Ouvrir le menu principal

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Voyage Imaginaire.


LE VOYAGE IMAGINAIRE


1824


Air : Muse des bois et des accords champêtres (Air noté )


L’Automne accourt, et sur son aile humide
M’apporte encor de nouvelles douleurs.
Toujours souffrant, toujours pauvre et timide,
De ma gaîté je vois pâlir les fleurs.
Arrachez-moi des fanges de Lutèce ;
Sous un beau ciel mes yeux devaient s’ouvrir.
Tout jeune aussi, je rêvais à la Grèce ;
C’est là, c’est là que je voudrais mourir.

En vain faut-il qu’on me traduise Homère,
Oui, je fus Grec ; Pythagore a raison.
Sous Périclès j’eus Athènes pour mère ;
Je visitai Socrate en sa prison.
De Phidias j’encensai les merveilles ;
De l’Ilissus j’ai vu les bords fleurir.
J’ai sur l’Hymète éveillé les abeilles ;
C’est là, c’est là que je voudrais mourir.

Dieux ! qu’un seul jour, éblouissant ma vue,
Ce beau soleil me réchauffe le cœur !

La Liberté, que de loin je salue,
Me crie : Accours, Thrasybule est vainqueur.
Partons ! partons ! la barque est préparée.
Mer, en ton sein garde-moi de périr.
Laisse ma Muse aborder au Pirée ;
C’est là, c’est là que je voudrais mourir.

Il est bien doux le ciel de l’Italie,
Mais l’esclavage en obscurcit l’azur.
Vogue plus loin, nocher, je t’en supplie ;
Vogue où là-bas renaît un jour si pur.
Quels sont ces flots ? quel est ce roc sauvage ?
Quel sol brillant à mes yeux vient s’offrir ?
La tyrannie expire sur la plage ;
C’est là, c’est là que je voudrais mourir.

Daignez au port accueillir un barbare,
Vierges d’Athène ; encouragez ma voix.
Pour vos climats je quitte un ciel avare
Où le génie est l’esclave des rois.
Sauvez ma lyre, elle est persécutée ;
Et, si mes chants pouvaient vous attendrir,
Mêlez ma cendre aux cendres de Tyrtée :
Sous ce beau ciel je suis venu mourir.



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


LE VOYAGE IMAGINAIRE.

Air : Muse des bois et des plaisirs champêtres.
No 223.



\relative c'' {
  \time 3/8
  \key d \major
  \tempo "Andante legato."
  \autoBeamOff
  \set Score.tempoHideNote = ##t
    \tempo 4 = 100
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
fis,8 a d | cis a g | fis a d | cis4 cis8
d a fis | fis e fis | g a g | fis4. | fis8 a d
cis a g | fis a d | cis4 cis8 | b b b | d d d | b cis b
a4 r8 | a b a | g a g | fis g fis | fis4 e8 | a b a
g a g | fis a fis | e4.\fermata | fis8 a d | cis a g | fis a d
cis4 cis8 | d a fis | fis8 e fis | g a g | fis4.
d'16[ (fis)] e[ (d)] cis[ (d)] | b8 d b | a16.[ (g32)] fis8 e | d4. \bar "||"
}

\addlyrics {
L’au -- tomne ac -- court et sur son aile hu -- mi -- de
M’ap -- porte e -- ncor de nou -- vel -- les dou -- leurs
Tou -- jours souf -- frant tou -- jours pauvre et ti -- mi -- de
De ma gaî -- té je vois pâ -- lir les fleurs
Ar -- ra -- chez- moi des fan -- ges de Lu -- tè -- ce
Sous un beau ciel mes yeux de -- vaient s’ou -- vrir
Tout jeune aus -- si je rê -- vais à la Grè -- ce
C’est là c’est là que je vou -- drais mou -- rir
C’est là c’est là que je vou -- drais mou -- rir.
}

Haut