbres et ma vie !
« Mar m’en avés sui, danselete mescine :
6225« Molt poi poés prisier ma grant chevalerie,
« Quant nos grans amistiés seront ja departies !
« Montés sor vo ceval, ma bele douce amie ;
« Tornés vos ent ariere cheste viés voie antie,
« Tenés bien vostre esclos, ne mesconnissiés mie :
6230« Dieu[s] vos trameche a home qui bien vos face aie ! »
Et respont Mirabiaus : « Por nient l’avés dit, sire :
« Puis que j’ai relenquis Mahomet et ses ideles,
« Ja Dameldé ne plache le fil sainte Marie
« Que guerpise vo cors por nule rien qui vive ;
6235« Ains morai avoec vos a doel et a martire. »
Al grant doel qu’ele maine ciet pasmee sovine.

CLVI[156]

La pucele est dolante por le boin bacheler,

Qu’ele ne le pot mie a son talent sauver ;
Dameldé reclama le roi de majesté :
6240« Dameldex, sire pere, qui tout as a saver
« Et faites home et feme et oir et parler ;
« Sire Abraham, » fist ele, « ja fustes vos si ber :
« Li boin clerc crestien m’on[t] dit et aconté
« Jesu vos commanda com home corporel
6245« Par dedens un vergier u estiés entré
« Que vous li donisiés la rien que plus amés ;
(d)« C’ert Isaac vo[s] fieus qu’aviés engenré :
« En sacrefiement vo[s] voloit esprover.
« Adont estoit coustume par trestout le resné
6250« Que on ar[sis]t le disme que avoient doné :
« Et [vous v]ous en mesistes en si grant loiauté
« Que vausistes l’enfant ochire et decauper
« Et pardes(o)us .i. asne le fesistes monter,
« Droit a Dominus videt le fesis enporter,
6255« Outre Jherusalem sor le mont de Belcler :
« La fesiste[s] un feu esprendre et alumer ;
« Une espee portastes por vostre enfant tuer ;
« Sel voliés en fu ardoir et enbraser,
« Et les os et la poure a Dieu representer,
6260« Quant uns sains angles fu deseur vos aprestés
« Qui vous dist en l’orelle : Biaus dous amis, estés :
« Damelde[x] vos a bien a son ami prové.
« Un mouton vous dona cornu et bien lané,
« Si dist : Biaus dous amis, che moton retenés :
6265« S’en faites sacrefiche, dous amis, autretel
« Que vous deviés faire de vostre enfant carnel.
« L’espee vos toli, li enfes fu savés.
« Issi com che fu voirs, glorieus sire Dés,
« Garissiés hui Aiol que ne soit afolés :
6270« Por soie amor prendrai sainte crestienté,
« En sains fons me ferai baptisier et lever. »

CLVII[157]

Mirabiaus fu dolante forment por le dansel,

Quant ne li peut aidier ne de lonc ne de près.
Atant evos Robaut trés par mi le desert :
6275Li leres de put aire sui les ot de près ;
Il fu viens et kenus, regart ot de fel serf ;
Porquant il n’ert si povres que il n’ait .i. kastel,
Mais tout jor(s) vit d’embler, d’autre mestier ne sert.
Il broche le destrier, si vint a Mirabel :
6280Cele nel connut mie por le destrier isnel,
Por les rices adous que portoit li quiver[s].

CLVIII[158]

Li vieus fu grans et fors et de mal enartous :
(f. 140)U qu’il vit la pucele, vers lui cort les grans cors.
Li premiers mos qu’il dist : « Bele, qui estes vous ?
6285— Biaus sire, une kaitive, s’ai perdu mon signor :
« Nous issimes d’Espaigne a primes l’autre jor
« De la maison mon pere, un riche vavasor ;
« Sarrasin l’ont porsieut felon et orguellous,
« Tous no(u)s homes ont mors, n’en est remés .i. sous,
6290« Ne mais jous et mes sires, s’en fuions a estrous.
« A ceste vile gaste nous failli ersoir jors :
« Si nous loames chi par selonc ceste tor ;
« Hui matin si veisme[s] cel diable orgellous
« Qui tenoit mon signor par son pié a dolour,
6295« Si soufroit grant angoisse de le trés grant odour
« Que li serpens li jete qui molt me fait freor ;
« Car l’ochiés or, sire, par francise d’amor :
« Je vos donrai .m. mars d’argent tout a estrous. »
Quant l’entendi li vieus, si ot molt grant paor :
6300L’avoir convoita il, mais le serpent crient mout :
« Ja puis ne m’ait Dex, » fait il, « a nes .i. jor,
« Se par moi i a ja aiue ne secor[s],
« Car ma maison a arse et livre[e] a dolor ;
« Mes conpaignons a mors, molt en ai grant iror :
6305« Ains prendrons cest eskiec, s’en irons moi et vous. »

Quant l’entent la pucele, si l’en prent tel dolor
.iiii. fois chiet pasmee, voiant les iex Aiol.

CLIX[159]

Grant paor ot li vieus del serpent que il voit :
Aiol tient par la quisse qui molt fu a destroit ;
6310Neporquant sel cena envers lui de son doit ;
Li vieus en jure Dé(x), qui haut siet et lonc voit :
« Aidiés ne secourus n’i serés ja par moi. »
Il vint a la pucele, se li dist par bufoi :
« Montés tost, damoisele, desor cel ceval noir :
6315« S’en irons moi et vos, s’en menrons cel avoir. »
Quant l’entent Mirabiaus, quidiés que li n’en poist ?
« Ahi ! traitres vieus ! Dieus destruise ta loi ! »
Ele estendi se paume, sel fiert si demanois
(b)Qu’en la destre maissele en perent li .v. doit.
6320Et li vieus trait l’espee, se li vint tout irois ;
Mais ele ot tel paor que se laisa caioir :
Puis l’a faite monter, u li plaist u li poist,
U ele voille u non, el destrier bauchant noir ;
Puis aquelli les autres, ses a mis devant soi,
6325Fors le destrier Aiol : cil remaint, qu’il nel voit ;
D’autre part sous .i. arbre en .i. breulent paisoit.
Damede[x] le garisse qui haut siet et lonc voit,
Et li renge s’amie selonc chou qu’il a droit !

Robaut ot non li vieus qu’en maine la mescine ;
6330Il li a escrié : « Chevauciés, bele amie !
« Or girés avoec moi pardesous ma cortine :
« Si vous tenrai .x. ans u .xii. u .xiii. u quinse ;
« Se je reprenc un[e] autre, ne vos coureciés mie,
« Car .c. autresi beles en a jou ja honies :
6335« Onques ne Dieus ne hons n’en fist encor justiche. »
Quant l’entent Mirabiaus, por poi n’esrage d’ire :
« Ja puis ne m’ait Dex li fil[s] sainte Marie,

« Que vos en nul endroit aiés ma compaignie !
« Ahi ! putiers mavais, li cors Dé(x) te maudie !
6340« Car va a mon signor, si combat a le wivre :
« Je te donrai en Franche avoir et manandie. »
Et respondi Robaus : « Vous parlés de folie !
« Damelde[x] me confonge, li fieus sainte Marie,
« Se ja i a par moi ne secor[s] ne aie ! »

CLXI[161]

6345Robaus prist la pucele par le mance de paile :
Tost et isnelement li leres l’en aresne :
« Alés tost a le tere hastivement en haste ;
« Un poi nos deduison sous l’onbre de cel arbre :
« N’en poés escaper, iteus est mes corages. »
6350Quant l’entent Mirabiaus, por poi d’ire n’esrage :
« Ahi ! traitres vieus ! detrais soit tes linages !
« Mieux vauroi[e] estre morte qu’a toi tel cose face ! »
Ele estent les .ii. puins, par le barbe le sache,
Bien le boute de lui et enpoint et resache :
6355(c)Par tel vertu le tire que .c. piaus en esrache.

CLXII[162]

Aiols tenoit son pié ens el cors del serpent :
Si a jehi a Dieu son ceur et son talent,
Et s’est bien fait confès soef entre ses dens
A Dieu de sainte gloire san[s] nul recelement ;
6360Puis a traite l’espee li enfes par grant sens,
Si l’a mise en travers en la goule al serpent ;
Entre lui et la quisse li enbati tout ens,
Bien bouta par vertu et par airement,
Et resacha a lui et rebouta forment.
6365La gorgiere li trenche et les ners par dedens ;
Contreval jusc’a tere coula li brans sanglens :
Tout par selonc le ceur li ala porfendant,
Et li serpens morut, si gete .i. brait molt grant.
Aiol[s] retrait son pié a lui isnelement.

CLXIII[163]

6370Or est li serpens mors, n’i ot nient de vertu :

Aiols li fiex Elie retrait son pié a lui ;
Venus est al serpent, sel trencha par le bu :
.xv. piés et un[e] ausne ot de lonc estendu ;
Puis releva s’espee, n’a talent qu’il [l’]esuit,
6375Le branc a ens el feure maintenant enbatu,
Et vait par le vergier dolant et irascu[s] ;
Molt forment se demente li fieus Elie al duc :
« E las ! » che dist Aiol[s], « com mal m’est avenu !
« Ahi ! gentiex pucele, quel eskiec ai perdu !
6380« A quel tort vous en maine li fel vielars quenu[s] ! »
Il voit Marchegai paistre desous l’onbre d’un fust :
S’Aiol[s] en eust grant joie, demander ne l’estut ;
Dameldé en aoure et la soie vertu :
« Sire pere de gloire, vos en ren ge salu
6385« Que cest cheval m’avés et savé et rendu :
« Or me rendés les autres par la vostre vertu ! »
Il vint a Marchegai, par l’estrier monta sus,
Et prist en son poing destre le roit espiel molu.

CLXIV[164]

Aiol[s] li fieus Elie fu montés el destrier :
6390Onques mais ne fu il si joians ne si liés,
(d)Que Dieus l’a delivré del cors a l’aversier.
Il entra ens esclos de la dame et del viel :
Il nen ot mie alé .ii. trais d’arbalestrier
Quant [il] les vit ensamble en .i. val caploier.
6395La pucele estoit lasse, ne se pot plus aidier,
Quant il l’ot abatue por avoec lui couchier :
Il ot traites ses braies por son cors [a]aisier.
La pucele s’avanche, ne se vaut atargier,
Par entre .ii. ses quisses li fait ses mains glachier ;
6400Tant s’aprocha avant par ses colles le tient,
Si les trait par vertu qu’il ne se pot aidier :
.iiii. fois se pasma ains qu’il dut redrecier.
Quant il leva la teste, Aiol vit chevaucier,
Et dist a la pucele : « Bele, car me laissiés ;

6405« Je vous plevi de Dieu le pere droiturier,
« N’arés jamais par moi honte ne encombrier.
— Sire, » dist Mirabiaus, « merchi por Dieu del ciel !
« D’une feme kaitive car vos prenge pitié ! »
El(e) laist aler les mains, et Robaus est dreciés :
6410S’ele veist Aiol ne l’eust mais laissié.
Mal ait quant il s’enfuit demi doi ne plain pié !
Il set bien que fuir ne li aroit mestier,
Mais vers Aiol se dreche tout un antieu sentier.
Aiols point Marchegai des esperons d’or mier,
6415Et a brandie l’anste del roit tranchant espiel :
Vait ferir le laron, si bien a esploitié
Que l’escu de son col li a fraint et perchié
Et l’auberc de son dos desrout et desmaillié ;
Par mi outre le cors li fist passer l’achier ;
6420Toute plaine sa lanche l’abat mort el sentier,
Puis a traite l’espee, si li trenche le cief,
Si le pent o les autres desor .i. des destriers.
Quant le voit Mirabiaus, s’en ot molt le ceur lié.

CLXV[165]

La pucele fu lie quant vit le bacheler,
6425Por chou que il estoit del serpent delivrés.
Ele s’en vint a lui, si l’a araisoné :
(f. 141)« Dites, del serpent, sire, com estes delivrés ?
— Bele, » che dist Aiol[s], « mors est, la merchi Dé !
« Or retornons ariere, je le vos voil moustrer. »
6430Ariere s’en repairent tout le cemin feré :
Virent le serpent mort, ochis et afolé ;
Li ceval desous eus en sont espaventé :
Cil qui devant aloient sont vers France torné.

CLXVI[166]

Des or s’en va Aiol[s], s’en maine la pucele ;
6435Desor les .vii. chevaus ot torsees les testes ;
Celes as Sarrasins sont encoistres et laides,
Mais cele al crestien fu toute la plus bele.

Il issent fors del bos, vienent a plaine tere,
Virent et bours et viles et chastieus et repaires.
6440Ne finerent d’esrer, si vienent a Mongraile.
Li chastelains Geraumes cele nuit les herberge :
Cil estoit niés Elie, le gentil duc honeste ;
Li uns ne connut l’autre, puis en dut grans maus estre.
Les maistres senescaus de la maison apele :
6445« Querés grues et gantes et vinison novele ;
« Car jou ai herbergié che chevalier honeste :
« Por l’amisté de lui essaucheron la feste.
« Anuit erent o moi mi borgois de Mongraile.
— Sire, » che dist Aiols, « par mon cief preudom(e) estes :
6450« Bien sera esligié ains qu’isse de vo terre.
— Sire, » che dist li ostes, « ne place al roi celestre,
« Al glorieus del ciel qui le siecle governe,
« Nous en aions del vostre vaillant une cenele !
« Onques nel fist mes peres ne le fist mes ancestres,
6455« S’il herberga franc home ne chevalier honeste,
« Que la nuit li vendist ne ostel ne herberge ;
« N’en droit moi, se Dé(x) plaist, n’enpir[er]a la jeste ;
« .iii. fieus ai de mollier : anoit voil qu’il vos servent.
« Li quars est chevaliers, si oste ja les seles,
6460« Et forbist et estrille et aboivre et aaisse. »
Molt sont preu et cortois li .iiii. fil Gerame :
Il vien[en]t a Aiol, cortoisement le servent ;
(b)Ses esperons li ostent et ses heuses li traient,
Et rollent son auberc et forbisent son elme :
6465— Sire, » che dist Aiols, « par mon cief, prodom estes,
« Que si gentil maisnie avés et si oneste :
« Chi voi teus bachelers, chevalier peuent estre.
— Sire, » che dist li ostes, « il sont bien de la geste :
« Ja sui parens Elie, n’a millor duc en tere :
6470« Ains mieudres chevalier[s] ne pot monter en sele ;
« Mais mellé[s] fu al roi qui les François caiele :
« Par malvais consellier l’escacha de la tere,

« Par le consel Makaire cui Dieus otroit moleste,
« Un malvais losengier, .i. glouton de put aire :
6475« Morir l’en covera se j’en avoie aise !
« Fuis s’en est li ber loins en estrainge tere :
« Sel savoie u trover, encor(e) l’iroie querre.
— Sire, » che dist Aiols, « par les iex de ma teste,
« Trestout vis est li dus, bien sai u il recete ;
6480« Racordés est al roi et si rara sa tere.
— Hé ! Dieus, » che dist li ostes, « si che pooit voirs estre,
« .c. mars d’or en donroie por l’acordance faire. »
Tel joie ot por le duc dont il oi novele
Qu’aporter fait ses armes, son auberc et son elme,
6485Et l’espee tranchant et l’escu de Biterme.
U que il voit Aiol, belement l’en apele :
« Sire, veschi tex armes, il n’a millors en tere ;
« Encor(e) ne su je mie ne tant viens ne tant frailles
« Que il ait chevalier enfressi a Bordele,
6490« Se jel fierc a bandon en le targe novele,
« Se ma lanche ne brise, que ne vide la sele. »
Adont sot bien Aiols qu’il estoit de sa geste :
« Sire, » che dist Aiols, « se le voliés faire,
« Ces vos fieus en menroie avoec moi en ma terre :
6495« Plus donroie a cascun qu’il n’en ait a Mongraile ;
« Ces .vii. cevaus d’Espainge lor doin ge tout acertes,
« Volentiers et de gré, mais je voil qu’il me servent.
— Sire, » che dist li ostes, « ne plache al roi celestre,
(c)« Al glorieus del ciel qui le siecle governe,
6500« Nous en aions del vostre vaillant une cenele !
« Armes lor ferai querre molt avenans et beles :
« S’atendrai Pentecouste la glorieuse feste,
« Puis les adouberai en mon palais ancestre :
« Ses veront mes maisnie[s] et mes compainges beles,
6505« S’en seront plus haitié que par estrange[s] teres ;
« Et vo[s] prenderés, sire, en France vo repaire.
« Se vos avés besoin, que il vos sorge guerre,

« Nous vos irons secoure a quanque porons faire. »
Quant l’entendi Aiols, liés fu de la novele :
6510Tous li ceurs en son ventre li saut et esjoiele.

CLXVII[167]

Chele nuit gut Aiols a Mongraille la vile ;
Li castelains Gerelme[s] qui fu pros et nobile[s]
Por lui fist conreer un mangier qui fu riche[s].
Ains n’i et chevalier ne borgois ne mescine
6515Qui n’ait o eus mangiet : tous les semont et prie ;
A mervelles esgardent Mirabel la mescine ;
Les dames de Mongraille li commencent a dire :
« Por Dieu ! biaus dous Aiols, gardés ceste mescine :
« Ainc en tout no vivant plus bele ne veismes.
6520— Par mon cief ! » dist Aiols, « je ne li faurai mie !
« Je le conquis l’autrier par ma chevalerie :
« Avoec moi le menrai en France le garnie,
« Si sera en sains fons levee et baptisie,
« Si le prendrai a feme, se Dex me donc vie. »
6525Et respont la pucele : « .vc. merchis, biaus sire. »
Cele nuit sejornerent a grant joie plentie ;
Si se fissent servir par molt grant signorie
Dessi a l’endemain que l’aube est esclairie.
Li .iiii. fil Gerelme li ont sa sele mise :
6530Sor son ceval d’Espaigne molt volentiers le sisent,
Et li chastelains monte, sel convoie il meismes
Volentier[s] et de gré une liewe fornie ;
Boinement les baisa quant il s’en departirent,
Ses commanda a Dé le fil sainte Marie.
6535(d)Mal en est engingiés li chevalier[s] nobiles :
Ses cousins germains est, mès il nel savoit mie ;
Ja ançois nen ert vespres ne la nuit acomplie,
Avra paor de mort et tel besoing d’aie,
Ainc mais n’en ot si aspre a nul jor de sa vie.

CLXVIII[168]

6540Des or s’en va Aiols, si a pris le congié ;
S’en maine la pucele et trestous ses destriers.

Li castelains Gerelmes est arier repairiés :
Quant il vint a Mongraille en son palais plenier,
Ses .iiii. fieus apele, si les a araisniés :
6545« Enfant, » che dist Geralmes, « mal somes engingiet,
« Qu[e] en laisons aler si seul che chevalier ;
« Il est de mon linage, li ceur[s] le me dist bien :
« Je n’en kerroie mie home qui soit sousiel
« Que ne soit fiex Elie, le fort duc droiturier.
6550« Je vos adouberai d’armes et de destrier,
« Si sievrés le valet tout le cemin plenier ;
« S’il a de vos besoing, bien li devés aidier.
« Li bos de Quintefoille fait molt a resongier :
« Outre le conduirés enfressi a Orliens. »
6555Quant li enfant l’oirent, ainc ne furent si lié :
Gerelmes les adoube, li castalains prosiés,
De blanc auberc et d’elme et de corant destrier.
Et il meisme s’arme, ne se vaut atargier ;
Puis issent de la vile tout seré et rengié.
6560Ne mainent avoec aus serjant ne escuier,
Ne mais .iiii. garçons por garder lor destriers,
Car bien quident la nuit al vespre repairier.
Or conduise Jesu les noveus chevaliers !
C’ançois que il soit vespre[s] ne li solaus couciés,
6565Se il voillent Aiol lor cousin bien aidier,
Poront lor vaselage prover et assaier,
Que ja autre quintainne ne lor estut drecier.
Or vos dirons d’Aiol le nobile guerrier :
Toute jor a li ber esré et chevaucié,
6570Enfressi que a none que li vespre[s] revient,
(f. 142)C’Aiols a reclamé le pere droiturier
Qu’il en tel lieu le maint u il ait a mengier.
Il garda devant lui el grant cemin plenier :
Si a coisi un moigne qui fu haut roengiés :
6575Par desous les orelles ot les grenons tranciés,

Froc ot et estamine et une gone viés,
Et fu d’une[s] grans botes d’abeie cauciés :
Bien sambloit ordené, grant corone ot el cief,
Et tenoit en sa main .i. pic et .i. levier.
6580Desfaite ert le cauchie del grant cemin plenier :
Molt faisoit grant samblant de mal pas afaitier.
Atant evous Aiols qui le salue bien
De Dieu de sainte gloire qui tout a a baillier ;
Li moignes li respont quant ot levé le cief,
6585Le caperon sorhauce et si l’a enclinié :
« Cil sire vos garisse qui tout a a jugier !
« Dont venés ? de quel part, nobile chevalier ?
« — Sire, je vieng d’Espaigne, » Aiols li respondié ;
« Si maing chi une dame, lasse est de cevalcier :
6590« Forment avons nos cors penés et travelliés ;
« Si voi ceste forest devant nos brunoier,
« Ne voi mur ne maison ne fossé ne plaisié
« Ne repaire a riche home, u puise herbergier.
— Sire, » che dist li moignes, « bien vos sai consellier :
6595« Chi a une abeie en ce grant bos plenier :
« Bien i porés anuit, s’il vos plaist, herbergier.
« S’arés a grant plenté quanque vos a mestier,
(b)« Et pain et car et vin, de gré et volentiers,
« De feure et de l’avaine a vo[s] corans destriers,
6600« Et porés sejorner tant com vos plaisir[s] [i]ert,
« U .iiii. jors u .v., se il vos est mestier ;
« Et quant vos vaurés, sire, esrer et cevalcier,
« Conduirons vous après de gré et volentier[s]
« Dusqu’outre la forest .iiii. liewe[s] u mieus :
6605« Ja n’i perdrés del vostre valissant .i. denier.
« .iiii. dames i a qui molt font a proisier,
« Qui la se sont rendues por amor Deu del ciel :
« Se pora vostre feme avoec miex aaisier,
« Faire ses volentés et quant que boin li [i]ert.
6610— Hé ! Dieus ! » che dist Aiols, « tu soies grasiés ?

« Sire, prendés .c. sous de moneés denier[s] :
« Por sainte carité les vous doins volentiers ;
« Si en povés .i. mois bien loer .iiii. ovriers
« A refaire la voie, dont il est grans mestiers.
6615— Sire, » che dist li moignes, « por nient en plaidiés,
« Car nous somes riche home, s’avons assés deniers,
« Et faisons le cauchie por amor Dieu del ciel :
« Si volons chi nos cors pener et travellier.
« Jou i sui hui venus, li termes en est miens :
6620« Demain venra li autres, et puis demain li tiers,
« Et en après li quars sans plus de delaier :
« Ja ne prior ne abes n’i sera espargniés.
« Mais prendés cele dame, sel dessendés a piet,
« Si le laisiés dormir soz cel arbre foillié :
6625« Je m’en irai avant, nobiles chevaliers ;
« Si dirai dan abé(s) que vous ai herber(e)giés :
« Si arés a plenté quanque mestier[s] vos [i]ert.
« Molt vous en sera miex anquenuit al mangier. »
Aiols vint a le dame, mis l’a jus sans dangier,
6630Et Mirabiaus se couche desous l’arbre foillié.
Aiols fu preus et sages et molt bien ensengiés :
Un mantelet hermine li ploia soz son cief ;
Après revint al moigne u il l’avoit laisié ;
(c)« Montés tost, » fait il, « frere, sor cel corant destrier ;
6635« Vostre soit, jel vos doing de gré et volentiers :
« Il est fors et isneus et si amble trés bien.
« Jel toli l’autre soir un riche roi paien :
« Bien en pora dans abes ses moignes porcacier.
— Sire, » che dist li moignes, « por nient en plaidiés.
6640« Quant nous fumes al siecle, s’estiens chevalier :
« Por amor Dameldé l’avons piecha laisié.
« Je promis Dameldieu, quant je fui roengiés,
« Jamais ne monteroie sor mul ne sor destrier,
« Ne desor nule beste qui voist a .iiii. piés ;

6645« Ne monteroi[e] mie por les menbres trancier ! »
Puis dist entre ses dens, c’Aiols ne l’entendié :
« Ne sai que jes baillasse quant ensi l’ai no[n]cié.
« Certes ja n’en menrés valissant .i. denier,
« Ains en perdrés la teste, ja trestorné nen(n) [i]ert. »
6650« Dieus ! c’Aiol[s] ne l’entent, li gentieus chevaliers !
Ja li trenchast la teste a l’espee d’achier.
Che ne sont mie moigne, qui la sont herbergié,
Ains sont .xii. laron, traitor renoié,
Qui la sont herbergié pour le pule engingier.
6655Les pelerins mordrisent a doel et a pechié :
Si ont l’or et l’argent, les moneés deniers.
Signor, tout cil laron furent ja chevalier,
Mais il sont de lor terre bani et essillié.
La se sont asamblé, ne sevent gaingier,
6660Mais tolir et enbler, chou est li lor mestier[s].
Plus aiment larechin que nul avoir sousi[e]l.
Cascun[s] a boines armes et boin corant destrier,
Et il nes voilent onques vendre ne engagier.
Tous les vous nomerai, se a plaisir vos vient :
6665Cil ot a non Gonbaus, li quivers renoiés,
Qui par grant traison s’estoit fait roengiés :
Morans et Allivins et li glous Galiens,
Constans et Gonsellins et Ricier[s] et Rahiers,
Flohars de Vallieure et Hagenon[s] d’Orliens,
6670(d)Clarembaus de Valbrune, Corsaus de Valrahier.
Cil ert maistre des autres, s’en estoit sire et ciés ;
Molt estoit fors et vistes et orgellous et fiers.
Et li leres s’en torne cui Dieu[s] doi[n]st encombrier :
Tant com il voit Aiol, vait souavet a pié,
6675Et quant il se depart que il fu eslongiés,
Isnelement et tost s’asist en .i. sentier :
Molt li poisent ses botes, si s’en est descauchiés,
Et desfuble la cape qui molt [l’]avoit cargié.
Tout envolepe ensamble li quivers renoiés ;

6680En .i. buison les boute por son cors esploitier.
Il s’en torne fuiant plus tost que un[s] levrier[s] :
Dessi en le gaudine ne se vaut atargier.
Vint as .xi. larons que il avoit laisié.
Corsaus le voit venir, si l’en a aresnié :
6685« Comment, sire Gonbaut, avés vos esploitié ?
« Vous venés sans avoir, dont n’avés gaingié ?
« U est li grans esciés que mener soloiés,
« Li mul, li palefroi et li corant destrier,
« L’or[s] fin[s] et li argens, li monaé denier
6690« As pelerins saint Jake soliés desnoier ?
— Sire, » dist li traitres, « molt ai bien esploitié.
« J’ai tel eskiec conquis qu’il n’a millor sousiel :
« Une cortoise dame et un franc chevalier,
« Et .vii. chevaus d’Espaigne qui molt font a proisier,
6695« Qui de vair et de gris et d’avoir sont cargié.
« La dame, ele est plus blanche que n’est flor d’aiglentier ;
« S’a la color rovente plus que rose en rosier :
« Il n’a plus bele dame sous le caple del ciel.
« Chi l’arés anquenuit, ja trestorné nen [i]ert ;
6700« S’en ferés vo voloir et quanque vous en siet.
« Aussi l’arons nous autre, issi l’ai otroié :
« Tout somes compaignon juré et fianchié ;
« Mais vos estes no[s] maistre, por tant l’arés premier[s].
— Gonbaut, » dist li traitres, « molt as bien esplotié.
6705« Tous jors as deservi mon gré et m’amistié. »
(f. 143)En lor chemin s’en entrent qui fu grans et pleniers.
Chi lairons des larons cui Dex doinst encombrier !
Assés i reverons quant lieus et tans en iert.
Si vous dirons d’Aiol le gentil chevalier,
6710De la gente pucele al gent cors afaitié
Qui s’estoit endormie desous l’arbre foillié.
Ele estoit molt lassée, si commenche a songier

Que li ordenés moignes qui l’avoit herbergié
.xii. felon[s] broon[s] lor avoit desloié :
6715Les grans goules baees lor venoient irié,
Si voloient Aiol estrangler et mangier,
Et voloient as dens les bras del cors sachier.
La pucele s’esvelle, si sailli sor ses piés :
« Bele, » che dist Aiol[s], « a ente avés songié.....
6720— Che ne sont mie moigne qui chi sont herbergié,
« Ains sont .xii. laron, traitor renoié,
« Qui chi sont asamblé por le puple engingier :
« Les pelerins mordrisent a tort et a pichié ;
« Si ont l’or et l’argent, les monaés denier[s].
6725— Bele, » che dist Aiol[s], « vos ne dites pas bien
« Des homes Dameldé qu’a tel tort blastengiés ;
« Ja font il le cauchie por amor Dieu del ciel,
« Ne trairoient home por nul avoir sousiel.
— Sire, » dist la pucele, « aitant le laisiés.
6730« Bien sai, se la alons, nobile[s] chevaliers,
« Je i serai honie a tort et a pichié.
« Tornons nos d’autre part cel grant chemin plenier ;
« Laisons ceste forest, molt fait a ressongier :
« Par devers le campaigne fait millor cevalcier.
6735« Al primerain recet u porons repairier
« Si prendrons avoec nous .iiii. serjans a pié :
« Si lor donons ançois les .iii. de nos destriers
« Et les .iiii. u les .v. s’il les voillent baillier,
« Que il nos viaus conduient enfressi a Orliens.
6740— Bele, » che dist Aiol[s], « com vous plaira, si iert :
« Qui consel ne vieut croire bien doit prendre mal cief. »
(b)Entre ses bras le prist, si le lieve el destrier,
Puis monte en Marchegai par son senestre estrier :
Tous [les] autres akieut, n’en i vaut nul laisier.
6745En lor chemin en entrent qui fu grans et plenier[s] :

De molt grant aleure prendent a chevaucier.
Mais li laron estoient el parfont gaut ramier ;
Quant il virent Aiol demorer et targier,
Corsaus en apela Gonbaut le renoié :
6750« Comment, sire Gonbaut, avés nos fosnié ?
« U est chis grans eskiés que mener deusiés,
« Cele cortoise dame et chis frans chevaliers,
« Li .vii. cheval d’Espaigne que vos tant prisiés ?
« Se gabé nous avés, vos le comperés chier !
6755— Sire, » dist li traitres, « molt me puis mervellier
« Qu’il ont tant demoré, par les sains desousiel.
« La pucele est forment lase de chevalcier,
« Ele s’est endormie sous .i. arbre foillié ;
« Or entendes .i. poi, je l’irai esvellier.
6760— Alés dont, » dist li leres, « ne vous caut d’atargier ! »
Et respont li traitres : « Je n’irai mie a pié. »
Il a prises ses armes, si s’est aparellié.
Molt avoit boin ceval, s’i monta par l’estrier :
Isnelement s’en torne, prent l’escu et l’espiel.
6765Onques ne tresfina jusc’a l’arbre foillié
La u il ot Aiol et guerpi et laisié.
Et quant il nel trova, ne lui ne la mollier,
Lors a tel deul al ceur que vis quide esragier ;
Il a trové la rote des auferans destriers :
6770Après Aiol akieut tout son cemin plenier.
Mirabiaus la pucele se regarda premier.
S’a veu le laron venir et chevaucier,
Le blanc auberc et l’elme et luire et flanboier.
Aiol en apela, prist l’en a araisnier :
6775« Gentiex damoiseus sire, jel vos disoie bien !
« Veés la vostre moigne qui vous ot herbergié.
« N’a mie ses noirs dras, ançois les a laisié :
(c)« Il est molt bien armés sor .i. corant destrier.
— E Dieus ! » che dist Aiol[s], « tu soies grasiés !
6780« Damoisele cortoise, bien me poés aidier.

« A iceste besoigne serés mes escuiers :
« Tant ferés or por moi que menrés les destriers. »
Et respont la pucele : « Biaus sire, volentiers. »
Ele prent par les resnes les boins corans destriers :
6785A paine va .ii. pas ne se regarde arier.
Et Aiol[s] point et broche le boin ceval corsier.
Et Gonbaus li escrie : « Fel quiver[s] losengier[s] !
« Ja vos mande dans abes bien estes herbergiés.
« Mar irés plus avant, par les iex de mon cief !
6790— E glous ! » che dist Aiol[s], « Dieuste doinst encombrier !
« Or ains estoies moignes, et or es chevaliers !
« Senpre le comperas, se Dieus me vient aidier !
— Par Dieu, » che dist Gonbaus, li quivers renoiés,
« Si tu vieus la bataille, ja l’aras volentiers. »
6795Et respondi Aiol[s] : « Tous en sui aaisiés.  »
Anbedui s’entreloignent le trait a .i. arcier ;
Ensamble s’entrevien[en]t les escus enbraciés :
Mervelleus cos se donent ens escus de quartiers,
Desor les boucles d’or les ont frains et perciés ;
6800Tant sont fort li auberc nes porent desmaillier.
As grans cos des vasaus, qui sont boin chevalier,
Et a lor roides lances qui furent de pumier,
Et al fais des cevaus arabi[s] et corsier[s]
Se sont tant fierement anbedui acointié
6805Que ceingle ne poitrail n’i ot onques mestier,
Que cascun ne convienge les archons a vuidier.
Il furent des cors sain(s), si resaillent en piés.
Se li lere(s) eust foi, trop fust boins chevaliers ;
N’eust millor par armes dessi a Monpelier.
6810Aiol[s] l’en apela par molt grant amistié :
« Amis, por amor Deu, car laise che mestier !
« En France te donrai .i. fort castel en fief :
« Mieudre vasal[s] de toi ne peut de pain mangier.
(d)« Onques mais par .i. home ne vuidai mon estrier !

6815— E glous ! » che dist Gonbaus, « viens me tu preccier ?
« Ja te mande dans abes qu’il t’a fait herbergier :
« Au covent te convient venir et repairier. »
Il a traite l’espee dont li brans fu d’achier
Et vait ferir Aiol, nel vaut esparengier :
6820Mervelleus cop li done desor l’elme vergié
Que les flors et les pieres en a jus trebucié ;
De vers la destre espaule a fait le branc glacier :
.xx. mailles de l’auberc li trencha el gravier.
Damelde[x] le gari qu’en car nel pot toucier.
6825« Hé ! glous ! » che dist Aiol[s], « or me puis trop targier.
« Dameldeu[s] me confonge se plus voil espargnier
« Ton cors, puisque proiere n’i peut avoir mestier ! »
Il a traite l’espee dont li brans est d’achier ;
Por molt grant mautalent le prist a aprocier :
6830El l’elme par deseure desous l’escu le fiert :
Dessi que en l’eskine li est li brans glachiés.
Li leres canchela, si s’est agenolliés.
Aiol[s] li fiex Elie noblement le requiert,
De l’espee tranchant si ruiste coup le fiert
6835Amont par mi son elme qui fu a or vergié[s]
Que les flors et les pieres en fait jus trebuchier.
La coife de l’auberc ne li ot ainc mestier,
Dusqu’es dens maiselés li fait le branc glachier.
Atant es Mirabel poignant sor .i. destrier ;
6840U qu’ele voit Aiol, se li prent a hucier :
« Gentiex hom de boin aire, por amor Dieu [del] ciel,
« Selonc le sien serviche li rendés le loier. »
Et respondi Aiol[s] : « Par mon cief, volentiers. »
Il tient l’espee nue dont li brans fu d’acier :
6845De l’une part del bos a une [h]art tranchié,
Belement l’a entorse, el col li a lachié.
Mirabiaus la pucele se li a tant aidié,

C’a la branche d’un arbre l’a pendu et lacié.
Le blanc auberc et l’elme torse sor son destrier
6850(f. 144)Et pendi a l’archon le branc forbi d’achier.
En lor cemin s’en entrent et pensent d’esploitier ;
La pucele chevalce joste le chevalier.
Aiol[s] le regarda, li ardis et li fier[s],
Por l’amisté de lui s’aticha el destrier :
6855Deu[s] doie et plain[e] paume fist l’estrier alongier.
S’or li venoit nus hon né[s] de mere sousiel,
Qui vausist la pucele de nient calengier,
Ja li contrediroit al fer et a l’achier.
Or le conduisse Dieus qui tout peut justichier !
6860Car ançois qu’il ait gaires longuement cevalcié,
S’il ne se veut acertes bien secore et aidier,
Grans maus li avenra, s’il le vieut commencier ;
Car li .xi. laron furent el bos plenier,
Et dist li uns a l’autre : « Mal somes engingié(s) !
6865« Je quic que nos compains est mors et detranciés :
« Car chevauçons après, bien li devons aidier. »
Et il li respondirent : « Com vous plaira, si [i]ert. »
Il vestent les aubers, s’ont les elmes laciés,
Et çaingent les espees et montent es destriers ;
6870Si pendent a lor caus les escus de quartiers,
Et saisissent les lances as confanons lachiés ;
Enfressi que a l’arbre ne vaurent atargier
Que Gonbaus lor avoit nomé et ensengié.
Quant il ne le troverent, le sens quident cangier,
6875Mais la route troverent des auferans destrier[s],
Et troverent Gonbaut pendu et atachié.
Corsaus le voit, li maistres, a poi n’est esragiés :
Il a traite l’espee, si a le [h]art tranchié,
Dont Gonbaus, li faus moines, ot la goule alongié :
6880Gonbaus cei a terre, li quivers renoiés,
Et Corsaus s’en torna, si l’a ileuc laisié :
Après Aiol se met tout son cemin plenier.

Aiol[s] li fieus Elie se regarda arier :
Les .xi. larons vit venir et cevalcier,
6885Les haubers et les elmes luire et reflanboier.
(b)S’il ot paor de mort, n’en devés merveillier,
Dameldé reclama le glorieus del ciel :
« Glorieus sire pere, qui fu et tous tans [i]ers,
« Et le mont et le mer as toute a ajugier,
6890« Tu garis(se) hui mon cors de mor[t] et d’encombrier,
« Que je ne soie mors, ochis et detrenchiés !
« Bien m’en poroie aler, car j’ai corant destrier :
« Ne voil cheste pucele ne guerpir ne laisier.
« De lonc l’ai amenee, son cors doi avoir chier :
6895« Quant el cors al serpent tenoie (tout) nu mon pié,
« Ele ne me vaut onques ne gue[r]pir ne laisier.
« Che promec jou a Dieu le pere droiturier,
« Jamais ne li faurai tant com me puisse aidier,
« Si le prendrai a feme, a per et a mollier :
6900« Se jou li desfailloie, trop seroie lanier[s],
« Et par le saint apostle c’on a Rome requier[t],
« Mieus voil a honor mort c’a honte repairier ! »
Quant l’entent Mirabiaus, molt en ot le ceur lié.
U qu’ele voit Aiol sel prent a aresnier :
6905« Gentiex damoiseus sire, por amor Deu del ciel,
« Car vous en alés ore tout chest anti sentier :
« Vous avés boin cheval, si escaperés bien ;
« Mieus voil estre honie a tort et a pechié
« Que soiés por m’amor ochis et detranchié[s] !
6910— Bele, » che dist Aiol[s], « por nient en plaidiés ;
« Je vos voil contredire al fer et a l’achier :
« Je me quic molt chier vendre, par Dieu le droiturier.
« Mais soiés toute coie, si gardés ces destriers,
« Et tout le grant avoir que jou ai gaingié :
6915« Comment que li plais prenge, je ferai le premier. »
Atant es vous poignant Corsaut le renoié :
Cil ert maistres des autres, s’en estoit sire et ciés.

Il ot en son estage de lonc plus de .x. piés.
Plus vint devant les autres que ne trait .i. arciers ;
6920A la vois qu’il ot clere commencha a huchier :
« Fil a putain, lechiere, com m’avés vergongié,
(c)« Mon conpaignon pendu que j’avoie tant chier !
« Or aproime li termes qu’a mort estes jugiés ! »
Aiol[s] li fiex Elie n’ot cure de tenchier :
6925Il broche Marchegai des esperons d’or mier ;
Le laron vait ferir, ne l’a mie espargniet ;
Onques toutes ses armes ne li orent mestier
Que l’espiel ne li fache par mi le cors baingier.
Devant lui a la tere l’a il mort trebucié,
6930Et escrie : « Monjoie ! Dex ! saint Denise, aidiés ! »
Mais li autre laron le hasterent si bien
Ne peut li gentiex hom recovrer son espiel
Ne del laron jeter, ne a lui resachier.
Il a traite l’espee dont bien se sot aidier,
6935Et vait ferir un autre qu’en fait voler le cief.
Et li neuf l’asaillirent et devant et derier ;
Et Aiol[s] se desfent comme boin[s] chevalier[s].
Mais li .v. le ferirent et devant et derier,
Li doi en son escu et en l’elme li tiers,
6940Et li quars le ferit en son auberc doublier :
Nel pot contretenir ne çaingle ne estrier[s],
Contre tere l’abatent, tant fu il plus iriés.
Aiols guenchi les caus, si se resaut en piés :
Et tient nue l’espee, l’escu tint sor son cief ;
6945Cui il consieut a caup, tous est a mort jugiés.
Li laron le requierent, si l’ont molt anguisié,
Tout estendu l’abatent, a terre l’ont coucié :
Estroitement li loient et les mains et les piés,
En travers le couchierent sor .i. corant destrier.
6950Tous les autres aquellent, n’en vaurent nul lasier,
Fors seul que Marchegai, cel ne porent baillier.
Li laron jurent Dieu le pere droiturier

Ançois que il soit vespres ne li solaus couciés,
Vauront del franc baron lor compaignon vengier.
6955Or devissent entraus li quiver renoié
Que il feront justiche del vaillant chevalier ;
Mais il ne sevent mie le mortel enconbrier,
(d)Que ja lor avenra molt tost sans detrier ;
Car Gerelmes cevauche li castelains prosiés,
6960Entre lui et ses fieus les vaillans chevaliers :
Ja secoront Aiol qui d’aie a mestier.
Gerelmes vit Aiol sor le cheval loié ;
Ses .iiii. fieus apele, si les a aresnié :
« Enfant, » che dist Gerelmes, « par les sains desousiel,
6965« Vés la vostre cousin c’on en maine loié.
« Molt s’i est bien vendus a l’espee d’achier,
« Car jou en voi les .v. ochis et detranchiés.
« Or pensés de bien faire, nobile chevalier ! »
Il broche le ceval des esperons des piés,
6970Et a l’anste brandie del roit trenchant espiel :
Sor l’escu de son col vait ferir le premier ;
Onques toutes ses armes ne li orent mestier,
Devant lui a la tere l’a jus mort trebuchié,
Puis a traite l’espee dont bien se sot aidier.
6975Si en vait ferir l’autre, chelui qui Aiol tient :
Par des(o)us les espaules li a caupé le cief.
Jofroi[s], li aisnés frere, commencha a hucier :
« Que faites vous, mi frere, por les sains desosiel ?
« Ja les ara nos peres tous mors et detranchiés,
6980« Se ne nous i poons prover ne essaier :
« Or n’en i a que .iiii. des quivers renoiés. »
Il brochent les cevals des esperons des piés
De si grant aleure com pot rendre destriers
Contreval le lairis, por esperon touchier ;
6985Vont ferir sor les .iiii. des quivers renoiés :
Chascuns ochist le sien des noviaus chevaliers.
Gerelme[s] vit Aiol sor le ceval lié :
Il a traite l’espee, s’a les liiens tranchiés,
Soef et belement l’a jus mis del destrier.

6990Li premiers mos qu’il dist, quant il l’a araisnié :
« Estes vos point navrés, nobile[s] chevaliers ?
— Naie, » che dist Aiol[s], « la merchi Deu del ciel !
« Tant sont bones mes armes ne porent enpirier. ».....
(f. 145)Quant il oi parler son signor droiturier,
6995Chele part vint corant qu’il le reconnut bien.
Quant Aiol[s] le coisi, mervelles en fu liés.
Li .iiii. fieus Gerelme le corent refraignier,
Et son frain et sa sele et andeus ses estriers.
Et Aiols i remonte que mervelles l’ot chier.
7000A l’issue du bos ont trové .i. plaisié :
Uns gentiex hom i mest qui s’i fist herbergier.
Li laron de put aire l’avoient essillié :
Il l’avoient mordri(e) et lui et sa mollier ;
.ii. grans forches de kaine i avoient fichié ;
7005Aiol[s] li fieus Elie l’avoit veu molt bien.
Il vinrent as larons, nés i vaurent laisier :
Cele part les trainent as keues des destriers ;
Entre Aiol et Gerelme les pendent volentiers,
Et tout si .iiii. fil lor i ont tant aidiet
7010Que tous les i pendirent, ainc n’en prisent loier ;
Chelui qui n’avoit teste pendirent par les piés.
Or poront trés bien dire les gens de cel resnié
Merchi Dieu et Aiol, que bien [en] sont vengié.
Puis repairent el camp u l’estor[s] fu plenier[s] ;
7015Des escus et des lances ne se vaurent cargier ;
Les aubers et les elmes torsent sor les destriers,
Et pendent as archons les brans forbis d’achier.
Aiol[s] li fieus Elie cil a parlé premier :
« Franc chastelain Geralme, faites pais, si m’oiés.
7020« Ma part de cest eskiec qui chi est gaingiés
« Vous claim jou trestout quite de gré et volentiers,
« Pour aidier vos enfans qu’avés fait chevalier[s].
— Sire, » che dist Gerelmes, « .c. merchis en aiés.

« Cest eskiec prenderai, n’en refuserai nie[n]t. »
7025Il [l’]en fait par garçons ariere renvoier,
Droitement a Mongraile conduire et repairier.
Li chastelains Gerelme[s] qui fu gentiex et fier[s]
En apela Aiol, se l’en a araisnié :
« Gentiex damoiseus sire, por les sains desosiel,
7030(b)« Ersoir vos herbergai en mon palais plenier,
« Et si vous oi dire qu’Elie conissiés.
« Or vos conjur de Dieu, nobile[s] chevaliers,
« Par le foi que devés le pere droiturier
« Que vous me dites voir, se Dieus vos puist aidier,
7035« S’onques apartenistes Elie le guerrier,
« Mon oncle de Borgonge qu’a tort en fu caciés.
— Sire, » che dist Aiol[s], « conjuré m’avés bien ;
« Mais je ne le diroie a home desosiel,
« Tant que venrai al roi qui Franche a a baillier ;
7040« Mais d’itant vos puis bien mon corage esclarier,
« S’ainc amastes le duc, dont m’averés vos cier. »
Quant l’entendi Gerelme[s], onques ne fu si liés :
« Gentiex damoiseus sire, je le savoie bien
« Par fine verité, que vous m’aparteniés.
7045« Or ne vous guerpiroie pour tout l’or desousiel,
« Si vous arai conduit a la chité d’Orliens.
« Se vos avés besoing, je vous irai aidier,
« Envers trestous les homes vo vie calengier.
— Sire, » che dist Aiols, « .c. mercis en aiés ! »
7050« Or s’en tornent ensamble li gentil chevalier,
S’en mainent la pucele qui molt fait a prosier.
Ses .vii. chevaus n’i vaut Aiol[s] mie laisier,
Qu’il avoit en Espaigne conquis et gaignié.
En lor chemin en entrent qui va droit a Orliens :
7055Mes il ne sevent mie les mortex encombriers
Qu’il lor doit avenir ains qu’il soit esclairié(s).
Tant ont chele vespree esré et chevalciet,
Que al Roimorentin sont la nuit repai(i)rié.
Che fu uns chastiaus riches qui molt fait a prosier
7060Et sist a .vii. lieuetes de la chité d’Orliens,

Par devers le Berri fu molt bien batelliés.
La nuit les a Hunbaus, uns ostes, herbergiés :
Cil estoit riches hom et d’avoir enforchié[s].
Si estoit par usures montés et essauchiés ;
7065Et ot molt gentil feme, fille de chevalier
(c)Qui fu par maladie de l’avoir abaissiés :
Par poverté dona sa fille a l’userier.
Poverte si fait faire a home maint meskief !
Hunbaus avoit maison molt boine a .iii. soliers.
7070Esmeraude ot a nom sa cortoise mollier ;
Ele ot de cel gloton .i. baceler legier :
Il ot a non Antiaumes, si fist molt a proisier ;
Il ot tout de bonté son pere forlig[n]ié :
Ne fesist traison pour les membres trancier.
7075E Dieus ! com il se paine des barons aaisier,
Des cevals establer et des elmes froier,
Et des aubers roller qu’en avoient mestier !
De toutes boines teches fu si bien ensengiés,
Pour preudome servir n’avoit millor sosiel.

CLXIX[169]

7080Dedens Roimorentin fu Aiol[s] ostelés,
Entre lui et Gerelme de Mongraile, le ber,
Et tous ses .iiii. fiex, les novels adobés.
Li hostes les fist bien servir et honorer :
Sieges orent et coutes et boins tapis ovrés ;
7085De rose et de mentastre font tout joncier l’ostel.
Antialmes li cortois s’en est en piés levés ;
Molt vieut les .vi. barons richement honorer
Et la fille le roi Mirabel al vis cler.
Il tout n’ont escuier pour lor harnas torser :
7090De fer el de suor furent tout camoisé.
Antelme[s] s’en avale contremont les degrés,
Tont le chasiel enquirt et de lonc et de lé :
Tant quist ses compaignons que il les a trovés ;
Par francise les a avoeke soi menés

7095Por servir les frans homes qui sont a son ostel.
Li vallet furent bien vestu et acesmé :
Le vin lor veissiés par noblece porter
As grans coupes d’argent dont li our(t) sont doré.
Mirabiaus la pucele et Gerelmes li ber
7100S’asisent anbedui sor .i. lit lés a lés,
Li .iiii. fil Gerelme devant lui al costé.
(d)Esmeraude l’ostese et Aiols li senés
Se sisent d’autre part desor .i. lit paré.
D’une[s] coses et d’autres commencent a parler :
7105« Dame, » che dist Aiols, « por Dieu ne me blasmés
« D’une cose que voil par amor demander.
« Comment fu vostre cors a cest home donés ?
« Molt me vient a mervelle que ce borgois avés :
« Vous deusiés dame estre d’une grant richeté. »
7110Quant l’entent Esmeraude, s’a del ceur souspiré :
« Sire, » che dist la dame, « por Dieu ne me gabés !
« Poverte fait a home son corage muer.
« Mes peres fu frans hom et de grant parenté :
« En trestoute l[e] Berri ne peust on trover
7115« Nul millor chevalier por ses armes porter.
« Puis kei en malage et en grant poverté,
« Et engaga ses terres, petit l’en fu remés.
« Cis hom ert par usure en grant avoir montés :
« A mon pere fist toute se tere racater ;
7120« Puis m’i dona a feme, je ne li poc veer.
« Or ai de lui .i. fil que vous ichi veés :
« Nient plus que li escoufle[s] peut l’ostoir resambler,
« Ne se peut li miens fiex a son sens atorner.
« Mes fiex demande tables et eskiés pour juer,
7125« Les chiens et les oiseus ne peut il oublier :
« De la route as frans homes ne le peut on geter.
— Certes, » che dist Aiols, « molt en fait a amer. »
Antiaume en apela : « Biaus amis, cha venés !
« Remanés avec moi ces .iiii. mois d’esté.

7130« Por amor vostre mere qui m’a dit et conté
« Que vos estes frans bons et de haut parenté,
« De vous vauroie faire chevalier adoubé,
« D’armes et de destrier corant et abrivé. »
Quant l’entent li vallès, parfont l’a encliné :
7135Dessi a pié l’en va par boine volenté ;
Entre Aiol et Gerelme l’en ont sus relevé.
Aiols li fieus Elie ne vaut plus arester,
(f. 146)Car il ne voloit mie prometre sans doner :
Onques li gentiex hom n’en fu acostumés.
7140Il fist toutes ses armes devant lui aporter,
Qu’il conquist en Espaigne a l’espee de lés :
De toutes les millors a Antialme adoubé(s) ;
El dos li ont vestu .i. blanc auberc safré,
Se li ferment el cief un vert elme gesmé ;
7145Aiols li çaint l’espee al senestre costé,
Hauce le paume destre, el col li a doné :
« Dieus te doinst foit et pais et honor et bonté.
« Vos m’avés ces cevals la desous ostelé :
« Prendés ent le millor, car jel voil de boin gré,
7150« Et demain a Orliens ains qu’il soit avespré
« Vos donrai riches dras et fort escu bouclé. »
Quant l’entent li valès, si l’en a merchié.
Esmeraude s’ostesse a .i. mantel doné,
Et .c. sous dona l’oste al mangier conraer,
7155Por chou que miex en soit servi[s] et honoré[s].

CLXX[170]

Aiols fu ostelés ciés son oste Hunbaut.
Le mangier qu’apresterent fu molt rices et biaus :
Plenté orent avaine et feure a lor cevaus.
Antialme[s] se desarme, molt fu gens damoisiaus ;
7160Delés les fiex Gerelme s’asist as escamiaus.
Quant li mangiers fu prest, ses veissiés issniaus
Les serjans por les tables metre sor les est(i)aus,
Et a l’aigue doner as diorés vasiaus.

A le blanche toualle essua Mirabiaus.
7165Al mangier sont assis, grans i est li reviaus.
Mais ançois qu’il s’en lievent sera li dieus coraus.
Li ostes les trai, che fu piciés et maus :
Se cil sires n’en pense par qui li mons est saus,
Ja li cortois Gerelmes ne Aiols li vasaus
7170Ne veront mais Orliens ne lor amis carnaus.
De trop grant felonie fu li ostes coraus :
Onques li fel Cain nen ot le ceur plus faus,
Quant par li fu occis ses gentiex frere Abiaus.

CLXXI[171]

(b)Quant il orent mangié et beu a fuison,
7175A la table seoient ensamble li baron.
« Sire, » che dist li ostes, « par le cors saint Simon,
« Ne sai comment vous aie rendu le gueredon
« De l’onor que m’avés chi faite en ma maison :
« Car se vos fuissiés sires de Rains u de Loon,
7180« Si m’avés vos anuit assés fait riche don.
« Je proi mon fil Antialme par molt grant gueredon
« Qu’il vos serve trés bien a coi(n)te d’esperon.
« Le jor qu’il vous faura ait il maleiçon !
— Voire, » dist li vallès, « et del cors saint Simon ! »
7185Esmeraude n’i quiert nule male ocoison,
Aiol en apela, si l’a mis a raison.
« Gentiex hom de boin aire, je voil savoir vo non :
« Si m’en revanterai encore en maint maison. »
Et Aiol[s] respondi, ainc n’en quist ocoison :
7190« Ma dame, Aiol m’apelent François et Borgengon ;
« Au roi vieng en soudee en ceste Rovisson.
« Cis a a non Gerelmes a la clere fachon,
« Chastelain[s] de Mongraille, si est molt rices hom.
« Cil .iiii. sont si fil, que de fi le set on,
7195« Berengers et Jofrois, Hastes et Nevelon. »
Quant l’entendi li ostes, si fronche le grenon,
Et dist entre ses dens coiement a laron :

« El bos de Quintefoille, que de fi le set on,
« Pendistes vos Bernart, mon droiturier signor,
7200« Qui ti(e)nt Roimorentin, et son frere Foucon,
« Et Ferant de Losane et le preu Agenon,
« Et Garin et Richier et de Monbar Hugon ;
« Et por chou est Makaire[s] lor oncle[s] en prison :
« Che furent si neveu et de sa norichon.
7205« Damede[x] me confonge qui forma Lazaron,
« Se nel vois mon signor nonchier en son dongon,
« Qui maintient ceste terre entor et environ :
« De la mort ses .ii. freres prendera vengison :
« Vos l’ochesistes, voir, ja nel vos cheleron. »
7210(c)De la table s’enbla, ainc samblant n’en fist hon :
Il movra ja Aiol une si grant tenchon,
Ainc mais n’ot il si aspre a nul jor de cest mont.

CLXXII[172]

Li ostes se drecha maintenant sor ses piés ;
De la table s’en part, s’a les barons laissiés :
7215Venus est en sa cambre li quiver[s] renoiés,
A lui a apelé sa cortoise mollier :
« Douche seur, douche amie, s’onques m’eustes chier,
« Celés moi le consel que je vous voil nonchier.
« Diable(s) vos ont fait cel glouton herbergier.
7220« El bos de Quintefoille, n’i a celer mestier,
« Nos pendi il Bernart, mon signor droiturier,
« Qui ti(e)nt Roimorentin, et son frere Fouchié
« Et Ferant de Losane et Aghenon le fier.
« Il n’a encore mie plus de .iii. mois entier[s],
7225« Qu’il vi(e)nt et nu[s] et povres et kaitis a Orliens,
« Sa lance et noire et torse, et ses escu[s] fu viés,
« Et ses chevals fu maigres, a paine pot sor piés.
« Je l’ai bien oi dire et tout partot nonchier
« Que trestout le gaboient serjant et escuier,
7230« Et si disoient tuit par le chité d’Orliens
« Les armes ot enblees et a .i. caruier

« Ot tolu le roncin c’on li vit chevalcier.
« Ne sai quel vif diable l’ont puis si essauchié,
« Car ore est dru[s] le roi et maistre consellier[s].
7235« Par saint Pol de Ravane, je le vois acointier
« La sus en cel palais a mon signor Rainier ;
« Je ferai ja ses homes armer et haubergier,
« De la mort ses .ii. freres le ferai ja vengier,
« Que cis glous li ocist, a celer ne le quier. »
7240Quant l’entendi la dame, vive quide esragier :
« C’as tu dit, vis diable[s], as tu le sens cangié ?
« Vos avés les barons loiaument herbergié,
« Si avés avoec aus et beu et mangié,
« Vo fil a adoubé et fait l’a chevalier,
7245« Moi dona .i. mantel qui vaut maint boin denier :
(d)« Après son bel serviche li rens felon loier !
« Vos poés orendroit .i. tel plait commenchier
« Dont vos serés pendus comme leres fossier[s],
« Et vos fiex trainés a keue de destrier,
7250« Et jou en serai arse en un large foier.
« Damede[x] les confonge qui tout peut justichier,
« Se manois ne vos font la teste roengier,
« Se vous cheste parole ne volés relaisier ;
« Par saint Pol de Ravane, je lor vois acointier :
7255« Je ne le souferoie por les membres trancier,
« Si faite traison ne poroie otroier. »
Quant l’entent li traitres, vis quida esragier.

CLXXIII[173]

Li glous ot sa mollier parler si hautement :
Lors ot tel deul al ceur, por poi d’ire ne fent.
7260Il leva le puin destre, sel feri ens es dens,
Qu’il l’abati pasmee desor le pavement :
Del sanc qu’ele rendi fu l’ermine sanglens.
Quant ele se redreche, molt ot le ceur dolent.
« Lasse ! » che dist la dame, « com felon vengement !
7265« Maugré en ait mes peres et mi millor parent
« Qui de moi et de vos lisent mariement ! »

Li glous saut a l’espee qui en la cambre pent
Et jure Dameldé le pere omnipotent :
« Se mot vos oi parler de tout cest erement,
7270« Vous perderés la teste sans nul arestement ;
« Et vous m’afierés et bien et loiaument
« Que par vous ne saront point de cest erement :
« Ja por tous vos parens n’en arés tensement ! »
Tient l’espee el puin destre, le senestre li tent,
7275Par les treces le prent assés vilainement ;
Ja li tranchast la teste sans nul arestement.
Cele doute la mort, se li dist bassement :
« Sire, merchi, por Dieu le pere omnipotent !
« Rechevés ent ma foi et puis mon sairement,
7280« Que ja ne lor dirai nul jor de mon jovent :
« Quant autres ne peut estre, esrés si sagement,
(f. 147)« Que maus ne vos en vienge ne vos ne vos parens. »
Et respont li traitre : « Faus est qui ne consent,
« Dont miex li pora estre a trestot son vivant ! »
7285Esmeraude respont en bas, qu’il ne l’entent :
« Honis soit l’enperere, s’a forche ne vos pent,
« Se vos son chevalier menés si laidement !
« Par icel saint signor a qui li mons apent,
« Se j’en puis avoir aisse par nul enchantement,
7290« Je ne vous en terai ne foi ne sairement
« Ne lor fache savoir tost et isnelement :
« Mieus voil ma foi mentir que ne fac autrement,
« Ne livrer por ochire issi vilainement. »

CLXXIV[174]

Li traitres se part de se franche mollier :
7295Il issi de la cambre, si revient el fouier.
Oiés del traitor, Dieus li doinst encombrier !
Com les sel belement trair et engingier :
« Baron, soiés a aise, nobile chevalier,
« Faites vos richement servir et aaisier.
7300« Biaus fieus, de ton signor le voil je molt proier,

« Que tu ne faces cose qui li doie anoier.
« Je m’irai en che bourc un poi esbanoier.
— Sire, » che dist Aiols, « che fait a otroier.
« U est no dame alee ? molt m’en puis mervellier.
7305 — Ele est un poi malade, » dist l’ostes, « en son cief ;
« D’autre part si commanc vos lis aparellier. »
Isnelement s’en torne, ne se vaut atargier :
Vers le maistre palais s’en cort tous eslaissiés.
Il movra ja Aiol un si fort encombrier
7310C’ains mais n’ot issi aspre a nul jor desousiel.
Or oiés de la dame qui le ceur ot irié :
Vint a l’uis de sa cambre, son fil cena del cief,
Et il i est venus corans tous eslaissiés.
Quant il le vit sanglente, molt s’en est mervelliés :
7315« Dame, » dist li valès, « por les sains desousiel,
« Qui vous ossa chou faire tant que fuise sor piés ?
— Biaus fiex, » che dist la dame, « diables et pichiés
(b)« Nos cora anuit seure, se ne vos en gaitiés.
« Nous avons ches barons loialment herbergiés ;
7320« Si ont ensamble nous et beu et mangié :
« Et tes peres les vient trair et engingier !
« Vois la Aiol de Franche, ton signor droiturier,
« Qui nous ochist Bernart, le glouton losengier,
« Le neveu dan Makaire et le frere Rainier.
7325« Puis qu’il t’a adoubé, molt le dois avoir cier
« Et deseur trestous homes servir et essauchier :
« Et tes peres le vait trair et engingier !
« La sus en cel palais le va dire Rainier :
« Si fera ja ses homes armer et aubergier ;
7330« Se Dameldeu[s] n’en pense, qui tout peut justicier,
« Ja veras devant toi ton signor detranchier.
« Por chou que je ne voil itel plait otroier,
« Si me feri es dens, le sanc me fist raier,
« Puis sailli a l’espee, le cief me vaut trenchier.
7335« Adont me convi(e)nt il jurer et fianchier,

« Que je ne le diroie a home desousiel.
« Mieus voil ma foi mentir ques voie detranchier !
« Penitanche en ferai, se Dieus l’a otroié. »
Quant l’entent li valès, le sens quide cangier.
7340« Comment esse, diables ? » Antialmes respondié,
« Vaura donques mes peres servir de tel mestier ?
« Puis qu’il fait traison, je ne li apartieng,
« Car ja traitres n’ert par moi esparengiés !
« Par saint Pol de Ravane, je le vois acointier
7345« Aiol, mon boin signor, qui m’a fait chevalier,
« Que je ne li fauroie por les membres tranchier.
— Biaus fieux, » che dist la dame, « cil Dex te puist aidier
« Qui en la sainte crois se laissa travellier
« Por pecheor raembre de mort et d’encombrier ! »

CLXXV[175]

7350Antialmes li cortois de sa mere depart ;
Issus est de la cambre, vers Aiol s’en torna.
Mal ait se a consel un seul en apela !
Mais a molt haute vois son signor escria :
(c)« Baron, or tost as armes, enevois i para
7355« Qui preudom vaura estre : grans mestiers li sera.
« Biaus sire Aiol[s] de France, molt malement vos va :
« Mes peres vos traist qui avoec vos manga.
« El bos de Quintefoille pendistes vos Bernart
« Qui ti(e)nt Roimorantin, et son frere Foucart
7360« Et Ferant de Losane, Hagenon le vasal
« Et Garin et Richier et Hugon de Monbar.
« Mes peres fist que faus, quant il vos herberga :
« Il mist son cors por vous en le lieu de Judas.
« Vers che maistre palais en cort plus que le pas
7365« A son signor Rainier qui fu frere Bernart.
« Se il peut esploitier, jamais ne reveras
« La fort chité d’Orliens n’es portes n’enteras ! »
Quant Aiols l’entendi, sur ses piés se leva ;
Bien et piteusement Dameldé reclama,

7370Le roi de sainte gloire qui le mont estora,
Que de mort le desfenge, car grant besoing en a.
« Aiols, » che dist Gerelmes, « ne vos esmaiés ja !
« .c. dehès ait el col, qui de près n’i fera !
« Nos noviaus chevaliers, je quic, nous aidera.
7375— Voire ! » che dist Antialme[s], « tant com durer pora ! »
Antialmes li cortois molt forment se hasta
Des chevals enseler et les poitraus lacha.
« Lasse, » dist Mirabiaus, « quel traison chi a !
— Dame, » che dist Antialmes, « ne vos esmaiés ja !
7380« Par saint Pol de Ravane, mes cors vos aidera.
« Teus vous pora porsievre, qui chier le compera. »
Esmeraude la bele molt forment se hasta
Des barons adouber, l’armeure presta.
Ele baisa son fil, a Dieu le commanda.
7385Il prent .i. viés escu qu’en le maison trova
Et une grosse lanche que en sa main porta :
Noviaus chevaliers est, encor nule n’en a.
Aiols li ot promis qu’a Orliens li donra,
Se Damelde[x] l’i maine, bien li atendera.
7390(d)Antialmes li cortois Mirabel adestra
Trés par mi le grant porte qu’il overte trova ;
Si en maine l’eskiec que Aiols conquesta
En la terre d’Espaigne, u forment se pena.
Or les conduise Dieus qui le mont estora !
7395Et la lune luist cler qui voie lor mostra :
Car ançois qu’il ajorne, si com on vos dira,
Avra paor de mort qui plus seurs sera.
Or escoutés de l’oste comment il esploita :
Tous les degrés de marbre sus el palais monta ;
7400A sa vois qu’il ot clere hautement s’escria :
« Dites, sire Rainier, quel guerredon avra
« Qui de la mort vo frere anuit vos vengera
« Et vous rendra chelui qui ochis les vos a ?
« Qui si se peut vengier molt grant honor i a !

7405— Certes, » che dist Rainiers, « qui chou me porquerra
« Tous les jors de ma vie mes boins amis sera.

CLXXVI[176]

— Sire, » dist li traitres, « vo gent faites armer ;
« Une bele aventure vos sai dire et conter :
« Or ains par devant vespre, quant on le dut soner,
7410« Vinrent .vi. chevalier fervestu et armé
« Tout droit a [ma] maison pour requerre l’ostel.
« A grant mervelle estoient richement acesmé ;
« Li uns en fu Gerelmes de Mongraille li ber,
« Et tout si .iiii. fil de novel adoubé :
7415« Por un glouton conduire s’est en France avalé :
« Il a a non Aiol, ensi l’oi nomer,
« Si vient de Panpelune d’un mesage conter :
« Tel eskiec en amaine, ainques ne vi son per ;
« .vii. chevals qui de vair et de gris sont torsé
7420« Et d’or quit et d’argent, de deniers monaé[s],
« Et la fille le roi, Mirabel al vis cler,
« Que il a conquestee par sa nobileté.
« Je n’en savoie mot or ains a l’avesprer ;
« Quant jes oc herbergiés volentiers et de gré,
7425« Leus me dona .c. saus de denier monaé,
(f. 148)« Et ma feme un mantel qui riches est assés ;
« Et mes fieus de servir fu tous abandonés :
« Tost li fu ses serviches molt bien guerredonés,
« Car Aiols en fist leus chevalier adoubé(s)
7430« D’armes et de ceval corant et abrivé ;
« Li chevals vaut .c. livres c’Aiols li a doné.
« Quant eumes mangié et beu a plenté,
« Son non li demandai, ainc nel dainga celer.
« Or poés dire et croire, molt ai mon ceur iré,
7435« Quant dedens ma maison ai celui ostelé
« Qui mon signor pendi, que je deu(st) tant amer.
« Gentiex hom, del vengier te convenist aster.
— Certes, » che dist Rainiers, « Dieus en set mon pensé. »
A sa vois qu’il ot haute commencha a crier :

7440« Baron, or tost as armes, se vos de riens m’amés ! »
Et cil ont respondu : « Ensi com vous volés ! »
.xiiii. chevalier s’en corent adouber
D’armes et de destriers corans et abrivés.
« Signor, » che dist Rainiers, « de l’esploitier pensés !
7445« De Roimorentin faites les grans portes fermer,
« Que par nule maniere n’en puist nus escaper ! »
Et cil respondent : « Sire, si com vous commandés. »
.iiii. serjant i vont corant et abrivé ;
Quant il trevent les routes des destriers sejorné[s]
7450Ariere s’en retornent dolant et abosmé.
A lor vois qu’il ont hautes commenchent a crier :
« Par foi, sire Hunbaut, mal vos est encontré !
« Esmeraude vo feme les en a fait aler.
« Trais nos a vos fieus, chou est la verités.
7455« Ensamble o eus s’en va, on le nos a conté. »
Quant Rainiers l’entendi, a poi qu’il n’est dervés :
.i. grant cor buglerenc fist en sa tor soner.
Qui dont veist borgois et serjans adouber
Et la vile estormir environ et en lés :
7460En petit d’eure furent plus de doi .c. armé,
Que borgois, que serjant, que chevalier monté ;
(b)Et issent de la vile tout rengiet et seré,
De l’encauchier se painent, forment se sont hasté.
Gerelme[s] de Mongraile les a bien escoutés :
7465Aiol en apela : « Biaus sire, or entendés !
« Ja arons la bataille mervellouse et mortel.
« Cel arnas convenroit Antialme avant mener
« Et la fille le roi, Mirabel al vis cler,
« Enfressi c’a Orliens la mirable chité.
7470« Nous remanrons ariere as ruistes cos doner :
« Si les detrancherons as brans d’achier letré[s].
— Sire, » che dist Antialme[s] « pour nient en parlés :
« Vos volés mon barnage tout a nient torner,
« Mais par cel saint apostle c’on quiert en Noiron pré,
7475« Je nel feroie mie por l’or de .x. chités,
« Que je ne fuise o vos as ruistes cos doner.

« Et se Dex me vieut bien maintenir et garder,
« Le don que m’avés fait vos quic gueredoner.
— Signor, » dist Mirabiaus, « ne vos desconfortés.
7480« Mar vos apetisiés, car poi estés assés.
« Le harnas conduirai volentiers et de gré :
« A guise d’escuier me convient atorner. »
Ele met le jamb(l)e outre, par grant nobilité ;
Le piet met es estriers, esperons ot dorés.
7485Qui veist la pucele ceval esperoner
Et le arnas conduire et le[s] destriers guier,
De cors de gentil feme li peust ramenbrer !
Et li baron s’arestent ens el chemin ferré.
Atant es vos l’encauc qui molt s’en est penés ;
7490Cil qui Roimorentin avoit tout a garder,
Plus vint devant les autres c’uns ars ne peust jeter ;
A sa vois qu’il ot haute commencha a crier :
« Gerelmes de Mongraile, nel deussiés penser
« Que vous conduis[e]siés mon anemi mortel :
7495« Mainte fois vous a fait servir et honorer.
« Se plus en volés faire, molt chier le comperés.
« Il nen a mie encore plus de .iii. mois passés,
(c)« Cis garchons vint en France por avoir conquester.
« Quant il vi(e)nt a Orliens la mirable chité,
7500« N’aporta il d’avoir que il peust mostrer,
« Dont il presist .v. sans de denier monaé
« Fors unes laides armes, .i. escu enfumé
« Et .i. ceval estrait, caitif et descarné.
« Je l’ai trés bien par tout oi dire et conter
7505« Que trestout le gaboient serjant et baceler,
« Et li disoient tuit par Orliens la chité,
« Les armes ot enblees dont il ert adoubés,
« Tolu ot le cheval sor coi il ert montés.
« Ne sai quel vif diable l’ont or(e) si amonté
7510« Qu’il est or dru[s] le roi et consellier[s] privé[s] ;
« Le conte de Boorges prist awan en esté,

« Et par lui fu Makaire[s] en la prison jetés,
« Et tous nos grans lignages honis et vergondés.
— Cuiver, » che dist Aiols, « par mon chief, vos mentés !

CLXXVII[177]

7515« Cuivers, » ce dist Aiols, « par mon cief n’est pas voirs !
« Onques li miens linages ne fist cose a tel mois.
« De tel traison faire, com vous sus me metois
« Me combatrai a vous a mon branc vienois.
« Gerelmes, biaus cousins, de bien faire pensois !
7520« Par saint Pol de Ravane, je dirai ja manois :
« Mes pere(s) a non Elies, vos oncles li cortois,
« Et se Dieus nos en laisse partir a nos voloirs,
« Vostre honor croisterai de dis homes a droit.
— Certes, » che dist Antialme, « c’est petit endrot moi,
7525« Que de petit peut cors a dolor sordoloir.
— Voire, » che dist Geralmes, « foi que doi sainte crois,
« Car je ne li fauroie por l’or de Vermendois. »
Quant Aiols l’entendi, grant joie ot li cortois.

CLXXVIII[178]

Quant Aiols li cortois la parole entendi,
7530Que de son cors aidier sont tout prest et garni,
Or poés dire et croire, molt grant joie l’en prist.
Il broche le destrier, vers Rainier se guenchi ;
Et Rainiers contre lui, ne l’a pas mescoisi.
(d)Anbedui s’entre vienent par mervellous air,
7535Tant com chevaus peut rendre por esperon sentir,
Mervelleus cos se donent sor les escus vautis ;
Desor les boucles d’or les ont fraint et malmis,
Tant orent boins haubers que maille n’en rompi,
Mais les anstes brisierent des fors espiels brunis.
7540Par tel ravine corent li auferant de pris,
Si forment s’entre hurtent et de cors et de pis,
Des elmes et des ciés et des escus vautis,

Que li ceval les portent deus arpens et demi,
Ançois que tous li menres peust son frain tenir.
7545Et quant che vit Aiol[s], a me[r]velles li vint :
Il a traite l’espee, envers Rainier en vi(e)nt :
Mervelleus cop li done sor son elme bruni,
Que les flors et les pieres contreval abati ;
Tant par fu fors l’auberc ainc maille n’en rompi.
7550Et li caus fu molt grans, vers l’archon dessendi,
Le col de son ceval li a copé par mi.
Et Rainiers saut en piés qui doute le morir :
Mais Aiols s’i areste, qui le branc d’achier ti(e)nt.
Ja se fust bien vengiés del glouton de put lin,
7555Quant or(e) le secoururent cil del Roimorentin.
Gerelmes point et broche et son espiel brandi,
Devant sor son escu dan Haghenon feri,
Un provost de la terre qui gardoit le pais.
Onques toutes ses armes nel porent garantir
7560Que l’espiel ne li fache par mi le cors sentir :
Devant lui a la terre l’abati mort sovin ;
Et quant che voit Rainiers, a poi n’esrage vis.
Cil estoit ses parens et ses germains cousins :
« Gerelmes, » dist Renier[s], « mon cousin m’as ochis :
7565« Espargnier te voloie, or es mes anemis.
« Tu le comperas chier, se Dieu plaist et je vif ! »
Si home li amainent un auferrant de pris,
Et Rainiers monta sus, s’a un espiel saisi.
« Roimorentin ! » escrie, « chevalier, ferés i !
7570(f. 149)« Certes mar en iront li glouton de put lin. »

CLXXIX[179]

Quant Aiols li cortois vit lor force creue,
A ses compaignons dist parolle aper(e)ceue :
« Chi n’ert plus par les nos bataille maintenue :
« Nous ne somes que .vii., cascuns bronge vestue ;
7575« Plus en voi de .cc. en la voie batue. »
Onques des fieus Gerelme n’i ot raison tenue,

Ains brochent les destriers par mi la plainge herbue :
Cascuns abat le sien a la grant anste ague.
Antialmes point et broche, qui de ferir s’argue,
7580Et fiert .i. chevalier qui avoit a non Hue,
Que la targe del col li a frainte et fendue
Et la bronge del dos desmaillie et rompue.
Par mi outre le cors li a l’anste enbatue,
Que mort l’a abatu desor l’erbe menue :
7585« Outre ! glous, » dist Antialmes, « vostre fin est venue ! »
Quant l’entendi Rainiers, la color a perdue.
Il a dit a ses homes parolle aperceue :
« La mort de mon neveu te sera chier vendue,
« Car tu es mes hon liges, c’est verités seue,
7590« Et tes peres mes sers tout estrais par nature.
« Riches hons est d’avoir, amontés par usure :
« Mieus te venist tenir la soie noreture.
« Por che mestier aras si la goule estendue
« Che te sera avis que tu penges as nues.
7595— Bien ai, » che dist Antialmes, « ta raison entendue :
« Ançois que il soit jors ne l’aube parcreue,
« Vous i sera ma teste cierement desfendue. »

CLXXX[180]

Aiols atout les .vi. cevalce fierement
Tous les galos sor frains abandoneement :
7600« Signor, » che dist Antialme[s], « chevalciés sagement.
« Cascuns a boin destrier, je n’i voi nul sulent ;
« De lor .x. chevalier[s] avons pris vengement,
« N’en i a mais que .ix., jel sai bien vraiement.
« Chevalcons si près d’aus que voions lor talent.
7605« Ques poroit .i. petit eslongier de lor gent
(b)« Tant que cil fuisent mort et livré a torment,
« Ja puis ne douterons lor borgois de noient,
« Car des armes porter sont apris povrement ;
« Que chou est un[s] mestier[s] qu’il ne font pas sovent.

7610« Uns grans viés chastelés est .i. poi cha devant,
« Une tor i a gaste, descavee forment.
« S’ens nos i poons metre por avoir tensement,
« La nous porons desfendre assés et longement,
« Tant quel sara li rois u douche Franche apent :
7615« Ne quic que al secor[s] nel trovomes pas lent.
— Antialmes, » dist Aiol[s], « par le cors saint Climent !
« Tous jors vous truis de foi vers moi entirement,
« Et se Dieus nos en laisse partir a savement,
« Encor(e) vos en quic faire un si riche present,
7620« Dont essauchié seront trestout vostre parent. »

CLXXXI[181]

Cil del Roimorentin se paine[nt] d’encauchier.
Devant trestous les autres le trait a .i. archier
Revient poignant lor sire c’on apele Rainier.
A sa vois qu’il ot haute commencha a huchier :
7625« Aiols, quiver[s] traitre, Dieus te doinst encombrier !
« De la mort de mes freres te donrai le loier,
« C’a m’espee te quic le teste roengier. »
Quant l’entendi Aiol[s], le sens quide cangier.
A lui tira sa resne, si guenchi vers Rainier,
7630Et Rainier[s] contre lui, ne l’a pas resongié.
Ambedui s’entrevienent comme lupart irié,
Mervelleus cos se donent es escus de quartier,
Desor les boucles d’or les ont frains et perciés ;
Tant orent boins haubers, nes porent desmaillier :
7635As grans cos des vasaus et as fais des destriers
Et a lor roides anstes planees de pumier
Dont n’i ot il celui tant orgellous ne fier
C’a cel cop ne convienge tous les arçons vuidier.
Andoi furent vasal, s’i ressaillent en piés,
7640Et traient les espees dont li branc sont d’acier,
Grandismes cos se donent es escus de quartier,
(c)Que des hieumes se font les pieres jus glacier :

Ainques n’i remest piere ne facent deslachier.
Je qui que li damages en fust ja sor Rainier,
7645Quant si home i aceurent por le secor[s] aidier,
Plus furent de .iic. qu’a ceval que a pié.
Antialmes point et broche, li fiex a l’userier :
Devant sor son escu feri .i. chevalier :
Onques toutes ses armes ne li porent aidier
7650Que l’espiel ne li fache par mi le cors baingier,
Devant lui a la tere l’a jus mort trebucié.
Il a traite l’espee dont bien se sot aidier :
Si feri un borgois qu’en fist voler le cief.
Il encontre son pere sor .i. corant destrier.
7655Dameldé en jura, le verai justichier :
« Se ne fuissiés mes peres, ja presisse loier
« De vo grant traison a l’espee d’achier ! »
Cil de Roimorentin corurent tout irié :
Plus furent de .iic. qu’a ceval que a pié.
7660Qui dont veist Aiol son mautalent vengier,
Le grant espee çainte, son escu sor son cief,
Ramenbre[r] li peust de vaillant chevalier !
Tant forment l’ont grevé que il l’ont mis a pié,
Et Marchegai s’en fuit par le camp estraier[s].
7665Gerelmes le saisi par le resne a or mier.
La nuit i fust Aiols ochis et detrenciés,
Quant il et tout si fil le corurent aidier ;
Onques n’i ot celui qui n’abatist le sien.
Par forche li ramaine Gerelmes son destrier,
7670Et Aiols i monta li gentiex et li fier[s] ;
Puis s’en tornent ensamble et seré et rengié.
Antialmes les conduist tout .i. antieu sentier,
Mirabel aconsieut soz un arbre foillié
Qui molt avoit son cors pené et travellié.
7675Mais ançois qu’il s’en puisent ens en la tor ficier,
Avi(e)nt a nos barons mervellous encombrier[s].
Cel del Roimorentin i vinrent tout irié,