Théologie portative, ou Dictionnaire abrégé de la religion chrétienne/Avertissement

Avertissement

Avertissement.

Nous avons une foule de dictionnaires portatifs ſur toutes les ſciences, ſur les arts, & même ſur des objets frivoles. Dans le ſiecle où nous vivons l’on a travaillé de toutes parts à ſimplifier les connoisſances, à les rendre plus faciles & plus compendieuſes, à les mettre à la portée de tout le monde ; cependant juſqu’à préſent on n’avoit point encore tenté de faire la même choſe pour la Théologie ; quoiqu’on l’ait préſentée quelque-fois au public ſous une forme très-abrégée, elle n’en étoit pas devenue beaucoup plus claire pour cela ; au contraire cette ſcience divine n’en a ſouvent paru que plus embrouillée, & malgré ces ſecours les perſonnes qui s’en occupoient les plus ſérieuſement, qui en parloient le plus, qui ſe montroient les plus zêlées pour elle, n’en ont pas toujours eû des idées bien claires & bien diſtinctes.

C’eſt pour remédier à ces inconvéniens que l’on publie cet Ouvrage, qui peut être regardé comme un Manuel, un Vade mecum Théologique, ou, ſi l’on veut, comme une Théologie de poche, dans laquelle chacun trouvera très-promtement la ſolution de toutes les difficultés qui pourroient sélever ſur cette importante matiere. A l’aide de ce petit dictionnaire les grands & les petits, les perſonnes éclairées ainſi que les plus ſimples, les femmes mêmes, ſeront en état de parler pertinemment d’un grand nombre de queſtions, qui juſqu’ici ne s’ètoient montré qu’environnées de nuages.

On eſpere donc que ce travail, qui n’eſt qu’une tentative, ſera reçu favorablement du public, méritera ſur-tout l’approbation du Clergé, qui y trouvera tous ſes droits établis ſur une baze inébranlable. En effet ſi ce dictionnaire ſe diſtingue par quelqu’endroit, c’eſt par ſon enchaînement & par la liaiſon des matieres ; au premier coup d’œil chacun demeurera convaincu que toutes les vérités Théologiques ſont liées ; il verra qu’elles partent du Clergé comme d’un centre commun, dans lequel elles finiſſent toujours par rentrer necéfſairement. On ſentira que toutes les parties de la Religion ſe prêtent des ſecours mutuels, d’où réſulte un enchaînement complet de vérités qui ſe donnent un appui réciproque. En un mot on s’appercevra ſans peine que les Théologiens font la Religion & que la Religion n’a jamais que les Théologiens pour objet. Syſtême vraiment céleſte & dont jamais rien ſur la terre ne peut altérer la ſolidité ! Ce principe ſécond & lumineux ſe trouvera ſur-tout établi dans le diſcours préliminaire, & tous les articles du dictionnaire ne feront que le développer.


⋅⋅⋅⋅⋅⋅tantum ſeries juncturaque pollet.