Différences entre les versions de « Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 7.djvu/207 »

aucun résumé de modification
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 11 : Ligne 11 :
 
Quatre jours après que j’eus reçu cette lettre, j’y fis cette réponse de Chaseu, où je ne faisois que d' arriver<ref>.LETTRE 902. I. « Où j’étois arrivé deux jours auparavant. » (''Manuscrit de la Bibliothèque impériale.'')</ref>
 
Quatre jours après que j’eus reçu cette lettre, j’y fis cette réponse de Chaseu, où je ne faisois que d' arriver<ref>.LETTRE 902. I. « Où j’étois arrivé deux jours auparavant. » (''Manuscrit de la Bibliothèque impériale.'')</ref>
   
 
Chaseu, ce premier jour de l’an 1683.
 
A Chaseu, ce premier jour de l’an 1683.
 
   
 
A MADAME DE SÉVIGNÉ.
 
A MADAME DE SÉVIGNÉ.
   
JE vous demande pardon, Madame, de vous avoir accusée injustement : il est vrai que vous n’avez point eu de tort, vous m’avez écrit ; mais je ne l’ai su que parce que vous venez de me le mander<ref>2. Dans le manuscrit de la Bibliothèque impériale, il y a simplement « mais je ne l’ai point su. » Dans le même manuscrit, à la phrase suivante « Ma fille de Sainte-Marie me manda. mais elle ne me manda pas, etc. » trois lignes après « je vous demande encore pardon une fois.</ref>. Ma fille de Sainte
+
JE vous demande pardon, Madame, de vous avoir accusée injustement : il est vrai que vous n’avez point eu de tort, vous m’avez écrit ; mais je ne l’ai su que parce que vous venez de me le mander<ref>2. Dans le manuscrit de la Bibliothèque impériale, il y a simplement « mais je ne l’ai point su. » Dans le même manuscrit, à la phrase suivante « Ma fille de Sainte-Marie me manda. mais elle ne me manda pas, etc. » trois lignes après « je vous demande encore pardon une fois.</ref>. Ma fille de Sainte-
  +
   
   
   
D
 
   
 
1682
 
1682
9 489

modifications