Vieux manoirs, vieilles maisons/059

Ls.-A. Proulx (p. 172-177).

LA MAISON DE L’HONORABLE JEAN-THOMAS TASCHEREAU, À SAINTE-MARIE-DE-LA-BEAUCE



C ETTE maison fut construite un peu avant 1812 par Jean-Thomas Taschereau, avocat, qui fut député de Dorchester, puis de Gaspé. Nommé juge de la Cour du Banc du Roi pour le district de Québec le 29 mars 1827, l’honorable M. Taschereau décéda à Québec le 14 juin 1832.

De son mariage avec Marie Panet, fille de l’honorable Jean-Antoine Panet, premier orateur de la Chambre d’Assemblée, le juge Taschereau eut plusieurs enfants, entre autres Marie-Louise Taschereau, qui devint lady Routh. Élisabeth-Suzanne Taschereau, qui devint la femme de l’honorable sénateur Henri-Elzéar Juchereau Duchesnay, Jean-Thomas Taschereau, juge de la Cour Suprême du Canada, père du premier ministre actuel de la province de Québec, Elzéar-Alexandre Taschereau, le premier cardinal canadien.

Trois ans avant sa mort, l’honorable juge Taschereau avait eu l’honneur de recevoir sir James Kempt, administrateur du Canada, à Sainte-Marie-de-la-Beauce. Un journal du temps raconte ainsi le voyage de sir James Kempt dans la Beauce :

« Après avoir visité dans le cours de l’été de 1829 le district de Montréal et les cantons de l’Est, il se décida en septembre de visiter la région de la Beauce. Il partit de Québec, le dimanche, 13 septembre, vers midi, accompagné de l’honorable lieutenant-colonel Gore, député quartier-maître général, et du lieutenant-colonel Duchesnay, un de ses aides de camp. Il arriva à Sainte-Marie-de-la-Beauce le même jour, vers quatre heures et demie. La cavalerie bourgeoise et les principaux habitants de la paroisse l’escortèrent jusqu’à la maison de l’honorable juge Jean-Thomas Taschereau. Là, une compagnie de milice commandée par le capitaine Reny, lui rendit les honneurs militaires. Son Excellence dîna et fut l’hôte de l’honorable juge pour la nuit. Le lendemain matin, il monta de nouveau à cheval, alla déjeuner chez le curé de Saint-Joseph, M. Decoigne, et après avoir procédé à l’ inspection du chemin de Kennébec, revint sur ses pas et coucha ce soir-là à Saint-François. Le mardi, 15, sir James Kempt, retournant à Québec, s’arrêta de nouveau à Sainte-Marie pour visiter le dépôt des armes et le bureau des douanes. Dans l’après-midi, il faisait sa rentrée à Québec. »

Roy - Vieux manoirs, vieilles maisons, 1927 page 205.jpg
La maison de l’honorable Jean-Thomas Taschereau à Sainte-Marie-de-la-Beauce

Un précieux souvenir se rattache à la maison de l’honorable Jean-Thomas Taschereau. C’est dans cette maison que Son Éminence le cardinal Elzéar-Alexandre Taschereau naquit le 18 février 1820.

La maison Taschereau est maintenant la propriété de M. Louis-Georges Taschereau. Elle a toujours été habitée par des Taschereau depuis sa construction.

LE MANOIR TASCHEREAU OU LINDSAY À SAINTE-MARIE-DE-LA-BEAUCE



E N 1736, M. Thomas-Jacques Taschereau, trésorier des troupes de la marine et conseiller au Conseil Supérieur, avec son beau-père Joseph Fleury de la Gorgendière, agent de la Compagnie des Indes, et son beau-frère Pierre-François de Rigaud de Vaudreuil, capitaine dans les troupes du détachement de la marine, demandaient au gouverneur de Beauharnois et à l’intendant Hocquart de leur accorder à chacun une concession en fief de trois lieues de front sur deux de profondeur à prendre des deux côtés de la rivière Chaudière, au bout de la profondeur de celles qui avaient déjà été concédées. Les trois concessions devaient être contiguës. MM. Taschereau, de la Gorgendière et de Vaudreuil s’engageaient à faire à leurs frais un grand chemin roulant et de charrette du bord du fleuve Saint-Laurent, à la Pointe-Lévy, jusqu’à l’îlet aux Sapins, dans la rivière Chaudière, d’où devait commencer la première des trois concessions demandées. MM. de Beauharnois et Hocquart regardèrent cette proposition comme un moyen propre à faire établir promptement toute l’immense vallée de la Chaudière, et ils l’acceptèrent avec empressement.

Pour sa part, M. Taschereau eut trois lieues de front sur deux lieues de chaque côté de la rivière Chaudière, à commencer à l’îlet aux Sapins en remontant. Dans cette concession sont comprises aujourd’hui Sainte-Marie en entier et parties de six ou sept autres paroisses.

La Nouvelle-Beauce ou Sainte-Marie est une des rares seigneuries de la Nouvelle-France qui a toujours été possédée par la même famille.

Après Thomas-Jacques Taschereau, décédé le 25 septembre 1749, les seigneurs principaux de Sainte-Marie furent l’honorable Gabriel-Elzéar Taschereau, décédé le 18 septembre 1809 ; l’honorable Thomas-Pierre-Joseph Taschereau, décédé le 8 octobre 1826 ; Pierre-Elzéar Taschereau, décédé le 25 juillet 1845 ; sir Henri-Elzéar Taschereau, décédé le 14 avril 1911, etc., etc.

Le manoir de Sainte-Marie construit dans le premier quart du dix-neuvième siècle est aujourd’hui habité par madame veuve Charles-Perreault Lindsay, née Marie-Anna-Évangéline Taschereau.

Roy - Vieux manoirs, vieilles maisons, 1927 page 208.jpg
Le manoir Taschereau ou Lindsay à Sainte-Marie-de-la-Beauce
Roy - Vieux manoirs, vieilles maisons, 1927 page 209.jpg
Le manoir Taschereau ou Lindsay à Sainte-Marie-de-la-Beauce
Vue d’en arrière.