« Page:Clerget - Louis-Xavier de Ricard, 1906.djvu/10 » : différence entre les versions

aucun résumé des modifications
Aucun résumé des modifications
Aucun résumé des modifications
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 12 : Ligne 12 :
{{Centré|'''''À Edgar Quinet'''''}}
{{Centré|'''''À Edgar Quinet'''''}}
<poem>
<poem>

La baguelte du temps frappe le jour nouveau
La baguelte du temps frappe le jour nouveau
Au fond de l’avenir où tout enfant il joue ;
Au fond de l’avenir où tout enfant il joue ;
Ligne 24 : Ligne 25 :
Ainsi, ta main hardie et sereine a placé
Ainsi, ta main hardie et sereine a placé
Les clartés du savoir et de la poésie
Les clartés du savoir et de la poésie
Uans noire âpre chemin, que Tombre avait glacé.
Uans noire âpre chemin, que l’ombre avait glacé.


Tu fis vibrer les tueurs du verbe de la vie
Tu fis vibrer les tueurs du verbe de la vie
Ligne 31 : Ligne 32 :
</poem>
</poem>
<br />
<br />

Sc voulant immuable dans son activité, il cfTermit encore son geste déter­
Se voulant immuable dans son activité, il cfTermit encore son geste déter­
miné, sa pensée virile d’où il chasse la rêverie, et les vers même sc font
miné, sa pensée virile d’où il chasse la rêverie, et les vers même sc font
rigides, toute la vigueur du poète se rallie autour de sa conception :
rigides, toute la vigueur du poète se rallie autour de sa conception :
257 883

modifications