Différences entre les versions de « Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t1, 1887.djvu/163 »

(Pywikibot touch edit)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page corrigée
+
Page validée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
<poem>
 
<poem>
   
Monts gelés et fleuris, troncs des deux saisons,
+
Monts gelés et fleuris, trônes des deux saisons,
Dont le front est de glace et le pied de gazons !
+
Dont le front est de glace et le pied de gazons !
C’est là qu’il faut s’asseoir, c’est là qu’il faut entendre
+
C’est là qu’il faut s’asseoir, c’est là qu’il faut entendre
Les airs lointains d’un cor mélancolique et tendre.
+
Les airs lointains d’un cor mélancolique et tendre.
   
Souvent un voyageur, lorsque l’air est sans bruit,
+
Souvent un voyageur, lorsque l’air est sans bruit,
De cette voix d’airain fait retentir la nuit ;
+
De cette voix d’airain fait retentir la nuit ;
À ses chants cadencés autour de lui se mêle
+
À ses chants cadencés autour de lui se mêle
L’harmonieux grelot du jeune agneau qui bêle.
+
L’harmonieux grelot du jeune agneau qui bêle.
   
Une biche attentive, au lieu de se cacher,
+
Une biche attentive, au lieu de se cacher,
Se suspend immobile au sommet du rocher,
+
Se suspend immobile au sommet du rocher,
Et la cascade unit, dans une chute immense,
+
Et la cascade unit, dans une chute immense,
Son éternelle plainte aux chants de la romance.
+
Son éternelle plainte aux chants de la romance.
   
Âmes des chevaliers, revenez-vous encor ?
+
Âmes des chevaliers, revenez-vous encor ?
Est-ce vous qui parlez avec la voix du cor ?
+
Est-ce vous qui parlez avec la voix du cor ?
Roncevaux ! Roncevaux ! dans ta sombre vallée
+
Roncevaux ! Roncevaux ! dans ta sombre vallée
 
L’ombre du grand Roland n’est donc pas consolée ?
 
L’ombre du grand Roland n’est donc pas consolée ?
 
</poem>
 
</poem>
Ligne 25 : Ligne 25 :
 
<poem>
 
<poem>
   
Tous les preux étaient morts, mais aucun n’avait fui.
+
Tous les preux étaient morts, mais aucun n’avait fui.
Il reste seul debout, Olivier près de lui ;
+
Il reste seul debout, Olivier près de lui ;
L’Afrique sur le mont l’entoure et tremble encore,
+
L’Afrique sur le mont l’entoure et tremble encore,
« Roland, tu vas mourir, rend-toi, criait le More ;
+
« Roland, tu vas mourir, rend-toi, criait le More ;
   
« Tous tes pairs sont couchés dans les eaux des torrents. »
+
« Tous tes pairs sont couchés dans les eaux des torrents. »
Il rugit comme un tigre, et dit : « Si je me rends,
+
Il rugit comme un tigre, et dit : « Si je me rends,
Africain, ce sera lorsque les Pyrénées
+
Africain, ce sera lorsque les Pyrénées
Sur l’onde avec leurs corps rouleront entraînées.
+
Sur l’onde avec leurs corps rouleront entraînées.
 
</poem>
 
</poem>