« Page:Gautier - Œuvres de Théophile Gautier, tome 2.djvu/506 » : différence entre les versions

m
m (Phe: split)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 3 : Ligne 3 :




Cinq cents ans après la guerre de Troie, et sept cent quinze ans avant notre ère, c’était grande fête à Sardes. ― Le roi Candaule se mariait. ― Le peuple éprouvait cette espèce d’inquiétude joyeuse et d’émotion sans but qu’inspire aux masses tout événement, quoiqu’il ne les touche en rien et se passe dans des sphères supérieures dont elles n’approcheront jamais.


{{T2|LE ROI CANCAULE}}
Depuis que Phoebus-Apollon, debout sur son quadrige, dorait de ses rayons les cimes du mont Tmolus fertile en safran, les braves Sardiens allaient et venaient, montant et descendant les rampes


{{—}}




{{T3|CHAPITRE PREMIER}}



Cinq cents ans après la guerre de
Troie, et sept cent quinze ans avant
notre ère, c’était grande fête à Sardes.
― Le roi Candaule se mariait.
― Le peuple éprouvait cette espèce d’inquiétude
joyeuse et d’émotion sans but qu’inspire
aux masses tout événement, quoiqu’il ne les
touche en rien et se passe dans des sphères supérieures
dont elles n’approcheront jamais.

Depuis que Phœbus-Apollon, debout sur son
quadrige, dorait de ses rayons les cimes du mont
Tmolus fertile en safran, les braves Sardiens
allaient et venaient, montant et descendant les
219 262

modifications