Différences entre versions de « Page:Bellerive - Brèves apologies de nos auteurs féminins, 1920.djvu/17 »

aucun résumé de modification
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 18 : Ligne 18 :
   
 
En 1900, Laure Conan nous présentait la plus
 
En 1900, Laure Conan nous présentait la plus
belle de ses œuvres : ''L’Oublié'', œuvre faite en
+
belle de ses œuvres : ''[[L’oublié|L’Oublié]]'', œuvre faite en
 
pleine maturité de son talent et où elle affirme le
 
pleine maturité de son talent et où elle affirme le
 
mieux son tempérament littéraire et sa philosophie
 
mieux son tempérament littéraire et sa philosophie
 
de la vie, nous dit l’abbé Groulx.
 
de la vie, nous dit l’abbé Groulx.
   
''L’Oublié'', c’est le major Lambert Closse, le bras
+
''[[L’oublié|L’Oublié]]'', c’est le major Lambert Closse, le bras
 
droit de Maisonneuve dans la fondation de Ville-Marie,
 
droit de Maisonneuve dans la fondation de Ville-Marie,
 
celui dont les actions d’éclat ont été trop
 
celui dont les actions d’éclat ont été trop
27 674

modifications