Ouvrir le menu principal

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Les Conseils de Lise.


LES CONSEILS DE LISE


chanson


ADRESSÉE À M. J. LAFFITTE,
QUI M’AVAIT PROPOSÉ UN EMPLOI DANS SES BUREAUX POUR RÉPARER
LA PERTE DE MA PLACE À L’UNIVERSITÉ


1822


Air de la Treille de sincérité (Air noté )


                Lise à l’oreille
                    Me conseille ;
Cet oracle me dit tout bas :
Chantez, monsieur, n’écrivez pas. (bis.)

Un doux emploi pourrait vous plaire,
Me dit Lise ; mais songez bien,
Songez bien au poids du salaire,
Même chez un vrai citoyen. (bis.)
Rester pauvre vous est facile,
Quand l’Amour, afin de l’user,
Vient remonter ce luth fragile
Que Thémis a voulu briser.

                Lise à l’oreille
                    Me conseille ;
Cet oracle me dit tout bas :
Chantez, monsieur, n’écrivez pas.


Dans l’emploi qu’un ami vous offre,
Vous n’oseriez plus, vieil enfant,
Célébrer au bruit de son coffre
Les droits que sa vertu défend.
Vous croiriez voir à chaque rime
Les sots, doublement satisfaits,
De vos chansons lui faire un crime,
Vous en faire un de ses bienfaits.

                Lise à l’oreille
                    Me conseille ;
Cet oracle me dit tout bas :
Chantez, monsieur, n’écrivez pas.

Craignant alors la malveillance,
Vous ririez moins de ce baron,
Courtier de la Sainte-Alliance,
Qui des rois s’est fait le patron.
Dans les fonds de peur d’une crise,
Il veut que les Grecs soient déçus [1] ;
Pour avoir l’endos de Moïse,
On fait banqueroute à Jésus.

                Lise à l’oreille
                    Me conseille ;
Cet oracle me dit tout bas :
Chantez, monsieur, n’écrivez pas.

Votre muse en deviendrait folle,
Et croirait flatter en disant

Que sur la droite du pactole
Intrigue et ruse vont puisant ;
Tandis qu’une noble industrie
Puise à gauche, et de toute part [2]
Reverse à flots sur la patrie
Un or dont le pauvre a sa part.

                Lise à l’oreille
                    Me conseille ;
Cet oracle me dit tout bas :
Chantez, monsieur, n’écrivez pas.

Ainsi mon oracle m’inspire,
Puis ajoute ce dernier point :
Des distances l’amour peut rire ;
L’amitié n’en supporte point.
Riche de votre indépendance,
Chez Laffitte toujours fêté,
En trinquant avec l’opulence
Vous boirez à l’égalité.

                Lise à l’oreille
                    Me conseille ;
Cet oracle me dit tout bas :
Chantez, monsieur, n’écrivez pas.



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


LES CONSEILS DE LISE.

Air de la Treille de sincérité.
No 181.



\relative c'' {
  \time 6/8
  \key g \major
  \tempo "Allegretto."
  \autoBeamOff
  \set Score.tempoHideNote = ##t
    \tempo 4 = 120
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
\mark \markup { \musicglyph #"scripts.segno" }
\partial 4. b8 b b
  b4. \appoggiatura d16 c8 b a
  d[ (b)] g b b b
b4. \appoggiatura d16 c8 b a
  d4.~ d4 g8
  d e d c b a
  b4.~ b4 g'8
% {page actuelle}
d e d \appoggiatura d16 c8 b a 
  g4 r8^\markup { \italic fin. } \bar "||" b4 d8
  g,4 g8 \appoggiatura b16 a8 g a
b4 g8 d g fis
  e4 d8 g[ (a)] b
  a4. a8 a d
d8[ (cis)] b b[ (a)] g
  g4 fis8 a fis' d
  d4 (cis8) a fis' d
d4 (cis8) a b cis
  d[ (b)] g a4 a8
  d,4. c'8 c c 
a4 fis8 g4 b8
  d4 d8 c c c
  a4 fis8 g4 b8
  d4. d4 e8 
d b c d4 e8
  d[ (b)] g g g g
  g4 g8 b4 g8
  d4\fermata r8
\bar "||" \mark \markup { \musicglyph #"scripts.segno" }
}

\addlyrics {
Lise à l’o -- reil -- le
Me con -- seil -- le
Cet o -- ra -- cle me dit tout bas
Chan -- tez mon -- sieur n’é -- cri -- vez pas
Chan -- tez mon -- sieur n’é -- cri -- vez pas
Un doux em -- ploi pour -- rait vous plai -- re
Me dit Li -- se mais son -- gez bien
Son -- gez bien au poids du sa -- lai -- re
Mê -- me chez un vrai ci -- to -- yen
Mê -- me chez un vrai ci -- to -- yen
Res -- ter pau -- vre vous est fa -- ci -- le
Quand l’A -- mour a -- fin de l’u -- ser
Vient re -- mon -- ter ce luth fra -- gi -- le
Que Thé -- mis a vou -- lu bri -- ser.
}

Haut

  1. On n’osait alors secourir les Grecs, qui faisaient d’héroïques efforts pour recouvrer leur liberté.
  2. On sait ce qu’étaient la gauche et la droite de la Chambre à cette époque.