Ouvrir le menu principal

Académie des Sciences. Séance du 22 juillet 1878

ACADÉMIE DES SCIENCES
Séance du 22 juillet 1878. — Présidence de M. Fizeau.

Propriétés des dissolutions salines. — D’après M. Raoult, professeur de chimie, à la faculté des sciences de Grenoble, il existe un rapport simple entre la tension de vapeur et le point de congélation des dissolutions salines et la proportion atomique de sel que renferment ces mêmes dissolutions. C’est un nouveau cas de liaison des propriétés physiques des corps avec leurs caractères chimiques les plus intimes.

Nécrologie. — On apprendra avec un vif regret la perte que les sciences viennent de faire dans la personne de M. le marquis de Vibraye, correspondant de l’Académie, dont le nom restera attaché à tout un ensemble de découvertes importantes relatives à l’homme préhistorique.

Application de l’électricité à la conduite des machines à vapeur. — Nous avons dit précédemment comment M. le commandant Trêve arrive à mettre positivement la conduite de la machine à vapeur entre les mains de l’officier commandant un navire. Grâce à une disposition sur laquelle nous n’avons pas à revenir, il suffit à cet officier d’appuyer sur un bouton pour accélérer la marche du bâtiment ou pour la ralentir autant qu’il veut et jusqu’à zéro. M. Dupuis de Lôme s’est montré exactement favorable à cette belle invention, qui a reçu d’ailleurs la meilleure des consécrations puisqu’elle a été employée avec succès sur plusieurs vaisseaux de la flotte. Aujourd’hui, M. Trêve s’empresse de reconnaître que l’idée dont il a fait une si heureuse application n’était pas aussi originale qu’il le pensait. Dans un but d’ailleurs différent, M. Achard avait imaginé système analogue dont il est juste qu’on lui tienne compte.

Le ballon captif à vapeur. — C’est d’une manière tout à fait particulière que M. Dumas signale une brochure de M. Gaston Tissandier, enrichie de nombreux dessins de M. Albert Tissandier, et relative à la description de cette incomparable merveille, le ballon captif de M, Henry Giffard qui captive lui-même l’intérêt de tout Paris. À la brochure est joint un nombreux envoi de cartes d’invitations à pénétrer dans l’enceinte réservée autour du colosse et même à prendre place dans sa nacelle au moment des ascensions, et les académiciens se les partagent avec le plus vif empressement. Une heure plus tard, les heureux privilégiés qui, comme nous, sont admis à prendre part aux ascensions, s’élèvent à 420 mètres au-dessus de Paris en compagnie de nos savants les plus illustres dans tous les genres. On remarque tout d’abord M. Janssen qui est bien loin de son coup d’essai, comme on sait, puisqu’il est sorti, en ballon libre, de Paris investi, afin de prendre part aux observations d’une éclipse survenue pendant la guerre. On se montre aussi avec intérêt MM. Thénard, Boidey, Friedel, Milne Edwards, Paul Gervais, Bouquet et bien d’autres. Que dire du spectacle qui, d’en haut, se déroule sous nos pieds ? de ce panorama qui s’étend à 80 kilomètres en tous sens et qui transforme tout Paris en une délicieuse miniature en relief toute pleine de vie et de mouvement ? La sensation est tellement différente de tout ce qu’on éprouve, même des plus beaux points de vue des montagnes, et les termes de comparaison manquent si totalement qu’aucune description ne paraît pouvoir être tentée. M. Henry Giffard a su ajouter à toutes les merveilles dont Paris regorgeait déjà cette année, la plus grande de toutes ces merveilles.

Métal nouveau. — Sous le nom de mosandrum, M. Lawrence Smith annonce l’existence d’un certain minéral de la famille de la gadolinite, d’un nouveau métal analogue au cérium et au terbium, mais cependant très-évidemment différent. Nous n’avons d’ailleurs pas pu saisir avec certitude, après une simple audition, les caractères chimiques distinctifs de ce nouvel élément.

Galvanoplastie du cobalt. — À propos de la communication faite lundi dernier par M. Gaiffe, M. Edmond Becquerel rappelle, que dès 1862, il était arrivé dans des recherches qui lui étaient communes avec son père à des résultats absolument identiques.
Stanislas Meunier
.