Différences entre les versions de « Page:Poincaré - La Science et l’Hypothèse.djvu/82 »

État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page corrigée
+
Page validée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{tiret2|cha|pitre}} II et énoncer le même fait comme il suit : si deux sensations de convergence <math>A</math> et <math>B</math> sont indiscernables, les deux sensations d’accommodation <math>A'</math> et <math>B'</math> qui les accompagneront respectivement seront également indiscernables.
+
{{tiret2|cha|pitre}} II et énoncer le même fait comme il suit : Si deux sensations de convergence A et B sont indiscernables, les deux sensations d’accommodation A′ et B′ qui les accompagneront respectivement seront également indiscernables.
   
Mais c’est la pour ainsi dire un fait expérimental ; rien n’empêche ''a priori'' de supposer le contraire, et si le contraire a lieu, si ces deux sensations musculaires varient indépendamment l’une de l’autre, nous aurons à tenir compte d’une variable indépendante de plus et l’espace visuel complet nous apparaîtra comme un continu physique à quatre dimensions.
+
Mais c’est la pour ainsi dire un fait expérimental ; rien n’empêche ''à priori'' de supposer le contraire, et si le contraire a lieu, si ces deux sensations musculaires varient indépendamment l’une de l’autre, nous aurons à tenir compte d’une variable indépendante de plus et « l’espace visuel complet » nous apparaîtra comme un continu physique à quatre dimensions.
   
 
C’est là même, ajouterai-je, un fait d’expérience ''externe''. Rien n’empêche de supposer qu’un être ayant l’esprit fait comme nous, ayant les mêmes organes des sens que nous, soit placé dans un monde où la lumière ne lui parviendrait qu’après avoir traversé des milieux réfringents de forme compliquée. Les deux indications qui nous servent à apprécier les distances, cesseraient d’être liées par une relation constante. Un être qui ferait dans un pareil monde l’éducation de ses sens, attribuerait sans doute quatre dimensions à l’espace visuel complet.
 
C’est là même, ajouterai-je, un fait d’expérience ''externe''. Rien n’empêche de supposer qu’un être ayant l’esprit fait comme nous, ayant les mêmes organes des sens que nous, soit placé dans un monde où la lumière ne lui parviendrait qu’après avoir traversé des milieux réfringents de forme compliquée. Les deux indications qui nous servent à apprécier les distances, cesseraient d’être liées par une relation constante. Un être qui ferait dans un pareil monde l’éducation de ses sens, attribuerait sans doute quatre dimensions à l’espace visuel complet.
   
  +
'''L’espace tactile et l’espace moteur'''. — « L’espace tactile » est plus compliqué encore que l’espace visuel et s’éloigne davantage de l’espace géométrique. Il est inutile de répéter, pour le toucher, la discussion que j’ai faite pour la vue.
 
  +
 
'''L’espace tactile et l’espace moteur.''' — « L’espace tactile » est plus compliqué encore que l’espace visuel et s’éloigne davantage de l’espace géométrique. Il est inutile de répéter, pour le toucher, la discussion que j’ai faite pour la vue.
349

modifications