Différences entre les versions de « Page:Ruskin - Sésame et les lys.djvu/104 »

m
Yann : ocr
m (Yann : ocr)
 
m (Yann : ocr)
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
Ioz snsamz nr LES LYS
{{OCR en cours}}
 
  +
expression : la métaphore sans suite, pourrait-on
  +
croire, d’nn auteur négligent etillettré.
  +
Il n’en est pas ainsi. Son audace même et sa
  +
vigueur Ont POU? bui`. de DOUS fil1I‘C F0g3I'Cl6I‘ de
  +
près à la phrase et de nous en fa1re souvenir. Ces
  +
deux monosyllabes expriment les deux contraires,
  +
exactement, du vrai caractère des deux grandes
  +
fonctions de l’Eglise, celles d’évêque et de pasteur.
  +
Un « Evêque » signifie « une personne qui
  +
voit (1) ». Un « pasteur » signifie « une personne
  +
(1) Quand deux triangles ontun angle égal compris entre deux côtes
  +
égaux, les deux autres angles et le troisième côté coïncident aussi.
  +
Demême quand on a pu faire coïncider certains points générateurs de
  +
deux esprits,d’autrcs coïncidences endécouleront 1 on pourra ne les
  +
observer qu’cnsuite, mais elles étaient enfermécs dans la vérité pre-
  +
mière, Quand après cela nous faisons le tour des deux esprits nous
  +
les aperccvons qui nous ont dcvancés et sont allées se ranger
  +
d’clles—mêmes à la place que nous leur avions assi née, (C’est ainsi
  +
qu’uu astronome voit pour la première fois, quanc? il a un télescope
  +
assez puissant, une toile dont il avait préalablement démontré
  +
Pexistence et la place par le simple calcul). Plus modestementll),
  +
j’avais, dans la Préface de la Bible d’Amiens,c0mparé à Ruskin un
  +
moderne idolâtre dont je prise infiniment le talent et l’esp1·it, et
  +
j’avais relevé entre eux quelques points de coîncidence,d’aiIleurs bien
  +
faciles à apercevoir. Voici que Huskin m’en offre de nouveaux, qui
  +
vérifient mon dire, et en me montrant qu‘ils passent par les mêmes
  +
points, confirme qu’ils suivent (un peu, et pas longtemps, les esprits
  +
ne sont pas si géométriques) la même ligne. Oui « un Evêque signifie
  +
une personne qui voit »,voilà une phrase que tous ceux de mes amis
  +
qui connaissent le poète et Pessayiste idolâtre dont je veux parler,
  +
'diront presque involontairement de la voix forte, avec l'accent qui
  +
souligne et qui martèle, qui chez lui sont si originaux : <c Un évêque
  +
est une personne qui voit ». On l’entcnd dire cela, car, comme Bus-
  +
kin (trahit sua quemque voluptas) il s’enivre de trouver au fond
  +
de chaque mot son sens caché, antique et savoureux. Un mot est ·
  +
pour lui la gourde pleine de souveniiydont parle Baudelaire. En de- [
  +
ors même de la beauté de la phrase où il estplacé (et c’est là que
  +
pourrait commencer le danger), il le vénère. Et si on méconnaît ce
  +
qu’il contient (cn Femployant à faux) il crie au sacrilège (eten cela
  +
i a raison). Il s’ét0nne de la vertu secrète qu’il y a dans un mot, il
  +
s’en_émerveiIle; en prononçant ce mot dans la conversation la plus ·
  +
fam1lière,i1 le remarque, le fait remarquer, le répète, se récrie. Par
  +
là il donne aux choses les plus simples une dignité, une grâce, un
  +
intérêt, une vie, qui font que ceux qui l’0nt approché préfèrent à
313 808

modifications