« Page:Calloch - A Genoux.djvu/96 » : différence entre les versions

(→‎Page non corrigée : Page créée avec « (, O Hag er bolsl e béclé hage youhê : « ya, ya ! Ké geton l guell d’é verli ! 9 Ha Jêzus e laras : Saù. Karet ous get Doué, ral : ha fé e zo bras : Ho verlm... »)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{iwpage|br}}
(, O
-----


Hag er bolsl e béclé hage youhê : « ya, ya !
Et le peuple priait et criait : « Oui, oui ! — Vas avec
lui ! Guéris sa fille ! » Et Jésus dit : « Lève-toi. Tu
Ké geton l guell d’é verli ! 9 Ha Jêzus e laras :
Saù. Karet ous get Doué, ral : ha fé e zo bras :
Ho verlm e vo guelleit delmi tuclxant. Me ya. >>
Eurus ha lan a lirad, Jaïrus ha seùel.
En al›el< d’er bare kerhet e rent goustad ;
Neoalï, clrê hi : monet ê tereùent tostat ;
Pe Zegouélias devat Jaîrus ur meùel :
Deit onn diarok dfols get un neuêted garù,
l/lestr, ne dall kct er boén rein steurm dieu Diougañner ;
Groeit bon és er pel : e lzellemb, rneit Cn arrêt...,
Devéet é en treu... hou plalxig e zo marù !>>
En tad ne sañnas grik, mouget én é anl-rén,
l/[eit ar é zrem clareu e zivéré diclrous....
Et le peuple priait et criait : « Oui, oui ! - Vas avec
lui l Guéršs sa fille !>> Et ]ésus dit’: - « Lève-toi. Tu
es aimé de Dieu, car ta foi est grande, — Ta fille sera
es aimé de Dieu, car ta foi est grande, — Ta fille sera
guêrie tout à lilïeure. Je vais. >>
guérie tout à l’heure. Je vais. »

Heureux et plein de reconnaissance, Jaïre de se lever.
Heureux et plein de reconnaissance, Jaïre de se lever.
—’ A cause de la foule, ils marchaient lentement ; ’-Cependant,
À cause de la foule, ils marchaient lentement ;
à force dialler ils commençaient chapprocller,
Cependant, à force d’aller ils commençaient d’approcher,
Quand arriva vers Jaïre un valefi :
Quand arriva vers Jaïre un valet :

Je suis venu vers vous avec une dure nouvelle, *-Maître
« Je suis venu vers vous avec une dure nouvelle,
ce n’est pas la perne de déranger le Prophète ;
Maître ce n’est pas la peine de déranger le Prophète ;
""’ Nous avons fait ce que nous avons pu, mais en vain...
Nous avons fait ce que nous avons pu, mais en vain…
tout est fini... votre fille est morte. >>
tout est fini… votre fille est morte. »
Le père ne répondit rien, étouffé dans sa douleur,

Le père ne répondit rien, étouffé dans sa douleur,
Mais sur ses joues des larmes coulaient silencieuses,
Mais sur ses joues des larmes coulaient silencieuses,
33 569

modifications