Différences entre les versions de « Page:Widor - Initiation musicale.djvu/149 »

m
(ébauche nécessaire dû au décalage d'une page de l'ocr)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{nr|||''APPENDICE''|}}
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
à servir de jalons au lecteur moderne, car la mélopée grecque, on le sait, n’admettait rien de comparable à notre chronométrie métronomique&nbsp;<ref>L’idée de « métronomiser » le Plain-Chant doit être rangée parmi les nombreuses maladies du cerveau, épidémies contemporaines.</ref>.
APPENDICE


Les Grecs, je le répète, n’avaient pas la moindre notion de ce que nous entendons par ''Harmonie'', ''Basse fondamentale''. Leurs instruments, à en juger par leur dimension, ne devaient pas descendre au-dessous du sol (4{{e}} corde du violon), et ce qui pouvait passer pour un embryon d’accompagnement se pratiquait toujours ''au-dessus'' du texte mélodique.


Quant à chercher des plans, imaginer des « reprises », une composition quelconque dans cette pièce due sans doute au grand-prêtre du temple, ou à l’un de ses « marguilliers », ou à sa fille, c’est peine et temps perdus.
à servir de jalOns au lecteur moderne, car la mé-
lopée grecque, on le sait, n’admettait rien de com-
parable à notre chronométrie métronomique‘.


Toute cantilène destinée à des masses, c’est-à-dire à l’unisson&nbsp;<ref>Unisson comprenant les voix de femmes à l’octave des voix d’hommes. « Pourquoi dans ce cas, dit Aristote, l’octave ne se fait-elle pas remarquer et paraît-elle un simple unisson ? »</ref> d’un chœur mixte, ne doit pas sortir des limites de la ''dixième''.


Le diapason d’alors devait être d’''une tierce'' plus bas que le nôtre ; pour preuve, la notation suraiguë de cet hymne.
Les Grecs, je le répète, n’avaient pas la moindre
notion de ce que nous entendons par Harmm'e,
Basse fondamentale. Leurs instruments, à en juger
par leur dimension, ne devaient pas descendre au—
dessous du sol r40 corde du violon), et ce qui pou-
vait passer pour un embryon d’accompagnement
se pratiquait toujours ait-dessus du texte mélodique.


La moyenne des voix gravite entre le ''fa'' aigu du soprano et le ''fa'' grave de la basse, trois octaves. Ce sont, d’ailleurs, les limites traditionnelles de la polyphonie du Moyen Âge :


Soprano : de l’''ut'' grave au ''sol'' (douze degrés).
Quant à chercher des plans, imaginer des c re—
prises », une composition quelconque dans cette
pièce due sans doute au grand—prêtre du temple,
ou à l’un de ses c marguilliers r, ou à sa fille, c’est
peine et temps perdus.


Alto : du ''sol'' grave au ''ré'' médium du soprano (douze degrés).


Ténor : l’octave au-dessous du soprano.
Toute cantilène destinée à des masses, c’est-à—dire
à l’unisson 2 d’un chœur mixte, ne doit pas sortir
des limites de la dixième.


Le.diapason d’alors devait être d’une tierce plus
bas que le nôtre ; pour preuve, la notation suraiguë
de cet hymne.


La moyenne dæ voix gravite entre le fa aigu
du soPrano et le fa grave de la basse, trois octaves.
Ce sont, d’ailleurs, les limites traditionnelles de
la polyphonie du Moyen Age :


SOPrano: de l’ut grave au sol (douze degrés).


Alto: du sol grave au re' médium du-soprano (douze
degrés).


Ténor: l’octave au-dessous du soprano.


1. L’idée de 4métronomiserr le Plain-Chant doit être
rangée parmi les nombreuses maladies du cerveau, épi-
demies contemporaines.


_2. Unisson comprenant les voix de femmes à l'octave des
vont d’hommes. a Pourquoi dans ce cas, dit Aristote,
l’octave ne se fait- elle pas remarquer et paraît-elle un simple
unisson ? »

(147)
Pied de page (noinclude) :Pied de page (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{nr||(147)}}


<references/>
<references/>
93 679

modifications