Ouvrir le menu principal

Visites pastorales de Monseigneur Antoine Godeau en 1663-1664

, évêque de Vence
Texte établi par Archives départementales des Alpes-Maritimes,  (p. 1-96).

G 1233

VilleneuveModifier

Du 22 avril 1663

Visite du lieu de Villeneufve

Nous Antoine Godeau par la grace de Dieu et du Sainct Siege appostolique evesque et seigneur temporel de Vence, conseiller du Roy en ses conseils d’estat et privé scavoir faisons que ce jourd’huy vingt deuxiesme du mois d’avril annee presante mil six cens soixante trois jour du sainct dimanche sommes partis de nostre palais episcopal dud. Vence en compagnie de messire Jean Thorenc nostre aumosnier greffier et autres de nostre suite pour aller au lieu de Villeneufve y faire nostre visite, donner le sacrement de confirmation et prouvoir[1] aux autres besoins et necessités de lad. paroisse et estants arrivés au devant de la porte du chasteau seigneurial dud. lieu sur l’heure de sept de matin aurions eu en rencontre messire Arnoux Sauvan viquere les Srs baile consuls et quelques apparens dud. lieu, lesquels appres nous avoir salué nous auroient[2] accompagn[é] jusques à la maison claustralle que nous avons prins pour nostre logis. Et appres nous estre reposés un petit espace de temps, nous serions revesteu de nostre rochet et caimailh et acheminés vers lad. paroisse. Et estans arrivés à la porte de l’eglise y aurions teuvé[3] lesd. bailé et consuls avec le dais et led. sieur viquere revesteu de l’haube, estole et pluvial, qu’ils nous y attendoint. Et nous estant mis au dessoubs le dais, led. viquere nous auroit donné de l’heau beniste, de l’ensans et presanté la croix à baiser. Et ayant enthoné l’entiene[4]Sacerdox et pontifex, serions acheminés vers le maistre authel processionnellement, où arrivés appres y avoir faict nostre oraison et prieres accoustumées avons donné la benediction au peuple et faict l’absolution generalle pour les morts tant dans lad. eglise que cimetiere. joignant icelle, et en suite nous estant revesteu de nos habits sacerdotaux par l’ayde de nostredict aumosnier aurions celebré la saincte messe appres laquelle aurions preché au peuple luy faisant scavoir le subjet de nostre visite et ce faict, nous serions retirés dans lad. maison dudict sieur viquere accompagné desd. baile consuls et particuliers plus apparens dud. lieu auxquels aurions dict que s’ils avoint quelque plainte à nous faire touchant les ecclesiastiques ou le service divin de nous le faire scavoir affin d’y prouvoir et appres nous avoir tous humblement remercié, se seroint retirés.

Dud. jour environ une heure appres midi nous nous serions dabondant transportés dans lad. paroisse où tout le peuple estoit assemblé et appres leur avoir faict une exhortation affin de se preparer à recevoir dignement le sacrement de confirmation, nous aurions donné led. sacrement de confirmation à tous ceux qui se sont presantés et qu’avons teuvé capable, et ce faict avons visité le tres sainct sacrement de l’autel qui repose dans le tabernacle dans un ciboire dont le pied est de cuiuvre et la coupe d’argent avons teuvé [sic pour trouvé] dans led. tabernacle un soleil d’argent qui sert lors qu’on expose le St Sacrement en evidence, deux calices et ses pataines argent six chandeliers louton pour le metre autel et autres ornements enoncees au verbal de nostre derniere visite de l’année mil six cens cinquante cinq et la trantiesme mars. Nous a represanté par les sieurs consuls que par nostre derniere santance de visite aurions condemné tant le Sr prieur primitif que vicaire dud. lieu de prouvoir a des ornemens necesseres pour la celebration du service divin et beaucoup d’autres menues reparations qui estoit [fin raturée] necessaire de faire dans lad. paroisse sans néantmoings que lad. santance soit esté executé en aucune de ses choses n’ayant faict le Sr sacristain prieur primitif qu’une chesuble de tafetas blanc et une aube * et d’ailheurs que la voute de la sacristie de ladite eglise vient en ruine le couvert tout gasté et le clocher qui menace aussi ruine par moyen d’une chapelle quy a esté faicte au dessoubs par Me Varages notaire ayant afoibli grandement les murailles et par ainsin nous requierent tres humblement vouloir ordonner que nostre derniere sentence de visite sera exécutée et que tant la voute de la sacristie couvert. Et clocher de lad. paroisse sera reparé pour esviter qu’icelle ne viene en ruine et qu’il sera encore [mot barré] prouveu [sic pour pourvu] des autres ornemens pardessus ceux qu’avions ordonné par nostred. visite estre faictes attendeu que despuis icelle iceluy se font feustrees et se teuvent la plus part deschirés sans qu’on s’en puisse servir ; Et de plus nous requierent attendeu que lad. paroisse a demeuré despuis trois ans sans secondaire que le Sr sacristain prieur primitif soit condemnée au payement des gages quy auroit esté obligé de donner au secondaire pendent led. temps. et le tout employé avec reparations de lad. eglise, et en outre quy leur soit proveu[5] d’un predicateur pour precher la parole de Dieu en temps de Caresme puis que la dixme que ledit sieur sacristain persoit aud. lieu est fort considerable pour pouvoir estre proveu dud. predicateur ainsin qu’a esté faict a des autres paroises du diocese ou le dixme n'estoit pas de si grande considera[ti]on.

Raibaud [con]sul.

Comme aussi led. messire Arnoux Sauvan viquere nous a remonstré qu’a nostre precedante visite il avoit supporté comme il supporte en celle ici tous les fraix d’icelle nous req[ueran]t tres humble[men]t de vouloir ordonner que le Sr prieur prebandé de ce lieu sera condemné pour sa part touchant et a proportion, nous requiert aussi de condemner led. Sr prieur du louage de la maison d'habit[ati]on qu'il a habitée despuis douze ans qu'il est ici et a l’advenir pour son tiers seule[men]t et acte.

A. Sauvan vi[quere] de Ville[neuve]

Ordonnance pour la parroisse de VilleneuveModifier

Nous evesque provoyant aux besoins et necessites de lad. paroisse Et ayant esgardé à la requisition desd. consuls avons confirmé nostre précédante santance de visite et ordonné que ce qui reste à faire sera executé selon sa forme et teneur ; quil sera achepté un missel et un rituel par led. viquere et à ses despens dans un mois, lequel passé les avons interdicte ; sera achepté des cremieres et le calice d’argent quy est fendeu sera racomodé et sera faict un garderrobe pour y conserver les ornemens dans trois mois, le tout aux despens du prebandé et viquere scavoir les deux tiers par led. prebandé et l’autre tiers par led. viquere a proportion et cependent interdict led. calice, avons encore interdict l’autel Saint Pol, et que celluy de St Anne[6] sera reaussé et faict un marchepied de bois et jusques à ce l’avons interdict, sera faict un dais aux depens de lad. communauté, le couvert de l’eglise, la sacristie et clocher attendeu le peril eminent de ruine seront racomodés dans deux mois les deux tiers aux despens de ladite communauté et l’autre tiers aux despens dudit prebandé et viquere à proportion. 1° Le cimetière sera fermé aux despens de ladite communauté dans un mois autrement. L’avons interdict conformement avons ordonné par nostre derniere sentence de visite et pour le regard de la demande faicte par lesdits consuls à sondit comparent pour le remboursement des gages du secondaire pendent trois années qu’ils/z disent ni en avoir point eu dans ladite paroisse pour estre appliqués en reparations et de l’establissement du predicateur avons pour renvoyé les parties en jugement. Comme aussi pour la restitution de la v/rente de la maison demandée par ledit viquere pour contre du Sieur prebandé pour leur estre faict droit et en ce qui est des fraix de nostre visite, avons confirmé nostre derniere santance de visite faicte sur le chefe.

Antoine Evesque de Vence

1° à l’exclusion du couvert du thoist de ladite eglise auquel La Communauté n’y contribuera en rien le tout par provision X les deux tiers.

Antoine Evesque de Vence

Du vingt deux avril mil six cens soixante trois la susd. santance de visite a este leue et publiée par moy Gref soub[signée] auxd. Mre Sauvan viquere me Frederic Raibaud et antoine Gausard Consuls dud. Villeneufve A Sauvan, vi[quere] de Ville[neuve]qui nappr[ecie/ouve] point lad. santence

Raibaud [con]sul

[?]

Deguignes, gref[fier]

Boion[7]Modifier

Du 2 7bre[8] 1664

Visite du lieu de BoyonModifier

Nous Antoine Godeau par la grace de dieu et du St Siege ap[osto]lique evesque et seigneur temporel de Vence conseiller du du Roy en ses Conseils d'Estat et privé scavoir faisons que le second du presant mois de septembre année presante mil six cens soixante quatre serions partis de nostre palais episcopal dud. Vence en Compagnie de messire Jean Thorenc nostre aumosnier nre Greffier et autres de nostre suite pour aller au lieu du broc et autres lieux de nostre diocese achever n[ot]re visite que nous avions commancée l'année derniere mil six cens soixante trois et arrivés aud. broc appres nous y estre reposes quelques jours en serions partis ce Jourdhuy neuf dud. mois de septembre en compagnie que dessus pour venir au p[rese]nt lieu de boyon faire nostred. visite donner le sacrement de confirma[ti]on et prouvoir aux autres besoins et necessites de la parroisse. Et arrivés aud. lieu sur les trois heures appres midy aurions vu et rencontre sur la porte de la ville mess[ir]es Honnore Ruffi prieur les Srs baillé consuls et autres plus apparents dud. Lieu suivis de quantité d’autre peuple lesquels appres nous avoir salué ils nous auroint accompagnés dans la maison dud. prieur que avons prinse pour nostre logis. Et appres nous y estre reposés un petit espace de temps aurions esté revesteu par nostre ausmonier du rochet et camail et nous serions acheminés vers lad. paroisse. Et arrivés à la porte d’icelle y aurions teuvé[9] lesd. Sr prieur baille consuls et autres apparents que nous y attendoint avec le dais et led. Sr prieur revesteu de l’aube estolle et pluvial nous auroit presanté la crois à baiser. Et appres nous nous serions mis dessous le dais et entré processionnellement dans lad. paroisse en chantant l’entiene Sacerdox et pontifex et arrivés au maistre authel appres y avoir faict nostre oraison et prieres accoustumées avons donné la benediction au peuple et faict l’absolution generalle pour les morts tant dans lad. eglise que cimetiere joignant icelle, et ce faict, serions reantrés dans lad. eglise et visité le tres St Sacrement que nous avons teuvé au pied du metre authel, lequel repose dans un ciboire d’argent y ayant encore teuvé une custode de louton dorée sans verre de laquelle l’on se sert lors qu’on met le St Sacrement en évidence, et encore aurions visité les fons baptismaux et appres avoir faict scavoir au peuple de se retirer le soir dans lad. eglise pour estre instruite pas nostre aumosnier sur le subjet du sacrement de confirmation que nous debvions donner le lendemain aux garçons et aux filles et en la disposition quil faloit estre pour dignement le recevoir, nous serions retirés dans lad. maison claustrale. Et advenant le lendemain dixiesme dud. mois de septembre, jour et feste de st Veran patron de nostre église cathedrale[10], nous serions transportés dans lad. paroisse ou arrivés aurions esté revesteu de nos habits pontificaux par nostre aumosnier et celebré la saincte messe au maistre authel de lad. paroisse et en appres aurions preché au peuple quy y estoit tout assemblé lui/y ayant faict scavoir que led.jour sur l’heure d'une appres midi/y nous donnerions le sacrement de confirmation les exhortant de se bien preparer et en estat de le recevoir dignement et ce faict nous serions retirés dans lad. maison Claustralle dans laquelle aurions faict venir lesd. consuls de Boyon en faict scavoir à iceux que nous n'estions pas non seullement veneus aud. lieu pour y donner le Sacrement de confirmation mais encore pour prouvoir aux besoins et necessités de lad. paroisse et si le service estoit bien faict Dans icelle les admonestant de nous faire Scavoir s’ils ont quelque plainte à nous faire contre et leur prieur affin d'i/y prouvoir lesquels appres nous avoir tres humblement remercié, ils nous ont remonstré que par nostre derniere santance de visite faicte en l’année mil six cens cinquante quatre Et le treize du mois de septembre aurions ordonné que led. messire Ruffi prieur feroit metre un verre à la custode de laquelle on se sert pour exposer le St Sacrement qu’il achepteroit une per chandeliers louton pour le metre authel et une croix de boys doré et fairoit racomoder le calice affin qu’il ne branlast, lequel calice il justiffieroit lui avoir este légué par le feu Sr prieur son oncle et jusques à ce qu’icelluy appartiendroit à lad. paroisse. Et encores que le Sr prieur fairoit apparoir par quittances et autres pruves[11] ce qu’il avoit fourni pour la reparation de l’eglise pour estre comparee avec ce qui est obligé de fournir de droit ou avec ce qu’il avoit promis de donner pour led. bastiment, ayant en outre desfendeu au Sr prieur de faire la cuillete du dixme du vin par soy mesme mais bien de commetre une personne de probité pour lever lad. dixme de vin et se servir des mesures de la Communauté et non d’autres. Et quoy qu’il deubst satisfaire au contenu de lad. santance, il ny a point satisfaict puis quil n’a ny faict metre le verre à la custode, achepté les chandelliers, la croix de bois doré ni/y moing pruvé le calice lui avoir esté legué par son feu oncle moins encore justiffié lesd. fourniteures par luy prethendues faictes en la reparation et [sic] bastiment de lad. eglise ne se servant non plus des mesures ordineres de la communauté pour faire la cuillete du dixme de vin ains d’autres laquelle cuillete il la faict lui mesme quoi qu’il deubst et est obligé de la faire faire par autre personne, c’est pourquoi ils nous ont tous humblement requis en confirmant nostre derniere santance de visite qu’il soit condemné de faire ce quil est obligé par icelle dans quinzeine et a leur paier la troisiesme partie des fraix qui ont esté faicts a la reparation de l’eglise et le calice y enoncé apartenie [sic pour apartiene] à lad. paroisse de plain droict faute d’avoir faict la preuve portée par nostre dicte santance, et deffences a lui de se servir d’autres mesure à la cuillete du dixme du vin que de celles de la comm[unau]té et lui de faire lad. cuillete ains [12] la faire faire par autre personne de probité et finallem[en]t qu’il soit obligé de faire le service en la chapelle Nostre Dame du St Rosaire sans en pouvoir prethendre aucun payem[en]t attendeu qu’elle n’a aucunes rentes et acte

Bertomairon Fouquo

Claudio Barnoino sindici

Au contrere led. messire messire Ruffi, prieur, dict qu’il est prest a satisfaire à ce que nous avons ordonné par nostre derniere santance de visite pour ce qui le regarde et qui se teuve [‘’sic’’] à faire mais aussi lesd. consuls doibvent satisfaire de leur costé puis qu’ils n’ont faict faire ni le marchepied au metre authel, le confessionnal et chassis aux fenestres qui est tous importants puisqu’on ne scauroit celebrer la Ste messe quand il faict du vent quy estainct les chandelles et le plus souvant la lampe, et quand a la preuve [?] qui est obligé de faire Il requiert encore un delay pour y pouvoir satisfaire, Et pour ce qui regarde le service qu'on voudroit l’obliger de faire en la chapelle de nostre dame du St Rosaire Il offre de la faire estant payé et non autrem[en]t.

Et pour les mesures pour le dixme du vin que lesd. consuls se plaignent led. Sr prieur Il n'a jamais prethendeu de se servir d’autres mesures que des mesures ordineres de la Com[munau]té mais aussi les particuliers doibvent l'advertir quand Ils cuvent leur vin pour prendre son droict et non point luy donner ce qui leur plaict, adjouste encore que la Comm[unau]te bien loin de demander le rembource[men]t d'aucune repar[ati]on faicte pour le bastiment de leglise au contrere cest lesd. consuls qui doibvent le rembourcer de quatre cens ou environ de livres quil a depencées pour la repar[ati]on de la maison claustrale qui estoit inhabitable a laquelle despence lesd. Consuls et Comm[unau]té y estoient obligés de droit Ruffi prieur Et adveneu l’heure d’une appres midy nous evesque nous serions dabondant transportés dans lad. parroisse ou tout le peuple estoit assemblé et appres leur avoir faict une petite exhortation aurions donné le sacrement de confirmation tant aux garçons que aux filles et que nous avons teuvés capables de le recevoir. Avons encore visité les ornements de lad. parroisse, et pardessus ceux contenus en nostre derniere santance de visite avons truvé[13] avoir este faict une aube, et une chesuble[14] tafetas fleuri incarné et blanc.

Ordonnance pour la parroisse de Boyon[15]

Nous evesque en provoyant aux necessités de lad. paroisse avons ordonné que conformement à nostre precedante santance de visite que premierement sera faict un marchepied de bois au metre authel dans quinzaine lequel temps passé l’avons interdict et deffendons au prieur d’y celebrer la Ste messe, plus sera faict un confessional decent et honneste et seront mis des chassis aux fenestres de lad. eglise dans un mois, le tout aux despens des consuls ; et par led. prieur la custode où l’on expose le St Sacrement sera racomodée et mis des verres en icelle dans ung mois lequel passé l’avons interdicte et deffendons aud. prieur de s’en servir sous paine d’interdiction, seront par lui acheptés deux chandeliers louton[16] pour le metre authel[17] et un ensensoir avec sa navete et cuilliere de louton[18] ;

et une lampe de louton decente et honeste plus faira faire ung bang pour luy servir a s’assoir lors qu’il celebre l’office divin. Antoine Evesque de Vence ;

et une croix de bois doré dans deux mois. En outre la chere sera racomodée et faict une brande dans la sacristie quy servira de séparation d’un costé pour y metre les coffres dans lesquels on serre les chesubles linges et autres ornemens de l’église, et de l’autre pour servir au prestre quand il s’abille pour dire la Ste messe. Comme aussi sera faict une muraille à travers de la place quy est au devant la porte de l’eglise au dessus de la plus haute pour fermer le cimetiere et deffendons d’y enterrer personne puis lad. muraille en bas le tout avec despens de la communauté. Ordonnons aux luminiers quy gardent les ornemens de donner au prieur les chasubles de la coleur du jour ordonnée par l’eglise auquel nous deffendons de dire la Ste messe autrement, et pour le regard de la demande faicte par les consuls sur la qualité des mesures dont ils se plaignent ordonne que les parties se prouvoiront pardevant quy s’appartient. Et deffendons au prieur de faire la cuilete du dixme du vin par soy mesme mais bien de commetre une personne de probité pour led. dixme comme aussi satisfaira à nostred. santance de visite par laquelle il y est enjoint. de faire apparoir le calice luy avoir esté legué par feu son oncle et ce dans deux mois et jusques à ce que cella soit faict. Il appartiendra à lad. paroisse, et pour le regard de la demande faicte par lesd. consuls pour la contribution qu’ils prethendent que led. prieur face pour l’agrandissement de l’église, icelluy faira apparoir par quittances et autres preuves ce qu’il a fourni pour lad. reparation pour estre compéré avec ce qu’il est obligé de fournir de droict, et avec le(s)d. reparations par luy faictes dans la maison claustrale pour la commodité de son habitation s’il y eschoit, ordonnons aux luminiers du St Sacrement du St Rosaire et de St Trophime de tenir en livre ou ils escripront les censes et services deubs à icelles et les aumosnes qu’ils recepvront par issue et descharqement comme aussi de rende compte tous les ans pardevant lesdits Srs bailé consuls et autres que de droit et seront changés de trois en trois ans*[19] ; comme encore avons ordonné aud. prieur de se servir des chandelles en la celebration de la Ste messe de la grosseur portée par l'ord[onnan]ce de n[ost]re dernier sinode et soubs les peines portées par icelle, et pour le regard du service du St Rosaire les luminiers sont admonetés [sic] de continuer a faire aud. prieur l'aumosne qu'ils ont accoustumé[20] et leur deffendons de prester à l'avenir l'huile blé et argent argent aux particuliers, lesquelles choses seront employées a la repar[ati]on des chapelles desd. lumineres et se fairont paier de ce qui est deub auxd. lumineres.

Antoine E[vesque] de Vence

Publiée la susd. santance par moy greffier soubsigné à messire Honnoré Ruffi prieur qui n'a rien dict, et à Barthellemi Fouques et Claude Barnoin consuls qui ont dict qu'ils en advertiront leur conseil et a ete faict aud. Boion[21] dans la maison claustrale le dixiesme septembre mil six cens soixante quatre.

Ruffi prieur

Ottavi Berenguier baille, Bertomairon Fouque sindico

Claude Barnoino sindico

Déguigues gref[fier]

CoursegoulesModifier

Du 13 7bre[22] 1664

Visite du lieu de Coursegoulles

Nous Antoine Godeau par la grace de dieu et du Saint Siege app[osto]lique evesque et seigneur temporel de Vence, conseiller du Roy en ses conseils d'estat et privé scavoir faisons nous que ce jourd'hui treziesme du presant moy de septembre annee presante mil six cens soixante quatre serions partis du lieu du Broc sur l’heure du midi (pour aller au lieu de Coursegoules faire nostre visite y donner le sacrement de confirmation et prouvoir aux autres necessités de la paroisse) en compagnie de messire Jean Thorenc nostre aumosnier greffier et autre de nostre suite ou arrivés proche dudit lieu et a l’endroict de la chapelle des penitens dudit Coursegoulles aurions eu en rencontre messire Antoine de Cormis, viquere, les baile, consuls et autres particuliers plus apparerents dudit lieu lesquels appres nous avoir salué ils nous auroient accompaigné jusques a la maison claustrale qu’aurions prinse pour nostre logis, et appres nous y estre reposés un petit espace de temps aurions esté revesteu par nostre aumosnier du rochet et camail et en suite acheminés pour aller dans ladite paroisse et estants arrivés à la porte d’icelle y aurions teuvé [23] ledit Sr viquere revesteu de ses habits sacerdotaux lesdit baile et consuls que nous y attendoint avec le dais accompagnés d’une grande multitude de peuple et nous ayant ledit viquere donné de l’encens et la croix a baiser nous serions mis dessous le dais et entrés processionnellement dans lad. paroisse ou arrivés au metre autel d’icelle appres y avoir faict nos prieres et oraisons accoustumees aurions esté revesteus de nos habits pontifficaux par nostredict aumosnier, et appres avoir donné la benediction au peuple, aurions faict l’absolution generale pour les morts, tant dans ladite eglise que simetiere joignant icelle ; et ce faict aurions visité le tres saint sacrement de l’autel qu’aurions truvé reposer au pied dudit authel dans un ciboire d’argent, et encore aurions visité la custode qu’on se sert quand on expose le St Sacrement qu’avons truvé tout a fect indecente ; en outre avons visité quelques reliques qu’avons truvée dans une petite caisse de bois doré sans aucun escriteau ; avons visité encore les Stes huiles des fons baptismaux et generallement toute l’eglise qu’avons teuvée despuis nostre derniere visite toute embelie estant bien blanchie et augmantée de deux ailes qui est a main droicte en entrant du costé de l’authel Nostre Dame du Rosaire aux despens de la communauté fors de cent cinquante livres que le Sr viquere et prebandé ont fourni, et pour l’autre aile qui est a costé gauche en entrant a esté faicte aux fraix et despens du sieur chanoine Niel prebandé, et aiant en outre visité les ornemens de lad. eglise avons truvé[24] y avoir pardessus ceux enoncé(s)s en nostre derniere visite scavoir deux aubes thoile de Rouan[25] avec leurs amites[26] et courdons, deux chesubles camelot une violete et l’autre verte et une chape noire de camelot avec du passeman Et le lendemain quatorziesme dud. mois de septembre nous serions transportés dans ladite paroisse, et appres y avoir celebré la Ste messe au maistre autel d’icelle Aurions preché au peuple, luy faisant scavoir que led. jour, sur les(d.) deux heures appres midi nous donnerions le sacrement de confirmation à tous ceux que nous teuverions capables et dans la disposition de le pouvoir recevoir, les exhortant de s’y preparer.

Et adveneu l’heure de deux appres midi, nousd., evesque se serions dabondant transportés dans ladicte eglise où tout le peuple estoit assemblé et apprès l[e]ur avoir faict une petite ex[h]ortation aurions donné le sacrement de confirmation à tous ceux qui se sont presantés et que avons teuvé[s] capables et disposés de le pouvoir dignement recevoir. Et ce faict, nous nous serions retirés dans ladicte maison claustrale dans laquelle nous aurions peu de temps appres mandé prendre les consuls dudit lieu, auxquels leur aurions dict de nous faire scavoir si le divin service estoit bien et debuement[27] faict dans ladicte paroisse et s’ils avoient quelque plainte à nous faire soit contre de leur viquere ou prestre servant dans ladite paroisse de nous en donner la connoissance affin d’y prourvoir, lesquels nous ont dict qu’ils estoient fors satisfaits de leur viquere et son curé contre desquels ils n’avoient rien à dire. Et ayant interrogé led. viquere sous quel tiltre estoit sa paroisse, quelles confreries y avoit[28], combien d’ames de communion, si tous les paroissiens avoient faict leur devoir à la Pasques dernieres et s’il y avoit point d’heretiques ou huguenos de nous le faire scavoir

Lequel nous a respondeu que sa paroisse estoit sous le tiltre de Ste Marie Magdalaine, qu’il y avoit d’ames de comm[un]ion mesme nombre descript en nostre derniere visite, que tous ses paroissiens avoient faict leur devoir à Pasques, qu’il y avoit la confrairie du tres St Sacrement et Nostre Dame du St Rosaire, les marguailliers desquelles rendoient compte tous les ans pardevant lui, les consuls ou l'un[29] d’iceux appellés et qu’il n’y avoit autres huguenots que deux freres appellés Isnards. Le mesme jour sur les quatre heures appres midi nousd. evesque avons esté encore visiter la chapelle des penitens et hospital dudit lieu et cy appres nous sommes retirés dans lad. maison claustralle

Ordonnance pour la parroisse de Coursegoules

Nous evesque cy[30] declarant en avoir esté entierement satisfaict par les Srs viquere et prebandé à nostre derniere santence de visite à l’exception de la custode pour exposer le tres saint sacrement, avons ordonné qu’il sera achepté un soleil du prix de nonante livres desquelles en sera payé par les marguailliers du St sacrement trante livres attendeu qu’ils ont de quoy en main pour ce faire, et les soixante livres restantes seront fournies par le Sr viquere et prebandé dud. lieu à proportion, et ce dans trois mois prochains, et en outre sera faict deux confessionaux aux despens de la communauté dans deux mois, que le quatriesme autel qui est à main droicte en entrant où est l’image Nostre dame sera abbatu et l’office d’icelluy transferé à l’authel du saint Rosaire sera faict une Gorge au thoit du costé de la chapelle de St Joseph aux despens de lad. comm[unau]te attendeu que l’eau vient du costé de la maison de [?] ville et gaste la muraille, que les Recteur de l'hospital rendront compte tous les ans pardevant le Sr viquere consuls et autres qui de droit

Antoine E[veque]. de Vence

Publié la susd. santance par moy greffie soub[sig]né aux Srs viquere dud. Coursegoules en absance du Sr chanoine Niel prebandé lequel a acquiassé et a Jacques merle [?] et Pierre Lions consuls lesquels ont dict qu'il en advertiront leur conseil et a eté faict aud. Coursegoulles et dans la maison claustrale le quinziesme septembre mil six cens soixante quatre

A Decormis [...]

Greolieres BassesModifier

Du 15 7bre 1664

Visite de Greollieres basses

Nous Antoine Godeau par la grace de dieu et du saint siege apostolique evesque et seigneur temporel de Vence conseiller du Roy en ses conseils d’estat et privé scavoir faisons nous que ce jourd’huy quinziesme du presant mois de septembre année presante mil six cens soixante quatre appres avoir faict nostre visite en la paroisse du lieu de Coursegoulles serions despartis dud. lieu led. jour sur lheure de deux appres midy pour aler au lieu de Greollieres y faire aussi nostre visite y donner le sacrement de confirmation et prouvoir aux autres besoins et necessités de lad. paroisse en compagnie de messire Jean Thorenc prestre nostre aumosnier nostre greffier et autres de nostre suite où arrivés proche la porte dud. lieu de Greollieres nous aurions eu en rencontre messire Estiene de Vaucrous [?] viquere, les sieurs bailé consuls et autres plus aparens dud. lieu lesquels appres nous avoir salué ils nous auroient accompaigné dans la maison claustralle dans laquelle si seroit aussi teuvé[31] messire Raphel Ollive chanoine theologal en nostre eglise cathedrale un des prebandé dud. lieu pour nous y recevoir et appres nous y estre reposé un petit espace de temps aurions esté revesteu par nostre aumosnier du rochet et camail et en suite nous estant acheminés pour aler dans lad. paroisse, arrivés a la porte d'icelle y aurions teuvé ledit mess[i]re de Vaucrous viquere revesteu de ses habits sacerdotaux, lesd. bailé consuls accompagnés d'une grande multitude de peuple que nous y attendoint, et nous ayant led. viquere donné de l'encens et pr[ese]nté la croix a baiser nous nous serions mis dessous le dais avec lequel lesd. consuls nous attendoient, et ayant led. viquere enthonné l'entiene Sacerdox[32] et pontifex serions entrés processionelle[men]t dans lad. eglise et arrivés au maistre authel d'icelle appres y avoir faict nostre priere et oraison aurions donné la benediction au peuple et faict l'absolution generalle pour les morts tant dans lad. eglise que son cimetiere joignant, et en appres aurions visité le tres St Sacrement qu'avons truvé reposer dans le tabernacle et dans un ciboire d'argent, ayant encore visité la custode pour deposer le St Sacrem[en]t, ayant le pied de louton[33] doré garnie de verre avec des petites colonnes d'argent, ayant encore visité les Stes huiles les fons baptismaux et ornementz de lad. eglise y en ayant truvé pardessus ceux contenus en nostre derniere santance de visite de l'année mil six cens cinquante quatre (nouvellem[en]t faicts scavoir Et advenant le lendemain seziesme dudit mois de septembre nousd. evesque nous serions transportés dans ladite paroisse où tout le peuple estoit assemblé et appres y avoir celebré la Sainte messe aurions preché. Et faict scavoir que leq ledit jour à une heure appres midi nous donnerions le sacrement de confirmation.

Et adveneu l’heure d’une appres midi nous evesque nous serions transportés dans ladite eglise et appres avoir faict une exhortation au peuple qui/y estoit assemblé dans icelle et à ceux qui debvoint recevoir le sacrement de Confirmation aurions donné ledict sacrement de confirmation à tous ceux et celles qui se sont présantés et que avons truvés capables et en estat de le recevoir. Et ce faict nous serions retirés dans ladite maison claustralle ayant peu appres mandé prendre les consuls auxquels aurions dict s’ils estoint satisfaicts de leur viquere et curé si le service estoit bien et débuement faict dans ladite paroisse. Et s'ils avoint quelque plainte à nous faire contre deux de nous le dire et declarer affin d'y prouvoir[34], lesquels nous ont dict qu'ils ont satisfaict entierem[en]t a la santance de nostre derniere visite mais que la plus part des choses qui devoint estre faictes n'ont point esté exécutée, come est la lampe qui doibt brulee devant le St Sacrem[en]t, un marchepied de bois au metre authel, un devant d'authel blanc, un chesuble violet, deux croix de bois doré, un te igitur, un graduel, trois napes, que la garde robe pour servir les ornemens n'est point faicte ni le chassis de thoile aux fenestres et en outre que la conmm[unau]té a faict racomoder les cloches en quoi lesd. viqueres et prebandés doivent contribuer le tiers et auquel ont esté condemnés par santance de monsieur le lieutenant royal et par ainsin nous ont requis conform[emen]t à nostreedicte santance de visite qu'ils ayent à satisfaire aux choses susd. veu mesme qu'ils y ont esté condemnés par arrest de nosseigneurs de la cour et acte royal comme encores nous requierent que le Sr viquere soit obligé conform[emen]t à nostre santance de visite de dire et celebrer ou faire dire par son secondaire tous les jours à l'aube une messe basse pour la com[m]odité des travailleurs et que tous les lundis de chasque semaine soit dict suivant la coustume une haute messe des morts et qu'ils aient ensemble a satisfaire a toutes les autres choses contenues en lad. santance.

Gimbert H consul


Au contraire messire Ollive chanoine theologal prebandé dict que despuis nostre dernière santance de visite, il a achepté un ciboire d'argent, une chesuble camelot noir, une aube, deux chandeliers de louton, un missel, une croix pour porter aux morts et une nape. C'est pourquoi ayant entiere[men]t satisfaict à ce quy peut le conserner pour son quart proteste de tous despens domaiges et intherests contre des autres prebandés qui n'ont satisfaict de leur costé

R. Olive chanoine theologal prebandé

Et led. messire de Vaucrous viquere dict qu'il n'est obligé de rien contribuer des choses contenues en nostred. santance de visite attendeu qu'il n'estoit encore proveu de lad. viquerie, et que pour ce qui luy regardera a l'avenir offre de contribuer sa part et par ainsin proteste de tout ce que de droict.

Vaucroüe Vicaire

Et le mesme jour avons encore visité la chapelle des freres penitens dud. lieu auxquels avons enjoint de garder le reglem[en]t par nous faicts pour la discipline de leur confrairie et deffendons au prestre qui y dict la messe et la celebrer avant la messe du prosne, de la faire soner pendant icelluy et d'y exercer aucune fonction parochiale et d'y dire la messe le judi et samedi saint.

Ordonnance pour la parroisse de Grolieres basses[35]

Nous, evesque, attendeu qu'il nous a appareu n'avoir esté entierement satisfaict par les prebandés et viquere aux choses ordonnées par nostre santance et visite du vingtie[me] septembre mil six cens cinquante quatre avons ordonné qu’ils seront constraints d’y satisfere en vertu des lettres executoriales sur ce levées en vertu de nostredicte santance, et ce à la diligence desd. consuls. Et pourvoyant aux autres besoins de la paroisse, nous estant apperceu que le banq qui est dans le presbitere de l’eglise entre le grand authel et celluy de Nostre Dame du Rosaire est en une place deffendue par les saints canons, et nos ordonnances sinodales, et en telle sorte que les seculiers qui s’y metent sont plus eslevés que le prestre, et peuvent voir les ceremonies secretes qui se font en la celebration de la sainte messe, et causer de la distraction aux prestres celebrans et officians, et donner scandale au peuple, avons ordonné, que led. banq sera decendeu plus bas, et mis hors du presbitere ; et cependant deffendons à toutes femmes de quelle condition qu’elles soient, de se placer aud. banq , au lieu où il est à presant, pendent la celebration de la sainte messe, et office divin, et lors que le tous saint Sacrement est exposé sur l’un de ses authels, et ce sous peine d’excommunication deffendant au viquere, et autres prestres de celebrer la Sainte messe au grand authel, et celluy de Nostre Dame du St Rosaire, tendis que lesd. femmes y seront ; enjoignons au viquere de Greollieres basses de dire et celebrer, ou faire dire par son secondaire, tous les jours, a l’aube, une basse messe, pour la commodité des travailleurs, et que l’ençiene coustume de celebrer une messe des morts, tous les lundis, en cas quelle ayt esté introduite ou ordonnée par cy-devant dans lad. paroisse, sera gardée ; et que au surplus tant pour les choses concernant led. viquere, que autres ordonnées par nostredicte santance de visite, icelle sera exécutée selon sa forme et tenure, ordonnons encore que l’eglise sera pavée de pierres ou des mallons, les deux tiers aux despens de la communauté, et l’autre tiers aux depens des prebandés et viqueres, et ce dans un an*[36] ; et encore des deniers qui se teuveront provenir en ladite année[37] des sepulteures dans lad. eglise et que le couvert sera entreteneu afin qu'il n'y pluve ; ce qui estant faict nous defendons d'enterrer dans ladicte eglise aucunes personnes, si ce n'est qu'ils en ayent faict faire une tombe par nostre permission. Enjoignons de nouveau aux marguailliers de l'hospital, des confréries du St Sacrement ou St Rosaire et autres de rendre compte tous les ans pardevant le viquere, consuls et et [sic] autres qui de droict appellés ; enjoignons encore aux viqueres de remetre entre[38] nostre greffe tous les registres des baptesmes, mortuaires et mariages sous debue[39] descharge de n[ost]re greff[e].

Antoine E[vesque] de Vence

Publié la susd. santance par moy greffier soub[sig]né à messire Raphel Ollive chanoine prebandé en absance des autres prebandés et à Messire Estiene de Vaucroue et Pierre Jean Giraud viqueres de Gréollieres basses et hautes, lesquels n'ont rien dict et protestent de se prouvoir contre du Sr prieur de Verdelay pour les faire contribuer a la ==Greolieres hautes==

du 16 7bre 1664

Visite de Greollieres hautes

Nous Antoine Godeau par la grace de Dieu et du sainct siege appostolique evesque et seigneur temporel de Vence conseiller du roy en ses conseils d’estat et privé scavoir faisons nous que ce jourd'huy seziesme du present mois de septembre mil six cens soixante quatre, appres avoir achevé nostre visite de la paroisse de Greollieres basses nous serions transportés led. jour sur les quatre heures appres midy en compagnie de nostre aumosnier greffier et autres de nostre suite au lieu de Greolieres hautes pour faire notre visite en la paroisse dud. lieu et prouvoir aux besoins et necessités d'icelle, et arrivés a la porte de lad. paroisse y aurions teuvé messire Pierre Jean Giraudy viquere dud. lieu qui nous y attendoit, lequel nous auroit presenté la croix à baiser et faict les autres ceremonies requises et estans Page:FRAD006 G1233.pdf/44 Page:FRAD006 G1233.pdf/45 Page:FRAD006 G1233.pdf/46 Page:FRAD006 G1233.pdf/47

VerdelayModifier

Du 17 7bre[40] 1664

Visite de la chapelle du prieuré de Nostre Dame de Verdelay

Nous Antoine Godeau par la grace de dieu et du saint siege apostolique evesque et seigneur temporel de Vence, conseiller du Roy en ses conseils d’estat et privé scavoir faisons nous que ce jourd’huy dix septiesme jour du mois de septembre année presante mil six cens soixante quatre appres avoir faict le jour au paravant nostre visite en la paroisse de Greollieres hautes nous serions transportés led. jour dix sept sur l’heure de huict de matin en la chapelle Nostre Dame de Verdelay en compagnie de nostre aumosnier greffier et autres de nostre suite, ou arrivés aurions teuvé[41] la plus grande partie de ladite chapelle demolie, et l’autre couverte fermée par un trelis de bois[42] laquelle chapelle depend du prieuré de Verdelay duquel Messire/maître Gaspard de Villeneufve cler de la maison de Vence en est prouveu[43], et ayant interrogé Messire Pierre Jean Giraud viquere de Greollieres hautes qui faict le service dans lad. chapelle et en absance dud. de Villéneufve fue [sic pour feu ?] prieur quel service faisoit dans icelle, nous auroit respondeu quil y celebroit la Ste messe tous les samedis tant seullement, et ayant visité les ornements de lad. chapelle y aurions truvé les mesmes ornemens enoncés en nostre precedante visite de l’année mil six cens cinquante quatre y ayant du despuis esté faict une nape pour led. autel et une croix de bois le calice et missel que nous avions ordonné par nostred. santance n’ayant point esté faict

Nous evesque avons ordonné[44] que le calice dargent et le missel qu’avions ordonné devoir estre achepté par nostre santance de visite du vingtiesme septembre mil six cens cinquante quatre sera achepté par le prieur Modtoue [ ?] lequel faira aussi blanchir lad. chapelle Et fermer le haut de la porte de muraille jusques au trelis[45] pour empecher l’incommodité du vent sur l'authel, lequel trelis sera racommodé et serré davantage pour empecher les enfens d’y pouvoir passer le tout dans deux mois prochains, Et deffendons aud. messire Giraud qui faict le service dans lad. chapelle de se servir a la celebra[ti]on de la Ste messe du chasuble jaune et ordonné quil dira Les messes de la fondation.

Antoine e[vesque] de Vence

CailleModifier

Du 17 7bre 1664[46]

Visite du lieu de Caille


Nous Antoine Godeau par la grace de Dieu et du sainct siege appostolique evesque et seigneur temporel de Vence, conseiller du Roy en ses conseils scavoir faisons nous que ce jourd’huy dix septiesme jour d’huy dix septiesme jour[47] du mois de septembre année presante mil six cens soixante quatre appres avoir achevé nostre visite des paroisses des lieux de Greollieres basses, Greollieres hautes et de la chapelle du prieuré de Nostre Dame de Verdelay au terroir et proche le lieu dud. Greollieres basses serions partis dud. lieu en compagnie de nostre aumosnier nostre greffier et autres de nostre suite pour aller au lieu de Caille y faire nostre visite y donner le sacrement de confirmation et prouvoir aux autres besoins et necessités de lad. paroisse et estants arrivés au chasteau de Thorenc appartenant à Messire Jean Baptiste de Villeneufve sieur dud. Thorenc, gouverneur pour le Roy en la ville de St-Pol[48] esloigné d’environ deux lues[49] dud. Greollieres nous truvant fort tracassés[50] aurions esté obliges de nous arrester aud. chasteau pour nous y reposer jusques au lendemain de matin ou nous aurions esté bien receus par led. Sr de Thorenc. Et le lendemain dix huictiesme dud. mois de septembre nousd. evesque en compagnie que dessus et dud. Sr de Thorenc qui auroit vouleu nous accompagner, serions despartis de sond. chasteau sur les six heures de matin pour aller aud. Caille. Et arrivés à la porte du vilage y aurions teuvé messire Amadée[51] Imbert prieur, messire Pierre Brun si devant prieur Son oncle, accompagnés des Srs baile Consuls Et quelques autres apparents dud. lieu qui venoient à nostre rencontre, lesquels appres nous avoir salué nous auroient accompagné dans le chasteau du seigneur Page:FRAD006 G1233.pdf/54 l’absolution generale pour les morts tant dans lad. paroisse que son cimetierre joignant et en suite aurions visité le tres saint sacrement de l’authel qu’avons teuvé resposer dans le tabernacle et dans un ciboire d’argent, ensemble la custode ou soit soleil qu’on se sert quand on expose le tres St Sacrement ayant en outre visité les Stes huiles et fons baptismaux, ce que faict aurions celebré la Ste messe et preché au peuple lui faisant scavoir que led. jour sur l’heure d’une appres midi nous donnerions le sacrement de confirmation admone[s]tant tous ceux qui voudront le recevoir de s’y bien disposer pour le pouvoir dignement recevoir avec fruict.

Et advenant l’heure d’une appres midi nousd. evesque en compagnie de nostredict aumosnier dud. Sieur prieur et autres de nostre suite nous serions transportés dans lad. paroisse ou tout le peuple estoit assemblé et appres leur avoir encore faict une petite exhortation aurions donné le sacrement de confirmation à tous. Page:FRAD006 G1233.pdf/56 Page:FRAD006 G1233.pdf/57 Page:FRAD006 G1233.pdf/58 Page:FRAD006 G1233.pdf/59 Page:FRAD006 G1233.pdf/60 Page:FRAD006 G1233.pdf/61 Page:FRAD006 G1233.pdf/62 Page:FRAD006 G1233.pdf/63 Page:FRAD006 G1233.pdf/64 Page:FRAD006 G1233.pdf/65 Page:FRAD006 G1233.pdf/66 Page:FRAD006 G1233.pdf/67 dix huictiesme septembre mil six cens soixante quatre.

Funel notaire et greffier de la communauté

Déguigues greffier Page:FRAD006 G1233.pdf/69 Page:FRAD006 G1233.pdf/70 celebrée dans lad. chapelle par ledict messire Martin prestre faisant le service dans icelle en absance dud. messire de Villeneufve fue[52] prieur

BezaudunModifier

Du 20 7bre 1664

Visite du lieu de Bezaudun

Nous Antoine Godeau Par la grace de dieu et du sainct siege apostolique evesque et seigneur temporel de Vence conseiller du Roy en ses conseils d'estat et privé scavoir faisons nous que le vingtiesme du mois de septembre année presante mil six cens soixante quatre [mot raturé] sommes partis du chasteau de Thorenc appres avoir faict nostre visite en la chapelle du prieuré dud. Thorenc joignante led. chasteau pour aller au lieu de Besaudun y faire nostre visite donner le sacrement de confirmation et prouvoir aux autres necessités de la paroisse [un mot raturé] et arrivés au lieu de Coursegoulles attendeu l’heure tarde aurions esté obligés de nous arrester aud. lieu ayant prins pour nostre logis la maison claustralle ou habite messire Pierre Jean de Cormis viquere dudit lieu qui auroit esté à nostre rencontre et nous y auroit agreablement receu avec ceux de nostre suite.

Et le lendemain vingt uniesme dud. mois[53] de septembre jour et feste de St Mathieu serions partis dud. lieu de Coursegoulles en compagnie de nostre aumosnier greffier et autres de nostre suite pour aller audit lieu de Besaudun auquel lieu sommes arrivés sur l’heure de huict de matin ayant teuvé le Sr prieur bailé consuls et autres apparents dud. lieu hors la porte dud. lieu quy venoient à nostre rencontre lesquels appres nous avoir salué ils nous auroient accompagné jusques à la maison qu’avons prins pour nostre logis. Et appres nous y estre un peu reposes aurions esté revesteu par nostre aumosnier de rochet et camailh pour aler dans la paroisse et arrives à la porte d’icelle y aurions teuvé le messire Jean Bellon prieur lesd. baile et consuls aus beaucoup de peuple quy nous y attendoient, et nous ayant ledit messire Bellon presanté la croix a baiser donné de l’encens et faict toutes les autres ceremonies requises nous serions mis dessous le dais et entres processionellement dans lad. eglise en chantant l’himne sacerdox et pontifex, et arrivés au maistre authel d’icelle y aurions faict nos prières et oraisons accoustumées et en suite aurions esté revesteu de nos habits pontificaux et appres avoir donné la benediction au peuple aurions faict l’absoulte generale pour les mors et visité le tres sainct sacrement de l’authel qu’avons truvé reposer dans le tabernacle que nous avons nouvellement faict faire dans un ciboire d’argent, et le soleil d’argent pour exposer le Sainct Sacrement ayant encore visité les Stes huiles et fons baptismaux et ce faict aurions celebré la Ste messe et preché au peuple leur faisant scavoir que led. jour sur l’heure d’une appres midy pour donner le sacrement de confirmation, exhortant tous ceux qui debvoient le recevoir de s’y preparer pour le recevoir dignement et avec fruict.

Et le mesme jour sur l’heure d’une appres midy nousd. evesque nous serions d’abondant transportés dans lad. paroisse ou tout le peuple estoit assemblé et appres y avoir encore faict une exhortation aurions donné le sacrement de confirmation a tous ceux qui se sont presantes et que nous avons teuvé[54] capables et disposés a le recevoir, et ce faict aurions visité les ornemens de ladite eglise et teuvé les mesmes ornemens descripts dans le verbal de nostre precedante visite ; et encore un chesuble noir de tafetas legué par feu Hugues, mere [sic pour maire] dudit Besaudun, et un [déjà comptabilisé] devant d’authel de damas rouge faict par les marguailliers du St Sacrement. Et ayant mandé prendre les consuls pour savoir d’eux si le service estoit bien et decemment faict dans lad. paroisse s'ils avoient quelque plainte a nous faire contre de leur prieur de nous le dire affin d'y prouvoir, ils nous ont seulem[en]t represanté que au terroir dud. Besaudun il y a une chapelle despendente du prieuré de St Antonin laquelle se truve presantement desmolie et quoy quelle aye des bonnes terres desquelles le prieur dud. St Antonin en retire une rente fort considerable ce neantmoings il ne daigne d'y faire ny faire faire aucun service nonobstant qu'il y aye des particuliers qui résident tout l’esté aud. quartier quy sont privés dud. service. Ils nous ont tres humblement requis d'ordonner que lad. chapelle sera rebastie aux fraix et despens dud. prieur de St Antonin et que dans icelle sera teneu et obligé d'y faire ou faire faire le service despuis la croix de may jusque a la croix de septembre ainsy quy se faict dans toutes les autres chapelles des prieurés rurals Page:FRAD006 G1233.pdf/77 Page:FRAD006 G1233.pdf/78 Page:FRAD006 G1233.pdf/79 Page:FRAD006 G1233.pdf/80 Page:FRAD006 G1233.pdf/81 de nos habits pontificaux et faict l’absolution generalle pour les morts et appres avoir donné la benediction au peuple aurions celebré la Ste messe et preché au peuple et en suite nous serions retires.

Et le mesme jour cinquiesme octobre nousd. evesque nous serions sur l’heure d’une appres midy dabondant transportes dans lad. paroisse dans laquelle tout le peuple estoit assemblé, et appres leur avoir encore faict une exhortation aurions donné le sacrement de confirmation a tous ceux qui se sont presantes et que nous avons teuvé capables et [mot raturé] en bonne disposition de le pouvoir recevoir et ce faict nous sommes retires ayant supercedé [ ? équivalent de procedé ?] a la continuation de nostredicte visite jusques au lendemain sixiesme dud. mois d’octobre.

Et le lendemain sixiesme dud. mois. nousd. evesque nous serions dabondant transportés dans lad. parroisse et appres y avoir celebré la Sainte messe aurions visité le tres Saint Sacrement que nous avons teuvé reposer dans le tabernacle et dans un siboire d’argent, que nous avons donné, attendeu que l’autre qu’il y estoit a este perdeu entre les mains de la personne quy avoit prins la charge de le faire racommoder y ayant pareillement teuvé la vielle custode dont mention est faicte en nostre precedante santance de visite sans avoir esté racomodée ainsi que nous avions ordonné par ladite santance. Et ce faict avoir visité les Saintes huiles qu’avons teuvé dans l’armoire qui est a costé dudit authel, ensemble les fons baptismaux et les ornemens de lad. église et autres meubles d’icelle concistant/s en une croix a plaque d’argent garnie de ses poumes dorées deux calices l’un desquels a le pied de cuiuvre[55], un autre ciboire. Page:FRAD006 G1233.pdf/84 Page:FRAD006 G1233.pdf/85 Il y a neuf cens ou tant d’ames de communion et que tous ont faict leur devoir a la pasques, et qu’il n’y a eu aucune nouvelle confrerie erigée despuis nostre derniere visite, et que le legat faict a celle du St Rosaire de la som[m]e de cinquante escus et vingt escus à celle du St sacre[men]t et cinq escus à celle de l’eglise[56] par le testement du Sieur Marc Antoine de Blacas n’a point esté paré quoi que tous les lundis du mois soit dicte une messe de requiem par luy ou son curé, et pour le regard des chapelanies fondées dans lad. eglise en tiltre de secondaire dont le jus patronat appartient aux consuls et communauté dud. Broc qui se teuvent saisis des legats de lad. fondation si bien que divers autres particuliers qui tienent quelques terres et maisons subjetes à des censes dont le service avoit esté discontinué plusieurs années nous a esté dict que despuis environ quatre ans lad. communauté a nommé pour Page:FRAD006 G1233.pdf/87 Page:FRAD006 G1233.pdf/88 Page:FRAD006 G1233.pdf/89 Page:FRAD006 G1233.pdf/90 Page:FRAD006 G1233.pdf/91 Page:FRAD006 G1233.pdf/92 Page:FRAD006 G1233.pdf/93 Page:FRAD006 G1233.pdf/94 Page:FRAD006 G1233.pdf/95 Page:FRAD006 G1233.pdf/96

  1. sic pour pourvoir
  2. ou auroint
  3. Sic pour trouver
  4. Sic pour antienne
  5. Sic pour pourveu
  6. Sic
  7. Comprendre Bouyon
  8. Comprendre septembre
  9. sic
  10. expression ajoutée avec astérisque
  11. Sic pour preuve
  12. ains : signifie mais
  13. Sic pour trouvé
  14. Sic pour chasuble
  15. Titre en marge
  16. Sic pour laiton
  17. Sic pour maître autel
  18. L'expression suivant a été ajoutée avec astérisque et ratifiée par la signature de l'évêque
  19. Une marque de renvoi a été indiquée.
  20. Une marque de renvoi a été indiquée.
  21. Comprendre Bouyon
  22. septembre
  23. sic pour trouvé
  24. sic pour trouvé
  25. sic pour Rouen
  26. sic pour amictes
  27. Comprendre dûment
  28. Expression ajoutée avec astérisque
  29. Len/Les ? Lecture incertaine
  30. Lecture incertaine
  31. teuvé, truvé, sic pour trouvé
  32. Sic pour Sacerdos
  33. sic pour laiton
  34. Sic pour pourvoir
  35. Sic pour Gréolières Basses
  36. Suite ajoutée en renvoi jusque pluve
  37. Lecture incertaine
  38. Lecture incertaine
  39. Comprendre due, du verbe de(b)voir
  40. Septembre
  41. Sic pour trouvé
  42. puis mot raturé
  43. Sic pour pourvu
  44. Ordonnance de visite
  45. ou toit ou Toele : lecture incertaine
  46. en marge
  47. Sic pour la répétition
  48. Saint-Paul-de-Vence
  49. Sic pour lieues
  50. Ya t-il une erreur d’écriture et faut-il comprendre harassés ?
  51. Sic
  52. Sic
  53. Un mot raturé
  54. Sic pour trouvé
  55. Expression raturée : un ciboire que nous avons faict faire a nos despens et icelluy donné a lad. eglise
  56. Expression et cinq escus à celle de l’eglise ajoutée n bas de page en astérisque