Différences entre versions de « Page:Gracian - Le Héros, trad de Courbeville, 1725.djvu/9 »

aucun résumé de modification
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
   
 
{{c|PRÉFACE <ref>''Le jésuite Joseph de Courbeville traduisit, en 1723,'' El Discreto (L’Homme universel) ''de Baltasar Gracian, et, en 1725 son premier traité,'' El Heroe (Le Héros), ''accompagné d’un important appareil de « remarques », retirées de la présente édition.''
PRÉFACE*
 
   
 
''Son travail, où l’érudition se mêle à la volonté de polémiquer avec ses prédécesseurs
Le Héros ''est le premier de tous les ouvrages de Gracian, c’est-à-dire et de ceux que nous avons de lui et de ceux qui nous manquent, lesquels sont en plus grand nombre qu’on ne l’a peut-être cru jusqu’ici. Amelot n’a point appris au public ces pertes considérables, bien que, dans la Préface de'' L’Homme de cour, ''il prétende donner une liste complète de toutes les œuvres de son auteur. Il n’en compte que trois que nous n’ayons point, et qui sont'' Avisos al Varôn Atento, Galante, Arte para bien morir, ''néanmoins il s’en trouve doutée dans la Préface de'' El Discreto ''qu’il cite, et dont il oublie ces paroles'' : muchos faltan, hasta doze. ''Il est vrai que Lastanosa ne nomme pas ces doutée traités, mais il était pourtant de l’exactitude d’un traducteur zélé, et de la justice due à son auteur, que l’un fît connaître tous les soins et toutes les veilles de l’autre pour le service du public.''
 
 
— Amelot de la Houssaie surtout — et avec les adversaires des jésuites, dont l’abbé Guyot-Desfontaines, ami de Voltaire, contribua à faire connaître la pensée de Gracian en France et dans le reste de l’Europe. Un rédacteur des'' Nouvelles Ecclésiastiques ''n’écrivait-il pas en 1731 : « On sait l'empressement qu’ont eu les jésuites de traduire en français les ouvrages de ce bel esprit espagnol leur confrère, tout occupé à traiter de la politique dans le goût d’une morale profane... » ?''
   
 
''J. de Courbeville traduisit aussi'' El Politico (Le Politique Dom Ferdinand le Catholique), ''qui parut en 1732. (N. d. E.)''</ref>
''Quoi qu’il en soit, Lastanosa parle ainsi du Héros dans la Préface de'' El Discreto ''qu’il appelle en un autre endroit l’émulateur du premier'' : Emulo es de Heroe. ''« La plus grande gloire du Héros, dit-il, ce n’est pas d’avoir été tant de fois imprimé et traduit en différentes langues, ce n’est pas d’avoir été applaudi des nations les plus polies et les plus éclairées, ce n’est pas d’avoir été''
 
  +
|fs=120%}}
   
   
 
Le Héros ''est le premier de tous les ouvrages de Gracian, c’est-à-dire et de ceux que nous avons de lui et de ceux qui nous manquent, lesquels sont en plus grand nombre qu’on ne l’a peut-être cru jusqu’ici. Amelot n’a point appris au public ces pertes considérables, bien que, dans la Préface de'' L’Homme de cour, ''il prétende donner une liste complète de toutes les œuvres de son auteur. Il n’en compte que trois que nous n’ayons point, et qui sont'' Avisos al Varôn Atento, Galante, Arte para bien morir, ''néanmoins il s’en trouve doutée dans la Préface de'' El Discreto ''qu’il cite, et dont il oublie ces paroles'' : muchos faltan, hasta doze. ''Il est vrai que Lastanosa ne nomme pas ces doutée traités, mais il était pourtant de l’exactitude d’un traducteur zélé, et de la justice due à son auteur, que l’un fît connaître tous les soins et toutes les veilles de l’autre pour le service du public.''
''Le jésuite Joseph de Courbeville traduisit, en 1723,'' El Discreto (L’Homme universel) ''de Baltasar Gracian, et, en 1725 son premier traité,'' El Heroe (Le Héros), ''accompagné d’un important appareil de « remarques », retirées de la présente édition.''
 
   
 
''Quoi qu’il en soit, Lastanosa parle ainsi du Héros dans la Préface de'' El Discreto ''qu’il appelle en un autre endroit l’émulateur du premier'' : Emulo es de Heroe. ''« La plus grande gloire du Héros, dit-il, ce n’est pas d’avoir été tant de fois imprimé et traduit en différentes langues, ce n’est pas d’avoir été applaudi des nations les plus polies et les plus éclairées, ce n’est pas d’avoir été''
''Son travail, où l’érudition se mêle à la volonté de polémiquer avec ses prédécesseurs
 
— Amelot de la Houssaie surtout — et avec les adversaires des jésuites, dont l’abbé Guyot-Desfontaines, ami de Voltaire, contribua à faire connaître la pensée de Gracian en France et dans le reste de l’Europe. Un rédacteur des'' Nouvelles Ecclésiastiques ''n’écrivait-il pas en 1731 : « On sait l'empressement qu’ont eu les jésuites de traduire en français les ouvrages de ce bel esprit espagnol leur confrère, tout occupé à traiter de la politique dans le goût d’une morale profane... » ?''
 
 
''J. de Courbeville traduisit aussi'' El Politico (Le Politique Dom Ferdinand le Catholique), ''qui parut en 1732. (N. d. E.)''
 
34 762

modifications