Différences entre les versions de « Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/411 »

m
aucun résumé de modification
(→‎Page non corrigée : Page créée avec « parole du ''maître'' dans les contestations ; plus de supériorité pour le patron dans les conseils de prud’hommes ; la liberté de coalition est entière ; il manque... »)
 
m
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 5 : Ligne 5 :
 
espérer que cette sagesse, une fois acquise, soit continue, sans défaillances, sans retours d’emportement et de folie ; mais, comme l’a dit avec une si haute raison Montesquieu, dans le dialogue d’Eucrate, quel que soit le prix de la liberté, il faut le payer aux dieux.
 
espérer que cette sagesse, une fois acquise, soit continue, sans défaillances, sans retours d’emportement et de folie ; mais, comme l’a dit avec une si haute raison Montesquieu, dans le dialogue d’Eucrate, quel que soit le prix de la liberté, il faut le payer aux dieux.
   
Si tous les progrès de la législation ont tourné à l’avantage de l’ouvrier, il en a été de même des progrès industriels et commerciaux. La situation relative de l’ouvrier et du patron en a été transformée. <ref follow="p402">C’est, au moins pour le temps présent, une erreur que le {{tiret2|d’ex|clusions}} ; ainsi à Marseille la Société des portefaix est une sorte de confrérie fermée, qui perçoit des gains exorbitants le travail dans les docks de Marseille n’est pas libre. Lu population se plaint avec raison d’un état de choses qui rappelle le moyeu âge. D’autre part, les ouvriers de beaucoup de corps d’état, en prétendant restreindre l’apprentissage, tendent à reconstituer une sorte d’aristocratie ouvrière en dehors de laquelle serait la plus grande partie de ce que l’on appelle le Prolétariat.</ref>
+
Si tous les progrès de la législation ont tourné à l’avantage de l’ouvrier, il en a été de même des progrès industriels et commerciaux. La situation relative de l’ouvrier et du patron en a été transformée. C’est, au moins pour le temps présent, une erreur que le <ref follow="p402">{{tiret2|d’ex|clusions}} ; ainsi à Marseille la Société des portefaix est une sorte de confrérie fermée, qui perçoit des gains exorbitants le travail dans les docks de Marseille n’est pas libre. Lu population se plaint avec raison d’un état de choses qui rappelle le moyeu âge. D’autre part, les ouvriers de beaucoup de corps d’état, en prétendant restreindre l’apprentissage, tendent à reconstituer une sorte d’aristocratie ouvrière en dehors de laquelle serait la plus grande partie de ce que l’on appelle le Prolétariat.</ref>
21 716

modifications