Différences entre les versions de « La Case de l’oncle Tom/Ch XLII »

Paragraphe
(Paragraphe)
 
« J'ai appris, dit le jeune homme, que vous aviez acheté à la Nouvelle-Orléans un nègre nommé Tom. Il a demeuré sur l'habitation de mon père, et je suis venu dans l'espérance de le pouvoir racheter. »
 
Le front de Legris se rembrunit, et sa colère éclata en virulentes paroles : « Oui, j'ai acheté un drôle de ce nom ; un s… marché que j'ai fait là ! Le plus insubordonné, le plus récalcitrant, le plus impudent chien ! Il a poussé mes nèg's à s'enfuir, m'a fait sauver deux filles qui valaient bien de huit cents à mille dollars pièce. Il l'a avoué ; et quand je lui ai commandé de dire où elles étaient, ne s'est-il pas redressé, le chien, pour répondre qu'il le savait, mais qu'il ne le dirait pas ! il a tenu parole, quoiqu'il ait reçu la plus sévère correction, le plus damné fouet dont j'aie encore régalé un nèg’. — Je crois qu'il est en train de crever quelque part. Je ne sais s'il en viendra à bout.
 
 
« Lui êt’e par là, sous l'hangar, » dit un petit es-clave qui tenait le cheval de George.
 
Legris donna un coup de pied au négrillon en jurant ; George, sans dire un mot, marcha droit au hangar.
 
« Ô cher oncle Tom, éveillez-vous ! — parlez encore une fois, — ouvrez les yeux, — c'est votre petit Georgie, votre massa Georgie, — ne me reconnaissez-vous plus !
 
— Massa Georgie ! dit la faible voix ; et Tom rouvrit les yeux. — Massa Georgie ! » — et il parut troublé.
 
L'idée, le souvenir, se firent jour lentement dans son âme. Le vague regard devint fixe, l'œil s'éclaira, une lueur illumina les traits, les faibles et rudes mains se rapprochèrent, se joignirent, et deux larmes coulèrent le long des joues.
 
Un d'eux courut en chercher une ; les deux autres aidèrent George à transporter le cadavre.
 
Le jeune homme n'adressa ni une parole ni un regard à Legris qui, sans contremander ses ordres, demeurait là debout, sifflant avec une insouciance affectée. Il les suivit, d'un air de mauvaise humeur, jusqu'à la voiture qui était arrêtée devant la porte de la maison.
 
4 189

modifications