« Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Balustrade » : différence entre les versions

en cours ...
Aucun résumé des modifications
(en cours ...)
grand effet.
 
[[Image:Balustrade.eglise.Vezelay.png|center]]
[Illustration: Fig. 1.]
 
[[Image:Balustrade.eglise.Vezelay.2.png|center]]
 
Mais on ne tarda pas, lorsque l'architecture prit des formes plus légères,
pierre est tendre, au contraire, les vides sont moins larges, les pleins plus
 
[[Image:Balustrade.cathedrale.Rouen.png|center]]
[Illustration: Fig. 2 et 3.]
 
épais. Leur dimension est également soumise aux dimensions des matériaux,
de la cathédrale de Paris; elle appartient aux premières années du
XIII<sup>e</sup> siècle (1215 à 1225) comme toute la partie inférieure de cette façade (4).
 
[[Image:Balustrade.cathedrale.Paris.png|center]]
 
Avant la restauration du portail, cette balustrade n'existait plus qu'au
droit des deux contreforts extrêmes, ainsi qu'on peut s'en assurer<span id="note1"></span>[[#footnote1|<sup>1</sup>]]; elle
Rouen une balustrade du commencement du XIII<sup>e</sup> siècle, de même
construite par morceaux superposés (5). Ici les colonnettes reposent directement
sur le larmier de la corniche formant passage, et laissent entre elles
 
[[Image:Balustrade.cathedrale.Rouen.2.png|center]]
[Illustration: Fig. 4 et 5.]
 
sur le larmier de la corniche formant passage, et laissent entre elles
les eaux s'écouler naturellement sans chenal. Ce n'est guère que vers
1230 que l'on établit des chéneaux conduisant les eaux dans des gargouilles;
pour les maintenir dans leur aplomb. Quand les balustrades furent prises
 
[[Image:Balustrade.cathedrale.Chartres.png|center]]
[Illustration: Fig. 6.]
 
dans un seul morceau de pierre, au contraire, on donna de la force, du
donne une décoration continue qui n'indique plus des points d'appuis
 
[[Image:Balustrade.cathedrale.Paris.2.png|center]]
[Illustration: Fig. 7.]
 
séparés, mais qui laisse bien voir que cette décoration est découpée dans
5 406

modifications