Différences entre versions de « Ainsi parlait Zarathoustra/Première partie/Le prologue de Zarathoustra »

aucun résumé de modification
m
{{textquality|75%}}<div class="textlefttext">
{{NavigateurDébut|[[Ainsi parlait Zarathoustra - Première partie]]|[[Ainsi parlait Zarathoustra - Première partie - Les trois métamorphoses|Les trois métamorphoses]]}}
 
{{Page|Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra.djvu/6}}
{{Page|Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra.djvu/7}}
{{Page|Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra.djvu/8}}
 
{{Page|Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra.djvu/9}}
 
 
« Et que fait le saint dans les bois ? » demanda Zarathoustra.
 
Le saint répondit : « Je compose des chants et je les chante, et quand je fais des chants, je ris, je pleure et je murmure : c’est ainsi que je loue Dieu.
 
Avec des chants, des pleurs, des rires et des murmures, je rends grâce à Dieu qui est mon Dieu. Cependant quel présent nous apportes-tu ? »
 
Lorsque Zarathoustra eut entendu ces paroles, il salua le saint et lui dit : « Qu’aurais-je à vous donner ? Mais laissez-moi partir en hâte, afin que je ne vous prenne rien ! » — Et c’est ainsi qu’ils se séparèrent l’un de l’autre, le vieillard et l’homme, riant comme rient deux petits garçons.
 
Mais quand Zarathoustra fut seul, il parla ainsi à son cœur : « Serait-ce possible ! Ce vieux saint dans sa forêt n’a pas encore entendu dire que ''Dieu est mort !'' »
 
===3.===
{{Option|Version&nbsp;audio|display:none;|[[Media:Ainsi_parlait_Zarathoustra,_prologue_3.ogg|Version audio]] [[Image:Speaker Icon.svg|20px]]}}
Lorsque Zarathoustra arriva dans la ville voisine qui se trouvait le plus près des bois, il y vit une grande foule rassemblée sur la place publique : car on avait annoncé qu’un danseur de corde allait se montrer. Et Zarathoustra parla au peuple et lui dit :
 
''Je vous enseigne le Surhumain.'' L’homme est quelque chose qui doit être surmonté. Qu’avez-vous fait pour le surmonter ?
 
Tous les êtres jusqu’à présent ont créé quelque chose au-dessus d’eux, et vous voulez être le reflux de ce grand flot et plutôt retourner à la bête que de surmonter l’homme ?
 
Qu’est le singe pour l’homme ? Une dérision ou une honte douloureuse. Et c’est ce que doit être l’homme pour le surhumain : une dérision ou une honte douloureuse.
 
Vous avez tracé le chemin qui va du ver jusqu’à l’homme et il vous est resté beaucoup du ver de terre. Autrefois vous étiez singe et maintenant encore l’homme est plus singe qu’un singe.
 
Mais le plus sage d’entre vous n’est lui-même qu’une chose disparate, hybride fait d’une plante et d’un fantôme. Cependant vous ai-je dit de devenir fantôme ou plante ?
 
Voici, je vous enseigne le Surhumain !
 
Le Surhumain est le sens de la terre. Que votre volonté dise : que le Surhumain soit le sens de la terre.
 
Je vous en conjure, mes frères, ''restez fidèles à la terre'' et ne croyez pas ceux qui vous parlent d’espoirs supraterrestres ! Ce sont des empoisonneurs, qu’ils le sachent ou non.
 
Ce sont des contempteurs de la vie, des moribonds et des empoisonnés eux-mêmes, de ceux dont la terre est fatiguée : qu’ils s’en aillent donc !
 
Autrefois le blasphème envers Dieu était le plus grand blasphème, mais Dieu est mort et avec lui sont morts ses blasphémateurs. Ce qu’il y a de plus terrible maintenant, c’est de blasphémer la terre et d’estimer les entrailles de l’impénétrable plus que le sens de la terre !
 
Jadis l’âme regardait le corps avec dédain, et rien alors n’était plus haut que ce dédain : elle le voulait maigre, hideux, affamé ! C’est ainsi qu’elle pensait lui échapper, à lui et à la terre !
 
Oh ! cette âme était elle-même encore maigre, hideuse et affamée : et pour elle la cruauté était une volupté !
 
Mais, vous aussi, mes frères, dites-moi : votre corps, qu’annonce-t-il de votre âme ? Votre âme n’est-elle pas pauvreté, ordure et pitoyable contentement de soi-même ?
35 208

modifications